Archives de catégorie : Evénement

Le Philosophe Jean-Pierre COMETTI à l’ESAA

 jean-pierre-comettiMardi 12 Mai 2015

ESAA / Site de Baigne-Pieds

15h       Séminaire (public averti)

Conserver, restaurer: une approche philosophique contemporaine.      

Jean-Pierre COMETTI nous fait l’honneur et le grand plaisir de venir présenter son livre à paraître tel un bilan de son expérience d’enseignement et de réflexion durant trois ans au contact des étudiants conservateurs-restaurateurs en II° cycle de l’ESAA et de leurs objets d’étude, pour notamment dire ce que peut faire la philosophie à la conservation-restauration et vice versa.

18h15      Conférence (tout public)

Le retour de l’aura dans le champ artistique: économie de l’art et de la culture.

« Qu’est-ce à vrai dire que l’aura ? Une singulière trame d’espace et de temps : l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il. » C’est Walter Benjamin qui introduit le terme d’aura d’abord en 1931 dans son essai Petite histoire de la photographie  puis l’affine en 1935 dans L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique pour caractériser une unicité de l’oeuvre d’art hic et nunc qui s’inscrit dans l’histoire. Qu’en est-il de l’aura des oeuvres d’art aujourd’hui ? Ce concept qui référait selon son auteur à des rites magiques et plus tard religieux, n’est -t-il pas insidieusement réactivé pour sacraliser l’art contemporain à l’heure d’une prolifération de ses temples et grand-messes hyper médiatisées au premier bénéfice du capitalisme financier ? Dans quelle mesure la restauration et l’exposition participent-elles aux entreprises d’auratisation des oeuvres et des artistes, telle une véritable stratégie de mercatique à qui la critique semble avoir laissé le champ libre pour gonfler une bulle spéculative tout en perpétuant l’intimidation des masses ?

à lire aussi: J.-P. Cometti, Grammaires de l’exposition, in « Les expositions à l’ère de leur reproductibilité », Artpress 2 n° 36, Février / Mars / Avril 2015. 

http://seminesaa.hypotheses.org/3370

Officemanouche 2015
Officemanouche 2015

 

6°session du séminaire « art & artefactualité »

Daniel Fabre 01Daniel Fabre, anthropologue et ethnologue, sera à l’ESAA le Mardi 10 Mars prochain, dans le cadre de la 6° session du séminaire art et artefactualité animé par Gaspard Salatko et Marc Maire.

Crédits photos: Thierry Wendling

Plusieurs de ses thèmes de recherche concernent et intéressent au premier chef ceux du programme de M2 CR et des étudiants: le transfert de sacralité, les formes modernes du culte de l’artiste, l’anthropologie de l’art, de la monumentalité, les formes culturelles de la présence du passé, l’histoire européenne du regard ethnologique.

Présentation de leurs travaux de recherche en cours par les étudiants de M2 CR

Sous la houlette de Gaspard SALATKO, coordinateur, avec le concours de Stéphanie ELARBI et Marc MAIRE,

 Mardi 10 Janvier 2015   dans l’amphithéâtre de l’école d’art et à partir de 9 h, les étudiants de M2 Cr présenteront à tour de rôle et en temps limité, l’état de leur recherche en cours devant donner lieu à un mémoire soutenu en Juin 2015 lors de l’épreuve du DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option art, Mention conservation-restauration). Les directeurs individuels de projet et de mémoire sont invités à cet événement qui sera ouvert au public.

Concrètement, il s’agit d’offrir aux candidats au diplôme, la possibilité d’un entraînement à la parole publique, et aux auditeurs, un accès aux problématiques affrontées. Chaque orateur proposera une présentation de son projet de recherche d’une durée de 15 minutes suivie d’un temps de discussion de 15 à 20 minutes. Outre la possibilité de faire connaître leur projet, chacun pourra ainsi bénéficier à mi-parcours de l’année scolaire, des remarques et des retours qui lui seront formulés.

___________________________________

Programme

9H-9H40 : Emmanuelle Fau

9H40-10H20 : Laetita Dufour

Pause

10H40-11H20 : Seungmin Lee

11H20-12H : Léa Stroppolo

Pause déjeuner

14H00-14H40 : Fréderic Boutié

14H40-15H20 : Mathilde Chassagneux

15H20-16H : Juliette Dirat

Etudiants de M2 CR et rercherches en cours

• Frédéric BOUTIE , http://seminesaa.hypotheses.org/2264

• Mathilde CHASSAGNEUX, http://seminesaa.hypotheses.org/2801

• Juliette DIRAT, (en cours d’édition)

• Laetitia DUFOUR, (en cours d’édition)

• Emmanuelle FAU, http://seminesaa.hypotheses.org/2120

• Seungmin LEE,  http://seminesaa.hypotheses.org/1802

• Léa STROPPOLO, http://seminesaa.hypotheses.org/1439

__________________________________________

 

Rappel: Michel Giroud dit « Le coyote » à Avignon les 06 et 07 Février 2015

 

Voir l’annonce précédente  ICI 

Implication de l’ESAA dans le projet HAS-Vaucluse / Tri postal

Pour en savoir plus  cliquer ICI 

La participation de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) au projet « HAS-TRI POSTAL » s’inscrit dans une nouvelle dynamique impulsée conjointement par Catherine Bugeon, Adjointe au Maire d’Avignon pour la culture, Présidente du Conseil d’Administration de l’EPCC-ESAA, et Dominique Boulard, directrice de l’établissement.

