Tous les articles par M. Maire

Sophie Jarrosson diplômée de l’ESAA

C’est Jeudi 24 Mai 2018 à 15h, que Madame Sophie JARROSSON, professionnelle de la conservation-restauration domiciliée et exerçant  à Nantes, a soutenu son travail de recherche devant un public restreint et le jury du DNSEP option art, mention conservation-restauration de l’ESAA. Après délibération, celui-ci lui a décerné ledit diplôme au grade de Master, qui met fin au processus de la Validation des Acquis de l’Expérience entamé en 2015 et mené à terme avec une grande ténacité. La rédaction de Semin’R adresse ses félicitations à l’intéressée, la compte désormais parmi la communauté des quelques 195 diplômés en conservation-restauration de l’ESAA et lui souhaite tout le meilleur dans sa carrière professionnelle.

Les racines poussent aussi dans le béton.

Résultat de recherche d'images pour "les racines poussent aussi dans le béton"Au MACVAL de Vitry-sur-Seine, Kader Attia a délimité un véritable parcours initiatique dont deux pierres angulaires constituent la structure : l’architecture et sa relation aux corps. En 2018, comment appréhender les grands projets urbains menés tambours battants dès la fin de la deuxième guerre mondiale et dont l’histoire n’est pas écrite ? Ceux-là mêmes qui ressortissaient d’une utopie du bien vivre-ensemble mais qu’on a affublé très vite du syntagme cité-dortoir ?  Comment les habitants des « grands ensembles » ont-ils malgré tout su tisser des relations dans leur milieu bétonné, garder un lien avec leur histoire et leur culture d’origine  ?

L’espace dans lequel on pénètre est sombre et tamisé, bien loin des grandes rétrospectives auxquelles nous a habitués un musée comme le Centre Pompidou.  La lumière de l’espace d’expositions est réduite. Les œuvres n’ont pas été disposées selon une progression chronologique qui viserait la perception d’une évolution artistique. On a plutôt affaire à un dédale insaisissable à l’instar d’un parcours équestre de sauts d’obstacles. La répartition des oeuvres toutes choisies ou produites pour l’occasion, les confine dans ce qui s’apparente à des caches qui s’atteignent après un cheminement labyrinthique. Le visiteur est attiré par de la lumière au bout de chaque couloir, mais aussi empreint d’odeurs diverses, l’anis, le clou de girofle, la menthe fraiche, … qui se diffusent tout au long du parcours comme pour le conforter dans une progression initiatique. Une manière pour l’artiste de mettre en forme et conditions une déambulation autant physique que spirituelle, autant sensorielle que mentale, nommée par l’artiste «introspective» plutôt que « rétrospective ». Kader Attia veut révéler et dénoncer des formes de violences symbolique et sociale. Les thèmes et problèmes  évoqués par les œuvres répondent de la même logique de domination et d’exclusion qui s’applique, insidieusement et immanquablement, à des parias en marge de la société.

 L’art à la fois poétique et politique de Kader Attia, fidèle à son entreprise de réparation,  utilise l’espace du musée au delà de la seule visée esthétique. Il veut focaliser le regard et  l’attention sur toute une histoire qui échappe au grand récit national. Certes les racines poussent aussi dans le béton, encore faut-il accepter de les compter parmi celles du champ républicain, quelles que soient leur provenance.

               Exposition 14 Avril – 16 Septembre 2018

Livre: Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Actes du colloque organisé par le Getty Conservation Institute, le groupe de travail ICOM-CC sur les matériaux modernes et de l'art contemporain, et le Palazzo Reale, Milan, Italie, du 30 juin au 2 juillet 2016.

Édité par Rachel Rivenc et Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières recherches et avancées sur l'art cinétique avec 15 essais et 8 posters. L'édition en ligne comprend des vidéos pour capturer plus précisément les effets évoqués par les œuvres d'art cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique comprend non seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire un effet voulu et, par conséquent, réaliser pleinement sa nature en tant qu'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une vaste gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique a émergé tout au long du XXème siècle et a connu ses développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers d'Amérique du Nord et du Sud, d'Europe et d'Océanie se sont réunis pour discuter de questions liées à la conservation de l'art cinétique. Certaines des discussions ont été très techniques, mais des préoccupations plus générales et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience par rapport à la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation-restauration.

