Archives de catégorie : ACTIVITE

Dernière session 2017-18 du workshop « Muséoscopie »

MUSEOSCOPIE est un projet qui veut associer des étudiants des deux mentions CI et CR de l’ESAA avec des professionnels dans l’« arraisonnement » du Musée Jacques Doucet de la Fondation Angladon et dans la proposition d’intercalations visuelles in situ, deux actions à même de susciter la prise de conscience de l’instrumentalité de la muséographie dans un musée. C’est un projet expérimental et pluridisciplinaire qui s’est déroulé, dans sa première phase,  sur l’année scolaire 2018 en trois workshops : du 08 au 12.01 / du 03 au 06.04 / et enfin du 18 au 22.06. 2018.

Pour cette dernière réunion dédiée à la formulation écrite des projets d’intervention proposés au musée, les discussions ont porté, d’abord sur un aspect muséographique pointé du doigt, ensuite sur le détail et l’efficience des modalités de réalisation. L’objectif étant la remise d’un document de synthèse du travail accompli entre les mains de la directrice du Musée Jacques Doucet de la Fondation Angladon, en préalable d’une présentation orale par les étudiants.


If you see this text, please click "Not spam" or "Display images"
                                                                                              Traffic des visiteurs de  Semin’R

Soutenances pour le DNSEP – CR 2018

Les soutenances de trois étudiantes de l’ESAA pour l’obtention du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, option artmention conservation-restauration au grade de Master II, auront lieu

  • le 21 Juin 2018 (mémoire), à partir de 14h et à huis-clos devant un jury composé de Jean-Christophe Sevin, Maître de Conférences à l’IUT-UAPV  d’Avignon et Gaspard Salatko, enseignant en anthropologie à l’ESAA, co-coordinateur du second cycle CR (master),

  • le 27  Juin 2018 (projet), à partir de 14 h et en public restreint devant le jury complet composé de : Jean Paul Ponthot, Directeur honoraire de l’ESA d’Aix-en-Provence, (président du jury), Emilie Girard, Conservateur du patrimoine et Commissaire d’exposition au MUCEM (vice-présidente), Jean-Christophe Sevin, Maître de Conférences à l’IUT-UAPV d’Avignon, Ariel Bertrand, conservatrice-restauratrice de biens culturels (Master CRBC),  et Gaspard Salatko,  enseignant en anthropologie à l’ESAA.

Cette année l’École Supérieure d’Art d’Avignon présente trois candidates au DNSEP option art,  mention conservation-restauration : Sonja Petric dont le travail porte sur une œuvre participative quasi absente ; Juliette Serre qui a engagé une recherche à partir d’une œuvre peinte sur un support éphémère ; Camille Patey qui a déployé une réflexion au contact d’ un livre du XVIe siècle. 

In june 2018, the Avignon school of high level education in art presents three candidates for the DNSEP /  conservation-restoration option: Sonja Petric whose work focuses on a participative artwork that is almost absent; Juliette Serre who started a research based on a artwork painted on an ephemeral medium; Camille Patey who reflected on a 16th century book.

Considérés sous l’angle de leur situation actuelle de conservation, ces artefacts sont à penser comme autant d’objets en crise, les institutions qui en ont la charge n’étant pas en mesure d’en assurer la pérennité de manière satisfaisante. C’est précisément cet état de crise qui constitue l’amorce de la démarche du conservateur-restaurateur : pour proposer des solutions idoines de traitements relevant de de la conservation préventive, de la conservation curative et de la restauration proprement dite, celui-ci va entreprendre une enquête visant à identifier, non seulement les propriétés matérielles mais aussi les propriétés relationnelles caractéristiques de l’artefact culturel qui lui est confié afin d’en retracer la biographie.

Le mémoire de Sonja Petric concerne la conservation-restauration d’Autour d’un palmier de Jean-Luc Vilmouth, créée en 1989 pour le Centre National d’Art Contemporain de la Villa Arson. Située en extérieur, cette œuvre participative invitait le spectateur à emprunter un escalier qui s’enroulait en spirale autour du stipe d’un palmier et qui finissait son ascension au commencement de la floraison de ses palmes. Au terme de son ascension, le spectateur pouvait se tenir sur une plateforme offrant une vue panoramique et dégagée. Cette œuvre fut démantelée en 2006 pour des raisons de sécurité : l’escalier a été démonté tandis que le palmier est resté en place si bien qu’elle n’est plus exposée dans son intégralité. Pour arraisonner cette œuvre quasi absente, du point de vue de la conservation-restauration, l’analyse de Sonja Petric s’appuie sur l’examen d’un ensemble de traces (photographies, archives, témoignages) qui sont autant d’indices de ses activations passées et qui permettent d’envisager la perspective de sa réactualisation temporaire ou permanente en lien avec l’ensemble des acteurs qui furent naguère engagés dans sa conception.

