Tous les articles par M. Maire

Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine (suite)

Dans un billet paru en Septembre 2016, nous écrivions à raison « La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante. […] ». Par contre nous supposions un peu vite qu’ « … il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Flup de Casamance, Sihalébé Diatta,  capturé puis emprisonné à Sédhiou par les français, et mort en détention après une grève de la faim  en 1903 ». [« Le transfert de Sihalébé fut pour les Flup un acte sacrilège d’une gravité exceptionnelle que l’administrateur supérieur ne soupçonna pas. Le roi, personnage religieux et sacré, ne pouvait selon la coutume abandonner son territoire. Il était l’intermédiaire vivant et indispensable entre les forces invisibles et ses sujets qui ne l’avaient jamais vu ni boire, ni manger. Incarcéré avec plusieurs d’entre eux à Séju, il se laissa mourir de faim, devant ses gardiens stupéfaits » (Roche, p. 282) ]

Chronique de demandes de restitution – épisode 1

Dans la réserve des crânes.
Réserve des crânes . Crédits Musée de l’Homme / Paris.

Car en décembre 2011, le président de la République Abdoulaye Wade avait  demandé au gouvernement sénégalais de constituer une première commission à même « de se rapprocher des autorités coutumières et religieuses de la Basse–Casamance (extrême sud –ouest du Sénégal) notamment, le roi d’Oussouye et les autorités de Cabrousse, afin de solliciter leur avis sur le bien-fondé du rapatriement les restes  d’Aline Sitoé Diatta (1920-1944), surnommée aussi « la Jeanne d’Arc africaine », jeune résistante enlevée puis déportée à Tombouctou au Mali où elle est décédée et enterrée ‘dans un modeste cimetière. En cas d’avis défavorable à son rapatriement – le président de la République ayant déjà obtenu l’accord du président du Mali pour un éventuel retour  des restes d’Aline Sitoé Diatta – , avait  indiqué que  » le Sénégal demanderait alors au Mali une concession afin d’ y édifier un symbole digne du rang de notre héroïne nationale’’. Tout en prétendant « avoir déjà entrepris des démarches en ce sens avec les plus hautes autorités françaises’’, le président Wade avait sollicité la mise en place d’une deuxième commission chargée d’obtenir le retour en provenance du Musée de l’Homme à Paris, du corps du roi casamançais Sihalébé Diatta déporté par les colons à Sédhiou où il mourut par inanition. Aujourd’hui l’initiative de la réclamation de restitution émanant d’un responsable politique casamançais anti-indépendantiste et chantre de la paix, pourrait bien forcer la main au chef de l’Etat Macky Sall.

Peu auparavant en Octobre 2011, enfin et déjà,  plusieurs milliers de namibiens dont le Premier ministre avaient accueilli très émus à l’aéroport de Windhoek, les crânes de guerriers hereros et namas massacrés en 1904 (Collectif, 2017), rapatriés d’Allemagne après plus d’un siècle. Leurs cercueils furent exposés dans les jardins du parlement pour un dernier hommage de la population avant leur transfert au Carré des héros pour une cérémonie officielle en présence du président namibien Hifikepunye Pohamba. Ces crânes font partie de quelque 300 têtes exportées à des fins « scientifiques » (Maire, pp. 611-612)  par l’Allemagne après l’extermination d’indigènes namibiens soulevés en 1904 contre les colons allemands en Afrique du Sud-Ouest contrôlée par Berlin de 1884 à 1915.

Image associée
Survivants hereros, autour de 1907.

En 2004, lors d’une commémoration en Namibie du centenaire, la ministre allemande de la Coopération Heidemarie Wieczorek-Zeul n’avait pas hésité à déclarer que les atrocités commises « seraient désormais appelées génocide ». Cette abomination est effectivement considérée par beaucoup d’historiens comme le premier génocide du XXe siècle, estimant que  sur 80.000 hereros vivant alors dans la région,  seulement 15.000 survécurent (Gewald, 2004). Ces exactions ne sont pas isolées au tournant du XIXe siècle où les colonisateurs font toujours preuve de violences exacerbées. Des répressions sanglantes sont encore menées par les Français à Madagascar,  par les Belges au Congo, et par les Britanniques à l’encontre des Zoulous en Afrique du Sud .

Toujours en 2011, l’anthropologue et historien Farid Belkadi avait retrouvé la trace des crânes des insurgés algériens, massacrés par l’armée française en 1849 à l’issue de la célèbre bataille de l’oasis de Zaatcha. Le combat opposa ses habitants à un corps expéditionnaire aux ordres du général Herbillon. Il se solda par une extermination et d’insoutenables atrocités notamment sur les femmes et les enfants. Condamnés à mort, les chefs de la résistance, furent décapités et  leurs têtes exhibées à titre d’exemple :  « … pour qu’il ne restât aucun doute aux Arabes sur le sort justement mérité des principaux fauteurs de l’insurrection, leurs têtes furent exposées dans le camp de M. le général Herbillon » (Le Moniteur algérien, édition du 30 novembre 1849). Les têtes furent collectionnées d’abord par des « amateurs »,  avant de rejoindre les réserves du Musée de l’Homme à Paris. Les crânes y sont encore conservés aujourd’hui, eux-aussi, rangés à l’intérieur de boîtes numérotées. Farid Belkadi avait  décidé à l’époque d’alerter les pouvoirs publics algériens et de lancer une pétition demandant la restitution de ces têtes , dont celles des chefs de l’insurrection des Zibans inventoriées dans les registres du musée : Bou Amar Ben Kedida, crâne n° 5943  Boubaghla, crâne n° 5940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n° 5944. Cheikh Bouziane, crâne n° 5941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n° 5942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n° 5939. Ses deux démarches avaient finalement fait chou blanc, la pétition étant restée lettre morte  et les autorités algériennes, muettes.

Résultat de recherche d'images pour "Ataï"
Masque mortuaire du chef Ataï exposition « Kanak, l’art est une parole » du Musée du Quai Branly ,14 .10.13 – 26.01.14 © Cécile Baquey

Les accords dits de Matignon du 26 juin 1988 signés par les représentants Kanak et caldoche, stipulaient dans leur préambule, que la tête du grand chef Ataï devait être restituée aux Kanaks.Tranchée à coups de hache, puis volée  et vendue, cette tête fantomatique hante les relations entre Paris et Nouméa depuis plus d’un siècle. Ataï avait fomenté l’insurrection kanak de 1878, où des dizaines de colons et de Mélanésiens trouvèrent la mort. Le premier ministre, Michel Rocard, l’a fait rechercher, vainement. Depuis que son masque mortuaire fut exhibé lors de l’Exposition universelle de Paris en 1889, plus de trace. pourtant l’image d’Ataï reste vivace dans les esprits et constitue depuis 1968, un symbole de l’indépendance et de la résistance kanak. De nombreuses pétitions demandant le rapatriement sur sa terre natale de la tête du héros néo-calédonien,  n’y suffiront pas non plus. Jusqu’à ce jour de 2011, où un anthropologue confie discrètement à l’écrivain Didier Daeninckx, auteur du roman d’anticipation Le Retour d’Ataï, la présence du crâne d’Ataï officiellement égaré, dans les réserves du Musée de l’Homme, mais transférées au jardin des Plantes pendant ses travaux de rénovation,  « sans jamais avoir été exposé au public ni perdu. En fait, explique Didier Daeninckx, on a cherché  au mauvais endroit; il s’agissait du crâne décharné d’Ataï, pas de sa tête« . En réalité, les autorités se sont longtemps retranchée derrière le fait qu’elle n’avaient pas reçu de demande officielle, en bonne et due forme. En outre le crâne n’était pas précisément inventorié au Musée de l’Homme. Il appartenait à un ensemble de pièces kanakes non répertoriées de la collection de l’océaniste Paul Broca, laquelle avait été versée impudemment au musée Dupuytren, dédié aux pathologies anatomiques et relevant de l’Université Pierre et Marie Curie.

Chronique de demandes de restitution – épisode 2

Le chef Mindia © DR

Même après que le Musée du quai Branly eut organisé en 2008 un colloque sur les « restes humains » qui conclut à ce qu’ils devaient être considérés comme appartenant aux descendants des disparus, les restes ne furent pas rendus en 2011. La confidence de Michel Van Praët, le directeur du Musée de l’Homme à un journaliste du Monde, est éloquente : « Au départ, les responsables du patrimoine craignaient que la France soit contrainte de restituer toutes les reliques détenues dans ses musées. » Finalement, le 28 août 2014 à Paris, après quelques atermoiements, le Muséum National d’Histoire Naturelle a restitué à leurs descendants, les crânes du chef de guerre Ataï et de son guérisseur, le « Méche », tous deux tués lors de l’insurrection indigène de 1878.

