Archives de catégorie : PUBLICATIONS

Devenir conservateur-restaurateur

 

Nouveau numéro de la Revue
Poursuite de notre exploration des métiers : restaurateurs du patrimoine

Au sommaire :
– Notre dossier sur devenir conservateur – restaurateur,

– Le portrait de Philippe de Viviès, un conservateur-restaurateur entreprenant, libre et souriant,
– Les témoignages de professionnels qui ont fait de leur passion pour le patrimoine leur métier.
Abonnez-vous dès maintenant pour recevoir la revue papier ainsi que les autres numéros de 2018 ou nous évoquerons les métiers liés à l’Images et à l’Edition.

S’abonner

 

 

 

Conservation-restauration du net art

Collecter et conserver l’art de l’internet, par Annett Dekker explore les qualités et les caractéristiques de ce genre artistique et son influence sur les pratiques en conservation-restauration. En abordant et en répondant à certains des défis auxquels fait face cet art,  en explorant aussi son croisement avec la conservation-restauration, le livre jette un nouvel éclairage sur l’art de l’internet, la conservation-restauration elle-même, les curating et museum studies.

En considérant l’art de l’internet davantage comme un processus plutôt qu’un objet fixe, le livre montre la façon dont il est  est influencé et exécuté par d’autres systèmes et utilisateurs. Or ces processus et réseaux sont imprégnés d’ambiguïté. L’auteur suggère que cette caractéristique est stratégiquement utilisée pour créer du suspens, obscurcir les systèmes existants et perturber les structures de pouvoir. L’obsolescence rapide du hard et du software, l’existence de nombreuses œuvres d’art sur des plateformes restreintes et le fait que les œuvres d’art agissent souvent comme des assemblages qui changent ou mutent, font de l’art de l’internet un défi de plus pour la conservation-restauration. En prenant en compte les rôles performatifs et interprétatifs des conservateurs-restaurateurs, le livre montre comment ces praticiens peuvent prendre des décisions plus éclairées lorsqu’ils répondent, analysent de manière critique ou travaillent avec l’art de l’internet, en particulier dès lors qu’on a affaire à des processus basés sur le logiciel.

Collecter et conserver l’art de l’internet s’adresse plutôt aux chercheurs, universitaires et étudiants de troisième cycle, en particulier ceux qui se consacrent aux museum studies, des études en conservation-restauration et en patrimoine, curatoriales, en art numérique et en histoire de l’art. Le livre intéressera sans doute également des professionnels impliqués dans la conservation et la conservation-restauration des arts numériques, de la performance, des médias et des logiciels. (origine: texte en anglais diffusé par l’INCCA)

Livre: Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Actes du colloque organisé par le Getty Conservation Institute, le groupe de travail ICOM-CC sur les matériaux modernes et de l'art contemporain, et le Palazzo Reale, Milan, Italie, du 30 juin au 2 juillet 2016.

Édité par Rachel Rivenc et Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières recherches et avancées sur l'art cinétique avec 15 essais et 8 posters. L'édition en ligne comprend des vidéos pour capturer plus précisément les effets évoqués par les œuvres d'art cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique comprend non seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire un effet voulu et, par conséquent, réaliser pleinement sa nature en tant qu'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une vaste gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique a émergé tout au long du XXème siècle et a connu ses développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers d'Amérique du Nord et du Sud, d'Europe et d'Océanie se sont réunis pour discuter de questions liées à la conservation de l'art cinétique. Certaines des discussions ont été très techniques, mais des préoccupations plus générales et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience par rapport à la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation-restauration.

Alors que la plupart des présentations se plaçaient du point de vue de la conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent un fondement théorique important pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek établit dans son article trois stratégies principales de préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Découvrir en ligne ICI  

Après le rapport de l’IGAC …

Ce texte est une version augmentée d’une première tribune publiée sur Semin’R en Janvier 2018.

Cela fait un peu plus de deux ans qu’un Rapport de l’Inspection Générale des Affaires Culturelles (IGAC) sur les conséquences de l’inscription des professionnels de la restauration du patrimoine sur la liste des métiers d’art, a été co-rédigé et livré par Isabelle Neuchwander et Emmanuel Hamelin, inspecteurs généraux des affaires culturelles, (mars 2016, IGAC 2016-09). S’il a bien été l’objet d’un retour critique très argumenté émanant de la FFCR, qu’en est-il de la suite donnée à ses conclusions et recommandations ?

De notre point de vue, ce rapport, le troisième après celui de Daniel Malingre en 2003 et de Christian Kert en 2006, pêche principalement par deux faiblesses, fortement responsables de celle d’ensemble.

La première relève d’une analyse technocratique  restée de surcroît étonnamment franco-centrée et qui ne devrait raisonnablement plus avoir cours à une époque où le code du patrimoine a déjà intégré des directives européennes, dont l’une concerne précisément l’habilitation des «spécialistes de la restauration». Du reste et dans une sorte de contradiction patente, des conclusions et préconisations du rapport apparaissent en dépit de positions relevant de recommandations et chartes internationales qui ont pourtant été ratifiées en leur temps par la représentation française. Celles-ci ne seraient donc pas applicables en raison d’une exception culturelle spontanée ou d’un intérêt supérieur tel que, par exemple,  le « risque d’ambiguïté »  à l’usage du terme composé conservateur-restaurateur, exprimé par un rapporteur du sénat ? (lequel et à quelle occasion ?) « La réponse à ces inquiétudes [de la profession] réside en grande partie dans la lecture approfondie de la liste des métiers d’art et de son domaine Restauration » affirme la conclusion du rapport, quand le domaine en question n’est pas la restauration mais précisément celui de la conservation-restauration telle qu’elle a été définie et ratifiée en l’espèce par un large consensus international  de  l’ICOM dès 1984 et 1986, encore en 2010. Pourquoi ne pas avoir pu ou su tirer parti des situations similaires de nos voisins ? A-t-on seulement comparé les appellations respectives, « conservateur(-gestionnaire) » et « (conservateur-) restaurateur », en France avec celles des autres pays francophones ? En Suisse par exemple, les appellations officielles en vigueur « conservateur(rice) » et « conservateur(rice)-restaurateur(rice) » cohabitent sans difficulté. Qui peut bien en France, derrière la parole d’un seul sénateur, arguer le contraire  et surtout, pourquoi ? Par ailleurs, la dérogation à l’appellation « conservateur-restaurateur » — dénomination consensuelle et internationale d’ECCO, ENCoRE et de l’ICOM — ne vaut que si un autre titre instaure une évolution qualitative de la reconnaissance de compétence vers le haut. Celle de « restaurateur du patrimoine » proposée initialement par les représentants de l’INP ou de « restaurateur diplômé »    par ceux du Master CRBC de l’Université Paris I, ne vont pas dans ce sens. Au contraire, elles sont plutôt régressives. Car dans le monde anglo-saxon, restorer est un terme péjoratif désignant ceux qui répètent des recettes, masquent leurs interventions en visant un « aspect antiquaire ». Et du reste, le terme « restaurateur » maintient lui aussi une ambiguïté avec le métier de bouche.

La deuxième tient  à l’approche bureaucratique relevant d’une vieille tradition jacobine du rapport réalisé à la demande du MCC, qui souhaitait « que l’inspection générale des affaires culturelles mène une étude sur les répercussions de ce texte sur les professionnels de la restauration du patrimoine, en termes de reconnaissance de leurs spécificités […], en analysant également les formations […]. » L’enquête à propos de ces dernières, comportant beaucoup trop d’impensés, d’inexactitudes grossières, d’approximations, d’insuffisances en somme à ce niveau d’expertise, laisse fortement à désirer. Le rapport de l’IGAC s’inscrit dans le sillage d’une confusion incompréhensiblement entretenue par le site du Ministère de la Culture sur le portail « conservation-restauration », celui-ci étant  » le résultat du groupe interdisciplinaire « conservation-restauration » coordonné par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines. Il réunit les différents services du ministère de la Culture et de la Communication en charge de la conservation des biens d’intérêt patrimonial (Archives, Bibliothèques, Musées, Archéologie, Monuments Historiques…), des laboratoires et centres de recherches et des instituts de formation des professionnels du patrimoine relevant du ministère de la Culture et de la Communication ». La conservation-restauration y est présentée, non pas comme l’activité spécifique telle qu’elle a été notamment décrite et définie par l’ICOM,  depuis 1986, ECCO en 1993 et 2011, et ENCoRE à partir de 1997  faut-il le rappeler, mais comme une sorte de champ interdisciplinaire regroupant  les professionnels du patrimoine, parmi lesquels les restaurateurs sont dilués. Sur les 36 membres de ce groupe, on ne compte que quelques conservateur-restaurateurs institutionnalisés. Pourquoi la compétence et l’expertise  des conservateurs-restautateurs indépendants ne sont pas représentées dans une telle instance ? Ne les confine -t-on pas dans un rôle de subalterne en leur déniant de la sorte une capacité de réflexion sur leur propre pratique ? Pourquoi le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines, ainsi que le groupe de réflexion de composition très institutionnelle et coordonné par ledit département de pilotage, persistent à s’inscrire en faux contre la définition internationale de la conservation-restauration, la même qui est adoptée et enseignée aujourd’hui par toutes les organisations professionnelles de conservateurs-restaurateurs et les quatre formations publiques agréées, dont les trois relevant du MCC ? L’onglet « Acteurs professionnels de la conservation-restauration des  biens culturels « , vient parachever le dévoiement de sens : « Les professionnels de la conservation-restauration du patrimoine culturel sont divers tant par leur formation et leurs diplômes que par leurs domaines d’intervention. » Or la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration ne compte dans ses rangs que des spécialistes au sens du code du patrimoine, et non « des professionnels du patrimoine  » .

Pourquoi n’avoir consulté aucun enseignant permanent des quatre formations françaises dont les diplômés sont dotés d’une habilitation par le code du patrimoine (Livre IV, titre 5, chapitre 2, articles R452-1, R452-10, R 452-11, R 452-12) ? Pourquoi ne pas avoir eu recours à des chercheurs et leurs travaux en sciences humaines et sociales susceptibles de dépasser une analyse depuis un point de vue étriqué du petit bout de la lorgnette institutionnelle concluant à des préconisations très immobilistes et même rétrogrades en fin de compte ?

Le sentiment final ne parvient pas à évacuer la frustration, déjà grande après le lamentable couplet  concernant les restaurateurs dans le rapport de 2017 sur les « Musées du XXIe siècle »  (volume 2, p. 99 et 100). Celle produite par le  constat, à l’heure de mutations patrimoniales importantes dans un monde globalisé et des enjeux qui s’y rapportent, d’une incapacité d’envisager la résolution des problèmes en question outre leur contexte français, et  hors de l’emprise de leur cadre bureaucratique. Les conclusions du rapport ne fournissent guère plus de propositions adaptées à la situation actuelle, en comparaison de celles de ses prédécesseurs. Il n’apparaît pas que les solutions suggérées puissent porter remède au constat de Daniel Malingre en 2003: « Ce métier [de conservateur – restaurateur] manque de visibilité ». Toujours est-il qu’un groupe fédérateur composé d’acteurs — d’abord de trois des quatre formations publiques, puis aujourd’hui au complet — autour du chargé de mission Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine, chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique à la  Direction Générale des Patrimoines (DGP), tentera d’initier et d’alimenter une réflexion d’ampleur, notamment pour tenter de faire mieux qu’en 2007. La réflexion menée par la FFCR à propos de l’appellation de la profession, avait alors accouchée de l’indigeste « synéréditologue » . C’est là une occasion rare qui leur est offerte de faire valoir leurs différences et intérêts, contrairement à la préconisation d’un modèle et d’une appellation uniques quasiment a priori, avant même une concertation élargie à toutes les instances et voix représentatives de la profession.

