Archives de catégorie : Rencontre

Conférence des formations publiques à la CR

Vendredi 1er Juin, à l’invitation particulièrement généreuse de sa directrice, Marie-Haude Caraes, s’est réunie à l’ESBA de Tours la cinquième session de la Conférence des Formations Publiques à la CR, en présence  de Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine chargé par le MCC d’en piloter la tenue. Initialement composée exclusivement de représentants du Master CRBC de l’université Paris I / Sorbonne (Paris), de l’ESBA (Tours), de l’INP (Paris) et de l’ESAA (Avignon), la réunion comptait aussi et pour la première fois, des délégués d’associations étudiantes et professionnelles: FFCR, ARAAFU, ARSET,  et AEAE-INP Seule manquait Fil à Fil, sa délégation ayant été empêchée.

Les discussions ont porté sur l’adoption d’un nouveau titre pour celles et ceux qui exercent la conservation-restauration, puisque le syntagme conservateur-restaurateur fait l’objet d’un « blocage » depuis plus de 30 ans, aujourd’hui encore  indépassable  au Ministère de la Culture et de la Communication selon son représentant. L’ enjeu est aussi la protection de ce titre qui serait réservé aux seules personnes physiques titulaires d’un  des diplômes au grade de master stipulés par la loi, et dès lors inscrites sur une liste établie par décrets. L’assemblée s’est accordée de telle sorte que le MCC soit d’ores et déjà en mesure de mettre en branle une étude juridique visant cet objectif.

Elles ont aussi abordé la question de la VAE, assurée actuellement par trois des quatre formations publiques à la CR. L’enjeu du débat consiste en une harmonisation des procédures à l’échelle nationale, au moment ou la réglementation européenne enjoint à la révision de celle qui est appliquée en France.

 

 

Séminaire : Conservation et taxidermie

La dernière séance du séminaire « Ecologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales » se tiendra jeudi 21 juin, 10h-13h, au musée du quai Branly – Jacques Chirac (en salle 1). Lors de cette séance, intitulée « Conserver le vivant: le cas de la taxidermie », nous aurons le plaisir d’écouter Pauline Bertrand, conservatrice-restauratrice diplômée de l’ESAA, spécialisée dans la conservation de spécimens naturalisés et la taxidermie, et Adrian Van Allen, anthropologue et artiste, qui travaille sur la conservation des collections naturelles. Leurs interventions seront discutées par Jacques Cuisin, restaurateur et taxidermiste au Museum national d’histoire naturelle.

Vous trouverez ci-dessous une présentation de la séance, des liens vers les sites des intervenantes et toutes les informations pratiques.

Séminaire 2018

« Écologie des collections.

Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales »

musée du quai Branly-Jacques Chirac, 218 rue de l’Université, 75007 Paris

Organisation : Tiziana Beltrame, Frédéric Keck, Yaël Kreplak.

Contacts : belletrame[at]gmail.com, Frederic.KECK[at]quaibranly.frgmail.com

Séance 3. Conserver le vivant : le cas de la taxidermie

21 juin 2018, 10h-13h, salle 1

Intervenantes :

Pauline Bertrand (conservatrice-restauratrice), https://paulinebertrandcr.wixs

« Le statut des animaux naturalisés en muséum d’histoire naturelle : l’animal naturel et l’animal culturel. »

Adrian Van Allen (anthropologue, musée du quai Branly – Jacques Chirac), http://www.adrianv.com/index.h

« Marking Time in the Anthropocene: Taxidermy, Temporality and Practices of Care in the Museum »

Discutant :

Jacques Cuisin (restaurateur, taxidermiste, Museum national d’histoire naturelle)

Lors de cette séance, nous discuterons les diverses façons dont les animaux sont transformés en artefacts à la fois dans et hors des musées, les compétences mobilisées dans cette fabrication, les différentes façons d’exposer ces artefacts et les modes d’identification et de distanciation entre hommes et animaux qu’ils produisent.