En effet et outre sa mission première d’enseignement supérieur, l’ESAA vise désormais à occuper une place visible et productive dans la cité, au carrefour d’enjeux d’aujourd’hui aussi bien culturels que sociétaux, concernant autant les étudiants, les praticiens amateurs, les enseignants que les citoyens de tous âges et de toutes conditions.

Pour ce faire et dès la rentrée 2014, l’ESAA a resserré des liens de partenariat avec plusieurs structures avignonnaises, dont HAS-Vaucluse et son projet d’investissement de l’ancien tri postal d’Avignon-centre. La venue prochaine de l’artiste, historien et critique d’art contemporain Michel Giroud pour une conférence face aux étudiants, le Vendredi 06 Février, est l’occasion de concrétiser ce maillage dès le lendemain, par son prolongement au tri postal, sous forme cette fois d’une rencontre avec tous les invités de CASA/HAS.

 Vendredi 06 Février à 14 h 

« Quels musées pour demain ? »

Conférence et débat  avec Michel Giroud dans l’amphithéâtre de l’ESAA, de 14 à 17 h.  

   Tout public  

Face au public de l’ESAA et avec sa participation, Michel Giroud propose d’évoquer les projets de « musées » au destin tantôt ambigü, paradoxal ou contradictoire, conçus par des artistes tels que Joseph Beuys (1921-1986), Marcel Broodthaers (1924-1976), Robert Filliou (1926-1987), Wolf Vostell (1932-1998), représentants des quatre positions majeures énoncées et expérimentées durant les années soixante à quatre-vingt.

Puis Michel Giroud voudrait relater des expériences contemporaines, telle celle du Sudio Eliasson de Berlin où se côtoient en permanence une trentaine de personnes aux nationalités et compétences diverses: des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art et des philosophes. Les architectes constituent la majorité de cette équipe à la fois pluridisciplinaire, interdisciplinaire, et transdisciplinaire. D’autres personnalités interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle comme le philosophe Paul Virilio et le philosophe des sciences Bruno Latour. Face à l’incapacité de mutation des modèles du musée et de l’école d’art, cette dynamique berlinoise fut déjà imaginée et expérimentée par Wolf Vostell dès 1967 sous la forme de son académie idéale.

Enfin, Michel Giroud présentera son propre parcours dont son récent livre Le musée des muses à musées rend aussi compte à sa manière, dans la perspective d’initier pour la première fois en France, un projet d’ école d’art comme interface notamment entre atelier d’enfants (art à l’ESAA et écologie au Lac de Saint-Chamand), adultes-apprenants, et laissés-pour-compte (HAS), tous en quête de (re-)socialisation autour d’intérêts communs supérieurs sur la planète terre, devant s’envisager sur un plan doublement localisé et mondialisé.

Marc Maire, Janvier 2015.

 Samedi 07 Février de 14 à 17 h 

Rencontre avec Michel Giroud au tri postal.

tri postal 01

La rencontre dès le matin entre Michel Giroud, les partenaires du projet HAS-Tri postal et le public, est destinée à étudier les conditions de possibilité de la réalisation d’un projet expérimental « art et société » pour la transformation de notre vie quotidienne. Comment passer d’une économie de la domination, de l’exploitation, de la soumission, à une économie poïétique (Robert Filliou) de transformation permanente (imagination et intuition), comme selon les principes élaborés par Joseph Beuys, de « sculpture sociale » et de défense de la nature ? Envisager avec la participation du méta atelier de Jean-Paul Thibeau, des étudiants de l’ESAA et Marc Maire, le GEM, PEROU, NAC, ainsi que le Laboratoire Orchestra de Michel Giroud, une autre manière d’envisager l’art comme une boite à outil pour transformer de manière ludique (selon Fourier et Filliou) notre condition sociale et spirituelle.

Avec pour enjeu la restauration de l’individu réduit à un rôle économique de consommateur et de spectateur, vers une activité humaine solidaire, fondée sur l’échange dans un nouveau cadre social, culturel et spirituel, non plus  dominé par la rentabilité, l’exploitation forcenée, et la destruction des ressources naturelles, environnementales et humaines (économie mondiale actuelle), mais orientée vers un « autre monde », un écosystème d’échanges réciproques, où l’individu, « pieds nus sur la terre » est considéré comme une richesse imaginative, comme une source et une ressource, pour transformer à une petite échelle, son milieu. Un tel projet impliquant l’école d’art, les partenaires de HAS-Vaucluse, la Municipalité et le Conseil Général, s’inscrit dans le cadre général d’une écologie responsable (coopérative, permaculture, échanges de voisinages, nouvelles expériences sociales, culturelles et spirituelles, etc.). L’art actuel dans sa dimension ludique et spirituelle (Beuys, Filliou et cie) est un outil fondamental de transformation où sont pris en compte tout autant les enfants, les adultes, les chômeurs, les marginaux et les laissés pour compte. L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon avec son programme de recherche en conservation-restauration, ses ateliers d’enfants et son activité envers les adultes amateurs, souhaite être un partenaire primordial du projet Tri  postal.

