Archives de catégorie : Rencontre

Rencontres de la SFIIC à Marseille

Résultat de recherche d'images pour "sfiic"                  La Section Française du Comité International de Conservation (SFIIC) organise le 4 et 5 octobre 2018 à Marseille avec le CICRP, le MUCEM et la Cité de la Musique des rencontres intitulées :

  • Atelier(s) d’artiste(s)
  • Lieux et processus de production
  • Matériaux pauvres – Matériaux noblesImage associéeRésultat de recherche d'images pour "logo cité de la musique"

NB : L’accès aux communications (auditorium du MUCEM) est libre.

Programme des rencontres

MUCEM, 4 octobre 2018

10h00 Accueil

10h30 Ouverture des Journées

11h00 Le Monstre de Raymond Moretti à la Défense : adapter une conservation in situ ou ex-situ à la valorisation d’une œuvre-atelier monumentale, Edouard Zeitoun, chargé du développement culturel de Paris La Défense, Clémentine Romeo, chef de projets à la direction des opérations, responsable du programme de valorisation et de conservation des œuvres de la collection Paris La Défense, Sylvie Ramel Rouzet : consultante en conservation préventive, conservatrice-restauratrice en matériaux modernes, matériaux plastiques

11h30 L’atelier de Tal Coat à Dormont : le laboratoire du peintre ou les recettes de la chartreuse, Jean Fouace, responsable du pôle scientifique CICRP, Alain Colombini, ingénieur d’études, CICRP

12h00 Pause déjeuner (sur place)

13h30 Dans quelle mesure des productions en série sont-elles des œuvres dans la Florence de la Renaissance ? Le cas des reliefs en terre cuite et en stuc polychromé, Marc Bormand, conservateur en chef, département des sculptures, Musée du Louvre

14h00 La chimie à la manufacture nationale de porcelaines de Sèvres : évolution de la création et patrimonialisation de la création, Olivier Dargaud, Manufacture-cité de la céramique de Sèvres

14h30 L’atelier sans murs : les conditions de création du graffiti dans la rue, Claire Calogirou, chercheuse honoraire au CNRS/MUCEM, Jean-Roch Bouiller, conservateur au Mucem, Alain Colombini, ingénieur au CICRP

15h00 Visite du Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques (CIRVA) et du quartier du Panier sous la conduite de graffeurs.
Ces visites sont réservées aux seuls adhérents de la SFIIC et aux personnes ayant acquitté les droits d’inscription

MUCEM, 5 octobre 2018

9h30 Présence et exposition de l’atelier, l’atelier dans le musée, Dominique de-Font-Reaulx, conservatrice générale du patrimoine, directrice du musée Delacroix

10h00 L’appartement-atelier de Le Corbusier, Bénédicte Gandini, architecte, Fondation Le Corbusier

10h30 Le projet de conservation et de restauration du jardin de Gabriel : l’atelier d’Albert Gabriel, Fabrice Bonnifait, chef du service patrimoine, Yann Ourry, chargé de mission médiation du patrimoine, Service Patrimoine et Inventaire, Direction Culture et Patrimoine Région Nouvelle-Aquitaine, Manuel Lalanne, conservateur des monuments historiques, CRMH, DRAC Nouvelle-Aquitaine

11h00 Pause café

11h30 Une histoire à portée de main. Des composants du second œuvre dans l’architecture des Trente Glorieuses, Eric Monin, professeur en Histoire et Culture architecturale, ENSAP de Lille

12h00 L’économie patrimoniale comme une mise en œuvre matérielle et sémantique au sein de l’atelier médiéval : le cas de remplois de la Grande châsse de saint Maurice, Pierre Alain Mariaux – Romain Jeanneret – Denise Ritschard, restaurateurs

12h30 Pause déjeuner (sur place)

14h00 Matériaux nobles, matériaux pauvres dans la création artistique, XVe-XVIIIe siècles, Romain Thomas, maître de conférence en histoire de l’art moderne, Université Paris-Nanterre

14h45 Pierres dures et pierres tendres en commesso fiorentino : les matériaux comme source de rivalité entre secteurs public et privé à Florence, Cindric Lola, restauratrice

15h15 L’instrument de musique ses matériaux : un ennoblissement de fait ?, Stéphane Vaïdelich, ingénieur, Cité de la Musique, Paris

