Archives de catégorie : ACTIVITE

Les racines poussent aussi dans le béton.

Résultat de recherche d'images pour "les racines poussent aussi dans le béton"Au MACVAL de Vitry-sur-Seine, Kader Attia a délimité un véritable parcours initiatique dont deux pierres angulaires constituent la structure : l’architecture et sa relation aux corps. En 2018, comment appréhender les grands projets urbains menés tambours battants dès la fin de la deuxième guerre mondiale et dont l’histoire n’est pas écrite ? Ceux-là mêmes qui ressortissaient d’une utopie du bien vivre-ensemble mais qu’on a affublé très vite du syntagme cité-dortoir ?  Comment les habitants des « grands ensembles » ont-ils malgré tout su tisser des relations dans leur milieu bétonné, garder un lien avec leur histoire et leur culture d’origine  ?

L’espace dans lequel on pénètre est sombre et tamisé, bien loin des grandes rétrospectives auxquelles nous a habitués un musée comme le Centre Pompidou.  La lumière de l’espace d’expositions est réduite. Les œuvres n’ont pas été disposées selon une progression chronologique qui viserait la perception d’une évolution artistique. On a plutôt affaire à un dédale insaisissable à l’instar d’un parcours équestre de sauts d’obstacles. La répartition des oeuvres toutes choisies ou produites pour l’occasion, les confine dans ce qui s’apparente à des caches qui s’atteignent après un cheminement labyrinthique. Le visiteur est attiré par de la lumière au bout de chaque couloir, mais aussi empreint d’odeurs diverses, l’anis, le clou de girofle, la menthe fraiche, … qui se diffusent tout au long du parcours comme pour le conforter dans une progression initiatique. Une manière pour l’artiste de mettre en forme et conditions une déambulation autant physique que spirituelle, autant sensorielle que mentale, nommée par l’artiste «introspective» plutôt que « rétrospective ». Kader Attia veut révéler et dénoncer des formes de violences symbolique et sociale. Les thèmes et problèmes  évoqués par les œuvres répondent de la même logique de domination et d’exclusion qui s’applique, insidieusement et immanquablement, à des parias en marge de la société.

 L’art à la fois poétique et politique de Kader Attia, fidèle à son entreprise de réparation,  utilise l’espace du musée au delà de la seule visée esthétique. Il veut focaliser le regard et  l’attention sur toute une histoire qui échappe au grand récit national. Certes les racines poussent aussi dans le béton, encore faut-il accepter de les compter parmi celles du champ républicain, quelles que soient leur provenance.

               Exposition 14 Avril – 16 Septembre 2018

Agir en conservation-restauration de l’art contemporain

International symposium Acting in Contemporary Art Conservation (SBMK summit), 15-16 November

Thursday, November 15, 2018 – 09:00 to Friday, November 16, 2018 – 17:00 | Amersfoort and Amsterdam, The Netherlands
The two-day international symposium Acting in Contemporary Art Conservation (SBMK summit) will take place on Thursday the 15th and Friday the 16th of November 2018 in Amersfoort (RCE) and Amsterdam (Stedelijk Museum). The event is being organised by the Foundation for the Conservation of Contemporary Art in The Netherlands (SBMK).

One hundred proposals came in from all over the world. Currently, the Technical Committee is putting together the programme. Topics include: decision making, artist participation, oral history and processes and roles in conservation. The programme, to be shared in May, will consist of key notes, snapshots (poster) presentations and panel discussions.

Practical information
Registration for the event will start in June and a ticket costs €150. This includes lunch and refreshments on both days. For students and employees of SBMK partner organisations in the Netherlands a symposium ticket costs €75.

Are you interested in conservation issues around plastics?
Each year the SBMK organises an annual meeting. This year it will take place on Wednesday the 14th of November in the Centraal Museum in Utrecht. The subject of the meeting will be plastics and it will be given in English. It is therefore possible for international guests to go to both events. A combinstion ticket for both the SBMK annual meeting and the Acting in Contemporary Art symposium will cost €250. A combination ticket for students and SBMK partners is €125.
Symposium international: "Agir en conservation-restauration".
Le symposium international Agir en conservation-restauration de l’art contemporain (SBMK), aura lieu les jeudi 15 et vendredi 16 novembre 2018 à Amersfoort (RCE) et Amsterdam (Stedelijk Museum). L'événement est organisé par la Fondation pour la conservation-restauration de l'art contemporain aux Pays-Bas (SBMK).
 
