Archives de catégorie : Evénement

Journée internationale des musées.

                                          Journée internationale des musées.

En 2018, le thème de la Journée internationale des musées sera Musées hyperconnectés : Nouvelles approches, nouveaux publics.

Traditionnellement, la Journée internationale des musées s’organise le 18 mai ou autour du 18 mai. Les activités organisées dans ce cadre peuvent durer une journée, un week-end ou une semaine, l’objectif étant de se réunir au musée avec pour devise « Les musées, moyen important d’échanges culturels, d’enrichissement des cultures, du développement de la compréhension mutuelle, de la coopération et de la paix entre les peuples. »

La Journée internationale des musées fédère de plus en plus de musées à travers le monde. En 2017, plus de 37 000 musées ont participé à l’événement dans près de 157 pays.

 

Preservation of media art

Workshop Preservation of Media Art

This workshop invites conservators and registrars working with media artworks in museums to gain an understanding of the different components involved in documenting and preserving media artworks for the sake of preservation and future presentations.

Museums see themselves increasingly confronted with the questions and challenges related to displaying and preserving media art and digital art. These artworks rely on their technological environment, and this is constantly changing. Artworks adapt or perish. Sustaining these works requires new strategies. How will we keep these artworks alive and accessible in the future? Not all collections have much experience in dealing with these type of artworks. What new strategies do we need? How to develop knowledge on this particular part of contemporary art. During a week, professionals from all over the world will address these questions and be able to catch up on technological, conceptual and art historical aspects of media art preservation. We will share our practice, experience, views and results with museum professionals working in the fields of media art and digital art. Practical protocols for decision making and documentation, workflows for sustainable storage, models for artists interviews and contracts will be explored. We invite participants to prepare, share and work on an actual case study. The program consists of lectures, workshops, artists talks, museum visits and will give the opportunity to catch up with your network or start building one regarding the conservation of media art. The focus of the workshop will be fine-tuned depending on the cases participants bring in.

Registration

The participation fee is 1000,- euro, the number of participants is limited (8), language is English. Please describe the case study from your collection while applying. Registration deadline is March 1, 2018.

Please register by emailing your information (name, institution, speciality, and a short description of the case study you want to discuss) to LIMA director Gaby Wijers, gabywijers@li-ma.nl.

Payment is by invoice and needs to be completed prior to the start of the workshop.

The workshop will take place at LIMA, Arie Biemondstraat 111, 1054 PD Amsterdam.

Workshop Program

March 26, 2018 11:00-18:00

– introduction group, program, lectures, lecturers and LIMA by Gaby Wijers

– introduction into media art history, techniques and general workflow by Sanneke Huisman and Gaby Wijers

– how to go along; lecture and discussion into collection inventory protocols and identifying individual works Gaby Wijers, Mila van der Weide and Wiel Seuskens.

March 27, 2018 10:00 – 18:00

– visiting museum/exhibition tour behind the scenes

– lectures and practices on video art and installation art technology by Ramon Coelho/Ivo van Stiphout

– lecture and discussion on decision-making model and documentation – introducing examples from the participants

– dinner

March 28, 2018 10:00 – 18:00

– working on the case studies

– lecture and discussion on preservation strategies: storage, migration, emulation, reinterpretation

– lecture and discussions on acquisition and contracts by Gaby Wijers

– artist interview training

March 29, 2018 10:00 – 18:00

– working on the case studies, what are the questions

– open

– artist talk

– meet and greet with Dutch professionals

March 30, 2018 10:00– 15:00

– working on the case studies

– presenting preservation plan per case study

In the past years, LIMA Amsterdam shared her expertise on media art preservation with collections and artists by lectures, small workshops, projects, publications and the annual symposium ‘Transformation Digital Art’ (march 22-23 2018). As of March 26 to 30, 2018, LIMA will expand her training possibilities of practical and theoretical preservation in media art and meet worldwide requests by organizing a one week workshop regarding the conservation of media art.

Journées professionnelles de la conservation-restauration

8 èmes Journées professionnelles de la « conservation-restauration » les 29 et 30 mars 2018, organisées par la Direction générale des patrimoines, et consacrées aux métiers de la restauration du patrimoine.

Dans le cadre du programme scientifique « conservation-restauration des biens culturels » lancé en 2011 par la direction générale des Patrimoines, le ministère de la Culture et de la Communication a inauguré en 2011 un cycle de journées professionnelles à l’intention de tous les acteurs du monde de la conservation-restauration du patrimoine.
Ces rencontres ont pour objectif de présenter à la communauté patrimoniale des études de cas exemplaires, tant par la méthodologie utilisée que par les questionnements rencontrés, et d’offrir un espace de dialogue transversal à l’ensemble des champs du patrimoine (archéologie, archives, livre, monuments historiques, musées), permettant ainsi des échanges fructueux pour une meilleure conservation.

