Archives de catégorie : Conférences

La recherche en question (dépassée).

Dans le cadre du SITEM 2018  sis aux Docks – Cité de la mode et du design, 34, quai d’Austerlitz, 75013 Paris

la FFCR organise une conférence – table ronde le Mardi 23 janvier de 14h à 15h

salle Austerlitz, intitulée

« La recherche en conservation-restauration : une affaire de conservateurs-restaurateurs ? « 

Selon les termes des organisateurs, « cette table ronde [ …] vise à poser les grandes lignes du paysage actuel de la recherche du point de vue des conservateurs-restaurateurs. En décrivant les modes de financement existants, la compatibilité avec le fonctionnement des entreprises individuelles, la nature des sujets abordés et leur représentation dans les différentes disciplines, la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR) espère susciter des discussions et proposer des perspectives ».

A cette table ronde, sont conviés 4 conservateurs-restaurateurs diplômés de l’Université  Paris I (Clémentine Bollard, modératrice), de l’INP (Gaël Quintric & Annabelle Sansalone), de l’ESBAT ( Olivier Rolland)  et  la cheffe du département de restauration au C2RMF depuis septembre 2013 (Lorraine Mailho-Daboussi).

Selon la logique de représentativité des quatre formations habilitées, on aura noté l’absence d’un(e) diplômé(e) de l’ESAA.  A croire qu’on n’a pas sollicité les ressortissants du cursus avignonnais parce qu’on a supposé qu’ils ne se posaient pas la question, qu’ils connaissaient déjà la réponse, ou  encore, que cette éminente  réflexion menée au galop et en si haut lieu devait leur être épargnée.

Par contre, les organisateurs n’auront pas omis d’inviter une prestigieuse figure tutélaire de l’Institution, par déférence il faut croire.  Car qui peut penser que des modalités  de réflexion publique aussi piteuses  à partir d’une question périmée peuvent laisser   « […] espère(r) susciter des discussions et proposer des perspectives », dans le seul pays industrialisé qui ne compte pas encore d’école doctorale en conservation-restauration ? L’urgence commanderait, opportunément en présence de la cheffe du département de restauration au C2RMF, que l’on se demandât plutôt le pourquoi de cette situation.

Après la part étriquée ( 2 X 1,5 heures sur trois jours !) réservée à la conservation-restauration les 18, 19 et 20 décembre prochains lors des « Assises des métiers des musées » à l’auditorium de l’INHA auxquelles  participera un seul organe de représentation, celui  des  « professionnels de la conservation-restauration », voici la ration indigente de ce nouveau rendez-vous: 1 heure, notamment pour « poser les grandes lignes du paysage actuel de la recherche … » . A quoi cela rime-t-il ? La seule représentation « habilitée » de la conservation – restauration n’est-elle plus   capable que de faire bonne figure, ou pire, de la figuration seulement là où et quand on lui dit qu’elle peut ? Ce faisant, ne voit-elle pas qu’elle fait le jeu du statu quo en France en servant d’alibi de représentativité professionnelle, du reste plus symbolique qu’effective, dans des colloques oiseux phagocytés par une kyrielle de fonctionnaires institutionnels toujours en mesure d’occuper le terrain quand les conservateurs-restaurateurs n’en ont jamais eu vraiment les moyens ?

Une note interne du Ministère de la Culture du 22 février 2016 appelait à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession. « La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au  bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre », clamait publiquement en Mars 2016 une cohorte de conservateurs, artistes, conservateurs-restaurateurs, et acteurs institutionnels de renom  pour alerter les pouvoirs et l’opinion publics. Qu’en est-il aujourd’hui, presque deux ans après ? Quelle est la réponse  des pouvoirs publics ?

 

 

 

A venir au Carré d’art / Nîmes

A l’occasion de l’exposition dossier sur les restaurations d’œuvres de la collection, Carré d’Art-Musée organise une journée d’étude sur la « Conservation et restauration de l’art contemporain ». Plusieurs conservateurs-restaurateurs agréés par l’Etat, interviendront sur les problématiques que posent les œuvres d’art contemporain en matière de conservation préventive et de restauration dans différentes spécialités : textiles, papiers, matériaux modernes et plastiques, supports numériques …

9h30  – introduction et présentation des intervenants


9h45 –  Le métier de Conservateur-restaurateur spécialisé « peintures ». Par Solenne Gout, Conservatrice-restauratrice du patrimoine, spécialisée en peinture.

 

10h45 – Conservateur-restaurateur : présentation d’un poste pluridisciplinaire en institution muséale. Par Zoé Renaudie, Conservatrice-restauratrice des biens culturels, responsable de la conservation à la Collection Lambert en Avignon.


 11h45 – « La conservation-restauration à l‘épreuve de l’art contemporain : reconceptions et méthodologie ». Par Marc Maire, conservateur – restaurateur de biens culturels, coordinateur de l’Unité de Recherche Interdisciplinaire (URI-CR) Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) et Gaspard Salatko, enseignant en ethno – anthropologie (ESAA)


12h45 PAUSE DEJEUNER


14h15 – La conservation-restauration des œuvres photographiques
Par Estelle Rebourt,
conservateur-restaurateur du patrimoine spécialité « Photographies »


15h15 –  Gérer et conserver un Fonds d’art vidéo, Frac Occitanie Montpellier. Par Laetitia Thevenot-Piris, consultante indépendante en matière de gestion et conservation d’œuvre d’art vidéo ; chargée de production, collections et expositions au Frac Occitanie Montpellier.

16h15 – Conserver restaurer à l’ère de l’obsolescence technologique
Par Cécile Dazord, conservatrice du patrimoine, responsable du groupe Recherche – Art contemporain au C2RMF (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France), spécialisée dans la problématique de l’obsolescence dans la conservation de l’art contemporain.


17h15-18h00 : suite et fin des questions

Salle de conférences. Niveau -1. Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Journée d’étude sur la C-R de l’art contemporain: programme

CARRE D’ART / NIMES – Jeudi 23 Novembre 2017 à partir de 9 h30.

JOURNEE D’ETUDE « CONSERVATION  ET RESTAURATION DE L’ART CONTEMPORAIN »

A l’occasion de l’exposition concernant la conservation-restauration d’ œuvres du Carré d’art , celui-ci organise une journée d’étude consacrée à la « conservation et restauration de l’art contemporain ».


9h30 – 9h45 : ouverture et introduction du colloque

9h45 – 10h45 : Solenne Gout,   présentation de la profession de conservateur-restaurateur et la spécialité « peinture ».

10h45 – 11h45 : Zoë Renaudie, Collection Lambert, Particularité de la profession dans une institution et lien avec les métiers de cette même institution (commissaire, régie…).

11h45 – 12h45 : Marc Maire et Gaspard Salatko,  Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, Conservation-restauration de l’art contemporain: méthodologie et recherche.

12h45 – 14h15 : pause.

14h15 – 15h15 : Estelle Rebourt, thématique sur la spécialité photographie.