RESUME Ce mémoire porte sur la conservation-restauration d’une oeuvre quasi absente : Autour d’un palmier de Jean-Luc Vilmouth, créée en 1989 pour le Centre national d’art contemporain de la Villa Arson. Commandée dans le cadre du quatrième volet de la manifestation, Sous le soleil intitulé Pas à coté, pas n’importe où, dont le commissaire d’exposition était Christian Besson. Il s’agit d’une oeuvre in situ exposée dans un environnement extérieur, mais aussi d’une oeuvre participative qui invitait le spectateur à emprunter un escalier s’enroulant autour du stipe d’un palmier et terminant son ascension à la base de l’inflorescence des palmes. Le public arrivait sur une plateforme qui offrait une vue panoramique et dégagée. L’escalier a été démantelé en 2006 pour des raisons de sécurité, le palmier, quant à lui, est toujours prèsent. Pour arraisonner cette oeuvre du point de vue de la conservation-restauration, l’analyse s’appuie sur l’examen d’un ensemble de traces (archives, photos…) qui sont autant d’indices de ses activations passées et qui permettent d’envisager la perspective du placement d’un pupitre pédagogique et d’une réactualisation temporaire ou permanente.

ABSTRACT This report concerns the conservation-restoration of an almost absent artwork Autour d’un palmier of Jean-Luc Vilmouth, created in 1989 for the National center of contemporary art of the Villa Arson. Ordered for the fourth edition of the demonstration Sous le soleil, Pas à côté pas n’importe où, of whom the commissioner of the exhibition was Christian Besson. It is a work about in situ exposed in an outside environment but also a work wich invited the spectator to use a staircase winding around the trunk starting from the feather-grass and ending it’s ascent at the base of the inflorescence of palms. The public could arrive on a plateform wich offered a panoramic and clear view. The starcase was dismantled in 2006 for safety reasons, the palm tree still present. To inspect this work from the point of view of the preservation-restoration, the analyses leans on the examination of a set of tracks (archives, photos…) wich are so many clues of it’s past activations and wich allows to approach the prospect of the investment of an educational writing desk and of temporary or permanent updating.

Le travail de Juliette Serre a été initié par la rencontre avec une œuvre de Patrick Neu intitulée Aile de papillon, encre de Chine, 2005-2006, d’après un Diable, XIIe siècle, (détail), musée de Saint-Rémi, Reims. Cette chose insolite requiert de se demander comment appliquer à un fragment d’insecte devenu objet d’art les principes fondamentaux de la conservation-restauration, sans trahir les souhaits d’un artiste dont le processus de création mobilise des matériaux éphémères. Juliette Serre avance que pour penser la pérennité d’un tel artefact, la conservation-restauration doit envisager aussi bien le point de vue de l’artiste, dont le témoignage apporte des indications précieuses concernant la conservation de l’œuvre, que le point de vue entomologique qui renseigne les valeurs liées aux spécimens exposés et prévient des facteurs qui les menacent. L’analyse comparée de ces points de vue, permet à Juliette Serre d’appliquer des principes de conservation préventive qui relèvent à la fois du conditionnement de l’œuvre, de sa manipulation, de sa présentation et de son exposition.

ABSTRACT The butterfly wing or the art of keeping alive an ephemeral insect for ever. Fragile, organic, frail, time-bound : this is the support wanted by the artist Patrick Neu for his work « Aile de papillon », Indian Inck, 2005-2006, inspired by a devil. How to apply to an insect that has become a work of art the fundamental principles of conservation-restoration, while remaining in agreement with an artist’s wishes whose process of creation mobilizes ephemeral materials ? To think about the durability of such an artefact, conservation-restoration must consider both the artist’s point of view, whose testimony provides valuable information concerning the conservation of the work, and the entomological point of view that informs values related to exposed specimens and prevents factors that put them at risk. The comparative analysis of these points of view, makes it possible to identify principles of preventive conservation applicable to the object ; those related to its conditioning, its manipulation, its presentation and its exposure.

L’entreprise de Camille Patey s’est attelée à la conservation-restauration de l’exemplaire des Décrétales de Grégoire IX de la Fondation Louis. Avant d’être patrimonialisé, cet ouvrage du XVIe siècle avait servi de support au travail du typographe Louis Jou. C’est ce constat qui conduit Camille Patey à considérer cet exemplaire, non seulement du point de vue de sa physicalité, mais aussi du point de vue de sa situation, en l’envisageant aussi comme une ressource – parmi d’autres – de ce qui fut le travail typographique de Loui Jou. Il s’ensuit un double questionnement : d’une part, comment penser les écarts observables entre la pratique de la conservation-restauration du livre et la pratique de la reliure ? Et d’autre part, comment envisager la conservation-restauration d’un ouvrage ancien, sans le dissocier du lieu et de la collection dont il est extrait ?