Workshop « Muséoscopie »

MUSEOSCOPIE souhaite notamment associer des étudiants des deux mentions CI et CR de l’ESAA avec des professionnels dans l’« arraisonnement » du Musée Jacques Doucet de la Fondation Angladon et dans la proposition d’intercalations visuelles in situ, tous deux à même de susciter la prise de conscience de l’instrumentalité de la muséographie.

  • C’est un projet expérimental et pluridisciplinaire qui se déroulera sur l’année scolaire 2018 en trois workshops : 08 au 12.01 / 03 au 06.04 / 18 au 22.06

  • 1ère session : Elle débutera Lundi 08 Janvier à 9h30 sur le site de Baigne-Pieds.

  • Professionnels participants

NOMS

Prénoms

Fonction

Courriel

Fondation Angladon / Musée Jacques Doucet

CI

ISTRE

Carina

Chargée de communication

c.istre@angladon.com

LL

LAZ

Lauren

Directrice

l.laz@angladon.com

RP

PANZA

Romain

Office manager

r.panza@angladon.com

AS

SIFFREDI

Alexandra

Médiatrice

a.siffredi@angladon.com

ESAA

BB

BLANC

Barbara

Conservatrice-restauratrice

barbara_blanc@hotmail.com

HG

GIOCANTI

Hervé

Conservateur-restaurateur

giocanti-esaa@outlook.com

MM

MAIRE

Marc

Conservateur-restaurateur

m.maire.esaa@gmail.com

CP

PATIN

Christelle

Biologiste, anthropologue

patin.christelle@orange.fr

GS

SALATKO

Gaspard

Socio-anthropologue

gaspard.salatko@gmail.com

Session 1

LUNDI 08

MARDI 09

MERCREDI 10

JEUDI 11

VENDREDI 12


9h30
à
12h30

Notions liminaires,
« Le Musée : origines et attrait de l’exotisme »,

avec MM

Session n°4 du séminaire « art et artefactualité », « Arraisonner le dispositif musée : une configuration spectaculaire ? »,
avec MM & GS

Approche socio- anthropologique, « Le musée, un temple ? »

avec MM & GS

Approche artistique et restauratrice, « Le Musée : critique et devenir »

avec MM

Bilan de l’arraisonnement,
«Teneur du projet muséographique et des procédés expographiques »,

avec HG & MM


14h
à
17h

Conférence « Dénouer l’histoire culturelle des objets : quels questionnements, résultats et écueils ? L’exemple des collections anthropologiques du MNHN »,
par CP

Visite du musée Jacques Doucet / Fondation Angladon,

avec BB, HG, MM & GS
à la rencontre de CI, LL
RP & AS

Examen et analyse du musée Angladon,
de sa mission, de ses collections, de sa muséographie.

avec MM

( suite)

Travail autonome,

avec MM

Propositions d’intervention dans le musée
Organisation en vue de la session à venir

avec HG & MM

 

 

Le prochain SIPPA en Mai 2018

Rendez-vous pour la 4ème édition du 16 au 18 mai 2018 à Arles

Le SIPPA s’installe comme le rendez-vous annuel des professionnels des patrimoines et s’ancre dans l’écrin du Parc des Ateliers à Arles.

Le programme est en cours de constitution, mais sachez déjà que les collaborations entre le Louvre et des professionnels arlésiens sur des monuments soudanais et des œuvres égyptiennes seront à l’honneur,

la restauration des décors peints, à travers l’exceptionnel exemple de l’hôtel Arlaten, ainsi que la thématique de la construction acier dans le patrimoine

De plus le SIPPA ouvre ses portes au grand public, avec le jeudi soir une conférence sur un sujet très prochainement dévoilé et qui devrait susciter un fort intérêt !

Et bien entendu, un panel de professionnels sera également présent sur des espaces de stands et des soirées networking pour présenter leurs compétences et leurs savoir-faire

Journées européennes du patrimoine

Avignon 2017

le 14 Septembre

à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de 9h à 17h30, : 3e Forum du Patrimoine – « Avignon, Jeunesse et Patrimoine ».

9h30 : ouverture du Forum par Mme le Maire..

