Archives de catégorie : PUBLICATIONS

Une histoire racontee par un idiot

Je dois être idiot, malgré le temps qui passe, rien dans la dangerosité du coronavirus ne justifie à mes yeux, comme à ce jour, la mise en place des mesures de confinement que l’Europe s’impose depuis bientôt six semaines. Je ne dis pas qu’il n’est pas dangereux, mais que les mesures destinées à le colmater sont disproportionnées. Que ce soit en France où je travaille ou en Allemagne où j’habite, ces mesures fumeuses me semblent bien plus létales que le virus lui-même car, tueuses de liberté, elles nous demandent de confier à des gens en qui nous n’avons pas confiance ce que nous avons de plus cher. Il est étrange de s’en remettre ainsi aux dits spécialistes dont les décisions affectent jusqu’au plus intime de notre quotidien, en en restreignant les possibles. Pour autant, je ne nie pas la nécessité d’une forme d’action sanitaire efficace de contention du virus destinée à protéger les personnes vulnérables (voir profil médical des cas graves). Cela coule de source. N’est-il pas normal de protéger les plus fragiles, hier, aujourd’hui, demain ? Aujourd’hui, après presque deux mois de pandémie, je ne suis pas persuadé que les mesures drastiques mises en place auront de quoi effrayer un virus qui par ailleurs ne semble rien avoir de particulièrement méchant, si ce n’est d’avoir l’indélicatesse de nous tendre le miroir de notre mort, celle qui tous sans exception nous emportera un jour. Ce qui se passe aujourd’hui relève d’une tragédie dont la littérature raffole et dont la construction dramatique mérite d’être étudiée. Admettons que le coronavirus est d’abord un récit, une pièce de théâtre. En quête dorénavant des enjeux narratifs de cette passion collective, nous reviendrait en mémoire ce trop fameux passage du génial William Shakespeare : « La vie est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ». MACBETH (V, 5) Il est frappant que le récit de la chose  semble en effet raconté de manière à ce qu’on n’en comprenne rien, comme s’il était le fruit de l’imagination de personne, fruit trop mûr de lui-même, abstraction technobureaucratique sans pépin, ou alors n’est-ce qu’un effet de perspective ? Pour essayer de comprendre ce qui est en jeu dans cette étrange affaire, je vous propose de procéder à une sorte d’exercice farfelu de recherche-création : comment ferions-nous s’il fallait tirer une pièce de théâtre des événements actuels? Autrement dit, que faut-il comprendre de la crise actuelle pour en extraire le noeud dramatique ? 

À quoi rêve Jupiter ?

Michel Foucault,  répond à la question dans Surveiller et punir_, (1975) : »La ville pestiférée, toute traversée de hiérarchie, de surveillance, de regard, d’écriture, la ville immobilisée dans le fonctionnement d’un pouvoir extensif qui porte de façon distincte sur tous les corps individuels – c’est l’utopie de la cité parfaitement gouvernée. La peste, c’est l’épreuve au cours de laquelle on peut définir idéalement l’exercice du pouvoir disciplinaire. Pour faire fonctionner selon la pure théorie les droits et les lois, les juristes se mettent imaginairement dans l’état de nature. Pour voir fonctionner les disciplines parfaites, les gouvernants rêvent de l’état de peste. »

Maffesoli, en piètre quête de rachat ?

ou un imprévisible retournement de veste .
 
Apparemment et nous le pressentions, l’occasion de cette crise sanitaire était trop belle pour   que le mage – devin qui a dépoussiéré sa boule de cristal afin de la remettre en activité , sortie de sa réserve  une fois son aplomb retrouvé: « nous pouvons dire, avec assurance, que nous assistons à la naissance de l’ère des soulèvements populaires. » En traitant derechef le gouvernement d’incompétence de manière très inattendue, voilà qu’il vient aujourd’hui cracher dans la soupe qu’il a servie pendant des années en tant que domestique bêlant des puissants, de la gauche bobo au sarkozysme le plus grotesque. Dans son article apocalyptique du 10 Avril dernier paru dans la revue d’un monde qui vient, l’Innactuelle, apparemment en mal de plume plus efficiente et qui lui ouvre ses colonnes, il prédit, déjà dans son titre, « le grand soulèvement qui  vient« . La population est-elle sur le point de se réveiller ? De quoi les bouleversements en cours accoucheront-ils ? Michel Maffesoli nous livre sa réponse », prévient l’accroche de la revue. Sa prévision n’est pas sans rappeler l’essai politique rédigé par un « Comité invisible » et publié en 2007. Le texte est suivi d’une « Mise au point », publiée en 2009 en référence au livre de Giorgo Agamben, La Communauté qui vient : théorie de la singularité quelconque, édité lui en 1990.
 
Malgré ces éléments, Maffesoli apparaît toujours plus arc-bouté sur son prétendu génie visionnaire soutenu par la caution d’un étalage à gogo d’érudition de  références gréco-latines  qu’il mobilise et décline  à toutes les sauces, non sans se fendre en entame d’une parabole métaphorique ridicule dont il a le secret, celle des bas-fonds lacustres « animés par de constants grouillements. De temps à autre ces derniers apparaissent à l’extérieur sous formes de bulles géantes troublant la quiétude du lac. Bulles aussi soudaines qu’éphémères. Disparaissant, en effet, pour renaître plus tard quand le grouillement intérieur se fait à nouveau trop pressant ». Maffesoli a besoin de préciser son expertise imagée pour visiblement ratisser large, « Voilà une image qui permet de comprendre les soulèvements qui, actuellement, troublent la vie de nos sociétés. Il s’agit bien, en effet, de bulles explosives, appelées à se renouveler, en ce qu’elles expriment le grouillement, à la fois profond et violent, animant une société officieuse ne se sentant plus du tout « représentée » par la société officielle ayant le pouvoir institutionnel. D’où l’ambiance insurrectionnelle caractéristique de toute fin d’époque. » S’en suit un couplet qui fait le procès de l’oligarchie politique et dont on se demande s’il lui aura fallu attendre l’émergence de la Macronie pour réaliser l’existence d’une oligarchie aux commandes de l’État en France. Le Sarkozysme débridé que Maffesoli a ouvertement soutenu, n’en aura -t-il pas été un exemple assez cinglant ?
 