« Définir la profession de conservateur-restaurateur est justifié et opportun et doit permettre à la profession d’avoir un statut égal à celui des autres disciplines apparentes comme celles du conservateur, de l’archéologue ou du scientifique. » prônait dans son introduction, déjà le texte du rapporteur Daniel Malingre mentionné plus haut. Car il semble effectivement que c’est aussi la question du  statut inégalitaire, et professionnel, et social, des conservateurs-restaurateurs qui est posé.  Car celui-ci renvoie  immanquablement  au  rang d’une hiérarchie et à l’image que confère une activité professionnelle à un individu par rapport aux autres dans la société,  en comparaison avec  le conservateur, le scientifique et l’archéologue, quand ceux-ci sont installés et stabilisés dans les institutions muséales ou patrimoniales.

La préconisation d’une meilleure lisibilité de la compétence de la conservation-restauration et de sa spécificité parmi les métiers d’art, n’apparaît certainement pas comme une solution à même de remédier aux carences et problèmes soulevés par la pétition.  Elle ne résoudra pas non plus l’opposition latente que charrie encore l’archaïque distinction française entre conservateur et restaurateur, héritée d’une autre époque et en dépit de la conception interdisciplinaire entérinée à l’échelle internationale. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution et toujours subordonné. La cause en est le droit du patrimoine qui confère au conservateur-gestionnaire, la responsabilité scientifique de   la maîtrise d’oeuvre de la conservation-restauration, quand paradoxalement le conservateur-restaurateur est pourtant  en mesure et en droit de l’exercer au regard de la réglementation sur les marchés publics. La loi conférant cette prérogative aux « spécialistes de la conservation » se fonde essentiellement sur deux considérations. D’une part sur la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales. D’autre part sur le clivage propre à l’histoire de l’art, séparant et hiérarchisant ceux qui étudient l’histoire, la signification et  la réceptivité  des objets, de ceux qui étudient de quoi et comment les objets sont faits.

Le rapport de 2006 précité, prônait l’engagement d’une réflexion plus large  sur la création d’un corps d’État. Encore eut-il fallu qu’on n’en confie pas la supervision exclusive à  des représentants d’un corps professionnel en situation de dominance  sur la profession en question concernée au premier chef par le rapport. A l’ère des velléités de dégraissage massif de la fonction publique, il ne faut guère se faire d’illusions … Beaucoup de promesses, très molles il faut dire, tenues par le MCC à l’Assemblée nationale en réponse à une question du député François de Mazières le 19 Avril 2016, semblent être passées à la trappe: « évolutions de la partie réglementaire du code du patrimoine qui pourraient être envisagées », « réalisation dans les meilleurs délais d’une étude statistique et socio-économique des métiers de la restauration du patrimoine en France », dont on attend impatiemment les conclusions de celle diligentée récemment par le MCC, et dont se seront passés les deux auteurs du rapport de l’IGAC. Seule la « nécessaire homogénéisation des nomenclatures INSEE pour une meilleure identification des métiers et des personnes » est reprise dans le rapport, quand l’imbroglio taxonomique de l’INSEE n’est qu’un épiphénomène conséquent d’un véritable salmigondis persistant et irrésolu. N’est-il pas crucial et urgent que la FFCR révise son intitulé qui corrobore la fausse définition évoquée ci-dessus, pour revenir à celui d’origine, clairement explicite, et pour la profession, et pour nos collègues étrangers ? Les représentants des quatre formations ainsi que de toutes les organisations regroupant des conservateurs-restaurateurs, ne doivent-elles pas réclamer officiellement une rectification de la définition de la conservation-restauration sur le site du MCC, en vertu  des textes internationaux, dernièrement celui de l’ICOM en 2010,  qui n’ont pas été démentis par une exception culturelle française ?

A lire en complément:

Entrée en matière n°29, Janvier 2017

Competences for access to the conservation-restoration profession

ECCO Professional Gidelines :

2002(I)      

2003(II)

2004 (III)

Capacités d’observation et dynamique des groupes professionnels. La conservation des œuvres de musées

On practice in Conservation-Restoration Education

Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger,

Aidez les étudiants restaurateurs du patrimoine à défendre leur future profession

Impact de l’intégration des conservateurs-restaurateurs à la liste des métiers d’art »

et

Réponse à ma question à la MCC sur la liste des métiers d’art et plus particulièrement sur les restaurateurs

Restitutions de biens volés en Afrique

C’est lundi 5 mars à l’occasion d’une rencontre avec le président béninois Patrice Talon à Paris, que son homologue français Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une mission pour la restitution aux pays africains d’œuvres spoliées par la France. La nouvelle n’est pas passée inaperçue en Afrique, où de nombreux dirigeants ont apprécié cette volonté déclarée. Sauront-ils pour autant réunir les conditions nécessaires au retour et à la conservation sécurisée de leur patrimoine sur leur sol, se demande un journaliste burkinabé dans le journal local « Le pays ».

Cette volonté du chef de l’État français succède à sa promesse faite trois mois auparavant à Ouagadougou, de travailler à la restitution aux africains de cette partie de leur patrimoine culturel qui a fait l’objet de vol ou de pillage colonial, principalement par de nombreux coloniaux en tous genres – explorateurs, commerçants, administrateurs, et missionnaires. Ceux-ci arrivèrent au 18 ème et 19 ème siècle au temps de la révolution industrielle pour tenter l’aventure africaine. Dans leur sillage, d’autres collecteurs peu scrupuleux furent les auteurs d’un véritable pillage organisé d’objets que l’on retrouve aujourd’hui dans des musées prestigieux en Europe et aux USA. Des masques, des statuettes et bien d’autres objets encore, ont franchi les océans frauduleusement par des voies secrètes, dont notamment le canal de la valise diplomatique, même après les années 1960 des indépendances.

Il est toujours facile de lancer des promesses, moins de les tenir. Gageons que cette fois, les expériences de restitutions d’un passé récent puissent servir de leçons et conduire à des résolutions de cas plus dignes et plus rapides.

Pour lire la résolution du cas de 30 Vivango,  des statues de bois gravées à la mémoire des ancêtres des Mijikenda, restitués par le Denver Museum of Nature au gouvernement kényan.

TELECHARGER LE PDF

Synthèse d’un mémoire de diplôme: des vantaux de porte.

Étude des vantaux de porte déposés de l’église Saint-Gilles à Chamalières-sur-Loire, en vue de leur conservation-restauration – ESAA, 2012

 Dans son mémoire, Maxime Kitaïgorodski, diplômé en 2012 à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, nous propose une réflexion sur la nécessité de développer une approche spécifique en terme de conservation-restauration de biens patrimoniaux, conservés dans leur contexte spatial et social et toujours en fonction.

1) Problématique

L’objet, qui fût au centre de l’attention de l’auteur du mémoire, est une ancienne porte à deux vantaux, placée initialement à l’entrée de l’église Saint-Gilles de Chamallières-sur-Loire, puis déposée en 1893. Elle a subi les effets du temps et des évolutions dues à son usage ayant entraîné  une altération de son intégrité matérielle et formelle. De plus sa dépose, effectuées dans un souci de préservation matérielle, a amputé la compréhension de sa fonction et de sa situation premières ainsi que de sa portée symbolique et spirituelle.

Comment aborder la conservation-restauration d’un mobilier monumental patrimonialisé rattaché à son contexte d’origine et pourtant déconnecté de sa fonction première ? s’interroge l’auteur du mémoire .

Autrement dit, comment faire cohabiter la valeur patrimoniale, et ses exigences de conservation, avec l’expression d’une richesse de fonctions passées, qui ont conduit à la patrimonialisation ? poursuit-il.

Son étude commence par s’attacher à définir les besoins urgents de conservation matérielle et de nécessité de traitements pour préserver l’intégrité matérielle de l’objet, et par ailleurs s’interroge sur la conservation de son identité utilitaire et de sa perception altérée. Pour ce faire, il questionne la pertinence d’associer le regard d’un créateur à la phase réflexive du conservateur-restaurateur.

2) Résolution

a) conserver

Dans le but de préserver l’intégrité matérielle des vantaux, une intervention de type “archéologique” est envisagée, se limitant donc strictement aux opérations de conservation curative et de stabilisation physique. Après un travail fastidieux de relevé d’altérations, un comparatif de différents traitements contre les infestations xylophages a été mené selon les paramètres imposés par le bien, son lieu de conservation et le cadre législatif. Le traitement par fumigation ou anoxie dynamique était tout à fait possible mais c’est finalement le traitement chimique par application liquide qui a été choisi. Auparavant un dépoussiérage a été réalisé et des mesures préventives ( entretien régulier du lieu pour limiter un retour des organismes vivants, l’application d’un produit de préservation préventif …) ont été préconisées.

L’étude mécanique a mis en évidence le déséquilibre des forces exercées sur les vantaux. Aussi l’objectif de l’intervention fut-il de conférer une meilleure répartition des forces s’approchant de celle d’origine. La réalisation d’une structure de maintien n’a pu être engagée mais les principes concernant les exigences de conservation ont été établis. Cette structure devra être développée en fonction des choix de présentation et de disposition dans l’espace qui seront faits. Par ailleurs, les pattes de scellement actuelles corrodées devront être retirées et remplacées par un nouveau système de fixation. Les éléments mobiles directement accessibles seront consolidés afin de limiter tout risque de perte de matière, et enfin,  les éléments métalliques seront protégés.

Au vu des interventions explicitées ci-dessus qui seront mises en place, la dépose des vantaux  a semblé nécessaire. Ils devront alors être déplacés séparément et disposés en position horizontale sur des tréteaux.

b) restaurer

La valeur essentielle conféré à ce bien culturel est liée à son contexte architectural et à son usage fonctionnel initial. Sa disposition spatiale pose aujourd’hui un véritable problème de lisibilité, bien plus que son aspect formel. Ainsi convient-il, dans l’idée d’y remédier, de déterminer aujourd’hui, sa position dans l’espace architectural et la façon de le présenter. C’est précisément cette démarche qui caractérise l’ acte de restauration proprement dit.

Deux préoccupations guident le projet : rétablir la fonction utilitaire en remédiant à la disposition actuelle qui occulte la signification de ce bien, et prendre en considération l’acte de dépose en renonçant à une remise en place des vantaux qui ne tiendrait pas compte des valeurs patrimoniales attribuées au cours du temps.