Quelques cents propositions sont parvenue de partout dans le monde. Actuellement, le comité technique concocte le programme. Les sujets traitent de : la prise de décision, la participation des artistes, l'histoire orale vis à vis des processus et les rôles dans la conservation-restauration. Le programme, qui sera diffusé en mai, se composera de phrases clés, d'instantanés (affiches) et de tables rondes.

Informations pratiques.
L'inscription à l'événement débutera en juin et coûte 150 €. Cela inclut le déjeuner et les rafraîchissements des deux jours. Pour les étudiants et les employés des organisations partenaires de SBMK aux Pays-Bas, l’accès au symposium coûte 75 €.
 
Si vous intéressé(e) par les problèmes de conservation-restauration  autour des plastiques ...
Chaque année, la SBMK organise une réunion annuelle. Cette année, elle aura lieu le mercredi 14 novembre au Centraal Museum d'Utrecht. Le sujet de la réunion sera en plastique et il sera donné en anglais. Il est donc possible pour les invités internationaux d'assister aux deux événements. Un ticket de combinaison pour la réunion annuelle de SBMK et le symposium Acting in Contemporary Art Conservation coûtera 250 €. Un ticket combiné pour les étudiants et les partenaires SBMK coûte 125 €.

Conservation des restes humains au MQB

La 8 ème session du séminaire de M2-cr « art et artefactualité » , le Mardi 15 Mai 2018 à partir de 9h30, comptera Stéphanie Elarbi parmi les participants.

La séance sera suivie d’une conférence de celle-ci sur l’étude pour le reconditionnement, selon des principes propres au Musée du Quai Branly, d’un corpus d’ « objets » comprenant ou consistant en des restes humains. Ces principes prennent notamment en compte les trois critères suivants :

– le statut des objets,

– la gestion du PPRI (plan de prévention du risque d’inondation),

– l’origine de la collection.

Stéphanie Elarbi mettra particulièrement l’accent sur l’importance de la pratique de l’aller-voir en réserves de musées.

En prévision, consulter

  •  l’avis n°111 du 07 janvier 2010 sur les problèmes éthiques posés par l’utilisation des cadavres à des fins de conservation ou d’exposition muséal.
  • le symposium Des collections anatomiques aux objets de culte : conservation et exposition des restes humains dans les musées, 22 et 23 février 2008.

Journée internationale des musées.

                                          Journée internationale des musées.

En 2018, le thème de la Journée internationale des musées sera Musées hyperconnectés : Nouvelles approches, nouveaux publics.

Traditionnellement, la Journée internationale des musées s’organise le 18 mai ou autour du 18 mai. Les activités organisées dans ce cadre peuvent durer une journée, un week-end ou une semaine, l’objectif étant de se réunir au musée avec pour devise « Les musées, moyen important d’échanges culturels, d’enrichissement des cultures, du développement de la compréhension mutuelle, de la coopération et de la paix entre les peuples. »

La Journée internationale des musées fédère de plus en plus de musées à travers le monde. En 2017, plus de 37 000 musées ont participé à l’événement dans près de 157 pays.

 

Call for papers: Plastics Heritage Congress 2019

Wednesday, May 29, 2019 – 09:00 to Friday, May 31, 2019 – 17:00 | Museu da Famácia (Pharmacy Museum) in Lisbon, Portugal.

We are living in a time of increasing dependence on and encounters with synthetic materials, such as plastics, in our day-to-day life.

The Plastics Heritage Congress 2019, whose general theme is « Plastics heritage: history, limits and possibilities” intends to emphasize the synthetic material’s « plasticity » that makes them crucial in today’s globalized world and to understand the chameleon capability of plastics, their limits and possibilities.

This congress aims to address plastics history and heritage by encouraging papers that contribute to a deeper understanding of the socioeconomic culture and material culture of historic polymeric materials (HIPOMS) in their various representations and functions in society.

