Archives de catégorie : Billet

La ronde de nuit mise à jour en public

L’un des tableaux les plus célèbres et les plus ambitieux de Rembrandt, la ronde de nuit (1642) doit faire l’objet de traitements de conservation et de restauration de grande ampleur dès l’an prochain, et à portée de vue des visiteurs. En effet, à compter de juillet 2019, le portrait de groupe monumental du maître néerlandais sera traité en public pendant plusieurs années au Rijksmuseum Museum d’Amsterdam. Les spécialistes et experts travailleront sur la peinture à l’intérieur d’une cage en verre spécialement conçue pour l’occasion. L’ensemble du processus sera non seulement visible par le public in situ mais aussi diffusé en ligne. Le procédé n’est pas sans rappeler l’enceinte vitrée installée au Musée d’Orsay en 2014 pour la conservation-restauration de l’atelier de Courbet.

Enceinte vitrée autour de L’atelier du peintre© Musée d’Orsay / Sophie Boegly-Crépy

Sans doute pour faire preuve de transparence et couper court au risque de polémique, ce projet semble correspondre à une médiation de la restauration de plus en plus à la mode. A la Huntington Art Gallery aussi, la conservatrice-restauratrice de peintures Christina O’Connell avait supervisé l’installation d’une sorte d’arène pour mener à bien le projet «Blue Boy». Il s’agissait d’ une exposition d’un an à propos de la conservation et de la restauration d’une peinture du XVIIIe siècle de Thomas Gainsborough. Les jeudis, vendredis et les premiers dimanches pendant plusieurs mois, la conservatrice-restauratrice a travaillé en silence devant le public, avant de se mettre à sa disposition pour une discussion de 15 minutes.

L’initiative Huntington, financée par une subvention de la Bank of America Art Conservation Project, avec l’appui supplémentaire du Getty’s Conserving Canvas, offrait une visibilité publique à une profession habituellement invisible ou occultée.

Ce tableau, considéré comme l’un des plus grandioses de Rembrandt, fut commandé par des membres de la garde civile d’Amsterdam dirigée par le capitaine Frans Banninck Cocq et le lieutenant Willem van Ruytenburch. Plutôt que d’envisager leur portrait statique, Rembrandt a choisi de peindre la milice en mouvement. La ronde de nuit est la pièce maîtresse de la collection du Rijksmuseum depuis 1808. On a estimé qu’elle est vue par environ 2,2 millions de personnes chaque année.

S’adressant au New York Times, le directeur du musée, Taco Dibbits, a qualifié l’entreprise de « plus grand projet de conservation-restauration et de recherche de tous les temps » et a estimé que cela coûterait plusieurs millions de dollars.

Les (conservateurs-)restaurateurs des musées qui surveillent régulièrement l’état de œuvre, déclarent avoir observé des changements importants dans son état au cours du temps, notamment le blanchiment d’un chien dans la partie inférieure droite de la toile.

La ronde de nuit a été restaurée pour la dernière fois en 1976 après qu’un visiteur l’ait vandalisée avec un couteau à pain. Les conservateurs-restaurateurs ont pu opérer le chef-d’œuvre de Rembrandt aussitôt après l’attentat. Quarante ans plus tard, les retouches ont commencé à jaunir et doivent être refaites.

Selon le Times, les conservateurs-restaurateurs passeront les huit premiers mois à effectuer une série de tests pour examiner le tableau avec des technologies informatisées de pointe, telles que le balayage par fluorescence aux rayons X macroscopiques qui permettent aux chercheurs d’évaluer isolément les couches de peinture .

Dibbits a noté que la technologie contemporaine offre aux chercheurs une opportunité de découvrir des informations auparavant inconnues sur le célèbre chef-d’œuvre. «Nous pourrions résoudre de nombreux mystères de la peinture», a-t-il déclaré. «En réalité, nous ne savons pas grand chose de la façon dont Rembrandt l’a peinte. Lors de la dernière intervention de conservation-restauration, les techniques étaient limitées aux radiographies et nous avons maintenant beaucoup plus d’outils. Nous pourrons nous pencher sur l’esprit créatif de l’un des artistes les plus brillants du monde.  » Plus surprenant encore, dans quelques années, lorsque les opérations seront achevées, le tableau « reprendra vie ». « Vous pourrez voir beaucoup plus de détails, et il y aura des zones de la peinture qui seront beaucoup plus faciles à lire », a renchéri Dibbits.

Compte-rendus oraux des stages 2018 de M1

Ce billet  se propose de témoigner des compte-rendus oraux effectués par chronologiquement Axel Minon, Anna Barcelonne, Margaux Choblet, Hélène trumeau et Léa Voisin qui ont accédé à l’année M2.

Axel MINON :
– Collection LAMBERT, Avignon / France.
Le stage consistait principalement à une participation au recollement 1 des collections numériques/digitales conservées dans l’institution. La composition de ce fond est très variée tant dans ses supports (cassettes,…) que dans sa nature (oeuvres, documentations numériques d’expositions,…). L’une des difficultés de ce récolement1 fut l’accessibilité à des supports capables de lire certains documents numériques spécifiques. De cette mission a découlé un certain nombre de questionnements : Quand peut-on considérer qu’une oeuvre est perdue ? S’il en est un, quel est le seuil mesurable de cette perte ? Serait-il acceptable de recourir à un hacker pour « sauver des données » sinon considérées comme perdues ? La sauvegarde numérique est-elle une alternative convenable ? Dans quelles mesures la copie d’une oeuvre numérique/digitale présente-elle des limites (matérielles, légales,…) ?
– Z.K.M., Karlsruhe / Allemagne.
Ce stage a porté sur d’autres collections numériques/digitales.Un cas est cité: celui de l’étude et la maintenance d’une oeuvre dont les servos-moteurs, qui permettent de «donner vie» à l’installation, tombent régulièrement en panne. En l’occurrence, on s’est questionné sur la notion de rentabilité voulue par le musée puisque pour le cas présent, le remplacement d’un servo-moteur coûtant 13€, à raison de 3 à 4 changements par semaine sur une durée de trois mois, les dépenses sont conséquentes.

À l’issue de ce rapport critique d’activités, sont apparues différences de politique de conservation entre institutions puisque, par exemple, au ZKM, l’acquisition d’une oeuvre implique automatiquement une interview de l’artiste. L’auditoire a soulevé la question de l’intégrité d’une oeuvre, en regard d’un degré d’acceptabilité de son dysfonctionnement /non-fonctionnement : Faut-il nécessairement présenter une oeuvre en état de marche ? Qu’implique le dysfonctionnement/non-fonctionnement de l’objet dans la lisibilité de l’oeuvre ? Dans quelle mesure peut-on considérer que le regard du conservateur-restaurateur correspond à celui du pulic ?

Anna BARCELONNE
Ses stages ont été animés par la problématique suivante : dans quelle mesure la nature du musée influence t-elle la façon d’appréhender un bien culturel ?