Matinée : présentation des questions de liens entre les jeunes et les patrimoines, et exposés d’exemples réussis à Avignon et ailleurs.. Après-midi : deux ateliers participatifs. Atelier 1 : Pédagogie et médiations du patrimoine, présidé par Mme L. Abel Robert, Ajointe au Maire, Déléguée à la jeunesse, à l’Ecole et à l’Université. Atelier 2 : Les économies du patrimoine et la formation professionnelle, présidé par Mme I. Portefaix, Adjointe au Maire, Déléguée à la création d’emploi et d’activités économiques, à l’Economie sociale et solidaire, à la formation professionnelle.

les 16 & 17 septembre

Parmi les très nombreux lieux proposés à la visite, 5 suggestions de Semin’R :

L’Atelier Jean-Loup Bouvier, 9, rue du Ponant – 30133 Les Angles, 04 90 25 32 90 : Atelier de restauration de Monuments Historiques, sculpture statuaire et ornementale. Les 16 et 17/09 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 : Visite libre ou guidée, l’Atelier Jean-Loup Bouvier excelle dans différentes techniques de restauration, de sculpture, de gypserie et de moulage, touchant toutes les époques de notre patrimoine. Gratuit.

Le Musée Vouland, 17 rue Victor Hugo, 04 90 86 03 79, www.vouland.com : Collection d’arts décoratifs (XVII e -XVIII e s.) et de peinture provençale. Jardin traversé par le Canal de Vaucluse. Les 16 et 17/09 :  de 14h à 19h : visite de l’exposition Hortus 2.0, art des nouveaux média. Une trentaine d’installations contemporaines, matérielles ou immatérielles, interactives ou génératives sur le thème du jardin, des relations entre l’homme et la nature (jusqu’au 1er/10 2017).- à 14 h 30 : Nature ?,  visite ludique en famille pour tous à partir de 7 ans (musée, exposition et jardin).- à 16 h 30 : Imagine un jardin, atelier pour tous à partir de 7 ans. Visite ludique  et atelier sur réservation.Tarif unique 2€ / Gratuit – de 25 ans

Le Palais du Roure réouvre ses portes, 3 rue Collège du Roure, 04 13 60 50 01 :  Ancien hôtel des Baroncelli de Javon (XVe-XXe s). Musée d’arts et traditions populaires et Centre de documentation ethnographique, provençale et arhcéologique.
– de 10h à 18h : Visites des expositions « Le Palais des Baroncelli – entre Provence et Toscane », travaux périscolaires de 2014 à 2017 ; et visite libre du 1er étage du musée.– 16/09 :. à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange. Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite. . à 11h30 : conférence Les travaux des restaurations du Palais du Roure de 2013 à 2017. Orientations, choix, difficultés, découvertes, par D. Repellin ou T. Bricheux, architectes des Monuments Historiques. Lancement du livret d’accompagnement des visites pour les 5-9 ans.. à 16h : inauguration des expositions.. à 16h45 : concert surprise dans la cour.– 16 et 17/09 : . à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange.Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite.. à 11h30 : conférence L’histoire du Palais du Roure à travers son architecture, par la Conservation.. après-midi : jeu de l’oie sur le Palais ouvert aux enfants. Sans inscription. Gratuit.

© Monuments Historiques / Martine Audibert

Les Bains Pommer, 25 rue du Four de la Terre : Etablissement de bains publics au style art-déo, véritable institution avignonnaise du début du XXe s racheté récemment par la Ville. Fermé depuis 1972, ce centre d’hydrothérapie avait été créé en 1892 par Auguste Pommer qui y recevait la bourgeoisie avignonnaise. Son établissement fut même fréquenté par Frédéric Mistral. Il a été classé monument historique en 1992. Gratuit.

L’École d’Avignon, 6 rue Grivolas, 04 90 85 59 82, www.ecole-avignon.com : Centre de ressources sur le bâti ancien, installé depuis 1983 dans l’hôtel du Roi René , né d’une ambition de caractérisation des compétences pour intervenir sur le patrimoine architectural. Se reporter à son site internet pour plus d’informations. Gratuit.

Soutenances pour le DNSEP – CR 2017

Les soutenances de quatre étudiantes de l’ESAA pour l’obtention du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, option artmention conservation-restauration au grade de Master II, auront lieu

  • le 16 Juin 2017 (mémoire), à huis-clos devant un jury composé de Yaël Kreplak, Chercheuse en sociologie des mondes de  l’art associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris), et Gaspard Salatko, professeur d’anthropologie de l’art et du patrimoine à l’ESAA, coordinateur de l’année M2. 
  • les 19 et 20 Juin 2017 (projet), en public restreint devant le jury complet composé de : Emmanuel Latreille, Directeur du FRAC Occitanie / Montpellier (président du jury), Sergueï Wolkonsky, artiste et ancien professeur à l’ESA de Perpignan, Ariel Bertrand, conservatrice-restauratrice de peintures (Master CRBC), Yaël Kreplak, Chercheuse en sociologie des mondes de l’art associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) , et Gaspard Salatko,  professeur d’anthropologie de l’art et du patrimoine à l’ESAA.