15h15 – 16h15 : Laetitia Thévenot – Piris, thématique sur la spécialité vidéo et gestion du fonds video du FRAC Occitanie.

16h15-17h15 : Cécile Dazord, C2RMF, thématique sur la conservation préventive et l’obsolescence dans la conservation de l’art contemporain.

Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved

Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved – how they survived WWII. Conservation, preservation and prevention of items from the years 1939-1945

The Warsaw Rising Museum invites you to the „Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved – how they survived WWII. Conservation, preservation and prevention of items from the years 1939-1945”

12-13 April 2018, Warsaw, Poland
Languages of the conference: Polish, English

Registration and abstract submission is now open.

Join us at a conference at the Warsaw Rising Museum on 12-13 April 2017, in Warsaw, Poland, exploring the challenges of the conservation and preservation of items from WWII.

Preserving items from WWII is often a challenging and demanding task for conservators and curators. Conservation and preservation of such items requires modern technologies but at the same time retaining some historical damages as witnesses of the past.

We encourage you to send proposals regarding, but not limited to, the following topics:
-research issues concerning the technology of manufacturing historical items from WWII
-case studies of challenging conservation treatments of WWII items
-challenges of preserving and exhibiting wartime items
-reception of the conservation treatment of wartime items by the museum visitors
-modern analytical techniques in examining the items from WWII

The deadline for submitting the abstracts is 20 December 2017.
Authors will be notified of the selection results by 31 January 2018.

Two day conference, over a dozen presentations in one of the best museums in Poland. We provide Polish-English and English-Polish translation to all participants.

Important dates and deadlines:
Abstract submission is open until 20 December 2017
Authors will be notified of the selection results by 31 January 2018
12-13 April 2018 conference at the Warsaw Rising Museum, Jan Nowak-Jeziorański Auditorium/Hall B Cinema Hall

more information here 
and conference Facebook Page:

For any queries, please contact at: konferencja2018@1944.pl

Des conférences mensuelles à Villeneuve-lez-Avignon

Pour l’année 2017-2018, la Conservation des musées du Gard continue son cycle annuel de conférences externalisées 1 heure / 1 œuvre , destinées à faire découvrir la diversité et la richesse des collections du musée d’art sacré du Gard, ainsi que des musées municipaux de Bagnols-sur-Cèze et Villeneuve-lès-Avignon. Ces conférences se focalisent sur une œuvre des collections ou sur un thème en rapport avec celles-ci. Ces conférences ont lieu le premier Dimanche du mois, d’Octobre à celui de Mai,  dans la salle de conférences de la Conservation des musées du Gard, à Pont-Saint-Esprit, et le Vendredi suivant au musée Pierre-de-Luxembourg à Villeneuve-lès-Avignon. L’entrée est gratuite dans la limite des places disponibles.

A venir: Vendredi 15 Décembre 2017 / 14h30 au Musée Pierre de Luxembourg à Villeneuve-lez-Avignon: Un masque rituel de chaman Inuit.

Programme de l’année ICI

Journée d’étude sur la conservation-restauration de l’art contemporain.

CARRE D’ART / NIMES – Jeudi 23 Novembre 2017 à partir de 9 h.

JOURNEE D’ETUDE « CONSERVATION  ET RESTAURATION DE L’ART CONTEMPORAIN »

A l’occasion de la future exposition concernant la conservation-restauration d’ œuvres du Carré d’art , celui-ci organise une journée d’étude consacrée à la « conservation et restauration de l’art contemporain ».

Plusieurs   conférenciers   seront  annoncés  sous peu selon un programme à   paraître   bientôt.  Tous  les étudiants  de  la  mention conservation-restauration  de l’ESAA sont invités à réserver dès que possible leur place en ligne pour participer à cette  journée.

Journées européennes du patrimoine

Avignon 2017

le 14 Septembre

à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de 9h à 17h30, : 3e Forum du Patrimoine – « Avignon, Jeunesse et Patrimoine ».

9h30 : ouverture du Forum par Mme le Maire..

Matinée : présentation des questions de liens entre les jeunes et les patrimoines, et exposés d’exemples réussis à Avignon et ailleurs.. Après-midi : deux ateliers participatifs. Atelier 1 : Pédagogie et médiations du patrimoine, présidé par Mme L. Abel Robert, Ajointe au Maire, Déléguée à la jeunesse, à l’Ecole et à l’Université. Atelier 2 : Les économies du patrimoine et la formation professionnelle, présidé par Mme I. Portefaix, Adjointe au Maire, Déléguée à la création d’emploi et d’activités économiques, à l’Economie sociale et solidaire, à la formation professionnelle.

les 16 & 17 septembre

Parmi les très nombreux lieux proposés à la visite, 5 suggestions de Semin’R :

L’Atelier Jean-Loup Bouvier, 9, rue du Ponant – 30133 Les Angles, 04 90 25 32 90 : Atelier de restauration de Monuments Historiques, sculpture statuaire et ornementale. Les 16 et 17/09 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 : Visite libre ou guidée, l’Atelier Jean-Loup Bouvier excelle dans différentes techniques de restauration, de sculpture, de gypserie et de moulage, touchant toutes les époques de notre patrimoine. Gratuit.

Le Musée Vouland, 17 rue Victor Hugo, 04 90 86 03 79, www.vouland.com : Collection d’arts décoratifs (XVII e -XVIII e s.) et de peinture provençale. Jardin traversé par le Canal de Vaucluse. Les 16 et 17/09 :  de 14h à 19h : visite de l’exposition Hortus 2.0, art des nouveaux média. Une trentaine d’installations contemporaines, matérielles ou immatérielles, interactives ou génératives sur le thème du jardin, des relations entre l’homme et la nature (jusqu’au 1er/10 2017).- à 14 h 30 : Nature ?,  visite ludique en famille pour tous à partir de 7 ans (musée, exposition et jardin).- à 16 h 30 : Imagine un jardin, atelier pour tous à partir de 7 ans. Visite ludique  et atelier sur réservation.Tarif unique 2€ / Gratuit – de 25 ans

Le Palais du Roure réouvre ses portes, 3 rue Collège du Roure, 04 13 60 50 01 :  Ancien hôtel des Baroncelli de Javon (XVe-XXe s). Musée d’arts et traditions populaires et Centre de documentation ethnographique, provençale et arhcéologique.
– de 10h à 18h : Visites des expositions « Le Palais des Baroncelli – entre Provence et Toscane », travaux périscolaires de 2014 à 2017 ; et visite libre du 1er étage du musée.– 16/09 :. à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange. Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite. . à 11h30 : conférence Les travaux des restaurations du Palais du Roure de 2013 à 2017. Orientations, choix, difficultés, découvertes, par D. Repellin ou T. Bricheux, architectes des Monuments Historiques. Lancement du livret d’accompagnement des visites pour les 5-9 ans.. à 16h : inauguration des expositions.. à 16h45 : concert surprise dans la cour.– 16 et 17/09 : . à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange.Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite.. à 11h30 : conférence L’histoire du Palais du Roure à travers son architecture, par la Conservation.. après-midi : jeu de l’oie sur le Palais ouvert aux enfants. Sans inscription. Gratuit.

