Archives de catégorie : Offre

FORMATION CONTINUE DE L’ARAAFU EN SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2015

Logo_ARAAFU
………………………..
L’Araafu propose la formation : Matériaux de conservation préventive
 
Date : 2 jours, jeudi 10 et vendredi 11 septembre 2015
 
Horaires : 9h30-13h et 14h-17h30
 
Lieu :  Université Paris 1 Tolbiac, 17 rue de Tolbiac, 75013 Paris
 
Vous trouverez  ici  la plaquette de présentation du stage et le formulaire d’inscription
 
Date limite d’inscription : 11 août 2015
………………………..
L’Araafu propose la formation : Vitrines : conservation & gestion

Date : 3 jours, mercredi 14, jeudi 15 et vendredi 16 octobre 2015

 Horaires : 9h30-13h et 14h-18h

Lieu : AGECA, 177 rue de Charonne, 75011 Paris 
et C2RMF, 14 quai F. Mitterrand 75001 Paris. 
 
Vous trouverez  ici  la plaquette de présentation du stage et le formulaire d’inscription
 
Date limite d’inscription : 16 septembre 2015
Attention : les congés du secrétariat ayant lieu du 21 août au 13 septembre, les demandes de devis et inscriptions seront traitées avant ou après ces dates (nous sommes notamment à votre disposition tout l’été).
………………………..
Nous attirons votre attention sur le fait qu’il y a peu de places. Celles-ci seront attribuées par ordre de réception. Pensez à pré-réserver dès à présent par courriel ou téléphone !
 
vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puis confirmer avant la date limite d’inscription, par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat : Secrétariat ARAAFU, boite aux lettres 77, 10 allée de Fontainebleau, 75019 Paris,
– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).
 
N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Nous sommes désolées mais aucune réservation ne sera maintenue au delà de la date limite d’inscription, si elle n’est pas confirmée dans les temps par l’envoi par courrier postal de ces éléments.
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
…………………
CF Blind
ARAAFU – BAL 77 – 10 allée de Fontainebleau 75019 Paris
Permanence téléphonique le jeudi matin (répondeur en dehors de ces horaires) : 06 95 129 222
Site internet : http://araafu.com

Le III°cycle en conservation-restauration de l’ESAA: unité de recherche et modalités de candidature

La recherche de III° cycle à l’ESAA en et pour la conservation-restauration.

Pourquoi ?

L’ambition du programme de recherche de troisième cycle en et pour la conservation-restauration est de permettre à des conservateurs-restaurateurs d’aborder et  tenter de résoudre par eux-mêmes et pour eux-mêmes, des problématiques inhérentes à leur discipline. L’objectif est donc la production de leur propre discours émancipé d’un assujettissement encore exclusif ou prioritaire à la discipline de l’histoire de l’art, par un élargissement à d’autres points de vue et approches scientifiques comme empiriques, tels par exemple et en l’occurrence, ceux  des artistes.

Pour qui ?

Cette unité de recherche prépare au DSRA mention Conservation-Restauration . Ce troisième cycle s’adresse à des conservateurs-restaurateurs confirmés comme à de jeunes diplômés désireux de soutenir une thèse dans le premier laboratoire français de leur discipline.

  • Unité de Recherche Interdisciplinaire (URI -CR) .

Jean-Pierre Cometti, sémioticien et docteur en philosophie, Stéphanie Elarbi, conservatrice-restauratrice, Line Herbert-Arnaud, docteur en histoire de l’art, Pierre Lagrange, docteur en socio-anthropologie, Gaspard Salatko, docteur en ethno-sociologie, Cathy Vieillescazes, docteur en chimie analytique, Marc Maire, conservateur-restaurateur (référent).

  • Méthodologie de la recherche

A l’instar du conservateur-restaurateur ayant sans cesse eu recours à d’autres domaines pour constituer et affiner son arsenal technique et technologique depuis la professionnalisation de son activité au XVIII° siècle, plusieurs ressources sont mobilisées pour mener une réflexion analytique et épistémologique au croisement d’autres disciplines impliquées elles aussi dans la préservation et la transmission des biens culturels.  Outre une méthodologie scientifique déjà empruntée à l’archéologie en fondement de la discipline de la conservation-restauration, l’enquête à la fois documentaire et de terrain usant du comparatisme voire de la métacritique, de perspectives, méthodes et concepts d’autres sciences humaines et sociales  en vigueur qui dans la philosophie et l’histoire de l’art, qui dans l’esthétique, la sociologie et l’anthropologie. L’ examen des  usages, comportements et concepts qui réclame cette enquête, doit servir à nourrir une réflexion de caractère interdisciplinaire visant la proposition ou la modification explicite d’ applications concrètes en conservation-restauration sur les lieux de son exercice.  L’inspiration comparatiste et métacritique, l’expérimentation méthodologique et de concepts en usage dans les sciences humaines et sociales – l’ archéologie, la philosophie et l’histoire de l’art, l’ esthétique, la sociologie ou l’anthropologie -, sont ici au cœur des perspectives et méthodes mobilisées en faveur d’une telle recherche.