Le 18 mai 2016, pour conjurer l’oubli de la période de la oonquête coloniale – un refoulement partagé sur les deux rives de la Méditerranée -, le journaliste,  écrivain et maître de conférence à l’Université de Cergy-Pontoise  Brahim Senouci, algérien résident en France a lancé  une pétition qui réunit aujourd’hui plus de vingt-cinq mille signataires. Elle réclame à l’État français le rapatriement en Algérie des crânes des résistants algériens,  « afin qu’ils y reçoivent une digne sépulture ! ». Selon une déclaration en Septembre 2016 du porte-parole de  son  ministère  des affaires étrangères, « la France attend la demande officielle de l’Algérie sur ce sujet, qui permet de déclencher ensuite la procédure législative » faisant  référence à la loi n° 2010-501  du 18 mai 2010, visant à autoriser la restitution par la France  des têtes  maories  à la Nouvelle-Zélande et relative à la gestion des collections. Elle stipule la  restitution des  biens culturels à l’étranger, après  que   la commission scientifique  nationale (française) des collections  » 1 ait du  » remettre au Parlement un rapport sur ses orientations en matière de déclassement ou de cession des biens » .

Image associée

Le 15 Avril 2017 à la Maison de la Culture Douta Seck, dans le quartier de la Medina à Dakar, l’historien et conseiller technique du Médiateur de la République, Ibrahima Ama Diémé, a tenu une conférence en souvenir de Kuhito, « de son vrai nom Igna – Silholo Diatta » . Le récit a évoqué  le parcours de l’enfant, de l’adolescente, de la jeune femme , de l’épouse, puis  de la mère et enfin de la reine qu’elle fut jusqu’à sa mort en 1968, à Tendouck, chef-lieu de son royaume. En guise de commentaire, le Secrétaire Général du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), Abdou Elinkine Diatta, a considéré à l’instar du conférencier que « Kuhito appartenait non seulement à Tendouck, mais aussi au Blouf, à Bignona, à la Casamance, au Sénégal, à l’Afrique. Exactement comme la reine Aline Sitowé Diatta de Cabrousse et le roi Sihalébé Diatta d’Oussouye, entre autres figures de la résistance en Casamance ». « Or, qu’est-ce que c’est qu’honorer nos héroïnes et nos héros, sinon les réclamer ? N’est-ce pas, en l’occurrence, les honorer que de réclamer la restitution à la Casamance – et donc au Sénégal – des restes de la reine Aline Sitowé Diatta portée disparue à Tombouctou, et de ceux du roi Sihalébé Diatta qui trônent en  « bonne place » ( ou plutôt mauvaise) au Musée de l’Homme à Paris sous le numéro 19822 (la reine Kuhito ayant été inhumée à Tendouck avec tous les honneurs qui lui étaient dus) », a renchéri Jean-Marie François Biagui, l’un des leaders historiques de la cause casamançaise et président-fondateur du Mouvement pour le Fédéralisme et la Démocratie Constitutionnels (MFDC-fédéraliste).

Le feuilleton de la réparation sénégalaise bégaie ses équivalents algérien et kanak, tous trois concourant à la restitution d’ossements mortuaires et de leur mémoire coloniale. En exprimant ses regrets à l’égard du peuple namibien et en reconnaissant comme tel le génocide des Namas et des Hereros, l’Allemagne semble s’inscrire dans une continuité de refus de l’élision de sa mémoire et de son histoire les plus sordides. Elle en est d’autant plus capable qu’elle fut déjà contrainte par les Alliés de se confronter à son passé au lendemain de la deuxième guerre mondiale.  En instaurant un « devoir de mémoire » et un sens de la responsabilité politique  tel que l’a défini Karl Jaspers 2(1990), ce pays  est l’un des rares au monde à avoir véritablement accompli un «travail» sur son passé pour mettre un terme à une période de mutisme,  de refoulement, de mauvaise conscience, de frustration et à un processus collectif décrit comme une « incapacité de porter le deuil » (Mitscherlisch, 1972) . En France, ni les plus hautes autorités, ni aucune intelligentsia n’ont  fait une priorité, loin de là, de la sortie de l’impasse où conduit la persistance du hiatus irréductible entre le discours émancipateur universaliste le plus vertueux, clamé à la planète entière, et la barbarie la plus extrême dont on voudrait encore laisser croire qu’elle n’a jamais eu lieu, et qu’on évite de purger en fustigeant la repentance dans le déni d’une certaine part de responsabilité 3; la raison en étant que  les  abominations commises sont incompatibles avec l’image et les valeurs supérieurement « civilisées » de l’homme blanc  ainsi qu’avec le rapport de domination qu’il  persiste à vouloir imposer symboliquement au monde globalisé, et qui justifierait encore une « présence conseillère » ou une « influence bienveillante » française dans son ancien pré-carré colonial 4. Hélas, même s’il va dans le bon sens, on peut néanmoins douter que l’événement officiel qui suit, représente une étape liminaire dans la mise en oeuvre d’une véritable politique réparatrice.

Image associée
De g. à d., Ousmane Badji et son petit frère Daouda Faye Badji qui ont combattu cinq ans ensemble pour la France en Algérie © Christophe Petit Tesson, AFP

De tous les « tirailleurs sénégalais » 5 qui furent plus de deux cent mille lors de la première guerre mondiale, cent cinquante mille pour la seconde, soixante mille en Algérie et Indochine, seuls vingt-huit nés entre 1927 et 1939 et restés vivre en France pour pouvoir faire vivre leur famille, seuls vingt huit ont très récemment recouvré  la nationalité français 6, perdue en 1960 à l’indépendance des colonies . Après qu’une pétition ait abouti en recueillant quelques soixante trois mille signatures, ils sont redevenus français avant quelques dizaines de bénéficiaires potentiels encore « en reconnaissance de l’engagement et du courage des tirailleurs sénégalais issus de l’Afrique subsaharienne, qui ont combattu pour la France dans les différentes opérations militaires entre 1857 et 1960 ».

Sous une pression multiple exponentielle, et enjoint par l’exemple de son voisin et partenaire européen privilégié, on voit mal comment l’Etat français pourrait se soustraire à son devoir de réparation et ne pas mettre fin au séquestre de ces reliquats mortuaires au Musée [des restes] de l’Homme. Il semble que les derniers présidents de la république française, mieux que la restitution  à la requête d’un homologue, pratiquent la transmission de la patate chaude à leur successeur. Tandis qu’une bonne part de la classe politique française, très exhortative ces temps-ci à la recouvrance d’une fierté nationale et d’une grandeur française perdues, est moins prompte à vouloir exhumer les pages noires de son histoire mises sous le boisseau, qu’à ergoter sur la qualification de « crime contre l’humanité » à propos  de la colonisation.

______________Notes__________________________________________________________

1 Article L115-2, créé par LOI n°2010-501 du 18 mai 2010 – art. 2 La commission scientifique nationale des collections comprend un député et un sénateur nommés par  leur  assemblée  respective,  des  représentants  de l’Etat  et  des collectivités territoriales,  des professionnels  de  la  conservation  des  biens concernés et des personnalités qualifiées. Un décret en Conseil d’Etat précise sa composition et fixe ses modalités de fonctionnement.

2 En 1946, Karl Jaspers a distingué quatre modalités de la culpabilité. La culpabilité criminelle ou juridique, la culpabilité morale, la culpabilité métaphysique et la culpabilité politique. Dans ce dernier type, le citoyen appartenant à un Etat doit assumer les actes accomplis par cet Etat. Selon le philosophe, chaque individu porte une part de responsabilité dans la manière dont l’Etat est gouverné.

3 Pour preuve, et après les conclusions de la mission d’information parlementaire (Enquête sur la tragédie rwandaise (1990-1994), Rapport d’information n°1271, 1998) sur le Rwanda chargée d’évaluer l’implication de l’Etat français, son incapacité  à assumer au moins une part de responsabilité malgré les nombreux faits et témoignages récoltés. (cf.bibliographie et  http://www.liberation.fr/planete/2012/01/11/les-dix-huit-ans-d-intoxication-d-une-enquete-a-sens-unique_787472)

4 Souvenons nous du discours de Dakar du président Sarkozy prononcé le 26 Juillet 2007, dont l’indignité restera dans les annales .