15h45 Conclusion

16h15 Clôture des Rencontres

https://sfiic.com/index.php/rencontres-2018/

Un droit d’inscription de 80 euros est demandé aux personnes (non adhérentes de la SFIIC) qui souhaiteraient visiter le CIRVA et le Street art dans le quartier du Panier à Marseille le 4 octobre après-midi. Ces droits comprennent aussi les buffets/café et la publication des actes (inscription : https://sfiic.com/index.php/rencontres-2018/#1526999182760-01ac8b3e-9446)

Sciences du patrimoine et recherche

E RHIS.fr est heureux de vous convier à la Journée nationale de l’infrastructure de recherche en sciences du patrimoine E-RIHS France. Elle se tiendra le 4 octobre 2018 à Paris dans le cadre exceptionnel de l’Auditorium Claude Lévi-Strauss du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac.

L’inscription est gratuite mais obligatoire : s’inscrire ici.

L’infrastructure E-RIHS cherche à répondre aux problèmes expérimentaux que posent la connaissance et la conservation des matériaux du patrimoine. Elle soutient l’étude scientifique avancée du patrimoine culturel et naturel en déployant des moyens d’étude pour l’histoire matérielle, l’interprétation, le diagnostic et la préservation des objets, monuments et sites patrimoniaux.

À travers une procédure concertée, E-RIHS fournira un accès intégré à des instruments et des technologies de pointe sur grands instruments et plateformes mobiles, à des infrastructures de données et à des archives matérielles, et aux compétences qui leur sont associées.

À l’occasion de cette Journée nationale, les partenaires français du projet feront le point sur le développement d’E-RIHS. Lors de différentes tables rondes, ils consolideront les réponses proposées par la communauté scientifique française aux questions essentielles du projet scientifique de l’infrastructure, de ses politiques d’accès, de gestion et d’exploitation des données et de ses actions de formation, tant au niveau national qu’aux niveaux européen et international.

La journée s’adresse aux personnels des laboratoires étudiant des matériaux de l’archéologie, de l’histoire de l’art, des sciences de la conservation et de la paléontologie, aux fournisseurs d’accès aux instruments et données, ainsi qu’aux acteurs institutionnels et politiques.

La journée est labellisée « Année européenne du patrimoine culturel 2018 »

Pour plus d’informations sur l’infrastructure, visitez le site d’E-RIHS France.

Dernière session 2017-18 du workshop « Muséoscopie »

MUSEOSCOPIE est un projet qui veut associer des étudiants des deux mentions CI et CR de l’ESAA avec des professionnels dans l’« arraisonnement » du Musée Jacques Doucet de la Fondation Angladon et dans la proposition d’intercalations visuelles in situ, deux actions à même de susciter la prise de conscience de l’instrumentalité de la muséographie dans un musée. C’est un projet expérimental et pluridisciplinaire qui s’est déroulé, dans sa première phase,  sur l’année scolaire 2018 en trois workshops : du 08 au 12.01 / du 03 au 06.04 / et enfin du 18 au 22.06. 2018.

Pour cette dernière réunion dédiée à la formulation écrite des projets d’intervention proposés au musée, les discussions ont porté, d’abord sur un aspect muséographique pointé du doigt, ensuite sur le détail et l’efficience des modalités de réalisation. L’objectif étant la remise d’un document de synthèse du travail accompli entre les mains de la directrice du Musée Jacques Doucet de la Fondation Angladon, en préalable d’une présentation orale par les étudiants.

Conférence des formations publiques à la CR

Vendredi 1er Juin, à l’invitation particulièrement généreuse de sa directrice, Marie-Haude Caraes, s’est réunie à l’ESBA de Tours la cinquième session de la Conférence des Formations Publiques à la CR, en présence  de Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine chargé par le MCC d’en piloter la tenue. Initialement composée exclusivement de représentants du Master CRBC de l’université Paris I / Sorbonne (Paris), de l’ESBA (Tours), de l’INP (Paris) et de l’ESAA (Avignon), la réunion comptait aussi et pour la première fois, des délégués d’associations étudiantes et professionnelles: FFCR, ARAAFU, ARSET,  et AEAE-INP Seule manquait Fil à Fil, sa délégation ayant été empêchée.