Michel Giroud, Janvier 2015

Ps : pour creuser la réflexion … le DIF et les nouveaux droits culturels – cf. Déclaration de Fribourg.

 

Michel Giroud dit le « coyote » à l’ESAA le 06 Février 2015

Michel Giroud

Rencontre exceptionnelle de 14 à 17 h.

  Invité  Michel GIROUD, artiste, historien et critique d’art contemporain, directeur éditorial aux Presses du Réel, enseignant itinérant.

Lieu      ESAA / Baigne-pieds              Date     06 Février 2015             Public        ESAA et extérieur.

Thème 

Depuis la tenue en France du premier colloque sur la conservation-restauration de l’art contemporain en 1992, les problématiques qui le concernent ont donné lieu à moult réflexions, rencontres et publications partout en Europe comme outre Atlantique. En effet, les lieux et modalités d’intégration, de conservation et de transmission au sein de l’institution muséale selon sa mission, exigent aujourd’hui de la conservation-restauration qu’elle soit en mesure de résoudre le paradoxe de l’impératif de pérennisation d’objets dépourvus initialement de marque d’intention de leur durabilité, comme de conformation matérielle pour en attester. La restauration n’est-elle pas alors une véritable gageure, quand elle vise à perpétuer des artefacts de nature périssables sous prétexte de leur patrimonialisation ? Tandis que la conservation-restauration s’évertue à s’adapter au changement de paradigmes, et de l’art et de l’oeuvre d’art, celui du musée ne semble pas vouloir être envisagé à l’aune de la rupture produite par les avant-gardes.

Face au public et avec sa participation, Michel Giroud propose d’évoquer les projets de « musées » au destin tantôt ambigü, paradoxal ou contradictoire, conçus par des artistes tels Joseph Beuys (1921-1986), Marcel Broodthaers (1924-1976), Robert Filliou (1926-1987), Wolf Vostell (1932-1998), représentants des quatre positions majeures énoncées et expérimentées durant les années soixante à quatre-vingt.

Puis Michel Giroud voudrait relater des expériences contemporaines, telle celle du Sudio Eliasson de Berlin, où se côtoient en permanence une trentaine de personnes, aux nationalités et compétences diverses: des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art et des philosophes. Les architectes constituent la majorité de cette équipe à la fois pluri-, inter-, et trans- disciplinaire, voire indisciplinaire. D’autres personnalités interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle comme le philosophe Paul Virilio et le philosophe des sciences Bruno Latour. Cette dynamique berlinoise fut déjà imaginée et expérimentée par Wolf Vostell dès 1967 sous la forme de son académie idéale, face à l’incapacité de mutation des modèles du musée et de l’école d’art.

Enfin, Michel Giroud présentera son propre parcours dont son récent livre Le musée des muses à musées rend aussi compte à sa manière, dans la perspective d’initier pour la première fois en France, un projet d’ école d’art comme interface notamment entre atelier d’enfants (art à l’ESAA et école verte au Lac de Saint-Chamand), adultes-apprenants, et laissés-pour-compte (Tri postal), tous en quête de (re-)socialisation autour d’intérêts communs supérieurs sur la planète terre, devant s’envisager sur un plan doublement localisé et mondialisé.

La venue de Michel Giroud à Avignon se prolongera le lendemain Samedi 07 Février 2015 au Tri Postal, par une rencontre avec les partenaires du projet Poste restante, dont Monsieur le Préfet de Vaucluse, des représentants de la Ville d’Avignon, NAC, PEROU, et le public invité.

Implication de l’ESAA dans le projet HAS-Vaucluse / Tri postal

La participation de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) au projet « HAS-TRI POSTAL » s’inscrit dans une nouvelle dynamique impulsée à la fois par Catherine Bugeon, Adjointe au Maire d’Avignon pour la culture, Présidente du Conseil d’Administration de l’EPCC-ESAA, et Dominique Boulard, directrice de l’établissement.

En effet et outre sa mission première d’enseignement supérieur, l’ESAA vise désormais à occuper une place visible et productive dans la cité, au carrefour d’enjeux d’aujourd’hui aussi bien culturels que sociétaux, concernant autant les étudiants, les praticiens amateurs, les enseignants que les citoyens de tous âges et de toutes conditions.