Afin de répondre à ces exigences, une nouvelle approche est proposée : l’association (conservateur-) restaurateur / créateur dans la réflexion et l’élaboration d’une proposition de restauration. Cette interdisciplinarité a pour but d’élargir les possibilités de notre pratique sans  remettre en cause ses fondements ni prétendre à une généralisation.

Le conservateur-restaurateur agit en premier lieu dans un souci de conservation, phase première et nécessaire de la conservation-restauration, mais qui limite l’exploration de nouveaux champs d’investigation pour la présentation et la mise en valeur patrimoniale. Dans quelles mesures la pensée créative peut-elle enrichir celle du restaurateur ?  Quel rôle lui est attribué ?

L’association avec un créateur pourrait permettre  par sa restauration, la perception de significations de l’objet autres que patrimoniales et d’intégrer au processus une vision du contexte contemporain dans lequel existent aujourd’hui les vantaux.

Le créateur a la possibilité de souligner le caractère utilitaire de ces vantaux en tant qu’élément participant d’un ensemble architectural plus large, en faisant fi de contraintes conservatoires. Or dans ce cas, il devra se placer comme un interlocuteur, un collaborateur présentant une proposition créative en l’adaptant aux impératifs de conservation.

Un exemple de projet concret a été envisagé par l’auteur du mémoire. Il s’agissait de concevoir une structure à même d’assurer un maintien et une répartition des forces, tout en constituant aussi un dispositif de présentation des vantaux et de leur articulation à l’environnement architectural. Hélas cette collaboration n’a pas pu dépasser son état embryonnaire, l’auteur s’étant heurté à des difficultés pour susciter un réel intérêt auprès des créateurs sollicités dans le temps qui lui était imparti. Néanmoins, cette réflexion mérite d’être approfondie et affinée sur le long terme pour enrichir la conservation-restauration de la pensée créatrice et lui ouvrir de nouvelles perspectives.

 

 

Le Rapport de l’IGAC: et après ?


Cela va bientôt faire deux ans qu’un Rapport de l’Inspection Générale des Affaires Culturelles (IGAC) sur les conséquences de l’inscription des professionnels de la restauration du patrimoine sur la liste des métiers d’art, a été corédigé et livré par Isabelle Neuchwander et Emmanuel Hamelin, inspecteurs généraux des affaires culturelles, (mars 2016, IGAC 2016-09). A-t-il été l’objet de quelque retour critique émanant de quelque représentant de la profession de conservateur-restaurateur principalement concernée? Qu’en est-il de la suite donnée à ses conclusions et recommandations ?

De notre point de vue, ce rapport, le troisième après celui de Daniel Malingre en 2003 et de Christian Kert en 2006, pêche principalement par deux faiblesses, fortement responsables de celle d’ensemble.

La première relève d’une analyse technocratique  restée de surcroît étonnamment franco-centrée et qui ne devrait raisonnablement plus avoir cours à une époque où le code du patrimoine a déjà intégré des directives européennes, dont une qui concerne précisément l’habilitation des « spécialistes de la restauration ». Du reste et dans une sorte de schizophrénie patente, des conclusions et préconisations du rapport apparaissent en dépit de positions relevant de recommandations et chartes internationales qui ont pourtant été ratifiées  en leur temps par la représentation française. Elles ne seraient donc pas applicables en raison d’une exception culturelle spontanée ou d’un intérêt supérieur tel que, par exemple,  le « risque d’ambiguïté »  à l’usage du terme composé conservateur-restaurateur, exprimé par un rapporteur du sénat ? « La réponse à ces inquiétudes [de la profession] réside en grande partie dans la lecture approfondie de la liste des métiers d’art et de son domaine Restauration. » affirme la conclusion du rapport, quand le domaine en question n’est pas la restauration mais précisément celui de la conservation-restauration telle qu’elle a été définie et ratifiée en l’espèce par un large consensus international  de  l’ICOM dès 1986 et encore en 2010. Pourquoi ne pas avoir pu ou su tirer parti des situations similaires de nos voisins ? A-t-on seulement comparé les appellations respectives des « conservateur(-gestionnaire) » et « (conservateur-) restaurateur  » en France avec celles des autres pays francophones ? En Suisse par exemple, les appellations officielles en vigueur « conservateur(rice) » et « conservateur(rice)-restaurateur(rice) » cohabitent sans difficulté. Qui peut bien en France, derrière la parole d’un seul sénateur, arguer le contraire  et surtout, pourquoi ? Par ailleurs, la dérogation à l’appellation « conservateur-restaurateur » — dénomination consensuelle et internationale d’ENCoRE et de l’ICOMne vaut que si un autre titre instaure une évolution qualitative de la reconnaissance de compétence vers le haut. Celle de « restaurateur du patrimoine » proposée par les représentants de l’INP ou de « restaurateur diplômé »    par ceux du Master CRBC de l’Université Paris I, ne vont pas dans ce sens. Au contraire, elles sont plutôt régressives. Car dans le monde anglo-saxon, restorer est un terme péjoratif désignant ceux qui répètent des recettes et visent un aspect « antiquaire ». Et du reste, le terme « restaurateur » maintient lui aussi une ambiguïté avec le métier de bouche.

La deuxième tient  à l’approche bureaucratique relevant d’une vieille tradition jacobine du rapport réalisé à la demande du MCC, qui souhaitait « que l’inspection Générale des affaires culturelles mène une étude sur les répercussions de ce texte sur les professionnels de la restauration du patrimoine, en termes de reconnaissance de leurs spécificités […], en analysant également les formations […]. » L’enquête à propos de ces dernières, comportant beaucoup trop d’impensés, d’inexactitudes grossières, d’approximations, d’insuffisances en somme à ce niveau d’expertise, laisse fortement à désirer. Le rapport de l’IGAC s’inscrit dans la ligne d’une confusion incompréhensiblement entretenue par le site du Ministère de la Culture sur le portail « conservation-restauration », celui-ci étant  » le résultat du groupe interdisciplinaire « conservation-restauration » coordonné par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines. Il réunit les différents services du ministère de la Culture et de la Communication en charge de la conservation des biens d’intérêt patrimonial (Archives, Bibliothèques, Musées, Archéologie, Monuments Historiques…), des laboratoires et centres de recherches et des instituts de formation des professionnels du patrimoine relevant du ministère de la Culture et de la Communication ». La conservation-restauration y est présentée, non pas comme l’activité spécifique telle qu’elle a été notamment définie pas l’ICOM,  depuis 1986 faut-il le rappeler, et ENCoRE, mais comme une sorte de champ interdisciplinaire regroupant  les professionnels du patrimoine, dont les restaurateurs. Pourquoi le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines, ainsi que le groupe de réflexion de composition très institutionnelle et coordonné par ledit département de pilotage, persiste à s’inscrire en faux contre la définition internationale de la conservation-restauration, la même qui est adoptée et enseignée aujourd’hui par toutes les organisations professionnelles de conservateurs-restaurateurs et les quatre formations publiques agréées, dont les trois relevant du ministère de la Culture et de la Communication ? L’onglet « Acteurs de la conservation-restauration », vient parachever le dévoiement de sens : « Les professionnels de la conservation-restauration du patrimoine culturel sont divers tant par leur formation et leurs diplômes que par leurs domaines d’intervention. Ces pages ont pour objectif de présenter les grandes associations professionnelles françaises et internationales ainsi que les associations d’élèves et anciens élèves. »

Pourquoi n’avoir consulté aucun enseignant permanent des quatre formations françaises dont les diplômés sont dotés d’une habilitation par le code du patrimoine (Livre IV, titre 5, chapitre 2, articles R452-1, R452-10, R 452-11, R 452-12) ? Pourquoi ne pas avoir eu recours à des chercheurs et leurs travaux en sciences humaines et sociales susceptibles de dépasser une analyse depuis un point de vue étriqué du petit bout de la lorgnette institutionnelle concluant à des préconisations très immobilistes en fin de compte ?

Le sentiment final ne parvient pas à évacuer la frustration. Celle produite par le  constat, à l’heure de mutations patrimoniales importantes dans un monde globalisé et des enjeux qui s’y rapportent, d’une incapacité d’envisager la résolution des problèmes en question outre leur contexte français, et  hors de l’emprise de leur cadre bureaucratique. Les conclusions du document ne fournissent guère plus de propositions adaptées à la situation actuelle, par rapport à celles de ses prédécesseurs. Il n’apparaît pas que les solutions suggérées puissent porter remède au constat de Daniel Malingre en 2003: « Ce métier [de conservateur – restaurateur] manque de visibilité ». Toujours est-il qu’un groupe fédérateur composé d’acteurs — d’abord de trois des quatre formations publiques, puis aujourd’hui au complet — autour du chargé de mission Pascal Liéveaux, conservateur du patrimoine, chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique à la  Direction Générale des Patrimoines (DGP), tentera d’initier et d’alimenter une réflexion d’ampleur. C’est là une occasion rare qui leur est offerte de faire valoir leurs différences et intérêts, contrairement à la préconisation d’un modèle et d’une appellation uniques quasiment a priori, avant même une concertation élargie à toutes les instances et voix représentatives de la profession.

« Définir la profession de conservateur-restaurateur est justifié et opportun et doit permettre à la profession d’avoir un statut égal à celui des autres disciplines apparentes comme celles du conservateur, de l’archéologue ou du scientifique. » prônait dans son introduction, déjà le texte du rapporteur Daniel Malingre mentionné plus haut. Car il semble effectivement que c’est aussi la question du  statut inégalitaire des conservateurs-restaurateurs qui est posé, et professionnel, et social. ( celui-ci renvoyant immanquablement  au  rang d’une hiérarchie et à l’image que confère une activité professionnelle à un individu par rapport aux autres dans la société)  en comparaison avec  le conservateur, le scientifique et l’archéologue, quand ceux-ci sont installés et stabilisés dans les institutions muséales ou patrimoniales.

La préconisation d’une meilleure lisibilité de la compétence de la conservation-restauration et de sa spécificité parmi les métiers d’art, n’apparaît certainement pas comme une solution à même de remédier aux carences et problèmes soulevés par la pétition.  Elle ne résoudra pas non plus l’opposition latente que charrie encore l’archaïque distinction française entre conservateur et restaurateur, héritée d’une autre époque et en dépit de la conception interdisciplinaire entérinée à l’échelle internationale. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution et toujours subordonné. La cause en est le droit du patrimoine qui confère la responsabilité scientifique de la conservation-restauration et de sa maîtrise d’oeuvre au conservateur-gestionnaire qui est pourtant, paradoxalement,  en mesure et en droit de l’exercer en regard de la réglementation sur les marchés publics. La loi conférant cette prérogative aux « spécialistes de la conservation » se fonde essentiellement sur deux considérations. D’une part sur la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales. D’autre part sur le clivage propre à l’histoire de l’art, séparant et hiérarchisant ceux qui étudient l’histoire, la signification et  la réceptivité  des objets, de ceux qui étudient de quoi et comment les objets sont faits.