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession

ENCoRE Conference at Struttura Universitaria in Scienze per la Conservazione, Restauro e Valorizzazione dei Beni Culturali (SUSCOR), “La Venaria Reale”, Turin Italy 23.5.2018

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession / ENCoRE Conference
Programme
8.30 Registration
9.00
Welcome and opening Keynote lecture – History of ENCoRE
René Larsen and Wolfgang Baatz
9.40 – 10.30
2 papers + discussion
– Conservation research and the role of a doctorate programme in
conservation-restoration
Oscar Chiantore and Diego Elia23.5.2018
– On kill-or-cure remedy, aesthetics and approaches to cleaning of
weathered paintings by Edvard Munch
Tomas Markevicius
10.30 – 11.00
Break
11.00 – 12.15
3 papers + discussion
– IIC’s Student & Emerging Conservator Conferences 2010 to 2018: reviewing a recently developed model for education and development in the profession
Graham Voce
– And after the master’s ? Some issues regarding the access to
the profession of conservator-restorer in Portugal
António João Cruz and Teresa Desterro
– The impact of education and research on the conservation-restoration of stucco decorations
Giacinta Jean
14.00 – 15.15
3 papers + discussion
– Sharing experiences to promote good practice : training program for curator and conservator students at the INP
Jane Echinard and Annaïg Châtain
– State of the art: the continued need for creative learning activities in conservation-restoration courses at University level
Adrian Heritage
– Conservation Training in Europe: what have we lost – what have we gained ?
Theocharis Katrakazis
15.15 – 15.45
Break
15.45 – 17.00
3 papers + discussion
– Learning to Learn about Conservation: Face-to-Face and Online Experiences
Shabnam Inanloo Dailoo, Krassimira Frangova, Aleksandra
Nikolić and Katriina Similä
– Sustainability in Conservation: The Sustainability Trend in Higher Education
Mariana Escamilla-Martínez and Caitlin Southwick
– Street art conservation: Non-formal education for i nformal art
Maria Chatzidakis
17. 0 0
Closing Reception and Poster Session
  • Transportation and Registration informations HERE

Conservation du patrimoine photographique

Le Centre d’art GwinZegal, le musée de Bretagne et l’association Bretagne Musées s’associent pour proposer deux journées de réflexion et de rencontre autour du patrimoine photographique, de sa conservation à sa valorisation.

Une course contre la montre

La première journée de ce cycle consacrée à la conservation et à la valorisation de fonds photographiques qui s’est déroulée à Guingamp le 23 septembre 2017, a permis de s’interroger sur la notion même de patrimoine photographique ; la présentation de plusieurs démarches artistiques a montré comment la création contemporaine pouvait utiliser cette matière photographique.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 23 SEPTEMBRE 2017  ICI

prog Journée 1

De la conservation à la valorisation

La seconde journée qui se tient le vendredi 18 mai 2018 aborde le mode de constitution des fonds et les questions de conservation et de valorisation qui en découlent, ainsi que la manière dont les institutions assurent un retour vers un public aussi large que possible de ces collections.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 18 MAI 2018  ICI

4 ème rencontre inter-formations en conservation-restauration

L’association Fil à Fil a le plaisir de vous informer de la tenue de la quatrième édition des Rencontres inter-formations qui auront pour thème « la recherche en conservation-restauration »
                                 Vendredi 18 et samedi 19 Mai 2018  à Avignon


Les RIFs étant organisées comme des rencontres entre des étudiants des quatre formations françaises à la conservation-restauration, se tiendront à Avignon cette année. Ces rencontres ont pour but de créer des liens entre les étudiants de chaque formation, de mettre en place des projets communs et de partager les expériences et les différents points de vues de chacun.

 

Rendez-vous au Musée Fabre

Le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole et l’Université Paul Valéry se sont associés pour proposer des rendez-vous d’exception ! Pour accompagner l’exposition Dans le secret des œuvres d’art, présentée du 24 mars au 02 septembre 2018, chercheurs en muséologie, professionnels des musées et de la médiation animent 3 tables rondes autour d’une question liée à l’actualité du musée. Cette année, pour sa troisième édition, le Fabre Lab’ accompagne la thématique de l’exposition, consacrée à la conservation et la restauration des œuvres d’art.