Pour ce faire et dès la rentrée 2014, l’ESAA a resserré des liens de partenariat avec plusieurs structures avignonnaises, dont HAS-Vaucluse et son projet d’investissement de l’ancien tri postal d’Avignon-centre. La venue prochaine de l’artiste, historien et critique d’art contemporain Michel Giroud pour une conférence face aux étudiants, le Vendredi 06 Février, est l’occasion de concrétiser ce maillage dès le lendemain, par son prolongement au tri postal, sous forme cette fois d’une rencontre avec tous les invités de CASA/HAS.

 M. Maire, avec le concours de M. Giroud, Nov.2014

En complément:   ICI

Copyright Montessuis
Michel Giroud dans le même costume « cubiste » que celui d’Hugo Ball  récitant son poème ‘Karawane » présenté au Cabaret Voltaire de Zürich en 1916. Copyright Montessuis.

Le musée des confluences ouvre ses portes le 20 décembre !

musée des confluences

Le musée des Confluences ouvre le 20 décembre
Grâce à une collection faite de curiosités infinies, le musée des Confluences propose un voyage inédit à travers le temps et les continents. Les origines de l’humanité, la place de l’Homme dans la chaîne du vivant, la structuration des sociétés mais aussi les visions vers l’au-delà sont les grands thèmes abordés par les expositions permanentes, comme autant d’invitations à observer le monde.

Ouverture le 20 décembre 2014 !

EXHIBIT B présentée au Festival d’Avignon en 2013, revient en France … après avoir été censurée en Grande Bretagne.

EXHIBIT B - BRETT BAILEY

 A voir   ici 
  • EXHIBIT B – BRETT BAILEY    au   « 104 »

  • du  07/12/2014  au  14/12/2014
  • LE  CENTQUATRE         5, RUE CURIAL,     75 019 – PARIS  19°
  • durée : 20 minutes par séance
  •  07 et 14 décembre / séances de 16h à 19h40 
  •  09 décembre / séances de 19h à 22h20
  •  10 et 13 décembre / séances de 17h à 22h20
  •  11 décembre / séances de 19h à 21h40

Exhibit B de Brett Bailey :

Le metteur en scène sud-africain (blanc) Brett Bailey a entendu le sanglot de l’homme noir. Il en a pointé la cause dans la barbarie colonialiste et a accumulé les pièces à conviction (exhibit B., en anglais de police) témoignant des crimes commis à son encontre. Pour que nul ne prétende les ignorer, il les expose (exhibit, en anglais de spectacle), assemblés en un parcours, de douze installations vivantes, renversant la problématique des «zoos humains» qui faisaient »orès encore au siècle dernier. Les  hommes et les femmes africaines exposés dans l’environnement du crime ne sont pas traités en objets, mais bien en sujets. Ils ne se laissent regarder qu’à travers leur propre regard. Ils nous interpellent muettement, nous remettent à notre place, quelle que soit notre bonne volonté, du côté des pièces à conviction. Comme au théâtre, un quatrième «mur» interdit tout franchissement, toute réconciliation. Les cartels ne présentent pas les données d’une oeuvre, mais documentent des moments du génocide colonial, détaillent les pillages du continent, les actes de barbarie, une litanie d’horreurs qui continue jusque dans le traitement réservé aux sans-papiers. Aussi lointaine qu’elle puisse paraître, la souffrance des victimes ne cesse pas d’irriguer les vivants, en Afrique, en Amérique, en Europe aussi. Exhibit B, présentée l’an dernier à guichets fermés, est une «méditation sur le racisme», dit Brett Bailey.
C’est plus encore. Le martyre d’un continent suscite un tremblement d’effroi et de colère, et ne s’apaise que dans le chant proprement miraculeux des voix pures qui ont résisté à l’anéantissement.

Né en Afrique du Sud en 1967, Brett Bailey a connu le système de l’apartheid. Devenu auteur dramatique, metteur en scène et scénographe, il fonde une compagnie, Third World Bunlight, il y a près de dix-sept ans. À travers des formes artistiques variées (installations, performances, pièces de théâtre, opéras ou spectacles musicaux), son œuvre interroge sans relâche les dynamiques du monde postcolonial et les relations de pouvoir et d’assujettissement qui perdurent entre l’Occident et le continent africain. (origine du texte )

• EXHIBIT B – BRETT BAILEY au théâtre Gérard Philipe

• du  27/11/2014  au  30/11/2014

• TGP  59,    boulevard Jules-Guesde,     93 207 Saint-Denis Cedex

• jeudi 27 et vendredi 28 novembre de 19 h à 22 h
• samedi 29 novembre de 18 h 30 à 22 h
• dimanche 30 novembre de 15 h à 18 h 30. 

Entrée toutes les vingt minutes – Salles Jean-Marie Serreau, Le Terrier et les espaces attenants.

Tél. +33 (0)1 48 13 70 00
formulaire de contact >

Exhibit B est une installation-performance de l’artiste sud-africain Brett Bailey, centrée sur l’histoire occultée du racisme et les rapports de pouvoir complexes entre Europe et Afrique de la fin du XVIIIe siècle à nos jours.