On croît rêver, quand Maffesoli s’érige maintenant en défenseur du peuple, traité avec mépris un peu plus tôt de dormeur, victime de l’aveuglement d’une caste de puissants technocrates à la barre étatique et de son « mépris virulent vis-à-vis des peuples en révolte. Peuples dont les réactions sont qualifiées d’une manière on ne peut plus erronée de populistes . » et au passage, en rectificateur de la pensée du haut de son exceptionelle ou unique hauteur de vue. Pour faire son effet persuasif, c’est maintenant au tour de la citation de célébrités philosophiques et littéraires d’être   mise à contribution pour fonder la vérité maffesolienne qui n’a tours pas besoin ici de méthode ni argumentaire scientifiques, puisque  des références — de bons ton, chic et genre suffisent, en veux-tu en voilà, — à Bossuet, Platon, Hegel, les  exotiques Pareto et Ortega y Gasset, en la circonstance, Chateaubriand, à l’inévitable Simmel, à De Maistre, Renan pour finir la longue lise de ses recours prestigieux. « Voilà ce qui en appelle à une transfiguration du politique. On ne représente plus rien sinon, à courte vue, soi-même. Une caste on ne peut plus isolée qui en ses diverses modulations, politique, journalistique, intellectuelle est surtout identique à elle-même et fidèle à son idéal « avant-gardiste » qui consiste, verticalité oblige, à penser et à agir pour un soi-disant bien du peuple. » Dans cette improbable volte-face, Maffesoli apparaît en pleine crise de socialisme révolutionnaire. Serait-il pour son salut, en quête de rachat de ses fourvoiements passés en nous nous gratifiant de tels adages teinté de moralisme typiquement maffesolien . « On ne saurait mieux dire la « faillite des élites » contemporaines : n’étant plus en phase avec la réalité sociale de base, car elles privilégient leurs droits au mépris de leurs devoirs. Le « tous pourris » de la conversation du Café du Commerce ne faisant que vitupérer la cupidité de cette élite en déshérence, préoccupée, essentiellement, de postes aguichants, de salaires confortables, de places acquises sur les fameux « plateaux » télévisuels. »  Décidément Maffesoli ne manque pas d’air, lui le gourou de  la modernité prête à penser qui écuma les plateaux télé pour y déverser sa sociologie de pacotille, doublé du chien de garde des puissants qu’il pourfend allègrement aujourd’hui. « Ce sont des notables étant dans l’incapacité de comprendre la fin du monde qui est le leur. »
 

N’assiste-t-on pas dans ces piètre articles opportunistes parus en pleine  crise du Covid-19, rédigés depuis un confinement  intellectuel de longue date, à la gesticulation  désespérée d’un vieil « apparatchik » de l’intelligentsia institutionnelle à la solde du pouvoir politique, aujourd’hui laissé pour compte et en souffrancle de sa déchéance socio-médiatique, lancé dans une pathétique opération désespérée d’exonération, de dédouanement ou de blanchiment de ses impostures et compromissions passées ? Pour preuve, sa sortie en beauté qui fera lever les yeux au ciel à ses plus fidèles détracteurs: « Le bienfait des soulèvements, des insurrections, des révoltes, c’est de rappeler, avec force, qu’à certains moments  l’ubris, l’orgueil des sachants ne fait plus recette. Par là se manifeste l’importance de ce qui n’est pas apparent. Manifestation de l’indicible et de l’invisible. Le « Roi clandestin » (Georg Simmel) de l’époque retrouve alors une force et une vigueur que l’on ne peut plus nier.  » Plus fort de café est encore les morceaux qui le concernent personnellement au plus haut point « Mais voilà, à l’encontre de l’a-priorisme des sachants, l’a-priorisme dogmatique étant le fourrier de tous les totalitarismes, ce génie s’exprime maladroitement, parfois même d’une manière incohérente en se laissant dominer par les passions violentes. L’effervescence fort souvent bégaie. »  « Cette pseudo-intelligentsia, on ne peut plus déphasée, en son idéologie progressiste ne peut pas saisir l’atmosphère mentale de l’époque. Ce que le philosophe Ortega y Gasset, en son livre prémonitoire : La Révolte des masses, nommait « l’impératif atmosphérique » du moment. C’est parce qu’elle ne sait pas s’adapter au changement de climat spirituel en cours que la Caste subira le sort qui fut celui, en leur temps, des dinosaures : périr. La Modernité pourrissante est à l’agonie. Ses représentants caducs ne peuvent même pas envisager que toute mutation, car c’est bien de cela qu’il s’agit, comporte une dose de mystère. »et le dernier qui vient clore l’article messianique de Maffesoli, en comble de la dénégation: « Ce sont moins des réponses bien formatées qui sont attendues, que la capacité de savoir poser des questions. Ce que les soulèvements signifient, c’est que n’est plus accepté un monde sans question et plein de réponses. Tout simplement parce que c’est à partir de l’insaisissable, ce qui est en devenir, ce qui est questionnant, que l’on peut saisir le saisissable. Celui de la vie Réelle. Ne l’oublions pas. C’est quand on ne sait pas dire, avec justesse, ce qui est, c’est quand le moralisme, ce qui « devrait être », prend le dessus, que le peuple fait sécession. » Ne devions nous pas selon une prédiction pas si lointaine du pourvoyeur d’oracles d’une scociologie interprétative et prédictive à géométrie variable qualifiée de junk science, voir resurgir des « manifestations tribales » ?