Le rapport de 2006 précité, prônait l’engagement d’une réflexion plus large  sur la création d’un corps d’État. A l’ère des velléités de dégraissage massif de la fonction publique, il ne faut guère se faire d’illusions … Beaucoup de promesses, très molles il faut dire, tenues par le MCC à l’Assemblée nationale en réponse à une question du député François de Mazières le 19 Avril 2016, semblent être passées à la trappe: « évolutions de la partie réglementaire du code du patrimoine qui pourraient être envisagées », « réalisation dans les meilleurs délais d’une étude statistique et socio-économique des métiers de la restauration du patrimoine en France », dont on attend impatiemment les conclusions de celle diligentée récemment par le MCC, et dont se seront passés les deux auteurs du rapport de l’IGAC. Seule la « nécessaire homogénéisation des nomenclatures INSEE pour une meilleure identification des métiers et des personnes » est reprise dans le rapport, quand l’imbroglio taxonomique de l’INSEE n’est qu’un épiphénomène conséquent d’un véritable salmigondis persistant et irrésolu.

Lire aussi :

ECCO Professional Gidelines :

2002(I)      

2003(II)

2004 (III)

On practice in Conservation-Restoration Education

Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger,

Aidez les étudiants restaurateurs du patrimoine à défendre leur future profession

Impact de l’intégration des conservateurs-restaurateurs à la liste des métiers d’art »

et

Réponse à ma question à la MCC sur la liste des métiers d’art et plus particulièrement sur les restaurateurs

 

 


La formation à la conservation – restauration de l’ESAA

Ce texte se propose d’établir un fondement théorique et programmatique du cursus de formation à la conservation-restauration, tel qu’il est envisagé et mis en œuvre depuis plus d’une décennie à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon .

dans le panorama français, …

       Il existe en France seulement quatre formations publiques1 à la conservation-restauration (C-R) de biens culturels — dont celle de l’ESA d’Avignon — délivrant pour l’une un Master, pour les autres un diplôme d’état de fin de second cycle au grade de Master. Ces diplômes sont assortis d’une habilitation inscrite dans le Code du Patrimoine [Livre IV, titre V, chapitre II, section 3] qui autorise leurs titulaires à traiter des biens culturels conservés dans les Musées de France ou protégés au titre des Monuments Historiques. Par ailleurs, la profession de conservateur – restaurateur est désormais précisément définie par différentes chartes éthiques et codes déontologiques2 sur le plan national comme international depuis un peu plus de trente ans (cf. ICOM-CC 1986ECCO 2002, et ICOM 2010-résolution n°7). En 2017 et sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC), un groupe de réflexion réunissant des représentants des 4 formations publiques à la C-R s’est constitué afin notamment d’adopter une dénomination des professionnels diplômés au niveau I, susceptible de devenir un titre protégé.

Les néophytes conçoivent souvent la (conservation-) restauration comme un champ d’activité homogène ayant pour objectif essentiel de rétablir un aspect supposé originel des des biens culturels traités, et prolonger leur existence  dans le futur. En réalité et pour des raisons à la fois historiques et structurelles, il existe différentes démarches de conservation et de restauration qui sont à l’oeuvre en fonction de diverses  théories, catégories de biens culturels (mobiliers, immobiliers par exemple), situations et doctrines institutionnelles , cultures et conjectures qui les ont produites. En tenant compte du  gabarit normatif d’une formation à la conservation-restauration, préconisé par un consensus européen (cf. ENCoRE), chacune des formations publiques françaises a initié et développé son propre programme d’enseignement3 correspondant à son antériorité historique et au contexte national. Cette diversité est contingente de leur histoire, de leur implantation et des spécialités  enseignées par chacune (“œuvres sculptées”, “objets archéologiques”, “arts du feu”, “arts graphiques”, etc. Mais  elle est aussi tributaire de conceptions théoriques et idéologiques coexistantes.

ses orientations théoriques

Ce qui distingue plus essentiellement ces cursus, relève de leur « philosophie » de la conservation-restauration, de la conception du rôle et du statut du conservateur-restaurateur dans la chaîne patrimoniale, des enjeux de son action, et des ressources mobilisées pour la réaliser. Partant d’une position historique d’activité subalterne, la conservation-restauration est enseignée aujourd’hui en école d’application (INP Paris), à l’université (Paris I – Sorbonne) et en écoles supérieures d’art  (ESA Avignon et ENSBA Tours). Elle a acquis dans bon nombre de pays membres de l’ICOM, le rang de discipline académique. En effet, elle est aujourd’hui dotée d’écoles doctorales « es conservation-restauration » en troisièmes cycles (sauf en France), d’un corpus de théories ou doctrines susceptibles d’amélioration permanente qui établit un  langage spécifique avec ses règles de production discursive, et enfin, d’une communauté identifiée de chercheurs.

et son ADN  … 

L’évolution de la formation à la conservation-restauration de l’ESA d’Avignon et son ancrage dans un établissement d’enseignement supérieur artistique, en ont déterminé l’ADN. Depuis plus de quinze  ans et différemment des autres formations similaires, celle de l’ESAA a renoncé à dispenser un enseignement visant expressément une spécialisation fondée sur un genre artistique, un médium ou un matériau, et qui induirait leur maîtrise ou expertise de nature technique et technologique. Cette perspective trouve sa justification si l’on considère le focus dirigé vers un large champ  comprenant à la fois les productions relevant conventionnellement de l’art contemporain et des artefacts ethnographiques. En effet, l’étude de ces dernières et de l’art post-moderne, incite à les considérer pour la plupart comme affranchies de l’aspiration à la forme préposée, du virtuosisme ou du technicisme, et possédant souvent une nature hybride, composite et transgenre (ou intermédiale). Hormis leur appartenance catégorielle quelle qu’elle soit, ces productions sont toujours considérées en situations singulières et font émerger des questionnements en point de départ de l’enseignement et de la recherche.

à l’égard de productions de l’art contemporain et d’artefacts ethnographiques

A les comparer, un certain nombre de parallèles peut être établi entre des « oeuvres » de l’art contemporain et des artefacts ethnographiques : leur caractère éphémère, un choix de matériaux ou de matières très particulier, une dimension performative et/ou interactive, leur attachement à un in situ, un contexte de ritualisation hic et nunc, etc. Les méthodes de l’enquête de type pragmatique et documentaire de l’anthropologie, telle que l’observation participante ou l’approche holistique en complément voire en remplacement  de l’ approche analytique, peuvent être mobilisées pour l’étude d’œuvres d’art contemporain. L’approche anthropologique au service de la conservation-restauration d’un objet vise l’accès à une compréhension qui repose sur la prise en compte des  conditions situées de fonctionnement ou d’usage de cet objet dans des temporalités et spatialités différentes. Elle enjoint à considérer aussi la teneur des relations sociales auxquelles l’objet a contribué et qu’il a même parfois déterminées. C’est pourquoi la première nécessité du conservateur-restaurateur / chercheur est de savoir précisément se situer lui-même par rapport aux objets, faits et phénomènes sur lesquels il enquête.  A bonne distance qui lui permet de les questionner et d’analyser les informations récoltées dans la perspective d’une proposition de son action future, il ne doit pas prendre pour acquis les idées et conclusions produites par des prédécesseurs — telles que les catégories pratiques ordinaires auxquelles les objets sont rapportés — tout en étant aussi capable de remettre en question ce qu’il croit savoir de son sujet.

pour une ingénierie de la conservation-restauration …

Toutes ces considérations progressivement établie ont amené la formation de l’ESA d’Avignon à programmer aujourd’hui l’enseignement d’une ingénierie de la conservation-restauration4 de biens culturels. Cette ingénierie spécifique désigne un ensemble de fonctions qui comprend, dans un premier temps, la réalisation d’enquêtes pouvant conduire à  la production d’études préalables et de faisabilité, de diagnostics et de pronostics,  et la conception de projets globaux. Ensuite, elle inclut la mise en œuvre de traitements spécifiques, techniques ou esthétiques,  l’acquisition et la vérification d’équipement et fournitures adéquats pour leur réalisation en équipe, le contrôle de résultats, et enfin, la livraison de la réflexion et des résultats par la formulation d’un discours argumenté propre à cette ingénierie. En toutes les occurrences, celle-ci consistera  d’abord en une enquête rigoureuse à la fois matérielle et socio-historique, subordonnée à une réflexion critique susceptible de corréler ces deux dimensions de tout artefact culturel. Le questionnement et la proposition de réponse concernent essentiellement les enjeux, objectifs et moyens de la conservation-restauration, en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge pour sa part. Dans un deuxième temps, elle s’efforcera de conduire la réalisation de traitements appropriés à un ou des biens culturels dans une situation donnée, en vertu d’une déontologie et selon une démarche objectivable dont les principes sont éminemment logiques et ses référents, d’ordre scientifique, technologique et technique. Cette activité est appelée méthodologiquement à (re)considérer les biens culturels, outre un statut d’accessoire, comme de véritables protagonistes dans une complexité sociale et relationnelle située. Ce dessein implique de concevoir une matérialité qui ne sépare pas la prise en compte de la consistance physique5 de celle d’autres facteurs spécifiques tout aussi déterminants de leur identité et de leurs significations6. Cette manière de comprendre la matérialité d’une matière informée et informative, implique l’idée d’un pluralisme ontologique et de sa performativité. Puisqu’elle s’inscrit dans une démarche pragmatique, l’investigation est amenée à lier étroitement et inséparablement les dimensions techniques, technologiques, sémiotiques, anthropologiques et sociologiques d’une analyse des biens culturels en question. Car ceux-ci participent de cultures matérielles à la fois lointaines et proches en tant qu’ils sont liés à des expériences et des usages qui s’y inscrivent 7.

…  relative à la contiguïté des deux orientations de l’ESAA.

La proximité et la fréquentation permanente de créateurs — adeptes de la pensée critique comme du caractère subversif de l’art — et théoriciens de tous horizons dans une école supérieure d’art, compte certainement pour beaucoup dans le déclenchement et l’entretien d’une réflexion critique sur le sens, les formes et l’exercice de la conservation-restauration, en un mot, sa métacritique 8. Selon une conception bien consciente des enjeux de la valorisation du patrimoine et de sa portée politique, les étudiants bénéficient d’un enseignement qui requiert le croisement des regards. Car le recensement des potentialités sémantiques et des valeurs d’un bien culturel est au prix de cette interdisciplinarité à même de discerner des identités plurielles, multiples et des significations qui se rapportent à une intrication de nombreux facteurs spécifiques avec plusieurs temporalités, contextes culturels, politiques et économiques,  histoires et  systèmes de conventions. Pour exemple et concernant l’Afrique, des Afriques devrait-on dire plus justement, le propos d’Achille Mbembe corrobore magistralement cette idée: « [Le] temps de l’existence africaine n’est ni un temps linéaire, ni un simple rapport de succession où chaque moment efface, annule et remplace tous ceux qui l’ont précédé, au point qu’une seule époque existerait à la fois au sein de la société. Il n’est pas une série, mais un emboîtement de présents, de passés et de futurs, qui tiennent toujours leurs propres profondeurs d’autres présents, passés et futurs, chaque époque portant, altérant et maintenant toutes les précédentes. » 9 A l’ESAA, la conservation-restauration n’est pas conçue selon une primauté accordée aux sciences exactes comme le laisse supposer la figure du conservateur-restaurateur en blouse blanche, les yeux rivés sur une loupe binoculaire 10 ou manipulant un instrument technologique.  Ce cliché est souvent véhiculé par les médias et les sites internet de beaucoup de structures dédiées. Méthodologiquement parlant et dès le premier cycle, c’est lenquête qui est la pierre angulaire d’une activité en faveur d’objets sémiophores  dont l’usage patrimonial est compromis. Si l’on examine la conservation-restauration dans une perspective historique et épistémologique, il apparaît que la prévalence de l’attention accordée à la constitution physique des biens culturels est corrélative de la persistance de celle des sciences exactes. Or aujourd’hui, la conservation-restauration des productions de l’art contemporain et des artefacts ethnographiques réclame nécessairement une pratique fondée sur une enquête critique recourant aussi aux outils des sciences humaines et sociales. Car celles-ci sont à même d’appréhender des objets et les réseaux de significations dans lesquels ils sont imbriqués et déterminés, pour comprendre leur significations  à la mesure des attachements d’une communauté transgénérationnelle à leur survivance.