© Monuments Historiques / Martine Audibert

Les Bains Pommer, 25 rue du Four de la Terre : Etablissement de bains publics au style art-déo, véritable institution avignonnaise du début du XXe s racheté récemment par la Ville. Fermé depuis 1972, ce centre d’hydrothérapie avait été créé en 1892 par Auguste Pommer qui y recevait la bourgeoisie avignonnaise. Son établissement fut même fréquenté par Frédéric Mistral. Il a été classé monument historique en 1992. Gratuit.

L’École d’Avignon, 6 rue Grivolas, 04 90 85 59 82, www.ecole-avignon.com : Centre de ressources sur le bâti ancien, installé depuis 1983 dans l’hôtel du Roi René , né d’une ambition de caractérisation des compétences pour intervenir sur le patrimoine architectural. Se reporter à son site internet pour plus d’informations. Gratuit.

Une conférence de Yaël Kreplak à propos de la conservation de l’art contemporain.

« En finir avec la boîte noire. Une ethnographie de la conservation de l’art contemporain au MNAM »

Conférence de Yaël Kreplak

Soutien à la recherche en théorie et critique d’art

Arts plastiques – Conférence

07 juillet 2017 à 18h30, Bibliothèque Kandinsky 

dans le cadre du cycle CNAP / BK et de l’Université d’été de la BK « Les sources au travail. Collections d’art et musées à l’épreuve du temps présent ».
Toutes les informations  disponibles  ICI

CALL FOR PAPERS

Material Futures: Matter, Memory and Loss in Contemporary Art Production and Preservation 29-30 JUNE 2017

Thursday, June 29, 2017 – 09:00 to Friday, June 30, 2017 – 20:00 | Centre for Contemporary Arts, Glasgow, UK

Organised by the University of Glasgow and the Marie Skłodowska-Curie Innovative Training Network ‘New Approaches in the Conservation of Contemporary Art’ (NACCA), this two-day conference hosted at the Centre for Contemporary Arts in Glasgow will provide a forum for professionals and students working across different disciplines to discuss urgent questions regarding artwork identity, permanence and impermanence, reproducibility and replication, and the role of the artist and the institution in constructing and maintaining memory. It will explore these questions and other areas where artistic practice, curatorial practice, and conservation decision-making intersect through themes of materiality, memory and loss.

CALL FOR PAPERS:

Papers for 20-minute presentations or panel proposals from artists and scholars in various fields are welcomed.

Please send a 250-word abstract and your contact details to materialfuturesconference@gmail.com by the 15th of March 2017.

Topics may include but are by no means restricted to:

  • Individual and collective memory
    – How does one’s memory of a work impact its conservation?
    – Can remembrance be an act of conservation?
    – Can conservation be an act of remembrance?
  • Material memory vs. material loss
    – How do materials remember?
    – How do we remember materials?
    – What form(s) do immaterial losses take?
  • Memory and the archive in contemporary art practice and preservation
    – How is memory employed in art making and art conservation?
    – What forms do archives take?
    – Can documentation take the form of embodied memory?
  • Traces and fragments
    – How do works of art persist?
    – In what ways do works leave traces?
    – Are they a part of the artwork or its documentation?
    – When does a work become a fragment?

Planning Committee: Dr. Dominic Paterson (University of Glasgow), Dr. Erma Hermens (Rijksmuseum), Brian Castriota (University of Glasgow), Nina Quabeck (University of Glasgow).

More information and updates can be found in official conference website: http://nacca.eu/conference-2017/

Nouveaux défis de l’internet des objets

Technique, usage, éthique

18 et 19 mai 2017 à Fès (Maroc)

Résumé

Cette conférence interrogera les problématiques de l’Internet des objets (IdO) suivant trois axes complémentaires technique, usage, éthique. Les techniques utilisées pour produire les artefacts (objets physiques, infrastructures), les programmes (algorithmiques, logiciels) et les données (Big Data, linked data, metadata, ontologies) font l’objet de multiple innovations tant le domaine de  l’IdO est riche et stimulant. Parallèlement à cette effervescence technologique, les usages de l’IdO colonisent de nouveaux champs d’application dans les domaines des transports, de l’administration, de l’habitat, de la maintenance, de la santé, du sport, du bien-être… Interface privilégiée avec les écosystèmes numériques désormais au cœur des échanges sociaux, l’IdO développe un pouvoir d’agir dont les conséquences à la fois bonnes et mauvaises rendent difficile l’appréciation d’une activité juste.

Présentation

Suite à la journée nationale organisée le 29 Novembre 2016 à la Cité de l’Innovation, Nokia Paris-Saclay, nous souhaitons poursuivre l’exploration des nouveaux défis que l’Internet des Objets (IdO) lors d’une conférence de deux jours qui aura lieu à Fès au Maroc dans les locaux de l’Ecole Supérieure d’Ingénierie en Sciences Appliquées (ESISA).

Argumentaire

Cette conférence interrogera les problématiques de l’IdO suivant trois axes complémentaires technique, usage, éthique. Les techniques utilisées pour produire les artefacts (objets physiques, infrastructures), les programmes (algorithmiques, logiciels) et les données (Big Data, linked data, metadata, ontologies) font l’objet de multiple innovations tant le domaine de  l’IdO est riche et stimulant. Parallèlement à cette effervescence technologique, les usages de l’IdO colonisent de nouveaux champs d’application dans les domaines des transports, de l’administration, de l’habitat, de la maintenance, de la santé, du sport, du bien-être… Interface privilégiée avec les écosystèmes numériques désormais au cœur des échanges sociaux, l’IdO développe un pouvoir d’agir dont les conséquences à la fois bonnes et mauvaises rendent difficile l’appréciation d’une activité juste.

Les scientifiques, les industriels et les étudiants sont invités à réfléchir aux nouveaux défis que l’IdO en montrant comment ces techniques émergentes développent de nouveaux usages qui conditionnent les rapports des humains avec les écosystèmes numériques et physiques et questionnent les frontières éthiques. Ces réflexions développeront des points de vue originaux tant sur les techniques mise en place que sur leurs impacts dans le processus de mutation de notre société. Les questions technologiques privilégiées concerneront les capteurs, l’électronique embarquée, les protocoles de communication, et la sécurité des données dans une situation stratégique majeure.Les questions d’usage porteront en priorité sur les facteurs humains des interactions homme-machine et le positionnement des futurs utilisateurs au cœur même du processus de design des objets connectés. Un intérêt particulier sera porté sur les propositions questionnant les méthodes de design, de conception, de développement, de débogage et d’évaluation des objets connectés et services associés. Les problématiques éthiques concerneront les mutations de l’économie
 et de la société, les libertés individuelles mais également la recherche et la créativité.