Pour parler d’un grand basculement sociétal à venir, Maffesoli est bien loin du mode choisi par  Chinua Achebe , l’auteur nigérian du chef d’oeuvre Things Fall Apart,  écrit pour témoigner  du  monde qui s’effondre tragiquement pour son  héros, père et chef de village en pays igbo (Est de l’actuel Nigeria), notable impuissant face à l’effilochage de ses fondements, traditions et coutumes avec l’arrivée   de missionnaires en avant garde de l’invasif colonisateur britannique. Ce qui fait la force du récit, c’est la description du réel, d’une déliquescence organisée et inéluctable qui annihile toute velléité de résistance contre  le rouleau compresseur de l’implantation intrusive de la colonisation et de ses effets destructeurs de de valeurs et relations sociales et même familiales apparaissant  de manière flagrante à l’analyse précise de l’auteur de aphorisme qui aura fait le tour du monde:« Tant que les lions n’auront pas leur historien, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur »..

« Des auteurs comme l’Américain Ernest Hemingway ont représenté la population noire africaine comme des sauvages et sont ainsi à l’origine d’un immonde blasphème, disait Achebe. C’est pourquoi j’ai décidé de tenter d’écrire des livres où les personnages étaient des Africains comme je les connais ». La première partie  du livre s’attache à  décrire en 13 chapitres l’apogée de la société Ibo au Nigeria et où évolue un grand guerrier du nom d’Okonkwo.  La  seconde partie regroupe six  chapitres pour évoquer l’exil d’Okonkwo dans son village maternel en réparation d’ un meurtre qu’il a commis, ainsi que l’arrivée des missionnaires blancs et la conversion de son fils aîné à la nouvelle religion (le christianisme) dont il ne parvient pas à le dissuader. La  dernière partie  compte aussi six  chapitres et raconte le retour d’Okonkwo dans son village natal où sont apparues  de nouvelles lois établies par les missionnaires, et où règne un désordre indescriptible. Indigné par les pratiques et le nouveau fonctionnement, Okonkwo finit par mettre fin à ses jours en aveu de son impuissance  et de son échec à endiguer les bouleversements qui se produisent.

Les modes d’analyse utilisés respectivement par Maffesoli et Achebe divergent radicalement pour traiter d’un sujet similaire somme toute, à savoir celui  de la prise de pouvoir d’une minorité sur la majorité d’une société, par une élite technocratique sur le peuple dans le premier  cas, par des colonisateurs blancs sur des autochtones noirs dans l’autre. La comparaison nous a renvoyé à un ouvrage publié sous la direction de’ Alban Bensa et François Pouillon Terrains d’écrivains, qui avec les 10 autres participants à leur réflexion collective, se posent la question irrévérencieuse « Pourquoi les grands écrivains disent-ils mieux le monde que les anthropologues patentés ? C’est que l’enquête de terrain des uns et des autres n’est pas la même. Par les exemples qu’ils ont choisis pour les éplucher, les auteurs nous disent que la prose anthropologique « escamote trop souvent sous les conventions narratives et conceptuelle, une relation tangible aux mondes arpentés « . « L’homme n’est homme que parce qu’il fait partie de la nature. Chinua Achebe invite à retrouver l’humilité, l’humus de ce qui nous a façonné. Ce qui fait que je suis ce que je suis, c’est que j’ai appris des gestes simples. Regarder, écouter, toucher, sentir. L’œuvre d’Achebe est l’œuvre de l’alentissement, voir même du ralentissement. Chinua Achebe a une écriture oralisée. Apparemment simple, comme tout le monde rêve d’en écrire. Il se fait tour à tour griot, chantre de la terre. Il donne terre, il donne corps à cette langue » dit Gaston-Paul Effa Pour son entreprise de rachat s’il est sincère, Maffesoli connu pour son escamotage de tout terrain pourrait peut être maintenant au moins s’appliquer « un salubre retour au terrain en ces temps de tout textuel » , ou plutôt à l’enquête du terrain d’où il s’évertue à un bavardage toujours en surplomb prophétique qui ne parvient pas à donner le change à une une enquête qui se respecte même avec une débauche de références érudites.

 Bibliographie de référence

ACHEBE C., Things Fall Appart, Heinemann,1958  (Le monde s’effondre, Présence africaine, 1966 )

BENSA A. & POUILLON F. (dir.), Terrains d’écrrivains, Essais Anarchasis, Paris, 2012.

Nota bene: les citations entre guillemets de la conclusion, sont empruntées à la quatrième de couverture de l’ouvrage renseigné.

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Quand au retour du confinement, des attitudes deviennent forme

Quand pour l’heure du retour de ses étudiant.e.s à l’École supérieure d’art d’Avignon, tranformé.e.s après leur  confinement forcé — une assignation à résidence — ,  il est prévu une restitution sur ses deux sites, de leurs productions en témoignages de leur inventivité et productivité durant cette période  inédite si particulière, mais sous une forme qui ne veut pas être a priori d’après le modèle de l’exposition. Alors comment ne pas en espérer un modeste bégaiement de l’une des manifestations les plus mythiques  de ces dernières décennies  :  « When Attitudes Become Form / « Quand des attitudes deviennent forme » orchestrée par Harald Szeemann (1933-2005) à la « Kunsthalle » de Berne en 1969 dont il était le directeur attitré depuis 1961. D’aucuns prétendent que ce fut un événement crucial de l’art contemporain qui marqua une rupture radicale et un fossé encore plus grand  entre ses producteurs et le grand public.