Une occasion unique pour réfléchir, partager et échanger avec les intervenants, conservateurs (Pierre Stepanoff, musée Fabre, Caroline Ducourau, directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique à l’UM) chargés de la formation des restaurateurs (Olivier Zeder, directeur du département de la restauration – Institut national du Patrimoine, Paris), ou responsables de la médiation, Charles-Henri Morille (chef du service médiation au Museum d’Histoire naturelle de Toulouse).

Ces rencontres ne s’adressent pas seulement aux étudiants, elles sont ouvertes à tous !

Programme des sessions 2018.

Assises des métiers des musées

Les 18, 19 et 20 décembre 2017, à l’auditorium de l’INHA, les professionnels des musées, des administrations culturelles et les élus s’interrogeront sur l’évolution des pratiques, des formations et des carrières dans les musées d’aujourd’hui et de demain.
Attention ! Les inscriptions sont complètes. 

Illustration Assises des métiers des musées

À la suite de la mission Musées du XXIe siècle et de ses préconisations, le Ministère de la Culture, en collaboration avec l’Institut national du patrimoine, ICOM France, l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques de France et des associations de professionnels, organisent trois journées de rencontres dédiées aux problématiques actuelles de l’écosystème professionnel muséal.

Trois journées, pour trois grandes thématiques

18 décembre : journée « Organisations et métiers »

  • 9h-10h : Ouverture des Assises
  • 10h-10h15 :  Définir les métiers des musées : du vocabulaire à la prospective
  • 10h15-12h : Organisation des services et mutualisations. Quels effets sur les métiers et leur évolution ?
  • 14h-14h15 – Introduction
  • 14h15-15h30 : Enjeux, contraintes, atouts et métiers dans les musées de droit privé
  • 15h30-17h : Modèles organisationnels et économiques. Quels recours à l’externalisation ?
  • 17h-17h15 – Synthèse de la journée
  • 17h15-17h30 – Clôture de la journée par la ministre de la Culture

19 décembre : journée « Formations »

  • 9h-9h30 : Séquence d’introduction
  • 9h30-10h45 : Enseigner la muséologie
  • 10h45-12h : Conservation-restauration et régie des collections
  • 14h-15h15 : Médiation des patrimoines muséaux
  • 15h15-16h30 : Les métiers de l’accueil des publics et de la surveillance
  • 16h30-17h45 : Diriger un musée, administrer un musée
  • 17h45-18h – Synthèse de la journée

20 décembre : journée « Carrières et parcours professionnels »

  • 9h-9h45 : Séquence d’introduction
  • 9h45-11h : Premier poste et prise de fonctions
  • 11h-12h30 : Formation permanente et continue
  • 14h15-15h45 : Mobilités au sein des musées publics
  • 16h-17h30 : Perspectives de carrières hors des musées publics
  • 17h30-17h45 – Synthèse de la journée
  • 17h45-18h – Conclusion des Assises

Assises des métiers des musées

Assises des métiers des musées

18, 19 et 20 décembre 2017, à l’auditorium de l’INHA,

Les professionnels des musées, des administrations culturelles et les élus s’interrogeront sur l’évolution  des  pratiques, des formations et des carrières dans les musées d’aujourd’hui et de demain.

Illustration Assises des métiers des musées
Musée des Beaux-Arts de Lyon

« Parlons en » au CICRP

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes,

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes

Par le Dr Aurélie Mounier

IRAMAT-CRPAA – Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux – UMR 5060 CNRS / Université Bordeaux Montaigne – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie


23 Novembre 2017 – 13 h 30 / CICRP
Adresse : 21 Rue Guibal, 13003 Marseille
Téléphone : 04 91 08 23 39

NB : Le nombre de place étant limité, confirmer sa présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr  


La fluorescence sous UV est depuis longtemps exploitée pour examiner les objets du patrimoine culturel, notamment pour révéler des repeints, des ajouts postérieurs ou les matériaux organiques. Récemment dans le cadre de nos recherches, elle a été utilisée pour localiser les traces d’anciens décors métalliques, aujourd’hui disparus, au sein des peintures murales médiévales.