Thématiques

La conférence a pour objectif de valoriser les recherches, les conceptions, les réalisations et les analyse d’usages basés sur les technologies numériques et les objets connectés. Les thématiques de la conférence (non exhaustives) sont :

  • Réseau d’objets numériques et physiques

  • Objets connectés, communicants

  • Aspects interface utilisateur des IdO

  • Innovation et usages technologiques de l’IdO

  • Environnements communicants et augmentés

  • Ecosystèmes d’informations de l’IdO

  • Réseaux de capteurs et analyse des signaux des objets connectés

  • Interactions sociales

  • Hypertextes et hypermédia des objets

  • Méthodologies de conception

  • Modèles d’analyse

  • Les applications et les paradigmes d’interaction pour les citoyens

  • Nouveaux usages et nouveaux services de l’IdO :

  • IdO : Santé

  • IdO : Bien être

  • IdO : Sport

  • IdO : Applications environnementales

  • IdO : Bâtiment

  • IdO : Surveillance de la circulation

  • IdO : Gestion d’énergie et croissance durable

  • IdO : Smart Grid

  • IdO : Smart city

  • IdO : Gestion des données

  • IdO : Sécurité, l’identité et la vie privée

  • IdO : Aide après sinistre

Programme

Jeudi 18 mai

10 H 00 – Ouverture de la conférence

  •  Khalid Mekouar, Président Directeur Pédagogique de l’ESISA, Maroc

  •  Sabine Coquillart, INRIA-Grenoble Rhône-Alpes, France

  •  Mehdi Ammi, Univ. Paris-Sud, LIMSI-CNRS, France

  •  Samuel Szoniecky, Univ. Paris 8, Laboratoire Paragraphe, France

10 H 30 – Conférence Invitée

  •  Renaud Fabre, Directeur de l’information scientifique et technique (DIST), CNRS et ancien président de l’universté Paris 8

11 H 00 – Pause café

  • 11 H 30 – Les enjeux et les défis de l’Internet des Objets,  Imad Saleh, Directeur du laboratoire Paragraphe, Universté Paris 8

12 H 15 – Dejeuner

  • 14 H 15 – Internet des objets : des objets envahissants ou indispensables,  Nassredine Bouhai, laboratoire Paragraphe, Universté Paris 8

  • 14 H 45 – Towards automatic generation of smart public lightning based on Internet of Things,  Naoual Boukil, Ezzina Mrani Alaoui, LTTI FST, University Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fez (LTTI FST),  Abdelali Ibriz, University Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fez (LTTI EST),  Khalid Mekouar, ESISA, Fès, Maroc

15 H 15 – Pause café

  • 15 H 30 – Analyse automatique de l’écriture manuscrite en ligne pour la détection précoce des pathologies neurodégénératives.

    • Ibtissame Aouraghe, Alae Ammour, Ghizlane Khaissidi, Mostafa Mrabti, Laboratoire LIPI ENS, USMBA Fès, Maroc.

    • Ghita Aboulem, Faouzi Belahcen, Laboratoire ERMSC, FMPF, CHU Hassan II Fès, Maroc.

    • Mounîm El Yacoubi, Sonia Garcia, SAMOVAR, Telecom SudParis, CNRS, Université Paris Saclay, France.

  • 16 H 00 L’augmentation Numérique du théatre par l’Internet des Objets,  Cédric Plessiet, INREV, Universté Paris 8

16 H 30 Table ronde : Internet des objet et ces applications

 Laurence Devilliers, Hakim Hachour

La conservation-restauration, une discipline avec quelle(s) méthodologie(s) ?

         Depuis que l’on a conféré  le statut d’oeuvre d’art à Fontaine de Marcel Duchamp et depuis que les sciences humaines et sociales contribuent aussi à la connaissance des biens culturels, le paradigme de l’art et de l’oeuvre d’art a été sérieusement ébranlé. Les modalités particulières d’activation de beaucoup de productions de l’art contemporain ont imposé aux théoriciens de l’art, la révision de leur ontologie.  Par ailleurs, la décolonisation a été le signal de départ d’une remise en question du regard occidental ethnocentré sur les artefacts muséalisés issus des cultures non-européennes, et par suite, des attachements qui s’y rapportent, des conditions de leur monstration et de leur restitution. La conservation-restauration est aujourd’hui confrontée à de nouveaux défis, notamment générés par le paradoxe d’une muséification impliquant la préservation d’artefacts dont la confection n’atteste pas d’un dessein initial de leur perpétuation ou de leur durabilité. Au point qu’on peut raisonnablement se demander si une reconception de cette activité n’est pas nécessaire. Dans l’éditorial du n°68 de la revue Histoire de l’art, paru en 2011 dont le thème central est « Restauration. Quels enjeux pour l’histoire de l’art ? », l’historien d’art Olivier Bonfait  s’attachait à décrire l’ « émergence d’une discipline » que Ségolène Bergeon et Georges Brunel, tous deux enseignants dans plusieurs formations à la conservation-restauration et directeurs successifs de l’IFROA, voyaient pourtant déjà établie  douze ans plus tôt. Peut-être parce qu’ils s’étaient interrogés sur la question de la discipline1 sans toutefois être très convaincants ni convaincus eux-mêmes2 dans leur conclusion à propos d’une activité « située au croisement de compétences si variées qu’il est illusoire de penser qu’une seule personne puisse les posséder toutes avec la précision et la profondeur requises ». Toujours est il que contrairement à la quasi totalité des pays européens et outre Atlantique, cette discipline ne bénéficie toujours pas en France d’une recherche sise en laboratoires de recherche de troisième cycle lui étant spécialement dédiée 3 .

La conservation-restauration est-elle une discipline ?

Au sein de la connaissance scientifique, une  discipline résulte d’une catégorisation organisationnelle qui reflète la diversité de ses domaines tout en  y instituant  la spécialisation et la division du travail. Les disciplines se sont  d’abord établies par la formation des universités modernes au XIXème siècle  , puis avec le développement  de la recherche scientifique au XXème siècle. Les disciplines ont donc toutes une histoire inscrite dans celle de l’université, elle-même liée à celle de la société tout entière.  Même si elle est comprise dans un champ scientifique plus étendu, une discipline tend naturellement à l’autonomie, ne serait-ce que par la délimitation de ses frontières, les théories qui lui sont propres, le langage spécifique qu’elle instaure pour produire du discours, les techniques particulières qu’elle met au point et en oeuvre. La Fédération Française des professionnels de la conservation-restauration définit sa pratique comme une discipline sans argument supplémentaire. Avec Jean-Louis Fabiani et sa réflexion approfondie sur la notion de discipline 4, on peut définir une discipline scientifique moderne  selon trois critères principaux .

1. En premier lieu, un corpus de théories, de doctrines ou d’observations susceptible d’accroissement, de précisions, de clarifications et de reformulations permanentes, qui établit un « langage » spécifique et ses règles de production discursive ;

2. Puis, une communauté identifiée de chercheurs, ensuite, divisés en maîtres et élèves selon des procédures de reconnaissance et de recrutement ;

3. Enfin, une série d’institutions au sens large (départements universitaires, laboratoires, séminaires, revues, etc.), dans lesquels se déplacent et le corpus et la communauté savante.