• Sujet de thèse

Le projet de recherche s’élabore par la précision et l’énonciation d’une hypothèse à vérifier. La recherche débute donc par la constitution d’une bibliographie, puis de fiches bibliographiques et analytiques de nature à faire des réflexions, des thèmes ou sujets d’étude d’auteurs, la source d’une hypothèse et le sujet de la thèse.

• Méthodes

Puis la description et l’analyse réflexive contribuent à rendre compte d’un état des lieux, en reposant autant sur les façons d’observer des situations réelles formant un corpus d’exemples choisis à dessein, les faits et relations qui s’y rapportent, que sur l’utilisation d’un langage analytique permettant une explicitation efficiente.

Dans la dernière phase du processus de recherche, il s’agit de présenter le travail d’analyse sous ses différentes formes, à la fois quant à ses méthodes et dans ses dimensions à la fois théoriques et pratiques. Par méthode, on entend l’ensemble des moyens et procédures spécifiques mobilisés au cours de la recherche. C’est à la démarche analytique qu’il appartient d’en évaluer l’utilisation et le rendement.

NB : À la différence de celle du chercheur en création artistique, l’analyse et l’interprétation des exemples choisis, entendent se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects et de l’émotion individuelle. 

Modalités de candidature au III°cycle de l’ESAA,

pour l’obtention du Diplôme Supérieur de Recherche en Art.

Conditions :

Les candidats au DSRA doivent être titulaires d’un diplôme de deuxième cycle (DNSEP ou Master 2). Il est important de bien prendre connaissance des pré-requis demandés par l’unité de recherche souhaitée avant de s’y engager. Les candidats doivent s’inscrire obligatoirement dans une unité de recherche et son programme. Leur projet de recherche doit être cohérent avec les axes de ces programmes.

Pièces nécessaires pour faire acte de candidature (par envoi postal) :

● Un CV succinct d’une page environ, présentant le parcours dans l’enseignement supérieur et professionnel. Si le candidat est en train de passer son diplôme (DNSEP ou équivalent Master 2) au moment de sa candidature, il doit transmettre une attestation de scolarité qui mentionne sa formation en cours et son niveau. Si sa candidature est retenue, son inscription ne sera définitivement confirmée que s’il a obtenu son diplôme. Il devra alors transmettre la copie de son diplôme.

● Le projet de recherche de deux à trois pages maximum. Il expose la motivation de l’étudiant, la pertinence et la nouveauté de sa recherche (aussi au regard des axes de l’unité de recherche qu’il souhaite rejoindre). Il souligne ce qui dans ses études, ses expériences et ses recherches personnelles prédispose l’étudiant- chercheur à suivre ce troisième cycle.

* Concernant la mention « Conservation-Restauration », le projet de recherche prend la forme de celui d’une thèse de doctorat, c’est-à-dire qu’il doit présenter son sujet, soit des éléments de sa délimitation, du plan et des méthodes de travail prévus.

Il est également demandé d’y joindre une bibliographie de référence fondatrice du projet de thèse, et les travaux d’auteurs qui lui servent de base problématique.

* Pour les mentions « Création » et « Préservation et archéologie des arts médiatiques et numériques », il est demandé une documentation relative aux travaux du candidat, révélant son évolution. Support : papier, CD rom et/ou DVD et/ou Site Web et/ou application mobile téléchargeable gratuitement et/ou clé USB. Le format des documents numériques sera impérativement en open source (PDF possible). Attention ! Ne pas envoyer de documents originaux.

● Une enveloppe affranchie, de format adéquat aux documents présentés, pour retour des dossiers des candidats non retenus. Sont considérés comme documentation les ouvrages, vidéos, supports numériques et autres supports visuels réunis pour illustrer ou référencer votre dossier. Les autres éléments du dossier ne sont pas retournés (lettres, CV, projet personnel…). Préciser les documents à renvoyer à une adresse mise en évidence. Les candidats peuvent également venir récupérer leur dossier à l’issue de la sélection et ce avant le 15 décembre de l’année de l’envoi, sur demande à l’ESAA.