Les discussions ont porté sur l’adoption d’un nouveau titre pour celles et ceux qui exercent la conservation-restauration, puisque le syntagme conservateur-restaurateur fait l’objet d’un « blocage » depuis plus de 30 ans, aujourd’hui encore  indépassable  au Ministère de la Culture et de la Communication selon son représentant. L’ enjeu est aussi la protection de ce titre qui serait réservé aux seules personnes physiques titulaires d’un  des diplômes au grade de master stipulés par la loi, et dès lors inscrites sur une liste établie par décrets. L’assemblée s’est accordée de telle sorte que le MCC soit d’ores et déjà en mesure de mettre en branle une étude juridique visant cet objectif.

Elles ont aussi abordé la question de la VAE, assurée actuellement par trois des quatre formations publiques à la CR. L’enjeu du débat consiste en une harmonisation des procédures à l’échelle nationale, au moment ou la réglementation européenne enjoint à la révision de celle qui est appliquée en France.

 

 

Séminaire : Conservation et taxidermie

La dernière séance du séminaire « Ecologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales » se tiendra jeudi 21 juin, 10h-13h, au musée du quai Branly – Jacques Chirac (en salle 1). Lors de cette séance, intitulée « Conserver le vivant: le cas de la taxidermie », nous aurons le plaisir d’écouter Pauline Bertrand, conservatrice-restauratrice diplômée de l’ESAA, spécialisée dans la conservation de spécimens naturalisés et la taxidermie, et Adrian Van Allen, anthropologue et artiste, qui travaille sur la conservation des collections naturelles. Leurs interventions seront discutées par Jacques Cuisin, restaurateur et taxidermiste au Museum national d’histoire naturelle.

Vous trouverez ci-dessous une présentation de la séance, des liens vers les sites des intervenantes et toutes les informations pratiques.

Séminaire 2018

« Écologie des collections.

Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales »

musée du quai Branly-Jacques Chirac, 218 rue de l’Université, 75007 Paris

Organisation : Tiziana Beltrame, Frédéric Keck, Yaël Kreplak.

Contacts : belletrame[at]gmail.com, Frederic.KECK[at]quaibranly.frgmail.com

Séance 3. Conserver le vivant : le cas de la taxidermie

21 juin 2018, 10h-13h, salle 1

Intervenantes :

Pauline Bertrand (conservatrice-restauratrice), https://paulinebertrandcr.wixs

« Le statut des animaux naturalisés en muséum d’histoire naturelle : l’animal naturel et l’animal culturel. »

Adrian Van Allen (anthropologue, musée du quai Branly – Jacques Chirac), http://www.adrianv.com/index.h

« Marking Time in the Anthropocene: Taxidermy, Temporality and Practices of Care in the Museum »

Discutant :

Jacques Cuisin (restaurateur, taxidermiste, Museum national d’histoire naturelle)

Lors de cette séance, nous discuterons les diverses façons dont les animaux sont transformés en artefacts à la fois dans et hors des musées, les compétences mobilisées dans cette fabrication, les différentes façons d’exposer ces artefacts et les modes d’identification et de distanciation entre hommes et animaux qu’ils produisent.

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession

ENCoRE Conference at Struttura Universitaria in Scienze per la Conservazione, Restauro e Valorizzazione dei Beni Culturali (SUSCOR), “La Venaria Reale”, Turin Italy 23.5.2018

The Impact of Conservation-Restoration Education on the Development of the Profession / ENCoRE Conference
Programme
8.30 Registration
9.00
Welcome and opening Keynote lecture – History of ENCoRE
René Larsen and Wolfgang Baatz
9.40 – 10.30
2 papers + discussion
– Conservation research and the role of a doctorate programme in
conservation-restoration
Oscar Chiantore and Diego Elia23.5.2018
– On kill-or-cure remedy, aesthetics and approaches to cleaning of
weathered paintings by Edvard Munch
Tomas Markevicius
10.30 – 11.00
Break
11.00 – 12.15
3 papers + discussion
– IIC’s Student & Emerging Conservator Conferences 2010 to 2018: reviewing a recently developed model for education and development in the profession
Graham Voce
– And after the master’s ? Some issues regarding the access to
the profession of conservator-restorer in Portugal
António João Cruz and Teresa Desterro
– The impact of education and research on the conservation-restoration of stucco decorations
Giacinta Jean
14.00 – 15.15
3 papers + discussion
– Sharing experiences to promote good practice : training program for curator and conservator students at the INP
Jane Echinard and Annaïg Châtain
– State of the art: the continued need for creative learning activities in conservation-restoration courses at University level
Adrian Heritage
– Conservation Training in Europe: what have we lost – what have we gained ?
Theocharis Katrakazis
15.15 – 15.45
Break
15.45 – 17.00
3 papers + discussion
– Learning to Learn about Conservation: Face-to-Face and Online Experiences
Shabnam Inanloo Dailoo, Krassimira Frangova, Aleksandra
Nikolić and Katriina Similä
– Sustainability in Conservation: The Sustainability Trend in Higher Education
Mariana Escamilla-Martínez and Caitlin Southwick
– Street art conservation: Non-formal education for i nformal art
Maria Chatzidakis
17. 0 0
Closing Reception and Poster Session
  • Transportation and Registration informations HERE