La contiguïté et la congruence des deux mentions de l’ESAA, conservation-restauration et création-instauration, favorise particulièrement, dès la  L1, l’intégration en ateliers de création des étudiants qui se destinent pourtant à la conservation-restauration, dans une perspective praxéologique chère à la sociologue de l’art Yaël Kréplak11. Plus que d’apprendre véritablement à devenir des créateurs, ces étudiants sont néanmoins invités à l’action créatrice, mais davantage pour en connaître le régime qu’en viser la finalité et son mérite, en se regardant créer en quelque sorte. Cette corrélation a aussi concouru, pour une bonne part, au désir du conservateur-restaurateur d’endosser la capacité de production d’un discours propre à la spécificité de son expérience au contact intime et prolongé avec un bien culturel.  Cette ambition signifie en préalable de son intervention, le dépassement de la vénération fétichiste de la relique ou du chef d’oeuvre. Tout comme l’abandon du modèle de rapport de traitements limité au strict compte-rendu technique, et dont la légitimité serait établie seulement en vertu d’axiomes déontologiques qui en seraient à eux seuls les garants. Le recours à la puissance persuasive des moyens des sciences objectives pour justifier une proposition de traitement ne peut plus donner le change d’un argumentaire dialectique et empreint d’une subjectivité assumée.


___Notes___

1Premières promotions : 1973 Université Paris I, 1978 IFROA (INP), 1981 ESA Avignon,1983 ESBATours.

2Ils recourent notamment à un ensemble de dichotomies ou lignes de partage : main/esprit, théorie/pratique, tangible/intangible, matériel/immatériel, tradition/nouveauté, etc.

3La proportion et le contenu des enseignements ressortissant des sciences exactes, humaines et sociales, et le dosage théorie/pratique en fournissent une idée.

4L’ingénierie de la conservation-restauration, regroupe l’ensemble des actions qui conduisent, de l’examen, l’analyse et la conception, à la réalisation, son contrôle et à la (re)mise en fonctionnement patrimonial d’un bien culturel.

5Qui est du ressort des sciences de la matière.

6Qui est du ressort des sciences humaines et sociales.

7 -A ce propos, lire « La substance explicite: […] »

8 – Les étudiants ne sont pas formés pour acquérir une compétence qui se mesurerait seulement à la capacité d’excellence de réalisations par soi-même, de traitements devant répondre à une idéologie normative préétablie dans un contexte déterminé et invariable.

9 Achille  Mbembe, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000, p. 36.

10– Voir l’illustration de la page des journées professionnelles 2017 sur le site du MCC

11La praxéologie qu’elle mobilise, vise la connaissance de toutes les activités spécialisées en institution muséale, incluant leur pratique par mimétisme et conscientisation de tous leurs ressorts. [Yaêl Kréplak, Whose black box is it? A praxiological perspective on contemporary art conservation, Article présenté au workshop international « Resetting the Black Box ? Beyond Art History and Science Studies », organisé par Philippe Sormani, Istituto Svizzero, 22/09/17]. 

Patrimoines en vrai et faux périls.

Le 16 Septembre 2017, Stéphane Bern fut désigné par le président pour mener une mission sur le patrimoine local en péril. (c) AFP

Il y a peu, le très mass-médiatique sieur Stéphane Bern  n’a pas su décliner l’auréole d’une « mission de réflexion au financement de la rénovation du petit patrimoine en péril »   moins requise qu’offerte par le fait du prince, le président de la république en personne, quand les pouvoirs publics sont pourtant déjà dotés de longue date d’un dispositif — du reste si performant qu’il a  fait école à l’étranger — d’instances très qualifiées en charge de vigilance et prospective au même endroit. C’est à croire que la bouffonnerie médiatique et la gloriole tirée de l’audimat valent tant qu’elles ont rendu impudents, et le commanditaire, et le récipiendaire. Celui-là même qui s’est aussitôt autoproclamé successeur de Prosper Mérimée et son généreux souverain, ont fait fi par cette opération démagogique, de l’injure faite à tous les personnels spécialistes qui oeuvrent dans un anonymat sacerdotal à la préservation du patrimoine, souvent en dépit de leurs très faibles moyens. « Je vais effectuer ma mission bénévolement pour aider mon pays » a déclaré le « fou du roi » radiophonique et de la cour macronienne (il a fait partie des personnalités invitées à la brasserie La Rotonde au soir de la victoire du premier tour de la présidentielle). En tentant de couper court à la critique avec un regain de démagogie, il n’a fait qu’enfoncer le clou de l’avanie faîte à tous ceux qui agissent déjà dans le même dessein civique, mais sauf un salaire aussi conséquent que peu avouable perçu par ailleurs. « […] Quand l’État vous le demande, vous le faîtes, c’est tout. », fut l’ultime argument de celui dont l’expertise sut être reconnue par un prodige macronien de plus.

L’écrivain et universitaire franco-congolais Alain Mabanckou (c) Cameroon voice.

En effet, il n’est pas courant que l’on résiste à l’appel de la sirène présidentielle qui est promesse d’honorabilité suprême et de supra-stature médiatique. Pourtant c’est ce qu’a osé publiquement l’écrivain et universitaire Alain Mabanckou dans une formidable lettre ouverte, conclue par le refus sans appel de la proposition d’Emmanuel Macron qui l’invitait ce 13 décembre dernier à «contribuer aux travaux de réflexion que le président souhaite engager autour de la langue française et de la Francophonie.» Tiens tiens ! Encore une mission jupitérienne de réflexion et le recours à une personnalité médiatique. Décidément !  Sauf que, à en croire son réquisitoire en guise de motifs de son renoncement, l’ingrat  est d’une autre trempe que celle de l’animateur télé si bénévole et dévoué à son pays. Le lauréat du prix Renaudot 2006 ne s’est pas fait berner par ce qui relève en réalité d’une stratégie communicationnelle et d’instrumentalisation de celui qui est perçu comme un illustre représentant de la création littéraire du continent africain, adoubé par le Collège de France. Dans sa lettre ouverte (cf. en fin de billet), il est implicitement fait rappel de

Emmanuel Macron (g) et le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré (d) à l’école Lagm Taaba de Ouagadougou, le 28.11. 2017. Crédits : L. Marin / AFP

la posture et du ton paternalistes pris à l’université de Ouagadougou le 28 Novembre 2017 par le chef de l’Etat, ayant pourtant proclamé  comme ses deux prédécesseurs vouloir tourner la page de la françafrique. Ce comportement s’adressait au parterre d’une certaine  « jeunesse africaine », manifestement trié sur le volet pour son ingénuité inoffensive au point de prêter, le plus naturellement du monde, à la remontrance et à la bienveillance parentales.

A l’inverse de l’écrivaine Leïla Slimani élevée au rang de « représentante personnelle et bénévole du président pour la francophonie »,  Alain Mabanckou a fait preuve d’un rare courage  de signifier publiquement un NON  fort et clair à la pérennisation du « nouvel alibi d’une vieille domination » que n’avait pas manqué de dénoncer déjà en son temps Mongo Beti avec son épouse Odile Tobner dans leur Dictionnaire de la négritude, Paris, L’Harmattan, 1989, l’année où Alain Mabanckou arrivait en France de son Congo natal pour y poursuivre des études de droit. Eux qui ont précisément pointé les « tares qui compromettent la viabilité de la francophonie institutionnelle ». Oui, comme le laissent magistralement  entendre la plume de l’écrivain dans sa missive, mais aussi sa voix auparavant et ailleurs, la langue française s’emploie en toute liberté en Afrique, ailleurs aussi,  et n’a nul besoin d’un « cordon ombilical » que l’Etat français voudrait maintenir. Elle sert notamment à dénoncer dans des tribunes de journaux africains, la collusion récurrente entre des fantoches autocrates  et des  magnats français, colons d’un autre âge, pour la prédation à visage découvert de richesses publiques sans faire sourciller les tenants de la francophonie. Comme l’écrivait encore Mongo Beti au rang duquel ce renoncement  élève ou confirme son auteur, le français doit être pratiqué en Afrique et partout outre – France comme l’espagnol et le portugais en méso – et sud – Amérique, ou l’anglais en Amérique du nord, pour l’avènement d’une autre pléiade, celle-là polyphonique et « libérée de son pacte exclusif avec la nation ». Une littérature-monde en français chère à tous les signataires de son manifeste en 2007 qui ratifiaient par là, l’acte de décès de la francophonie, « ce dernier avatar du colonialisme »,  devenue un halo sans phare, « de la lumière d’une étoile morte ». Cette année-là, le Goncourt, le Grand Prix du roman de l’Académie française, le Renaudot, le Femina, le Goncourt des lycéens, furent décernés à des écrivains d’outre-France …

Qu’est ce qui sépare les postures ? Le recours à la sociologie de Max Weber peut nous aider à penser cette question et y  trouver une réponse. «Toute activité orientée selon l’éthique peut être subordonnée à deux maximes totalement différentes et irréductiblement opposées» pose celui-ci. D’un côté, l’éthique de conviction repose sur le principe kantien du devoir : on doit agir en fonction de principes supérieurs auxquels on croit. (Stéphane Bern fait valoir l’intérêt supérieur de l’Etat, le patriotisme et le bénévolat). De l’autre, l’éthique de responsabilité relève de la philosophie conséquentialiste : on n’agit qu’en fonction des effets concrets que l’on peut raisonnablement prévoir. (Alain Mabanckou sait que son acceptation contribuerait à la continuation d’une perfidie). «Cela ne veut pas dire que l’éthique de conviction est identique à l’absence de responsabilité et l’éthique de responsabilité à l’absence de conviction.» avertit Max Weber. Néanmoins, face à une décision politique engageant des choix éthiques, l’une ou l’autre de ces positions prévaut : «Lorsque les conséquences d’un acte fait par pure conviction sont fâcheuses, le partisan de cette éthique n’attribuera pas la responsabilité à l’agent, mais au monde, à la sottise des hommes ou à la volonté de Dieu qui a créé les hommes ainsi. Au contraire, le partisan de l’éthique de responsabilité comptera justement avec les défaillances communes de l’homme et il estimera ne pas pouvoir se décharger sur les autres des conséquences de sa propre action pour autant qu’il aura pu les prévoir.» 

