Archives de catégorie : Rencontre

Du chantier de restauration à la recherche

Aujourd’hui le LRMH : du chantier de restauration à la recherche

Église Sainte-Odile, Porte de Champerret, Paris 17e. Intérieur de la nef: béton rose, briques et verrières en pâte de cristal et mortier de ciment de François Décorchemont

Journée d’études du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le

11 octobre 2016,

à l’INP-INHA, Auditorium Colbert, 2, rue Vivienne – 75002 PARIS

Le Laboratoire de recherche des Monuments historiques, en collaboration avec l’INP, propose une journée d’études consacrée à un état des lieux de ses travaux dans différents domaines. Service à compétence nationale du ministère de la Culture et de la Communication, le Laboratoire convie ses partenaires, les étudiants et les professionnels à cette journée de bilan et de perspective pour des communications sur ses recherches et ses actions, sachant que ces dernières sont menées en collaboration avec différentes institutions auxquelles le Laboratoire est associé, qu’il s’agisse du CNRS, de la Fondation des sciences du Patrimoine, ou des Labex et COMUE dont il fait partie.

Liant recherche et terrain, qu’il s’agisse des grottes ornées ou du béton du XXe siècle, du vitrail, de la pierre ou des microorganismes, il s’agira à la fois de tirer le bilan des actions menées depuis de nombreuses années et de présenter le dernier état de la réflexion.

Journée d’étude LRMH

Le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH) vous convie à une journée d’étude et de réflexion qui se déroulera le 11 octobre 2016, dans l’auditorium de la Galerie Colbert (2 rue Vivienne 75002 Paris), en partenariat avec l’INP.

Aujourd’hui le LRMH :
Du chantier de restauration à la recherche

Créé dans les années 1970 par Jean Taralon, le LRMH a dépassé ses 45 ans d’existence. Cette fin d’année 2016 est donc l’occasion de nous pencher sur son passé, de questionner son présent et de réfléchir à son futur.

Quel bilan tirer de ces années d’activité sur le terrain, consacrées à l’étude et à la sauvegarde du Patrimoine, ainsi que de toutes les recherches scientifiques menées dans le cadre des thèses co-encadrées et des études duCercle des Partenaires du Patrimoine?

Quelles pistes et quelles propositions pour l’avenir en matière d’analyse du patrimoine ?

Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti, à l’ESAA le 10 Juin

Cometti.03
crédits photographiques © Jean-Marc de SAMIE

        Vendredi

     10 Juin 2016

Ecole Supérieure d’ Art  d’ Avignon 

A  l’initiative  de  l’Unité  de  Recherche en conservation – restauration  d’artefacts culturels et  de l’association fil à fil des étudiant-e-s  et diplômé-e-s  de  la  mention Conservation – Restauration  de l’ESAA.

     “Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti”                 DISCUSSION ENTRE ETUDIANTS, PROFESSIONNELS,                  ENSEIGNANTS, CHERCHEURS, ARTISTES … ET TOUS AUTRES           BIENVENUS

                                                            ACCES LIBRE !                                                                                              inscription en bas de page pour réservation du                                                                       déjeuner (5 euros)                                    

Programme  de la journée

8 h 45 : Accueil des participants: thé, café, jus de fruits, viennoiseries, …

9h : Débat 1:  ” La recherche en conservation-restauration “

Modération:  Gaspard Salatko, ethno-anthropologue enseignant à l’ESAA.

Evocation du livre de Jean-Pierre Cometti avec Alfredo Vega, conservateur-restaurateur et philosophe.

 “Conserver/Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique”, Collection NRF Essais /Gallimard, Février 2016, 320 p.p., 23 €