5 La dénomination « tirailleurs sénégalais » correspond aux premiers régiments d’incorporés au Sénégal, mais les militaires portant  le célèbre chéchia rouge étaient en fait originaires de toutes les colonies françaises, de l’Afrique occidentale et centrale jusqu’à Madagascar.

6 La cérémonie de naturalisation présidée par François Hollande, s’est déroulée le 15 Avril au palais de l’Elysée.

______________Bibliographie__________________________________________________

Collectif, « Le premier génocide du XXe siècle. Herero et Nama dans le Sud-Ouest africain allemand, 1904-1908 » exposition au Mémorial de la Shoah à Paris, du 25 novembre 2016 au 12 mars 2017

DAENINCKX, D., Le retour d’Ataï, Gallimard, Paris, 2001

DESFORGES A., Aucun témoin ne doit survivre, Le génocide au Rwanda, HRW / FIDH, Karthala, 1999

GEWALD, J. B., « The Herero and Nama Genocides, 1904-1908 », in Encyclopedia  of Genocides ans Crimes Against Humanity, New York ,Mac Millan Reference vol.1 [A-H], 2004

GOUTEUX J.-P., La nuit rwandaise. L’implication française dans le dernier génocide du siècle, L’esprit frappeur, 2002

GRANER F., Le sabre et la machette,Tribord, 2014

JASPERS, K., La culpabilité allemande, Paris, Ed. de Minuit, 1990

LA PRADELLE (de) G., Imprescriptible, l’implication française dans le génocide tutsi portée devant les tribunaux, Les Arènes, 2005

MAIRE, M.,  » La Passion, noire et animiste, selon Brett Bailey. Une expérience et une re-connaissance critique d’Exhibit B « , Cahiers d’Etudes Africaines, n°223, 2016/3 , pp. 607-636

MELVERN L., Complicités de génocide. Comment le monde a trahi le Rwanda, Karthala, 2010

MITSCHERLISCH, A. et M., Le Deuil impossible: les fondements du comportement collectif, Paris, Payot, 1972

MOREL J., La France au coeur du génocide des Tutsi, L’esprit frappeur, 2010

ROCHE, C., Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Paris, Karthala, 1985, p. 282

SAINT-EXUPERY (de) P., Complices de l’inavouable. La France au Rwanda, Les Arènes, 2009

VERSCHAVE F.-X., Complicité de génocide? La politique de la France au Rwanda , La Découverte, 1994

VERSCHAVE F.-X. et CORET L. (dir.), L’horreur qui nous prend au visage. L’Etat français et le génocide au Rwanda. Rapport de la CEC , Karthala, 2005

.

 


.

 

 

Sessions du séminaire à venir

G. SalatkoLes deux prochaines séances de séminaire se dérouleront le mardi 25 avril et le mardi 02 mai. Elles concluront le cycle de séminaire initié cette année sur les relations que la conservation-restauration et les sciences sociales nouent dans l’enquête. Depuis plus de trente ans, les sciences sociales se livrent à un examen attentif de la place que les sociétés humaines assignent aux objets. En rupture avec la tradition structuraliste, qui assignait aux artefacts un rôle relativement contingent, le « tournant matériel »​ (material turn) nous engage à saisir les artefacts à travers leur propriétés sensibles aussi bien qu’au prisme des usages, des théories et des systèmes de représentation qui leur sont associés. Dans un premier temps (session du 25 avril), nous verrons comment l’histoire des techniques, la psychologie sociale, la sociologie des sciences, de l’anthropologie des religions, de l’art et du patrimoine ont contribué à stabiliser et à mettre en usage un ensemble de notions (affordance *, images, médiation, trajectoire et biographie d’objet) qui permettent de penser les propriétés relationnelles des objets. Dans un second temps, (session du 02 mai), nous tenterons de mesurer les apports possibles de ces approches à la conservation-restauration en envisageant les façons dont les régimes d’arte​factualité introduits par les sciences sociales sont à même de redéfinir les routines descriptives du conservateur-restaurateur, et par là même de réévaluer la portée du constat d’état. Pour conclure, nous questionnerons en retour l’intérêt heuristique de la conservation-restauration pour les sciences sociales. 

PS. Une séance supplémentaire est prévue le mardi 6 juin. Elle sera consacrée à la question des soutenances de leur déroulement, de leurs enjeux, et de leur préparation.

___Note_________________________________________________________

*  Deux grandes voies de définition d’  » affordance  » ont cours aujourd’hui :

  1. en psychologie, elle désigne la propriété d’un objet ou la caractéristique de son environnement immédiat à indiquer l’utilisation de l’objet.
  2. en ergonomie, elle se réfère aux capacités d’un objet à suggérer sa propre utilisation.

___Bibliographie de référence________________________________________

Appadurai, A. (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural perspective, London-New York, Cambridge University press,1986, 329 p.

Appadurai, A.,« Les marchandises et les politiques de la valeur », (trad. J.-P. Warnier), Sociétés politiques comparées, n°11, Janvier 2009

Barthe Y.et al., « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, n°103, p.175-204, 2013

Bartholeyns G., Dierkens A. & Golsenne Th., La Performance des images, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010

Baschet G., « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une approche iconographique élargie », Annales histoire, sciences sociales, 1996, n° 51-1, p. 93-133.

Baudrillard, J., Le système des objets, Paris, coll. Tel – Gallimard, 1978 [1968], 294 p.

Bazin J. & Bensa A. (dir.), « Les objets et les choses », Genèses, 1994, n° 17

Belting H., Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2003

Bonnot, T., L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014, 239 p.

Bonnot, T., La vie des objets, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme, 2002, 246 p.

Brandi C., Théorie de la restauration, Paris, Éd. Allia, 2011

Bromberger, C., Carrières d’objets. Innovations et relances, Paris, coll. Ethnologie de la France n°13, Mission du patrimoine, ethnologique de la France / Maison des Sciences de Homme, 2000

Delage Ch., Guigueno V. & Gunthert A., La Fabrique des images contemporaines, Paris, Éditions du Cercle d’art, 2007

Descola Ph., La fabrique des images. Visions du monde et formes de la représentation, Paris, Musée du qui Branly, Somogy, 2010

Didi-Huberman G., Ce que nous voyons, ce qui nous regarde, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992

Etienne N. & Hénaut L., L’Histoire à l’atelier, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012,

Freedberg D., The Power of images : Studies in the history and theory of response, Chicago, University of Chicago Press,1991

Gaydon, L., « Pour réitérer La Vieille neuve sans la travestir. Conservation- restauration d’une installation de Pascale Marthine Tayou », (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2013,

Gell A., Art and agency : An anthropological theory, Oxford, New York, Clarendon Press, 1998

Gellereau, M., « Le récit de témoignage sur les usages comme reconstruction du sens des objets », Culture & Musée, n°18, 2011, pp.75-97

Goodman N, Ways of worldmaking, Indianapolis, Hackett Publishing Co., 1978

Goody J.,  La raison graphique, Paris, Les Éditions de minuit,1979 [1977]

Goody J., La peur des représentations, Paris, La Découverte, 2006 [1997]

Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003

Heinich N. & Shapiro R. (dir), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, Editions de l’EHESS), 2012

Hölling, H., « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacrum, Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 2014, N°1 / p. 22-27, traduction ICI

Kopytoff , I. « The cultural biography of things : commoditization as process, » in Appadurai , A. (ed.), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, London-New York, Cambridge University Press,1986

Latour B., Sur le culte moderne des dieux faîtiches suivi de Iconoclash, Paris, La Découverte, 2009

Maire, A., « De la réparation à la restauration d’un masque Mossi, pour sa survivance », (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2009

Prado, P., Territoire de l’objet, Paris, Editions des archives contemporaines, 2003, 149 p.

Riegl, A., Le Culte moderne des monuments : Son essence, sa genèse, Paris, L’harmattan, 2003 [1903]

Roitman J. & Warnier J.-P., « La politique de la valeur », Journal des Africanistes, 76-1, 2006, pp. 205-216

Schmitt J.-C., Le corps des images : Essais sur la culture visuelle au Moyen-Âge, Paris, Gallimard, 2002

Severi C., « Pour une anthropologie des images. Histoire de l’art, esthétique et anthropologie », L’Homme 2003, n° 165, p. 7-9.