 ______________

La fin de l’année scolaire 2016-17 verra quatre étudiantes candidates à l’obtention du [ DNSEP au grade de Master II / option art / mention conservation-restauration ] de biens culturels.  Investies dans le  champ de recherche et d’application  de la conservation-restauration que privilégie l’ESAA, elles présenteront chacune devant un jury* pluridisciplinaire extérieur, un mémoire de recherche et un projet d’intervention. Leur enjeu principal est le traitement d’objets qui, par convention, se rapportent à lart contemporain et aux artefacts ethnographiques conservés dans des institutions publiques, conformément  au cadre réglementaire et d’habilitation du droit du patrimoine.

Le caractère interactif et performatif de productions artistiques contemporaines et le nouveau statut de certains objets scientifiques patrimonialisés, requièrent de prendre en considération une matérialité dont la teneur excède les caractéristiques et propriétés inhérentes à leur constitution physique. Il s’agit de se pencher  aussi sur les  conditions situées de l’usage de ces objets dans des temporalités et spatialités différentes, ainsi que sur la teneur des relations sociales auxquelles ils ont contribué ou qu’ils ont même déterminées. 

S’appuyant sur une enquête, cette considération a conduit chacune des candidates vers l’analyse des informations accumulées et l’élucidation d’une problématique originale dans une situation donnée.   L’examen de modalités particulières pour la réactivation de ces oeuvres  d’art contemporain et ces artefacts scientifiques étudiés selon un mode d’existence patrimonial, a réclamé à la fois leur reconsidération ontologique et des propositions de traitements spécialement adaptées à leur singularité. Celles-ci doivent permettre de mieux rendre compte de déplacements interprétatifs qui jalonnent la « trajectoire biographique » de ces objets anciens.

Les travaux réalisés cette année donnent à cet enjeu multiple tout son relief et sa portée en proposant, via un recours approprié à  des outils des sciences  humaines, sociales et exactes, des solutions ajustées à des objets sémiophores dont chaque candidate aura tenté ainsi d’ouvrir tout l‘éventail des potentialités signifiantes.

———————

The end of the school year 2016-17 will see four female candidates for the final diplom [DNSEP at the Master II / option art / mention conservation-restoration] of cultural property. Invested in the field of research and application of conservation that ESAA favors, they will each present in front of an external and pluridisciplinary jury *, a research thesis and an intervention project. Their main challenge is the treatment of objects that belong — by convention — to contemporary art and ethnographic artefacts preserved in public institutions, in accordance with the regulatory framework and the enabling of French heritage law.

The interactive and performative character of contemporary artistic productions and the new status of some patrimonialised scientific objects require taking into consideration a materiality whose content exceeds the characteristics and properties inherent in their physical constitution. It is also a matter of examining the conditions of use of these objects in different temporalities and spatialities, as well as the content of the social relations to which they have contributed or which they have even determined.

Based on investigation, this consideration led each of the candidates to analyze picked up informations and to elucidate an singular problem in a given situation. The examination of specific modalities for the reactivation of interactive or performative works of contemporary art and of scientific artefacts studied according to a patrimonial mode of existence, demands both their ontological reconsideration and proposals for treatments specially adapted to their singularity.These must make it possible to better account for interpretive displacements that mark the « biographical trajectory » of these ancient objects.

The study and research works realized this year give this multi-faceted issue its full scope and significance by proposing, through appropriate use of human, social and exact sciences, solutions adapted to semiotic objects, so each of which has tried to open up all Range of potential meanings.

S. Elarbi, G. Salatko, M. Maire.

________________________________________________

          PROGRAMME ,   HORAIRES  &  LIEUX

  • Approche de l’oeuvre « Three diagram man meets loveelasticity » de John Bock,

par Aurore ORLANDI,  aurore.orlandi@laposte.net

Crédits photographiques: Andy Keate /exposition John Bock, FRAC PACA / 2005

L’installation Three diagram man meets loveelasticity a été créée par John Bock en 2001, et acquise par le FRAC-PACA en 2004. L’œuvre est aussi composée d’une vidéo de performance et des objets issus de cette dernière. Voilà ce que nous savions de cette œuvre en janvier 2017. L’enjeu de ce mémoire est de redonner à voir cette œuvre en respectant son intégrité. Pour ce faire, il a fallu utiliser des outils quelque peu différents de la conservation-restauration dite classique. En mettant le résultat de l’enquête sur son parcours en regard de sa matérialité, nous pourrons ainsi examiner si elle présente des problèmes d’intégrité et quelle est la teneur de ses altérations. Nous pourrons ensuite déterminer comment intervenir sur cette œuvre étant données ses spécificités.