En 1969, fut l’année du festival non moins mythique de Woodstock sur l’île de Wight, gigantesque  catharsis du mouvement  hippie, de la contestation, de la drogue et du rock, comme le signe d’un  basculement du monde sous l’influence de la contre culture nord américaine. « L’idée de mon exposition, confiait-il à l’époque, est née par hasard. Je rendais visite à un artiste et je me suis trompé de porte et je l’ai vu arroser des herbes sur une table. J’ai vu une « attitude » qui devenait forme ». En cette année historique, Szeemann prend le pari risqué de faire valoir une nouvelle génération d’artistes émergents qu’il a su repérer et veut montrer pour la première fois lors de  cette exposition  spéciale de Berne. Ces artistes ont refusé de s’adonner à l’expressionnisme abstrait comme à l’art cinétique et technologique; ils veulent en finir avec le Pop Art, et tous les  genres exaltant la civilisation de la consommation quand eux ont déjà posé les bases de l’art conceptuel » , de  l’Arte povera, du Land Art.

Voulant mettre à bas la trilogie paradigmatique « atelier-galerie-musée », Szeemann donne la primauté à l’attitude de l’artiste venant faire son œuvre sur place. Des films Ô combien précieux  aujourd’hui pour des étudiant.e.s, montrent comment Joseph Beuys remplissait les coins d’une salle avec de la margarine, tout en fredonnant la  chansonnette « Ja-Ja-Ja-Nee-Nee-Nee » (oui-oui-oui nan-nan-nan). Ailleurs, c’est la façon dont Lawrence Weiner – et son énorme barbe – enlevait un mètre carré de plâtre d’un mur au moyen d’ un petit marteau, pour faire son œuvre. Encore plus loin, c’est Barry Flanagan qu’on voit déposer une corde qui reliait deux salles. On voit aussi des tas de poussières, un peu de plastique, un téléphone en bakélite à même le sol, avec un panonceau : « Si le téléphone sonne, prenez-le, c’est Walter De Maria qui vous appelle ». Et encore Sol LeWitt qui a peint un mur, Mario Merz,  construit un igloo de verre avec du mastic et Carl André,  « pavé » une salle de plaques métalliques. Le visionnage des films d’archives, montrant ces artistes à l’œuvre, procure le sentiment de leur joyeuse anarchie, de leur envie de faire, de produire des choses loin du marché et du concept attendu de l’œuvre d’art, et d’une grande liberté de résultat qui serait interprété  par chacun à son bon vouloir.  Szeeman reliait cette façon  au geste direct de Jackson Pollock, à la performance d’Yves Klein, à la trivialité de l’objet de Marcel Duchamp. En montrant que ce qui prime, et en affirmant que ce qui fait forme, c’est l’idée ou l’attitude de l’artiste et non plus l’objet, cette exposition remettait en cause, l’idée même de musée et de galerie. L’art se faisait in situ, hic et nunc, et la paternité d’une œuvre relevait d’une convention. Chacun était ensuite libre d’en penser ce qu’il voulait, puisque l’art était justement la manière de  questionner l’art. Une exposition qui ne montrait plus des chefs-d’œuvre mais des idées dématérialisées ou intangibles, des intentions.

Comme un témoignage de reconnaissance dans l’ écrin  de son palais vénitien, la « Fondazione Prada » a accueilli sa reconstitution à l’identique en 2013 par le critique Germano Celant avec l’architecte Rem Koolhaas et les artistes de l’époque ou leurs ayants-droit. Encore initiateur  de la « Belgique visionnaire », au Bozar, en 2005, Harald Szeemann fut un curateur véritablement  visionnaire,  anticonformiste voire anarchiste, et peut-être l’un un des plus grands commissaires d’exposition  de la deuxième moitié du XXème siècle. Cette exposition suscita un scandale non moins vif qu’un intérêt pour le milieu artistique. Le public bernois encouragé par une partie de la presse, ne comprenait pas cet art sans plus de référence et se déchaîna en s’en prenant ainsi à l’œuvre de Michael Heizer qui avait détruit un bout de trottoir devant la « Kunsthalle ». En réaction, des habitants déversèrent du fumier devant la « Kunsthalle ». Harald Szeemann fut contraint de partir malgré le retentissement exceptionnel de son événement dans le monde de l’art non sans sceller sa stature de premier commissaire indépendant avec son « Agence pour le travail intellectuel à la demande » Il fut ensuite; il fut deux fois commissaire à la Biennale de Venise, et une fois de la « Documenta » de Kassel.

Et si  ce retour de confinement était l’occasion inespérée et offerte à des créateurs,inventeurs en herbe, de faire état d’une prise de conscience de la finitude d’un monde  exsangue comme de celui d’un art exclusif et élitiste seulement dédié à un marché mondialisé, au profit  d’un art résolument démocratique et ses formes à réinventer ?

Cette expo a été reconstituée à l’identique à Venise, Les visiteurs n’hésitaient pas ce week-end à faire trois heures de file pour s’étonner de découvrir de petites salles envahies d’objets comme disposés au hasard, comme dans une maison en construction : des bacs de peinture, de la mousse, un tas de sable, un grillage. Une expo comme un coup de poing dans une Biennale où tout, au contraire, devient œuvre d’art et où la forme devient attitude. Et le plus paradoxal est que ce soit une firme de mode, de la jet-set, qui organise ce formidable remake anarchiste.

« When Attitudes Become Form », Fondazione Prada, jusqu’au 3 novembre, fermé le mardi. Ca’ Corner della Regina.