Speranza G. (dir.), Objets blessés : la réparation en Afrique, [exposition, Paris, Musée du quai Branly, 19 juin-16 septembre 2007], Paris, Musée du quai Branly, Milan, 5 continent, 2007, p. 19‑23.

Thévenot L., « Essai sur les objets usuels », Raisons pratiques, n° 4, p. 85-111, 1993

Van Eck C., 2014, François Lemée et la statue de Louis XIV. Les origines des théories ethnologiques du fétichisme, Paris, Éditions de la MSH, 2014

_____________________________

Gaspard Salatko, 14.04.17

Thème de la 7ème session de séminaire

Marco03 ter_2015Le séminaire art et artefactualité  initié avec Jean-Pierre Cometti pour explorer la piste d’un « nouveau matérialisme », qui envisage une ontologie des œuvres d’art et autres biens culturels à l’aune du pragmatisme assorti aux enjeux de la conservation-restauration, s’attache aujourd’hui avec Gaspard Salatko aux bénéfices des croisements de la conversation-restauration avec les sciences sociales. Il s’agit toujours, comme le revendique la profession de foi du séminaire, de cerner « les questionnements et propositions de réponses qui concernent principalement les moyens, enjeux et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge pour sa part ».

« The ‘material turn’ of the past decades, which designated a deep preoccupation with materiality, reinforced interests in conservation’s scholarship across a range of disciplines within the humanities. Most importantly, however, conservation has begun emancipating itself from its somewhat subordinate role in relation to other disciplines by contributing to greater knowledge about both objects and the cultures that produced them. » (Hölling, 2016) Outre son objectif immédiat et personnalisé de fournir des réponses aux problèmes posés et des ressources à l’élaboration du mémoire, le séminaire voudrait servir à l’affranchissement de la conservation-restauration envers son rôle d’activité auxiliaire, par la reconnaissance de son apport notamment au courant du « tournant matériel » évoqué par Hanna Hölling et Gaspard Salatko. Les investigations menées depuis plusieurs années dans le cadre du programme de recherche en et pour la conservation-restauration dont le séminaire « art et artefactualité » se veut le ralliement, s’inscrivent dans une démarche de prospection heuristique1 visant à corréler l’approche critique des biens culturels prônée à l’école, avec des ressources méthodologiques des sciences sociales. L’idée force étant d’identifier des outils et méthodes très concrets, susceptibles d’être mis à profit pratiquement par les étudiants du second cycle de l’ESAA.

Ma contribution prochaine portera particulièrement sur l’examen de ressorts – de la sociologie, l’ anthropologie et l’ethnologie – appropriés à l’enquête en conservation – restauration: les notions de « vie sociale » et de « biographie culturelle » telles que Arjun Appadurai et Igor Kopytoff les ont significativement définies, développées et différenciées dans un ouvrage clé sous la direction du socio-anthropologue indien (1986).

L’ethnologue Thierry Bonnot s’est inscrit dans leur sillage en publiant deux livres (2002 et 2014) qui font l’apologie de la notion de biographie en ce qu’elle « permet d’isoler les différentes étapes de la vie des objets en les dépouillant de toute catégorie préalable 2marchandise, ustensile, produit ou collection. » Une manière de renier la vision strictement positiviste et univoque des objets telle qu’elle est encore trop réduite dans les rapports d’activité de beaucoup de conservateurs-restaurateurs. C’est sans doute  sa double formation d’archéologue et d’anthropologue qui a influencé auparavant Daniel Miller dans un ouvrage remarqué  (1987) qui appelle à l’ analyse, non pas de l’ objet matériel en soi, ni des relations sociales en elles-même, mais à celle de l’articulation entre eux; l’objectif étant de  repenser la société de consommation de masse en tant que « contexte dominant dans lequel sont noués les rapports avec les objets ». (trad. Miller, 1987, p.4). Dans son premier ouvrage (1968) non moins marquant, soutenant que les objets en particulier n’épuisent pas leur sens seulement dans leur « physicalité » et leur fonction pratique, Jean Baudrillard proposait déjà une analyse « relationnelle », mais de nature sémiologique et phénoménologique, cherchant à comprendre comment les objets fabriqués par l’homme avaient progressivement conquis leur autonomie,  « les objets [étant] devenus aujourd’hui  plus complexes que les comportements de l’homme relatifs à ces objets … […] leur finalité poussée en fai[san]t presque aujourd’hui les acteurs d’un processus global dont l’homme n’est plus que le rôle, ou le spectateur » (1968, p.79).

L’approche biographique, à la fois synchronique et diachronique, consiste à réfuter la perception prioritairement ou exclusivement formelle et matérielle des objets. Elle veut prendre aussi en compte la variété de leurs statuts, des rapports noués avec eux, des goûts esthétiques, des techniques, des valeurs et des changements de perception « vécus » par eux dans des situations données au cours de leur existence. Cette méthode permet l’examen d’une artefactualité des objets à l’évidence de leurs trajectoires physiques et légales, jalonnées par des changements de possesseurs et de contextes, chaque étape constituant une strate de son histoire et de sa valeur. Ces variations multiples à considérer comme de véritables faits sociaux dans le continuum d’un parcours parfois sinueux, renseignent d’une part sur les rapports des hommes avec leur environnement matériel, d’autre part sur la relation des groupes à leur passé et sur leur gestion de la mémoire. L’histoire de la « vie » d’un bien culturel permet de mettre en lumière, non seulement l’entremêlement de ses relations avec les hommes en un réseau d’ « attachements » autant particuliers que collectifs, mais aussi son implication dans celles que nouent les hommes entre eux.

Des emprunts aux travaux de recherche de récents diplômés (Gaydon, 2013  et  Maire, 2009) viendront alimenter le propos.

_____________________

Bibliographie de référence

APPADURAI, A. (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural perspective, London-New York, Cambridge University press,1986, 329 p.

                             « Les marchandises et les politiques de la valeur », (trad. J.-P. Warnier), Sociétés politiques comparées, n°11, Janvier 2009, pp.1-70

BAUDRILLARD, J., Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968, 294 p.

BONNOT, T., La vie des objets, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme, 2002, 246 p.

                     L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014, 239 p.

BROMBERGER, C., Carrières d’objets. Innovations et relances, Paris, coll. Ethnologie de la France n°13, Mission du patrimoine, ethnologique de la France-Maison des sciences de l’homme, 2000, 224 p.

GAYDON, L., Pour réitérer La Vieille neuve sans la travestir. Conservation- restauration d’une installation de Pascale Marthine Tayou, (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2013,

GELL, A., L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, (trad. O. et S. Renaut),  Presses du réel, Dijon, 2009 [1998], 356 p.,

GELLEREAU, M., « Le récit de témoignage sur les usages comme reconstruction du sens des objets », Culture & Musée, n°18, 2011, pp.75-97

HEINICH, N., « Les objets-personnes : fétiches, reliques et œuvres d’art », Sociologie de l’art, n°6,1993, p. 25-55

HÖLLING, H., « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacrum, Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 2014, N°1 / p. 22-27   

KOPYTOFF , I. « The cultural biography of things : commoditization as process, » in APPADURAI , A. (ed.), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, London-New York, Cambridge University Press,1986, pp. 64-91

MAIRE, A., De la réparation à la restauration d’un masque Mossi, pour sa survivance, (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2009

MILLER, D., Material Culture and Mass Consumption, Oxford-NewYork, Basil Blackwell, 1987, 240 p.

PRADO, P., Territoire de l’objet, Paris, Editions des archives contemporaines, 2003, 149 p.

ROITMAN J. & WARNIER J.-P., « La politique de la valeur », Journal des Africanistes, 76-1, 2006, pp. 205-216

_________Notes  _____________________________________________

2  C’est ce que les travaux du séminaire « art et artefactualité » ont déjà conclu, en affirmant que toute catégorie qu’elle soit artistique, de genre, d’espèce, etc., ne constitue un prérequis, ni descriptif, ni identitaire.