Abstract : Approach to John Bock’s ‘Three Diagram Man Meets Loveelasticity ‘ artwork. The art installation named ‘Three diagram man meets love elasticity’ has been created in 2001 by John Bock, and owned by the FRAC PACA in 2004. The artwork is also composed by a performance video and objects from this one. Here is what we know about it in January 2017. The aim of this Master thesis is to give again the will to see this artwork while its integrity is respected.  To do so, it has to be use unusual tools  to conventional conservation. In putting the result of this study’s process in regard of its materiality, we will be able to see if  it has some integrity’s problems and which are the nature of its alterations. Then we will be able to determine how to make interventions on an artwork which has such type of specificities.

Direction de projet:  Stéphanie Elarbi
Direction de mémoire:  Hervé Giocanti
  • Le phare acoustique du Docteur Vladimir Gavreau. Une étude en conservation-restauration sur les fonctions d’un objet scientifique partiellement identifiable,

par Masumi KANAMORI, vanri.masu@gmail.com

Crédits photographiques : Masumi Kanamori

L’objet de mon étude, le phare acoustique, a été fabriqué en 1964 par un scientifique, Vladimir Gavreau, pour une étude sur la directivité d’ondes sonores à basse fréquence au Laboratoire de Mécanique et d’Acoustique de Marseille. C’est un objet expérimental dont l’objectif était de servir d’instrument à infrason voire en tant qu’arme infrasonique.

Malgré quelques informations que j’ai pu obtenir concernant cet objet, il reste encore des zones d’ombres et des éléments à identifier. Au cours des recherches sur le personnage de Gavreau et du phare acoustique, une ambiguïté sur la théorie de l’objet est apparue. Cette indétermination de l’objet  m’a amenée à réfléchir sa catégorisation en tant qu’objet scientifique et technique obsolète, au point de remettre en cause son rôle dans la société.

Ce mémoire contribue clarifier les fonctions d’un objet scientifique et technique non-identifiable et statuer sur les conditions de sa conservation-restauration.

Abstract :The acoustic headlight of Doctor Vladimir Gavreau. A conservation study on the functions of a partially identifiable scientific object’.

The acoustic whistle was made by an scientist, Vladimir Gavreau, in order to study the directivity of acoustic waves at the Mecanic and Acoustic Laboratory in Marseille in 1964. Its purpose was experimental research of infrasound to be used as an infrasound tool or military weapon.

Even if I got some information and details about this, it still remain some grey areas and factors that are not identifiable. During this project about Gavreau’s character and the whistle, I found an ambiguity about the theory of Gavreau’s whistle. This scientific incertitude in the field of science lead me to think about its obsolete categorization as scientific and technical object and about its function in the society.

This project contribute to the investigation of the fonctions for a scientific and technical object that is not identifiable in the society and to find a solution concerning the criterions about conservation.

Direction de projet:  Pierre Lagrange, Marie Boyer, Jean-François Salles,
Direction de mémoire:  Gaspard Salatko
  • Le Thylacine du Muséum-Aquarium de Nancy. Deux interventions pour la re-présentation de la taxidermie erronée d’un animal disparu. Un outil de sensibilisation à la conservation du vivant,

par Pauline BERTRAND, annadeville@hotmail.com

Crédits photographiques : Pauline Bertrand

Cette recherche repose sur une taxidermie de thylacine, ou tigre de Tasmanie, conservée dans les réserves du Muséum-Aquarium de Nancy. Ce représentant d’une espèce disparue a été naturalisé au XIXème siècle dans une posture erronée rappelant celle d’un kangourou et avec une poche marsupiale inversée. N’étant plus exposé au public depuis 2005, comment permettre la re-présentation d’un tel spécimen à des fins pédagogiques et de sensibilisation écologique, sans toutefois altérer ses valeurs scientifiques et historiques ?

Abstract : The Thylacine of the Muséum-Aquarium of Nancy. Two interventions for the exhibition of an erroneous depiction of an extinct animal. A tool to raise awareness for the conservation of biodiversity. This research is based on a taxidermy of thylacine – or Tasmanian tiger – preserved in the reserves of the Museum-Aquarium of Nancy. This representative of an extinct species was naturalized in the nineteenth century in an erroneous pose reminiscent of that of a kangaroo and with an inverted marsupial pouch. No longer on public display since 2005, how can such a specimen be presented for educational purposes and public awarness of the biodiversity crisis without altering its scientific and historical values ?