RESUME Ce mémoire de conservation-restauration porte sur un livre du XVIe siècle appartenant à la Fondation Louis Jou des Baux-de-Provence. Il s’agit des Décrétales de Grégoire IX. Cette information a permis de recueillir des renseignements plus précis sur le type de livre étudié, à savoir un ouvrage religieux. Les livres (exceptés les recueils manuscrits et les incunables) sont des objets utilitaires et multiples. Ce sont leurs histoires qui leur confèrent une singularité. C’est pour cela qu’il est également important d’étudier leur état constitutif à l’aune des techniques de fabrication des reliures en usage au XVIe siècle. Avec une visée de clarification et avant d’envisager une proposition de traitement, il a paru essentiel de réaliser un tableau comparatif des différentes étapes de la conservation-restauration et pratiques de la reliure. Car aujourd’hui la frontière entre ces deux disciplines reste encore floue. Cette étape constituait donc une base fondamentale sur laquelle repose une partie de l’argumentaire et de la démarche vers la proposition d’un traitement de conservation-restauration. Celui-ci est double puisqu’il prend en compte deux propriétés du livre: utilitaire et patrimoniale. Il était aussi crucial de s’intéresser au lieu d’origine de cet ouvrage, à savoir la collection privée du typographe Louis Jou, afin de concevoir des propositions de conservation préventive, de numérisation et d’exposition partielle de la collection du typographe. Eu égard à un tel lieu, il n’était pas anodin de s’interroger sur la présentation de ces ouvrages au public, et sur leur valorisation à l’avenir.

ABSTRACT This conservation-restoration these concerns a 16th century book belonging to the Louis Foundation Jou in Les Baux-de-Provence. These are the Decretals of Gregory IX. This identity yielded more specific information about the type of book being studied, namely a religious work. Books (except handwritten books and incunabula) are utilitarian and multiple objects. Their stories give to each object its own singularity. This is why it is also important to study their constitutive state in the light of the techniques of making bindings used in the sixteenth century. With a view to clarification and before considering a treatment proposal, it seemed essential to realize a comparative table of the different stages of conservation-restoration and bookbinding practices. For the reason that today, the border between these two disciplines remains unclear. This step was therefore a fundamental basis on which a part of the argument and the approach towards the proposal of a conservation-restoration treatment rests.This stage constitutes a fundamental base on which rests a party of the argument and the approach that guides me to propose a treatment of conservation-restoration of the object which takes into account two possibilities of treatment: utilitarian aspect and the patrimonial aspect. It’s important to interest in its origin: the Foundation Louis Jou. This allows me to restore this work in its current environment namely the private collection of the typographer Louis Jou.This allows me to make proposals of preventive preservation, of digitalization and of exhibition on the typographer’s XVI collection. For a place such as this one, it is important to wonder how in the future all his works will be presented to the public and how to value them.

Par-delà la diversité des objets étudiés, chacun de ces travaux montre en quoi le conservateur-restaurateur doit, pour penser un artefact culturel dans sa singularité, se donner les moyens d’entrer en dialogue avec des mondes professionnels (régie, entomologie, reliure) qui mobilisent des conceptions parfois très différentes de la pérennité. A ce titre le conservateur-restaurateur apparaît véritablement comme un passeur, un médiateur à même de mesurer les écarts observables entre la pluralité des points de vue qu’agrège l’activité patrimoniale.

Marc Maire & Gaspard Salatko, coordinateurs du second cycle (Master) en Conservation-Restauration. (Crédits photographiques, respectivement: S. Petric, J. Serre, C. Patey)

La restauration des oeuvres d’art et le droit

Résultat de recherche d'images pour "institut art et droit"David Aguilella-Cueco, membre de l’ARAAFU, nous a consciencieusement fait parvenir les actes du colloque  consacré  à « la restauration ( sic) des œuvres d’art et le droit » par l’Institut Art & Droit,   tenu l’après-midi du 09 Avril dernier dans l’Auditorium de l’Institut National d’Histoire de l’Art – INHA 2, rue Vivienne 75002 Paris, avec le commentaire  suivant. « Je crois que ces textes regorgent d’informations, que plusieurs collègues y ont pris la parole et que la FFCR y était aussi représentée. Comme il est indiqué ce document sera en accès libre sur le site de l’institut éponyme. Merci de diffuser aux personnes que cela intéressera. » Qu’il en soit remercié ici, beaucoup d’inscrits n’ayant pas pu s’y rendre à cause des perturbations à la SNCF.

Pour rappel, voici  quels en étaient les enjeux et le programme.