Pour parachever l’établissement en discipline, l’ensemble des composantes peut alimenter une sorte de « récit » fondateur qui leur donne un sens à la fois passé et à venir.

Toute discipline relève donc  de la sociologie des sciences et de la connaissance. Pour en connaître ses aspects et ses problèmes, il est nécessaire d’engager une réflexion à l’intérieur mais aussi au-delà de ses frontières.

Indisciplinarité

L’indisciplinarité apparaît très souvent comme un paradigme méthodologique invoqué pour caractériser des pratiques de la recherche artistique et se démarquer de celle menée à l’université. Il est souvent fait référence au philosophe autrichien des sciences Paul Feyerabend et ses écrits 5 pour étayer des velléités de théorisation d’une méthodologie asystématique. Le fondement de son « anarchisme épistémologique » est une critique des notions de rationalisme et d’objectivité. S’érigeant contre toute norme et loi universelle, il s’exprime dans la phrase : « Toutes les méthodologies ont leur limites et la seule règle qui survit est: tout est bon. »6 Selon lui, puisque la connaissance a progressé grâce à l’apport de théories scientifiques différentes voire contradictoires, alors c’est qu’elles sont toutes acceptables quand bien même certaines ont été réfutées. Le recours récurrent à Feyerabend s’explique sans doute aussi par le fait que celui-ci évoque explicitement le champ de l’art pour exemplifier son discours : « Pour être un vrai dadaïste, on doit également être un anti-dadaïste ». Selon lui, s’il n’existe pas de vision universelle du monde, alors il ne doit pas exister d’unité de méthode. Il prône une méthodologie pluraliste qui procède par « contre-induction ». Las, cette posture qui s’est placée en opposition de la méthode scientifique classique au milieu des années soixante-dix, apparaît trop souvent mobilisée aujourd’hui en pis-aller d’une véritable réflexion sur la recherche artistique. Du reste, elle contribue à entretenir l’illusion de l’art comme une activité d’exception et un espace de liberté radicale. Or la mise à mal de toutes limites et le relativisme absolu que peut laisser croire cette pensée, sont une porte ouverte à tous les échappatoires et suspicions quant à une véritable articulation et crédibilité de la pensée qui sous-tend les pratiques artistiques de recherche et le savoir qu’elles sont à même de produire. Selon Donna Haraway 7, ce relativisme recèle une contradiction indépassable en ce qu’il est « une manière d’être nulle part, tout en revendiquant d’être équitablement partout . L’égalité du positionnement est un déni de la responsabilité et de l’enquête critique. Le relativisme est le parfait double de la totalisation dans les théories de l’objectivité ; les deux nient les enjeux du lieu, de l’incarnation et de la perspective partiale» 8. Chacun en conviendra, la connaissance produite par les pratiques artistiques et leur monstration ne peut pas se contenter d’une démarche qui ne se fonderait que sur leur subjectivité et leur excentricité.

Extradisciplinarité 

A l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, la conservation-restauration est bel est bien envisagée comme une discipline au sens défini plus haut, mais qui n’est pas véritablement établie ni reconnue comme telle en France. En effet dans la chaîne patrimoniale, la conservation-restauration est encore trop souvent conçue comme une activité auxiliaire 9 — « … la restauration est l’auxiliaire de la science dont relève le type de patrimoine qu’elle traite; selon le cas, elle est l’auxiliaire de l’histoire de l’art, de l’ethnologie, de l’histoire des techniques, etc … » — et ses professionnels, comme des exécutants de projets décidés par des commissions « scientifiques » où les conservateurs-restaurateurs sont très minoritaires quand ils sont présents. Partant de cette situation d’adisciplinarité institutionnelle, la recherche effectuée à l’ESAA a conduit à une discipline méthodologique de la démarche du conservateur-restaurateur qui n’est pas assujettie à une doctrine ni en application d’elle, quelle qu’elle soit. En fait et en pratique, cette méthodologie cristallise une combinatoire d’outils conceptuels interdisciplinaires, mais sans la prétention idéologique d’un postmodernisme critique du projet de la modernité. A l’instar de pratiques artistiques qui oscillent entre des enjeux particuliers et plus généraux, la conservation-restauration d’un bien culturel requiert une démarche critique historiquement et culturellement située , qui s’adosse notamment à des ressources méthodologiques fournies par les sciences humaines et sociales, et dont le résultat est en mesure de les irriguer en retour . Selon Hanna Hölling 10 «… la contribution de la conservation-restauration aux sciences humaines, recouvre une plus large part d’implication intellectuelle avec l’objet, incluant les préoccupations pour sa constitution matérielle mais sans s’y limiter. Sans nier l’importance incontestable de la dimension scientifique de la conservation-restauration par son apport de précision analytique, j’affirme de la sorte, l’importance de la théorie et de la philosophie de la conservation-restauration.» La démarche du conservateur-restaurateur adopte la procédure de l’enquête empruntée au pragmatisme philosophique et partagée avec les praticiens des  sciences humaines et sociales pour traiter des informations documentaires recueillies. Celles-ci concernent non seulement la dimension matérielle des objets pris en charge, mais aussi leur « agentivité », c’est à dire leur propriété de permettre des usages qui leur sont associés dans des situations données. Par extradisciplinarité, on peut aussi caractériser le souci de la démarche d’enquête, de déprendre les objets de toute taxonomie ou catégorisation à laquelle ils seraient indexés par le point de vue d’une discipline ou d’une autre. Dans son analyse de l’épistémè du Grand siècle, Michel Foucault 11 mettait l’accent sur le grand pouvoir discriminant du sens de la vue et du régime du visible dans l’écriture de l’histoire. Celui-ci limite radicalement le champ empirique et a contribué de manière décisive au fondement d’une science, l’histoire naturelle (Linné, Buffon), dont le dessein principal fut d’ordonner les choses de la nature, de les représenter, les articuler, les classer, les analyser, afin de les connaître. C’est la logique du tableau qui, selon Foucault, définit l’ensemble de l’épistémè classique.12 Pour lui, c’est une « nomination du visible », l’observation y étant la modalité privilégiée, notamment à cause de son grand pouvoir discriminant. Or l’ambition de la démarche du conservateur-restaurateur est précisément de  sortir de la vue comme moyen exclusif d’accès à la (re)connaissance des biens culturels qu’elle produit.  En renonçant à trouver des solutions dans une discipline en manque de consistance, elle les cherche en dehors d’elle par une considération nouvelle des biens culturels qui échappe aux fixations et obstacles de nature théorique,  préexistant et  empêchant un regard neuf. Cela suppose l’abandon de l’étude positiviste de l’objet-témoin univoque d’une société, au profit de l’étude  d’un objet comme fait social complexe en ce qu’il détermine des relations entre les hommes. L’enquête « biographique » permet de faire la lumière sur l’enchevêtrement des intérêts et attachements aussi bien particuliers que collectifs qu’a pu concentrer cet objet au cours du temps. A son terme, le conservateur-restaurateur souhaite proposer une restauration qui relève plus de la « réactivation » visant à conférer aux objets collectés, étudiés, exposés et conservés, un statut relatif et instable. Il veut ainsi rendre mieux compte des expériences plurielles et potentielles que peuvent déclencher des objets autrefois animés, sacrés, cultuels, magiques, ou simplement utilitaires, qui apparaissent aujourd’hui  dans les institutions culturelles comme des épaves mortes, inanimées,  désacralisées, fétichisées et même toxiques, regroupées sous des désignations fixes et définitives. Comment identifier et faire état  de modes d’existence,   qui ont été, sont et seront potentiellement les leurs, et des jeux de rapports sociaux auxquels ils participent ? Comment préserver l’invisible, l’incommensurable des dimensions ou  éléments immatériels, cachés, occultés, non éclairés par la « lumière » de la science ? Pourquoi subsistent seules les traces de  certains événements et  connaissances,  qui sont ensuite validés par l’histoire et la science, quand d’autres ne le sont pas ? Pourquoi certains apparaissent et d’autres disparaissent ? Quel est le statut du vivant qui est conservé dans les musées ? Telles sont des interrogations qui habitent  le champ discursif de la conservation-restauration non sans  poser toujours la question de la perte, de l’absence  et de l’oubli.

