Tous les articles par timotheelecouedic

PROJET DE RECHERCHE : Étude en vue d’une valorisation et de la conservation-restauration de la collection de fœtus tératologiques de la Faculté de Médecine de Montpellier.

Pourquoi conserver une collection telle que celle de fœtus tératologiques en bocaux du Conservatoire d’Anatomie de la Faculté de Médecine de Montpellier et quelle est la cohérence de l’intervention nécessaire d’un conservateur-restaurateur sur cette collection ?

La collection de fœtus tératologiques est une collection classée au titre des monuments historiques; ce statut lui confère donc une légitimité au sein du conservatoire d’anatomie et explique que son étude soit menée par un conservateur-restaurateur. Cependant cette collection faisant partie du patrimoine dit «sensible», il est important de préciser ses valeurs et sa place au sein d’une institution ayant vocation à être ouverte au public. Ce point sera le premier enjeu du travail de recherche du mémoire. Pour comprendre la collection de tératologie, il faut revenir sur son lieu de conservation mais aussi sur les autres collections qui l’entourent.

La collection et son conservatoire

Cette collection fait partie d’un ensemble indissociable : le conservatoire d’anatomie qui renferme près de 5688 objets scientifiques ayant servi de support pour les cours dispensés aux futurs médecins en formation à la Faculté. Ces collections vont connaitre un essor important à partir de 1798, chaque apprenti médecin devant produire une pièce anatomique pour valider son diplôme – règle qui restera en vigueur jusqu’en 1940. De ce fait les collections sont de plus en plus importantes, si bien qu’un nouveau bâtiment doit être construit pour les conserver. En 1851, l’aile Ouest sera alors construite le long du jardin des plantes qui deviendra le conservatoire d’anatomie actuel.

Origine des collections d’enseignement

Afin de saisir toute la dimension épistémologique de la collection, il nous faut revenir sur l’histoire de l’enseignement de la médecine au cours des siècles passés. Les lieux et dates d’apparition des premières collections comme support d’enseignement ne sont pas définis avec précision. Cependant nous avons connaissance de certains documents comme supports de cours datant de plus de 2000 ans av J.C. Cette découverte, nous la devons à Sir Leonard WOOLLEY, qui au cours de ses fouilles à Our (actuelle Irak), à découvert les traces d’une école datant de 530 av J.C, dans laquelle se trouvaient plusieurs pièces d’antiquités antérieures à l’école de plus de 1600 ans; ces pièces étaient accompagnées de ce qui semble être un label « musée »1. Par la suite la nature scolastique et théorique de l’enseignement  au Moyen Age n’a pas encouragé la constitution des collections, cette période étant plutôt marquée par une fascination pour le mystérieux et l’inhabituel. Les dissections publiques ont été réglementées par la loi en 1340; les squelettes étaient donc probablement conservés afin d’être exploités ultérieurement. A la Renaissance, l’éducation s’ouvre à l’innovation pédagogique et les supports d’enseignements se diversifient ; durant cette période les collections privées s’enrichissent également, avec les cabinets de curiosités. C’est cet enrichissement qui va permettre l’évolution des techniques et connaissances médicales. Par la suite avec l’émergence des nouvelles technologies comme l’imagerie médicale, le lieu est petit à petit déserté par les étudiants pour laisser place à un public différent. Les étudiants des beaux-arts y viennent pour utiliser les collections comme pourvoyeuses de modèles. Ses visiteurs changeant, le statut de la collection évolue.

D’hier à nos jours

La faculté de Médecine et son conservatoire forment un ensemble et ont pour vocation de diffuser et de propager la science, mais c’est également un lieu de création scientifique ayant une activité de recherche. Les collections peuvent être consultées par les chercheurs, étudiants, thésards… afin de leur permettre de progresser dans leur domaine de compétences, et ainsi faire avancer le savoir. Les collections médicales ont de tout temps été un support de recherches et d’avancées techniques; c’est par exemple, en constituant des collections d’objets permettant alors la comparaison, que Georges CUVIER, au début du XIX° siècle, sera l’un des fondateurs de l’anatomie comparée. En rassemblant et en étudiant ces collections, ses observations lui permettent d’établir des lois empiriques, qui selon CUVIER « … deviennent alors rationnelles, quand elles reposent sur des observations suffisamment répétées. »2 Ces collections étaient de véritables objets de science qui ont participé à l’élaboration des techniques scientifiques de nos jours. Ces mêmes techniques les ayant aujourd’hui relayées au rang d’artefacts muséographiques, leur confèrent une importante dimension épistémologique et constituent un fragment de l’histoire de la médecine. C’est également la consultation des collections médicales qui permettra aux chercheurs de comprendre certains outils scientifiques contemporains.