Conservation du patrimoine photographique

Le Centre d’art GwinZegal, le musée de Bretagne et l’association Bretagne Musées s’associent pour proposer deux journées de réflexion et de rencontre autour du patrimoine photographique, de sa conservation à sa valorisation.

Une course contre la montre

La première journée de ce cycle consacrée à la conservation et à la valorisation de fonds photographiques qui s’est déroulée à Guingamp le 23 septembre 2017, a permis de s’interroger sur la notion même de patrimoine photographique ; la présentation de plusieurs démarches artistiques a montré comment la création contemporaine pouvait utiliser cette matière photographique.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 23 SEPTEMBRE 2017  ICI

prog Journée 1

De la conservation à la valorisation

La seconde journée qui se tient le vendredi 18 mai 2018 aborde le mode de constitution des fonds et les questions de conservation et de valorisation qui en découlent, ainsi que la manière dont les institutions assurent un retour vers un public aussi large que possible de ces collections.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 18 MAI 2018  ICI

4 ème rencontre inter-formations en conservation-restauration

L’association Fil à Fil a le plaisir de vous informer de la tenue de la quatrième édition des Rencontres inter-formations qui auront pour thème « la recherche en conservation-restauration »
                                 Vendredi 18 et samedi 19 Mai 2018  à Avignon


Les RIFs étant organisées comme des rencontres entre des étudiants des quatre formations françaises à la conservation-restauration, se tiendront à Avignon cette année. Ces rencontres ont pour but de créer des liens entre les étudiants de chaque formation, de mettre en place des projets communs et de partager les expériences et les différents points de vues de chacun.

 

Rendez-vous au Musée Fabre

Le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole et l’Université Paul Valéry se sont associés pour proposer des rendez-vous d’exception ! Pour accompagner l’exposition Dans le secret des œuvres d’art, présentée du 24 mars au 02 septembre 2018, chercheurs en muséologie, professionnels des musées et de la médiation animent 3 tables rondes autour d’une question liée à l’actualité du musée. Cette année, pour sa troisième édition, le Fabre Lab’ accompagne la thématique de l’exposition, consacrée à la conservation et la restauration des œuvres d’art.

Une occasion unique pour réfléchir, partager et échanger avec les intervenants, conservateurs (Pierre Stepanoff, musée Fabre, Caroline Ducourau, directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique à l’UM) chargés de la formation des restaurateurs (Olivier Zeder, directeur du département de la restauration – Institut national du Patrimoine, Paris), ou responsables de la médiation, Charles-Henri Morille (chef du service médiation au Museum d’Histoire naturelle de Toulouse).

Ces rencontres ne s’adressent pas seulement aux étudiants, elles sont ouvertes à tous !

Programme des sessions 2018.

Assises des métiers des musées

Les 18, 19 et 20 décembre 2017, à l’auditorium de l’INHA, les professionnels des musées, des administrations culturelles et les élus s’interrogeront sur l’évolution des pratiques, des formations et des carrières dans les musées d’aujourd’hui et de demain.
Attention ! Les inscriptions sont complètes. 

Illustration Assises des métiers des musées

À la suite de la mission Musées du XXIe siècle et de ses préconisations, le Ministère de la Culture, en collaboration avec l’Institut national du patrimoine, ICOM France, l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques de France et des associations de professionnels, organisent trois journées de rencontres dédiées aux problématiques actuelles de l’écosystème professionnel muséal.