Pourquoi nous vivons un tournant historique

L'âge de la régression - Pourquoi nous vivons un tournant historique - APPADURAI ARJUNEditeur: Premier parallèle      Date de sortie : 13/04/2017

Nous vivons un tournant historique. Non, nous n’avons pas assisté à « la fin de l’Histoire ». Loin de marquer le début du règne d’une démocratie universelle et d’un capitalisme heureux, la chute du mur de Berlin a inauguré une période de tourments politiques. Ascension de partis nationalistes (pensons par exemple au Front national), démagogie (telle que l’incarne Donald Trump), souverainisme (Brexit), tendances autoritaristes d’Europe centrale et d’Europe de l’Est (Hongrie et Pologne), appels à la « grandeur » et à la « pureté » nationale (Narendra Modi en Inde, Vladimir Poutine en Russie), vague générale de xénophobie et de crimes haineux, brutalisation des discours politiques, complotisme, « ère post-vérité », appels à l’érection de murs toujours plus nombreux, toujours plus hauts… Tout se passe comme si nous assistions à un grand retour en arrière. Comme si la peur, la violence et le repli sur soi l’emportaient sur les espoirs jadis nourris par la mondialisation. Quinze intellectuels, chercheurs et universitaires de renommée internationale explorent les racines profondes de la situation qui est la nôtre aujourd’hui, et qu’il est permis d’appeler une « grande régression ». Ils la replacent dans son contexte historique, s’attachent à élaborer des scénarios possibles pour les années à venir, et débattent des stratégies susceptibles de la contrecarrer. Arjun Appadurai, Zygmunt Bauman, Nancy Fraser, Bruno Latour, Eva Illouz, Ivan Krastev, Paul Mason, Pankaj Mishra, Robert Misik, Oliver Nachtwey, Donatella della Porta, César Rendueles, Wolfgang Streeck, David van Reybrouck, Slavoj Žižek. Préface de Heinrich Geiselberger. (Desription de l’éditeur).

Un peu d’Afrique beaucoup à Paris

« L’ Afrique des routes »             31 Janv. – 12 Nov. 2017              Musée du Quai Branly – J.Chirac  Lire ici

Alexis Peskine • Le radeau de la Méduse • 2015

 

« Afriques Capitales »                 29 Mars – 28 Mai 2017            Grande Halle de la Villette        Lire ici

« Trésors de l’islam en Afrique »                                                 De Tombouctou à Zanzibar Institut du monde arabe          14 avril30 juillet 2017         Lire ici
image « Le nouvel atelier »                     26 Avril – 28 Août 2017            Fondation Louis Vuitton      Lire ici

Appel à parrainage / Call for sponsorship

Le parrainage dont il est question ici, est un soutien financier à fournir à quelques étudiant(e)s, en vue d’en retirer un bénéfice direct, selon la définition prévue par l’arrêté du 6 janvier 1989 relatif à la terminologie économique et financière *.

Cette année aura lieu  le  18 ème congrès triennal de l’ICOM-CC  à Copenhague au Danemark, du 4 au 8 Septembre inclus.  La contribution demandée pour financer  la participation de ces étudiant(e)s à cet événement, s’élève en tout ou partie à la somme forfaitaire de Mille (1.000,-) Euros par personne. Elle doit servir à couvrir les frais d’inscription au congrès, des voyages AR, d’hébergement, et de per diem.

Merci de partager ce message et de faire offre en prenant contact avec la rédaction, impérativement avant le 10 May 2017 : 
seminart.esaa @ gmail.com
The sponsorship which is referred,  is financial support for a few students with a view to obtaining a direct benefit as defined by the French legal  decret of the 6th  January 1989 on economic terminology and Financial system *. This year will be the 18th ICOM-CC Triennial Congress in Copenhagen, Denmark. The contribution requested to finance the participation of these students in this event amounts, in whole or in part, to a thousand (1.000,-) Euros per person. It is intended to cover conference registration, AR travel, accommodation, and per diem expenses.
Thank you for sharing this message et making your offer by contacting the chief-editor, imperatively before 10 May 2017: 
seminart.esaa @ gmail.com

The 18th Triennial Conference /   will be held in Copenhagen, Denmark from  4-8 September 2017.

The Conference theme is « Linking Past and Future« . In close collaboration with the ICOM-CC Directory Board, the Danish National Organizing Committee and its Danish partners will develop an appealing plenary programme as well as a full social programme.

The Conference will also mark and celebrate ICOM-CC’s 50th Anniversary.

* L’article 39-1-7° du CGI prévoit que les dépenses engagées par les entreprises dans le cadre de manifestations notamment de caractère culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique ou à la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises, sont déductibles du revenu imposable de l’entreprise lorsqu’elles sont engagées dans l’intérêt direct de l’exploitation.

Intérêt de dépenses de parrainage:

Les dépenses engagées pour un  parrainage sont destinées à promouvoir l’image de marque de l’entreprise. Celui-ci répond donc à une démarche commerciale explicitement  raisonnée, quant à sa retombée.

Condition de déduction

Les dépenses de parrainage sont déductibles des résultats de l’entreprise soumis à l’impôt sur les sociétés, qui les engage lorsqu’elles sont exposées dans l’intérêt direct de l’exploitation. Cette condition est considérée comme remplie lorsque :

  • l’identification de l’entreprise qui entend promouvoir son image de marque est assurée quelque soit le support utilisé (affiches, annonces de presse, effets médiatiques, etc…) ;

  • les dépenses engagées sont en rapport avec l’avantage attendu par l’entreprise. Celle-ci doit être en mesure de justifier que les charges supportées à l’occasion d’une action de parrainage ne sont pas excessives eu égard à l’importance de la contrepartie attendue.

Les dépenses engagées doivent satisfaire les conditions générales des charges au même titre que les autres frais généraux. En raison de son caractère commercial, la dépense de parrainage doit faire l’objet d’une facturation assujettie à la TVA.

Accès à la déontologie : bilan et perspective des formations en France

Mercredi 17 mai 2017
Auditorium Colbert – 18h/21h

Le Comité national français de l’ICOM, acteur majeur de la réflexion sur la déontologie des musées, initie un cycle de débats méthodologiques sur l’accès à la déontologie.

Dans un cadre professionnel en perpétuelle évolution, de nombreuses questions émergent : ces formations sont-elles suffisantes ? Sont-elles adaptées à la diversité des profils ? Aux besoins des institutions ? Dans sa vie professionnelle, comment mettre en pratique au quotidien un enseignement académique ? Comment formaliser nos besoins en formation sur la déontologie afin d’y intéresser et de toucher le panel élargi des compétences nécessaires au fonctionnement d’une institution ?

Ces débats auront lieu en fin de journée, pour permettre aux professionnels en activité et aux étudiants d’y participer librement.

La première « Soirée déontologie », organisée en partenariat avec l’Institut national du patrimoine, se tiendra le 17 mai 2017 de 18h à 21h, dans l’auditorium Colbert, galerie Colbert, 2 rue Vivienne – 75002 Paris. Elle portera sur l’état des lieux des formations existantes en déontologie, forces et faiblesses du dispositif français.

Programme : bientôt disponible

Lieu de la rencontre ICI

Inscription avant le 15 Mai  ICI

Patrimoines en mouvement : entre préservation et dévotion

Bruxelles, 27-28 avril 2017

Ce n’est que dans les dernières années du XXe siècle que, sous l’impulsion de l’UNESCO, le patrimoine immatériel a été reconnu comme une fraction essentielle du patrimoine culturel de l’humanité. Les traditions orales, les savoir-faire, les pratiques sociales, les rituels et les événements festifs sont aujourd’hui reconnus comme des composantes fondamentales de la diversité culturelle. À ce titre, l’autorité publique doit veiller à en assurer la préservation pour les générations futures.

Diverses manifestations reconnues du patrimoine culturel immatériel impliquent d’autres enjeux patrimoniaux. C’est le cas de certaines pratiques rituelles et festives centrées sur des objets faisant figure d’écrins véhiculant des valeurs mémorielles ou religieuses. Souvent, les processions en tous genres, religieuses ou non, assurent des déplacements d’objets mobiliers qui peuvent être eux-mêmes de haute valeur patrimoniale et qui sont à leur tour l’expression de la communauté qui les a engendrés. On songe par exemple aux antiques statues ou reliquaires en tous genres qui sortent périodiquement dans des conditions parfois susceptibles de mettre leur conservation en péril. Il y a donc un conflit de valeurs entre les manifestations relevant du patrimoine immatériel et les objets précieux qui les soutiennent. On reconnaîtra aussi un conflit de valeurs pour un même objet, qui peut être reconnu d’un côté comme objet de dévotion et de l’autre comme objet patrimonial.