Les spectrofluorimètres disponibles sur le marché ne permettent pas de travailler sur certaines œuvres fragiles du patrimoine (peintures de chevalet, manuscrits médiévaux,…) pour lesquels l’échantillonnage est interdit et leur déplacement vers les laboratoires, impossible. Un appareil portable à LED a donc été développé à l’IRAMAT-CRP2A1 en collaboration avec l’ISM2 pour l’identification des pigments et liants dans les peintures.

La légèreté, le caractère non invasif et mobile du LEDµSF3 ouvrent un champ d’étude important vers les objets de musée. La faible puissance des LED et la sensibilité de capteur  garantissent l’innocuité de la méthode à l’égard des objets fragiles. Dans le cadre de ce « Parlons-en », l’histoire du développement de ce nouvel outil sera illustrée d’applications (enluminures médiévales, estampes Japonaises…) montrant son intégration dans l’arsenal des méthodes d’analyse traditionnellement employées, dont elle est complémentaire en particulier pour l’analyse des composés organiques.


1 Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux, Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, UMR 5060 CNRS – Université Bordeaux Montaigne, Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 PESSAC, France.

2 Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255 CNRS – Université de Bordeaux, Bâtiment A12, Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, 33405 Talence.

3 Brevet déposé en France à l’INPI le 24/12/14 (FR 1463318) et extension à l’international le 23/12/15 (PCT/FR2015/053744).

Journée d’étude au MNAM

Le Magasin de Ben : une œuvre en perspectives. Une journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche du Labex CAP, Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales.

Mardi 12 septembre 2017,

Musée national d’art moderne

10h30 – 18h00

Contact : yael.kreplak@centrepompidou.fr

Ben, Magasin (1958-1973) © Museum Tinguely. Photo : Daniel Spehr.

Cette journée sera consacrée à l’œuvre Le Magasin de Ben, conservée au MNAM, qu’onabordera comme une pièce emblématique de la collection contemporaine et des enjeux soulevés par les œuvres dites complexes de la collection. En rassemblant, dans une logique interdisciplinaire, des professionnels du musée étant intervenus sur différents aspects de l’œuvre (sa conservation, son exposition, sa restauration, sa documentation…), des chercheurs et des professionnels de la conservation, il s’agira de rendre compte de la multiplicité des perspectives sur l’œuvre.

La matinée se déroulera en salle d’exposition, face à l’œuvre, avec des interventions des professionnels du musée ayant été impliqués dans les différentes étapes du travail sur l’œuvre. On reviendra ainsi sur le processus de travail, d’un bout à l’autre de la chaîne.

L’après-midi rassemblera des chercheurs et des professionnels de la conservation susceptibles d’apporter un éclairage complémentaire sur l’œuvre et les enjeux relatifs à sa conservation. La journée est ainsi conçue, dans son ensemble, comme un temps de travail, de réflexion et d’échanges collectifs sur l’œuvre et les pratiques de conservation.

* * *

PROGRAMME

Matinée, 10h30-12h30, en salle d’exposition En présence de : Sophie Duplaix (conservatrice en chef des collections contemporaines), Astrid Lorenzen et Lucille Royan (restauratrices), Odile Rousseau (documentaliste). Attention : la jauge étant limitée, la participation à la matinée se fera uniquement sur inscription, dans la limite des places disponibles. Rdv à l’entrée du personnel, au coin de la rue du Renard et de la rue Saint-Merri, à 10h15. Pour s’inscrire : yael.kreplak@centrepompidou.fr (avant le 9 septembre)

Après-midi, 14h-18h00, en salle Triangle. La salle Triangle se trouve en bas sur la droite de la piazza du Centre Pompidou, à côté de l’ascenseur rouge – l’entrée se fait directement par la piazza, pas par l’intérieur du Centre.