The main theme embraces the concepts of history, limits and possibilities of plastics heritage as organizing principles, thus perceiving their impact on the consumer and their technical and scientific developments. The programme committee suggests the following non-exhaustive sub-themes for contributors of individual papers, and posters:

  • Plastics history (historic polymeric materials [Hipoms] manufacturing, engineering, companies)
  • Plastics heritage (Hipoms in art, design, everyday use, technical objects and architecture)
  • Collecting Hipom objects
  • Conservation of Hipoms (artefacts, technical heritage, material characterization)
  • Documentation and reproduction (archives, data bases, digital scanning, 3D-printing etc.)
  • Plastics limits (degradation, waste problems, environmental impacts, history of social interactions)
  • Plastics and emotions: impact on consumers and design personalisation.

All proposals must be in English, and should be submitted electronically by date to be announced. For advice on preparing your submission and the conference presentation, please consult the guidelines.

In addition to the scientific programme, the congress will include social events.

If you have any questions related to the scientific programme, papers or posters then please contact Guenter Lattermann (guenter.lattermann@uni-bayreuth.de), the chair of the programme committee or Maria Elvira Callapez (mariaelviracallapez@gmail.com), co-chair.

Du Mercrefi 29 Mai, 2019 - 09:00 au Vendredi 31 Mai 2019 - 17:00 |  Musée de la pharmacie, Lisbonne, Portugal.

Dans notre vie quotidienne, nous vivons dans une ère de dépendance croissante et de contact permanent avec des matériaux synthétiques tels que les matières plastiques.

Le Plastics Heritage Congress 2019, dont le thème général est «Le patrimoine en plastique: histoire, limites et possibilités» entend souligner la «plasticité» du matériau synthétique qui le rend crucial dans le monde globalisé d'aujourd'hui et la compréhension de la capacité des plastiques à l’adaptatio, leurs limites et leurs possibilités .

Ce congrès vise à aborder l'histoire et le patrimoine des plastiques en suscitant des articles qui contribuent à une meilleure compréhension de la culture socio-économique et de la culture matérielle des matériaux à base de polymères historiques (HIPOMS) dans leurs diverses représentations et fonctions à l’intérieur de  la société.

Le thème principal embrasse les concepts d'histoire, de limites et de potentiels du patrimoine plastique comme principes organisateurs, à même de souligner  ainsi leur impact sur le consommateur et leurs développements techniques et scientifiques. Le comité du programme suggère les sous-thèmes non exhaustifs qui suivent , pour les contributeurs de communications individuelles et les affiches:
  •     Histoire des matières plastiques (matériaux polymères historiques [HIPOMS] fabrication, ingénierie, entreprises)
  •     Patrimoine plastique (HIPOMS dans l'art, le design, l'usage quotidien, les objets techniques et l'architecture)
  •     Collecte des objets HIPOMS
  •     Conservation des HIPOMS (objets, patrimoine technique, caractérisation des matériaux)
  •     Documentation et reproduction (archives, bases de données, numérisation numérique, impression 3D, etc.)
  •     Limites des plastiques (dégradation, problèmes de déchets, impacts environnementaux, historique des interactions sociales)
  •     Plastiques et émotions: impact sur les consommateurs et personnalisation du design.
Toutes les propositions doivent être en anglais et doivent être soumises électroniquement avant la date  annoncée. Pour obtenir des conseils sur la préparation de votre proposition et la présentation de la conférence, veuillez consulter les consignes.

En plus du programme scientifique, le congrès inclura des événements sociaux.

Pour des réponses à des questions concernant le programme scientifique, les communications ou les affiches, veuillez contacter Guenter Lattermann (guenter.lattermann@uni-bayreuth.de), le président du comité du programme ou Maria Elvira Callapez (mariaelviracallapez@gmail.com), co-organisatrice.