« Exhibit » comme « exhibition » bien sûr, mais aussi pour ce que le terme signifie littéralement : « pièce à conviction ». Série de tableaux vivants évoquant, pour mieux les critiquer, le modèle des zoos humains, l’ensemble fait écho aux expositions ethnographiques et au racisme scientifique qui ont proliféré dès les années 1850 dans les pays colonialistes. Par un voyage dans le temps, Brett Bailey convoque les atrocités commises en Afrique et interroge les politiques actuelles envers les immigrés africains en Europe. Cette  proposition d’une grande force plastique et politique est une expérience déroutante et rare pour le spectateur, questionnant son statut même. Au plus près d’une reconstitution des faits historiques, des sentiments puissants surgissent devant ce qui d’habitude est relaté dans les livres scolaires.

Ici, aucun objet n’instaure de distance entre celui qui contemple et celui qui est contemplé. C’est, en son principe, le regard posé sur l’altérité qui est réexaminé.

Pour cette série au TGP, Brett Bailey a recruté sept performeurs habitants l’Île-de-France.

Avec la collaboration de   logo La Cimade

Conférence de presse de Brett Bailey, Festival d’Avignon 2013

Présentation d’Exhibit B , Festival d’Avignon 2013

Presse critique

Un III° cycle pour la discipline de la conservation-restauration (enfin !) en France .

L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon initie le premier III° cycle en France pour la discipline de la conservation-restauration de biens culturels, permettant de postuler au Diplôme Supérieur de la Recherche en Art, mention c-r, très prochainement agréé par le Ministère de la Culture et de la Communication. Ce diplôme susceptible  d’obtenir à terme le grade de Doctorat, à l’instar du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique doté de celui de Master depuis 2011, pourra être décerné à des étudiants-chercheurs en école supérieure d’art après un cycle de recherche de trois ans.

APPEL A CANDIDATURE AU DSRA mention CR (3e cycle) de l’ESAA  : 2 places ouvertes pour 2014-15 
Description du DSRA de l’ESAA
L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) met en place à la rentrée 2014 un Diplôme Supérieur de Recherche en Art (DSRA).
1. Qu’est-ce que le DSRA ?
Le DSRA est un diplôme d’établissement de troisième cycle, reconnu par le Ministère de la Culture et de la Communication.
Il se déroule sur 3 ans avec possibilité d’extension sur 1 ou 2 années (après accord du Conseil de la Recherche de l’ESAA, institué à la rentrée 2014-15).
Le DSRA de l’ESAA comporte trois mentions :
– Création (2 places)
– Conservation-Restauration (2 places)
– Préservation et archéologie des arts médiatiques et numériques (2 places)
 Statut des étudiants-chercheurs
Les étudiants bénéficient d’un statut d’étudiants-chercheurs, d’un espace de travail et d’un ensemble de ressources pour développer leur travail. Ils sont obligatoirement rattachés à l’une des trois unités de recherche de l’ESAA et profitent de son activité continue, de son réseau, de ses partenaires, mais aussi des capacités techniques de la structure de production qu’est l’ESAA.
Pour financer leur recherche, dans le cadre de ce DSRA, les étudiants-chercheurs reçoivent une allocation annuelle de recherche (2000,- €), et pourront bénéficier, selon leur situation et aptitudes, d’une rémunération mensuelle en contrepartie d’une activité de tutorat ou de monitorat à destination d’étudiants ou autre(s) public(s) au sein de l’ESAA.
Les étudiants-chercheurs peuvent être inscrits dans le 3ème cycle d’un autre établissement d’enseignement supérieur partenaire.
Modalités de la recherche
Inscrits pendant trois ans, les étudiants-chercheurs sont placés sous la responsabilité d’un directeur de recherche rattaché à l’une des trois unités de recherche de l’école, afin de déployer un projet de recherche dans le respect des méthodologies et pratiques propres à chaque unité de recherche mais dont le contenu est propre à l’étudiant-chercheur.
Ils participent activement aux actions des unités de recherche (séminaire, publications, expositions, actions, conférences, colloques…) ainsi qu’aux actions transversales du troisième cycle.
Le projet de recherche prend des formes différentes selon les mentions.
Concernant la mention « conservation-restauration, le format demandé est une thèse de 100 à 175 pages qui donnera lieu à une soutenance devant un jury composé d’au moins trois membres extérieurs à l’unité et du directeur de recherche.
Description de l’ Unité Interdisciplinaire de Recherche pour la mention conservation-restauration, « Art et Artefactualité ».
Cette  unité   prépare  au  DSRA  mention  conservation-restauration
Equipe :  Stéphanie Elarbi,  conservatrice-restauratrice, Line Herbert-Arnaud, historienne de l’art, Pierre Lagrange,  socio-anthropologue, Marc Maire, conservateur-restaurateur (responsable), Gaspard Salatko, ethno-anthropologue, Cathy Viellescazes, chimiste.

Cette unité de recherche prépare au DSRA mention Conservation-Restauration . Ce troisième cycle s’adresse à des conservateurs-restaurateurs confirmés comme à de jeunes diplômés désireux de soutenir une thèse dans le premier laboratoire français de leur discipline.