Entrée dans la limite des places disponibles.14h -14h45 : Lorenza Mondada (Université de Bâle). Manipuler avec précaution : coordination de l’action et attention aux détails lors du déplacement d’objets d’art. La présentation reviendra sur le montage de l’œuvre à Bâle, dans le contexte de la rétrospective de Ben qui s’est tenue au Musée Tinguely en 2015-2016. Elle s’appuiera sur des enregistrements vidéo du montage pour analyser l’organisation collective du travail et la coordination des différents participants.

14h45-15h30 : Yaël Kreplak (Fondation des sciences du patrimoine – Patrima). Quelle sorte d’entité matérielle est une œuvre d’art ? Le cas du Magasin. Cette intervention proposera une synthèse des observations effectuées au MNAM dans le cadre de l’ethnographie de la conservation des pièces contemporaines réalisée depuis 2015. En revenant sur les différentes étapes du travail sur Le Magasin et en rendant compte des différentes médiations qui constituent l’œuvre, il s’agira de réfléchir à la notion d’œuvre complexe.

15h30-16h15 : Isabelle Merly (ingénieur d’études, collections contemporaines, MNAM). L’étude préalable du Magasin. Isabelle Merly présentera le travail effectué ces dernières années sur Le Magasin à travers la réalisation de son « étude préalable », en revenant sur les modalités de réalisation et d’usage de cette documentation spécifique, qui se présente comme un inventaire et une analyse structurée de l’œuvre, et conçue comme un outil de travail collectif en vue de sa réinstallation.

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h15 : Jean-Roch Boullier (conservateur chargé de l’art contemporain au Mucem) & Marie-Charlotte Calafat (adjointe au département des collections et des ressources documentaires du Mucem). Unités écologiques et installation : convergences théoriques et pratiques ? Cette intervention ouvrira la réflexion sur les enjeux de la conservation des œuvres complexes, à travers une comparaison entre les installations contemporaines et les unités écologiques conservées dans les collections du Mucem.

17h15 : Sophie Duplaix et Yaël Kreplak. Conclusion de la journée et ouverture de la discussion collective.

Journées européennes du patrimoine

Avignon 2017

le 14 Septembre

à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de 9h à 17h30, : 3e Forum du Patrimoine – « Avignon, Jeunesse et Patrimoine ».

9h30 : ouverture du Forum par Mme le Maire..

Matinée : présentation des questions de liens entre les jeunes et les patrimoines, et exposés d’exemples réussis à Avignon et ailleurs.. Après-midi : deux ateliers participatifs. Atelier 1 : Pédagogie et médiations du patrimoine, présidé par Mme L. Abel Robert, Ajointe au Maire, Déléguée à la jeunesse, à l’Ecole et à l’Université. Atelier 2 : Les économies du patrimoine et la formation professionnelle, présidé par Mme I. Portefaix, Adjointe au Maire, Déléguée à la création d’emploi et d’activités économiques, à l’Economie sociale et solidaire, à la formation professionnelle.

les 16 & 17 septembre

Parmi les très nombreux lieux proposés à la visite, 5 suggestions de Semin’R :

L’Atelier Jean-Loup Bouvier, 9, rue du Ponant – 30133 Les Angles, 04 90 25 32 90 : Atelier de restauration de Monuments Historiques, sculpture statuaire et ornementale. Les 16 et 17/09 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 : Visite libre ou guidée, l’Atelier Jean-Loup Bouvier excelle dans différentes techniques de restauration, de sculpture, de gypserie et de moulage, touchant toutes les époques de notre patrimoine. Gratuit.

Le Musée Vouland, 17 rue Victor Hugo, 04 90 86 03 79, www.vouland.com : Collection d’arts décoratifs (XVII e -XVIII e s.) et de peinture provençale. Jardin traversé par le Canal de Vaucluse. Les 16 et 17/09 :  de 14h à 19h : visite de l’exposition Hortus 2.0, art des nouveaux média. Une trentaine d’installations contemporaines, matérielles ou immatérielles, interactives ou génératives sur le thème du jardin, des relations entre l’homme et la nature (jusqu’au 1er/10 2017).- à 14 h 30 : Nature ?,  visite ludique en famille pour tous à partir de 7 ans (musée, exposition et jardin).- à 16 h 30 : Imagine un jardin, atelier pour tous à partir de 7 ans. Visite ludique  et atelier sur réservation.Tarif unique 2€ / Gratuit – de 25 ans