– M.A.C. (Marseille)
Lors de ce stage, elle a été marqué par un important problème au niveau de l’atelier de Conservation-Restauration, qui est relativement sommaire. Le traitement des objets se fait également par certaines personnes n’ayant pas forcément reçu une formation en Conservation-Restauration. Bien qu’ils soient compétents, leur champ d’actions est quand même limité par certaines lacunes notamment sur les mesures de conservation.
– C.C.R. du MUCEM (Marseille)
En comparaison direct avec son stage précédent, le C.C.R. est un pôle dédié à la Conservation-Restauration où l’intérêt pour les réserves est de mise : appartement témoin, système d’organisation des réserves, accessibilité au public, appropriation/activation des collections hors expositions « classiques ».

Sa présentation nous a permis de mettre en lumière le nouveau statut « d’installateur » et implique de se demander qui parle ? et d’où la personne parle ? C’est-à-dire quelle est la formation de l’interlocuteur et quelles responsabilités engage-t-il ? Sa présentation a également soulevé la question du statut de l’habilitation « Musée de France ».

Margaux CHOBLET
– Atelier de A. Paucelle, Lyon, France.
Dans cet atelier où deux conservatrices-restauratrices sont salariées, Margaux a assumé la prise en charge d’un tableau ancien. Le questionnement s’est concentré sur le rapport de la conservation-restauration au marché de l’art, et aussi sur la notion de rentabilité.
– Atelier G. Taormina, Avignon, France.
Dans cet atelier où un seul conservateur-restaurateur travaille à son compte, Margaux a fait l’expérience d’un travail professionnel sur de oeuvres privées.
– Atelier Ricoud, Château de Versailles, France.
Il s’est agi pour elle, d’une intégration à l’équipe d’un chantier de restauration de dorure dans le Salon de la Paix.

Plusieurs observations et questionnements ont donc découlé de ses différents stages :
– dans une certaine mesure, un objet est plus indépendant, moins mis en connexion avec son contexte, avec d’autres objets, dès lors qu’il se trouve dans un atelier de conservation-restauration.
Le marché public ne permet pas, ou presque, d’aller à l’encontre de la demande du propriétaire d’une oeuvre à restaurer. N’y a-t-il pas deux régimes de la conservation-restauration : pour le marché privé et pour le marché public ?
– Il y a un rapport d’émulation / de communication des équipes différent entre chantier et atelier.
– Dans le cas de l’atelier d’A. Paucelle où une oeuvre, partiellement restaurée, est utilisée pour valoriser l’activité du restaurateur comme « objet-personne/témoin ». Un questionnement sur le principe de notoriété et de valorisation est à envisager de même qu’une question d’éthique. Il faut toujours se souvenir que le conservateur-restaurateur est l’ultime défenseur et responsable de l’intégrité de l’oeuvre d’art.

Nous avons donc constaté que, quelque soit le cadre d’exercice, l’aspect économique compte toujours dans la conservation-restauration d’une oeuvre, et qu’il faut apprendre à en mesurer l’incidence.

Hélène TRUMEAU
Ses stages de M1 n’ont pas été seulement été effetué auprès de professionnels de la conservation-restauration. Sa présentation a mis en lumière les rapports de cette discipline avec d’autres acteurs prches des oeuvres d’art.
– Galerie d’art, ….., Chili.
Tenue par des artistes indépendants, le rapport à l’oeuvre est différent, il est moins ressemblant au modèle que l’on connaît en France.
– Assistanat d’artiste, Dublin, Irlande.
Ce stage a permis d’appréhender des oeuvres du point de vue d’un artiste. On a pu se rendre compte par exemple, à quel point la vision à long terme de l’oeuvre est peu présente chez l’artiste, hormis dès lors qu’il y a intervention d’un conservateur-restaurateur.

Léa VOISIN
– Musée du textile, Oaxaca, Mexique.
La création de ce musée a été initiéée par le contexte particulier de la région où 18 groupes ethniques (sur 35 dans tout le Mexique) cohabitent avec des langages, cultures, traditions différentes cohabitent. Dès le départ s’est donc posée la question de la proximité, de l‘échange « identitaire » des ethnies avec le musée puisque la communauté intervient dans le musée. L’exemple fort de cette interaction est le lavage des costumes. Au Mexique, le lavage est cohérent pour la monstration car il est de tradition ; ce qui n’est pas forcément le cas pour nous occidentaux (cf. habit chamanique dont la « charge olfactive » est maintenue car inhérente à la l’intégrité de l’objet). C’est ainsi que les costumes appartenant au musée furent lavés par les conservateurs-restaurateurs, alors que les costumes appartenant aux membres de la communauté furent lavés eux, par leurs ressortissants.
Ce musée est un espace vivant car c’est un lieu de partage mais également de vente (par exemple, durant « l’expo-vente » chaque exposant est vendeur ; chacun d’eux tisse une ligne de tapisserie comme témoignage de son passage). Léa a mentionné sa participation à un colloque sur le « plagiat textile », en citant le cas de la copie d’un textile tlahuitoltepec par la styliste Isabelle Marant. Au mexique, la législation demeure aujourd’hui lacunaire sur la protection de la propriété intellectuelle. Peut-on et doit-on parler d’appropriation culturelle ou plutôt de « disponibilité culturelle » (impliquant une régulation, un droit d’usage) ? Le lien au vivant qu’entretient le musée passe également par des hommages, des collectes et diffusions d’anecdotes et des activités participatives.

Nous constatons que c’est une dynamique différente qui anime ce musée. La volonté d’augmenter la fréquentation des musées  en France, mise souvent sur l’utilisation de supports de médiation numériques, qui sont un filtre, alors que dans le cas évoqué, on mise sur une réelle proximité directe et physique avec les biens conservées. «C’est un musée du vivant »2 ; L’équivalent le plus proche est peut-être le modèle de l’éco-musée. À l’issue de sa présentation, un questionnement sur les notions de transculturation et partage (échange et réciprocité) s’est dessiné, en regard de la situation de beaucoup de musées français. Car cette façon de faire  semble estomper la dichotomie entre une  entre patrimoine matériel et patrimoine immatériel. Mais est-ellle réellement transposable et comment le pourrait-elle ?

En conclusion de cette restitution, il est apparu que, durant un stage, l’approche anthropologique est évidente et inévitable. Les liens des objets à la vie sociale nous paraissent indissociables. Lorsque un faisceau est bien identifié, il peut parois révéler une problématique au démêlage de laquelle le conservateur-restaurateur devra s’atteler avant d’envisager quelque traitement que ce soit.  C’est la raison pour laquelle il doit penser le bien culturel qu’il a en charge à l’aune des  situations dans lesquelles il a été imbriqué. Un autre axiome s’est fait jour. La validité des catégorisations du patrimoine est à considérer comme relevant d’un temps T, et non comme caractéristique définitive.