Alors que la plupart des présentations se plaçaient du point de vue de la conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent un fondement théorique important pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek établit dans son article trois stratégies principales de préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Découvrir en ligne ICI  

Agir en conservation-restauration de l’art contemporain

International symposium Acting in Contemporary Art Conservation (SBMK summit), 15-16 November

Thursday, November 15, 2018 – 09:00 to Friday, November 16, 2018 – 17:00 | Amersfoort and Amsterdam, The Netherlands
The two-day international symposium Acting in Contemporary Art Conservation (SBMK summit) will take place on Thursday the 15th and Friday the 16th of November 2018 in Amersfoort (RCE) and Amsterdam (Stedelijk Museum). The event is being organised by the Foundation for the Conservation of Contemporary Art in The Netherlands (SBMK).

One hundred proposals came in from all over the world. Currently, the Technical Committee is putting together the programme. Topics include: decision making, artist participation, oral history and processes and roles in conservation. The programme, to be shared in May, will consist of key notes, snapshots (poster) presentations and panel discussions.

Practical information
Registration for the event will start in June and a ticket costs €150. This includes lunch and refreshments on both days. For students and employees of SBMK partner organisations in the Netherlands a symposium ticket costs €75.

Are you interested in conservation issues around plastics?
Each year the SBMK organises an annual meeting. This year it will take place on Wednesday the 14th of November in the Centraal Museum in Utrecht. The subject of the meeting will be plastics and it will be given in English. It is therefore possible for international guests to go to both events. A combinstion ticket for both the SBMK annual meeting and the Acting in Contemporary Art symposium will cost €250. A combination ticket for students and SBMK partners is €125.
Symposium international: "Agir en conservation-restauration".
Le symposium international Agir en conservation-restauration de l’art contemporain (SBMK), aura lieu les jeudi 15 et vendredi 16 novembre 2018 à Amersfoort (RCE) et Amsterdam (Stedelijk Museum). L'événement est organisé par la Fondation pour la conservation-restauration de l'art contemporain aux Pays-Bas (SBMK).
 
Quelques cents propositions sont parvenue de partout dans le monde. Actuellement, le comité technique concocte le programme. Les sujets traitent de : la prise de décision, la participation des artistes, l'histoire orale vis à vis des processus et les rôles dans la conservation-restauration. Le programme, qui sera diffusé en mai, se composera de phrases clés, d'instantanés (affiches) et de tables rondes.

Informations pratiques.
L'inscription à l'événement débutera en juin et coûte 150 €. Cela inclut le déjeuner et les rafraîchissements des deux jours. Pour les étudiants et les employés des organisations partenaires de SBMK aux Pays-Bas, l’accès au symposium coûte 75 €.
 
Si vous intéressé(e) par les problèmes de conservation-restauration  autour des plastiques ...
Chaque année, la SBMK organise une réunion annuelle. Cette année, elle aura lieu le mercredi 14 novembre au Centraal Museum d'Utrecht. Le sujet de la réunion sera en plastique et il sera donné en anglais. Il est donc possible pour les invités internationaux d'assister aux deux événements. Un ticket de combinaison pour la réunion annuelle de SBMK et le symposium Acting in Contemporary Art Conservation coûtera 250 €. Un ticket combiné pour les étudiants et les partenaires SBMK coûte 125 €.

Conservation des restes humains au MQB

La 8 ème session du séminaire de M2-cr « art et artefactualité » , le Mardi 15 Mai 2018 à partir de 9h30, comptera Stéphanie Elarbi parmi les participants.

La séance sera suivie d’une conférence de celle-ci sur l’étude pour le reconditionnement, selon des principes propres au Musée du Quai Branly, d’un corpus d’ « objets » comprenant ou consistant en des restes humains. Ces principes prennent notamment en compte les trois critères suivants :

– le statut des objets,

– la gestion du PPRI (plan de prévention du risque d’inondation),

– l’origine de la collection.