conserv_restaur

Présentation de l’éditeur
La conservation et la restauration des œuvres d’art sont en apparence les deux faces d’une même réalité. Les musées n’ont-ils pas pour mission d’exposer et de préserver leurs œuvres? Mais c’est compter sans une extension inédite des biens culturels et la propension à y inclure les choses les plus diverses, à commencer par les plus contemporaines. En sorte que ces deux missions deviennent contradictoires.
Les termes qui caractérisent cette situation nouvelle («patrimoine», «curateur» qui s’est substitué à «commissaire», etc.) indiquent la grande transformation : sous l’effet du marché de l’art internationalisé et de la place qu’il occupe dans le monde de la finance, les œuvres sont désormais des biens qui, au même titre que d’autres, plus qu’une valeur ont un prix.
S’ajoute l’importance prise par leur dimension contemporaine, puisque la mémoire dans nos sociétés est indissociable d’un rapport à l’histoire désormais centré non plus sur le passé mais sur le présent – un présent sans futur et qui est à lui-même son propre horizon.
La patrimonialisation du présent brasse les cultures les plus hétérogènes, le passé et le présent, l’homogène et l’exogène, l’ordinaire et l’extraordinaire. Elle fait croître le souci qui entoure désormais les productions contemporaines y compris dans leurs composantes techniques, singulièrement créditées d’une valeur que leur obsolescence particulière rend d’autant plus digne d’intérêt.

12h30 – Déjeuner dans le Jardin de l’ESAA, aux bons soins de la “Tripopote”, par la cuisinière bio en chef du    Tri postal  (Participation des auditeurs au repas: 5,-

14h : Débat impromptu 2 :  ” Conservation-restauration et société actuelle “

Modération: Pierre Lagrange, socio-anthropologue enseignant à l’ESAA, avec …  d’autres diplômés professionnels à préciser.

Evocation (sous réserves)  de deux autres livres de Jean-Pierre Cometti,

  • La démocratie radicale . Lire John Dewey, Gallimard, « Folio Essais », Janvier 2016, 340 pp., 8,20 €
démocratie radicaleDans cet ouvrage posthume, Jean Pierre Cometti fait part une dernière fois de son attachement à la philosophie de John Dewey (1859-1952) et y révèle un libéralisme d’une autre espèce par la voie d’une « démocratie radicale », soit un « libéralisme radical » d’inspiration pragmatiste. Malgré les résonances négatives pour beaucoup, de pragmatisme et libéralisme qui signifient pour eux, compromis et asservissement, Jean-Pierre Cometti développe avec l’obstination du pragmatiste convaincu et pratiquant qu’il fut, ce courant important de la tradition philosophique américaine qui s’avère riche d’enseignement pour la période cahotique actuelle. Chez l’oncle Sam aujourd’hui, il semble bien loin de la pensée des prétendants au mandat présidentiel qui rivalisent d’invectives et slogans toujours plus populistes, dignes d’un piètre western. Actuellement  en  France et  dans le  sillage d’expériences similaires en Egypte (Place Tahrir), en Grèce (Syriza), aux USA (Occupy Wall Street) et en Espagne (Los indignados), le mouvement “La Nuit debout” rassemble des individus lassés par l’expertise politique déversée par les média et le dévoiement de la démocratie représentative. Ils sont désireux de lui substituer “l’enquête et la discussion libre”, telles que John Dewey les a décrites, émancipatrices par des moyens propres à l’avénement d’une société plus directement démocratique, délibérative et participative, “à la mesure et à l’image de ses fins”. (M. Maire)
  • La nouvelle aura. Economies de l’art et de la culture,         Questions Théoriques – Saggio Casino, avril 2016, 240 p.p, 17 €
Afficher l'image d'originePrésentation de l’éditeur
Quelles sont les transformations formelles, sociales et économiques qui ont traversé l’art du XXe siècle pour lui donner son visage « contemporain », quels sont leurs enjeux? Pour répondre à ces questions, ce livre revient sur la notion d’aura, héritée de la théorie critique de Walter Benjamin. La Nouvelle Aura s’attache à cerner les modalités de l’auratisation qui règle les rapports entre art contemporain et industrie culturelle. La coalescence actuelle, inédite, entre l’art, la mondialisation libérale, la mode – et jusqu’à l’univers du luxe –, rend nécessaire un examen critique et idéologique des formes de spéculation et de fétichisme qui font de l’art contemporain une valeur intégrée au capitalisme globalisé.
Jean-Pierre Cometti s’intéresse aux mécanismes de diffusion de l’art (les biennales), aux pratiques de valorisation (la collection privée et ses mécanismes d’accumulation) et à la paradoxale réification qui finit par arraisonner jusqu’à l’installation ou la performance. Il revient également sur la figure de Marcel Duchamp, artiste de l’avant-garde voué à la destruction de l’œuvre d’art organique et « rétinienne », mais aussi soucieux de produire sa propre légende, et de « transférer » l’aura perdue des œuvres d’art sur sa personne.
Ce livre constitue l’aboutissement de la réflexion esthétique de Jean-Pierre Cometti, en intégrant l’héritage pragmatiste (antiessentialiste, contextualiste, attentif à la texture des usages, et non à des substances) dans un horizon élargi : celui d’une théorie critique de l’art et de la culture contemporaine. Cette réarticulation du pragmatisme et de la théorie critique marxiste, dans le sens d’un outillage de l’une par l’autre, constitue à coup sûr l’un des intérêts philosophiques majeurs de cet ouvrage.