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession

ENCoRE Conference at Struttura Universitaria in Scienze per la Conservazione, Restauro e Valorizzazione dei Beni Culturali (SUSCOR), “La Venaria Reale”, Turin Italy 23.5.2018

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession / ENCoRE Conference
Programme
8.30 Registration
9.00
Welcome and opening Keynote lecture – History of ENCoRE
René Larsen and Wolfgang Baatz
9.40 – 10.30
2 papers + discussion
– Conservation research and the role of a doctorate programme in
conservation-restoration
Oscar Chiantore and Diego Elia23.5.2018
– On kill-or-cure remedy, aesthetics and approaches to cleaning of
weathered paintings by Edvard Munch
Tomas Markevicius
10.30 – 11.00
Break
11.00 – 12.15
3 papers + discussion
– IIC’s Student & Emerging Conservator Conferences 2010 to 2018: reviewing a recently developed model for education and development in the profession
Graham Voce
– And after the master’s ? Some issues regarding the access to
the profession of conservator-restorer in Portugal
António João Cruz and Teresa Desterro
– The impact of education and research on the conservation-restoration of stucco decorations
Giacinta Jean
14.00 – 15.15
3 papers + discussion
– Sharing experiences to promote good practice : training program for curator and conservator students at the INP
Jane Echinard and Annaïg Châtain
– State of the art: the continued need for creative learning activities in conservation-restoration courses at University level
Adrian Heritage
– Conservation Training in Europe: what have we lost – what have we gained ?
Theocharis Katrakazis
15.15 – 15.45
Break
15.45 – 17.00
3 papers + discussion
– Learning to Learn about Conservation: Face-to-Face and Online Experiences
Shabnam Inanloo Dailoo, Krassimira Frangova, Aleksandra
Nikolić and Katriina Similä
– Sustainability in Conservation: The Sustainability Trend in Higher Education
Mariana Escamilla-Martínez and Caitlin Southwick
– Street art conservation: Non-formal education for i nformal art
Maria Chatzidakis
17. 0 0
Closing Reception and Poster Session
  • Transportation and Registration informations HERE

Symposium about contemporary art conservation in Cologne

From different perspectives to common grounds in contemporary art conservation, 25-26 June

 Monday, June 25, 2018 – 09:00 to Tuesday, June 26, 2018 – 16:30 | Cologne University of Applied Sciences, Germany

The Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA) will provide a cross-disciplinary forum for conservation professionals, art historians, conservation scientists and students to address several issues on contemporary art.

Advances in the conservation of contemporary art require discussions on fundamental questions concerning the identity, values and authenticity of modern and contemporary artworks; historically grown distinctions between specialisms; and transitions and transformations within the museum. The two-day conference on 25-26 June, 2018, organized by TH-Köln and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA) at the Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) in Cologne (Germany) will provide a cross-disciplinary forum for conservation professionals, art historians, conservation scientists, and students to address those issues.

Presentations by the ITN Research Fellows in collaboration with guest keynote speakers will introduce preliminary results of their interdisciplinary and intersectoral research and training collaboration for the conservation of contemporary art. Through the discursive lens, speakers and participants will explore a broad range of urgent questions related to intent, authorship, and authentication of contemporary artworks, the various challenges contemporary artworks can present when facing institutional conventions, the ontology of transforming contemporary artworks, the types and impacts of reproduction of contemporary artworks and the relevance of cross-disciplinary networks on the conservation of contemporary art.

Detailed information and the full programme available HERE.