Stéphanie Elarbi mettra particulièrement l’accent sur l’importance de la pratique de l’aller-voir en réserves de musées.

En prévision, consulter

  •  l’avis n°111 du 07 janvier 2010 sur les problèmes éthiques posés par l’utilisation des cadavres à des fins de conservation ou d’exposition muséal.
  • le symposium Des collections anatomiques aux objets de culte : conservation et exposition des restes humains dans les musées, 22 et 23 février 2008.

Journée internationale des musées.

                                          Journée internationale des musées.

En 2018, le thème de la Journée internationale des musées sera Musées hyperconnectés : Nouvelles approches, nouveaux publics.

Traditionnellement, la Journée internationale des musées s’organise le 18 mai ou autour du 18 mai. Les activités organisées dans ce cadre peuvent durer une journée, un week-end ou une semaine, l’objectif étant de se réunir au musée avec pour devise « Les musées, moyen important d’échanges culturels, d’enrichissement des cultures, du développement de la compréhension mutuelle, de la coopération et de la paix entre les peuples. »

La Journée internationale des musées fédère de plus en plus de musées à travers le monde. En 2017, plus de 37 000 musées ont participé à l’événement dans près de 157 pays.

 

Après le rapport de l’IGAC …

Ce texte est une version augmentée d’une première tribune publiée sur Semin’R en Janvier 2018.

Cela va bientôt faire deux ans qu’un Rapport de l’Inspection Générale des Affaires Culturelles (IGAC) sur les conséquences de l’inscription des professionnels de la restauration du patrimoine sur la liste des métiers d’art, a été co-rédigé et livré par Isabelle Neuchwander et Emmanuel Hamelin, inspecteurs généraux des affaires culturelles, (mars 2016, IGAC 2016-09). S’il a bien été l’objet d’un retour critique très argumenté émanant de la FFCR, qu’en est-il de la suite donnée à ses conclusions et recommandations ?

De notre point de vue, ce rapport, le troisième après celui de Daniel Malingre en 2003 et de Christian Kert en 2006, pêche principalement par deux faiblesses, fortement responsables de celle d’ensemble.

La première relève d’une analyse technocratique  restée de surcroît étonnamment franco-centrée et qui ne devrait raisonnablement plus avoir cours à une époque où le code du patrimoine a déjà intégré des directives européennes, dont l’une concerne précisément l’habilitation des « spécialistes de la restauration ». Du reste et dans une sorte de contradiction patente, des conclusions et préconisations du rapport apparaissent en dépit de positions relevant de recommandations et chartes internationales qui ont pourtant été ratifiées en leur temps par la représentation française. Celles-ci ne seraient donc pas applicables en raison d’une exception culturelle spontanée ou d’un intérêt supérieur tel que, par exemple,  le « risque d’ambiguïté »  à l’usage du terme composé conservateur-restaurateur, exprimé par un rapporteur du sénat ? «  (qui et à quelle occasion ?) La réponse à ces inquiétudes [de la profession] réside en grande partie dans la lecture approfondie de la liste des métiers d’art et de son domaine Restauration. » affirme la conclusion du rapport, quand le domaine en question n’est pas la restauration mais précisément celui de la conservation-restauration telle qu’elle a été définie et ratifiée en l’espèce par un large consensus international  de  l’ICOM dès 1984 et 1986, encore en 2010. Pourquoi ne pas avoir pu ou su tirer parti des situations similaires de nos voisins ? A-t-on seulement comparé les appellations respectives, « conservateur(-gestionnaire) » et « (conservateur-) restaurateur », en France avec celles des autres pays francophones ? En Suisse par exemple, les appellations officielles en vigueur « conservateur(rice) » et « conservateur(rice)-restaurateur(rice) » cohabitent sans difficulté. Qui peut bien en France, derrière la parole d’un seul sénateur, arguer le contraire  et surtout, pourquoi ? Par ailleurs, la dérogation à l’appellation « conservateur-restaurateur » — dénomination consensuelle et internationale d’ECCO, ENCoRE et de l’ICOM — ne vaut que si un autre titre instaure une évolution qualitative de la reconnaissance de compétence vers le haut. Celle de « restaurateur du patrimoine » proposée par les représentants de l’INP ou de « restaurateur diplômé »    par ceux du Master CRBC de l’Université Paris I, ne vont pas dans ce sens. Au contraire, elles sont plutôt régressives. Car dans le monde anglo-saxon, restorer est un terme péjoratif désignant ceux qui répètent des recettes et visent un aspect « antiquaire ». Et du reste, le terme « restaurateur » maintient lui aussi une ambiguïté avec le métier de bouche.

