Archives de catégorie : Conférence

Les infestations entomologiques : enjeux d’aujourd’hui, politiques de demain

croqueurs de patrimoine

Les infestations entomologiques : enjeux d’aujourd’hui, politiques de demain  =  29-30 juin et le 1er Juillet 2016 à Arles

Depuis plusieurs années la communauté patrimoniale a parfaitement intégré les conséquences désastreuses des infestations entomologiques, l’attention qui doit être portée à ces situations et les réponses à y apporter.

Deux facteurs contemporains nous obligent à reconsidérer cette prise de conscience et à en faire évoluer les composantes. Mondialisation et développement durable redéfinissent nos schémas d’appréhension établis à partir des années 1980.

Plus que le dérèglement climatique, c’est la mondialisation des échanges des hommes et des biens qui fait apparaître de nouvelles espèces et peut présenter des dangers potentiels.

Le développement durable et les lois biocides posent la question des traitements dont la mise en oeuvre sera de plus en plus contrainte voire impossible si les adaptations ne peuvent être mises en place.

De ce constant, plus que jamais, la prévention s’affirme comme la réponse à la hauteur de ces deux enjeux actuels.

Les rencontres co-organisées par le CICRP et l’OCIM, en collaboration avec les Archives municipales de Marseille aborderont ces deux aspects : enjeux et conséquence de la mondialisation et des mesures liées au développement durable pour « traiter moins et prévenir plus ».

Après une approche globale de la situation entomologique aujourd’hui et des dispositifs réglementaires et leur mise en perspective avec les enjeux patrimoniaux, les rencontres viseront à travers la présentation de cas concrets et de visites à appréhender de manière concrète la mise en oeuvre de réponses adaptées. Elles feront également le point sur de nouveaux axes de recherches et les avancées en matière de veille technologique.

Conference in Milan

The Getty Conservation Institute, the Museo del Novecento and the Modern Materials and Contemporary Art (MMCA) working group of ICOM-CC, in partnership with INCCA are pleased to announce the upcoming conference:

Keep it moving? Conserving kinetic art

Hosted at the Palazzo Reale, Milan.

June 30th and July 1st 2016

Deadline for papers: 15th October 2015.

See attachment for details.

K.E. (Karen) te Brake-Baldock, MA

INCCA Central Coordinator

……………………………………………………………………….
Cultural Heritage Agency of the Netherlands (RCE)

Department of Conservation and Restoration

Postal addres: Postbus 1600,  3800 BP Amersfoort

Visiting addresses:

Smallepad 5. 3811 MG Amersfoort or

Hobbemastraat 22, 1071 ZC Amsterdam

……………………………………………………………………….

M +31 (0)6 111 953 40
incca@cultureelerfgoed.nl

www.incca.org

……………………………………………………………………….
RCE is part of the Ministry of Education, Culture and Science

……………………………………………………………………….

SAVE THE DATE! IIC congress in collaboration with INCCA. September 2016 in Los Angeles.

Le Philosophe Jean-Pierre COMETTI à l’ESAA

 jean-pierre-comettiMardi 12 Mai 2015

ESAA / Site de Baigne-Pieds

15h       Séminaire (public averti)

Conserver, restaurer: une approche philosophique contemporaine.      

Jean-Pierre COMETTI nous fait l’honneur et le grand plaisir de venir présenter son livre à paraître tel un bilan de son expérience d’enseignement et de réflexion durant trois ans au contact des étudiants conservateurs-restaurateurs en II° cycle de l’ESAA et de leurs objets d’étude, pour notamment dire ce que peut faire la philosophie à la conservation-restauration et vice versa.

18h15      Conférence (tout public)

Le retour de l’aura dans le champ artistique: économie de l’art et de la culture.

« Qu’est-ce à vrai dire que l’aura ? Une singulière trame d’espace et de temps : l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il. » C’est Walter Benjamin qui introduit le terme d’aura d’abord en 1931 dans son essai Petite histoire de la photographie  puis l’affine en 1935 dans L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique pour caractériser une unicité de l’oeuvre d’art hic et nunc qui s’inscrit dans l’histoire. Qu’en est-il de l’aura des oeuvres d’art aujourd’hui ? Ce concept qui référait selon son auteur à des rites magiques et plus tard religieux, n’est -t-il pas insidieusement réactivé pour sacraliser l’art contemporain à l’heure d’une prolifération de ses temples et grand-messes hyper médiatisées au premier bénéfice du capitalisme financier ? Dans quelle mesure la restauration et l’exposition participent-elles aux entreprises d’auratisation des oeuvres et des artistes, telle une véritable stratégie de mercatique à qui la critique semble avoir laissé le champ libre pour gonfler une bulle spéculative tout en perpétuant l’intimidation des masses ?