À l’occasion des quinze ans du décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) relatif aux biens culturels mobiliers et au patrimoine oral et immatériel, la Direction du Patrimoine culturel de la FWB et l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) se sont associés pour mener une réflexion sur la manière de concilier les valeurs opposées présidant à la préservation tant des manifestations immatérielles que du patrimoine mobilier qui en constitue le ressort matériel. Il s’agira moins de se focaliser sur de multiples études de cas que de dégager des mécanismes susceptibles d’assurer de façon harmonieuse la pérennisation tant des pièces processionnées que des manifestations qu’elles rehaussent. L’objectif est d’aboutir à des solutions concrètes permettant d’améliorer l’analyse des risques et les conditions de déplacement, de sécurité et de manipulation de biens processionnés.

Ce colloque se tiendra dans l’auditorium de l’Institut royal du Patrimoine artistique (1, parc du Cinquantenaire B-1000 Bruxelles) les jeudi 27 et vendredi 28 avril 2017.

 

 

Inscription en ligne avant le 18 Avril  ICI

 Les actes seront publiés par la FWB.

Comité organisateur :

Marjolijn Debulpaep (IRPA-KIK)

Mallorie Duplouy (FWB)

Géraldine Jaffré (FWB)

Pierre-Yves Kairis (IRPA-KIK)

Caroline Marchant (FWB)

Emmanuelle Mercier (IRPA-KIK)

Ieva Mikutavičiūté (FWB)

Nathalie Nyst (FWB)

Fanny Van Cleven (IRPA-KIK)

Claude Vandewattyne (FWB)

« Art and artefactuality » seminar

Résultat de recherche d'images pour "Name June Paik"
Nam June Paik, «Random Access Music» Exposition of Music – Electronic Television, 1963, crédits : Manfred Montwé | © Nam June Paik

The « art and artefactuality » seminar focuses primarily on contemporary art made since the 1960s and ethnographic objects (to be understood as being  geographically and temporally, native  to distant cultures). Conducted by Gaspard Salatko and Marc Maire, it examines  issues raised when both works of art designed to be iterative, ephemeral, or provisional, and artefacts produced to have a limited lifetime, become the subject of conservation and exhibition projects.  Considering both conceptual and material problems, the aim of the seminar is to help significantly students to resolve difficulties of conserving and restoring the  cultural property they have in charge. With nine meetings in the year, the reflection is particularly  based on case studies and recent treatments proposed by ancient students of the conservation cursus in the ESAA.

Introduced in 2011 by an interdisciplinary duet, the philosopher Jean-Pierre Cometti and the conservator Marc Maire, this seminar is continuing a practice begun for more than ten years in the ESAA to anchor the research practice in second cycle of the conservation training. It attempts to develop  research processes to formulate their  methods and rules, while making a methodological reflection on this exercise. This kind of heuristics is evolving by developing, dilating, and accentuating reflections as well as by trying hard to supply and to refine answers to problems of conservation applications.

The seminar establishes at the same time, the theoretical, methodological and practical cornerstone of the second cycle research education program, by displaying themes on nine monthly sessions, from October till June included.  According to the status, the ontology and the objects regime of which conservation is called to take care, it aims expressly at questioning its field of intervention at the crossroads of  philosophy of art, aesthetics, art history,  technical culture and  other human and social sciences.


 

 

Référentiel de la formation à la c-r de l’ESAA, en 10 points

Référentiel 2017 de formation à la conservation-restauration de l’ ESA d’Avignon en 10 points

1 ● Sciences humaines

– Histoire des arts visuels et des médias

– Socio-anthropologie de la culture

– Philosophie de l’art / esthétique

– Muséologie / expologie

2 ● Enquête documentaire

– Collecte de sources

– Rédaction de notes de lecture

– Exploitation des sources

3 ● Pratique artistique et technique

– Approche théorique et pratique de médiums (Dessin, photo, vidéo, numérique, …)

– Pratique de la création et de l’exposition

– Pratique de l’écriture rédactionnelle

4 ● Pratique de l’anglais

Compétence pour accéder à la littérature internationale et communiquer à l’étranger, le français n’étant lu et parlé que par moins de 1 % de la communauté mondiale.

5 ● Sciences et technologie matérielles

– Techniques historiques de transformation et de fabrication des matériaux naturels, artificiels et synthétiques

– Documents historiques et modernes et leur utilisation

– Vieillissement des matériaux organiques, minéraux et des matières plastiques

– Matières et matériaux utilisables, utilisés et prohibés en conservation-restauration et leurs applications

– Sciences de la matière (chimie, physique, biologie)

– Examens et analyses scientifiques : instruments, techniques, formulation de la demande et interprétation

6 ● Conservation – restauration

▪ Histoire et herméneutique

Théories et définitions normatives de l’activité et de la profession en France, en Europe et dans les pays industrialisés

Éthique et déontologie

Éthique de la préservation des biens culturels et de la profession (déontologie), responsabilité pour l’art et le patrimoine culturel en tant que source historique, responsabilité politique, sociale et culturelle envers la société

– Autres cultures

– Institutions nationales et internationales

▪ Méthodologie

– Exploitation de documents connexes à un artefact

– Étude des techniques historiques et matériaux utilisés

– Approche logique (déductive, inductive et abductive) pour l’objectivation de l’argumentation

▪ Pratique empirique et scientifique

– Approche sensitive des artefacts culturels : distances du regard, touchabilité et manipulation, rôle des autres sens, posture corporelle dans l’espace

– Examen visuel de détection des altérations, et utilisation d’instruments complémentaires

– Appréhension, acquisition et entretien de machines, instruments et outils

– Conservation préventive : considération du contexte environnemental ( climat, lumière, pollution) en exposition, stockage, transport et maintenance

– Conservation curative : approche technique mimétique, élaboration d’une proposition de traitements, organisation d’un projet de conservation-restauration

– Restauration : visibilité, lisibilité, intelligibilité, appréciabilité, ré-actualisation, réactivation, …

▪ Documentation

– De l’étude, des examens, du diagnostic et du pronostic, de la démarche critique en vue d’une proposition de traitement, des traitements, de leur mises en œuvre et des sources mobilisées

– Informations iconiques et graphiques

– Bilan des résultats

7 ● Législation

▪ Sécurité des biens, des personnes et de l’environnement

▪ Public : institutions et collectivités

▪ Travail : statuts professionnels

▪ Marchés publics : appels d’offre, devis, facturation

8 ●  Professionnalisation

–  Chantiers-école collectifs permanents inclus dans les programmes scolaires du I° et II° cycles, en partenariats avec des institutions publiques pour des interventions sur leur collection.

– Stage individuel  d’immersion en milieu professionnel pendant le premier cycle (2 à 3 semaines à partir du semestre 3 jusqu’au semestre 5, pendant les congés scolaires)

– Stage individuel d’intégration d’une ou plusieurs institutions publiques ou privées, de préférence à l’étranger, en lien avec le projet de recherche de II° cycle =3 à 4 mois (voire plus) au semestre 8

9 ●  Recherche

– Conception d’un projet de recherche et communication de ses résultats

– Méthodologie de la recherche : démarche analytique, critique, comparatiste, …

– Séminaires méthodologiques et thématiques

– Rhétorique du mémoire et de l’exposé : convenance de l’expression et de la formulation écrite comme orale à un argumentaire

10 ● Diplômes (en fin de L, M et D)

– DNAP, Diplôme National d’Arts Plastiques, option art, mention conservation-restauration, au grade de la Licence,

– DNSEP, Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, option art, mention conservation-restauration, au grade du Master II

– DSRA, Diplôme Supérieur de Recherche en Art, mention conservation-restauration, au niveau du doctorat de III° cycle

Deux journées de formation ARAAFU

L’Araafu propose la formation : Prévention des risques d’infestation au sein des établissements patrimoniaux

Date : 2 journées, jeudi 12 et vendredi 13 octobre 2017

Horaires : 9h30-13h et 14h-18h

Lieu : AGECA 177 rue de Charonne, 75011 Paris.

Vous trouverez, en fichier attaché, la plaquette de présentation du stage et le formulaire d’inscription

vous pouvez bien entendu confirmer avant le 20 septembre (date de clôture des inscriptions), puisque la

Date limite d’inscription = 20 septembre 2017
………………………..
Nous attirons votre attention sur le fait qu’il y a peu de places. Celles-ci seront attribuées par ordre de réception. Pensez à pré-réserver dès à présent par courriel ou téléphone !
 
vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puis confirmer avant le 29 mars par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
 
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat :
– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).
 