La collection de tératologie qui nous occupe, questionne différents domaines ce qui la rend aussi complexe qu’intéressante à traiter. Elle concerne aussi bien les domaines scientifique, social, juridique, culturel, historique mais également celui de l’art au travers du prisme du conservatoire d’anatomie. Son ensemble formant un échantillon temporel presque intact de l’enseignement de la médecine jusqu’au XIX° siècle.

Les spécimens monstrueux ont de tout temps été présents dans la vie des hommes, pouvant susciter la peur comme la fascination. On retrouve sa trace dans différentes cultures et mythes: qu’ils provoquent le respect ou la crainte, ils ont fini par devenir des objets de sciences. De l’Antiquité à nos jours, la représentation du monstre dans l’art ne change que légèrement, seul le regard de l’homme et de la société diffère au fil du temps. La constitution d’une collection de tératologie est un bon exemple du changement de statut du monstre dans la société qui passera alors d’un objet de culte ou de fantasme à un sujet d’étude scientifique et médicale. Une fois considéré au travers d’une vision rationnelle, les monstruosités physiques deviennent explicables entre les mains du savant, ce qui annihile la fonction sociale du monstre, d’être fabuleux et imaginaire. Il devient une préoccupation médicale. C’est ainsi que les malformations aideront, dans le domaine de l’embryologie, à comprendre le normal.

Une des difficultés auxquelles nous serons confrontés dans le traitement d’une collection scientifique de Faculté de Médecine, réside dans la dichotomie inhérente à ses différents statuts. En effet, en tant que bien du patrimoine, cette collection doit être conservée dans le respect de s valeurs qui lui sont conférées et de son histoire. Cependant certaines altérations nous obligeront à opérer des changements sur l’objet afin de préserver son intérêt scientifique. De ce fait, toutes les propositions de traitements de la collection seront soumises à une réflexion visant à recenser les différentes valeurs potentielles de l’objet afin de justifier un choix.

Le séminaire Art et artefactualité, traitant de certains problèmes comme celui, après le traitement d’objets tels que la collection de tératologie, d’assurer  une  cohabitation nécessaire de différentes valeurs attribuées à un bien culturel qui peuvent entrer en conflit, sera l’un des moyens de réflexion permettant d’apporter des solutions. 

Le travail de muséologie sera également une part importante de la recherche, une telle collection ne pouvant être exposée au public telle qu’elle.  Possédant une influence morale de grande ampleur, elle doit être accompagnée d’un discours afin d’être reçue convenablement par la masse populaire. Une réflexion sera donc menée pour déterminer les différents enjeux de la muséographie et du texte de présentation devant accompagner la vitrine des spécimens tératologiques, afin d’enrayer la fascination liée à l’inconnu qui peut survenir face à ce type de biens patrimoniaux: « l’étonnement produit la crainte et la crainte fait naître la superstition » 3. À la différence d’une collection de muséum, celle du conservatoire d’anatomie n’a pas, n’a plus pour vocation première d’être étudiée mais d’être observée, ce qui donne lieu à une importante différence dans le traitement de son mode d’exposition.

Si aujourd’hui le monstre n’est plus traité comme tel, c’est grâce à la tératologie créée par Étienne Geoffroy SAINT-HILAIRE et son fils Isidore 4, qui permettra d’étudier les différentes malformations congénitales qui deviennent alors des anomalies et non plus des êtres monstrueux. Cette collection est donc un important fragment des différentes études qui ont permis de changer le regard que pouvait porter la société sur le monstre et donc une part importante de l’histoire de notre civilisation.

                                            

1. Sir Leonard WOOLLEY. Mésopotamie, Asie antérieure. L’art ancien du Moyen Orient. (Collection L’Art dans le Monde). 

2. George CUVIER (1769-1832), Recherches sur les Ossements Fossiles, ou l’on rétablit Les Caractères de Plusieurs Animaux dont les Révolutions du Globe ont détruit les Espèces. (Chez G. Dufour et E. D’Ocagne, Libraires, 1821).