Notes:

1 Recollement : opération de contrôle de la présence de documents et d’objets dans une collection

2 N.B. : cette muséographie est spécifique au musée et n’est nullement représentative à l’échelle du pays

Regard-s de et sur la colonisation

Une actualité récente interroge la colonisation , son histoire et ses méthodes. Au musée du Quai Branly-J.Chirac (MQB-JC) jusqu’au 7 octobre, « Le magasin des petits explorateurs » met en lumière tout l’arsenal édifiant des objets fabriqués pour les plus jeunes comme supports de la propagande coloniale imprégnée de la supériorité du colonisateur sur le colonisé. On peut constater dans l’exposition un nombre impressionnant d’objets les plus divers, de récits et d’images, (jouets, jeux de société, attractions foraines, films, expositions universelles et musées ou dessins animés) correspondant à l’attirail déployé pour imprégner la figure de l’étranger et la représentation des sociétés de l’ailleurs dans les jeunes cerveaux.  Le visiteur ne peut pas ressortir indemne de la réflexion à laquelle l’exposition l’invite sur l’éducation-bourrage de crâne et l’altérité dépréciée par la répétition systématique de stéréotypes soigneusement élaborés, à travers la littérature pour la jeunesse, depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Sous couvert d’exotisme nourri par des évocations de contrées paradisiaques, de territoires d’exploration aventureuse, d’une nature hostile et sauvage peuplée d’étrangers aux moeurs effrayantes, le discours colonial fut servi par le zèle de savants et d’auteurs européens, littéraires comme visuels.  Ceux-ci ont alimenté un imaginaire qui ne s’embarrasse pas de contradictions et d’ambivalences énormes : clichés répétitifs côtoyant la soif d’exotisme et d’aventure, sentimentalisme  frayant sans vergogne avec des lieux communs. Le public, empreint de nostalgie, est pris à témoin de ce regard daté, raciste, mais dont il se rend bien compte avec un certain malaise plus ou moins refoulé qu’il persiste toujours, pour une part plus ou moins importante … dans ses propres yeux.

Un gros livre collectif de  97 auteurs, 544 pages comportant 1200 illustrations, Sexe, race et colonies coordonné par Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Gilles Boëtsch, Dominique Thomas et Christelle Taraud, s’est donné pour objet courageux de parcourir et révéler l’histoire coloniale à l’aune  d’une part nauséabonde de la sexualité. La trilogie domination, racisme et sexe, édifiée durant plus de six siècles, toujours présente avec des relents  contemporains, y est analysée. Les auteurs n’évitent pas la révélation de la cruauté et de l’obscénité, en particulier des images (sauf celles qui sont pédophiles et retrouvées à foison), même quand ce dévoilement public ne fait pas l’unanimité chez les auteurs. Etait-il inévitable de montrer ce type d’images et autant à la fois ? Dès l’introduction, les auteurs prennent position : «Nous pensons qu’il est impossible de déconstruire ce qui a été si minutieusement et si massivement fabriqué pendant près de six siècles, sans montrer « les objets du délit ».» Christelle Taraud, enseignante à Columbia University, situe la question en précisant que «Le débat de « montrer ou non » est une question qui traverse les féministes, comme les universitaires qui travaillent sur la prostitution ou la pornographie. Une école « prohibitionniste » pense qu’on ne devrait plus jamais montrer ces images humiliantes. Un autre courant, dont je suis, estime que la domination visuelle participe largement de la domination globale, et qu’on ne peut déconstruire sans dévoiler.»

Là encore, comme dans l’exposition du MQB-JC ce sont la profusion et la répétition qui provoquent une sidération. Ce sont toujours  des images, mais cette fois c’est un déversement de celles qui caractérisent des fantasmes sexuels, majoritairement celles de corps « nègres, noirs » palpés, pincés, enchaînés, séquestrés de femmes exposées, exotisées, érotisées par de tout puissants colons, eux vêtus de blanc de la tête au pied. Prendre possession d’un territoire passe par la mise-à-nu de ses occupants. Sous prétexte de les étudier, de les détailler, de les classifier scientifiquement, on a produit des images pour illustrer les manuels d’ethnologie et de médecine. La peinture et la photographie y ont pourvu tout en alimentant une économie porno-coloniale des plus fructueuses par la diffusion de milliers de cartes postales érotiques.. S’installer dans le ventre de la femme, déviriliser les hommes, c’est la domination la plus radicale, inscrite dans le sang et plus seulement dans le sol. … / …  La grande question de la colonisation, ce n’est pas la conquête des territoires, c’est le partage des femmes, assure l’historienne Christelle Taraud, qui fait partie des cinq coordinateurs de l’ouvrage. 

Pas plus que l’exposition précédemment évoquée, le livre ne fait pas acte de contrition  ou  de «repentance» quand bien même ses chiens de garde ne manqueront certainement pas de se faire entendre pour la dénoncer. Le travail scientifique partagé ici, met au grand jour une part d’ombre,  insue ou tue parce que taboue, de l’histoire de la colonisation et de ses mécanismes corrupteurs. Une histoire de la construction et de l’entretien d’un imaginaire nourri par des fantasmes dont l’image est le plus efficace des vecteurs. En écho au colloque pluridisciplinaire,  dont la visée est d’interroger  » la circulation des artistes et des artefacts entre la France et les territoires de son Empire »,   les deux démarches décrites dans ce billet en appellent à «Un travail de déconstruction dev[enu] aujourd’hui, plus que jamais nécessaire».


Prévention des risques causés par … les oeuvres.

Anish Kapoor, Descent into Limbo (1992) at the Fundação de Serralves, Museum of Contemporary Art in Porto. Photo by Filipe Braga

Décidément on n’en finit plus de reparler d’Anish Kapoor, mais pour cette fois, ce n’est pas à propos d’une de ses oeuvres vandalisées. Fasciné par le vide, Anish Kapoor a conçu quelques unes de ses oeuvres les plus fameuses pour en témoigner. Mais il n’avait sans doute pas imagjné  qu’un visiteur italien sexagénaire  de la Fundação de Serralves, musée d’art contemporain de Porto au Portugal, tomberait malencontreusement dans une fosse d’environ 2,5 mètres, circulaire et peinte d’un noir très profond — dont l’artiste a acquis les droits exclusifs, le Vantablack — faisant partie de l’installation de l’artiste Descent Into Limbo Une chute sévère au point que le malheureux a été hospitalisé à la suite de l’incident qui a eu lieu le 13 août selon le journal local Público. L’exposition Anish Kapoor: Œuvres, pensées, expériences, la première enquête muséale portugaise de l’artiste, où le texte de l’affichage note que  » la sculpture exprime l’intérêt de Kapoor dans le jeu formel et métaphorique entre la lumière et l’obscurité, l’infini qui sous-tend son travail sculptural. hospitalisé à la suite de l’incident qui a eu lieu le 13 août selon le journal local Público. L’exposition Anish Kapoor: Œuvres, pensées, expériences, la première enquête muséale portugaise de l’artiste, où le texte de l’affichage note que  » la sculpture exprime l’intérêt de Kapoor dans le jeu formel et métaphorique entre la lumière et l’obscurité, l’infini qui sous-tend son travail sculptural.