à lire aussi: J.-P. Cometti, Grammaires de l’exposition, in « Les expositions à l’ère de leur reproductibilité », Artpress 2 n° 36, Février / Mars / Avril 2015. 

http://seminesaa.hypotheses.org/3370

Officemanouche 2015
Officemanouche 2015

 

Une conférence d’Anka Ptaszkowska, critique et galeriste d’art « frondeuse ».

Crédits Maciej Zienkiewicz / Agencja Gazeta
Crédits Maciej Zienkiewicz / Agencja Gazeta

Lundi 23 mars 2015 à  18 h 30 dans l’amphithéâtre de l’ESAA bondé pour la circonstance, la critique et galeriste d’art Anka Ptaszkowska donnait une conférence dans le cadre du cycle   « L’œuvre d’art et ses récits d’exposition », coordonné par Line Herbert-Arnaud, professeure d’histoire de l’art à l’ESAA.

Anka Ptaszkowska  fut en 1966, co-fondatrice de la mythique Galerie Foksal de Varsovie  avec deux autres critiques d’art, Wieslaw Borowski et Mariusz Tchorek, accompagnés par un groupe d’artistes comprenant Henryk Stazewski, l’un des membres fondateurs du groupe constructiviste polonais des années 1920. Foksal devint alors l’une des deux seules galeries d’art de l’avant-garde dans tout le bloc communiste, « en lutte contre le système totalitaire », et initiera dès sa première exposition un programme critique du phénomène de l’exposition mais aussi du modèle de la galerie. Plusieurs « manifestes » importants en témoignent. L’unique lien documentaire du groupe avec l’actualité artistique à l’Ouest fut maintenu par « Les Lettres françaises« , seule revue à parvenir jusqu’à Varsovie puisque éditée par le Parti communiste français.  » La dynamique de la galerie était entretenue par le sentiment de l’urgence, dans la perspective de la dernière fois avant fermeture autoritaire sans préavis « . La galerie organisa aussi par le seul bouche à oreille, des événements hors ses murs, tel Le happening panoramique de la mer, dirigé par le « chef d’orchestre » Tadeusz Kantor, le 23 août 1967 dans la localité de Łazy près d’Osiek.  Ce happening se composait de quatre parties concrètes: Le Concerto marin, Le Radeau de la méduse, Barbouillage érotique et L’agriculture sur le sable. Parallèlement se déroulait une action – La Submersion – menée par les artistes et les critiques d’art liés à la galerie Foksal. Au total, plus de 1500 personnes participèrent à l’événement qui dura environ deux heures.

Crédits Eustachy Kossakowski

En 1969, Anka Ptaszkowska rompt avec le groupe de Foksal pour partir s’installer à Paris au début des années 1970 avec le photographe Eustachy Kossakowski, aussi documentaliste historique des artistes et des activités de Foksal.  Ce sont les retrouvailles avec Daniel Buren et la rencontre de Michel Claura qui firent germer le projet d’une galerie. La Galerie 1-37 , sans nom et seulement renumérotée graduellement lors de chaque exposition, fut donc fondée en 1972 , dirigée  par  le duo Anka Ptaszkowska / Michel Claura, conseillée par Daniel Buren et François Guinochet. Située rue Campagne Première dans le 14è à deux pas du Boulevard Montparnasse, elle exposera notamment les œuvres d’artistes importants de l’avant-garde polonaise comme Henryk Stazewski, Edward Krasinski, Goran Trbuljak et l’épouse de l’artiste  Wladyslaw Strezminski, la moins connue Kobro Katarzyna, comme celles de Dan Graham, Claude Rutault,  ou encore Carl André. En période de guerre froide, la galerie sise initialement dans une cave d’appartement, fut le carrefour parisien de relations, d’ échanges et de collaborations entre artistes de l’est et de l’ouest du rideau de fer.

L’aventure s’achèvera en 1976 faute de moyens financiers, avec une ultime exposition pour laquelle fut mis à disposition de chacun des artistes, tout un étage d’un immeuble loué.

Anka Ptaszkowska conclut sa présentation par une confidence quelque peu désabusée, faisant état de son dépit au constat de la rupture du Monde de l’art avec la réalité sociétale. Elle enjoint les artistes à plus de radicalité plutôt qu’à la résignation face à la toute puissance du Monde de l’art et du Marché, tels un André du Colombier et d’autres artistes polonais qu’elle évoque non sans une certaine émotion, qui en payèrent chèrement le prix dans une époque révolue.  Pour justifier son propos, elle fait alors l’éloge de l’artiste Rachel Poignant présente à ses côtés, en ce qu’elle est déjà une véritable travailleuse manuelle répétitive de la matière pour en sonder sans répit les formes, les aspects et les mystères jusqu’à des limites qui adviennent comme pour réorienter l’artiste dans son inlassable quête.