« La restauration des œuvres d’art est en elle-même un art et un art délicat, précis. Elle obéit à des principes rigoureux et est le fait de professionnels spécialisés, les conservateurs-restaurateurs. Mais cet art magique de la restauration qui guérit l’œuvre d’art grâce au geste salvateur d’un restaurateur médecin, n’échappe pas aux problématiques juridiques. Quels sont les droits du créateur quand l’œuvre est restaurée ? Les restaurateurs sont – ils titulaires de droits d’auteur sur l’œuvre restaurée ? La restauration doit-elle être portée à la connaissance de l’acheteur ? Quelle est la responsabilité du restaurateur quand il intervient sur une œuvre ? Quel lien juridique entre le restaurateur et son client : contrat de droit privé ou marché public ? Le restaurateur est -il soumis à un statut professionnel ? Au cours de plusieurs réunions de travail de l’Institut Art & Droit, juristes spécialisés, professionnels du marché de l’art, conservateurs – restaurateurs et représentants d’institutions culturelles ont abordé toutes ces questions. Ce colloque est la restitution publique de leurs échanges, réflexions et recherches. » (texte fourni par l’IA&D).

13h30 Enregistrement des participants

14h Accueil – Ouverture des travaux
Eric de Chassey, Directeur général de l’Institut National de l’Histoire de l’Art – INHA

14h15 Remerciements et présentation du colloque
Gérard Sousi, Président de l’Institut Art & Droit, Ancien Vice-président de l’Université Lyon 3
Emmanuel Pierrat, Avocat associé, Pierrat & de Seze, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle

14h30 Droits de l’auteur de l’œuvre restaurée et de ses ayants droit
Tristan Azzi, Professeur à l’Ecole de droit de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon -Sorbonne

14h45 Les restaurateurs ont-ils des droits sur les œuvres restaurées ?
Marie-Hélène Vignes, Avocate à la Cour

15h Table ronde 1 : la mention des restaurations
Présidence : Emmanuel Pierrat, Avocat associé, Pierrat & de Seze, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle
Aurélia Chevalier, Restauratrice du patrimoine, spécialité Art contemporain et Recherche en Conservation-restauration
Pierre Taugourdeau, Directeur juridique du Conseil des ventes volontaires
Jean-Loup Nitot, Avocat à la Cour

15h45 La responsabilité du restaurateur et des autres intervenants
Claudia Andrieu, Responsable des Affaires juridiques de Picasso Administration
Marine Ranouil, Maître de conférences à l’Ecole de droit de la Sorbonne

16h15 Débats

16h30 Pause

16h45 Le contrat de restauration en droit privé
Alexis Fournol, Avocat à la Cour

17h La restauration et les marchés publics
Judith Kagan, Conservateur général du patrimoine, Cheffe du bureau de la conservation du patrimoine mobilier et instrumental, Ministère de la culture et de la communication
Elodie Tamburrini, Responsable du secteur des affaires juridiques et des marchés publics, musée d’Orsay et musée de l’Orangerie

17h30 Table ronde 2 : le statut du restaurateur
Présidence : Gérard Sousi, Président de l’Institut Art & Droit, Ancien Vice-président de l’université Lyon 3
David Cueco, Conservateur-restaurateur et Art contemporain, conseil en conservation préventive
Aude Mansouri, Présidente de la Fédération française des professionnels de la conservation-restauration
Jean-Baptiste Schroeder, Avocat à la Cour

18h15 Débats

Télécharger les actes du colloque « La restauration des oeuvres d’art et le droit »
Télécharger les actes du colloque « l’art contemporain confronté au droit »

 

 

Conférence des formations publiques à la CR

Vendredi 1er Juin, à l’invitation particulièrement généreuse de sa directrice, Marie-Haude Caraes, s’est réunie à l’ESBA de Tours la cinquième session de la Conférence des Formations Publiques à la CR, en présence  de Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine chargé par le MCC d’en piloter la tenue. Initialement composée exclusivement de représentants du Master CRBC de l’université Paris I / Sorbonne (Paris), de l’ESBA (Tours), de l’INP (Paris) et de l’ESAA (Avignon), la réunion comptait aussi et pour la première fois, des délégués d’associations étudiantes et professionnelles: FFCR, ARAAFU, ARSET,  et AEAE-INP Seule manquait Fil à Fil, sa délégation ayant été empêchée.

Les discussions ont porté sur l’adoption d’un nouveau titre pour celles et ceux qui exercent la conservation-restauration, puisque le syntagme conservateur-restaurateur fait l’objet d’un « blocage » depuis plus de 30 ans, aujourd’hui encore  indépassable  au Ministère de la Culture et de la Communication selon son représentant. L’ enjeu est aussi la protection de ce titre qui serait réservé aux seules personnes physiques titulaires d’un  des diplômes au grade de master stipulés par la loi, et dès lors inscrites sur une liste établie par décrets. L’assemblée s’est accordée de telle sorte que le MCC soit d’ores et déjà en mesure de mettre en branle une étude juridique visant cet objectif.

Elles ont aussi abordé la question de la VAE, assurée actuellement par trois des quatre formations publiques à la CR. L’enjeu du débat consiste en une harmonisation des procédures à l’échelle nationale, au moment ou la réglementation européenne enjoint à la révision de celle qui est appliquée en France.