Dans les deux réponses opposées faites à Jupiter, les deux positions apparaissent clairement. L’éthique de conviction se réfère au principe supérieur du don de soi et de son temps qu’on ne refuse pas à l’Etat. L’éthique de responsabilité invoque par ailleurs les conséquences prévisibles et celles qui ne le sont pas. De nombreuses personnes peuvent se sentir offusquées par l’atteinte portée à leur professionnalisme et à leur image sociale ou à leur liberté foncière par ce qu’elles perçoivent comme un outrage directement orienté contre elles. Hélas, il apparaît qu’on use en lieu le plus haut, bien plus de l’éthique de conviction par pure stratégie électoraliste, que d’éthique de responsabilité avec un véritable sens de l’Etat.

Monsieur le Président,

Dans votre discours du 28 novembre à l’université de Ouagadougou, puis dans un courrier officiel que vous m’avez adressé le 13 décembre, vous m’avez proposé de «contribuer aux travaux de réflexion que vous souhaitez engager autour de la langue française et de la Francophonie.»

Au XIXème siècle, lorsque le mot «francophonie» avait été conçu par le géographe Onésime Reclus, il s’agissait alors, dans son esprit, de créer un ensemble plus vaste, pour ne pas dire de se lancer dans une véritable expansion coloniale. D’ailleurs, dans son ouvrage «Lâchons l’Asie, prenons l’Afrique» (1904), dans le dessein de «pérenniser» la grandeur de la France il se posait deux questions fondamentales: «Où renaître ? Comment durer ?»

Qu’est-ce qui a changé de nos jours ? La Francophonie est malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies. Repenser la Francophonie ce n’est pas seulement «protéger» la langue française qui, du reste n’est pas du tout menacée comme on a tendance à le proclamer dans un élan d’auto-flagellation propre à la France. La culture et la langue françaises gardent leur prestige sur le plan mondial.

Les meilleurs spécialistes de la littérature française du Moyen-Âge sont américains. Les étudiants d’Amérique du Nord sont plus sensibilisés aux lettres francophones que leurs camarades français. La plupart des universités américaines créent et financent sans l’aide de la France des départements de littérature française et d’études francophones. Les écrivains qui ne sont pas nés en France et qui écrivent en français sont pour la plupart traduits en anglais: Ahmadou Kourouma, Anna Moï, Boualem Sansal, Tierno Monénembo, Abdourahman Waberi, Ken Bugul, Véronique Tadjo, Tahar Ben Jelloun, Aminata Sow Fall, Mariama Bâ, etc. La littérature française ne peut plus se contenter de la définition étriquée qui, à la longue, a fini par la marginaliser alors même que ses tentacules ne cessent de croître grâce à l’émergence d’un imaginaire-monde en français.

Tous les deux, nous avions eu à cet effet un échange à la Foire du livre de Francfort en octobre dernier, et je vous avais signifié publiquement mon désaccord quant à votre discours d’ouverture dans lequel vous n’aviez cité aucun auteur d’expression française venu d’ailleurs, vous contentant de porter au pinacle Goethe et Gérard de Nerval et d’affirmer que «l’Allemagne accueillait la France et la Francophonie», comme si la France n’était pas un pays francophone !

Dois-je rappeler aussi que le grand reproche qu’on adresse à la Francophonie «institutionnelle» est qu’elle n’a jamais pointé du doigt en Afrique les régimes autocratiques, les élections truquées, le manque de liberté d’expression, tout cela orchestré par des monarques qui s’expriment et assujettissent leurs populations en français ? Ces despotes s’accrochent au pouvoir en bidouillant les constitutions (rédigées en français) sans pour autant susciter l’indignation de tous les gouvernements qui ont précédé votre arrivée à la tête de l’Etat.

Il est certes louable de faire un discours à Ouagadougou à la jeunesse africaine, mais il serait utile, Monsieur le Président, que vous prouviez à ces jeunes gens que vous êtes d’une autre génération, que vous avez tourné la page et qu’ils ont droit, ici et maintenant, à ce que la langue française couve de plus beau, de plus noble et d’inaliénable: la liberté.

Par conséquent, et en raison de ces tares que charrie la Francophonie actuelle – en particulier les accointances avec les dirigeants des républiques bananières qui décapitent les rêves de la jeunesse africaine –, j’ai le regret, tout en vous priant d’agréer l’expression de ma haute considération, de vous signifier, Monsieur le Président, que je ne participerai pas à ce projet.

Alain Mabanckou
Santa Monica, le 15 janvier 2018

A lire aussi, le compte-rendu de sa leçon inaugurale au Collège de France.

En complément, lire aussi un article d’Achille Mbembe, postérieur à cette tribune.

 

Synthèse d’un mémoire de diplôme: des fragments de peaux tatouées

Eloïse Quétel introduit son mémoire (« De la conservation d’un patrimoine caché :  peaux humaines tatouées, de l’anthropologie criminelle à l’intention esthétique »,  soutenu en 2013) par l’exposé de ses intérêts personnels et de ses expériences professionnelles dont découlent ses axes de recherches (passage du cadavre à l’objet patrimonialisé, contexte de mise en œuvre, CR et déontologie de restes humains). Plus loin dans son entrée en matière, elle contextualise et présente l’objet de façon sensible en décrivant l’effet produit sur elle par l’objet lorsqu’elle le découvre. Le restes des informations se trouve sous la forme d’une fiche d’identification qui permet de visualiser facilement et rapidement l’aspect de l’objet et ses conditions de conservation. Il s’agit donc de cinq fragments de peau humaine, tatoués, provenant du torse, des bras et du dessus des pieds d’une personne non identifiée.  L’une de ces informations est tout à fait singulière : l’écart entre la date de décès de l’individu (milieu du 20eme siècle) et le prélèvement des peaux (1997). Les cinq peaux proviennent du musée d’anatomie Testut-Latarjet qui est intégré à la faculté de médecine de Lyon. Elle fait alors un focus sur la gestion des patrimoines universitaire et les problèmes récurrents qu’on y retrouve avec la perte de leur valeur pédagogique qui entraîne actuellement l’état précaire de la plupart de ces collections.

En entame de son étude contextuelle, Eloise Quetel retrace l’histoire du tatouage à travers les époques, qu’elle centre sur des questions sociologiques et anthropologique. Elle rappelle principalement la perception qu’ont les sociétés sur les tatouages et les tatoués, et les ressorts psychologiques qui poussent des individus à se tatouer. Comme celui dont proviennent les peaux qui vivait et s’est fait tatouer au début du XXème siècle. Elle rédige également une introduction à la criminologie qui justifiait les prélèvements de peaux tatouées pour des études scientifiques visant, à l’instar de la phrénologie, à stigmatiser le criminel dont les tatouages seraient alors à considérer comme des marques judiciaires avec une valeur signalétique. L’intérêt de cet ensemble est qu’il est représentatif d’une pratique de la criminologie, qu’il se trouve dans un patrimoine universitaire mais qu’il ne relève finalement d’aucun des deux. En effet, il n’a jamais servi la criminologie, ni d’étude pour l’université. L’objet existe par la simple volonté du conservateur actuel qui, lors de la réfection du laboratoire d’anatomie, a découvert le corps d’un individu au fond du congélateur du labo. Plutôt que d’envoyer le corps au crématorium, au vu de ses tatouages, il décide avec deux étudiants de prélever les parties tatouées, simplement parce qu’il trouvait dommage de les perdre et qu’il souhaitait les conserver. Pour Eloise Quetel, qui interrogea le conservateur, cet acte était « empreint de nostalgie mais aussi d’esthétisme ». Ce qui l’a intéressée , c’est que les tatouages soient représentatifs d’une manière de faire et d’un style révolus. Les préparateurs des peaux n’ont pas été formés à cette pratique, c’est pourquoi la mise en œuvre est étonnante et a produit un objet singulier. En effet, la découpe ne suit pas les tatouages, comme pour les prélèvements de criminologie, mais est délimitée par la forme du corps (bras entier, buste et dessus des pieds). Cet acte n’est pas anodin et révèle chez le conservateur, la volonté d’une finalité esthétique en laissant les parties du corps perceptibles. Dans le mémoire il est même question du « geste créateur du conservateur » qui transforma ces peaux humaines en objet de patrimoine. Les dimensions éthique et déontologique nourrissent des questionnements récurrents en conservation-restauration. Or ici, d’autant plus pour les restes humains, ils deviennent centraux et même indispensables pour définir l’objet étudié.

Après avoir parlé de questions juridiques et déontologiques, l’enquêteuse en vient à se demander comment des corps ou leurs fragments deviennent des biens culturels, patrimoniaux. Dans cette transformation, le processus de néantisation de l’individu (perte de l’identité au profit de sa seule dimension matérielle) devient nécessaire. Les peaux proviennent d’un corps non réclamé qui a fini par se retrouver au congélateur sans utilisation scientifique ni destiné à un quelconque projet. Son processus de néantisation s’est opéré alors très rapidement. Il est intéressant d’observer qu’elle justifie l ’acte des préparateurs des peaux comme répondant à une volonté de « conserver une part de l’identité du disparu alors même que le processus de néantisation avait déjà fait son oeuvre » car celle-ci participe également à cette conservation de l’identité et même à sa restauration. D’une part, par l’écriture de ce mémoire en général, et d’autre part, par sa recherche et l’identification de l’individu qu’elle essaye de mettre en place lors de la lecture iconographique des tatouages. Par ces recherches, elle vise à restaurer cette identité qui a été néantisée. Finalement par son travail de documentation qui vise à destituer le processus de néantisation, elle modifie ontologiquement l’objet. Dans la deuxième partie de son mémoire, l’approche matérielle, elle définit scientifiquement les différents éléments et techniques de mise en œuvre utilisés pour ces peaux (la peau, la congélation, le traitement au formol, le tannage). Elle définit ensuite assez précisément l’état constitutif et l’état de conservation de l’objet.

Il apparaît étonnamment qu’elle fait l’impasse sur les encres utilisées pour les tatouages. Quels sont leur vieillissement post mortem , leurs facteurs d’altération, leur impact sur la peau ? De l’étude qu’elle fait de l’état des tatouages, aucune conclusion n’est faite. Ce choix semble délibéré, tant les propositions de conservation-restauration n’abordent que la conservation préventive et la conservation curative. Elles semblent assez « classiques » même si la restauration matérielle de l’objet n’est pas évoquée dans les propositions.

 

Synthèse d’un mémoire de diplôme: un ensemble de jupe Kanak conservé en musée

Après avoir décrit brièvement le contexte de son travail, « Etude et proposition de conservation-restauration d’un ensemble de jupes kanak du Musée d’Histoire Naturelle de la Rochelle », Marie Bastard nous donne à voir dès les premiers chapitres de son mémoire, ses interrogations par rapport à l’identité même de la collection de l’ensemble de jupes kanak que le Musée d’histoire naturelle de la Rochelle lui a confié.