Méthodologie de la recherche

À l’instar des démarches du conservateur-restaurateur pour constituer et affiner son arsenal technique et technologique, telles qu’elles se sont développées depuis le début de sa professionnalisation de son activité au XVIII° siècle, ce cycle de formation est ouvert à une pluralité de voies destinées à promouvoir la réflexion analytique, épistémologique et métacritique sur la conservation-restauration, au croisement d’autres disciplines impliquées elles aussi dans la préservation et la transmission des biens culturels.

L’ examen des  usages, comportements et concepts qui réclame une enquête à la fois documentaire et de terrain, est destiné à nourrir une réflexion de caractère interdisciplinaire, qui vise à proposer ou modifier des applications concrètes en conservation-restauration sur les lieux de son exercice,

L’inspiration comparatiste et métacritique, l’expérimentation méthodologique comme de concepts en usage dans la philosophie et l’histoire de l’art, l’ esthétique, l’anthropologie ou l’ archéologie et plus généralement dans les sciences humaines et sociales, doivent être ici au cœur des perspectives et des méthodes mobilisées en faveur d’une telle recherche.

• Sujet de thèse

Le projet de recherche s’élabore par la précision et l’énonciation d’une hypothèse à vérifier. La recherche débute donc par la constitution d’une bibliographie, puis de fiches bibliographiques et analytiques de nature à faire des réflexions, des thèmes ou sujets d’étude d’auteurs,   la source d’une hypothèse et le sujet de la thèse.

• Méthodes

Puis la description et l’analyse réflexive contribuent à rendre compte d’un état des lieux, en reposant autant sur les façons d’observer des situations réelles formant un corpus d’exemples choisis à dessein, les faits et relations qui s’y rapportent, que sur l’utilisation d’un langage analytique permettant une explicitation efficiente.

Dans la dernière phase du processus de recherche, il s’agit de présenter le travail d’analyse sous ses différentes formes, à la fois quant à ses méthodes et dans ses dimensions à la fois théoriques et pratiques. Par méthode, on entend l’ensemble des moyens et procédures spécifiques mobilisés au cours de la recherche. C’est à la démarche analytique qu’il appartient d’en évaluer l’utilisation et le rendement.

NB : À la différence de celle du chercheur en création artistique, l’analyse et l’interprétation des exemples choisis, entendent se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects et de l’émotion individuelle.

• Les candidats au DSRA doivent être titulaires d’un diplôme de deuxième cycle (DNSEP ou Master 2).
Il est important de bien prendre connaissance des pré-requis demandés par l’unité de recherche souhaitée avant de s’y engager. (cf. Programme de recherche , dans la rubrique PUBLICATIONS / Articles du présent carnet de recherches)
• Les candidats doivent s’inscrire obligatoirement dans une unité de recherche et son programme. Leur projet de recherche doit être cohérent avec les axes de ces programmes.
Pièces nécessaires pour faire acte de candidature (par envoi postal) :
* Le projet de recherche de deux ou trois pages maximum. Il expose la motivation de l’étudiant, la pertinence et la nouveauté de sa recherche, au regard aussi des axes de l’unité de recherche qu’il souhaite rejoindre. Il souligne ce qui dans ses études, ses expériences et ses recherches personnelles prédispose l’étudiant à suivre ce troisième cycle.
Concernant la mention « Conservation-Restauration » le projet de recherche prend la forme d’un projet de thèse, c’est-à-dire qu’il doit présenter le sujet de recherche ou des éléments de sa délimitation, du plan et des méthodes de travail. Il est également demandé une bibliographie de référence fondatrice du projet de thèse, et les travaux d’auteurs qui peuvent lui servir de base.
* Un CV succinct d’une page environ, présentant le parcours dans l’enseignement supérieur et professionnel. Si le candidat est en train de passer son diplôme (DNSEP ou équivalent Master 2) au moment de sa candidature, il doit transmettre une attestation de scolarité qui mentionne sa formation en cours et son niveau. Si sa candidature est retenue, son inscription ne sera définitivement confirmée que s’il a obtenu son diplôme. Il devra alors transmettre la copie de son diplôme.
* Une enveloppe affranchie, de format adéquat aux documents présentés, pour retour des dossiers des candidats non retenus. Sont considérés comme documentation les ouvrages, vidéos, supports numériques et autres supports visuels réunis pour illustrer ou référencer le dossier. Les autres éléments du dossier ne sont pas retournés (lettres, CV, projet personnel…). Préciser les documents à renvoyer à une adresse mise en évidence. Les candidats peuvent également venir récupérer leur dossier à l’issue de la sélection et ce
avant le 15 décembre de l’année de l’envoi, sur demande à l’ESAA.
* Le dossier complet et une lettre de candidature spécifiant le programme et l’unité de recherche souhaités doivent être adressés à la directrice d’établissement à l’adresse suivante :
ESAA – III° cycle, 500 Chemin de Baigne- Pieds,
84000 Avignon
Examen des candidatures
Les unités de recherches réunies collégialement au sein du Conseil de la Recherche étudient les demandes et établissent une liste courte. Les candidats pré-sélectionnés sont ensuite invités à présenter leur projet pendant 20 mn devant une commission d’admission à l’ESAA ou à distance (par Skype – dans ce cas mentionner l’adresse Skype dans le CV).
La commission arrêtera la liste définitive des admis.
Les inscriptions administratives ont lieu chaque année entre le 1er septembre et le 15 décembre.
Calendrier :
Date limite de réception des dossiers : 5 septembre 2014.
Entretiens les 16 et 17 septembre 2014.
Résultats de la commission : le 19 septembre 2014.
Début de la formation : dès le 13 octobre 2014 (il est possible de débuter la formation plus tardivement, jusqu’au 15 décembre).