Direction de projet:  Marc Maire
Direction de mémoire:  Gaspard Salatko
  • Le monde de Feux Pâles. L’exposition à l’épreuve de la conservation-restauration. (2 tomes)

par Zoê RENAUDIE, zoe.renaudie@hotmail.fr

CAPC Musée d’art contemporain, Ⓡ, 1990 © Claire Burrus / crédit photographique : Florian Kleinefenn

Feux pâles est une exposition (CAPC, 07 décembre 1990 – 03 mars 1991) de l’agence Les ready made appartiennent à tout le monde Ⓡ. Elle est considérée comme une œuvre de Philippe Thomas (1951-1995) . La nature ambiguë  du  médium  de ce bien  culturel  m’a  enjoint à définir des méthodes de conservation-restauration, ajustées à la fois à la dimension événementielle de Feux pâles mais aussi à ses qualités d’installation ou d’œuvre composite : comment caractériser l’exposition, établir son état référentiel et concevoir son activation ?

Abstract : The world of ‘Feux pâles’.  An exhibition put to the test of conservation. ‘Feux pâles’ is an exhibition (CAPC, 7 December 1990 – 3 March 1991) of the agency ready-mades belong to everyone Ⓡ. It is considered to be a work of art conceived by Philippe Thomas (1951-1995). The ambiguous medium of this cultural property required me to define methods of conservation that could be adjusted both to the event Feux pâles, and to the installation or composite work: how to characterize the exhibition, establish its state of reference and design its activation ?

Direction de projet:  Stéphanie Elarbi
Direction de mémoire:  Gaspard Salatko

 

Journées portes ouvertes de la formation à la c-r de l’ESBA de Tours

Vendredi 3 mars 10:00 – 18:00
Samedi 4 mars 10:00 – 18 : 00L’École supérieure des beaux-arts TALM-Tours est heureuse d’ouvrir ses espaces d’enseignement et de création au public. Les portes ouvertes sont l’occasion de découvrir les formations supérieures en arts, d’explorer les pratiques de la création, de rencontrer les élèves et les professeurs en art et en conservation-restauration des oeuvres sculptées et pour les candidats de s’informer sur les concours* d’entrée à TALM :PROGRAMME DES JOURNÉES PORTES OUVERTES
>>>> Vendredi 3 mars 2017 <<<<<<

10:00 – 18:00 : Visites libres ou animées par les élèves, les professeurs et l’équipe administrative de l’École.
découverte des ateliers techniques (céramique, édition, gravure, lithographie, menuiserie, métallerie, photographie, vidéo et multimédia, ateliers de restaurations sculptures…), rencontre avec les élèves en art et conservation-restauration des oeuvres sculptées, visite de la bibliothèque (fonds anciens et contemporains), présentation des modalités administratives d’entrée à TALM (stand), découvertes des travaux et pièces réalisés par les élèves dans le cadre de workshops…

10:00 – 18:00 : Visites scolaires (sur inscription).
L’École supérieure des beaux-arts TALM-Tours accueille les enseignants du secondaire ou d’écoles préparatoires désirant visiter l’école avec un groupe d’élèves. Pour inscrire votre classe sur une visite, merci de prendre contact avec Lucas Ripouteau du service communication de TALM-Tours :<lucas.ripouteau@esbat-tours.fr>.

16:00 – 17:00 : Rencontre avec les diplômés en art 2014 et 2016 de TALM-Tours. Rencontre animée par Marianne Derrien, commissaire de l’exposition « Nous réclamons l’aventure » , rassemblant des pièces réalisées par les diplômés pendant leur cursus et des oeuvres réalisées au sortir de l’école.

18:30 : Vernissage de l’exposition, Nous réclamons l’aventure.
Commissariat : Marianne Derrien
Exposition des diplômés 2014 et 2016 : Cyrille Courte, Perrine Delorme-Rivory, Chloé Gouzerh, Éva Houzard, Emmanuelle Hurault de Vibraye, Rachel Kelly, Maho Nakadai, Hélène Pires, Émily Pons, Fanny Roupnel, Sarah Serluppus, Julie Vayssier-Hidreau

>>>>> Samedi 4 mars 2017 <<<<<<<

10:00 – 18:00 (en continu)
Visites libres ou animées par les élèves, les professeurs et l’équipe administrative.

10:00
Discussion avec Marie-Haude Caraës, directrice de l’École supérieure des beaux-arts TALM-Tours, « Qu’est-ce qu’une école d’art ? »,

11:00
Visite de l’exposition Nous réclamons l’aventure , présentée et commentée par un élève diplômé.

Commissariat : Marianne Derrien
Exposition des diplômés 2014 et 2016 : Cyrille Courte, Perrine Delorme-Rivory, Chloé Gouzerh, Éva Houzard, Emmanuelle Hurault de Vibraye, Rachel Kelly, Maho Nakadai, Hélène Pires, Émily Pons, Fanny Roupnel, Sarah Serluppus, Julie Vayssier-Hidreau

14:00
Discussion avec Marie-Haude Caraës, directrice de l’École supérieure des beaux-arts TALM-Tours, « Qu’est-ce qu’une école d’art ? »

15:00
Visite de l’exposition Nous réclamons l’aventure, présentée et commentée par un élève diplômé.