Adisciplinarité

Le caractère adisciplinaire au sens qu’en a fourni le sociologue Alain Caillé 13 doit permettre d’éviter l’écueil de la spécialisation, traditionnellement de genre ou de médium en conservation-restauration, et de s’extirper des rapports de force interdisciplinaires latents ou persistants qui peuvent nuire considérablement aux relations de travail en situation professionnelle et au résultat de la conservation-restauration in fine. En réponse à des craintes similaires dans la perspective qui était la sienne, Alain Caillé proposait  une discipline de la philosophie politique qui « consiste dans l’articulation de la question de savoir qui commande et qui obéit, avec celle de la façon dont ceux qui commandent et qui obéissent se représentent leur unité ».14 Autrement dit et pour le domaine qui est le nôtre, il s’agit aussi de consolider une discipline capable d’analyser un rapport hiérarchique et de se prémunir  contre toute mise sous tutelle  par une autre discipline ou tout abus de pouvoir qui aurait pour effet de dévoyer les enjeux de la conservation-restauration. Pour Alain Caillé, l’objectif est aussi de mobiliser un espace théorique commun, « Car, au fond, philosophes politiques, sociologues, historiens, économistes ou anthropologues théoriques, voire les psychanalystes, parlent tous de la même chose, même si c’est au terme de parcours différents. C’est cet espace commun de débat, encore largement virtuel, qu’il convient d’actualiser en l’instituant ».15

Toujours selon lui, une discipline adisciplinaire devrait s’appuyer « pour moitié sur une discipline déterminée, y compris dans sa dimension méthodologique et empirique, et sur la dimension théorique de deux ou trois autres disciplines. »16 En outre, les diplômés de  cursus adisciplinaires (au niveau Master) peuvent escompter de bonnes perspectives d’insertion professionnelle, comme ceux qui continueront dans la recherche seront plus aptes à promouvoir la communication entre les différentes disciplines. »17  Un autre auteur, Jean-François Chanlat, prône une discipline adisciplinaire 18 telle que l’approche anthropologique élargie qu’il appelle de ses voeux. 19. Cette conception s’appuie sur l’antériorité de la sociologie en tant que science sociale générale où il est parfaitement normal de travailler à partir de textes de philosophie, de psychanalyse, d’ethnologie, d’économie … et sur l’idée d’une anthropologie générale développée notamment par de grandes figures françaises 20 à partir des années soixante du XXème siècle. Telle le  » total des sciences qui considèrent l’homme comme être vivant, conscient et sociable » de Marcel Mauss.

Interdisciplinarité 

L’interdisciplinarité se caractérise par une démarche  fondée sur une volonté deL’image contient peut-être : 1 personne décloisonnement des disciplines. Dotées de leur spécificité, des disciplines s’associent pour participer à un projet collectif en partageant leurs savoirs, leurs outils  et méthodes, et collaborent entre entre elles pour répondre aux besoins de  la compréhension et de l’action . L’interdisciplinarité produit des retombées directe à court ou moyen terme dans chaque  discipline impliquée. C’est sur ces principes que se conçoit la conservation-restauration à L’ESAA, lorsque les étudiants sont encouragés à mettre à profit des savoir et savoir-faire provenant des sciences humaines et sociales au cours de l’ indispensable démarche critique précédant toute intervention à l’égard d’un bien culturel. L’analyse sociotechnique et sociohistorique,  les statistiques et le comparatisme en sont des exemples récurrents. La mobilisation de concepts en usage dans la philosophie et l’histoire de l’art, l’esthétique, la sémiologie et autres sciences de l’homme à la lumière de leurs perspectives et méthodes peuvent s’avérer tout aussi propices à une démarche pragmatique pertinente pour la connaissance d’un artefact non isolé de son milieu social, autant que pour l’éclairage des relations culturelles et économiques, anciennes ou contemporaines dont il est le vecteur. La démarche critique en  conservation-restauration est au choeur d’une circulation de concepts et de relation interdisciplinaires qui secouent aussi les sciences humaines et sociales.

 Ingénierie de la conservation-restauration 

L’ingénierie de la conservation-restauration de biens culturels regroupe l’ensemble des actions qui conduisent de l’examen, l’analyse et la conception, à la réalisation, son contrôle et à la (re)mise en fonctionnement patrimonial d’un bien culturel. Elle consiste d’abord en une enquête rigoureuse à la fois matérielle et sociohistorique (ou ethnographique), subordonnée à une réflexion critique susceptible de corréler ces deux dimensions d’un artefact culturel. Le questionnement et la proposition de réponse concernent essentiellement les enjeux, objectifs et moyens de la conservation-restauration, en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge pour sa part. Il s’agit ensuite de la conduite de la réalisation de traitements appropriés à un ou des biens culturels dans une situation donnée, selon une déontologie et une méthodologie dont les principes sont éminemment logiques et ses référents, d’ordre scientifique, technologique et technique. Originellement, lingénierie forensique se consacre à la recherche des causes de défaillance au sens large, bien qu’il s’agisse plus particulièrement  et le plus souvent de défaillance structurale. Pour ce faire, cette activité recourt à toutes les ressources de toute ingénierie: scientifiques, technologiques, signes, documents  et témoignages historiques.  Il s’agit dans un premier temps de parvenir à une compréhension des défaillances pour en formuler une explication, des recommandations et des mesures afin de les prévenir. L’ingénierie forensique analyse le retour d’expérience dans une perspective systémique, avec l’ objectif d’une inférence au-delà de l’amélioration d’un ou quelques résultats. L’objectif ultime étant la mise en évidence des processus, des enchaînements de causes et phénomènes,  provoquant la défaillance ou la perte. Ce ne sont pas que les aspects techniques qui sont pris en compte, tous ceux qui interfèrent avec un objet. Le rôle de l’ingénierie forensique est très connu car souvent mobilisé pour l’identification de responsabilités de dommages notamment dans le cadre de l’intervention judiciaire. Or l’ingénierie forensique peut parfaitement viser aussi à la progression d’une pratique et d’une formation professionnelles, en identifiant et améliorant des méthodes, procédés, outils, et technologies qui font courir des risques à la fois au praticien et à l’objet final concerné. Elle peut encore contribuer au  développement de  l’information, de la médiation et de la diffusion, à la formation continue des praticiens, et au développement des conditions d’exercice de sa propre activité professionnelle. Il apparaît avec évidence que l’ingénierie forensique présente des caractéristiques qui mériteraient sans doute d’en vérifier l’adéquation avec la conservation-restauration.