SOUTENANCES pour le DNSEP C-R : promotion 2014

Soutenances pour le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, option art, mention conservation-restauration, les 10, 11 (mémoire) , 26 et 27 ( oral) Juin 2014.

    Cette année, douze candidat(e)s postulent au DNSEP / option art mention conservation-restauration de biens culturels, en présentant des travaux d’étude, de recherche et de réalisation variés, fidèles aux orientations identitaires du cursus de l’ESAA, qui privilégient les champs de l’art contemporain et des objets ethnographiques.

   Depuis les ready-made de Marcel Duchamp, l’approche critique de nombreuses productions contemporaines exige qu’une attention soit portée à leurs conditions contextuelles de fonctionnement et d’usage. Les modalités d’activation et d’interaction qui en font partie obligent à en reconsidérer l’ontologie et posent à nouveaux frais la question de l’oeuvre. En outre, la valorisation patrimoniale a trop souvent pour effet de dépouiller les artefacts qui en sont l’objet de leur dimension culturelle variable au profit d’une vision exclusive.

Cette donne oblige le conservateur-restaurateur à se tourner vers des disciplines et des champs de recherche spécifiques, au croisement des sciences sociales et de la conservation-restauration. Au delà de la seule considération matérielle d’un artefact patrimonialisé et/ou muséalisé, le caractère prospectif du travail mené en M2 C-R à l’ESAA, consiste résolument en une analyse de ses conditions de fonctionnalités originelles, transitoires, actuelles et futures, associée à une description de propriétés dans un contexte d’action et de compréhension donné permettant d’en concevoir l’identité et l’existence. 

  Comment la conservation-restauration parvient-elle à éviter l’écueil de la réification en proposant des solutions adossées à une expérience des biens culturels de nature à la fois plus cognitive et pragmatique ? Les travaux réalisés cette année donnent à cette question toute sa portée; ils lui apportent également et diversement une contribution appréciable.  

 Caroline SALQUE et Eva BIENVENU ont abordé les enjeux de la conservation-restauration de créations vestimentaires appartenant à des collections publiques et privées, sans se limiter à la seule considération de leurs matérialité et technicité, en intégrant à la réflexion critique leur relation au corps désormais absent.

 C’est aux questions que posent la re-création et la maintenance d’une oeuvre historique du Land art, qu’Amélie LORENZI a voulu répondre dans le contexte particulier d’un campus universitaire d’Avignon.

 Après un stage déterminant au Museum d’histoire naturelle, Cassandre DASSONNEVILLE s’est penchée sur les problèmes de types différents posés par la conservation d’une oeuvre d’art contemporain dont les éléments principaux sont constitués de naturalia à la fois collectés et produits par l’artiste.

 L’incidence, pour un musée public, de la conservation-restauration de trois figures animales en mortier de ciment polychrome, résiduelles d’un éden chimérique d’art brut en extérieur aujourd’hui dispersé, fut au centre  du questionnement de Mélanie PAUL-HAZARD.

• Agathe REVERT a dû se plonger dans le domaine de l’automobile afin de proposer des traitements à l’endroit d’ une production technologique artialisée.

 Le destin d’une peinture murale contemporaine relevant du street art, objet à la fois de dégradations et d’intrusions graphiques, a servi de point de départ au travail mené par Lucile MATTHEY en vue de suggestions conservatoires.

 Mylène BONNARDEL, Héléna BÜLOW et Thiphaine VIALLE se sont préoccupées d’oeuvres d’art contemporain constituées de dispositifs d’éléments matériels hétéroclites posant des problèmes de fonctionnement à la fois technique, sémantique et artistique.

 À partir seulement d’une sélection de ses composants, Rémy GEINDREAU s’est intéressé à l’indétermination esthétique et au devenir d’un instrument scientifique monumental désuet, pour envisager les conditions de sa réception par un public élargi.

 Enfin, Laura GIRAUD s’est très courageusement confrontée au problème ingrat de la conservation d’une production confidentielle de poésie sonore initialement communiquée par voie postale, dans une perspective de diffusion patrimoniale vers le plus grand nombre.

 Defense for DNSEP option art, mention conservation : 2014 candidates.

