Tous les articles par Natacha LE ROY

Séance n°1 du séminaire « Art et Artefactualité »: mise en perspective

Au cours de cette séance de séminaire, plusieurs notions ont été abordées; l’une d’entre elles a retenu mon attention : la « dimension culturelle située ». Afin d’aborder ce sujet, mon étude de cas portera sur le Mémorial Acte (Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage) et sur deux objets  actuellement présentés dans le cadre de leur exposition permanente. Dans un premier temps, je parlerais de la notion de « dimension culturelle située » en parlant du lieu et de l’institution. Par la suite, je parlerais de cette notion en la confrontant à deux objets précis de leur collection.

Comme cité lors du séminaire, L. Boltansky dans son ouvrage De la critique (2011) dit  : « le rôle de l’institution, sa fonction sociale, c’est dire ce qu’il en est de ce qu’il est ». L’institution est donc garante du cadre dans lequel des personnes vont interagir avec les objets.

Historiquement, le Mémorial Acte a été construit à l’emplacement d’une ancienne usine sucrière (nommée « Darboussier »), connue pour avoir bénéficié de la Traite et de l’esclavagisme dans la Caraïbe. La localisation du lieu et le réinvestissement de son histoire ne sont donc pas fruit du hasard. Thierry L’étantg anthropologue, chef du projet scientifique et culturel du M-Acte1, a d’ailleurs voulu que l’institution devienne pour la Guadeloupe et par extension le reste du monde, un « phare culturel ». Il insiste sur le fait qu’il ne veut pas que le lieu soit « un lamentarium » tourné vers le passé, mais plutôt un lieu de « résurrection » et de « métamorphose » où se côtoient lieu d’exposition, lieu de commémoration et lieu d’expression/d’interaction.

Au sein de l’institution est présentée une exposition permanente qui développe le sujet de la Traite et de l’esclavagisme. Elle balaye un large spectre puisqu’elle débute de la découverte du « Nouveau Monde » (1492) pour se « terminer » par l’ouverture à l’esclavagisme actuel. L’exposition se développe, métaphoriquement, en plusieurs archipels, regroupant eux même plusieurs îlots aux thématiques distinctes (cf. plan de l’exposition). Dans chaque archipel sont confrontés objets ethnologiques et oeuvres d’art, sous diverses supports (peintures, sculptures, dessins, gravures, documents numériques, installations, performances,…).  Dans l’archipel n°2, intitulé « Vers l’esclavage et la traite négrière transatlantique », est présenté l’instauration de l’esclavage et sa « mise en situation ». On voit en outre la confrontation d’objets ethnologiques (entraves, boulets, fouets, marchandises du commerce triangulaires,…) avec des oeuvres d’art contemporain.

Prenons le cas précis de « l’Arbre de l’oubli » installation de Pascale Marthine Tayou, créé en 2014, installé dans l’archipel n°2 de l’exposition permanente du Mémorial Acte. Cette installation dans l’îlot n°9 : Ouidah, renvoie à cette ville portuaire du Bénin, réputé comme l’un des comptoirs de la traite négrière transatlantique. Cette oeuvre contemporaine est composée en outre de calebasses, pendues au bout de branches, de masques africains, … L’oeuvre renvoie à la fois à la misère des esclaves africains, arrachés à leurs traditions (le rituel pouvant être allégoriquement  illustré par les masques), condamnés à une lourde vie de labeur auxquels ils étaient soumis (la culture de la terre d’où l’idée d’arbre). Elle évoque aussi l’espoir puisque les calebasses servaient de bases pour les « tambours » créoles, qui participent eux même à la fête, à la danse et par extension, à ce qui fait partie de la culture créole, de son identité.  Cette oeuvre crée donc polémique puisqu’en fonction de son lieu de présentation, elle réfère aussi bien à l’Afrique qu’à la Caraïbe. On peut dire de cet objet qu’il est socialement connoté par les parties pris d’exposition et le regard du spectateur. D’ailleurs il est situé sur le même plan, indépendamment de leur « qualité » respective, qu’une rangée d’entraves afin d’appuyer le propos de l’esclavage. Nous reconnaissons alors bien, en tant que spectateur comme en tant qu’élaborateur de l’exposition, que ces deux objets ont pour propriété commune de faire état de l’esclavagisme. Ces qualités ne sont pas d’emblée attribuées puisque chaque élément sorti de son contexte peut servir un autre propos : les entraves renvoie à l’esclavagisme mais elles peuvent aussi renvoyer au monde carcéral et ne sont pas propre à la culture créole; l’installation de l’artiste camerounais rappelle le transit d’esclaves entre le Bénin (Ouidah) et la Caraïbe; son message est donc « mixte » et peut, indépendamment, servir aussi bien la cause de la Caraïbe que celle de l’Afrique.
Les qualités de ces objets ne sont pas intrinsèques mais historiquement et culturellement construites. Elles impliquent donc une certaine notion d’arbitraire dans « l’arraisonnement de l’objet » du point de vue institutionnel comme du point de vue des spectateur.  Ces derniers pouvant comprendre des messages radicalement différents : pour certains, à la vue de ces deux éléments, ceci va être vécu comme une épreuve, la vue d’une souffrance passée et susciter des émotions fortes, d’autres vont voir ceci comme « un devoir commémoratif », d’autres ne comprendront pas le message, d’autres encore y seront complètement indifférents. Du point de vue institutionnel, les entraves pourront être classées comme objets ethnologiques, comme objet d’études ; « l’arbre de l’oubli » pourra lui être considéré comme installation d’art contemporain, comme artefact ethnologique, comme instrument commémoratif,…

Encore une fois tout dépend du regard que l’on pose sur l’objet et de ce qu’on veut lui faire dire : ces deux éléments sont soumis au même phénomène de « variabilité relationnelle ». 


P. M. TAYOU, « l’Arbre de l’oubli » (2014)
Installation de matériaux mixtes ©MActe
P. M. TAYOU, « l’Arbre de l’oubli » (2014)
Installation de matériaux mixtes ©MActe
Entraves
©AFP PHOTO / NICOLAS DERNE
 Entraves vu sous un autre plan
©AFP PHOTO / NICOLAS DERNE
plan de l’exposition

__________________

1 M-Acte : abréviation de Mémorial Acte