Trois journées, pour trois grandes thématiques

18 décembre : journée « Organisations et métiers »

  • 9h-10h : Ouverture des Assises
  • 10h-10h15 :  Définir les métiers des musées : du vocabulaire à la prospective
  • 10h15-12h : Organisation des services et mutualisations. Quels effets sur les métiers et leur évolution ?
  • 14h-14h15 – Introduction
  • 14h15-15h30 : Enjeux, contraintes, atouts et métiers dans les musées de droit privé
  • 15h30-17h : Modèles organisationnels et économiques. Quels recours à l’externalisation ?
  • 17h-17h15 – Synthèse de la journée
  • 17h15-17h30 – Clôture de la journée par la ministre de la Culture

19 décembre : journée « Formations »

  • 9h-9h30 : Séquence d’introduction
  • 9h30-10h45 : Enseigner la muséologie
  • 10h45-12h : Conservation-restauration et régie des collections
  • 14h-15h15 : Médiation des patrimoines muséaux
  • 15h15-16h30 : Les métiers de l’accueil des publics et de la surveillance
  • 16h30-17h45 : Diriger un musée, administrer un musée
  • 17h45-18h – Synthèse de la journée

20 décembre : journée « Carrières et parcours professionnels »

  • 9h-9h45 : Séquence d’introduction
  • 9h45-11h : Premier poste et prise de fonctions
  • 11h-12h30 : Formation permanente et continue
  • 14h15-15h45 : Mobilités au sein des musées publics
  • 16h-17h30 : Perspectives de carrières hors des musées publics
  • 17h30-17h45 – Synthèse de la journée
  • 17h45-18h – Conclusion des Assises

Assises des métiers des musées

Assises des métiers des musées

18, 19 et 20 décembre 2017, à l’auditorium de l’INHA,

Les professionnels des musées, des administrations culturelles et les élus s’interrogeront sur l’évolution  des  pratiques, des formations et des carrières dans les musées d’aujourd’hui et de demain.

Illustration Assises des métiers des musées
Musée des Beaux-Arts de Lyon

« Parlons en » au CICRP

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes,

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes

Par le Dr Aurélie Mounier

IRAMAT-CRPAA – Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux – UMR 5060 CNRS / Université Bordeaux Montaigne – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie


23 Novembre 2017 – 13 h 30 / CICRP
Adresse : 21 Rue Guibal, 13003 Marseille
Téléphone : 04 91 08 23 39

NB : Le nombre de place étant limité, confirmer sa présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr  


La fluorescence sous UV est depuis longtemps exploitée pour examiner les objets du patrimoine culturel, notamment pour révéler des repeints, des ajouts postérieurs ou les matériaux organiques. Récemment dans le cadre de nos recherches, elle a été utilisée pour localiser les traces d’anciens décors métalliques, aujourd’hui disparus, au sein des peintures murales médiévales.

Les spectrofluorimètres disponibles sur le marché ne permettent pas de travailler sur certaines œuvres fragiles du patrimoine (peintures de chevalet, manuscrits médiévaux,…) pour lesquels l’échantillonnage est interdit et leur déplacement vers les laboratoires, impossible. Un appareil portable à LED a donc été développé à l’IRAMAT-CRP2A1 en collaboration avec l’ISM2 pour l’identification des pigments et liants dans les peintures.

La légèreté, le caractère non invasif et mobile du LEDµSF3 ouvrent un champ d’étude important vers les objets de musée. La faible puissance des LED et la sensibilité de capteur  garantissent l’innocuité de la méthode à l’égard des objets fragiles. Dans le cadre de ce « Parlons-en », l’histoire du développement de ce nouvel outil sera illustrée d’applications (enluminures médiévales, estampes Japonaises…) montrant son intégration dans l’arsenal des méthodes d’analyse traditionnellement employées, dont elle est complémentaire en particulier pour l’analyse des composés organiques.


1 Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux, Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, UMR 5060 CNRS – Université Bordeaux Montaigne, Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 PESSAC, France.

2 Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255 CNRS – Université de Bordeaux, Bâtiment A12, Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, 33405 Talence.

3 Brevet déposé en France à l’INPI le 24/12/14 (FR 1463318) et extension à l’international le 23/12/15 (PCT/FR2015/053744).

Journée d’étude au MNAM

Le Magasin de Ben : une œuvre en perspectives. Une journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche du Labex CAP, Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales.