La deuxième tient  à l’approche bureaucratique relevant d’une vieille tradition jacobine du rapport réalisé à la demande du MCC, qui souhaitait « que l’inspection générale des affaires culturelles mène une étude sur les répercussions de ce texte sur les professionnels de la restauration du patrimoine, en termes de reconnaissance de leurs spécificités […], en analysant également les formations […]. » L’enquête à propos de ces dernières, comportant beaucoup trop d’impensés, d’inexactitudes grossières, d’approximations, d’insuffisances en somme à ce niveau d’expertise, laisse fortement à désirer. Le rapport de l’IGAC s’inscrit dans la ligne d’une confusion incompréhensiblement entretenue par le site du Ministère de la Culture sur le portail « conservation-restauration », celui-ci étant  » le résultat du groupe interdisciplinaire « conservation-restauration » coordonné par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines. Il réunit les différents services du ministère de la Culture et de la Communication en charge de la conservation des biens d’intérêt patrimonial (Archives, Bibliothèques, Musées, Archéologie, Monuments Historiques…), des laboratoires et centres de recherches et des instituts de formation des professionnels du patrimoine relevant du ministère de la Culture et de la Communication ». La conservation-restauration y est présentée, non pas comme l’activité spécifique telle qu’elle a été notamment décrite et définie par l’ICOM,  depuis 1986, ECCO en 1993 et 2011, et ENCoRE à partir de 1997  faut-il le rappeler, mais comme une sorte de champ interdisciplinaire regroupant  les professionnels du patrimoine, parmi lesquels les restaurateurs sont dilués. Pourquoi le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines, ainsi que le groupe de réflexion de composition très institutionnelle et coordonné par ledit département de pilotage, persistent à s’inscrire en faux contre la définition internationale de la conservation-restauration, la même qui est adoptée et enseignée aujourd’hui par toutes les organisations professionnelles de conservateurs-restaurateurs et les quatre formations publiques agréées dont les trois relevant du MCC ? L’onglet « Acteurs professionnels de la conservation-restauration des  biens culturels « , vient parachever le dévoiement de sens : « Les professionnels de la conservation-restauration du patrimoine culturel sont divers tant par leur formation et leurs diplômes que par leurs domaines d’intervention. »

Pourquoi n’avoir consulté aucun enseignant permanent des quatre formations françaises dont les diplômés sont dotés d’une habilitation par le code du patrimoine (Livre IV, titre 5, chapitre 2, articles R452-1, R452-10, R 452-11, R 452-12) ? Pourquoi ne pas avoir eu recours à des chercheurs et leurs travaux en sciences humaines et sociales susceptibles de dépasser une analyse depuis un point de vue étriqué du petit bout de la lorgnette institutionnelle concluant à des préconisations très immobilistes et même rétrogrades en fin de compte ?