There are twelve candidates for obtaining this year the DNSEP / mention conservation of cultural property, presenting varied works of study, research and production, in accordance with the ESAA training cursus identity and its special attention to the fields of contemporary art and ethnographic objects.

Since Marcel Duchamp and his readymades, the critical approach of many contemporary productions requires to pay attention to their contextual conditions of functioning and use. The various ways of activation and interaction that are involved in these conditions lead to reconceive their ontology and the very question of the “artwork” as such. In addition, the cultural property valuing has the effect of depriving the artifacts that are concerned of their variable cultural dimension in favor of an exclusive vision.

This situation obliges the conservator to take into account the necessary contribution of special fields of inquiry at the cross road of social sciences and conservation. Beyond the only material consideration of an Heritage artifact, the prospective nature of the work carried out in M2 opens onto an investigation of the conditions of its original, transitory, actual and future features, as they participate of its identity and its existence.

How to avoid the pitfalls of reification by providing solutions in relation with an experience of the cultural property both more cognitive and pragmatic ? The works of this year give to such a question its full scope by giving it a meaningful contribution.

 Caroline SALQUE and Eva BIENVENU address the issues of conservation- restoration with dress creations belonging to public and private collections, beyond their materiality and technicality, and in incorporating their relation to body, so oft unfortunately absent in critical thinking.

The questions posed by the re-creation and maintenance of a historical work of land art are at the center of Amélie LORENZI’s research and her approach of a Nancy Holt’s work in a particular universitary campus Avignon context.

 After a determinant internship in Museum of Natural History, Cassandre DASSONNEVILLE focuses on the problems posed by different types of retaining a contemporary work of art whose main elements are both naturalia produced by the artist and collected.

 The impact of conservation for a public museum, of  three animals in polychrome cement mortar , issued of an outdoor chimerical eden  belonging to art brut and now scattered, is at the center of Melanie PAUL HAZARD’s investigation.

 Agathe REVERT was obliged to delve into the field of automobile to provide treatment for an artistical technological production.

 The fate of a contemporary mural belonging to the street art, undergoing of both premature degradations and graphical intrusions, served as a starting point to Lucile MATTHEY’s precautionary suggestions-oriented work .

Mylène BONNARDEL, Helena BÜLOW and Thiphaine VIALLE were concerned with contemporary art consisting in various devices composed of heterogeneous hardware, related to both technical, semantic and artistic operational problems.

 From only a selection of its components , Rémy GEINDREAU became interested in the aesthetic and future indeterminacy an obsolete monumental scientific instrument in order to consider the conditions of its reception from a wider audience.

Finally, Laura GIRAUD has courageously faced the ungrateful problem of conservation of a limited production of sound poetry originally shared by postal means, from the perspective of diffusion to a larger public.

ESAA / J-P. Cometti & M. Maire / 04.2014

De gauche à droite et de haut en bas : Laura Giraud, Eva Bienvenu, Cassandre Dassonneville, Lucile Matthey, Amélie Lorenzi, Mylène Bonnardel, Héléna Bülow, Caroline Salque, Mélanie Paul-Hazard, Tiphaine Vialle, Agathe Revert, Rémy Geindreau
De gauche à droite et de haut en bas : Laura Giraud, Eva Bienvenu, Cassandre Dassonneville, Lucile Matthey, Amélie Lorenzi, Mylène Bonnardel, Héléna Bülow, Caroline Salque, Mélanie Paul-Hazard, Tiphaine Vialle, Agathe Revert, Rémy Geindreau

 

 

 

Retour de stages et présentation des projets de recherche 2013-14

 

Session de présentation des stages et des projets de recherches 2013-14

Jeudi 10 Octobre de 9 h 00 à 17 h 30

                          Auditorium de l’ESAA

————————–

Programme:

9h20-9h40  Eva BIENVENU / collection de maillots de bain

9h40-10h Questions / discussion

10h-10h20  Mylène BONNARDEL / oeuvre de Boltanski

10H20-10h40 Questions / discussion

10h40-11h  Héléna BÜLOW / oeuvre Fluxus

11h-11h20 Questions / discussion

11h20-11h40  Cassandre DASSONNEVILLE / oeuvre d’Annette Messager

11h40-12h00 Questions / discussion

12h-12h20  Rémy GEINDREAU / Accélérateur Cockroft-Walton

12h20-12h 40 Questions / discussion 

12h40-14h   P A U S E   D E J E U N E R

14h-14h20  Lucille MATTHEY / oeuvre du Street  Art

14h20-14h40 Questions / discussion

14h40-15h  Mélanie PAUL-HAZARD / oeuvre d’art brut

15h-15h20 Questions / discussion

 15h20-15h40  Agathe REVERT / Concept Automobile 

 15h40-16h Questions / discussion

16h-16h20  Caroline SALQUE / Costume de scène

 16h20-16h40 Questions / discussion

16h40-17h  Tiphaine VIALLE / Sweet Dream: oeuvre d’art interactive

17h-17h20 Questions / discussion

17h20  C L Ô T U R E