Destinataire du dossier de candidature:

Le dossier complet doit être adressé à la directrice d’établissement à l’adresse suivante :

ESAA- III° cycle, 500 Chemin de Baigne – Pieds, 84000 Avignon.

Conseil de la Recherche :

Les unités de recherches réunies collégialement au sein du Conseil de la Recherche étudient les demandes et établissent une liste courte. Les candidats pré-sélectionnés sont ensuite invités à présenter leur projet pendant 20 mn devant une commission d’admission à l’ESAA ou à distance (par Skype – dans ce cas mentionner l’adresse Skype dans le CV). La directrice d’établissement arrêtera la liste définitive des admis.

Inscription administrative :

Les inscriptions administratives ont lieu chaque année entre le 1er septembre et le 15 décembre.

Calendrier :

– Date limite de réception des dossiers (le cachet de la poste faisant foi) : 30 Septembre 2015.

– Entretiens:  Octobre 2015.

– Résultats de la commission : Novembre 2015.

– Début de la formation : Janvier 2016 .

L’ARAAFU propose une formation les 14, 15, 16 / 10 / 2015

Logo_ARAAFU

………………………..
L’Araafu propose la formation : Vitrines : conservation & gestion

Date : 3 jours, mercredi 14, jeudi 15 et vendredi 16 octobre 2015

 Horaires : 9h30-13h et 14h-18h

Lieu : AGECA, 177 rue de Charonne, 75013 Paris 
et C2RMF, 14 quai F. Mitterrand 75001 Paris. 
 
La plaquette de présentation du stage et le formulaire d’inscription sont accessibles  ici 
 
Date limite d’inscription : 16 septembre 2015
Attention : les congés du secrétariat ayant lieu du 21 août au 13 septembre, les demandes de devis et inscriptions seront traitées avant ou après ces dates (nous sommes notamment à votre disposition tout l’été).
 
………………………..
Nous attirons votre attention sur le fait qu’il y a peu de places. Celles-ci seront attribuées par ordre de réception. Pensez à pré-réserver dès à présent par courriel ou téléphone !
 
vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puisconfirmer avant le 16 septembre par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat : Secrétariat ARAAFU, boite aux lettres 77, 10 allée de Fontainebleau, 75019 Paris,
– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).
 
N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Nous sommes désolées mais aucune réservation ne sera maintenue au delà du 16 septembre, si elle n’est pas confirmée dans les temps par l’envoi par courrier postal de ces éléments.
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
…………………
CF Blind
ARAAFU – BAL 77 – 10 allée de Fontainebleau 75019 Paris
Permanence téléphonique le jeudi matin (répondeur en dehors de ces horaires) : 06 95 129 222
Site internet : http://araafu.com

Call for Papers: Joint 2016 AIC and CAC-ACCR Meeting, Montreal, Canada May 13-17, 2016

The theme for AIC’s 44th Annual Meeting, held jointly with the 42nd Annual CAC-ACCR Conference, in Montreal, Canada, May 13-17, 2016, will be Preparing for Disasters and Confronting the Unexpected in Conservation.

Colleagues are invited to submit abstracts that address in a broad-based way the impact of past, present, and future disasters on the protection of cultural property. In addition, papers that address confronting the unexpected in conservation whether it occurs during the treatment of an artifact or during a natural disaster are requested.

The topic can be expanded to address immediate reactions, such as the application of crowd-mapping technology to aid response efforts, or longer term developments stemming from disasters, such as the adoption of simple strategies. These strategies might include: Fail to Plan – Plan to Fail, effective risk assessment methodologies, the rapid transformation of damaged artifacts into objects of veneration, or – thanks to social media today – the repercussions of instantaneous visibility of destruction. In addition to situations caused by natural disasters, accidents, terrorist activities, and climate change, even well-intended but misguided interventions can elicit global amusement and/or outrage. The unexpected may include surprises encountered along the way in any treatment and can be expanded to include all stakeholders, even future ones, who are affected by a disaster.  Communities affected can cross geographic boundaries, social and economic populations, cultural and historical perspectives, and inter-disciplinary expertise.

The Collection Care Network (CCN) of the American Institute for Conservation seeks abstracts that explore the partnerships crucial to successful emergency management for their session. The CCN promotes collaboration, standards and best practices, training and other projects to advance preventive conservation in institutions of all types and sizes.  Papers may speak to any emergency management phase, be it preparedness, response, recovery, or mitigation. Topics might include collaborations between cultural and emergency managers in training, architectural modifications to prepare museum structures for climate change, modeling sea rise, health and safety issues in remediation of cultural heritage structures, and many other topics. We are especially interested in submissions from colleagues in related professions such as facility administrators, collection managers, security personnel, HVAC and structural engineers, framers, art handlers, librarians, archivists, and others who have collection-wide responsibilities.