 Lire aussi 

16h = Pause thé ou café

18h : Fin de la table ronde – discussions libres

___________________________________________

Inscription  obligatoire et gratuite + réservation du repas :

                                          avant le 5 Juin !                                            

par courriel : journeecometti@esaavignon.fr

Informations téléphoniques : +33 (0) 490 270 423

Adresse : 500, Chemin de Baigne-pied, BP 20917 84090 Avignon cedex 9

Plan :  

carte_école                                    

FICHE D’INSCRIPTION (A copier-coller dans un fichier .doc,  .docx,  ou  .odt et envoyer par courriel à l’adresse journeecometti@esaavignon.fr)

NOM :                                            Prénom :

Lien avec Jean-Pierre Cometti :

Adresse  :

Téléphone  :

Courriel  :

Commentaire / pensée :

Réservation d’un repas de midi à 5,- Euros   oui    non

Les infestations entomologiques : enjeux d’aujourd’hui, politiques de demain

Journées d’études co-organisées par le CICRP et l’OCIM

le 29-30 juin et 1er juillet 2016
à Arles

Depuis plusieurs années la communauté patrimoniale a parfaitement intégré les conséquences désastreuses des infestations entomologiques, l’attention qui doit être portée à ces situations et les réponses à y apporter.

Deux facteurs contemporains nous obligent à reconsidérer cette prise de conscience et à en faire évoluer les composantes. Mondialisation et développement durable redéfinissent nos schémas d’appréhension établis à partir des années 1980.

Plus que le dérèglement climatique, c’est la mondialisation des échanges des hommes et des biens qui fait apparaitre de nouvelles espèces et peut présenter des dangers potentiels.

Le développement durable et les lois biocides posent la question des traitements dont la mise en œuvre sera de plus en plus contrainte voire impossible si les adaptations ne peuvent être mises en place.

De ce constat, plus que jamais, la prévention s’affirme comme la réponse à la hauteur de ces deux enjeux actuels.

Les rencontres co-organisées par le CICRP et l’OCIM, en collaboration avec les Archives municipales de Marseille en juin 2016 aborderont ces deux aspects : enjeux et conséquence de la mondialisation et des mesures liées au développement durable pour « traiter moins et prévenir plus».

Après une approche globale de la situation entomologique aujourd’hui et des dispositifs réglementaires et leur mise en perspective avec les enjeux patrimoniaux, les rencontres viseront à travers la présentation de cas concrets et de visites pour appréhender de manière concrète la mise en œuvre de réponses adaptées. Elles feront également le point sur de nouveaux axes de recherches et les avancées en matière de veille technologique.
Comité scientifique des Rencontres

  • Roland May, directeur du CICRP
  • Katia Baslé, Conservation préventive et patrimoine écrit, CICRP
  • Fabien Fohrer, entomologie-micro-biologie, CICRP
  • Sylvie Grange, directrice de l’OCIM
  • François Dusoulier, Conservateur du Muséum d’histoire naturelle de Toulon et du Var
    Anne Médard, Conservatrice du patrimoine, directrice du Museum
  • Michel Martinez, Ingénieur honoraire INRA
  • Sylvie Clair, Directrice des Archives de Marseille

Séminaire de recherche en conservation-restauration d’art contemporain

Recherche en restauration et conservation d’œuvres d’art contemporain

Séminaire de recherche animé par Aude Bodet, directrice du Pôle collection du Centre national des arts plastiques (Cnap), Maxime Guitton, chef du service du soutien à la création au sein du Pôle création du Cnap, et Grazia Nicosia, restaurateur et conseiller en conservation préventive au Musée du Louvre

Aude Bodet présentera l’importance que revêtent les activités de restauration et de conservation préventive au sein du Fonds national d’art contemporain, dont le Cnap assure la conservation et la diffusion, au regard de l’histoire particulière de la collection.