 

 

Séminaire : Conservation et taxidermie

La dernière séance du séminaire « Ecologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales » se tiendra jeudi 21 juin, 10h-13h, au musée du quai Branly – Jacques Chirac (en salle 1). Lors de cette séance, intitulée « Conserver le vivant: le cas de la taxidermie », nous aurons le plaisir d’écouter Pauline Bertrand, conservatrice-restauratrice diplômée de l’ESAA, spécialisée dans la conservation de spécimens naturalisés et la taxidermie, et Adrian Van Allen, anthropologue et artiste, qui travaille sur la conservation des collections naturelles. Leurs interventions seront discutées par Jacques Cuisin, restaurateur et taxidermiste au Museum national d’histoire naturelle.

Vous trouverez ci-dessous une présentation de la séance, des liens vers les sites des intervenantes et toutes les informations pratiques.

Séminaire 2018

« Écologie des collections.

Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales »

musée du quai Branly-Jacques Chirac, 218 rue de l’Université, 75007 Paris

Organisation : Tiziana Beltrame, Frédéric Keck, Yaël Kreplak.

Contacts : belletrame[at]gmail.com, Frederic.KECK[at]quaibranly.frgmail.com

Séance 3. Conserver le vivant : le cas de la taxidermie

21 juin 2018, 10h-13h, salle 1

Intervenantes :

Pauline Bertrand (conservatrice-restauratrice), https://paulinebertrandcr.wixs

« Le statut des animaux naturalisés en muséum d’histoire naturelle : l’animal naturel et l’animal culturel. »

Adrian Van Allen (anthropologue, musée du quai Branly – Jacques Chirac), http://www.adrianv.com/index.h

« Marking Time in the Anthropocene: Taxidermy, Temporality and Practices of Care in the Museum »

Discutant :

Jacques Cuisin (restaurateur, taxidermiste, Museum national d’histoire naturelle)

Lors de cette séance, nous discuterons les diverses façons dont les animaux sont transformés en artefacts à la fois dans et hors des musées, les compétences mobilisées dans cette fabrication, les différentes façons d’exposer ces artefacts et les modes d’identification et de distanciation entre hommes et animaux qu’ils produisent.

Les racines poussent aussi dans le béton.

Résultat de recherche d'images pour "les racines poussent aussi dans le béton"Au MACVAL de Vitry-sur-Seine, Kader Attia a délimité un véritable parcours initiatique dont deux pierres angulaires constituent la structure : l’architecture et sa relation aux corps. En 2018, comment appréhender les grands projets urbains menés tambours battants dès la fin de la deuxième guerre mondiale et dont l’histoire n’est pas écrite ? Ceux-là mêmes qui ressortissaient d’une utopie du bien vivre-ensemble mais qu’on a affublé très vite du syntagme cité-dortoir ?  Comment les habitants des « grands ensembles » ont-ils malgré tout su tisser des relations dans leur milieu bétonné, garder un lien avec leur histoire et leur culture d’origine  ?

L’espace dans lequel on pénètre est sombre et tamisé, bien loin des grandes rétrospectives auxquelles nous a habitués un musée comme le Centre Pompidou.  La lumière de l’espace d’expositions est réduite. Les œuvres n’ont pas été disposées selon une progression chronologique qui viserait la perception d’une évolution artistique. On a plutôt affaire à un dédale insaisissable à l’instar d’un parcours équestre de sauts d’obstacles. La répartition des oeuvres toutes choisies ou produites pour l’occasion, les confine dans ce qui s’apparente à des caches qui s’atteignent après un cheminement labyrinthique. Le visiteur est attiré par de la lumière au bout de chaque couloir, mais aussi empreint d’odeurs diverses, l’anis, le clou de girofle, la menthe fraiche, … qui se diffusent tout au long du parcours comme pour le conforter dans une progression initiatique. Une manière pour l’artiste de mettre en forme et conditions une déambulation autant physique que spirituelle, autant sensorielle que mentale, nommée par l’artiste «introspective» plutôt que « rétrospective ». Kader Attia veut révéler et dénoncer des formes de violences symbolique et sociale. Les thèmes et problèmes  évoqués par les œuvres répondent de la même logique de domination et d’exclusion qui s’applique, insidieusement et immanquablement, à des parias en marge de la société.

 L’art à la fois poétique et politique de Kader Attia, fidèle à son entreprise de réparation,  utilise l’espace du musée au delà de la seule visée esthétique. Il veut focaliser le regard et  l’attention sur toute une histoire qui échappe au grand récit national. Certes les racines poussent aussi dans le béton, encore faut-il accepter de les compter parmi celles du champ républicain, quelles que soient leur provenance.

               Exposition 14 Avril – 16 Septembre 2018

Agir en conservation-restauration de l’art contemporain

International symposium Acting in Contemporary Art Conservation (SBMK summit), 15-16 November

Thursday, November 15, 2018 – 09:00 to Friday, November 16, 2018 – 17:00 | Amersfoort and Amsterdam, The Netherlands
The two-day international symposium Acting in Contemporary Art Conservation (SBMK summit) will take place on Thursday the 15th and Friday the 16th of November 2018 in Amersfoort (RCE) and Amsterdam (Stedelijk Museum). The event is being organised by the Foundation for the Conservation of Contemporary Art in The Netherlands (SBMK).