Le Palais du Roure réouvre ses portes, 3 rue Collège du Roure, 04 13 60 50 01 :  Ancien hôtel des Baroncelli de Javon (XVe-XXe s). Musée d’arts et traditions populaires et Centre de documentation ethnographique, provençale et arhcéologique.
– de 10h à 18h : Visites des expositions « Le Palais des Baroncelli – entre Provence et Toscane », travaux périscolaires de 2014 à 2017 ; et visite libre du 1er étage du musée.– 16/09 :. à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange. Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite. . à 11h30 : conférence Les travaux des restaurations du Palais du Roure de 2013 à 2017. Orientations, choix, difficultés, découvertes, par D. Repellin ou T. Bricheux, architectes des Monuments Historiques. Lancement du livret d’accompagnement des visites pour les 5-9 ans.. à 16h : inauguration des expositions.. à 16h45 : concert surprise dans la cour.– 16 et 17/09 : . à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange.Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite.. à 11h30 : conférence L’histoire du Palais du Roure à travers son architecture, par la Conservation.. après-midi : jeu de l’oie sur le Palais ouvert aux enfants. Sans inscription. Gratuit.

© Monuments Historiques / Martine Audibert

Les Bains Pommer, 25 rue du Four de la Terre : Etablissement de bains publics au style art-déo, véritable institution avignonnaise du début du XXe s racheté récemment par la Ville. Fermé depuis 1972, ce centre d’hydrothérapie avait été créé en 1892 par Auguste Pommer qui y recevait la bourgeoisie avignonnaise. Son établissement fut même fréquenté par Frédéric Mistral. Il a été classé monument historique en 1992. Gratuit.

L’École d’Avignon, 6 rue Grivolas, 04 90 85 59 82, www.ecole-avignon.com : Centre de ressources sur le bâti ancien, installé depuis 1983 dans l’hôtel du Roi René , né d’une ambition de caractérisation des compétences pour intervenir sur le patrimoine architectural. Se reporter à son site internet pour plus d’informations. Gratuit.

Accès à la déontologie : bilan et perspective des formations en France

Mercredi 17 mai 2017
Auditorium Colbert – 18h/21h

Le Comité national français de l’ICOM, acteur majeur de la réflexion sur la déontologie des musées, initie un cycle de débats méthodologiques sur l’accès à la déontologie.

Dans un cadre professionnel en perpétuelle évolution, de nombreuses questions émergent : ces formations sont-elles suffisantes ? Sont-elles adaptées à la diversité des profils ? Aux besoins des institutions ? Dans sa vie professionnelle, comment mettre en pratique au quotidien un enseignement académique ? Comment formaliser nos besoins en formation sur la déontologie afin d’y intéresser et de toucher le panel élargi des compétences nécessaires au fonctionnement d’une institution ?

Ces débats auront lieu en fin de journée, pour permettre aux professionnels en activité et aux étudiants d’y participer librement.

La première « Soirée déontologie », organisée en partenariat avec l’Institut national du patrimoine, se tiendra le 17 mai 2017 de 18h à 21h, dans l’auditorium Colbert, galerie Colbert, 2 rue Vivienne – 75002 Paris. Elle portera sur l’état des lieux des formations existantes en déontologie, forces et faiblesses du dispositif français.

Programme  ICI

Accès libre sur inscription ICI

Lieu de la rencontre ICI

Contact : icomfrance@wanadoo.fr

Accès à la déontologie : bilan et perspective des formations en France

Mercredi 17 mai 2017
Auditorium Colbert – 18h/21h

Le Comité national français de l’ICOM, acteur majeur de la réflexion sur la déontologie des musées, initie un cycle de débats méthodologiques sur l’accès à la déontologie.