 

 

 
 

Rémanence ou retour du virus maffesolien ?

Un commentaire critique après la parution de l’article:

La pandémie de coronavirus ou comment disparaît le mythe rationaliste du progrès.
par M. Maffesoli, Le courrier des statèges, 20.03 2020

Qui aurait cru que l’imposture intellectuelle du maffesolisme avait encore quelque crédit sur quelque support et la place publique, sa déconvenue générale lui ayant valu la suspension de sa revue marginale de pseudo-sociologie prédicatrice Sociétés depuis 2014.  Même retiré des affaires, l’indécrottable gourou du lien communautaire et de l’imaginaire dans les sociétés «postmodernes» dépourvu de toute scientificité méthodologique, remet le couvert en sautant sur une trop belle occasion: la crise du Corona virus serait une « modalité » annonçant la fin de la civilisation et d’une rationalité moderniste, thèse qui viendrait corroborer avec éclat toute son oeuvre analytique et visionnaire.  » … la postmodernité  n’est rien d’autre que la synergie de l’archaïque et du développement technologique.«   Va comprendre Charles !
 
À en croire les détracteurs du philosophe Alain Badiou depuis qu’il a été pris dans les filets du canular tendu par ses deux auteurs,  l’autoproclamé plus grand philosophe vivant de France pêche comme Maffesoli par un manque de rigueur inacceptable, notamment par un usage très contestable d’une pensée bricolée autour d’un post-modernisme, encore lui,  aussi  commode qu’infondé. Le comité éditorial de Badiou Studies a accepté l’ article volontairement frelaté …  avant de le retirer deux jours plus tard, sitôt que l’entourloupe fut éventée publiquement par ses auteurs. Adepte paradoxal du post-modernisme, tiens tiens !, il lui est reproché un manque  de rigueur intellectuelle, une  rhétorique incompréhensible, tiens tiens aussi !, d’un extrême relativisme comme dans le post-moderniste de Maffesoli, picorant par ci par là des bribes de cette philosophie indigeste au gré de ses intérêts démonstratifs mais de façon très inattendue en ce qu’elle est très peu cohérente avec sa posture maoïste, dogmatique et anti-relativiste. La notion de postmodernisme, la nébuleuse postmoderne et ses thuriféraires ne participeraient-ils pas d’une sorte de farce, d’une grande illusion intellectuelle orchestrée par les médias de masse pourvoyeurs de leur écho dans la sphère médiatique et politique en dépit  des  faiblesse méthodologique et manque d’argumentaire de leurs tenants, pour combler des attentes consuméristes de figures idéologiques érigées en derniers héros d’une bonne conscience de la classe moyenne de gauche ? .
 
Ah ! Michel Maffesoli, le fameux exécuteur de basses oeuvres et domestique de puissants pouvoirs pour avoir osé organiser en avril 2001 la soutenance d’une thèse de sociologie devant un jury de complaisance selon  une bonne partie de la discipline.  Elle fut présentée par Madame Germaine Hanselman, non moins célèbre mais sous le patronyme commercial d’Élisabeth Teissier qui gouvernait  sa très médiatique et rentable  pratique de l’astrologie. En guise de synthèse d’une réception ayant déclenché une très vive polémique à l’époque,  il suffit de lire un court extrait du verdict sans appel de Jacques Bouveresse, professeur au Collège de France, à propos de ladite thèse  qui « ne comporte aucune analyse épistémologique réelle ». Par contre, elle contient une partie à l’intitulé prometteur: « Preuves irréfutables en faveur de l’influence planétaire. » Hélas il y est écrit d’aussi aberrantes qu’atterrantes révélations telles que « De récentes recherches nous ont en effet permis d’établir la corrélation entre cancer, voire  sida, avec des dissonances de deux planètes par rapport au thème natal. »  qui, à elles seules, en disent long sur la gravité de la supercherie et la malhonnêteté de l’ordonnateur Maffesoli comme de ses complices.
 
Dans l’article, tous les ingrédients du tour de passe passe et de l’enfumage sont là. Toujours la même obsession de la « sociallté post-moderne », qui serait aujourd’hui malmenée dans une situation dont le mage avait déjà prédit l’avènement depuis 1979, excusez du peu !  Par contre, No comment quant aux membres la « société nomade »: que dire de nomades et tribus confinés ? Le prétendu ami de Baudrillard » n’a toujours pas de terrain ni de données, sa sociologie n’étant pas une science mais une « connaissance » selon lui,  ni d’analyse mais toujours les mêmes ficelles: des sujets qui collent à l’actualité médiatique — il n’y a pas d’ objet indigne pour cette pseudo-sociologie  fumeuse et opportuniste –, des formulations métaphoriques  délirantes et absconses, des phrases dénuées de sens mais pas de jeux de mots « décoratifs », une véritable intoxication verbale oublieuse de la signification des termes utilisés, des buzzwords sans définition ni justification, des références ad nauseam à Maffesoli himself et à ses maîtres à jaser toujours célèbres selon le bon vieil expédient du name dropping.
 