Conclusion

L’écologie scientifique s’est constituée à partir de la fin des années trente, sur un objet et un projet pluri- et interdisciplinaire, de même que la véritable révolution biologique initiée dans les années 50, est née de liens, d’empiétements, de superpositions, de transferts entre disciplines aux marges de la physique, de la chimie, et de la biologie. La préhistoire a considérablement évolué elle aussi, après qu’elle se soit focalisée sur le processus de l’hominisation à partir des découvertes de Leakey en Afrique australe en 1959. Dès lors qu’un concept organisateur à caractère systémique et processuel — celui d’écosystème 21  ou celui d’hominisation 22 –, a  permis d’agglomérer des savoirs divers, l’écologie scientifique et la préhistoire ont non seulement requis les services de plusieurs disciplines, mais aussi produit des scientifiques polycompétents capables d’une expertise spécifique de ce type de complexité. Les exemples de l’écosystème et de l’hominisation témoignent de ruptures et de franchissements des limites disciplinaires, de dépassements et de transformations par la proposition de nouvelles inférences cognitives, hypothétiques mais probables, ce que Charles Sanders Peirce appelait l’abduction. 23 Or l’abduction est particulièrement utilisée pour faire des diagnostics. Aussi n’est ce pas un tel bouleversement concernant le patrimoine, ses usages et son économie, qui s’annonce à l’ère de la mondialisation culturelle ? Déjà enseignée  comme une discipline hybride,  la conservation-restauration, plutôt que de courir après  l’acquisition de ses lettres de créances dans la perspective de son autonomie en l’état, aurait peut-être plus à gagner dans une révision de ses fondements et conditions de pratiques.

______________Notes________________________________________________

1. Ségolène Bergeon et Georges Brunel, « La restauration est-elle une discipline ? », les Cahiers de la Ligue Urbaine et Rurale – Patrimoine et cadre de vie, n° 144/145, Art et Restauration, 3e et 4e trimestres 1999, p. 68-74

2. « L’homme de la restauration, si l’on veut qu’il soit aussi compétent dans les diverses sciences que son activité met en jeu, que praticien sûr en face des oeuvres qu’il traite, devrait être un demi-dieu » , Ségolène Bergeon et Georges Brunel, Ibid., p.70

3. Malgré  « l’ambition [de l’INP] de créer un doctorat en sciences de la restauration et de la conservation … avec ses partenaire du PRES Hautes études Sorbonne Arts et métiers, et notamment l’université de Paris 1, l’école des Chartes, l’école du Louvre et l’INHA, ainsi qu’avec le C2RMF et le LRMH. » (extrait du discours de Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Restaurer : l’excellence à l’œuvre », à Paris, le mardi 3 avril 2012). http://www.inp.fr/var/ezdemo_site/storage/original/application/c21223760ec4b07658bf000f40a36e16.pdf

4. Jean-Louis FABIANI, « À quoi sert la notion de discipline ? », dans Jean Boutier, Jean-Claude Passeron,  Jacques Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Enquête n° 5, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006, p. 11-34.

5.  Paul Feyerabend, Contre la méthode, esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, trad. B. Burdant et A. Schlumberger, Paris, Seuil, [1975] 1979.

6. Ibid., p. 333

7. Donna Haraway est philosophe des sciences et occupe la chaire d’histoire de la conscience à l’Université de Californie à Santa Cruz. Elle est notamment l’auteure de Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – Fictions – Féminismes, Anthologie établie par Laurence Allard, D.Gardey et N. Magnan. Éditions Exils, 2007, et Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, trad. O.Bonis, Éditions Jacqueline Chambon, 2009

8. Donna Haraway, « Situated Knowledges : the Science Question in Feminism and the Privilege of Partial perspective », Feminist studies, vol.14, n°3, autumn 1988, p.575-599.

9. Ségolène Bergeon et Georges Brunel, Ibid. p. 71

10. Hanna Hölling, « Au carrefour de la conservation-restauration avec l’histoire de l’art et les sciences humaines », Semin’R, 2 Octobre 2016, https://seminesaa.hypotheses.org/7318

11. Michel Foucault, Les mots et les choses, Callimard, 1966

12. « La vocation du langage classique a toujours été de faire tableau : que ce soit le discours naturel, recueil de la vérité, description des choses, corpus de connaissances exactes, ou dictionnaire encyclopédique » ( Michel Foucault, Les mots et les choses, Gallimard, 1966, p. 332)

13. Alain CailléLa démission des clercs, la crise des sciences sociales et l’oubli du politiqueéditions de La Découverte, 1993

14. Ibid. p.65-69

15. Ibid., p.70

16. Ibid., p.72

17. Jean-François CHANLAT, Sciences sociales et management. Plaidoyer pour une anthropologie générale, ESKA /PUL, 1998

18. Ibid., p.78

19. Fernand BRAUDEL (1967 ), Marcel MAUSS (1968 ), Edgar MORIN (1973)

20. Prises de position nées certainement contre le modèle trop restrictif de l’homo economicus, sa naturalité économique, et la division établie durant deux siècles entre l’économie d’une part et les autres sciences humaines et sociales (philosophie, sociologie, anthropologie, … ) d’autre part.

21. Créé par Tansley en 1935, et composé d’un biotope et d’une biocénèse.

22. L’hominisation décrit un processus non seulement anatomique et technique, mais aussi écologique (le remplacement de la forêt par la savane), génétique, éthologique (concernant le comportement), psychologique, sociologique, mythologique (traces de ce qui peut constituer un culte des morts et des croyances en un au-delà) et qui s’étudie en recourant à l’éthologie des primates supérieurs, à l’anthropologie des sociétés archaïques, à la climatologie … 

23. L’abduction ne porte que sur le possible (ou l’impossible). Plusieurs hypothèses peuvent être imaginées pour expliquer un fait surprenant. Pour opérer un choix entre ces différentes hypothèses et identifier celle qu’on va privilégier, quatre critères sont à prendre en compte. Le premier concerne le pouvoir explicatif de l’hypothèse : sera choisie celle des hypothèses possibles qui paraît le mieux expliquer le fait surprenant. Le second prévoit que l’hypothèse choisie doit être susceptible d’être testée: une idée non susceptible d’un test empirique, de quelque nature qu’il soit, n’est pas une hypothèse. Le troisième précise qu’ il faut choisir l’hypothèse qui est susceptible d’expliquer le plus de faits en étant la plus simple possible et la plus facile à tester. Enfin, le dernier dit que l’hypothèse créée par abduction ne doit pas verrouiller la recherche future par une assertion à caractère définitif.