Tout d’abord les différentes terminologies associées aux objets lui semblent confuses et leur questionnement sous-entend déjà un souhait de définir la jupe comme objet social d’échange et non par une définition structurelle et matérielle. Dans un deuxième point, elle identifie les problèmes qui seraient liées à l’intégrité de l’objet (cf. le sens qu’en J.P. Cometti) car les jupes Kanak sont présentées de différentes façon : roulées, légèrement déroulées ou totalement déroulées. Puis,elle identifie un troisième point : c’est celui du statut de l’objet. Est-ce un objet d’usage courant, un vêtement cérémoniel ou encore un objet d’échange économique ? Afin de mieux définir les problèmes sous-jacentes soulevés par cette objet en particulier, elle va alors enquêter sur cette collection et son contexte colonial, puis post-colonial, afin de mieux comprendre les considérations de l’époque sur les plans esthétique, idéologique et historique. Après ses premières investigations et la mise en corrélation des différents aspects des jupes-monnaies avec les contextes passé et actuel, Marie Bastard va se demander si actuellement les différentes modalités d’expositions correspondent à la diversité des états de la jupe-monnaie. En effet, des aspects différents de la jupe-monnaie kanak, vont découler une enquête qui va lui permettre de comprendre ses différentes définitions et formuler une problématique : «L’état de conservation de l’objet et celui dans lequel il était exposé, obscurcit-il la connaissance de son état et de sa fonction originelle ?» Cette problématique est représentative de la relation entre l’exposition de l’objet, son état en tant qu’objet extra-europeen, son état de dégradation et sa fonction originelle que l’auteur n’a pas encore identifiée et qui devrait lui permettre de définir par la suite des solutions de conservation-restauration. Par la résolution de cette problématique, elle projette de mieux connaître la jupe-monnaie au sein de la culture kanak pour finalement identifier deux types de jupes : une jupe d’échange cérémonielle et un vêtement quotidien avec une détentrice individuelle. Pour appuyer son propos ,elle fait notamment référence à la notion d’objet personne de Bazin. De plus, en replaçant l’objet dans son contexte d’origine, elle va pouvoir inscrire la jupe-monnaie dans un réseau d’alliance. Pour tenir cette conclusion, elle s’appuie sur une enquête ciblant les coutumes, échanges, contexte, mais également sur les critères esthétiques imposés par le groupe social. En effet, l’objet devrait être correctement enroulé, avoir peu d’espace entre les rangs, être serré, avoir des franges verticales et alignés, avoir un tressage régulier afin d’accentuer la valeur décorative des traits verticaux. Grâce à cette enquête, elle a pu constater des dysfonctionnements esthétiques,  aborder l’étude technique et la comparaison avec des objets similaires.

Marie Bastard a identifié les diverses fonctionnalités de l’objet et ses différentes temporalités qui se trouvent sous trois différents modes d’existence de l’objet : déroulée car activée par une personne, en train d’être déroulée  et sous forme conique pour une offrande. Son projet de conservation-restauration (nettoyage, muséographie, etc). correspond parfaitement à une polysémie de l’objet qu’elle s’est efforcée de mettre à jour.

Synthèse d’un mémoire de diplôme: Une peinture d’extérieur

Introduction
Ce texte rend compte de la consultation d’un mémoire de diplôme au grade de Master de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon en conservation-restauration  soutenu en 2010 par Aurélie Terral-Dréano. Il s’agit de In situ – Ex situ. Conserver et restaurer une œuvre , « Passé antique et Art moderne » d’ Hervé Di Rosa (1985) créée pour un lieu sans en rompre le lien . Le mémoire  s’est focalisé sur une œuvre de l’artiste fondateur de l’  » art modeste « , Hervé Di Rosa : Passé antique et Art moderne, datée 1985.

Identification de l’œuvre
Auteur : Hervé Di Rosa
Titre : Passé Antique et Art Moderne
Date : 1985
Procédé : acrylique sur contreplaqué
Dimension : H= 192,7 x  L= 309,9 cm

Propriétaire : Mairie de Balaruc-les-Bains (34)

Description de l’image : scène en extérieur ; un personnage central joue d’un instrument sur le rebord d’une fontaine. Plusieurs autres figures appartenant à la mythologie inventée par l’artiste, apparaissent aux côtés du musicien. Le style vestimentaire des personnages et l’architecture renvoie à la période de l’Antiquité.

Le présent texte cherche à comprendre et relater les questionnements et enjeux soulevés par la recherche ayant conduit à ce mémoire de fin de second cycle, concernant cet objet spécifique dans  un  contexte  qui lui est propre.

Contexte de création. L’œuvre s’inscrit dans un contexte et un lieu très spécifiques. Elle fut créée à la suite de la découverte archéologique sur le site antique de Balaruc-les-Bains, d’une basilique gallo-romaine. L’importance de la découverte a amené l’équipe d’archéologues à proposer un projet d’aménagement d’un « parc archéologique ». Le projet fut appuyé par la DRAC Languedoc – Roussillon et soumis à la décision de la municipalité. Ce  projet correspondait donc à une véritable volonté de valorisation de vestiges antiques. Une commande publique de la commune et de l’association des archéologues « Archeofactory » fut  alors lancée pour la réalisation d’une œuvre capable de s’inscrire dans le sens de cette valorisation. C’est Hervé Di Rosa qui accepta le défi et produisit une peinture au cours de l’année 1985. Il conçut la composition de celle-ci grâce aux informations transmises par les archéologues. On peut d’ores et  déjà constater que c’est le lieu qui fut  à l’origine de l’œuvre. Suite au constat de la vulnérabilité et la fragilité de l’oeuvre en 2008, un projet de conservation-restauration fut lancé. Ce projet consistait dans un premier temps en la « restauration » de l’oeuvre, à la demande de la commune qui en est propriétaire. Elle souhaitait par la suite pouvoir la déplacer et l’accrocher dans un nouveau lieu prochainement ouvert à Ballaruc-les-Bains, mais en intérieur. L’auteure du mémoire part donc de ces données pour élaborer une proposition qui prenne en compte  les  problèmes et enjeux. 

Questionnements et problématique. Cette peinture sur bois, au statut d’œuvre d’art public et exposée en extérieur, a soulevé des questions relatives au lieu de monstration de l’œuvre et au lien qui les unit. Comment entretenir ce dernier ? L’auteure a donc commencé son étude, 25 ans après l’instauration de la peinture in situ, par l’examen du contexte de création et de monstration de l’œuvre, afin de tenter de déterminer de manière exacte le(s) lien(s) qui uni(ssen)t l’œuvre à son lieu d’exposition. Il lui est rapidement apparu que la création de l’œuvre fut étroitement liée au lieu, si ce n’est indissociable. Par la suite,  un constat d’état a été effectué lui permettant d’affirmer l’impact et la prédominance des altérations causées par l’environnement et le climat sur l’œuvre. Ce qui l’a renvoyée au questionnement inhérent aux œuvres d’art public, vouées à une existence en extérieur : l’acceptation ou non de la dégradation irrévocable par l’artiste, ainsi que les caractéristiques et difficultés que les œuvres d’art public peuvent rencontrer. En ce qui concerne les dégradations liées aux œuvres d’extérieur, il semble que les artistes ont conscience de ce processus de changement d’état. Pour ce qui est de l’acceptation de celui-ci il varie selon chacun.
L’auteure a ensuite souligné les caractéristiques et difficultés des œuvres d’art public. Par exemple la relation du  lieu avec le public, différente de celle nouée dans un musée.  Ces relations sont
« au cœur de plusieurs enjeux patrimoniaux, politiques et sociaux » qu’elle développe. Elle explique qu’il peut s’agir d’enjeux techniques, relatifs aux matériaux constitutifs de l’oeuvre et aux facteurs de dégradation qui impliquent un entretien par les acteurs concernés. Mais aussi, d’enjeux juridiques se rapportant à la législation sur la propriété intellectuelle de l’artiste de son oeuvre. Ou encore d’enjeux éthiques  en regard de l’intégrité matérielle et le sens de l’oeuvre dans l’espace public.  Grâce à ses réflexions, elle a mis à jour une problématique qui intègre l’œuvre associée à sa pérennisation matérielle et contextuelle. – « Comment pérenniser une œuvre altérée sans porter atteinte aux sens dont elle est porteuse ? »
– « Comment peut-on respecter les intentions originelles de la création de l’œuvre quand sa matérialité ne peut plus assurer la fonction de l’image ? ».

Propositions Elle a tenté de  répondre à ces questions grâce à un raisonnement dit « axiologique ». Il s’agit de comprendre tous les enjeux en passant par l’évaluation « [des] dualités ou [des] conflits à travers une réflexion basée sur l’ensemble des valeurs potentielles et avérées de l’œuvre. » (p. 90). Cette analyse tient compte « des intentions de l’artiste mais également des différentes personnes liées au projet de création et de présentation de l’œuvre » (p.90). Cette a permis de comprendre comment l’œuvre est perçue et,  de faire des préconisations quant aux traitements de conservation-restauration destinés à l’œuvre. Grâce à toutes ces données et aux discussions menées avec les acteurs concernés, l’auteure a pu amener et justifier ces propositions de traitement au propriétaire. Avec ce raisonnement « axiologique », elle a mis en avant toutes les valeurs, contradictoires, conflictuelles ou pas,  qui sont conférées à l’objet, leur permettant ainsi de réviser leur conception de l’œuvre.

Conclusion Il apparaît que le cheminement interrogatif de l’auteure, par rapport à l’œuvre, a connu une évolution. Partant du constat général du vieillissement prématuré des œuvres en extérieur, elle a recentré ses questions sur la place de l’oeuvre qu’elle étudie et les considérations portées à son égard. Celles-ci l’ont confrontée aux problèmes du lieu et du contexte de création, la poussant dans une étude approfondie par l’analyse axiologique de l’œuvre en regard de nombreux paramètres inhérents à sa situation particulière.

D’une marquise à un conte de griot

Le musée d’art et d’industrie André-Diligent « La Piscine » de Roubaix, vient d’acquérir pour 150 euros un ex voto un peu particulier. Il s’agit d’un vitrail en parfait état de 60 X 45 cm représentant un certain Mamadou N’Diaye en costume cravate, avec en arrière-plan, le drapeau  national   du  Sénégal  fixé sur une sagaie et un baobab surmonté d’un blason figurant un lion rugissant devant une croix étoilée.