The review committees will be looking for abstracts related to the general theme, however other topics will be reviewed as well. Please refer to the full Call for Papers on our website for more details. To see the full call for papers, visit www.conservation-us.org/abstracts.

For guidelines for developing a workshop and application forms or to submit a proposal for a workshop, visit www.conservation-us.org/workshops.

Submission deadline for both papers and workshops is Monday, September 14, 2015. Poster abstract submissions are due Thursday, October 1st. 

If you have any questions or if you would like to submit an abstract, please contact Ruth Seyler at rseyler@conservation-us.org.

Best,

Annual Meeting Program Committee.

Formation ARAAFU

………………………..

L’Araafu propose la formation : Matériaux de conservation préventive
 
Date : 2 jours, jeudi 10 et vendredi 11 septembre 2015
 
Horaires : 9h30-13h et 14h-17h30
 
Lieu :  Université Paris 1 Tolbiac, 17 rue de Tolbiac, 75013 Paris
 
Vous trouverez, en fichier attaché, la plaquette de présentation du stage et le formulaire d’inscription
 
Date limite d’inscription : 11 août 2015
 
………………………..
Nous attirons votre attention sur le fait qu’il y a peu de places. Celles-ci seront attribuées par ordre de réception. Pensez à pré-réserver dès à présent par courriel ou téléphone !
 
vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puis confirmer avant le 11 août par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat : Secrétariat ARAAFU, boite aux lettres 77, 10 allée de Fontainebleau, 75019 Paris,
– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).
 
N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Nous sommes désolées mais aucune réservation ne sera maintenue au delà du 11 août, si elle n’est pas confirmée dans les temps par l’envoi par courrier postal de ces éléments.
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
…………………
CF Blind
ARAAFU – BAL 77 – 10 allée de Fontainebleau 75019 Paris
Permanence téléphonique le jeudi matin (répondeur en dehors de ces horaires) : 06 95 129 222
Site internet : http://araafu.com

Session 2015 des soutenances pour l’obtention du DNSEP mention conservation-restauration

Soutenances publiques pour le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastiqueoption artmention conservation-restauration au grade de Master II, le 22  (mémoire) et 23 ( projet) Juin 2015.

EPCC – ESAA 500 Chemin de baigne-pieds BP 20917
84090 Avignon cedex 9 Tél : +33 4 90 27 23 55
  Programme et horaires via ce lien  

             Cette année, six candidat(e)s postulent à l’obtention du DNSEP / option art mention conservation-restauration de biens culturels, au grade de Master II. Conformément aux orientations thématiques de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, ils présentent face au jury* des mémoires et des projets centrés sur l’examen et le traitement d’artefacts inscrits dans le champ de l’art contemporain et des objets dits ethnographiques.

Depuis l’irruption des ready-made de Marcel Duchamp, l’analyse des productions artistiques contemporaines requiert de prendre en considération les conditions situées de leur existence et les usages qui en déterminent l’appréciation. D’orientation résolument pragmatique, cette approche enjoint le conservateur-restaurateur de formuler un double constat. Concernant l’art contemporain, les modalités particulières d’activation et d’interaction de ces productions posant à nouveaux frais la question de l’oeuvre, obligent à en reconsidérer l’ontologie. Concernant les objets dits ethnographiques, la distinction patrimoniale des artefacts issus de cultures spatialement et/ou temporellement distantes, a pour effet une altération de leurs qualités initiales au profit d’une vision ethno-centrée des conditions de leur pérennité et des attachements qui en légitiment la conservation.

Dans ces conditions, comment la conservation-restauration parvient-elle à éviter l’écueil de la réification de choses mouvantes, dynamiques, inscrites sur une trajectoire temporelle, en proposant des solutions adossées à une expérience des biens culturels de nature à la fois cognitive et sensible ? Reposant en grande partie sur une démarche d’enquête, les travaux réalisés cette année donnent à cette question toute sa portée en proposant, via un recours approprié aux méthodes des sciences sociales, des solutions ajustées au traitement d’artefacts de nature hétérogène.

• Frédéric BOUTIE a abordé les enjeux de la conservation-restauration d’une création vestimentaire de prêt à porter en matière plastique, conservée dans une collections publique belge. Pour ce faire, il ne se limite pas à la seule considération de ses matérialité et technicité, mais intègre à sa réflexion critique la relation du vêtement au corps désormais absent et mobilise un autre exemplaire de veste du même couturier.