N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
 
Pour le FIF-PL, nouvelle procédure, il faut me transmettre avant le stage le document « attestation de présence » correspondant à votre code NAF que vous pouvez trouver sur le site du FIF-PL.

Un entretien de Jean-Pierre Cometti avec Eric Mangion.

Cet entretien date de 2011.

EM. Vous êtes un des rares philosophes à fréquenter régulièrement des artistes contemporains, et même à enseigner dans une école d’art, comme à traduire de nombreux textes théoriques sur l’art, et pourtant vous estimez que ce n’est pas à la philosophie de légiférer sur l’interprétation et l’identification de l’art, pas même sous la forme d’une métacritique. J’y vois là un grand paradoxe. D’autres s’en chargent, non ?

JPC. La position des philosophes est ambiguë. L’intérêt qu’ils portent à l’art est toujours plus ou moins empreint de leurs démangeaisons propres, à quoi il faut ajouter leur propension à se donner l’avantage d’un accès privilégié à ce qui retient leur attention. Comme si toute chose recelait un sens qu’il s’agissait de déceler, de recueillir, et comme si la philosophie en était spécifiquement chargée. Mes intérêts, si j’en ai, ne sont pas de cette nature. Ce qui m’intrigue, c’est la manière dont les pratiques artistiques, et toutes sortes d’autres pratiques, sont investies d’un sens, identifiées et légitimées au regard de nos croyances et des institutions qui les orchestrent. En un sens, il n’y a pas d’art ; ce qu’il y a, ce sont des pratiques qui répondent à des conditions données et se voient accorder un sens et un statut particulier, distinct, même si elles communiquent, bien entendu, avec une multitude d’autres pratiques autrement cataloguées. L’ontologie, de ce point de vue, est toujours de trop. Ces conditions sont sociales ; en ce qui nous concerne, elles vont de pair avec le statut d’autonomie que l’art a acquis dans nos sociétés. Pour moi, la question est donc plus de savoir ce qui fait l’art et en même temps ce qu’il fait, plutôt que ce qu’il est. Il se peut que la philosophie y contribue, au même titre que d’autres facteurs culturels ; quant à statuer sur l’art, je ne crois pas que cela ait beaucoup de sens pour la philosophie, De quoi pourrait-elle se recommander ? Mais puisque vous parlez de « métacritique », je dirais que le type de réflexion que je crois praticable doit s’appliquer à la critique – la critique d’art, dans ce cas – en ce qu’elle participe de ce que j’appelle les « facteurs d’art »1 . La critique se situe au point d’insertion des pratiques artistiques dans l’espace public, c’est-à-dire de leur identification et de leur reconnaissance. Mais elle entre en relation, pour ne pas dire en concurrence, avec d’autres instances, ce qui devrait l’obliger à en prendre la mesure et à en tirer les conséquences. Le type d’analyse que cette situation permet d’entrevoir est d’ordre métacritique. Il relève des perspectives que j’ai évoquées il y a quelques instants, mais il concerne tout autant la critique elle-même que la philosophie. Une chose me paraît sûre : il existe une priorité de la critique sur la philosophie. Quelles que soient les options de cette dernière, elle ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur ce que la critique met en jeu, c’est-à-dire sur ce qui fait l’art, dans des conditions dont la critique patentée est partie prenante.

EM. Dans votre prochain ouvrage Art et facteurs d’art, vous évoquez justement l’évolution de ces « facteurs d’art ». En quoi ont-ils évolué et en quoi réduisent-ils l’autonomie ontologique de l’art ? Je pense notamment à ces « modalités pragmatiques et performatives impliquées dans l’identification et la reconnaissance auxquelles les oeuvres doivent leur statut » que vous évoquez.

JPC. L’autonomie artistique est un produit contingent de l’histoire. Elle coïncide avec l’émergence de ce que Peter Bürger appelle l’ « institution art », dans sa Théorie de l’avant-garde.2 Elle relève, en un sens, d’une manière d’être, indissociable de ces « facteurs d’art » auxquels j’ai fait allusion. Mais pas seulement de ces institutions que sont le musée, l’exposition, etc., comme on pourrait trop aisément le croire. Il y va des dispositions et des standards mobilisés sur le plan de la perception, des représentations et des croyances auxquelles elles se conjuguent, et bien entendu des dispositifs techniques qui y entrent selon des modalités diverses. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’art et notre rapport à l’art ne jouissent qu’en apparence d’un statut autonome. Les croyances – et les théories – qui créditent l’art d’un tel statut (ces croyances sont présentes au sein des mouvements artistiques eux-mêmes depuis le romantisme notamment) reposent sur la transposition, à l’échelle des œuvres et des pratiques – et bien entendu de l’expérience esthétique – des conditions constitutives (d’un point de vue historique et social) d’un art séparé, c’est-à-dire de la constitution, dans le champ social, d’un domaine séparé d’activités, de productions et de comportements crédités de fins et d’une valeur propres. John Dewey, dans son livre de 1932, L’art comme expérience, en a établi le diagnostic. Sa notion d’expérience permet non seulement de comprendre en quoi l’art, que ce soit sur le plan de la production ou de la réception, s’inscrit dans un champ de dispositions et d’activités beaucoup plus large que ce que recouvre ordinairement le concept d’ « expérience esthétique », mais elle possède aussi cette vertu de placer sous un autre éclairage l’art et les pratiques artistiques comme telles, y compris là où elles se voient attribuer une signification autonome. Grosso modo, elle consiste notamment à réinscrire l’art et notre rapport à l’art dans le temps et dans le contexte plus large de nos interactions avec notre milieu, naturel, culturel et social. Ce rapport au temps ou à l’événement dont l’expérience est indissociable s’oublie dans la tendance à fixer dans des propriétés attribuables à des objets les caractéristiques qui en émergent ou en font partie. À cela tient le privilège des objets, et à cet égard il en va de l’art comme de tout le reste, bien que le paradigme de l’œuvre en illustre le parachèvement. Si vous substituez au concept d’art ou au concept d’œuvre celui d’expérience, vous changez complètement de sujet. Vous ne vous posez plus les questions irritantes et inutiles de ce qu’est une « œuvre », de ce qui la qualifie comme telle du point de vue de ses propriétés ou de ce qui en fait la valeur intrinsèque. Vous prenez davantage en considération ce qui a lieu, dans les conditions où cela se produit, et en pensant que vous n’avez aucune raison, hormis nos habitudes, d’en dissocier les objets qui semblent en recueillir toutes les vertus. Bien entendu, ce que je suggère ici pose toutes sortes de problèmes sur lesquels je ne m’attarderai pas, mais je ferai une dernière remarque en pensant à l’intérêt que vous portez vous-même à la performance. L’expérience, au sens de Dewey — c’est-à-dire de ce qui entre à un moment donné dans un champ d’interactions — correspond exactement à ce que nous appelons une performance en art. Mais nous aurions tort de faire de la performance un genre ou quelque chose comme cela. La performance ou l’expérience sont la dimension sous laquelle il y a ou peut y avoir « œuvre », selon l’usage ordinaire de ce mot. C’est à cela que renvoient les « modalités pragmatiques et performatives » auxquelles vous faisiez allusion.

1 Art et facteurs d’art, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 (à paraître). 

2 Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde, trad., Paris, éd. Questions théoriques, 2012 (à paraître).

Réaction au programme de la journée d’étude sur la profession de conservateur-restaurateur.

Le 07 Avril prochain, la section fédérée PACA de l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques Françaises (AGCCPF) et la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR), organisent une journée d’étude ayant pour intitulé, « Conservateur-restaurateur : une profession en questions »  (voir ici), consacrée « aux enjeux de la reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur ».

A la lecture du pré-programme, il y a de quoi être extrêmement déçu et même exaspéré en voyant à quel point la parole est accaparée par les tenants de ce qui apparaît comme une véritable coterie largement parisienne et institutionnelle. Or ce n’est ni dans la capitale ou en région parisienne,  ni sous statut public, ni encore en situation économiquement convenable qu’exerce aujourd’hui la grande majorité des conservateurs-restaurateurs habilités dont il doit être question lors de cette journée. Ceux-là même pour qui une note interne du Ministère de la Culture du 22 février 2016 appelle à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession.