Anish Kapoor, Descent into Limbo (1992) Photo by Filipe Braga

L’exposition a été immédiatement interrompue à la suite de l’accident. Pourtant les organisateurs avait placardé une signalétique d’avertissement et un gardien occupait la salle lorsque l’homme a chuté. Il faut croire que cela n’a pas suffi. Depuis, le musée informe que les visiteurs devront signer une clause de non-responsabilité en cas d’accident avant de visiter l’installation. Heureusement, l’infortuné visiteur a déjà quitté l’hôpital et se remet de sa mésaventure qui aurait pu être bien plus dommageable.

Anish Kapoor, dessin des vues de dessus et en coupe de « Descent into Limbo » (1992). Photo by Filipe Braga

Sur le site Web de l’artiste, l’œuvre, produite en 1992, est décrite comme une construction cubique avec un trou noir percé dans le sol. « C’est un espace rempli par les ténèbres, pas un trou dans le sol ». L’œuvre emprunte  son titre à un tableau du peintre  Andrea Mantegna.

On connaissait déjà ceux qui valdinguaient sur des plaques de verglas ou sur une peau de banane, ceux qui se prenaient un poteau en pratiquant le SMS ou ceux qui traversaient la route en téléphonant sans regarder. Après d’autres qui piétinent les oeuvres d’art, — comme le maladroit qui a a malencontreusement foulé au pied le « lit de pigments bleu» le 14 avril 2017 lors de la conférence de presse de présentation au MAMAC de Nice de la rétrospective consacrée à Yves Klein — , il faudra désormais compter ceux qui tombent dedans. Voilà une péripétie qui pourrait inspirer ou déconcerter les préventeurs, qui, soit dit en passant, se sont récemment constitués en association.

Association des Préventeurs Universitaires
9 avenue Taillade
75020 Paris
info@aprevu.com

“Anish Kapoor: Works, Thoughts, Experiments,” is on view at the Serralves Museum, Rua D. João de Castro, 210, 4150-417, Porto, Portugal,  through January 6, 2019. 

Restitutions de biens volés en Afrique

C’est lundi 5 mars à l’occasion d’une rencontre avec le président béninois Patrice Talon à Paris, que son homologue français Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une mission pour la restitution aux pays africains d’œuvres spoliées par la France. La nouvelle n’est pas passée inaperçue en Afrique, où de nombreux dirigeants ont apprécié cette volonté déclarée. Sauront-ils pour autant réunir les conditions nécessaires au retour et à la conservation sécurisée de leur patrimoine sur leur sol, se demande un journaliste burkinabé dans le journal local « Le pays ».

Cette volonté du chef de l’État français succède à sa promesse faite trois mois auparavant à Ouagadougou, de travailler à la restitution aux africains de cette partie de leur patrimoine culturel qui a fait l’objet de vol ou de pillage colonial, principalement par de nombreux coloniaux en tous genres – explorateurs, commerçants, administrateurs, et missionnaires. Ceux-ci arrivèrent au 18 ème et 19 ème siècle au temps de la révolution industrielle pour tenter l’aventure africaine. Dans leur sillage, d’autres collecteurs peu scrupuleux furent les auteurs d’un véritable pillage organisé d’objets que l’on retrouve aujourd’hui dans des musées prestigieux en Europe et aux USA. Des masques, des statuettes et bien d’autres objets encore, ont franchi les océans frauduleusement par des voies secrètes, dont notamment le canal de la valise diplomatique, même après les années 1960 des indépendances.

Il est toujours facile de lancer des promesses, moins de les tenir. Gageons que cette fois, les expériences de restitutions d’un passé récent puissent servir de leçons et conduire à des résolutions de cas plus dignes et plus rapides.

Pour lire la résolution du cas de 30 Vivango,  des statues de bois gravées à la mémoire des ancêtres des Mijikenda, restitués par le Denver Museum of Nature au gouvernement kényan.

TELECHARGER LE PDF

Synthèse d’un mémoire de diplôme: des vantaux de porte.

Étude des vantaux de porte déposés de l’église Saint-Gilles à Chamalières-sur-Loire, en vue de leur conservation-restauration – ESAA, 2012

 Dans son mémoire, Maxime Kitaïgorodski, diplômé en 2012 à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, nous propose une réflexion sur la nécessité de développer une approche spécifique en terme de conservation-restauration de biens patrimoniaux, conservés dans leur contexte spatial et social et toujours en fonction.

1) Problématique

L’objet, qui fût au centre de l’attention de l’auteur du mémoire, est une ancienne porte à deux vantaux, placée initialement à l’entrée de l’église Saint-Gilles de Chamallières-sur-Loire, puis déposée en 1893. Elle a subi les effets du temps et des évolutions dues à son usage ayant entraîné  une altération de son intégrité matérielle et formelle. De plus sa dépose, effectuées dans un souci de préservation matérielle, a amputé la compréhension de sa fonction et de sa situation premières ainsi que de sa portée symbolique et spirituelle.

Comment aborder la conservation-restauration d’un mobilier monumental patrimonialisé rattaché à son contexte d’origine et pourtant déconnecté de sa fonction première ? s’interroge l’auteur du mémoire .

Autrement dit, comment faire cohabiter la valeur patrimoniale, et ses exigences de conservation, avec l’expression d’une richesse de fonctions passées, qui ont conduit à la patrimonialisation ? poursuit-il.

Son étude commence par s’attacher à définir les besoins urgents de conservation matérielle et de nécessité de traitements pour préserver l’intégrité matérielle de l’objet, et par ailleurs s’interroge sur la conservation de son identité utilitaire et de sa perception altérée. Pour ce faire, il questionne la pertinence d’associer le regard d’un créateur à la phase réflexive du conservateur-restaurateur.

2) Résolution

a) conserver

Dans le but de préserver l’intégrité matérielle des vantaux, une intervention de type “archéologique” est envisagée, se limitant donc strictement aux opérations de conservation curative et de stabilisation physique. Après un travail fastidieux de relevé d’altérations, un comparatif de différents traitements contre les infestations xylophages a été mené selon les paramètres imposés par le bien, son lieu de conservation et le cadre législatif. Le traitement par fumigation ou anoxie dynamique était tout à fait possible mais c’est finalement le traitement chimique par application liquide qui a été choisi. Auparavant un dépoussiérage a été réalisé et des mesures préventives ( entretien régulier du lieu pour limiter un retour des organismes vivants, l’application d’un produit de préservation préventif …) ont été préconisées.

L’étude mécanique a mis en évidence le déséquilibre des forces exercées sur les vantaux. Aussi l’objectif de l’intervention fut-il de conférer une meilleure répartition des forces s’approchant de celle d’origine. La réalisation d’une structure de maintien n’a pu être engagée mais les principes concernant les exigences de conservation ont été établis. Cette structure devra être développée en fonction des choix de présentation et de disposition dans l’espace qui seront faits. Par ailleurs, les pattes de scellement actuelles corrodées devront être retirées et remplacées par un nouveau système de fixation. Les éléments mobiles directement accessibles seront consolidés afin de limiter tout risque de perte de matière, et enfin,  les éléments métalliques seront protégés.