• Mathilde CHASSAGNEUX se penche sur un film expérimental  d’artiste, dont il ne reste plus aujourd’hui que deux copies différemment incomplètes, mais qui permettent néanmoins d’envisager une restauration de l’occurrence originelle au prix de sacrifices mesurés.

• Emmanuelle FAU  passe au crible les processus de patrimonialisation et d’artification qui sous-tendent la biographie d’une maquette en bois de la tour Eiffel aujourd’hui déposée au Mémorial de la Shoah., fabriquée en 1939 dans la plus grande indigence par un groupe de réfugiés politiques espagnols détenus dans le camp de Gurs.

• • Laetitia  DUFOUR et Seungmin LEE ont tous deux pris en charge l’étude d’une paire d’objets  « ethnographiques » issus de cultures non européennes et conservés dans des musées publics.  La première, deux masques provenant de sociétés traditionnelles de l’actuelle Côte d’Ivoire, pour tenter de les revisiter à l’aune d’un comparatisme hérité de Claude Lévi-Strauss et de méthodes propres à l’archéologie. Le second, deux couvre-chefs laqués japonais, en support d’une proposition qui puisse concilier des approches occidentale et asiatique divergentes en matière de conservation-restauration des laques orientaux.

• Léa STROPPOLO analyse une oeuvre in situ – le Domaine des Orpellières investi dans les année 1990 par l’artisite Dado – dont le « sauvetage » via le recours à la numérisation du site, met en lumière une situation de conflit entre des logiques patrimoniale et artistiques, néanmoins conciliables selon des propositions d’atténuation ou de résolution.

              Loin de s’en tenir à de simples considérations matérielles, chacune de ces enquêtes montre que le caractère prospectif du travail de conservation-restauration repose sur l’identification des multiples fonctionnement référentiels – originels, actuels ou futurs mais toujours transitoires – qui instruisent la reconnaissance des biens patrimonialisés et/ou muséalisés.

Afficher l'image d'origine

 Defense for DNSEP option art, mention conservation : 2015

6 candidates.

There are six candidates for obtaining this year the DNSEP / mention conservation of cultural property, presenting varied works of study, research and production, in accordance with the ESAA training cursus identity and its special attention to the fields of contemporary art and ethnographic objects.

Since Marcel Duchamp and his readymades, the critical approach of many contemporary productions requires to pay attention to their contextual conditions of functioning and use. The various ways of activation and interaction that are involved in these conditions lead to reconceive their ontology and the very question of the “artwork” as such. In addition, the cultural property valuing has the effect of depriving the artifacts that are concerned of their variable cultural dimension in favor of an exclusive vision.

This situation obliges the conservator to take into account the necessary contribution of special fields of inquiry at the cross road of social sciences and conservation. Beyond the only material consideration of an Heritage artifact, the prospective nature of the work carried out in M2 opens onto an investigation of the conditions of its original, transitory, actual and future features, as they participate of its identity and its existence.

How to avoid the pitfalls of reification by providing solutions in relation with an experience of the cultural property both more cognitive and pragmatic ? The works of this year give to such a question its full scope by giving it a meaningful contribution.

* Composition du Jury:

  • Jean-Roch Bouiller, docteur en Histoire de l’art, conservateur du patrimoine chargé de l’art contemporain au MUCEM, président,
  • Gilles Carle, diplômé de l’Institut du son et des techniques du spectacle, chef des services techniques et de régie au Centre Pompidou,
  • Thierry Lalot, docteur en chimie, Professeur HDR responsable de la formation en CRBC à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne,
  • Gaspard Salatko, docteur en ethno-sociologie, professeur et coordinateur de l’année M2 à l’ESAA,
  • Alfredo Vega, doctorant en conservation-restauration à l’Université Paris I Panthéon- Sorbonne, conservateur- restaurateur et philosophe,

G. Salatko, M. Maire, avec la contribution de J.P. Cometti.

ESAA 05. 2015

____________________________

http://seminesaa.hypotheses.org/etudiants-m2/objet-de-recherche

  Programme et horaires via ce lien  

2015 Defense for DNSEP option art, mention conservation: 6 candidates.

There are six candidates for obtaining this year the DNSEP / mention conservation of cultural property, presenting varied works of study, research and production, in accordance with the ESAA training cursus identity and its special attention to the fields of contemporary art and ethnographic objects.