Alors que cette rencontre se déroule à Marseille avec le soutien financier de la Région PACA, le département de conservation-restauration de l’Ecole Supérieure  d’Art d’Avignon (ESAA), l’une des quatre formations publiques françaises à un exercice professionnel habilité au sein des musées de France et la seule implantée en PACA, n’a même pas été sollicitée pour y contribuer ! Certains de ses représentants et diplômés étaient pourtant susceptibles de fédérer et faire entendre des voix diverses et rares,  concernant par exemple ,

  • la reconnaissance  de la conservation-restauration en tant que véritable discipline, en remplacement d’une activité seulement auxiliaire de l’histoire, de l’histoire de l’art ou de l’archéologie à laquelle elle est encore confinée en France,
  • l’absence d’école doctorale en conservation-restauration quand toutes les vieilles nations d’Europe occidentale en sont dotées,

  • la spécificité de la formation à la discipline en école supérieure d’art,

  • son orientation à Avignon vers un modèle d’ingénierie de la conservation-restauration et ses perspectives en considération des nouveaux usages du patrimoine qui ont  déjà cours,

  • les effets des restrictions budgétaires subies récemment avec grand bruit, ayant conduit à la fragilisation extrême de la formation avignonnaise,

  • ou  dans un registre plus revendicatif, les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes diplômés dans le marché, 

  • et la mesure rapide de la baisse de la TVA pour relancer la commande.

Au lieu de cela, il est prévu une prestation de la responsable de la formation initiale du département des restaurateurs de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui se place ainsi en position hégémonique avec, apparemment, la bénédiction de la section fédérée PACA de l’AGCCPF et de la FFCR. Son sujet  fort peu à propos de surcroît,  traite de « la pédagogie  à l’INP, comme outil pour la reconnaissance des domaines d’expertise du conservateur-restaurateur ». Or personne* n’oserait se permettre aujourd’hui une remise en question des domaines d’expertise du conservateur-restaurateur.  C’est le manque de sa reconnaissance statutaire qui pose problème à la profession, et qui n’est pas sans conséquences néfastes pour le patrimoine !

* Excepté le rapport « Musées du XXIème siècle » coordonné par la conservatrice générale du patrimoine, Jacqueline Eidelman, dont il sera question plus loin.

La présidente de la FFCR  jouit, elle, du privilège de deux temps de parole dans la journée, – on se demande bien pourquoi -, tandis qu’un membre de son conseil d’administration propose de questionner la solution d’« une liste des métiers du patrimoine », laquelle a déjà été émise et argumentée il y a un an dans une colonne  de Semin’R : « La meilleure solution serait certainement de créer une liste de métiers et professions dédiés à la sauvegarde des objets d’art et du patrimoine, où artisans des métiers d’art, artisans et professions libérales  pourraient parfaitement être définis et cohabiter en bonne intelligence et en mutualisation d’expériences ». (voir ici)

Si ce n’est pas une volonté délibérée de monopole du discours, alors c’est un flagrant délit de cynisme et  de manquement à un devoir de responsabilité autant que de solidarité les plus élémentaires de la part des organisateurs, dont la FFCR / Paris & PACA. Bien qu’elle compte encore parmi ses adhérents des étudiants de l’ESAA, elle donne hélas raison pour le coup à ses détracteurs qui l’accusent de centralisme voire de parisianisme.

Incapable de se déprendre d’une subordination tutélaire, elle était déjà taxée d’un manque patent de vigueur et de fermeté dans la revendication publique. Ce défaut sapant la crédibilité d’une volonté de rupture radicale avec le régime inique auquel sont réduits les conservateurs-restaurateurs,  et avec le système des marchés publics qui les précarisent toujours un peu plus.

Afin d’espérer une meilleure représentativité quantitative de la profession, peut-être la FFCR devrait-elle commencer par une mesure « restauratrice » tout à fait dans ses cordes: celle à la fois historique et symbolique de rétablir dans l’intitulé de son objet, l’appellation normative « conservateur-restaurateur » qui fut inconsidérément escamotée dans le courant des années  2000  pour des raisons peu avouables  et qui  ont  porté préjudice à la reconnaissance de la profession.

Et suite à une actualité très récente, sans doute le rapport de la mission « Musées du XXIe siècle » remis il y peu à la Ministre de la Culture et de la Communication devrait-il a minima donner lieu à un courrier public de protestation, au vu du passage affligeant évoquant les (conservateurs-) restaurateurs. Car outre son indigence pathétique en comparaison des précédents rapports, celui-ci constitue une véritable avanie pour les conservateurs-restaurateurs  et  tous ceux qui réclamaient dans une lettre ouverte il y a tout juste un an pour la profession, « que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques. »

La rencontre du 07 Avril, n’était-elle pas une bonne opportunité  de discuter de l’extrait du rapport ministériel: « Mais sans aller jusqu’à la fonctionnarisation, les grands musées gagneraient à créer des services de restauration internes. Certains conservateurs pensent toutefois que cette solution n’est pas sans danger (cf. système anglo-saxon) » ?

Du reste, il est très peu probable au vu de la suite du contenu de la journée, qu’assez de temps puisse être consacré aux difficultés statutaires et économiques du plus grand nombre des conservateurs-restaurateurs  professionnels. « La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au  bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre », clamait publiquement en Mars 2016 une cohorte de conservateurs, artistes, conservateurs-restaurateurs, et acteurs institutionnels de renom  pour alerter les pouvoirs et l’opinion publics. Hélas, tout juste un an après, cette réunion s’apparente au modèle de la journée auto-promotionnelle en vase clos. Car elle s’annonce surtout comme une sempiternelle présentation de vitrines de structures publiques ou privées, très peu représentatives du cadre professionnel de la grande majorité des conservateurs-restaurateurs, où chaque laudateur s’efforcera d’y vanter et proclamer le haut niveau de compétence et de capacité de complémentarité du conservateur-restaurateur dans le meilleur des mondes « de la chaîne patrimoniale; ».

Très joli tout cela et suffisamment varié sur le papier, dispensé par des personnes certainement pleines de bonne volonté, mais qui vont meubler un temps de parole qui aurait pu être employé  pour aborder de front les problèmes graves rencontrés par les conservateurs-restaurateurs professionnels, entrepreneurs privés  livrés à la dureté impitoyable des marchés publics dans la situation d’austérité économique actuelle. Car personne ne peut être sans savoir qu’il n’est pas courant pour eux de pouvoir bénéficier d’un soutien des pouvoirs publics leur permettant de débattre ne serait-ce qu’une journée avec leurs partenaires privilégiés, les conservateurs du patrimoine, de leurs problèmes et d’envisager solidairement des solutions ainsi que des perspectives d’amélioration de leurs conditions d’exercice.

De la lecture de ce pré-programme, il ressort un arrière goût de déjà-vu et l’amère impression que sa teneur a été conçue dans un entre-soi en dépit de la gravité de la situation et de son urgence à l’infléchir. Combien de conservateurs-restaurateurs libéraux ou entrepreneurs individuels seront enclins et en capacité économique de sacrifier une journée pour assister à cette rencontre où si peu de temps sera consacré à leurs préoccupations les plus cruciales ?

S’agissait-il d’apaiser une mauvaise conscience et/ou d’oeuvrer pour la postérité après les remous causés par la pétition en ligne de Mars 2016 « Alerte, les restaurateurs français du patrimoine sont en danger. Les oeuvres d’art sont en danger » signée par près de sept mille individus ? Car on pourra toujours retenir que l’AGCCPF/PACA et la FFCR auront organisé de concert une journée dédiée au questionnement sur les conditions statutaires et d’exercice de la profession de conservateur-restaurateur. Mais en réalité, les organisateurs auront donné le change en évitant délibérément d’aborder les véritables problèmes et enjeux, l’exclusivité de l’expression ayant été réservée à des conservateurs-restaurateurs en situation professionnelle privilégiée et en relative sécurité économique, soit  au sein d’institutions publiques, soit en bonne santé professionnelle.

C’est à prédire finalement, que la journée d’étude prévue cette année, risque fort de rester sans effet et de ne pas parvenir à prolonger ni même à bégayer celle, fameuse, organisée en Octobre 2009 sous la houlette de Thierry Martel, qui avait pour thème, « Actualités des pratiques de la restauration en France et en Europe », et dont la grande qualité des interventions de locuteurs peu habituels est entrée dans les annales.

Pourquoi ne pas avoir convié au moins quelques orateurs représentatifs des conservateurs-restaurateurs en grande précarité statutaire et économique, à même d’énoncer eux-mêmes et mieux que quiconque leur situation calamiteuse et les effets répercutés sur le patrimoine ?