Au vu des interventions explicitées ci-dessus qui seront mises en place, la dépose des vantaux  a semblé nécessaire. Ils devront alors être déplacés séparément et disposés en position horizontale sur des tréteaux.

b) restaurer

La valeur essentielle conféré à ce bien culturel est liée à son contexte architectural et à son usage fonctionnel initial. Sa disposition spatiale pose aujourd’hui un véritable problème de lisibilité, bien plus que son aspect formel. Ainsi convient-il, dans l’idée d’y remédier, de déterminer aujourd’hui, sa position dans l’espace architectural et la façon de le présenter. C’est précisément cette démarche qui caractérise l’ acte de restauration proprement dit.

Deux préoccupations guident le projet : rétablir la fonction utilitaire en remédiant à la disposition actuelle qui occulte la signification de ce bien, et prendre en considération l’acte de dépose en renonçant à une remise en place des vantaux qui ne tiendrait pas compte des valeurs patrimoniales attribuées au cours du temps.

Afin de répondre à ces exigences, une nouvelle approche est proposée : l’association (conservateur-) restaurateur / créateur dans la réflexion et l’élaboration d’une proposition de restauration. Cette interdisciplinarité a pour but d’élargir les possibilités de notre pratique sans  remettre en cause ses fondements ni prétendre à une généralisation.

Le conservateur-restaurateur agit en premier lieu dans un souci de conservation, phase première et nécessaire de la conservation-restauration, mais qui limite l’exploration de nouveaux champs d’investigation pour la présentation et la mise en valeur patrimoniale. Dans quelles mesures la pensée créative peut-elle enrichir celle du restaurateur ?  Quel rôle lui est attribué ?

L’association avec un créateur pourrait permettre  par sa restauration, la perception de significations de l’objet autres que patrimoniales et d’intégrer au processus une vision du contexte contemporain dans lequel existent aujourd’hui les vantaux.

Le créateur a la possibilité de souligner le caractère utilitaire de ces vantaux en tant qu’élément participant d’un ensemble architectural plus large, en faisant fi de contraintes conservatoires. Or dans ce cas, il devra se placer comme un interlocuteur, un collaborateur présentant une proposition créative en l’adaptant aux impératifs de conservation.

Un exemple de projet concret a été envisagé par l’auteur du mémoire. Il s’agissait de concevoir une structure à même d’assurer un maintien et une répartition des forces, tout en constituant aussi un dispositif de présentation des vantaux et de leur articulation à l’environnement architectural. Hélas cette collaboration n’a pas pu dépasser son état embryonnaire, l’auteur s’étant heurté à des difficultés pour susciter un réel intérêt auprès des créateurs sollicités dans le temps qui lui était imparti. Néanmoins, cette réflexion mérite d’être approfondie et affinée sur le long terme pour enrichir la conservation-restauration de la pensée créatrice et lui ouvrir de nouvelles perspectives.

 

 

Synthèse d’un mémoire de diplôme: des fragments de peaux tatouées

Eloïse Quétel introduit son mémoire (« De la conservation d’un patrimoine caché :  peaux humaines tatouées, de l’anthropologie criminelle à l’intention esthétique »,  soutenu en 2013) par l’exposé de ses intérêts personnels et de ses expériences professionnelles dont découlent ses axes de recherches (passage du cadavre à l’objet patrimonialisé, contexte de mise en œuvre, CR et déontologie de restes humains). Plus loin dans son entrée en matière, elle contextualise et présente l’objet de façon sensible en décrivant l’effet produit sur elle par l’objet lorsqu’elle le découvre. Le restes des informations se trouve sous la forme d’une fiche d’identification qui permet de visualiser facilement et rapidement l’aspect de l’objet et ses conditions de conservation. Il s’agit donc de cinq fragments de peau humaine, tatoués, provenant du torse, des bras et du dessus des pieds d’une personne non identifiée.  L’une de ces informations est tout à fait singulière : l’écart entre la date de décès de l’individu (milieu du 20eme siècle) et le prélèvement des peaux (1997). Les cinq peaux proviennent du musée d’anatomie Testut-Latarjet qui est intégré à la faculté de médecine de Lyon. Elle fait alors un focus sur la gestion des patrimoines universitaire et les problèmes récurrents qu’on y retrouve avec la perte de leur valeur pédagogique qui entraîne actuellement l’état précaire de la plupart de ces collections.

En entame de son étude contextuelle, Eloise Quetel retrace l’histoire du tatouage à travers les époques, qu’elle centre sur des questions sociologiques et anthropologique. Elle rappelle principalement la perception qu’ont les sociétés sur les tatouages et les tatoués, et les ressorts psychologiques qui poussent des individus à se tatouer. Comme celui dont proviennent les peaux qui vivait et s’est fait tatouer au début du XXème siècle. Elle rédige également une introduction à la criminologie qui justifiait les prélèvements de peaux tatouées pour des études scientifiques visant, à l’instar de la phrénologie, à stigmatiser le criminel dont les tatouages seraient alors à considérer comme des marques judiciaires avec une valeur signalétique. L’intérêt de cet ensemble est qu’il est représentatif d’une pratique de la criminologie, qu’il se trouve dans un patrimoine universitaire mais qu’il ne relève finalement d’aucun des deux. En effet, il n’a jamais servi la criminologie, ni d’étude pour l’université. L’objet existe par la simple volonté du conservateur actuel qui, lors de la réfection du laboratoire d’anatomie, a découvert le corps d’un individu au fond du congélateur du labo. Plutôt que d’envoyer le corps au crématorium, au vu de ses tatouages, il décide avec deux étudiants de prélever les parties tatouées, simplement parce qu’il trouvait dommage de les perdre et qu’il souhaitait les conserver. Pour Eloise Quetel, qui interrogea le conservateur, cet acte était « empreint de nostalgie mais aussi d’esthétisme ». Ce qui l’a intéressée , c’est que les tatouages soient représentatifs d’une manière de faire et d’un style révolus. Les préparateurs des peaux n’ont pas été formés à cette pratique, c’est pourquoi la mise en œuvre est étonnante et a produit un objet singulier. En effet, la découpe ne suit pas les tatouages, comme pour les prélèvements de criminologie, mais est délimitée par la forme du corps (bras entier, buste et dessus des pieds). Cet acte n’est pas anodin et révèle chez le conservateur, la volonté d’une finalité esthétique en laissant les parties du corps perceptibles. Dans le mémoire il est même question du « geste créateur du conservateur » qui transforma ces peaux humaines en objet de patrimoine. Les dimensions éthique et déontologique nourrissent des questionnements récurrents en conservation-restauration. Or ici, d’autant plus pour les restes humains, ils deviennent centraux et même indispensables pour définir l’objet étudié.