A partir de différentes perspectives pour des terrains communs en conservation-restauration de l’art contemporain, 25 et 26 Juin 2018, Université des sciences appliquées, Cologne , Allemagne.
L'Institut des sciences de la conservation de Cologne (CICS) et le Réseau de formation innovante Marie Skłodowska-Curie sur les nouvelles approches de conservation de l'art contemporain (NACCA) offriront un forum interdisciplinaire aux professionnels de la conservation, aux historiens de l'art, aux scientifiques et aux étudiants. aborder plusieurs questions sur l'art contemporain. Les avancées dans la conservation de l'art contemporain nécessitent des discussions sur des questions fondamentales concernant l'identité, les valeurs et l'authenticité des œuvres d'art modernes et contemporaines; distinctions historiquement cultivées entre les spécialités; et transitions et transformations au sein du musée. La conférence de deux jours des 25 et 26 juin 2018, organisée par TH-Köln et le Réseau de formation innovante Marie Skłodowska-Curie «Nouvelles approches pour la conservation de l'art contemporain» (NACCA) à l'Institut des sciences de la conservation de Cologne (CICS) à Cologne (Allemagne) offrira un forum interdisciplinaire aux professionnels de la conservation, aux historiens de l'art, aux scientifiques de la conservation et aux étudiants pour aborder ces questions. Les présentations des boursiers de recherche ITN, en collaboration avec les conférenciers invités, présenteront les résultats préliminaires de leur collaboration interdisciplinaire et intersectorielle en matière de recherche et de formation pour la conservation de l'art contemporain. À travers l'objectif discursif, les conférenciers et les participants exploreront un large éventail de questions urgentes liées à l'intention, la paternité et l'authentification des œuvres contemporaines, les défis que les œuvres contemporaines peuvent présenter face aux conventions institutionnelles, l'ontologie des œuvres contemporaines en transformation, impacts de la reproduction des œuvres d'art contemporain et pertinence des réseaux interdisciplinaires sur la conservation de l'art contemporain. Informations détaillées et le programme complet disponible ICI

Conservation du patrimoine photographique

Le Centre d’art GwinZegal, le musée de Bretagne et l’association Bretagne Musées s’associent pour proposer deux journées de réflexion et de rencontre autour du patrimoine photographique, de sa conservation à sa valorisation.

Une course contre la montre

La première journée de ce cycle consacrée à la conservation et à la valorisation de fonds photographiques qui s’est déroulée à Guingamp le 23 septembre 2017, a permis de s’interroger sur la notion même de patrimoine photographique ; la présentation de plusieurs démarches artistiques a montré comment la création contemporaine pouvait utiliser cette matière photographique.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 23 SEPTEMBRE 2017  ICI

prog Journée 1

De la conservation à la valorisation

La seconde journée qui se tient le vendredi 18 mai 2018 aborde le mode de constitution des fonds et les questions de conservation et de valorisation qui en découlent, ainsi que la manière dont les institutions assurent un retour vers un public aussi large que possible de ces collections.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 18 MAI 2018  ICI

Conservation-restauration de l’art cinétique

Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Edited by Rachel Rivenc and Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières études et recherches sur l'art cinétique avec quinze essais et huit affiches. L'édition en ligne inclut des vidéos qui traduisent plus précisément les effets évoqués par les œuvres cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique ne comprend pas seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire l'effet souhaité et, par conséquent, pour réaliser pleinement la nature d'un objet en tant qu'oeuvre d'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une large gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique est apparu tout au long du vingtième siècle et a connu des développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers nord- et sud-américains, européens et océaniens se sont réunis pour discuter de problématiques liées à la préservation de l'art cinétique. Certaines des discussions étaient très techniques, mais des préoccupations plus vastes et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience en relation avec la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation.

Alors que la plupart des présentations provenaient d'une perspective de conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent une base théorique importante pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek expose dans son article trois stratégies principales pour la préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Consulter ici 