3. Georges-Louis LECLERC, Compte de BUFFON (1707-1788).

4. Etienne Geoffroy SAINT HILAIRE commence à étudier différentes malformations telle que la cyclopie, anencéphalie ou la célosomie, son étude sera reprise par son fils Isidore qui baptisera cette science la « Tératologie ».

 

Timothée LECOUEDIC, étudiante en Master I à l’École Supérieure d’Art d’Avignon.

Contact : tim.lecouedic@hotmail.fr

Commentaire critique d’une conférence à propos de la conservation-restauration de cellules carmélites du Muséon Arlaten

Pluridisciplinarité et niveau d’intervention – Une présentation de Laurence Caylux et Eve Menei.

Lors de la Journée d’Étude, de recherches et d’Innovation en conservation-restauration, du jeudi 2 octobre 2014, nous avons pu assister à la présentation de la mise en oeuvre de traitements de conservation-restauration, relevant de plusieurs spécialités liées à des médiums traditionnels, et effectués sur un ensemble de cellules carmélites en miniature.

Il s’agit d’une soixantaine de boîtes cubiques,  dont une face verticale est vitrées, composées d’une multitude de matériaux différents,  et conservées au musée Arlaten. Les sœurs du carmel fabriquaient ces objets, à partir de matières et matériaux à leur disposition sur place, dans le but de les offrir à  leur famille ou à l’occasion de fêtes. Elles avaient pour vocation de relater leur quotidien à leurs proches, celles-ci étant coupées de  relation régulière avec eux depuis leurs vœux. La constitution de ces biens aujourd’hui muséalisés, est assez  sommaire, mais on ne peut qu’être admiratif devant l’ingéniosité et l’imagination requises pour l’utilisation de matières de récupération. Les sœurs n’avaient que peu de matériel et outillage à leur disposition, ce qui explique la variété des produits de composition des boîtes. On y trouve par exemple, de la céramique, du verre soufflé, de la mie de pain, du verre de Nevers, du plâtre, une grande diversité d’éléments textiles, du bois sous différentes formes, du carton, divers papiers peints et autres médiums. La construction est basique, généralement une boîte en carton  recouverte de papier peint et fermée à l’aide d’une vitre.

Dans les cellules, se trouve généralement une Carmélite, seule, mis à part les sacrements à l’infirmerie qui sont des scènes de groupe. Plusieurs ordres sont représentés, exclusivement féminins: on distingue des Carmélites mais également des Visitandines, des Sacramentines et des Dominicaines.

Après avoir fait une rapide présentation des objets, la première intervenante nous a détaillé l’organisation de leur méthode de travail en conservation d’abord. Les cellules avaient déjà subi plusieurs traitements  successifs effectués par des conser tecvateurs-restaurateurs spécialistes du papier et des arts graphiques. La conservatrice – restauratrice nous explique qu’avant d’entrer au musée, ces objets n’étaient pas considérés à juste titre comme des œuvres d’art, mais et ont donc fait les frais d’une gestion et d’une sauvegarde négligée et de mauvais traitement. Les papiers ont jauni, beaucoup de soulèvements  ont été constatés, de même qu’un empoussièrement important. Les boîtes ont d’autre part subi plusieurs attaques d’ insectes, ce qui expliquait la présence de cadavres, de galeries et et de poussière caractéristique. Elles comportaient également de larges traces d’humidification. On pouvait noter également la présence d’amas de colle écaillée, qui a entraîné une perte de cohésion et donc une déstructuration des objets qui sont, pour certains, brisés.

Ces boîtes ayant une composition matérielle très diverse, leur traitement requiert  la mutualisation de différentes spécialités pour le projet. Lors de la restauration de la première boîte, les spécialistes se sont réparti les éléments de l’objet selon leur domaine de compétence respectif. Cependant et comme on le sait, certaines conceptions de la conservation –restauration, comme le seuil limite d’intervention, peuvent varier d’un conservateur-restaurateur ou d’une spécialité à l’autre. Dès lors, un manque de dialogue entre eux peut entraîner une perte  de cohérence de l’ensemble des résultats, jusqu’à une dichotomie flagrante des traitements et des mesures de conservation.