One hundred proposals came in from all over the world. Currently, the Technical Committee is putting together the programme. Topics include: decision making, artist participation, oral history and processes and roles in conservation. The programme, to be shared in May, will consist of key notes, snapshots (poster) presentations and panel discussions.

Practical information
Registration for the event will start in June and a ticket costs €150. This includes lunch and refreshments on both days. For students and employees of SBMK partner organisations in the Netherlands a symposium ticket costs €75.

Are you interested in conservation issues around plastics?
Each year the SBMK organises an annual meeting. This year it will take place on Wednesday the 14th of November in the Centraal Museum in Utrecht. The subject of the meeting will be plastics and it will be given in English. It is therefore possible for international guests to go to both events. A combinstion ticket for both the SBMK annual meeting and the Acting in Contemporary Art symposium will cost €250. A combination ticket for students and SBMK partners is €125.
Symposium international: "Agir en conservation-restauration".
Le symposium international Agir en conservation-restauration de l’art contemporain (SBMK), aura lieu les jeudi 15 et vendredi 16 novembre 2018 à Amersfoort (RCE) et Amsterdam (Stedelijk Museum). L'événement est organisé par la Fondation pour la conservation-restauration de l'art contemporain aux Pays-Bas (SBMK).
 
Quelques cents propositions sont parvenue de partout dans le monde. Actuellement, le comité technique concocte le programme. Les sujets traitent de : la prise de décision, la participation des artistes, l'histoire orale vis à vis des processus et les rôles dans la conservation-restauration. Le programme, qui sera diffusé en mai, se composera de phrases clés, d'instantanés (affiches) et de tables rondes.

Informations pratiques.
L'inscription à l'événement débutera en juin et coûte 150 €. Cela inclut le déjeuner et les rafraîchissements des deux jours. Pour les étudiants et les employés des organisations partenaires de SBMK aux Pays-Bas, l’accès au symposium coûte 75 €.
 
Si vous intéressé(e) par les problèmes de conservation-restauration  autour des plastiques ...
Chaque année, la SBMK organise une réunion annuelle. Cette année, elle aura lieu le mercredi 14 novembre au Centraal Museum d'Utrecht. Le sujet de la réunion sera en plastique et il sera donné en anglais. Il est donc possible pour les invités internationaux d'assister aux deux événements. Un ticket de combinaison pour la réunion annuelle de SBMK et le symposium Acting in Contemporary Art Conservation coûtera 250 €. Un ticket combiné pour les étudiants et les partenaires SBMK coûte 125 €.

Conservation des restes humains au MQB

La 8 ème session du séminaire de M2-cr « art et artefactualité » , le Mardi 15 Mai 2018 à partir de 9h30, comptera Stéphanie Elarbi parmi les participants.

La séance sera suivie d’une conférence de celle-ci sur l’étude pour le reconditionnement, selon des principes propres au Musée du Quai Branly, d’un corpus d’ « objets » comprenant ou consistant en des restes humains. Ces principes prennent notamment en compte les trois critères suivants :

– le statut des objets,

– la gestion du PPRI (plan de prévention du risque d’inondation),

– l’origine de la collection.

Stéphanie Elarbi mettra particulièrement l’accent sur l’importance de la pratique de l’aller-voir en réserves de musées.

En prévision, consulter

  •  l’avis n°111 du 07 janvier 2010 sur les problèmes éthiques posés par l’utilisation des cadavres à des fins de conservation ou d’exposition muséal.
  • le symposium Des collections anatomiques aux objets de culte : conservation et exposition des restes humains dans les musées, 22 et 23 février 2008.

Journée internationale des musées.

                                          Journée internationale des musées.

En 2018, le thème de la Journée internationale des musées sera Musées hyperconnectés : Nouvelles approches, nouveaux publics.

Traditionnellement, la Journée internationale des musées s’organise le 18 mai ou autour du 18 mai. Les activités organisées dans ce cadre peuvent durer une journée, un week-end ou une semaine, l’objectif étant de se réunir au musée avec pour devise « Les musées, moyen important d’échanges culturels, d’enrichissement des cultures, du développement de la compréhension mutuelle, de la coopération et de la paix entre les peuples. »

La Journée internationale des musées fédère de plus en plus de musées à travers le monde. En 2017, plus de 37 000 musées ont participé à l’événement dans près de 157 pays.

 

Call for papers: Plastics Heritage Congress 2019

Wednesday, May 29, 2019 – 09:00 to Friday, May 31, 2019 – 17:00 | Museu da Famácia (Pharmacy Museum) in Lisbon, Portugal.

We are living in a time of increasing dependence on and encounters with synthetic materials, such as plastics, in our day-to-day life.