Maxime Guitton informera sur le dispositif de soutien à la recherche en restauration et conservation d’œuvres d’art contemporain que propose le Centre national des arts plastiques chaque année à des restaurateurs professionnels.

Bénéficiaire à deux reprises du soutien à la recherche en restauration et conservation d’œuvres d’art contemporain proposé par le Cnap, pour deux projets de recherche distincts : Singularité des œuvres molles, étude des œuvres d’Eugène Leroy et typologie des altérations caractéristiques des œuvres en cours de polymérisation (2004-2005), et Etude des œuvres entomologiques de Jan Fabre : exposer, conserver et restaurer. Protocole réduisant les risques d’infestation dans les collections d’art contemporain (2009-2011), Grazia Nicosia, diplômée de l’ESAA, viendra présenter, au-delà des résultats scientifiques de ses recherches, comment ces deux projets ont été l’occasion de travailler de manière privilégiée sur des œuvres avec l’étroite collaboration d’artistes et des institutions.

Infos pratiquesCe séminaire de recherche est organisé par l’Institut national du patrimoine et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Ecoles
doctorales d’Archéologie, d’Histoire et d’Histoire de l’art).

  • Le séminaire aura lieu à l’

Institut National du Patrimoine (Salle Champollion-Buffon) – 2, rue Vivienne, Paris 2e.

Pour plus d’informations : seminaire.de.recherche@inp.fr

Pour vous inscrire : formulaire d’insription

La profession de conservateur du patrimoine.

La déontologie. Rôle et responsabilités du conservateur.

 Rencontre tenue le 05 JUILLET 2015 à l'INP / Paris.

Dans un monde ouvert et en constante évolution, les questions du rôle, de la responsabilité et de la déontologie du conservateur se posent avec une actualité et une acuité particulières. Confronté à une complexité et une diversité croissantes de situations et d’acteurs, à des enjeux potentiellement contradictoires, les conservateurs se doivent d’interroger sans cesse les principes et les valeurs qui encadrent leur pratique, règlent leur conduite et légitiment leur action. C’est dans cette perspective que l’Inp a souhaité organiser une journée de formation le 17 juin 2015 sur la déontologie destinée aux élèves conservateurs. Cette journée qui a tenu un rôle essentiel dans leur formation était également ouverte au public. Cette rencontre, organisée en partenariat avec le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, a été l’occasion de confronter l’expérience et les points de vue de professionnels exerçant dans les divers champs du patrimoine – archives, archéologie, bibliothèques, inventaire, monuments historiques, musées, PSTN – et de tirer de leurs expériences respectives des enseignements précieux pour la pratique professionnelle des futurs conservateurs.

 Ouverture

Denis Berthomier, directeur général du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou
Fabrice Bakhouche, directeur du cabinet de Madame la Ministre de la culture et de la communication
Ecouter

Qu’est-ce que la déontologie des fonctionnaires ? Christian Vigouroux, Conseiller d’Etat, président de la section de l’Intérieur au Conseil d’Etat

Le savant et le politique : les relations entre les services de l’inventaire et les élus Eric Cron, chef du Service régional du patrimoine et de l’Inventaire de la Région Aquitaine

L’archéologue et l’aménageur : quand deux grandes politiques publiques se rencontrentAnne Pariente, directrice du Service archéologique de la Ville de Lyon
Ecouter

La recherche des origines : enjeux liés à la provenance des collections des musées Didier Schulmann, chef de service de la Bibliothèque Kandinsky, musée national d’Art moderne / Centre Pompidou
Ecouter

L’archiviste et l’intime : patrimoine public et vie privée  Bruno Ricard, sous-directeur de la communication et de la valorisation des archives, service interministériel des Archives de France, direction générale des patrimoines, ministère de la culture et de la communication
Ecouter

Le patrimoine au risque de choquer : le traitement des collections sensibles Cédric Crémière, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle du Havre