Après cette première phase, les profesionnelles ont décidé de réorganiser leurs interventions en articulant les spécialités de concert, afin de fournir un travail homogène. Cette initiative leur a permis de mettre en relief les différentes vue entres elles, relevant à la fois de leurs spécialités et conceptions personnelles sur la façon de traiter les dégradations constatées sur les objets, mais également  leur préoccupations quant à la réversibilité de leurs interventions, ainsi que pour  le respect de l’histoire des objets.

Les conservatrices-restauratrices ont pris la décision d’ouvrir les boîtes, ce qui constituait en soit une action irréversible, le cadre étant collé sur le papier extérieur et fixé parfois à l’aide de clous oxydés. Mais compte tenu des fortes dégradations présentes à l’intérieur, particulièrement celles dues à l’humidité, on peut raisonnablement considérer l’ouverture des boîtes comme une étape incontournable, sacrificielle par nécessité primordiale. Dans un souci d’unité la totalité des boîtes ont être ouvertes. Après cette opération menée très délicatement, les professionnelles ont effectué divers traitements comprenant la micro aspiration, la consolidation des objets brisés, le rétablissement de l’adhérence de ces derniers au support et l’assemblage des éléments du décor qui étaient détachés. On peut remettre en question  la nécessité d’une  intervention aussi invasive ou aussi « hygiéniste », comprenant notamment l’aspiration totale de la poussière présente sur l’objet. elle-ci est en effet  susceptible d’altérer l’esthétique d’un bien culturel, et de constituer aussi une source de dégradations. La poussière est une matière attractive pour certains insectes, de même qu’elle est hydrophile en atmosphère humide. Mais d’autre part, elle constitue un témoignage important de la fonction de l’objet dans une durée et de la considération qui lui est vouée. Les opérateurs se sont donc interrogés sur à ce sujet avant d’envisager l’ intervention.

La  fixation des éléments décollés constituait aussi également un point important. Finalement, il a été décidé collégialement d’élaborer un système de fixation réversible à l’aide d’un morceau de papier japon servant de strate intermédiaire entre un élément et le papier peint, le tout étant solidaire grâce à l’effet d’une colle d’amidon. Par endroits, l’adhésif utilisé par les bonnes sœurs était devenue très brun. S’est posée alors la question du choix de retirer ou garder ces marques.  C’est la deuxième solution qui a été décidée, ces marques étant considérées comme un témoignage important de la trajectoire de l’objet dans le temps. Néanmoins, certaines d’entre elles ont été éliminées dès lors qu’elles empêchaient  le collage des objets.

Concernant la fermeture des boîtes, une interrogation s’est imposée quant à  la fixation des cadres sur les boîtes. Plusieurs facteurs devaient être pris en compte: l’étanchéité des boîtes en cas d’inondation, la possibilité d’une action plus rapide dans ce même cas et le risque de confinement. Les professionnelles ont opté  pour une fixation « légère » à l’aide de papier Japon et de colle d’amidon. Il a été signalé par les intervenantes, qu’après la finition  des traitements sur  les boîtes, celles-ci ont subi un dégât des eaux en 2012, et que cette décision avait permis une ouverture très rapide,  facilitant ainsi leur ouverture afin de les assécher en urgence.

Enfin, certaines boîtes avaient été recouvertes par différents types de papiers peints, représentatifs de différentes époques. Là encore, la question de les retirer afin de retrouver un aspect originel s’est donc posée. En réponse, la décision a été prise de conserver  les papiers peints les plus récents, hormis  deux d’entre eux qui avaient été recouverts d’un papier peint très moderne, très inesthétique pour  l’un et fortement dégradé pour l’autre. Après les avoir retirés avec le soin nécessaire, ces papiers peints ont pu être conservés dans le dossier d’étude et de traitements.

Cette conférence a su montrer l’intérêt et les contraintes d’un travail de professionnelles dans des spécialités différentes en conservation-restauration. La prise de décision collégiale a permis d’envisager les différentes solutions dans le respect d’un équilibre entre la transmission au public du « vécu » de l’objet permettant d’en apprécier les valeurs,  et  l’assurance de sa pérennité. La réunion des diverses spécialités a également mis en relief les divergences de vue sur certaines questions de restauration, entre les conservateurs- restaurateurs. Enfin l’importance de la hiérarchisation des actions à mener sur l’œuvre toujours en corrélation avec la déontologie en vigueur en matière de conservation-restauration.

Timothée LECOUEDIC, ESAA/M1CR 2014-2015 contact: tim.lecouedic@hotmail.fr