The Plastics Heritage Congress 2019, whose general theme is « Plastics heritage: history, limits and possibilities” intends to emphasize the synthetic material’s « plasticity » that makes them crucial in today’s globalized world and to understand the chameleon capability of plastics, their limits and possibilities.

This congress aims to address plastics history and heritage by encouraging papers that contribute to a deeper understanding of the socioeconomic culture and material culture of historic polymeric materials (HIPOMS) in their various representations and functions in society.

The main theme embraces the concepts of history, limits and possibilities of plastics heritage as organizing principles, thus perceiving their impact on the consumer and their technical and scientific developments. The programme committee suggests the following non-exhaustive sub-themes for contributors of individual papers, and posters:

  • Plastics history (historic polymeric materials [Hipoms] manufacturing, engineering, companies)
  • Plastics heritage (Hipoms in art, design, everyday use, technical objects and architecture)
  • Collecting Hipom objects
  • Conservation of Hipoms (artefacts, technical heritage, material characterization)
  • Documentation and reproduction (archives, data bases, digital scanning, 3D-printing etc.)
  • Plastics limits (degradation, waste problems, environmental impacts, history of social interactions)
  • Plastics and emotions: impact on consumers and design personalisation.

All proposals must be in English, and should be submitted electronically by date to be announced. For advice on preparing your submission and the conference presentation, please consult the guidelines.

In addition to the scientific programme, the congress will include social events.

If you have any questions related to the scientific programme, papers or posters then please contact Guenter Lattermann (guenter.lattermann@uni-bayreuth.de), the chair of the programme committee or Maria Elvira Callapez (mariaelviracallapez@gmail.com), co-chair.

Du Mercrefi 29 Mai, 2019 - 09:00 au Vendredi 31 Mai 2019 - 17:00 |  Musée de la pharmacie, Lisbonne, Portugal.

Dans notre vie quotidienne, nous vivons dans une ère de dépendance croissante et de contact permanent avec des matériaux synthétiques tels que les matières plastiques.

Le Plastics Heritage Congress 2019, dont le thème général est «Le patrimoine en plastique: histoire, limites et possibilités» entend souligner la «plasticité» du matériau synthétique qui le rend crucial dans le monde globalisé d'aujourd'hui et la compréhension de la capacité des plastiques à l’adaptatio, leurs limites et leurs possibilités .

Ce congrès vise à aborder l'histoire et le patrimoine des plastiques en suscitant des articles qui contribuent à une meilleure compréhension de la culture socio-économique et de la culture matérielle des matériaux à base de polymères historiques (HIPOMS) dans leurs diverses représentations et fonctions à l’intérieur de  la société.

Le thème principal embrasse les concepts d'histoire, de limites et de potentiels du patrimoine plastique comme principes organisateurs, à même de souligner  ainsi leur impact sur le consommateur et leurs développements techniques et scientifiques. Le comité du programme suggère les sous-thèmes non exhaustifs qui suivent , pour les contributeurs de communications individuelles et les affiches:
  •     Histoire des matières plastiques (matériaux polymères historiques [HIPOMS] fabrication, ingénierie, entreprises)
  •     Patrimoine plastique (HIPOMS dans l'art, le design, l'usage quotidien, les objets techniques et l'architecture)
  •     Collecte des objets HIPOMS
  •     Conservation des HIPOMS (objets, patrimoine technique, caractérisation des matériaux)
  •     Documentation et reproduction (archives, bases de données, numérisation numérique, impression 3D, etc.)
  •     Limites des plastiques (dégradation, problèmes de déchets, impacts environnementaux, historique des interactions sociales)
  •     Plastiques et émotions: impact sur les consommateurs et personnalisation du design.
Toutes les propositions doivent être en anglais et doivent être soumises électroniquement avant la date  annoncée. Pour obtenir des conseils sur la préparation de votre proposition et la présentation de la conférence, veuillez consulter les consignes.

En plus du programme scientifique, le congrès inclura des événements sociaux.

Pour des réponses à des questions concernant le programme scientifique, les communications ou les affiches, veuillez contacter Guenter Lattermann (guenter.lattermann@uni-bayreuth.de), le président du comité du programme ou Maria Elvira Callapez (mariaelviracallapez@gmail.com), co-organisatrice.