17:00 – 18:00
Temps convivial et festif de clôture avec l’ Association-Ozart Esbatours l’ association étudiante de l’École supérieure des beaux-arts de Tours et ARSET – Association des Restaurateurs de Sculpture de l’École de Tours,

SESSION 2016 DU DNSEP-CR DE L’ESAA

SESSION 2016 DU DNSEP DE L’ESAA

option art mention conservation-restauration de biens culturels

Soutenances publiques

Mardi 28 Juin 2016

  9 h – 18 h

sur le site de Baigne-pieds et sous réserve de places disponibles.

En 2016, cinq candidates postulent à l’obtention du DNSEP, option art, mention conservation-restauration des biens culturels. Pour rappel, deux épreuves sanctionnent l’accès à ce diplôme national au grade de Master II. Il s’agissait, dans un premier temps, de soutenir le mémoire de recherche, le 21 Juin à huis clos, puis, dans un second temps, ce Mardi 28 Juin,d’exposer oralement le projet de conservation-restauration construit tout au long de cette dernière année e qui concerne un bien culturel.

L’inflation contemporaine du panorama des biens culturels a pour effet de questionner le champ d’application de la conservation-restauration. Pour cette discipline, la résolution de problèmes ne se restreint pas à la matérialité ni à la visibilité des artefacts qu’elle prend en charge. Elle engage le conservateur-restaurateur à ne pas tenir pour autonomes les choses qui lui sont confiées et à les envisager au regard de la pluralité des mondes et des modes d’existence dont elles témoignent.

Dans ces conditions, la commande institutionnelle de restaurer ne va pas de soi. Elle enjoint les conservateurs-restaurateurs à considérer au moins deux questions complémentaires.

D’une part, comment rendre compte des conditions d’activation et de réactivation des objets qui leur sont confiés, étant données les spécificités mêmes des institutions qui sont chargées d’en assurer la pérennité ?

Et, d’autre part, comment comprendre les prérogatives du conservateur-restaurateur et situer son intervention au contact des autres acteurs des mondes de l’art et du patrimoine ?

Les travaux réalisés cette année à l’École Supérieure d’Art d’Avignon illustrent et mettent en perspective la variété des situations où s’actualisent ces questions.

  • jupe monnaie 02Après un stage de plusieurs mois en Nouvelle-Calédonie, Marie BASTARD se propose d’envisager les conditions d’exposition de la collection de « jupes – monnaies » du Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle. Témoins des bouleversements culturels liés à la colonisation, à partir de la fin du 19ème siècle, ces objets à la fois vestimentaires et d’échanges matrimoniaux, ne sont plus confectionnés ni utilisés aujourd’hui. En sorte que la formulation d’une proposition de traitement non assujettie à une interprétation ethnocentrée de ces objets, requiert de rendre compte du point du point de vue Kanak aussi bien que du point de vue occidental.

    accords faisandés

  • Soucieuse de réfléchir au devenir des installations détenues par les FRAC, Gaëlle BAUDRY envisage les conditions de réactivation d’Accord faisandé, une oeuvre  réalisée en 2013 par l’artiste Anthony Duchêne. Conservée par le Frac de Provence-Alpes-Côte d’azur, cette oeuvre n’a plus jamais été exposée depuis son acquisition. Dès lors, comment donc fournir à l’institution les moyens de disposer cette installation dénuée de notice protocolaire, sans en trahir le sens et tout en se passant de l’intervention de son auteur ?

  • Where the slaves liveLa recherche de Coline BOURGOIN prend appui sur Where the slaves live, une oeuvre de l’artiste Adrian Villar Rojas, réalisée en 2014 pour la Fondation Vuitton où elle est désormais exposée. La matérialité particulière de cette création, pour partie composée d’êtres vivants, éprouve la façon dont le conservateur-restaurateur peut se saisir, notamment par le biais du constat d’état, d’une sculpture « vivante », et donc,  évolutive et impermanente.

    Monuments aux sapins morts

  • En réfléchissant aux solutions de stockage, de transport et de présentation adaptées à Monument aux sapins morts de l’artiste Rodolph Huguet, Elsa DECKER propose de considérer la pratique du soclage comme un prolongement de l’activité du conservateur-restaurateur. Dans cette perspective, envisager les conditions de réactivation et de préservation de cette oeuvre acquise en 2013 par le Frac de Franche – Comté, suppose  de recueillir au préalable les témoignages et la documentation qui permettront de saisir les propriétés et les références constitutives de ce « monument » d’une extrême fragilité.

    conservatoire d'anatomie

  • Enfin l’investissement de Timothée LECOUEDIC s’est porté sur une collection de spécimens tératologiques conservés en fluide au Conservatoire d’anatomie de la Faculté de médecine de Montpellier. La démarche qu’elle mobilise consiste tant à maintenir les solutions de conservation en fluide de ces restes humains qu’à valoriser et transmettre les objectifs scientifiques et pédagogiques aux fins desquelles cette collection a naguère été constituée.