 

Appel à communication / Call for papers

indexThe Maastricht Centre for Arts and Culture, Conservation and Heritage (MACCH) is pleased to announce the upcoming conference:
Participatory Practices in Arts and Heritage 17 & 18 March 2017, Maastricht, The Netherlands
Deadline for abstracts: Monday 16 January 2017

This event is a collaboration between MACCH, the research centre Autonomy and the Public Sphere in the Arts, Zuyd University of Applied  Sciences  and  the J an van  Eyck Academie in Maastricht.  We
invite international experts, students, scholars, artists, policy makers, and practitioners to present their research on arts and heritage with a specific focus on emerging developments in the field of ‘public participation’.

On 17-18 March, international experts, students, scholars, artists, policy makers, and practitioners will present their research on arts and heritage with a specific focus on emerging development in the field of ‘public participation’. In recent decades, ‘participation’ and related notions such as ‘community engagement’ and ‘co-creation’ have become increasingly commonplace in the vocabulary of policy makers, politicians, academics and practitioners. Building on Arnstein’s seminal ladder of participation (1969) continued efforts have been undertaken to create new frameworks for building participation in arts and heritage worlds – online and offline. Museum policies and practices are prioritising visitor engagement over the traditional focus on collecting and preservation (cf. Simon 2010, McSweeney and Kavanagh 2016). Similarly, heritage worlds see an upsurge in participatory governance models favouring the expertise of local communities rather than that of trained professionals (cf. Waterton and Watson 2013, Schofield 2015). Yet, although new forms of audience and community engagement as well as models for ‘co-creation’ are flourishing, the development of ethical frameworks, the jurisdiction concerning intellectual property rights, and theoretical reflection and critical assessment are lagging behind.
This conference aims to fill this gap by offering a critical space to scrutinize participatory practices and their economic and legal frameworks. How can art and heritage worlds learn fromparticipatory practices and reflection in other domains ? What are good practices for publicparticipation ? What are the pitfalls and limitations of participatory development? How can we understand and respond to the seductive claims of participation as an instrument for social innovation and related – often naïve – assumptions of radical shifts in power relations? (Cooke and Kothari 2001) Papers, panels and workshops will explore pertinent topics such as ‘The politics of participation’; ‘Innovation through new forms of audience participation’; ‘Legal frameworks for co-creation’, ‘Philanthropy as a form of participation’, and ‘Crowdsourcing cultural heritage’.

In line with the trans-disciplinary nature of MACCH, the organizers welcome papers from humanities and social sciences as well as artists’ presentations focusing on (but not limited to) topics related to:
• Theories of participation in relation to art and heritage
• Politics of participation
• Rhetoric of participation
• Ethical concerns
• Artistic innovation and co-creation
• Digital participation and user practices in the cultural heritage domain
• Legal frameworks for arts and heritage participation
• Public history and public archeology
Convened during The European Fine Art Fair (TEFAF) in Maastricht, The Netherlands, the conference will take place on Friday 17 March and Saturday 18 March 2017. Please submit paper proposals no later than Monday 16 January 2017 via email to the conference manager, Yleen Simonis. Proposals should include the author’s name and affiliation as well as contact details, title of abstract and a summary of 500 words. All papers will be delivered in English. We welcome academic as well as professional contributions. The scientific committee reviews all paper proposals and invites the selected speakers in early February. A limited budget is available to cover the travel and accommodation costs of those in need.

Organizing and scientific committee
Dr. Ruth Benschop, Zuyd University of Applied Sciences
Lex ter Braak, Jan van Eyck Academie
René Hoppenbrouwers, Stichting Restauratie Atelier Limburg
Iona Goldie-Scot, Faculty of Arts and Social Sciences, Maastricht University
Dr. Joop de Jong, Faculty of Arts and Social Sciences, Maastricht University
Prof. dr. Ad Knotter, Sociaal Historisch Centrum voor Limburg
Dr. Peter Peters, Faculty of Arts and Social Sciences, Maastricht University
Prof. dr. Rachel Pownall, School of Business and Economics, Maastricht University
Dr. Christoph Rausch, Faculty of Humanities and Sciences, Maastricht University
Dr. Vivian van Saaze, Faculty of Arts and Social Sciences, Maastricht University
Dr. Emilie Sitzia, Faculty of Arts and Social Sciences, Maastricht University
Prof. dr. Hildegard Schneider, Faculty of Law, Maastricht Universit

The Maastricht Centre for Arts and Culture, Conservation and Heritage (MACCH) is a transdisciplinary research centre that brings together economic, legal, historical, philosophical, and practical expertise. In response to the demands of the increasingly multi-layered and complex challenges facing the fields of arts and heritage today, MACCH initiates collaborative research projects with researchers, professionals and students from diverse backgrounds in the fields of arts, conservation, and cultural as well as natural heritage. MACCH is a joint initiative between the Faculty of Arts and Social Sciences, the Faculty of Law, the School of Business and Economics, and the Faculty of Humanities and Sciences of Maastricht University, as well as the Sociaal Historisch Centrum voor Limburg and the Stichting Restauratie Atelier Limburg.

Conference announcement and call for papers  THERE / ICI

 

 

Les infestations entomologiques : enjeux d’aujourd’hui, politiques de demain

croqueurs de patrimoine

Les infestations entomologiques : enjeux d’aujourd’hui, politiques de demain  =  29-30 juin et le 1er Juillet 2016 à Arles

Depuis plusieurs années la communauté patrimoniale a parfaitement intégré les conséquences désastreuses des infestations entomologiques, l’attention qui doit être portée à ces situations et les réponses à y apporter.

Deux facteurs contemporains nous obligent à reconsidérer cette prise de conscience et à en faire évoluer les composantes. Mondialisation et développement durable redéfinissent nos schémas d’appréhension établis à partir des années 1980.

Plus que le dérèglement climatique, c’est la mondialisation des échanges des hommes et des biens qui fait apparaître de nouvelles espèces et peut présenter des dangers potentiels.

Le développement durable et les lois biocides posent la question des traitements dont la mise en oeuvre sera de plus en plus contrainte voire impossible si les adaptations ne peuvent être mises en place.

De ce constant, plus que jamais, la prévention s’affirme comme la réponse à la hauteur de ces deux enjeux actuels.

Les rencontres co-organisées par le CICRP et l’OCIM, en collaboration avec les Archives municipales de Marseille aborderont ces deux aspects : enjeux et conséquence de la mondialisation et des mesures liées au développement durable pour « traiter moins et prévenir plus ».

Après une approche globale de la situation entomologique aujourd’hui et des dispositifs réglementaires et leur mise en perspective avec les enjeux patrimoniaux, les rencontres viseront à travers la présentation de cas concrets et de visites à appréhender de manière concrète la mise en oeuvre de réponses adaptées. Elles feront également le point sur de nouveaux axes de recherches et les avancées en matière de veille technologique.