Le sentiment final ne parvient pas à évacuer la frustration, déjà grande après le lamentable couplet  concernant les restaurateurs dans le rapport de 2017 sur les « Musées du XXIe siècle »  (volume 2, p. 99 et 100). Celle produite par le  constat, à l’heure de mutations patrimoniales importantes dans un monde globalisé et des enjeux qui s’y rapportent, d’une incapacité d’envisager la résolution des problèmes en question outre leur contexte français, et  hors de l’emprise de leur cadre bureaucratique. Les conclusions du rapport ne fournissent guère plus de propositions adaptées à la situation actuelle, en comparaison de celles de ses prédécesseurs. Il n’apparaît pas que les solutions suggérées puissent porter remède au constat de Daniel Malingre en 2003: « Ce métier [de conservateur – restaurateur] manque de visibilité ». Toujours est-il qu’un groupe fédérateur composé d’acteurs — d’abord de trois des quatre formations publiques, puis aujourd’hui au complet — autour du chargé de mission Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine, chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique à la  Direction Générale des Patrimoines (DGP), tentera d’initier et d’alimenter une réflexion d’ampleur, notamment pour tenter de faire mieux qu’en 2007. La réflexion menée par la FFCR à propos de l’appellation de la profession, avait alors accouchée de l’indigeste « synéréditologue » . C’est là une occasion rare qui leur est offerte de faire valoir leurs différences et intérêts, contrairement à la préconisation d’un modèle et d’une appellation uniques quasiment a priori, avant même une concertation élargie à toutes les instances et voix représentatives de la profession.

« Définir la profession de conservateur-restaurateur est justifié et opportun et doit permettre à la profession d’avoir un statut égal à celui des autres disciplines apparentes comme celles du conservateur, de l’archéologue ou du scientifique. » prônait dans son introduction, déjà le texte du rapporteur Daniel Malingre mentionné plus haut. Car il semble effectivement que c’est aussi la question du  statut inégalitaire, et professionnel, et social, des conservateurs-restaurateurs qui est posé.  Car celui-ci renvoie  immanquablement  au  rang d’une hiérarchie et à l’image que confère une activité professionnelle à un individu par rapport aux autres dans la société,  en comparaison avec  le conservateur, le scientifique et l’archéologue, quand ceux-ci sont installés et stabilisés dans les institutions muséales ou patrimoniales.

La préconisation d’une meilleure lisibilité de la compétence de la conservation-restauration et de sa spécificité parmi les métiers d’art, n’apparaît certainement pas comme une solution à même de remédier aux carences et problèmes soulevés par la pétition.  Elle ne résoudra pas non plus l’opposition latente que charrie encore l’archaïque distinction française entre conservateur et restaurateur, héritée d’une autre époque et en dépit de la conception interdisciplinaire entérinée à l’échelle internationale. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution et toujours subordonné. La cause en est le droit du patrimoine qui confère au conservateur-gestionnaire, la responsabilité scientifique de   la maîtrise d’oeuvre de la conservation-restauration, quand paradoxalement le conservateur-restaurateur est pourtant  en mesure et en droit de l’exercer au regard de la réglementation sur les marchés publics. La loi conférant cette prérogative aux « spécialistes de la conservation » se fonde essentiellement sur deux considérations. D’une part sur la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales. D’autre part sur le clivage propre à l’histoire de l’art, séparant et hiérarchisant ceux qui étudient l’histoire, la signification et  la réceptivité  des objets, de ceux qui étudient de quoi et comment les objets sont faits.

Le rapport de 2006 précité, prônait l’engagement d’une réflexion plus large  sur la création d’un corps d’État. Encore eut-il fallu qu’on n’en confie pas la supervision exclusive à  des représentants d’un corps professionnel en situation de dominance  sur la profession en question concernée au premier chef par le rapport. A l’ère des velléités de dégraissage massif de la fonction publique, il ne faut guère se faire d’illusions … Beaucoup de promesses, très molles il faut dire, tenues par le MCC à l’Assemblée nationale en réponse à une question du député François de Mazières le 19 Avril 2016, semblent être passées à la trappe: « évolutions de la partie réglementaire du code du patrimoine qui pourraient être envisagées », « réalisation dans les meilleurs délais d’une étude statistique et socio-économique des métiers de la restauration du patrimoine en France », dont on attend impatiemment les conclusions de celle diligentée récemment par le MCC, et dont se seront passés les deux auteurs du rapport de l’IGAC. Seule la « nécessaire homogénéisation des nomenclatures INSEE pour une meilleure identification des métiers et des personnes » est reprise dans le rapport, quand l’imbroglio taxonomique de l’INSEE n’est qu’un épiphénomène conséquent d’un véritable salmigondis persistant et irrésolu. N’est-il pas crucial et urgent que la FFCR révise son intitulé qui corrobore la fausse définition évoquée ci-dessus, pour revenir à celui d’origine, clairement explicite, et pour la profession, et pour nos collègues étrangers ? Les représentants des quatre formations ainsi que de toutes les organisations regroupant des conservateurs-restaurateurs, ne doivent-elles pas réclamer officiellement une rectification de la définition de la conservation-restauration sur le site du MCC, en vertu  des textes internationaux, dernièrement celui de l’ICOM en 2010,  qui n’ont pas été démentis par une exception culturelle française ?