   Chacune de ces recherches s’appuie sur une enquête approfondie de nature à la fois anthropologique et socio-historique, dont l’enjeu vise à identifier les propriétés tant sensibles que cognitives qui sont attribuées aux objets, afin de proposer les solutions de traitement les mieux ajustées à leurs singulatités. En mettant  l’accent sur la variété même des situations liées aux appréciations, passées, présentes et à venir des objets qui leur ont été confiés, les candidates tracent une voie tant méthodologique que déontologique. Son enjeu consiste à penser à nouveaux frais la conservation-restauration des collections d’art contemporain et ethnographiques.

Les travaux présentés n’auraient pu être réalisés sans la contribution de toute l’équipe administrative et technique de l’ESAA, ni sans l’accueil et la confiance réservés aux cinq étudiantes de l’ESAA par les institutions suivantes  (par ordre alphabétique)Conservatoire d’anatomie / Montpellier, Fondation Louis Vuitton / Paris, FRAC Franche-Comté / Besançon, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur / Marseille, Museum d’histoire naturelle / La Rochelle, et le Laboratoire de chimie appliquée à l’art, l’archéologie ainsi que la conservation-restauration des matériaux du Patrimoine Culturel (UMR IMBE CNRS 7263 IRD 237 / Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse).

Que leurs responsables et collaborateurs partenaires soient ici vivement remerciés.                                                             

Crédits : GS, MM / 06.16

_____________________

Le Philosophe Jean-Pierre COMETTI à l’ESAA

 jean-pierre-comettiMardi 12 Mai 2015

ESAA / Site de Baigne-Pieds

15h       Séminaire (public averti)

Conserver, restaurer: une approche philosophique contemporaine.      

Jean-Pierre COMETTI nous fait l’honneur et le grand plaisir de venir présenter son livre à paraître tel un bilan de son expérience d’enseignement et de réflexion durant trois ans au contact des étudiants conservateurs-restaurateurs en II° cycle de l’ESAA et de leurs objets d’étude, pour notamment dire ce que peut faire la philosophie à la conservation-restauration et vice versa.

18h15      Conférence (tout public)

Le retour de l’aura dans le champ artistique: économie de l’art et de la culture.

« Qu’est-ce à vrai dire que l’aura ? Une singulière trame d’espace et de temps : l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il. » C’est Walter Benjamin qui introduit le terme d’aura d’abord en 1931 dans son essai Petite histoire de la photographie  puis l’affine en 1935 dans L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique pour caractériser une unicité de l’oeuvre d’art hic et nunc qui s’inscrit dans l’histoire. Qu’en est-il de l’aura des oeuvres d’art aujourd’hui ? Ce concept qui référait selon son auteur à des rites magiques et plus tard religieux, n’est -t-il pas insidieusement réactivé pour sacraliser l’art contemporain à l’heure d’une prolifération de ses temples et grand-messes hyper médiatisées au premier bénéfice du capitalisme financier ? Dans quelle mesure la restauration et l’exposition participent-elles aux entreprises d’auratisation des oeuvres et des artistes, telle une véritable stratégie de mercatique à qui la critique semble avoir laissé le champ libre pour gonfler une bulle spéculative tout en perpétuant l’intimidation des masses ?

à lire aussi: J.-P. Cometti, Grammaires de l’exposition, in « Les expositions à l’ère de leur reproductibilité », Artpress 2 n° 36, Février / Mars / Avril 2015. 

http://seminesaa.hypotheses.org/3370

Officemanouche 2015
Officemanouche 2015

 

6°session du séminaire « art & artefactualité »

Daniel Fabre 01Daniel Fabre, anthropologue et ethnologue, sera à l’ESAA le Mardi 10 Mars prochain, dans le cadre de la 6° session du séminaire art et artefactualité animé par Gaspard Salatko et Marc Maire.

Crédits photos: Thierry Wendling

Plusieurs de ses thèmes de recherche concernent et intéressent au premier chef ceux du programme de M2 CR et des étudiants: le transfert de sacralité, les formes modernes du culte de l’artiste, l’anthropologie de l’art, de la monumentalité, les formes culturelles de la présence du passé, l’histoire européenne du regard ethnologique.