Ecouter

Le monument et le vrai : restaurer, restituer, recréer ? Delphine Christophe, conservatrice régionale des monuments historiques, coordonnatrice du pôle Architecture et Patrimoines, DRAC Languedoc-Roussillon
Ecouter

L’écrit face à la révolution numérique : les enjeux pour les professionnels des bibliothèques Denis Bruckmann, directeur des collections, directeur général adjoint, Bibliothèque nationale de France
Ecouter

Conclusion
Philippe Barbat, directeur de l’Institut national du patrimoine
Ecouter

 Lire aussi

“La déontologie des professionnels du patrimoine”, dossier de formation réalisé par le centre de ressources documentaires, avril 2015
mediatheque-numerique.inp.fr/index.php/content/download/5727/38058/version/1/file/Deontologie+patrimoine+2015.pdf

Service producteur : Direction de la recherche et des relations scientifiques de l’Inp. Publié le : 02/07/2015

Howard Becker à écouter sans modération

Howard Becker © SB

La fameuse émission A voix nue  diffusée sur France Culture du lundi au vendredi de 20h à 20h30, propose à ses auditeurs des entretiens “avec ceux qui marquent notre époque” : artistes, créateurs, scientifiques,…

Du 16 au 22 mars, c’est le célèbre sociologue et auteur des mondes de l’art, Howard Becker (1982) , qui s’est prêté à la narration de l’histoire de sa vie en 5 épisodes,  en présence de Sylvain Bourmeau.

Howard Becker est sans doute le sociologue vivant le plus connu au monde. Né en 1928 à Chicago, c’est dans sa ville natale qu’il s’initie dans l’immédiat après-guerre à la sociologie le jour et au jazz la nuit. De ces expériences des marges, il tirera Outsiders, un livre sur les bars de nuit, les musiciens qui les hantent et les fumeurs de marijuana, l’un des ouvrages classiques de la discipline, auquel on doit la fameuse théorie de l’étiquetage. Après des recherches sur l’activité professionnelle des enseignants et des soignants, il explore les mondes de l’art, s’interroge sur la meilleure manière d’écrire les sciences sociales, s’initie à la photographie et jamais ne cesse de jouer du piano. (Crédits: France Culture)

Par Sylvain Bourmeau. Réalisation : Véronique Vila. Prise de son : Benjamin Chauvin et Etienne Leroy. Attachée de production : Claire Poinsignon.

1/5:  Une jeunesse à Chicago

Ecoutez l'émission  28 minutes

2/5:  Fumeurs de Marijuana et musiciens de jazz

Ecoutez l'émission  28 minutes

3/5:  Au milieu des mondes de l’art

Ecoutez l'émission  28 minutes

4/5:  Ecrire les sciences sociales

Ecoutez l'émission  28 minutes

5/5:  Et Mozart alors ?

Ecoutez l'émission  28 minutes

 

   réf: Les Mondes de l’art, Howard Becker.

L’ouvrage fait apparaître les mondes de l’art comme un espace relationnel qui compte différents types de réseaux de coopérations, mais aussi d’artistes qui entretiennent des rapports « typiques » avec ces mondes de l’art. L’analyse détaillée d’Howard Becker qui est aujourd’hui une référence incontournable, permet d’entrevoir que  le champ de la création artistique est constitué de chaînes de coopération.

  • Poche: 379 pages

  • Editeur : Flammarion,  2006

  • Collection : Champs Arts

  • Langue : Français

  • ISBN-10: 208080149X

  • ISBN-13: 978-2080801494

L’ethno-anthropologue Daniel FABRE prochainement à l’ESAA

Crédits La Dépêche
Crédits La Dépêche

Daniel Fabre, anthropologue et ethnologue, sera à l’ESAA le Mardi 10 Mars prochain, dans le cadre de la 6° session du séminaire art et artefactualité animé par Gaspard Salatko et Marc Maire.

Plusieurs de ses thèmes de recherche concernent et intéressent au premier chef ceux du programme de M2 CR et des étudiants: le transfert de sacralité, les formes modernes du culte de l’artiste, l’anthropologie de l’art, de la monumentalité, les formes culturelles de la présence du passé, l’histoire européenne du regard ethnologique.