Crédits: Anonyme « La Piscine »

C’est Germain Hirselj, 34 ans, régisseur de musée et administrateur de la Société des Amis de La Piscine qui l’a déniché par hasard dans un dépôt-vente de Villeneuve-d’Ascq.« Je connaissait vaguement l’histoire de Mamadou. Mais mon père l’a connu et a même eu affaire à lui pour de grosses douleurs dans le dos. Mamadou a été un quelqu’un de très populaire ici » confie-t-il. Au bas du vitrail on peut lire lit la dédicace « Au cher Monsieur Mamadou qui m’a sauvé la vie. », signée la « Marquise ». On sait qui déposa l’hommage à ce monsieur dans la  brocante : il s’agit d’Agnès Sinko, une habitante de la commune voisine de Wattrelos, après qu’elle eut possédé cet objet pendant 32 ans. Elle l’avait acquis avec trois autres portraits lors de la vente aux enchères des affaires de Mamadou N’Diaye à sa mort, celui-ci étant sans héritier. Elle a raconté dans le quotidien local La Voix du Nord qu’« il avait soulagé mon mari après un tour de reins. Puis, quelques années plus tard, il a eu une entorse. Les médecins lui ont dit qu’il ne pourrait plus marcher normalement … Et là encore, Mamadou l’avait soulagé ». La découverte de ce bien culturel est une aubaine pour un musée soucieux de rendre compte aussi de l’histoire de l’immigration. Cependant, ce n’est qu’en octobre 2018, à la fin prévue des travaux du musée que le vitrail sera accessible au public, avec on peut l’espérer, la lumière faite sur l’identité de la mystérieuse commanditaire de l’ex-voto. Une enquête en direction des maîtres verriers locaux de l’époque est une bonne piste …

Mais qui était donc ce Mamadou N’Diaye,  célèbre rebouteux au point de recueillir la vénération de toute une population locale en un temps où les immigrés africains sont rares ? Sur sa tombe d’abord laissée à l’abandon au cimetière de Roubaix et dont une famille belge a repris la concession funéraire pour l’entretenir, on apprend qu’il est né en 1909 à Djourbel au Sénégal, la ville natale de Léopold Sédar Senghor. Originaire d’un pays dont les ressortissants sont très majoritairement musulmans, il semblerait qu’il fut chrétien.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

Marin pendant neuf ans dans la marine marchande, il finit par s’installer à Roubaix au quartier du Pile en décembre 1931. Mamadou N’Diaye est âgé de 22 ans et fait partie des tout premiers Africains de la ville. Il s’adonne à la boxe au point de fonder plus tard, dans les années 1950, le Boxing Club Colonial de Roubaix.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

On le surnomme de façon peu originale « la panthère noire » et il formera de nombreux boxeurs nordistes. Il se marie en 1951 avec Alice Viane, une employée de banque qui avait promis de l’épouser s’il parvenait à effacer ses douleurs ; ils n’auront pas d’enfant. Pendant le même temps, il exerce son talent de guérisseur spécialisé dans la chiropractie, une manipulation corporelle qui traite particulièrement les douleurs causées par des déplacements d’éléments du squelette. « D’un geste de la main, Mamadou vous remettait les vertèbres en place », raconte Germain Hirslej. Sa très bonne connaissance de l’anatomie lui venait certainement de sa pratique du noble art. Le bouche-à-oreille le rend célèbre au point qu’un grand nombre de patients insatisfaits par leurs consultations auprès de praticiens reconnus, affluent. De nombreux sportifs viennent de toute la région pour se faire soigner après leurs compétitions. Même les médecins orientent leurs patients vers Mamadou N’Diaye dès lors qu’ils ne parviennent plus à résoudre leurs maux. Sans autorisation ni aucun diplôme, il ouvre un cabinet de guérisseur au 22, place Carnot à Roubaix. Sa réputation grandit et dépasse la frontière, attirant des patients belges. « Ma grand-mère, qui habite depuis très longtemps le quartier du Pile, se souvient des nombreux véhicules belges qui se garaient sur la place », ravonte Germain Hirslej.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

Hélas, son succès lui attire les foudres de l’ordre des médecins, qui porte plainte pour exercice illégal de la médecine. Au total, il sera poursuivi vingt-deux fois. En 1967 a lieu le dernier de ses procès devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Lille. Le rebouteux est défendu par un certain André Diligent qui sera sénateur et maire de Roubaix de 1983 à 1994, qui a du reste donné son nom au musée roubaisien de la « piscine ».

Près de 300 patients de Mamadou N’Diaye vinrent  » de Paris, de la Sarthe,  et surtout de Belgique pour le soutenir », nous apprend l’article du quotidien local Nord Eclair du 19 avril 1967. A la date du procès, le guérisseur a déjà délivré près de 23000 attestations médicales. L’audience permet à moult témoignages en sa faveur de s’exprimer. Un médecin est venu affirmer qu’il avait conseillé à des patients d’aller consulter Mamadou N’Diaye. Quatre fois en quinze ans, un prêtre s’est fait soigner chez lui. Le jury finira par être convaincu quand le guérisseur soulagera ipso facto la greffière qui souffrait de terribles douleurs au dos. «  On perçoit un craquement impressionnant. La greffière reste figée sur place. Elle est guérie  », rapporte la presse locale dès le lendemain. Le tribunal ordonne pourtant la fermeture de son cabinet. Mais finalement, en  appel le rebouteux ne  sera condamné  qu’à une peine symbolique de 2000 francs avec sursis et, contrairement aux sanctions prévues par la loi, son matériel lui sera restitué. Un encouragement à continuer son activité ! Mamadou N’Diaye poursuivra son exercice jusqu’à son décès en 1985, à l’âge de 75 ans, après avoir délivré en tout 54000 attestations médicales. Jusqu’à sa mort, les paroissiens de l’Eglise  du Très-Saint-Redempteur rendront hommage à Mamadou N’Diaye lors de messes d’action de grâce.

Après le bruit fait par la  réapparition  du vitrail, les trois tableaux, mentionnés plus haut, tous signés vraisemblablement par des artistes amateurs et représentant Mamadou N’Diaye, ont été mis en vente sur Ebay. L’association des Amis du musée « La Piscine »  les a aussitôt acquis puisqu’ils faisaient partie d’un ensemble comprenant le fameux vitrail. C’est en revendant le lot à un brocanteur, l’été dernier, qu’ Agnès Sinko a sans le vouloir remis en lumière cet homme au destin si singulier. «  J’ai l’habitude d’exercer une veille constante sur tous les objets pouvant intéresser le patrimoine roubaisien  » raconte Germain Hirselj qui ne voulait pas rater ce lot de trois tableaux. « Ceux-ci sont importants par ce qu’ils racontent de l’histoire de Mamadou, il était indispensable de recréer cet ensemble avec le vitrail  » .

Crédits: La voix du Nord

Il   aura   fallu   attendre   2017   et  la trouvaille   de  quatre  effigies   de  Mamadou N’Diaye,  l’illustre  rebouteux  nordiste, pour que le musée   de la piscine inaugure un espace  dédié    à   l’ immigration, notamment africaine. Un signe encourageant  à l’heure  d’un  rejet  du phénomène migratoire  par  une bonne partie  de la population européenne, et en   faveur  d’une    histoire   de  la contribution   des   immigrés   de  toutes origines  à  la  société  française,  encore  beaucoup  trop   absente  des consciences cet mémoires citoyennes.

(NB: L’accord de réutilisation des images figurant dans ce billet, a été sollicité auprès des supports de diffusion initiaux)

Restitution des têtes des résistants algériens

L’initiateur de la pétition Restitution des têtes des résistants algériens, détenues par le Musée de l’Homme, Brahim SENOUCI, vient d’informer les quelques 30 000 signataires que le Président Macron a annoncé très officiellement, lors de son voyage en Algérie, que les crânes des martyrs algériens seront restitués à leurs ayant-droit.

Il s’agit de crânes aujourd’hui  rangés à l’intérieur de boîtes numérotées et conservés au Musée de l’Homme , dont celles des chefs de l’insurrection des Zibans : Bou Amar Ben Kedida, crâne n° 5943  Boubaghla, crâne n° 5940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n° 5944. Cheikh Bouziane, crâne n° 5941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n° 5942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n° 5939.

 

 

Une réflexion après la journée d’étude « conservation-restauration de l’art contemporain » au Carré d’Art de Nîmes

Qu’est ce que la conservation-restauration ?

par Eva Georgy, L2 CR.

Est-il nécessaire d’en définir les contours par le biais de critères professionnalisants ? Lors de cette conférence, plusieurs intervenant.e.s ont parlé de leur travail, par une approche théorique ou pratique. Mais toutes les interventions étaient éloignées les unes des autres. Aucune ne pouvait s’associer à une autre de manière homologue, si ce n’est de manière générale, en ce que toutes visent à pérenniser un bien doté du sens qu’il possède dans le temps. L’idée de transmission serait donc le moteur de cette profession. Mais elle peut prendre plusieurs formes.

L’intervention de Laetitia Thevenot-Piris était très intéressante, et j’y ai trouvé un écho dans un métier déjà très ancien, celui de scribe recopieur. En effet, le support vidéo évolue de manière si rapide que le seul moyen de conserver la trace de ce qui a été gravé dessus, est de le recopier sur un support plus récent. Il en était de même lorsqu’un livre vieillissait et qu’on le recopiait pour ne pas en perdre le contenu. Cependant, cette course frénétique à la conservation pose problème:  que faire de tous les vieux supports ? Une œuvre existe-elle dans son intégralité sur son support d’origine ? Et est-ce qu’il est nécessaire de conserver ces œuvres en les transposant indéfiniment sur des supports déjà dépassés ? L’idée de documenter une vidéo serait peut-être tout aussi importante, ainsi on en garderait une trace, mais on ne « tordrait » pas l’œuvre dans des supports numériques sans fin …

Doit-on conserver toutes les œuvres ? Et pourquoi ? Et si les musées n’étaient remplis que de documents ? Les performances sont documentées, et on en acquiert la documentation car on ne peut pas placer pas un  corps humain dans une boîte pour ensuite le ressortir 20 ans plus tard. Mais alors pourquoi fait-on cela avec des objets ? C’est leur aura qui nous empêche de les détruire, ou de transvaser leur matérialité et leur immatérialité sous forme documentaire. Pourquoi ne scannons-nous pas tous les objets pour faire des musées virtuels ?

Je pense qu’on inflige une certaine violence, comme si on arrachait l’objet à son droit au « repos » (éternel), à toujours vouloir rentoiler, changer de support vidéo, refixer … L’objet existe dans une matérialité temporelle qui le caractérise. Lui ôter ces attributs matériels progressivement pour le garder lisible, beau peut être contradictoire. Conserve-t’on son aura ? Pourquoi ne restaure-on pas l’immatériel d’une œuvre ? Si c’est la transmissibilité qui importe, la viabilité du message que veut transmettre l’objet d’art, alors il faut en changer sa représentation. Les codes évoluent avec le temps, alors pourquoi ne pas les substituer, comme on le fait déjà avec le support de ces artefacts ?

On conserve sans limite, mais, dans les maisons, les lieux de stockage sont des espaces stagnants où ne circule plus la vie, comme le grenier …  Les pièces à vivre de subissent pas cet encombrement, alors pourquoi les musées en sont l’exemple même ? Est-ce que l’essence de l’art doit se limiter à l’aura des objets, leur matérialité obsolète, ou évoluer vers une transmission de sens ?

L’art contemporain est-il essence ? Et quels dispositifs la profession de conservateur.trice va employer à l’avenir ?