Afficher l'image d'origine

Since Marcel Duchamp and his readymades, the critical approach of many contemporary productions requires to pay attention to their contextual conditions of functioning and use. The various ways of activation and interaction that are involved in these conditions lead to reconceive their ontology and the very question of the “artwork” as such. In addition, the cultural property valuing has the effect of depriving the artifacts that are concerned of their variable cultural dimension in favor of an exclusive vision.

This situation obliges the conservator to take into account the necessary contribution of special fields of inquiry at the cross road of social sciences and conservation. Beyond the only material consideration of an Heritage artifact, the prospective nature of the work carried out in M2 opens onto an investigation of the conditions of its original, transitory, actual and future features, as they participate of its identity and its existence.

How to avoid the pitfalls of reification by providing solutions in relation with an experience of the cultural property both more cognitive and pragmatic ? The works of this year give to such a question its full scope by giving it a meaningful contribution.

* Composition du Jury:

Jean-Roch Bouiller, docteur en Histoire de l’art, conservateur du patrimoine chargé de l’art contemporain au MUCEM, président,

Gilles Carle, diplômé de l’Institut du son et des techniques du spectacle, chef des services techniques et de régie au Centre Pompidou,

Thierry Lalot, docteur en chimie, Professeur HDR responsable de la formation en CRBC à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne,

Gaspard Salatko, docteur en ethno-sociologie, professeur et coordinateur de l’année M2 à l’ESAA,

Alfredo Vega, doctorant en conservation-restauration à l’Université Paris I Panthéon- Sorbonne, conservateur- restaurateur et philosophe,

G. Salatko, M. Maire, avec la contribution de J.P. Cometti.

ESAA 05. 2015

____________________________

http://seminesaa.hypotheses.org/etudiants-m2/objet-de-recherche

  Programme et horaires via ce lien  

Longhi, Brandi, Conti et la restauration des oeuvres d’art …

Roberto Longhi, Cesare Brandi, Alessandro Conti

Regards et retour sur la restauration.
Journée d’étude, INHA, Paris, 12 juin 2015

Date et lieu

12 juin 2015
Institut National d’Histoire de l’Art
Galerie Colbert, Salle Jullian
2 rue Vivienne
75002 Paris

Co-organisateurs

Dipartimento di Studi Umanistici. Lettere Filosofia Lingue, Università degli Studi del Piemonte Orientale « Amedeo Avogadro », Vercelli, Italia.
Équipe d’accueil 4100 “Histoire culturelle et sociale de l’art”, Pôle “Conservation-restauration des biens culturels”, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France.

Comité scientifique

Patrizia Zambrano, professeur à l’Università degli Studi del Piemonte Orientale

Imma Laino, doctorante en cotutelle, Università della Calabria / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Thierry Lalot, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

William Whitney, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Contact

Thierry Lalot Thierry.Lalot@univ-paris1.fr

 » RENDEZ-VOUS au coeur de l’art, exactement « 

La galerie rue Visconti * est heureuse de vous inviter au lancement de la revue

RENDEZ-VOUS

en présence de Michel Nuridsany, rédacteur en chef, des auteurs et des artistes Le jeudi 5 mars de 18h à 22h : Lecture d’Annie Zadek de 19h30 à 20h Cette soirée inaugurera une exposition des œuvres de Carlos Kusnir, Lionel Sabatté et Claude Lévêque

Exposition du vendredi 6 au samedi 14 mars 2015 de 14h à 19h

On est artiste d’abord, puis on se spécialise dans le roman, la peinture, la musique, la chorégraphie, l’architecture. C’est sur cette idée que se fonde la revue « Rendez-vous ». Corollaire : l’envie ou la nécessité de troubler les genres, de les ignorer, de les transgresser pour mettre à vif ce que Henry James nomme « la folie de l’art ». Des artistes parlent donc d’autres artistes sans se soucier des frontières qui défendent une supposée intégrité de chaque territoire. Au-delà de l’actualité et des modes, voici donc un aujourd’hui autre. Au cœur de l’art, exactement. Michel Nuridsany PEINTURE Carlos Kusnir (enseignant à l’ESAA) « Buenos Aires Paris-Marseille » Dialogue avec Gaspar Noé, réalisateur Éric Fabre, galeriste, envoie une lettre de Bruxelles VIDÉO Lionel Sabatté « Dessins animés » Par Philippe Orrico, chef de quatre restaurants à Kowloon BD Adolpho Avril et Olivier Deprez « Après la mort, après la vie » Par Gustavo Giacosa, chorégraphe CINÉMA Vivianne Perelmuter « Le Vertige des possibles » Par elle-même DANSE Eric Arnal Burtschy « Ciguë » Par Michel Nuridsany, écrivain ARTS DE LA SCÈNE Yoann Bourgeois « L’Art de la fugue » Par lui-même MUSIQUE CONTEMPORAINE Yann Robin « Fterá » Par Alain Fleischer, réalisateur, photographe, écrivain RAP Eminem « 313 » Par Claude Lévêque, artiste LITTÉRATURE Pierre Guyotat « Joyeux animaux de la misère » Par Stanislas Nordey, metteur en scène Par Jacques Kebadian, cinéaste POÉSIE « Horoscope », inédit d’Annie Zadek