André du Colombier © Courtesy of the artist and Galerie Patricia Dorfmann
André du Colombier
© Courtesy of the artist and Galerie Patricia Dorfmann

Aujourd’hui, toujours tenace, peut-être avec un regain d’espoir en de jeunes artistes ou en mémoire de ceux qu’elle a admirés, Anka Ptaszkowska organise des « soirées privées non commerciales », à demeure et en collaboration avec les éditions NOUS.

MERCI ! Madame Ptaszkowska, merci Anka pour la leçon si modeste d’un engagement pourtant fort résolu qui s’écoute comme le récit d’une épopée héroïque trop ignorée.

6°session du séminaire « art & artefactualité »

Daniel Fabre 01Daniel Fabre, anthropologue et ethnologue, sera à l’ESAA le Mardi 10 Mars prochain, dans le cadre de la 6° session du séminaire art et artefactualité animé par Gaspard Salatko et Marc Maire.

Crédits photos: Thierry Wendling

Plusieurs de ses thèmes de recherche concernent et intéressent au premier chef ceux du programme de M2 CR et des étudiants: le transfert de sacralité, les formes modernes du culte de l’artiste, l’anthropologie de l’art, de la monumentalité, les formes culturelles de la présence du passé, l’histoire européenne du regard ethnologique.

L’ethno-anthropologue Daniel FABRE prochainement à l’ESAA

Crédits La Dépêche
Crédits La Dépêche

Daniel Fabre, anthropologue et ethnologue, sera à l’ESAA le Mardi 10 Mars prochain, dans le cadre de la 6° session du séminaire art et artefactualité animé par Gaspard Salatko et Marc Maire.

Plusieurs de ses thèmes de recherche concernent et intéressent au premier chef ceux du programme de M2 CR et des étudiants: le transfert de sacralité, les formes modernes du culte de l’artiste, l’anthropologie de l’art, de la monumentalité, les formes culturelles de la présence du passé, l’histoire européenne du regard ethnologique.

Présentation de leurs travaux de recherche en cours par les étudiants de M2 CR

Sous la houlette de Gaspard SALATKO, coordinateur, avec le concours de Stéphanie ELARBI et Marc MAIRE,

 Mardi 10 Janvier 2015   dans l’amphithéâtre de l’école d’art et à partir de 9 h, les étudiants de M2 Cr présenteront à tour de rôle et en temps limité, l’état de leur recherche en cours devant donner lieu à un mémoire soutenu en Juin 2015 lors de l’épreuve du DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option art, Mention conservation-restauration). Les directeurs individuels de projet et de mémoire sont invités à cet événement qui sera ouvert au public.

Concrètement, il s’agit d’offrir aux candidats au diplôme, la possibilité d’un entraînement à la parole publique, et aux auditeurs, un accès aux problématiques affrontées. Chaque orateur proposera une présentation de son projet de recherche d’une durée de 15 minutes suivie d’un temps de discussion de 15 à 20 minutes. Outre la possibilité de faire connaître leur projet, chacun pourra ainsi bénéficier à mi-parcours de l’année scolaire, des remarques et des retours qui lui seront formulés.

___________________________________

Programme

9H-9H40 : Emmanuelle Fau

9H40-10H20 : Laetita Dufour

Pause

10H40-11H20 : Seungmin Lee

11H20-12H : Léa Stroppolo

Pause déjeuner

14H00-14H40 : Fréderic Boutié

14H40-15H20 : Mathilde Chassagneux

15H20-16H : Juliette Dirat

Etudiants de M2 CR et rercherches en cours

• Frédéric BOUTIE , http://seminesaa.hypotheses.org/2264

• Mathilde CHASSAGNEUX, http://seminesaa.hypotheses.org/2801

• Juliette DIRAT, (en cours d’édition)

• Laetitia DUFOUR, (en cours d’édition)

• Emmanuelle FAU, http://seminesaa.hypotheses.org/2120

• Seungmin LEE,  http://seminesaa.hypotheses.org/1802

• Léa STROPPOLO, http://seminesaa.hypotheses.org/1439

__________________________________________

 

Conférence « La peinture sur les murs en Italie »

Jeudi 04 Décembre 2014 à 18h30 au Centre des congrès du Palais des Papes.

Conférence du cycle « La peinture sur les murs en Italie » : cette fois sur les fresques de la Collegiata Santa maria Assunta de San Gimignano, datant de 1340.
Par Elisabeth Mognetti, conservateur géneral du Patrimoine.

Elisabeth Mognetti a été conservateur au Service de restauration des peintures des musées nationaux de 1973 à 1976, conservateur du musée du Petit Palais d’Avignon jusqu’en 1986, conservateur du Musée des Beaux-Arts de Marseille jusqu’en 1994, directrice du CICRP (Centre interrégional de conservation et restauration du patrimoine) à Marseille jusqu’en 2012.
GRATUIT pour les étudiants (7 € pour les non-étudiants). CLIC