L'imposture, c'est Maffesoli — pierremerckle.fr
crédits: Pierre Mercklé
Certes le bonimenteur mondain a su faire son chemin et son trou en fréquentant les allées du pouvoir, les réseaux occultes et la courtisanerie parisienne tous azimuts. Les jeunes lecteurs apprécieront l’exclusivité de la vacuité observatrice par l’oeilleton de la courte vue si peu convaincante du maître maffesolien: « La vie est en elle-même inquiétante, porteuse de risque. Il y a toujours de l’inattendu, de l’imprévu. Mais je ne crois pas que la vitalité aille de pair avec la peur. Ce qui me semble oublié par les observateurs, c’est de voir à quel point cette peur est absente dans la jeune génération. Alors que le travail manque, que le logement est un problème, etc., les jeunes continuent de faire preuve d’un enthousiasme débordant.( 2014) ».Faut-il qu’il ne soit pas au bon endroit ou avec le mauvais instrument de vision pour émettre de telles banalités  généralistes qui n’atteignent même pas le bon sens. En fin de course, et pour couronner le tout, son arrivisme effréné aura consenti à une énième compromission dans un piètre sarkosysme sans lendemain, non sans qu’elle ne lui ait valu encore un peu plus de retour sur investissement relationnel au plus haut niveau. Mais c’est certainement aussi une soif collective de prédiction de l’avenir du monde à l’instar de celle de la météo, qui a fait le lit du maffesolisme et de son opportuniste gourou médiatique. On pensait que le canular de deux  faux maffesoliens mais  vrais sociologues, suffirait pour mettre fin à l’hégémonie des intarissables logorrhées maffe(so)-sociologiques si nocives débitées sur tous les plateaux télés, à l’instar des élucubrations insensées de la paire Bogdanov à propos de physique pour le premier jumeau et de mathématiques pour l’autre.
 

Imposture. C’est Roland Gori, psycho-pathologiste de renom qui nous en dit un peu plus long sur un phénomène de plus en plus répandu, et qui nous concerne tous. Enquêteur depuis son point de vue, auteur d’une série d’ouvrages et de conférences didactiques, il s’efforce de révéler l’aliénation de l’humain dans toutes ses dimensions. Avec son opus La Dignité de penser (Les liens qui libèrent, 2011), il expliquait que la dignité repose sur la « pensée de la capacité de penser », une aptitude à l’ouverture au monde et les autres sans s’en tenir à leur mensurabilité. Il s’y insurge contre l’omniprésence de l’évaluation, cette mode récurrente et obsessionnelle de la réduction de la mesure des individus pour les faire entrer dans des cases, des grilles, des tableaux. Dans La folie évaluation (2011) Gori rappelait les processus de normalisation en vigueur dans la société néo-libérale à l’ère de la mondialisation au temps du fléau des productivité maximale et concurrence impitoyable. Les états aussi, sous couvert de leur providence, sont désormais contaminés. S’il fallait encore convaincre, il n’y a qu’à voir a bataille internationale qui se livre pour la « captation » des masques anti viraux Covid-19 en provenance de Chine.  Les processus d’évaluation tout comme  la division du travail en  tâches remplies par chacun.E s’inscrivent dans des procédures définies par les normes, les codes qualité de cette « religion du marché » qui interdit de penser notre monde, autrement que comme un PIB, une dette publique, un stock de marchandises, de produits financiers et  leurs meilleurs classement, ventes et rapports. À ces modalités normalisées chacun doit s’y soumettre en regard d’une évaluation ou d’une auto-évaluation dans l’extrême solitude qui peut s’ajouter à une pauvreté économique.  Que reste-t-il d’elle même, d’une personne insidieusement contrainte à intérioriser sa rupture avec son existence propre, sa singularité ontologique ? Y ayant renoncée sous la pression des normes imposées, elle n’est plus selon Gori, que la forme incarnée d’une imposture à l’ère de La fabrique des imposteurs (2013). Chacun bien conscient d’une responsabilité individuelle, se retrouve un jour en situation de contradiction entre réponse à la norme et contrainte d’effectuation de son métier, et de la sorte en situation de souffrance en se sentant dans la peau d’un imposteur. Pour réaliser cette tyrannie des  moeurs, il aura fallu que soient anéanties les valeurs de l’expérience et du récit, – de la parole – qui la transmet, en la remplaçant par le cht intempestif le flux intarissable d’une information reine plus technique et mesurable, pour nous faire perdre pied dans notre monde, dans notre démocratie au profit de multiples technocraties grandes ordonnatrices  insidieuses de nos servitudes volontaires. Exister comme un zombie dans la soumission aux normes, en devenant soi-même norme sous la forme d’un imposteur n’est pas tenable;  il importe de renaître à soi-même contre cette norme, d’en réfuter les contraintes pour toute son existence afin de recouvrer son humanité qui dépend de nous.

Maffesoli semble têtu: hélas le tenant de positions anti-rationalistes et anti-scientifiques, ses manigances carriéristes, auraient dû suffire à lui interdire l’accès à quelque crédibilité publique et postérité que ce soit et à commettre quelque publication toujours aussi vaseuse encore en 2020.

 

Lire aussi:

Ebola : les sociétés européennes ont-elles encore assez de sang-froid pour faire face à la tragédie d’une épidémie à domicile ?

par Michel Maffesoli, David Engels

Bibliographie de référence:

René Gori, La Dignité de penser , Les liens qui libèrent, Paris, 2011

                     La folie évaluation, Les liens qui libèrent, Paris, 2011

                  La fabrique des imposteurs, Les liens qui libèrent, Paris, 2013

 
 
 

Confiné pour confiné …

Résultat de recherche d'images pour "INA logo"Pour l’ouverture jeudi 19 Mars 2020 de son nouveau site de streaming Madelen,  l’INA offre trois mois gratuits « pour accompagner nos concitoyens en cette période difficile » de coronavirus. Disponible sur les boutiques d’application et sur le site dédié, cette plateforme propose plus de 13.000 programmes vidéo et audio (Séries, fictions, documentaires, concerts et spectacles, émissions cultes, audio ou théâtre), sélectionnés parmi les millions d’heures d’archives du catalogue de l’INA. La cotisation mensuelle est de 2,99 euros une fois écoulés les trois mois gratuits.