Rappel: Michel Giroud dit “Le coyote” à Avignon les 06 et 07 Février 2015

 

Voir l’annonce précédente  ICI 

Implication de l’ESAA dans le projet HAS-Vaucluse / Tri postal

Pour en savoir plus  cliquer ICI 

La participation de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) au projet « HAS-TRI POSTAL » s’inscrit dans une nouvelle dynamique impulsée conjointement par Catherine Bugeon, Adjointe au Maire d’Avignon pour la culture, Présidente du Conseil d’Administration de l’EPCC-ESAA, et Dominique Boulard, directrice de l’établissement.

En effet et outre sa mission première d’enseignement supérieur, l’ESAA vise désormais à occuper une place visible et productive dans la cité, au carrefour d’enjeux d’aujourd’hui aussi bien culturels que sociétaux, concernant autant les étudiants, les praticiens amateurs, les enseignants que les citoyens de tous âges et de toutes conditions.

Pour ce faire et dès la rentrée 2014, l’ESAA a resserré des liens de partenariat avec plusieurs structures avignonnaises, dont HAS-Vaucluse et son projet d’investissement de l’ancien tri postal d’Avignon-centre. La venue prochaine de l’artiste, historien et critique d’art contemporain Michel Giroud pour une conférence face aux étudiants, le Vendredi 06 Février, est l’occasion de concrétiser ce maillage dès le lendemain, par son prolongement au tri postal, sous forme cette fois d’une rencontre avec tous les invités de CASA/HAS.

 Vendredi 06 Février à 14 h 

« Quels musées pour demain ? »

Conférence et débat  avec Michel Giroud dans l’amphithéâtre de l’ESAA, de 14 à 17 h.  

   Tout public  

Face au public de l’ESAA et avec sa participation, Michel Giroud propose d’évoquer les projets de « musées » au destin tantôt ambigü, paradoxal ou contradictoire, conçus par des artistes tels que Joseph Beuys (1921-1986), Marcel Broodthaers (1924-1976), Robert Filliou (1926-1987), Wolf Vostell (1932-1998), représentants des quatre positions majeures énoncées et expérimentées durant les années soixante à quatre-vingt.

Puis Michel Giroud voudrait relater des expériences contemporaines, telle celle du Sudio Eliasson de Berlin où se côtoient en permanence une trentaine de personnes aux nationalités et compétences diverses: des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art et des philosophes. Les architectes constituent la majorité de cette équipe à la fois pluridisciplinaire, interdisciplinaire, et transdisciplinaire. D’autres personnalités interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle comme le philosophe Paul Virilio et le philosophe des sciences Bruno Latour. Face à l’incapacité de mutation des modèles du musée et de l’école d’art, cette dynamique berlinoise fut déjà imaginée et expérimentée par Wolf Vostell dès 1967 sous la forme de son académie idéale.

Enfin, Michel Giroud présentera son propre parcours dont son récent livre Le musée des muses à musées rend aussi compte à sa manière, dans la perspective d’initier pour la première fois en France, un projet d’ école d’art comme interface notamment entre atelier d’enfants (art à l’ESAA et écologie au Lac de Saint-Chamand), adultes-apprenants, et laissés-pour-compte (HAS), tous en quête de (re-)socialisation autour d’intérêts communs supérieurs sur la planète terre, devant s’envisager sur un plan doublement localisé et mondialisé.

Marc Maire, Janvier 2015.

 Samedi 07 Février de 14 à 17 h 

Rencontre avec Michel Giroud au tri postal.

tri postal 01

La rencontre dès le matin entre Michel Giroud, les partenaires du projet HAS-Tri postal et le public, est destinée à étudier les conditions de possibilité de la réalisation d’un projet expérimental “art et société” pour la transformation de notre vie quotidienne. Comment passer d’une économie de la domination, de l’exploitation, de la soumission, à une économie poïétique (Robert Filliou) de transformation permanente (imagination et intuition), comme selon les principes élaborés par Joseph Beuys, de “sculpture sociale” et de défense de la nature ? Envisager avec la participation du méta atelier de Jean-Paul Thibeau, des étudiants de l’ESAA et Marc Maire, le GEM, PEROU, NAC, ainsi que le Laboratoire Orchestra de Michel Giroud, une autre manière d’envisager l’art comme une boite à outil pour transformer de manière ludique (selon Fourier et Filliou) notre condition sociale et spirituelle.