contact@rendezvousrevue.com

L’ethno-anthropologue Daniel FABRE prochainement à l’ESAA

Crédits La Dépêche
Crédits La Dépêche

Daniel Fabre, anthropologue et ethnologue, sera à l’ESAA le Mardi 10 Mars prochain, dans le cadre de la 6° session du séminaire art et artefactualité animé par Gaspard Salatko et Marc Maire.

Plusieurs de ses thèmes de recherche concernent et intéressent au premier chef ceux du programme de M2 CR et des étudiants: le transfert de sacralité, les formes modernes du culte de l’artiste, l’anthropologie de l’art, de la monumentalité, les formes culturelles de la présence du passé, l’histoire européenne du regard ethnologique.

Présentation de leurs travaux de recherche en cours par les étudiants de M2 CR

Sous la houlette de Gaspard SALATKO, coordinateur, avec le concours de Stéphanie ELARBI et Marc MAIRE,

 Mardi 10 Janvier 2015   dans l’amphithéâtre de l’école d’art et à partir de 9 h, les étudiants de M2 Cr présenteront à tour de rôle et en temps limité, l’état de leur recherche en cours devant donner lieu à un mémoire soutenu en Juin 2015 lors de l’épreuve du DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option art, Mention conservation-restauration). Les directeurs individuels de projet et de mémoire sont invités à cet événement qui sera ouvert au public.

Concrètement, il s’agit d’offrir aux candidats au diplôme, la possibilité d’un entraînement à la parole publique, et aux auditeurs, un accès aux problématiques affrontées. Chaque orateur proposera une présentation de son projet de recherche d’une durée de 15 minutes suivie d’un temps de discussion de 15 à 20 minutes. Outre la possibilité de faire connaître leur projet, chacun pourra ainsi bénéficier à mi-parcours de l’année scolaire, des remarques et des retours qui lui seront formulés.

___________________________________

Programme

9H-9H40 : Emmanuelle Fau

9H40-10H20 : Laetita Dufour

Pause

10H40-11H20 : Seungmin Lee

11H20-12H : Léa Stroppolo

Pause déjeuner

14H00-14H40 : Fréderic Boutié

14H40-15H20 : Mathilde Chassagneux

15H20-16H : Juliette Dirat

Etudiants de M2 CR et rercherches en cours

• Frédéric BOUTIE , http://seminesaa.hypotheses.org/2264

• Mathilde CHASSAGNEUX, http://seminesaa.hypotheses.org/2801

• Juliette DIRAT, (en cours d’édition)

• Laetitia DUFOUR, (en cours d’édition)

• Emmanuelle FAU, http://seminesaa.hypotheses.org/2120

• Seungmin LEE,  http://seminesaa.hypotheses.org/1802

• Léa STROPPOLO, http://seminesaa.hypotheses.org/1439

__________________________________________

 

Rappel: Michel Giroud dit « Le coyote » à Avignon les 06 et 07 Février 2015

 

Voir l’annonce précédente  ICI 

Implication de l’ESAA dans le projet HAS-Vaucluse / Tri postal

Pour en savoir plus  cliquer ICI 

La participation de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) au projet « HAS-TRI POSTAL » s’inscrit dans une nouvelle dynamique impulsée conjointement par Catherine Bugeon, Adjointe au Maire d’Avignon pour la culture, Présidente du Conseil d’Administration de l’EPCC-ESAA, et Dominique Boulard, directrice de l’établissement.

En effet et outre sa mission première d’enseignement supérieur, l’ESAA vise désormais à occuper une place visible et productive dans la cité, au carrefour d’enjeux d’aujourd’hui aussi bien culturels que sociétaux, concernant autant les étudiants, les praticiens amateurs, les enseignants que les citoyens de tous âges et de toutes conditions.

Pour ce faire et dès la rentrée 2014, l’ESAA a resserré des liens de partenariat avec plusieurs structures avignonnaises, dont HAS-Vaucluse et son projet d’investissement de l’ancien tri postal d’Avignon-centre. La venue prochaine de l’artiste, historien et critique d’art contemporain Michel Giroud pour une conférence face aux étudiants, le Vendredi 06 Février, est l’occasion de concrétiser ce maillage dès le lendemain, par son prolongement au tri postal, sous forme cette fois d’une rencontre avec tous les invités de CASA/HAS.