Formation ARAAFU

ARAAFU FORMATION

L’Araafu proposera les formations suivantes en 2020
(ce programme est  prévisionnel et sera mis à jour pour ce qui concerne les dates et lieux non encore fixés  – informations à venir sur le site internet)
 

La lutte contre les polluants dans les institutions patrimoniales

1 journée – tarif 240 euros (non adhérents) / 180 euros (adhérents)
Date : 3 avril 2020
Lieu : Cité de la Musique, 221 avenue Jean Jaurès 75019 Paris

 

Débat ICOM: « Le sens de l’objet ».

Si vous ne parvenez pas à lire cet e-mail, cliquez ici
 
 
 
 
Soirée-débat déontologie 
 
Le sens de l’objet 
 
mercredi 29 janvier 2020
18h – 21h
 
Auditorium Colbert
Galerie Colbert
2 rue Vivienne – 75002 Paris
 
 
 
Programme
 
 
La sixième soirée-débat d’ICOM France, organisée avec l’Institut national du patrimoine, portera sur le sens de l’objet.
 
Pour des professionnels de musée, le mot d’objet revêt un sens singulier : il désigne de manière générale ce que le musée conserve, qu’il s’agisse d’une institution muséale de beaux-arts, d’histoire, d’histoire naturelle, de sciences et techniques, d’art contemporain.
 
Il revient aux professionnels de musée de donner un sens, un langage, une interprétation à l’objet qu’ils conservent ; l’objet est un témoin préservé, pour transmettre la mémoire des arts, des sciences, des sociétés.
Le conserver est la mission première, qui pose néanmois un certain nombre de questions :
  • L’objet a-t-il un sens en lui-même ?
  • À quelles conditions restaure-t-on le sens de l’objet ?
  • Le sens de l’objet est-il séparable de son contexte ?
  • Le sens de l’objet est-il « durable » ?
 
Le débat proposera des approches techniques, scientifiques, mais aussi philosophiques. 
 
Entrée libre – inscription obligatoire.
 
 
Inscriptions
 

Formation continue ARAAFU

 
ARAAFU FORMATION

L’Araafu proposera les formations suivantes en 2020
(ce programme est  prévisionnel et pourra être modifié 
informations à venir sur le site internet)
N’hésitez pas à transférer l’information 
 
Télécharger le programme détaillé (pdf)

Les absorbeurs d’humidité relative et d’oxygène

1 journée – tarif 240 euros (non adhérents) / 180 euros (adhérents Araafu)
Date : printemps 2020
 
La lutte contre les polluants dans les institutions patrimoniales

1 journée – tarif 240 euros (non adhérents) / 180 euros (adhérents)
Date : printemps 2020
 
Relevés sur tablette numérique

1 journée – tarif 240 euros (non adhérents) / 180 euros (adhérents)
Date : 1er semestre 2020 (mai/juin)
 
Prélever des objets archéologiques fragiles

1 journée – tarif 240 euros (non adhérents) / 180 euros (adhérents)
Date : 2e semestre 2020
 
Vitrines

3 journées – tarif 720 euros (non adhérents) / 540 euros (adhérents)
Date : 2e semestre 2020
 
Photoshop – initiation

2 journées – tarif 480 euros (non adhérents) / 360 euros (adhérents)
Date : 2e semestre 2020
 
FileMaker Pro : Pratiques et questionnements – Initiation (2)

2 journées – tarif 480 euros (non adhérents) / 360 euros (adhérents)
Date : 2e semestre 2020
 
La radiographie X d’objets archéologiques

2 journées – tarif 500 euros (non adhérents) / 400 euros (adhérents)
Date : automne 2020
 
VOUS POUVEZ RETROUVER TOUTES LES FORMATIONS ET LES BULLETINS D’INSCRIPTION SUR LE SITE
 
ARAAFU / Paris
tél     06 95 129 222 –
 

Next ICCROM Meeting on the Registration and Conservation of Contemporary Art

https://www.iccrom.org/news/conservation-contemporary-art

Conservation of Contemporary Art

In 2017, a pilot survey of contemporary art collections in Argentinian museums was carried out by ICCROM, in collaboration with the Argentinian Ministry of Culture (Dirección Nacional de Bienes y Sitios Culturales – DNBSC).  This survey forms the basis of ICCROM’s 2020/2021 agenda to assess needs and improve the conservation and management of contemporary art collections at the regional level in Latin America and the Caribbean.

The results of the pilot survey were shared with the Argentinian professional community at the 2017 meeting of the series of annual gatherings organized by DNBSC on contemporary art conservation issues, which focused on ‘Registration, Documentation and Conservation of Contemporary Art’, under the patronage of ICCROM.  It was held from 2 – 4 September 2019 at the National Museum of Fine Arts (Auditorio Asociación de Amigos del Museo Nacional de Bellas Artes – MNBA) in Buenos Aires, Argentina.  The event was organized by the Argentinian National Directorate of Heritage and Sites (Dirección Nacional de Bienes y Sitios Culturales, Ministerio de Educación, Cultura, Ciencia y Tecnología), together with Programa ACERCA-AECID (Ministerio de Asuntos Exteriores y de Cooperación) of Spain, the Cultural Council of the Spanish Embassy in Argentina, and the National Museum of Fine Arts.  The meeting addressed issues such as integrating perspectives on collections’ registration and conservation of contemporary art collections, and on dialogue with the artist as a tool for registration and conservation.