Dans un cadre professionnel en perpétuelle évolution, de nombreuses questions émergent : ces formations sont-elles suffisantes ? Sont-elles adaptées à la diversité des profils ? Aux besoins des institutions ? Dans sa vie professionnelle, comment mettre en pratique au quotidien un enseignement académique ? Comment formaliser nos besoins en formation sur la déontologie afin d’y intéresser et de toucher le panel élargi des compétences nécessaires au fonctionnement d’une institution ?

Ces débats auront lieu en fin de journée, pour permettre aux professionnels en activité et aux étudiants d’y participer librement.

La première « Soirée déontologie », organisée en partenariat avec l’Institut national du patrimoine, se tiendra le 17 mai 2017 de 18h à 21h, dans l’auditorium Colbert, galerie Colbert, 2 rue Vivienne – 75002 Paris. Elle portera sur l’état des lieux des formations existantes en déontologie, forces et faiblesses du dispositif français.

Programme : bientôt disponible

Lieu de la rencontre ICI

Inscription avant le 15 Mai  ICI

Un entretien de Jean-Pierre Cometti avec Eric Mangion.

Cet entretien date de 2011.

EM. Vous êtes un des rares philosophes à fréquenter régulièrement des artistes contemporains, et même à enseigner dans une école d’art, comme à traduire de nombreux textes théoriques sur l’art, et pourtant vous estimez que ce n’est pas à la philosophie de légiférer sur l’interprétation et l’identification de l’art, pas même sous la forme d’une métacritique. J’y vois là un grand paradoxe. D’autres s’en chargent, non ?

JPC. La position des philosophes est ambiguë. L’intérêt qu’ils portent à l’art est toujours plus ou moins empreint de leurs démangeaisons propres, à quoi il faut ajouter leur propension à se donner l’avantage d’un accès privilégié à ce qui retient leur attention. Comme si toute chose recelait un sens qu’il s’agissait de déceler, de recueillir, et comme si la philosophie en était spécifiquement chargée. Mes intérêts, si j’en ai, ne sont pas de cette nature. Ce qui m’intrigue, c’est la manière dont les pratiques artistiques, et toutes sortes d’autres pratiques, sont investies d’un sens, identifiées et légitimées au regard de nos croyances et des institutions qui les orchestrent. En un sens, il n’y a pas d’art ; ce qu’il y a, ce sont des pratiques qui répondent à des conditions données et se voient accorder un sens et un statut particulier, distinct, même si elles communiquent, bien entendu, avec une multitude d’autres pratiques autrement cataloguées. L’ontologie, de ce point de vue, est toujours de trop. Ces conditions sont sociales ; en ce qui nous concerne, elles vont de pair avec le statut d’autonomie que l’art a acquis dans nos sociétés. Pour moi, la question est donc plus de savoir ce qui fait l’art et en même temps ce qu’il fait, plutôt que ce qu’il est. Il se peut que la philosophie y contribue, au même titre que d’autres facteurs culturels ; quant à statuer sur l’art, je ne crois pas que cela ait beaucoup de sens pour la philosophie, De quoi pourrait-elle se recommander ? Mais puisque vous parlez de « métacritique », je dirais que le type de réflexion que je crois praticable doit s’appliquer à la critique – la critique d’art, dans ce cas – en ce qu’elle participe de ce que j’appelle les « facteurs d’art »1 . La critique se situe au point d’insertion des pratiques artistiques dans l’espace public, c’est-à-dire de leur identification et de leur reconnaissance. Mais elle entre en relation, pour ne pas dire en concurrence, avec d’autres instances, ce qui devrait l’obliger à en prendre la mesure et à en tirer les conséquences. Le type d’analyse que cette situation permet d’entrevoir est d’ordre métacritique. Il relève des perspectives que j’ai évoquées il y a quelques instants, mais il concerne tout autant la critique elle-même que la philosophie. Une chose me paraît sûre : il existe une priorité de la critique sur la philosophie. Quelles que soient les options de cette dernière, elle ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur ce que la critique met en jeu, c’est-à-dire sur ce qui fait l’art, dans des conditions dont la critique patentée est partie prenante.