 Vendredi 06 Février à 14 h 

« Quels musées pour demain ? »

Conférence et débat  avec Michel Giroud dans l’amphithéâtre de l’ESAA, de 14 à 17 h.  

   Tout public  

Face au public de l’ESAA et avec sa participation, Michel Giroud propose d’évoquer les projets de « musées » au destin tantôt ambigü, paradoxal ou contradictoire, conçus par des artistes tels que Joseph Beuys (1921-1986), Marcel Broodthaers (1924-1976), Robert Filliou (1926-1987), Wolf Vostell (1932-1998), représentants des quatre positions majeures énoncées et expérimentées durant les années soixante à quatre-vingt.

Puis Michel Giroud voudrait relater des expériences contemporaines, telle celle du Sudio Eliasson de Berlin où se côtoient en permanence une trentaine de personnes aux nationalités et compétences diverses: des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art et des philosophes. Les architectes constituent la majorité de cette équipe à la fois pluridisciplinaire, interdisciplinaire, et transdisciplinaire. D’autres personnalités interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle comme le philosophe Paul Virilio et le philosophe des sciences Bruno Latour. Face à l’incapacité de mutation des modèles du musée et de l’école d’art, cette dynamique berlinoise fut déjà imaginée et expérimentée par Wolf Vostell dès 1967 sous la forme de son académie idéale.

Enfin, Michel Giroud présentera son propre parcours dont son récent livre Le musée des muses à musées rend aussi compte à sa manière, dans la perspective d’initier pour la première fois en France, un projet d’ école d’art comme interface notamment entre atelier d’enfants (art à l’ESAA et écologie au Lac de Saint-Chamand), adultes-apprenants, et laissés-pour-compte (HAS), tous en quête de (re-)socialisation autour d’intérêts communs supérieurs sur la planète terre, devant s’envisager sur un plan doublement localisé et mondialisé.

Marc Maire, Janvier 2015.

 Samedi 07 Février de 14 à 17 h 

Rencontre avec Michel Giroud au tri postal.

tri postal 01

La rencontre dès le matin entre Michel Giroud, les partenaires du projet HAS-Tri postal et le public, est destinée à étudier les conditions de possibilité de la réalisation d’un projet expérimental « art et société » pour la transformation de notre vie quotidienne. Comment passer d’une économie de la domination, de l’exploitation, de la soumission, à une économie poïétique (Robert Filliou) de transformation permanente (imagination et intuition), comme selon les principes élaborés par Joseph Beuys, de « sculpture sociale » et de défense de la nature ? Envisager avec la participation du méta atelier de Jean-Paul Thibeau, des étudiants de l’ESAA et Marc Maire, le GEM, PEROU, NAC, ainsi que le Laboratoire Orchestra de Michel Giroud, une autre manière d’envisager l’art comme une boite à outil pour transformer de manière ludique (selon Fourier et Filliou) notre condition sociale et spirituelle.

Avec pour enjeu la restauration de l’individu réduit à un rôle économique de consommateur et de spectateur, vers une activité humaine solidaire, fondée sur l’échange dans un nouveau cadre social, culturel et spirituel, non plus  dominé par la rentabilité, l’exploitation forcenée, et la destruction des ressources naturelles, environnementales et humaines (économie mondiale actuelle), mais orientée vers un « autre monde », un écosystème d’échanges réciproques, où l’individu, « pieds nus sur la terre » est considéré comme une richesse imaginative, comme une source et une ressource, pour transformer à une petite échelle, son milieu. Un tel projet impliquant l’école d’art, les partenaires de HAS-Vaucluse, la Municipalité et le Conseil Général, s’inscrit dans le cadre général d’une écologie responsable (coopérative, permaculture, échanges de voisinages, nouvelles expériences sociales, culturelles et spirituelles, etc.). L’art actuel dans sa dimension ludique et spirituelle (Beuys, Filliou et cie) est un outil fondamental de transformation où sont pris en compte tout autant les enfants, les adultes, les chômeurs, les marginaux et les laissés pour compte. L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon avec son programme de recherche en conservation-restauration, ses ateliers d’enfants et son activité envers les adultes amateurs, souhaite être un partenaire primordial du projet Tri  postal.

Michel Giroud, Janvier 2015

Ps : pour creuser la réflexion … le DIF et les nouveaux droits culturels – cf. Déclaration de Fribourg.