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession

ENCoRE Conference at Struttura Universitaria in Scienze per la Conservazione, Restauro e Valorizzazione dei Beni Culturali (SUSCOR), “La Venaria Reale”, Turin Italy 23.5.2018

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession / ENCoRE Conference
Programme
8.30 Registration
9.00
Welcome and opening Keynote lecture – History of ENCoRE
René Larsen and Wolfgang Baatz
9.40 – 10.30
2 papers + discussion
– Conservation research and the role of a doctorate programme in
conservation-restoration
Oscar Chiantore and Diego Elia23.5.2018
– On kill-or-cure remedy, aesthetics and approaches to cleaning of
weathered paintings by Edvard Munch
Tomas Markevicius
10.30 – 11.00
Break
11.00 – 12.15
3 papers + discussion
– IIC’s Student & Emerging Conservator Conferences 2010 to 2018: reviewing a recently developed model for education and development in the profession
Graham Voce
– And after the master’s ? Some issues regarding the access to
the profession of conservator-restorer in Portugal
António João Cruz and Teresa Desterro
– The impact of education and research on the conservation-restoration of stucco decorations
Giacinta Jean
14.00 – 15.15
3 papers + discussion
– Sharing experiences to promote good practice : training program for curator and conservator students at the INP
Jane Echinard and Annaïg Châtain
– State of the art: the continued need for creative learning activities in conservation-restoration courses at University level
Adrian Heritage
– Conservation Training in Europe: what have we lost – what have we gained ?
Theocharis Katrakazis
15.15 – 15.45
Break
15.45 – 17.00
3 papers + discussion
– Learning to Learn about Conservation: Face-to-Face and Online Experiences
Shabnam Inanloo Dailoo, Krassimira Frangova, Aleksandra
Nikolić and Katriina Similä
– Sustainability in Conservation: The Sustainability Trend in Higher Education
Mariana Escamilla-Martínez and Caitlin Southwick
– Street art conservation: Non-formal education for i nformal art
Maria Chatzidakis
17. 0 0
Closing Reception and Poster Session
  • Transportation and Registration informations HERE

Symposium about contemporary art conservation in Cologne

From different perspectives to common grounds in contemporary art conservation, 25-26 June

 Monday, June 25, 2018 – 09:00 to Tuesday, June 26, 2018 – 16:30 | Cologne University of Applied Sciences, Germany

The Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA) will provide a cross-disciplinary forum for conservation professionals, art historians, conservation scientists and students to address several issues on contemporary art.

Advances in the conservation of contemporary art require discussions on fundamental questions concerning the identity, values and authenticity of modern and contemporary artworks; historically grown distinctions between specialisms; and transitions and transformations within the museum. The two-day conference on 25-26 June, 2018, organized by TH-Köln and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA) at the Cologne Institute of Conservation Sciences (CICS) in Cologne (Germany) will provide a cross-disciplinary forum for conservation professionals, art historians, conservation scientists, and students to address those issues.

Presentations by the ITN Research Fellows in collaboration with guest keynote speakers will introduce preliminary results of their interdisciplinary and intersectoral research and training collaboration for the conservation of contemporary art. Through the discursive lens, speakers and participants will explore a broad range of urgent questions related to intent, authorship, and authentication of contemporary artworks, the various challenges contemporary artworks can present when facing institutional conventions, the ontology of transforming contemporary artworks, the types and impacts of reproduction of contemporary artworks and the relevance of cross-disciplinary networks on the conservation of contemporary art.

Detailed information and the full programme available HERE.

A partir de différentes perspectives pour des terrains communs en conservation-restauration de l’art contemporain, 25 et 26 Juin 2018, Université des sciences appliquées, Cologne , Allemagne.
L'Institut des sciences de la conservation de Cologne (CICS) et le Réseau de formation innovante Marie Skłodowska-Curie sur les nouvelles approches de conservation de l'art contemporain (NACCA) offriront un forum interdisciplinaire aux professionnels de la conservation, aux historiens de l'art, aux scientifiques et aux étudiants. aborder plusieurs questions sur l'art contemporain. Les avancées dans la conservation de l'art contemporain nécessitent des discussions sur des questions fondamentales concernant l'identité, les valeurs et l'authenticité des œuvres d'art modernes et contemporaines; distinctions historiquement cultivées entre les spécialités; et transitions et transformations au sein du musée. La conférence de deux jours des 25 et 26 juin 2018, organisée par TH-Köln et le Réseau de formation innovante Marie Skłodowska-Curie «Nouvelles approches pour la conservation de l'art contemporain» (NACCA) à l'Institut des sciences de la conservation de Cologne (CICS) à Cologne (Allemagne) offrira un forum interdisciplinaire aux professionnels de la conservation, aux historiens de l'art, aux scientifiques de la conservation et aux étudiants pour aborder ces questions. Les présentations des boursiers de recherche ITN, en collaboration avec les conférenciers invités, présenteront les résultats préliminaires de leur collaboration interdisciplinaire et intersectorielle en matière de recherche et de formation pour la conservation de l'art contemporain. À travers l'objectif discursif, les conférenciers et les participants exploreront un large éventail de questions urgentes liées à l'intention, la paternité et l'authentification des œuvres contemporaines, les défis que les œuvres contemporaines peuvent présenter face aux conventions institutionnelles, l'ontologie des œuvres contemporaines en transformation, impacts de la reproduction des œuvres d'art contemporain et pertinence des réseaux interdisciplinaires sur la conservation de l'art contemporain. Informations détaillées et le programme complet disponible ICI