More than 173 attendees from 68 institutions listened to 35 national and international specialists at the event.  The keynote speakers were: Cristina Mulinas (Instituto Valenciano de Arte Moderno), Nieves Valentín (Instituto del Patrimonio Cultural de España – IPCE), Suzan de Groot (Cultural Heritage Agency of the Netherlands – RCE), and Tom Learner and Rachel Rivenc (Getty Conservation Institute).  Three workshops were also held at the meeting on the following topics:

  • “Registration of contemporary art: case studies” (Cristina Mulinas)
  • “Technologies for the control of insects and microorganisms. Conventional and combined methods of anoxia with essential oils. Risk assessment with biosensors” (Nieves Valentín)
  • “Identification of plastics” (Suzan de Groot)

The next Meeting on the Registration and Conservation of Contemporary Art is to be organised on 5-7 October 2020.

La galerie Marchande « LOUVRE » prospère.

Le Musée du Louvre victime de l’appétit insatiable des tenants d’un libéralisme abject, se transforme inéluctablement en galerie marchande de luxe, en dépit de l’inaliénabilité et l’imprescriptibilité de ses collections comme d’une intégrité artistique.
En préalable de ce billet, lire svp l’article suivant :
News Tank Culture// Interviews // Article n° 151328
Quel  misérable  prétexte que la place donnée à des « artistes »  complaisants — il faut bien vivre ! — ou faux dupes de l’opération Buly et quelle éclatante instrumentalisation du patrimoine public mis à contribution pour déguiser une opération publicitaire et mercatique au profit d’une marque de parfum contre monnaie sonnante et trébuchante !
 
Ah, Inaliénabilité et imprescriptibilité, votre inexorabilité est toujours un peu plus compromise. Vous n’êtes plus qu’un vieux paillasson où un marketing sans vergogne s’essuie les pieds sur votre garantie apportée aux donateurs. Beaucoup n’auraient certainement pas admis dans un tel lieu public et populaire, le détournement de leur legs pourtant sanctuarisé au profit de l’industrie du luxe, dont chacun sait qu’elle constitue l’un des principaux fondements de l’économie capitaliste de marché.
 » L’art semble désormais l’affaire exclusive des plus riches, les autres étant invités à en admirer les effets mais à éviter d’en tirer les conséquences et d’en penser l’implicite  » J-P Cometti, N. Quintane, L’art et l’argent, (collectif sous la direction de), Ed. Amsterdam, Paris, 2017.
Si l’on en croit leur parangon à l’effigie carnassière du représentant de commerce caricatural, les nouveaux stratèges du  management du Musée du Louvre ont désormais toute latitude  pour en faire fructifier la marque commerciale au prix d’un boniment qui ne s’embarrasse pas de piètres arguments artistiques ni du ridicule. Il ont résolument pris le tournant d’une gestion mercantile propre à l’économie la plus libérale  dont les réels desseins n’auront bientôt plus besoin d’avancer masqués en se drapant avec quelque alibi « muséologique » que ce soit.
Hier, un mois de  création artistique sous l’angle Swatch, aujourd’hui six mois de « réinterprétation des collections sous l’angle olfactif ». Et tant qu’on y est, pourquoi pas demain un an  sous l’angle capillaire ou chirurgico-esthético-fessier par le biais du sens tactile ?

Mais après tout, rien n’oblige personne à consommer toute marque qui ne s’interdit pas un marketing commercial dans les lieux patrimoniaux publics …

 

 

 

     
     
     
     
     
     
 
 

Poste vacant au MAC’s

 

 

 

Régisseur(se) Attaché(e) au service des expositions et de la conservation des oeuvres d’art (H/F)

 

VOTRE FONCTION

Au sein du Musée des Arts Contemporains vos tâches sont multiples et variées.

Attaché(e) au service des expositions et de la conservation des œuvres, vous assistez la gestion administrative et technique des œuvres d’art.

Sur le plan administratif, vous accompagnez l’entrée et de la sortie des œuvres arts : inventaire, appel d’offre, contrôle des livraisons, constats d’état, documentation de montage, gestion de dossiers de restauration, opération de récolement.
Sur le plan technique, vous manipulez les œuvres d’art pour les stocker ou les exposer, les emballer ou les déballer, les installer ou les transporter. Le cas échéant, vous intervenez techniquement sur les œuvres elles-mêmes sous la conduite du directeur de service : Mise en cadre, installation de système d’accrochage, raccordement vidéo, production et réalisation en général.

Vous gérez le parc de matériel associé à ces opérations : éclairages, audio-visuel, fourniture de consommables s’y rapportant.

VOTRE PROFIL

– Vous êtes titulaire d’un Master à orientation culturelle ou équivalent ou vous pouvez valoriser une expérience dans le domaine
– Pouvoir gérer des questions techniques et matérielles.
– Pouvoir comprendre et appliquer des procédures.
– Pouvoir travailler seul ou en équipe
– Méthodique, faculté d’adaptation
– Maîtriser l’environnement Office, l’environnement Adobe, l’environnement Vidéo sont des atouts.
– Pouvoir comprendre et s’exprimer en anglais
– Disposer du permis B.

VOTRE CONTRAT

Contrat à durée déterminée : 6 mois renouvelables.  Possibilité de CDI si la personne convient

Régime de travail: Temps partiel (28.5/sem)

Horaire : du lundi au vendredi

Prestations possibles en horaire décalé,  les week-ends et en soirée

Engagement à partir du 1e janvier 2020

APE souhaité (Passeport APE à retirer auprès du FOREM)

VOTRE CONTACT

Vous êtes prié d’envoyer votre candidature (CV + Lettre de motivation+ copie du diplôme+ copie passeport APE)
pour le 22 novembre 2019 au plus tard.

UNIQUEMENT par courrier :

MUSEE DES ARTS CONTEMPORAINS – MAC’s

Service du personnel

Rue Sainte Louise, 82  à 7301 Hornu

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search