EM. Dans votre prochain ouvrage Art et facteurs d’art, vous évoquez justement l’évolution de ces « facteurs d’art ». En quoi ont-ils évolué et en quoi réduisent-ils l’autonomie ontologique de l’art ? Je pense notamment à ces « modalités pragmatiques et performatives impliquées dans l’identification et la reconnaissance auxquelles les oeuvres doivent leur statut » que vous évoquez.

JPC. L’autonomie artistique est un produit contingent de l’histoire. Elle coïncide avec l’émergence de ce que Peter Bürger appelle l’ « institution art », dans sa Théorie de l’avant-garde.2 Elle relève, en un sens, d’une manière d’être, indissociable de ces « facteurs d’art » auxquels j’ai fait allusion. Mais pas seulement de ces institutions que sont le musée, l’exposition, etc., comme on pourrait trop aisément le croire. Il y va des dispositions et des standards mobilisés sur le plan de la perception, des représentations et des croyances auxquelles elles se conjuguent, et bien entendu des dispositifs techniques qui y entrent selon des modalités diverses. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’art et notre rapport à l’art ne jouissent qu’en apparence d’un statut autonome. Les croyances – et les théories – qui créditent l’art d’un tel statut (ces croyances sont présentes au sein des mouvements artistiques eux-mêmes depuis le romantisme notamment) reposent sur la transposition, à l’échelle des œuvres et des pratiques – et bien entendu de l’expérience esthétique – des conditions constitutives (d’un point de vue historique et social) d’un art séparé, c’est-à-dire de la constitution, dans le champ social, d’un domaine séparé d’activités, de productions et de comportements crédités de fins et d’une valeur propres. John Dewey, dans son livre de 1932, L’art comme expérience, en a établi le diagnostic. Sa notion d’expérience permet non seulement de comprendre en quoi l’art, que ce soit sur le plan de la production ou de la réception, s’inscrit dans un champ de dispositions et d’activités beaucoup plus large que ce que recouvre ordinairement le concept d’ « expérience esthétique », mais elle possède aussi cette vertu de placer sous un autre éclairage l’art et les pratiques artistiques comme telles, y compris là où elles se voient attribuer une signification autonome. Grosso modo, elle consiste notamment à réinscrire l’art et notre rapport à l’art dans le temps et dans le contexte plus large de nos interactions avec notre milieu, naturel, culturel et social. Ce rapport au temps ou à l’événement dont l’expérience est indissociable s’oublie dans la tendance à fixer dans des propriétés attribuables à des objets les caractéristiques qui en émergent ou en font partie. À cela tient le privilège des objets, et à cet égard il en va de l’art comme de tout le reste, bien que le paradigme de l’œuvre en illustre le parachèvement. Si vous substituez au concept d’art ou au concept d’œuvre celui d’expérience, vous changez complètement de sujet. Vous ne vous posez plus les questions irritantes et inutiles de ce qu’est une « œuvre », de ce qui la qualifie comme telle du point de vue de ses propriétés ou de ce qui en fait la valeur intrinsèque. Vous prenez davantage en considération ce qui a lieu, dans les conditions où cela se produit, et en pensant que vous n’avez aucune raison, hormis nos habitudes, d’en dissocier les objets qui semblent en recueillir toutes les vertus. Bien entendu, ce que je suggère ici pose toutes sortes de problèmes sur lesquels je ne m’attarderai pas, mais je ferai une dernière remarque en pensant à l’intérêt que vous portez vous-même à la performance. L’expérience, au sens de Dewey — c’est-à-dire de ce qui entre à un moment donné dans un champ d’interactions — correspond exactement à ce que nous appelons une performance en art. Mais nous aurions tort de faire de la performance un genre ou quelque chose comme cela. La performance ou l’expérience sont la dimension sous laquelle il y a ou peut y avoir « œuvre », selon l’usage ordinaire de ce mot. C’est à cela que renvoient les « modalités pragmatiques et performatives » auxquelles vous faisiez allusion.

1 Art et facteurs d’art, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 (à paraître). 

2 Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde, trad., Paris, éd. Questions théoriques, 2012 (à paraître).