Avec pour enjeu la restauration de l’individu réduit à un rôle économique de consommateur et de spectateur, vers une activité humaine solidaire, fondée sur l’échange dans un nouveau cadre social, culturel et spirituel, non plus  dominé par la rentabilité, l’exploitation forcenée, et la destruction des ressources naturelles, environnementales et humaines (économie mondiale actuelle), mais orientée vers un « autre monde », un écosystème d’échanges réciproques, où l’individu, « pieds nus sur la terre » est considéré comme une richesse imaginative, comme une source et une ressource, pour transformer à une petite échelle, son milieu. Un tel projet impliquant l’école d’art, les partenaires de HAS-Vaucluse, la Municipalité et le Conseil Général, s’inscrit dans le cadre général d’une écologie responsable (coopérative, permaculture, échanges de voisinages, nouvelles expériences sociales, culturelles et spirituelles, etc.). L’art actuel dans sa dimension ludique et spirituelle (Beuys, Filliou et cie) est un outil fondamental de transformation où sont pris en compte tout autant les enfants, les adultes, les chômeurs, les marginaux et les laissés pour compte. L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon avec son programme de recherche en conservation-restauration, ses ateliers d’enfants et son activité envers les adultes amateurs, souhaite être un partenaire primordial du projet Tri  postal.

Michel Giroud, Janvier 2015

Ps : pour creuser la réflexion … le DIF et les nouveaux droits culturels – cf. Déclaration de Fribourg.

 

Michel Giroud au TRI POSTAL, Samedi 07 Février 2015

crédits photos ESAA

Implication de l’ESAA dans le projet Tri Postal
samedi 07/02/15 de 14h à 17h

Organisateurs :

Dominique Boulard, Directrice de l’ ESA Avignon

Marc Maire, PEA en conservation-restauration de biens culturels

Renaud Dramais, directeur HAS Pôle Vaucluse
Modérateur :

Jean-Paul THIBEAU, Initiateur des Protocoles Méta & Méta-atelier

La participation de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) au projet « TRI POSTAL » mené par les associations CASA/HAS s’inscrit dans une nouvelle dynamique impulsée conjointement par Catherine Bugeon, Adjointe au Maire d’Avignon pour la culture, Présidente du Conseil d’Administration de l’EPCC-ESAA, et Dominique Boulard, directrice de l’établissement.

En effet et outre sa mission première d’enseignement supérieur, l’ESAA vise désormais à occuper une place visible et productive dans la cité, au carrefour d’enjeux d’aujourd’hui aussi bien culturels que sociétaux, concernant autant les étudiants, les praticiens amateurs, les enseignants que les citoyens de tous âges et de toutes conditions.

Pour ce faire et dès la rentrée 2014, l’ESAA a resserré des liens de partenariat avec plusieurs structures avignonnaises, dont HAS-Vaucluse et son projet d’investissement de l’ancien tri postal d’Avignon-centre. La venue prochaine de l’artiste, historien et critique d’art contemporain Michel Giroud pour une conférence face aux étudiants, le Vendredi 06 Février, est l’occasion de concrétiser ce maillage dès le lendemain, par son prolongement au tri postal, sous forme cette fois d’une rencontre avec tous les invités de CASA/HAS.

PLUS D’INFORMATIONS SUR LE BLOG DU PROJET
http://www.tripostal.org  PENSEZ A VOUS INSCRIRE SUR LE BLOG POUR RECEVOIR L’ACTUALITE

Michel Giroud dit le “coyote” à l’ESAA le 06 Février 2015

Michel Giroud

Rencontre exceptionnelle de 14 à 17 h.

  Invité  Michel GIROUD, artiste, historien et critique d’art contemporain, directeur éditorial aux Presses du Réel, enseignant itinérant.

Lieu      ESAA / Baigne-pieds              Date     06 Février 2015             Public        ESAA et extérieur.