A lire en complément:

Entrée en matière n°29, Janvier 2017

Competences for access to the conservation-restoration profession

ECCO Professional Gidelines :

2002(I)      

2003(II)

2004 (III)

Capacités d’observation et dynamique des groupes professionnels. La conservation des œuvres de musées

On practice in Conservation-Restoration Education

Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger,

Aidez les étudiants restaurateurs du patrimoine à défendre leur future profession

Impact de l’intégration des conservateurs-restaurateurs à la liste des métiers d’art »

et

Réponse à ma question à la MCC sur la liste des métiers d’art et plus particulièrement sur les restaurateurs

Décès de Marjorie Caveribère Di Rosa

C’est avec une émotion particulière que la rédaction de Semin’R a appris le décès tôt ce matin de notre amie philosophe-artiste lumineuse et enjouée, Marjorie Caveribère Di Rosa. De cette collaboratrice infatigable et noctambule,  nous retiendrons l’image et l’énergie toute entière vouée à une insatiable et exigeante inclination curieuse pour la nature, comme pour celle de multiples êtres et choses. Toutes sources de ses réflexions rigoureuses puis transmissions généreuses, nous continuerons à ous y attacher. En candide voltairienne et passeuse céleste, Marjorie cultivait un jardin dont elle dispensait avec son drôle de sourire indélébile, la récolte à tous ceux qui voulaient bien s’en nourrir. Ceux-là pourront toujours en arpenter les allées pour raviver sa présence sidérale. Toutes nos pensées vont à son conjoint, lui aussi fidèle soutien de Semin’R, comme nos condoléances vers leurs familles et proches. (GS, MM)

 (« Les limites de mon langage sont les frontières de mon propre monde.» Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, 1918)

 

s.


Call for papers: Plastics Heritage Congress 2019

Wednesday, May 29, 2019 – 09:00 to Friday, May 31, 2019 – 17:00 | Museu da Famácia (Pharmacy Museum) in Lisbon, Portugal.

We are living in a time of increasing dependence on and encounters with synthetic materials, such as plastics, in our day-to-day life.

The Plastics Heritage Congress 2019, whose general theme is « Plastics heritage: history, limits and possibilities” intends to emphasize the synthetic material’s « plasticity » that makes them crucial in today’s globalized world and to understand the chameleon capability of plastics, their limits and possibilities.

This congress aims to address plastics history and heritage by encouraging papers that contribute to a deeper understanding of the socioeconomic culture and material culture of historic polymeric materials (HIPOMS) in their various representations and functions in society.

The main theme embraces the concepts of history, limits and possibilities of plastics heritage as organizing principles, thus perceiving their impact on the consumer and their technical and scientific developments. The programme committee suggests the following non-exhaustive sub-themes for contributors of individual papers, and posters:

  • Plastics history (historic polymeric materials [Hipoms] manufacturing, engineering, companies)
  • Plastics heritage (Hipoms in art, design, everyday use, technical objects and architecture)
  • Collecting Hipom objects
  • Conservation of Hipoms (artefacts, technical heritage, material characterization)
  • Documentation and reproduction (archives, data bases, digital scanning, 3D-printing etc.)
  • Plastics limits (degradation, waste problems, environmental impacts, history of social interactions)
  • Plastics and emotions: impact on consumers and design personalisation.

All proposals must be in English, and should be submitted electronically by date to be announced. For advice on preparing your submission and the conference presentation, please consult the guidelines.

In addition to the scientific programme, the congress will include social events.

If you have any questions related to the scientific programme, papers or posters then please contact Guenter Lattermann (guenter.lattermann@uni-bayreuth.de), the chair of the programme committee or Maria Elvira Callapez (mariaelviracallapez@gmail.com), co-chair.