Parlons-en au CICRP

 cid:image006.png@01D3C752.CA0C8460Au CICRP, le 19 Avril à 13 h 30

Eglise Saint-Louis,
(Histoire et Restauration d’un patrimoine marseillais)
par Jean-Claude Gautier, conservateur en chef honoraire de bibliothèque, Laure Van Ysendyck et Danièle Amoroso, conservatrices-restauratrices, Jean-Marc Vallet, ingénieur de recherche au CICRP.
Dans le cadre de construction d’églises nouvelles à Marseille dans les années 1930 dans les quartiers industriels et populaires, le chanoine Gabriel Pourtal, curé de la paroisse Saint Louis fait édifié
en 1933 par l’architecte Jean-Louis Sourdeau, une nouvelle église à la place d’une église du XVII ème devenue trop petite. Elle est réalisée en béton armé permettant une réalisation rapide et achevé
en 1935.
Elle est considérée comme un véritable chef d’œuvre d’art moderne dans une perspective de monumentalité avec sculptures et vitraux et décorée à l’intérieur de peintures murales : un Chemin de la
Croix de Jacques  Martin-Ferrières …  ainsi que deux grandes affiches (1945-1950) en hommage aux prêtres ouvriers.
Jean-Claude Gautier relatera l’histoire de l’édifice et les artistes de l’église et notamment Jac Martin Ferrières (1893-1972), fils du peintre Henri Martin (1860-1943) et qui va s’illustrer par des
œuvres monumentales : salle des Illustres du Capitole de Toulouse, église Saint Christophe de Javel, chapelle de l’Immaculée conception à Montauban (Tarn et Garonne) ou encore église Notre Dame de Lourdes à Romans (Drôme). La restauration du chemin de Croix a été menée par L. Van Ysendyck. Elle a bénéficié de l’étude menée par le CICRP sur la caractérisation des formes de dégradations présentes et sur la caractérisation de la palette du peintre. Laure Van Ysendyck et Jean-Marc Vallet présenteront quelques aspects des travaux de restauration et d’analyse matérielle de l’œuvre.D’autre part, Danièle Amoroso, relatera son étude sur les affiches décorant l’intérieur de l’église.

Le nombre de place étant limité, merci de confirmer votre présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr
CICRP – 21, rue Guibal – 13003 Marseille Tél. : 04 91 08 77 80

Consulter le programme  ICI

4 ème rencontre inter-formations en conservation-restauration

L’association Fil à Fil a le plaisir de vous informer de la tenue de la quatrième édition des Rencontres inter-formations qui auront pour thème « la recherche en conservation-restauration »
                                 Vendredi 18 et samedi 19 Mai 2018  à Avignon


Les RIFs étant organisées comme des rencontres entre des étudiants des quatre formations françaises à la conservation-restauration, se tiendront à Avignon cette année. Ces rencontres ont pour but de créer des liens entre les étudiants de chaque formation, de mettre en place des projets communs et de partager les expériences et les différents points de vues de chacun.

 

Journées professionnelles des patrimoines 2018

21 et 22 juin 2018,

auditorium de la galerie Colbert,

2 rue Vivienne, 75002 Paris

Professionnels du patrimoine et chercheurs, acteurs conjoints des sciences du patrimoine [titre provisoire]Tous les métiers du patrimoine, de ceux de la conservation à ceux de la médiation en passant par ceux du classement, de la description et de la restauration, sont intimement liés à la recherche. Indispensable à l’élaboration des politiques et des projets comme à l’exercice des missions, elle est une dimension essentielle de leur mise en œuvre.Aussi, les professionnels du patrimoine et de l’architecture sont de plus en plus impliqués dans la recherche aux côtés des chercheurs académiques, français et étrangers, de la définition des sujets à l’application comme à la restitution des résultats.

Ces recherches portent sur l’ensemble des domaines patrimoniaux, matériels, immatériels ou numériques. Elles constituent un champ particulier, celui des « sciences du patrimoine », qui désignent dans toute leur diversité les disciplines scientifiques sollicitées pour la connaissance, la conservation-restauration et la transmission du patrimoine. Elles associent sciences humaines et sociales, telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie ou la géographie ; sciences sociales appliquées, telles que le droit ou la pédagogie ; sciences expérimentales, telles que la physique la chimie ou la biologie, auxquelles sont venues s’ajouter les sciences du numérique ou de la communication.

Les sciences du patrimoine embrassent l’ensemble des domaines d’intervention des professionnels, de l’identification du patrimoine (recensements, inventaires, etc.) à sa médiation, en passant par sa conservation et sa restauration. Elles concourent aussi bien à l’histoire des œuvres, qu’à l’identification des matériaux dont elles sont constituées et des techniques mise en œuvre par leurs créateurs, à la compréhension des phénomènes d’altération et de destruction ou encore à la muséographie et aux dispositifs de médiation. Par nature pluri- et transdisciplinaires, elles sont tout particulièrement favorables aux approches transversales croisant plusieurs domaines patrimoniaux (archives et bibliothèques, archéologie et monuments historiques, patrimoine matériel et immatériel, etc.), ouvrant de nouveaux axes de recherche, que ce soit dans les humanités numériques, la physique et la chimie des matériaux anciens ou l’anthropologie du fait patrimonial. Elles contribuent à renouveler non seulement les méthodes de travail et les processus professionnels, mais aussi la teneur et les modes de restitution des travaux.