Après avoir parlé de questions juridiques et déontologiques, l’enquêteuse en vient à se demander comment des corps ou leurs fragments deviennent des biens culturels, patrimoniaux. Dans cette transformation, le processus de néantisation de l’individu (perte de l’identité au profit de sa seule dimension matérielle) devient nécessaire. Les peaux proviennent d’un corps non réclamé qui a fini par se retrouver au congélateur sans utilisation scientifique ni destiné à un quelconque projet. Son processus de néantisation s’est opéré alors très rapidement. Il est intéressant d’observer qu’elle justifie l ’acte des préparateurs des peaux comme répondant à une volonté de « conserver une part de l’identité du disparu alors même que le processus de néantisation avait déjà fait son oeuvre » car celle-ci participe également à cette conservation de l’identité et même à sa restauration. D’une part, par l’écriture de ce mémoire en général, et d’autre part, par sa recherche et l’identification de l’individu qu’elle essaye de mettre en place lors de la lecture iconographique des tatouages. Par ces recherches, elle vise à restaurer cette identité qui a été néantisée. Finalement par son travail de documentation qui vise à destituer le processus de néantisation, elle modifie ontologiquement l’objet. Dans la deuxième partie de son mémoire, l’approche matérielle, elle définit scientifiquement les différents éléments et techniques de mise en œuvre utilisés pour ces peaux (la peau, la congélation, le traitement au formol, le tannage). Elle définit ensuite assez précisément l’état constitutif et l’état de conservation de l’objet.

Il apparaît étonnamment qu’elle fait l’impasse sur les encres utilisées pour les tatouages. Quels sont leur vieillissement post mortem , leurs facteurs d’altération, leur impact sur la peau ? De l’étude qu’elle fait de l’état des tatouages, aucune conclusion n’est faite. Ce choix semble délibéré, tant les propositions de conservation-restauration n’abordent que la conservation préventive et la conservation curative. Elles semblent assez « classiques » même si la restauration matérielle de l’objet n’est pas évoquée dans les propositions.

 

Synthèse d’un mémoire de diplôme: un ensemble de jupe Kanak conservé en musée

Après avoir décrit brièvement le contexte de son travail, « Etude et proposition de conservation-restauration d’un ensemble de jupes kanak du Musée d’Histoire Naturelle de la Rochelle », Marie Bastard nous donne à voir dès les premiers chapitres de son mémoire, ses interrogations par rapport à l’identité même de la collection de l’ensemble de jupes kanak que le Musée d’histoire naturelle de la Rochelle lui a confié.

Tout d’abord les différentes terminologies associées aux objets lui semblent confuses et leur questionnement sous-entend déjà un souhait de définir la jupe comme objet social d’échange et non par une définition structurelle et matérielle. Dans un deuxième point, elle identifie les problèmes qui seraient liées à l’intégrité de l’objet (cf. le sens qu’en J.P. Cometti) car les jupes Kanak sont présentées de différentes façon : roulées, légèrement déroulées ou totalement déroulées. Puis,elle identifie un troisième point : c’est celui du statut de l’objet. Est-ce un objet d’usage courant, un vêtement cérémoniel ou encore un objet d’échange économique ? Afin de mieux définir les problèmes sous-jacentes soulevés par cette objet en particulier, elle va alors enquêter sur cette collection et son contexte colonial, puis post-colonial, afin de mieux comprendre les considérations de l’époque sur les plans esthétique, idéologique et historique. Après ses premières investigations et la mise en corrélation des différents aspects des jupes-monnaies avec les contextes passé et actuel, Marie Bastard va se demander si actuellement les différentes modalités d’expositions correspondent à la diversité des états de la jupe-monnaie. En effet, des aspects différents de la jupe-monnaie kanak, vont découler une enquête qui va lui permettre de comprendre ses différentes définitions et formuler une problématique : «L’état de conservation de l’objet et celui dans lequel il était exposé, obscurcit-il la connaissance de son état et de sa fonction originelle ?» Cette problématique est représentative de la relation entre l’exposition de l’objet, son état en tant qu’objet extra-europeen, son état de dégradation et sa fonction originelle que l’auteur n’a pas encore identifiée et qui devrait lui permettre de définir par la suite des solutions de conservation-restauration. Par la résolution de cette problématique, elle projette de mieux connaître la jupe-monnaie au sein de la culture kanak pour finalement identifier deux types de jupes : une jupe d’échange cérémonielle et un vêtement quotidien avec une détentrice individuelle. Pour appuyer son propos ,elle fait notamment référence à la notion d’objet personne de Bazin. De plus, en replaçant l’objet dans son contexte d’origine, elle va pouvoir inscrire la jupe-monnaie dans un réseau d’alliance. Pour tenir cette conclusion, elle s’appuie sur une enquête ciblant les coutumes, échanges, contexte, mais également sur les critères esthétiques imposés par le groupe social. En effet, l’objet devrait être correctement enroulé, avoir peu d’espace entre les rangs, être serré, avoir des franges verticales et alignés, avoir un tressage régulier afin d’accentuer la valeur décorative des traits verticaux. Grâce à cette enquête, elle a pu constater des dysfonctionnements esthétiques,  aborder l’étude technique et la comparaison avec des objets similaires.

Marie Bastard a identifié les diverses fonctionnalités de l’objet et ses différentes temporalités qui se trouvent sous trois différents modes d’existence de l’objet : déroulée car activée par une personne, en train d’être déroulée  et sous forme conique pour une offrande. Son projet de conservation-restauration (nettoyage, muséographie, etc). correspond parfaitement à une polysémie de l’objet qu’elle s’est efforcée de mettre à jour.

D’une marquise à un conte de griot

Le musée d’art et d’industrie André-Diligent « La Piscine » de Roubaix, vient d’acquérir pour 150 euros un ex voto un peu particulier. Il s’agit d’un vitrail en parfait état de 60 X 45 cm représentant un certain Mamadou N’Diaye en costume cravate, avec en arrière-plan, le drapeau  national   du  Sénégal  fixé sur une sagaie et un baobab surmonté d’un blason figurant un lion rugissant devant une croix étoilée.

Crédits: Anonyme « La Piscine »

C’est Germain Hirselj, 34 ans, régisseur de musée et administrateur de la Société des Amis de La Piscine qui l’a déniché par hasard dans un dépôt-vente de Villeneuve-d’Ascq.« Je connaissait vaguement l’histoire de Mamadou. Mais mon père l’a connu et a même eu affaire à lui pour de grosses douleurs dans le dos. Mamadou a été un quelqu’un de très populaire ici » confie-t-il. Au bas du vitrail on peut lire lit la dédicace « Au cher Monsieur Mamadou qui m’a sauvé la vie. », signée la « Marquise ». On sait qui déposa l’hommage à ce monsieur dans la  brocante : il s’agit d’Agnès Sinko, une habitante de la commune voisine de Wattrelos, après qu’elle eut possédé cet objet pendant 32 ans. Elle l’avait acquis avec trois autres portraits lors de la vente aux enchères des affaires de Mamadou N’Diaye à sa mort, celui-ci étant sans héritier. Elle a raconté dans le quotidien local La Voix du Nord qu’« il avait soulagé mon mari après un tour de reins. Puis, quelques années plus tard, il a eu une entorse. Les médecins lui ont dit qu’il ne pourrait plus marcher normalement … Et là encore, Mamadou l’avait soulagé ». La découverte de ce bien culturel est une aubaine pour un musée soucieux de rendre compte aussi de l’histoire de l’immigration. Cependant, ce n’est qu’en octobre 2018, à la fin prévue des travaux du musée que le vitrail sera accessible au public, avec on peut l’espérer, la lumière faite sur l’identité de la mystérieuse commanditaire de l’ex-voto. Une enquête en direction des maîtres verriers locaux de l’époque est une bonne piste …