Du Mercrefi 29 Mai, 2019 - 09:00 au Vendredi 31 Mai 2019 - 17:00 |  Musée de la pharmacie, Lisbonne, Portugal.

Dans notre vie quotidienne, nous vivons dans une ère de dépendance croissante et de contact permanent avec des matériaux synthétiques tels que les matières plastiques.

Le Plastics Heritage Congress 2019, dont le thème général est «Le patrimoine en plastique: histoire, limites et possibilités» entend souligner la «plasticité» du matériau synthétique qui le rend crucial dans le monde globalisé d'aujourd'hui et la compréhension de la capacité des plastiques à l’adaptatio, leurs limites et leurs possibilités .

Ce congrès vise à aborder l'histoire et le patrimoine des plastiques en suscitant des articles qui contribuent à une meilleure compréhension de la culture socio-économique et de la culture matérielle des matériaux à base de polymères historiques (HIPOMS) dans leurs diverses représentations et fonctions à l’intérieur de  la société.

Le thème principal embrasse les concepts d'histoire, de limites et de potentiels du patrimoine plastique comme principes organisateurs, à même de souligner  ainsi leur impact sur le consommateur et leurs développements techniques et scientifiques. Le comité du programme suggère les sous-thèmes non exhaustifs qui suivent , pour les contributeurs de communications individuelles et les affiches:
  •     Histoire des matières plastiques (matériaux polymères historiques [HIPOMS] fabrication, ingénierie, entreprises)
  •     Patrimoine plastique (HIPOMS dans l'art, le design, l'usage quotidien, les objets techniques et l'architecture)
  •     Collecte des objets HIPOMS
  •     Conservation des HIPOMS (objets, patrimoine technique, caractérisation des matériaux)
  •     Documentation et reproduction (archives, bases de données, numérisation numérique, impression 3D, etc.)
  •     Limites des plastiques (dégradation, problèmes de déchets, impacts environnementaux, historique des interactions sociales)
  •     Plastiques et émotions: impact sur les consommateurs et personnalisation du design.
Toutes les propositions doivent être en anglais et doivent être soumises électroniquement avant la date  annoncée. Pour obtenir des conseils sur la préparation de votre proposition et la présentation de la conférence, veuillez consulter les consignes.

En plus du programme scientifique, le congrès inclura des événements sociaux.

Pour des réponses à des questions concernant le programme scientifique, les communications ou les affiches, veuillez contacter Guenter Lattermann (guenter.lattermann@uni-bayreuth.de), le président du comité du programme ou Maria Elvira Callapez (mariaelviracallapez@gmail.com), co-organisatrice.

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession

ENCoRE Conference at Struttura Universitaria in Scienze per la Conservazione, Restauro e Valorizzazione dei Beni Culturali (SUSCOR), “La Venaria Reale”, Turin Italy 23.5.2018

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession / ENCoRE Conference
Programme
8.30 Registration
9.00
Welcome and opening Keynote lecture – History of ENCoRE
René Larsen and Wolfgang Baatz
9.40 – 10.30
2 papers + discussion
– Conservation research and the role of a doctorate programme in
conservation-restoration
Oscar Chiantore and Diego Elia23.5.2018
– On kill-or-cure remedy, aesthetics and approaches to cleaning of
weathered paintings by Edvard Munch
Tomas Markevicius
10.30 – 11.00
Break
11.00 – 12.15
3 papers + discussion
– IIC’s Student & Emerging Conservator Conferences 2010 to 2018: reviewing a recently developed model for education and development in the profession
Graham Voce
– And after the master’s ? Some issues regarding the access to
the profession of conservator-restorer in Portugal
António João Cruz and Teresa Desterro
– The impact of education and research on the conservation-restoration of stucco decorations
Giacinta Jean
14.00 – 15.15
3 papers + discussion
– Sharing experiences to promote good practice : training program for curator and conservator students at the INP
Jane Echinard and Annaïg Châtain
– State of the art: the continued need for creative learning activities in conservation-restoration courses at University level
Adrian Heritage
– Conservation Training in Europe: what have we lost – what have we gained ?
Theocharis Katrakazis
15.15 – 15.45
Break
15.45 – 17.00
3 papers + discussion
– Learning to Learn about Conservation: Face-to-Face and Online Experiences
Shabnam Inanloo Dailoo, Krassimira Frangova, Aleksandra
Nikolić and Katriina Similä
– Sustainability in Conservation: The Sustainability Trend in Higher Education
Mariana Escamilla-Martínez and Caitlin Southwick
– Street art conservation: Non-formal education for i nformal art
Maria Chatzidakis
17. 0 0
Closing Reception and Poster Session
  • Transportation and Registration informations HERE