En envisageant l’implication des professionnels dans la recherche et l’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers, ces journées permettront de dresser un état des lieux, d’exposer les dispositifs rendant possible cette construction conjointe et plusieurs projets emblématiques de cette approche et de dessiner, enfin, les perspectives d’évolution des sciences du patrimoine au regard des métiers, dans une totale continuité entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Ce texte a été prélevé ICI

Conservation-restauration et droit

Institut Art & Droit

COLLOQUE organisé par l’Institut Art & Droit

La restauration des œuvres d’art et le droit

Lundi 9 avril 2018 – 13h30 / 20h

Auditorium de l’Institut National d’Histoire de l’Art – INHA
2, rue Vivienne, Paris 2me
(Accès libre sur inscription préalable à institut@artdroit.org)
PROGRAMME

13h30 Enregistrement des participants

14h Accueil – Ouverture des travaux
Eric de Chassey, Directeur général de l’Institut National de l’Histoire de l’Art – INHA

14h15 Remerciements et présentation du colloque
Gérard Sousi, Président de l’Institut Art & Droit, Ancien Vice-président de l’Université Lyon 3
Emmanuel Pierrat, Avocat associé, Pierrat & de Seze, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle

14h30 Droits de l’auteur de l’œuvre restaurée et de ses ayants droit
Tristan Azzi, Professeur à l’Ecole de droit de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon -Sorbonne

14h45 Les restaurateurs ont-ils des droits sur les œuvres restaurées ?
Marie-Hélène Vignes, Avocate à la Cour

15h Table ronde 1 : la mention des restaurations
Présidence : Emmanuel Pierrat, Avocat associé, Pierrat & de Seze, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle
Dr Aurélia Chevalier, Restauratrice du patrimoine, spécialité Art contemporain et Recherche en Conservation-restauration
Pierre Taugourdeau, Directeur juridique du Conseil des ventes volontaires
Jean-Loup Nitot, Avocat à la Cour

15h45 La responsabilité du restaurateur et des autres intervenants
Claudia Andrieu, Responsable des Affaires juridiques de Picasso Administration
Marine Ranouil, Maître de conférences à l’Ecole de droit de la Sorbonne

16h15 Débats

16h30 Pause

16h45 Le contrat de restauration en droit privé
Alexis Fournol, Avocat à la Cour

17h La restauration et les marchés publics
Judith Kagan, Conservateur général du patrimoine, Cheffe du bureau de la conservation du patrimoine mobilier et instrumental, Ministère de la culture et de la communication
Elodie Tamburrini, Responsable du secteur des affaires juridiques et des marchés publics, musée d’Orsay et musée de l’Orangerie

17h30 Table ronde 2 : le statut du restaurateur
Présidence : Gérard Sousi, Président de l’Institut Art & Droit, Ancien Vice-président de l’université Lyon 3
David Cueco, Conservateur-restaurateur et Art contemporain, conseil en conservation préventive
Aude Mansouri, Présidente de la Fédération française des professionnels de la conservation-restauration
Jean-Baptiste Schroeder, Avocat à la Cour

18h15 Débats

 Journées des Restaurateurs en Archéologie. 

A noter sur votre agenda

Lyon, les 29 et 30 novembre 2018

Les JRA, Journées des Restaurateurs en Archéologie sont organisées annuellement et bénévolementElles réunissent en moyenne une centaine de participants français et étrangers (restaurateurs, scientifiques, archéologue, etc.) et permettent d’échanger sur les dernières actualités dans le domaine. Elles sont également un lieu d’échange entre professionnels en exercice et étudiants. Les intervenants proposent des communications sur un thème commun et les articles sont publiés postérieurement dans le cadre des Cahiers Techniques de l’ARAAFU.

Ces 32ème JRA sont organisées de façon parallèle (le vendredi 30 novembre) avec la 8ème édition des JERI (Journées d’Étude en Recherche et Innovation en conservation-restauration).