Mais qui était donc ce Mamadou N’Diaye,  célèbre rebouteux au point de recueillir la vénération de toute une population locale en un temps où les immigrés africains sont rares ? Sur sa tombe d’abord laissée à l’abandon au cimetière de Roubaix et dont une famille belge a repris la concession funéraire pour l’entretenir, on apprend qu’il est né en 1909 à Djourbel au Sénégal, la ville natale de Léopold Sédar Senghor. Originaire d’un pays dont les ressortissants sont très majoritairement musulmans, il semblerait qu’il fut chrétien.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

Marin pendant neuf ans dans la marine marchande, il finit par s’installer à Roubaix au quartier du Pile en décembre 1931. Mamadou N’Diaye est âgé de 22 ans et fait partie des tout premiers Africains de la ville. Il s’adonne à la boxe au point de fonder plus tard, dans les années 1950, le Boxing Club Colonial de Roubaix.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

On le surnomme de façon peu originale « la panthère noire » et il formera de nombreux boxeurs nordistes. Il se marie en 1951 avec Alice Viane, une employée de banque qui avait promis de l’épouser s’il parvenait à effacer ses douleurs ; ils n’auront pas d’enfant. Pendant le même temps, il exerce son talent de guérisseur spécialisé dans la chiropractie, une manipulation corporelle qui traite particulièrement les douleurs causées par des déplacements d’éléments du squelette. « D’un geste de la main, Mamadou vous remettait les vertèbres en place », raconte Germain Hirslej. Sa très bonne connaissance de l’anatomie lui venait certainement de sa pratique du noble art. Le bouche-à-oreille le rend célèbre au point qu’un grand nombre de patients insatisfaits par leurs consultations auprès de praticiens reconnus, affluent. De nombreux sportifs viennent de toute la région pour se faire soigner après leurs compétitions. Même les médecins orientent leurs patients vers Mamadou N’Diaye dès lors qu’ils ne parviennent plus à résoudre leurs maux. Sans autorisation ni aucun diplôme, il ouvre un cabinet de guérisseur au 22, place Carnot à Roubaix. Sa réputation grandit et dépasse la frontière, attirant des patients belges. « Ma grand-mère, qui habite depuis très longtemps le quartier du Pile, se souvient des nombreux véhicules belges qui se garaient sur la place », ravonte Germain Hirslej.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

Hélas, son succès lui attire les foudres de l’ordre des médecins, qui porte plainte pour exercice illégal de la médecine. Au total, il sera poursuivi vingt-deux fois. En 1967 a lieu le dernier de ses procès devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Lille. Le rebouteux est défendu par un certain André Diligent qui sera sénateur et maire de Roubaix de 1983 à 1994, qui a du reste donné son nom au musée roubaisien de la « piscine ».

Près de 300 patients de Mamadou N’Diaye vinrent  » de Paris, de la Sarthe,  et surtout de Belgique pour le soutenir », nous apprend l’article du quotidien local Nord Eclair du 19 avril 1967. A la date du procès, le guérisseur a déjà délivré près de 23000 attestations médicales. L’audience permet à moult témoignages en sa faveur de s’exprimer. Un médecin est venu affirmer qu’il avait conseillé à des patients d’aller consulter Mamadou N’Diaye. Quatre fois en quinze ans, un prêtre s’est fait soigner chez lui. Le jury finira par être convaincu quand le guérisseur soulagera ipso facto la greffière qui souffrait de terribles douleurs au dos. «  On perçoit un craquement impressionnant. La greffière reste figée sur place. Elle est guérie  », rapporte la presse locale dès le lendemain. Le tribunal ordonne pourtant la fermeture de son cabinet. Mais finalement, en  appel le rebouteux ne  sera condamné  qu’à une peine symbolique de 2000 francs avec sursis et, contrairement aux sanctions prévues par la loi, son matériel lui sera restitué. Un encouragement à continuer son activité ! Mamadou N’Diaye poursuivra son exercice jusqu’à son décès en 1985, à l’âge de 75 ans, après avoir délivré en tout 54000 attestations médicales. Jusqu’à sa mort, les paroissiens de l’Eglise  du Très-Saint-Redempteur rendront hommage à Mamadou N’Diaye lors de messes d’action de grâce.

Après le bruit fait par la  réapparition  du vitrail, les trois tableaux, mentionnés plus haut, tous signés vraisemblablement par des artistes amateurs et représentant Mamadou N’Diaye, ont été mis en vente sur Ebay. L’association des Amis du musée « La Piscine »  les a aussitôt acquis puisqu’ils faisaient partie d’un ensemble comprenant le fameux vitrail. C’est en revendant le lot à un brocanteur, l’été dernier, qu’ Agnès Sinko a sans le vouloir remis en lumière cet homme au destin si singulier. «  J’ai l’habitude d’exercer une veille constante sur tous les objets pouvant intéresser le patrimoine roubaisien  » raconte Germain Hirselj qui ne voulait pas rater ce lot de trois tableaux. « Ceux-ci sont importants par ce qu’ils racontent de l’histoire de Mamadou, il était indispensable de recréer cet ensemble avec le vitrail  » .

Crédits: La voix du Nord

Il   aura   fallu   attendre   2017   et  la trouvaille   de  quatre  effigies   de  Mamadou N’Diaye,  l’illustre  rebouteux  nordiste, pour que le musée   de la piscine inaugure un espace  dédié    à   l’ immigration, notamment africaine. Un signe encourageant  à l’heure  d’un  rejet  du phénomène migratoire  par  une bonne partie  de la population européenne, et en   faveur  d’une    histoire   de  la contribution   des   immigrés   de  toutes origines  à  la  société  française,  encore  beaucoup  trop   absente  des consciences cet mémoires citoyennes.

(NB: L’accord de réutilisation des images figurant dans ce billet, a été sollicité auprès des supports de diffusion initiaux)

Restitution des têtes des résistants algériens

L’initiateur de la pétition Restitution des têtes des résistants algériens, détenues par le Musée de l’Homme, Brahim SENOUCI, vient d’informer les quelques 30 000 signataires que le Président Macron a annoncé très officiellement, lors de son voyage en Algérie, que les crânes des martyrs algériens seront restitués à leurs ayant-droit.

Il s’agit de crânes aujourd’hui  rangés à l’intérieur de boîtes numérotées et conservés au Musée de l’Homme , dont celles des chefs de l’insurrection des Zibans : Bou Amar Ben Kedida, crâne n° 5943  Boubaghla, crâne n° 5940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n° 5944. Cheikh Bouziane, crâne n° 5941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n° 5942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n° 5939.

 

 

Une nouvelle fiche métier pour le domaine de la restauration

Afin de proposer une information claire et actualisée sur les métiers de la restauration, l’Institut national des Métiers d’Art (INMA) et la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la Culture (DGP-MC) ont constitué un groupe de travail chargé d’établir une fiche métier présentant le domaine de la restauration et ses spécialités (Octobre 2017).