Thème 

Depuis la tenue en France du premier colloque sur la conservation-restauration de l’art contemporain en 1992, les problématiques qui le concernent ont donné lieu à moult réflexions, rencontres et publications partout en Europe comme outre Atlantique. En effet, les lieux et modalités d’intégration, de conservation et de transmission au sein de l’institution muséale selon sa mission, exigent aujourd’hui de la conservation-restauration qu’elle soit en mesure de résoudre le paradoxe de l’impératif de pérennisation d’objets dépourvus initialement de marque d’intention de leur durabilité, comme de conformation matérielle pour en attester. La restauration n’est-elle pas alors une véritable gageure, quand elle vise à perpétuer des artefacts de nature périssables sous prétexte de leur patrimonialisation ? Tandis que la conservation-restauration s’évertue à s’adapter au changement de paradigmes, et de l’art et de l’oeuvre d’art, celui du musée ne semble pas vouloir être envisagé à l’aune de la rupture produite par les avant-gardes.

Face au public et avec sa participation, Michel Giroud propose d’évoquer les projets de « musées » au destin tantôt ambigü, paradoxal ou contradictoire, conçus par des artistes tels Joseph Beuys (1921-1986), Marcel Broodthaers (1924-1976), Robert Filliou (1926-1987), Wolf Vostell (1932-1998), représentants des quatre positions majeures énoncées et expérimentées durant les années soixante à quatre-vingt.

Puis Michel Giroud voudrait relater des expériences contemporaines, telle celle du Sudio Eliasson de Berlin, où se côtoient en permanence une trentaine de personnes, aux nationalités et compétences diverses: des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art et des philosophes. Les architectes constituent la majorité de cette équipe à la fois pluri-, inter-, et trans- disciplinaire, voire indisciplinaire. D’autres personnalités interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle comme le philosophe Paul Virilio et le philosophe des sciences Bruno Latour. Cette dynamique berlinoise fut déjà imaginée et expérimentée par Wolf Vostell dès 1967 sous la forme de son académie idéale, face à l’incapacité de mutation des modèles du musée et de l’école d’art.

Enfin, Michel Giroud présentera son propre parcours dont son récent livre Le musée des muses à musées rend aussi compte à sa manière, dans la perspective d’initier pour la première fois en France, un projet d’ école d’art comme interface notamment entre atelier d’enfants (art à l’ESAA et école verte au Lac de Saint-Chamand), adultes-apprenants, et laissés-pour-compte (Tri postal), tous en quête de (re-)socialisation autour d’intérêts communs supérieurs sur la planète terre, devant s’envisager sur un plan doublement localisé et mondialisé.

La venue de Michel Giroud à Avignon se prolongera le lendemain Samedi 07 Février 2015 au Tri Postal, par une rencontre avec les partenaires du projet Poste restante, dont Monsieur le Préfet de Vaucluse, des représentants de la Ville d’Avignon, NAC, PEROU, et le public invité.

Implication de l’ESAA dans le projet HAS-Vaucluse / Tri postal

La participation de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) au projet « HAS-TRI POSTAL » s’inscrit dans une nouvelle dynamique impulsée à la fois par Catherine Bugeon, Adjointe au Maire d’Avignon pour la culture, Présidente du Conseil d’Administration de l’EPCC-ESAA, et Dominique Boulard, directrice de l’établissement.

En effet et outre sa mission première d’enseignement supérieur, l’ESAA vise désormais à occuper une place visible et productive dans la cité, au carrefour d’enjeux d’aujourd’hui aussi bien culturels que sociétaux, concernant autant les étudiants, les praticiens amateurs, les enseignants que les citoyens de tous âges et de toutes conditions.

Pour ce faire et dès la rentrée 2014, l’ESAA a resserré des liens de partenariat avec plusieurs structures avignonnaises, dont HAS-Vaucluse et son projet d’investissement de l’ancien tri postal d’Avignon-centre. La venue prochaine de l’artiste, historien et critique d’art contemporain Michel Giroud pour une conférence face aux étudiants, le Vendredi 06 Février, est l’occasion de concrétiser ce maillage dès le lendemain, par son prolongement au tri postal, sous forme cette fois d’une rencontre avec tous les invités de CASA/HAS.

 M. Maire, avec le concours de M. Giroud, Nov.2014

En complément:   ICI

Copyright Montessuis
Michel Giroud dans le même costume “cubiste” que celui d’Hugo Ball  récitant son poème ‘Karawane” présenté au Cabaret Voltaire de Zürich en 1916. Copyright Montessuis.