Symposium about contemporary art conservation in Cologne

From different perspectives to common grounds in contemporary art conservation, 25-26 June

 Monday, June 25, 2018 – 09:00 to Tuesday, June 26, 2018 – 16:30 | Cologne University of Applied Sciences, Germany

The Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA) will provide a cross-disciplinary forum for conservation professionals, art historians, conservation scientists and students to address several issues on contemporary art.

Advances in the conservation of contemporary art require discussions on fundamental questions concerning the identity, values and authenticity of modern and contemporary artworks; historically grown distinctions between specialisms; and transitions and transformations within the museum. The two-day conference on 25-26 June, 2018, organized by TH-Köln and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA) at the Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) in Cologne (Germany) will provide a cross-disciplinary forum for conservation professionals, art historians, conservation scientists, and students to address those issues.

Presentations by the ITN Research Fellows in collaboration with guest keynote speakers will introduce preliminary results of their interdisciplinary and intersectoral research and training collaboration for the conservation of contemporary art. Through the discursive lens, speakers and participants will explore a broad range of urgent questions related to intent, authorship, and authentication of contemporary artworks, the various challenges contemporary artworks can present when facing institutional conventions, the ontology of transforming contemporary artworks, the types and impacts of reproduction of contemporary artworks and the relevance of cross-disciplinary networks on the conservation of contemporary art.

Detailed information and the full programme available HERE.

A partir de différentes perspectives pour des terrains communs en conservation-restauration de l’art contemporain, 25 et 26 Juin 2018, Université des sciences appliquées, Cologne , Allemagne.
L'Institut des sciences de la conservation de Cologne (CICS) et le Réseau de formation innovante Marie Skłodowska-Curie sur les nouvelles approches de conservation de l'art contemporain (NACCA) offriront un forum interdisciplinaire aux professionnels de la conservation, aux historiens de l'art, aux scientifiques et aux étudiants. aborder plusieurs questions sur l'art contemporain. Les avancées dans la conservation de l'art contemporain nécessitent des discussions sur des questions fondamentales concernant l'identité, les valeurs et l'authenticité des œuvres d'art modernes et contemporaines; distinctions historiquement cultivées entre les spécialités; et transitions et transformations au sein du musée. La conférence de deux jours des 25 et 26 juin 2018, organisée par TH-Köln et le Réseau de formation innovante Marie Skłodowska-Curie «Nouvelles approches pour la conservation de l'art contemporain» (NACCA) à l'Institut des sciences de la conservation de Cologne (CICS) à Cologne (Allemagne) offrira un forum interdisciplinaire aux professionnels de la conservation, aux historiens de l'art, aux scientifiques de la conservation et aux étudiants pour aborder ces questions. Les présentations des boursiers de recherche ITN, en collaboration avec les conférenciers invités, présenteront les résultats préliminaires de leur collaboration interdisciplinaire et intersectorielle en matière de recherche et de formation pour la conservation de l'art contemporain. À travers l'objectif discursif, les conférenciers et les participants exploreront un large éventail de questions urgentes liées à l'intention, la paternité et l'authentification des œuvres contemporaines, les défis que les œuvres contemporaines peuvent présenter face aux conventions institutionnelles, l'ontologie des œuvres contemporaines en transformation, impacts de la reproduction des œuvres d'art contemporain et pertinence des réseaux interdisciplinaires sur la conservation de l'art contemporain. Informations détaillées et le programme complet disponible ICI