Composé d’institutions, d’organisations professionnelles et d’établissements de formation, ce groupe de travail a réalisé deux documents de référence :

  • une fiche métier qui présente la profession, ses débouchés et ses formations

  • une synthèse des ressources, qui liste les organisations professionnelles, les associations, les salons, concours et aides, les centres de recherche et laboratoires, les centres d’information.

 

Stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine

Le 17 novembre, Françoise Nyssen, Ministre de la Culture et de la communication, a présenté sa stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine.

http://dai.ly/x69n215

Extrait

1er défi : restaurer le patrimoine

> Le budget dédié à l’entretien et à la restauration du patrimoine augmentera de 5% l’an prochain pour être porté à 326 millions d’euros ;

> Il sera sanctuarisé pendant la durée du quinquennat ;

> Un fonds spécifique de 15 M€ sera créé dès 2018 pour les petites communes, pour les aider à restaurer le patrimoine fragilisé qu’elles abritent ;

> Lancement dès aujourd’hui d’une plateforme participative pour permettre aux citoyens de signaler des monuments en péril. Cette plateforme accompagnera la mission que le président de la République a confié à Stéphane Bern ;

> Création d’un tirage spécial du Loto pour le patrimoine proposé par dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2017 ;

> Simplification des démarches des propriétaires de patrimoine protégé.

Kit de Survie (KEME)

Chacun d’entre nous a déjà entendu parler  d’ ethnocentrisme, ou d’européocentrisme constituant des écueils dans l’approche critique des biens culturels, et dont il faut tenter de se départir. L’ethnocentrisme implique la supériorité sans conteste de la civilisation colonialiste affirmant qu’elle est dotée de valeurs universelles. Jean-Pierre Cometti n’avait pas manqué pas de relever le risque d’ethnocentrisme inhérent aux pratiques, non seulement de la conservation-restauration, mais aussi de la muséographie (Conserver / restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, 2016, Paris, nrf Gallimard, p. 116).

Même si ces notions ne présentent pas de grande difficulté de compréhension intellectuelle, il n’est pas toujours aisé depuis notre situation, d’en mesurer la gravité des effets. A contrario, les ressortissants des cultures mal traitées, victimes collatérales de ce travers, sont mieux à même d’en subir les affres. Sans être tenu d’aller s’immerger dans un groupe social pour en connaître le plus justement la culture , il est possible d’entamer un travail d’examen et un processus de déconstruction de cette vision faussée.

Aussi il est proposé ci-dessous un Kit Elémentaire de Mesure de l’Ehtnocentrisme (KEME) en 5 étapes, (à titre d’exemple  vis à vis de l’Afrique Noire), pour tous ceux qui admettent son caractère embarrassant voire intolérable. l’utilisateur se rendra compte très vite qu’il découvre des Afriques multiples et plurivoques  au lieu du continent mono-cultuel ou mono-civilisationnel auquel elles ont été réduites.

1. Entretenir des relations étroites et soutenues,  avec des ressortissants de pays et cultures africains vivant à proximité de nous mais trop peu visibles et audibles à nos yeux et entendement. Aller aussi quelque part en Afrique, le plus souvent possible  (pas dans un club Med ou autre lieu de cet acabit) pour y rencontrer des cultures et « être au monde » différents.

2. Lire  de la littérature négro-africaine produite exclusivement par des auteurs africains francophones ou autres (dans un premier temps, surtout pas par les « spécialistes de l’Afrique » occidentaux). fichier.pdf pour un premier repérage géographique et thématique

Investir et commencer par l’achat du Dictionnaire de la négritude, par Mongo Beti et Odile Tobner, Paris, L’Harmattan, réédit. 2000,

Poursuivre par des ouvrages capables de faire  apparaître les comportements, stéréotypes et clichés qui constituent la vision étriquée et erronée de l’Afrique qui nous est inculquée en France notamment. (cf. p.75). Poursuivre encore par exemple avec ce lien

3. Consulter des sites web africains

Think tank, Télévision , …

4. Ecouter de la musique venue du continent africain pour  en mesurer l’influence sur d’autres cultures : L’Afrique enchantée

5. Entretenir une réflexion critique. Ne constate-t-on pas que notre vocabulaire ne suffit pas toujours à définir avec justesse les différences culturelles ?  C’est du reste un problème récurrent relevé par ne nombreux anthropologues. Dans son ouvrage, Le principe de la chimère, une anthropologie de la mémoire, Paris, coll. aesthetica, 2007, Carlo Severi souligne un écueil majeur. La posture ethnocentrique enjoint à concevoir le monde selon une logique binaire quand elle établit une différence entre « Eux et Nous », quand elle caractérise « l’Autre » seulement par la négative, c’est à dire par ce qu’il n’est pas. Ce procédé est particulièrement criant dès qu’il s’agit  des sociétés dites « sans écriture » où c’est l’oralité qui assure la transmission de la mémoire et de l’histoire. Carlo Severi explique que pour se déprendre de la définition par la négative,  il est nécessaire d’une part, de multiplier les systèmes de références et, d’autre part, de procéder à une analyse  comparative de proche en proche.

Bon voyage avec le KEME, quelque soit votre étape sans jamais vous démunir d’une carte du contient africain

Le prix du musée européen de l’année EMYA

Le Prix du Musée Européen de l’Année (EMYA) a été fondé en 1977 sous les auspices du Conseil de l’Europe, dans le but de reconnaître l’excellence de la scène muséale européenne et d’encourager les processus innovants dans le monde muséal. L’EMYA exerce une influence positive sur la vie de nombreux professionnels des musées et permet de faire apparaître au premier plan de petits musées aux contenus hautement innovants, qui autrement n’auraient pas été reconnus au niveau européen. L’EMYA permet aussi d’attirer l’attention des autorités publiques sur des initiatives émanant de leurs propres pays. Tous les musées concourent à égalité, qu’ils soient publics ou privés, petits ou grands. Quel que soit leur sujet ou leur nationalité, ils sont évalués sur la base de ce qui est considéré comme une qualité publique exceptionnelle. Seuls quatre établissements muséaux français ont été lauréats : Le Musée de la Camargue d’Arles en 1979, le Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis en 1982, l’écomusée de Fourmies-Tréflon en 1990 et le Musée Français de la carte à jouer d’Issy-les-Moulineaux en 1999. Depuis, plus rien. Le Musée du quai Branly de Paris et le Musée des Confluences de Lyon, nominés respectivement en 2016 et 2017, ont finalement tous deux échoué. Le prix est revenu cette année au magnifique Musée d’ethnographie de Genève dont le nouveau bâtiment a été inauguré en 2014. Cette distinction vient s’ajouter à celle obtenue en 2015. En effet, le MEG avait  été alors  récompensé d’un Red Dot Award par le Design Zentrum Nordrhein Westfalen en raison de la qualité et de l’originalité de la muséographie de son exposition permanente.

Photo: MEG, B. Glauser