Mardi 12 septembre 2017,

Musée national d’art moderne

10h30 – 18h00

Contact : yael.kreplak@centrepompidou.fr

Ben, Magasin (1958-1973) © Museum Tinguely. Photo : Daniel Spehr.

Cette journée sera consacrée à l’œuvre Le Magasin de Ben, conservée au MNAM, qu’onabordera comme une pièce emblématique de la collection contemporaine et des enjeux soulevés par les œuvres dites complexes de la collection. En rassemblant, dans une logique interdisciplinaire, des professionnels du musée étant intervenus sur différents aspects de l’œuvre (sa conservation, son exposition, sa restauration, sa documentation…), des chercheurs et des professionnels de la conservation, il s’agira de rendre compte de la multiplicité des perspectives sur l’œuvre.

La matinée se déroulera en salle d’exposition, face à l’œuvre, avec des interventions des professionnels du musée ayant été impliqués dans les différentes étapes du travail sur l’œuvre. On reviendra ainsi sur le processus de travail, d’un bout à l’autre de la chaîne.

L’après-midi rassemblera des chercheurs et des professionnels de la conservation susceptibles d’apporter un éclairage complémentaire sur l’œuvre et les enjeux relatifs à sa conservation. La journée est ainsi conçue, dans son ensemble, comme un temps de travail, de réflexion et d’échanges collectifs sur l’œuvre et les pratiques de conservation.

* * *

PROGRAMME

Matinée, 10h30-12h30, en salle d’exposition En présence de : Sophie Duplaix (conservatrice en chef des collections contemporaines), Astrid Lorenzen et Lucille Royan (restauratrices), Odile Rousseau (documentaliste). Attention : la jauge étant limitée, la participation à la matinée se fera uniquement sur inscription, dans la limite des places disponibles. Rdv à l’entrée du personnel, au coin de la rue du Renard et de la rue Saint-Merri, à 10h15. Pour s’inscrire : yael.kreplak@centrepompidou.fr (avant le 9 septembre)

Après-midi, 14h-18h00, en salle Triangle. La salle Triangle se trouve en bas sur la droite de la piazza du Centre Pompidou, à côté de l’ascenseur rouge – l’entrée se fait directement par la piazza, pas par l’intérieur du Centre.

Entrée dans la limite des places disponibles.14h -14h45 : Lorenza Mondada (Université de Bâle). Manipuler avec précaution : coordination de l’action et attention aux détails lors du déplacement d’objets d’art. La présentation reviendra sur le montage de l’œuvre à Bâle, dans le contexte de la rétrospective de Ben qui s’est tenue au Musée Tinguely en 2015-2016. Elle s’appuiera sur des enregistrements vidéo du montage pour analyser l’organisation collective du travail et la coordination des différents participants.

14h45-15h30 : Yaël Kreplak (Fondation des sciences du patrimoine – Patrima). Quelle sorte d’entité matérielle est une œuvre d’art ? Le cas du Magasin. Cette intervention proposera une synthèse des observations effectuées au MNAM dans le cadre de l’ethnographie de la conservation des pièces contemporaines réalisée depuis 2015. En revenant sur les différentes étapes du travail sur Le Magasin et en rendant compte des différentes médiations qui constituent l’œuvre, il s’agira de réfléchir à la notion d’œuvre complexe.

15h30-16h15 : Isabelle Merly (ingénieur d’études, collections contemporaines, MNAM). L’étude préalable du Magasin. Isabelle Merly présentera le travail effectué ces dernières années sur Le Magasin à travers la réalisation de son « étude préalable », en revenant sur les modalités de réalisation et d’usage de cette documentation spécifique, qui se présente comme un inventaire et une analyse structurée de l’œuvre, et conçue comme un outil de travail collectif en vue de sa réinstallation.

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h15 : Jean-Roch Boullier (conservateur chargé de l’art contemporain au Mucem) & Marie-Charlotte Calafat (adjointe au département des collections et des ressources documentaires du Mucem). Unités écologiques et installation : convergences théoriques et pratiques ? Cette intervention ouvrira la réflexion sur les enjeux de la conservation des œuvres complexes, à travers une comparaison entre les installations contemporaines et les unités écologiques conservées dans les collections du Mucem.

17h15 : Sophie Duplaix et Yaël Kreplak. Conclusion de la journée et ouverture de la discussion collective.