Archives de catégorie : Tribune

ALERTE ! LES RESTAURATEURS DU PATRIMOINE ET LES OEUVRES D’ART SONT EN DANGER

“La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre. 40 ans après la création des formations supérieures, très exigeantes, voulues par l’Etat, les professionnels de la conservation-restauration n’ont toujours pas de titre protégé, ni de fonctions permanentes dans les institutions publiques sauf de rares exceptions, les marchés publics ignorent la spécificité de leurs prestations, les dimensions scientifique et intellectuelle du métier continuent à être méconnues. Deux rapports très complets établis en 2003 et 2006 sur la profession sont restés lettre morte. Les avis et recommandations des organisations professionnelles française et européenne sont ignorés. Aujourd’hui, une note interne du ministère de la culture du 22 février 2016 appelle à “un plan d’action indispensable à la survie” de la profession. Sans les professionnels de la conservation – restauration, il n’y aura plus d’expositions, plus de partage, plus de transmission des œuvres de l’esprit, ni aujourd’hui ni demain. Le patrimoine et sa démocratisation sont menacés. Nous, artistes, conservateurs, universitaires, professionnels de la conservation-restauration, défenseurs du patrimoine, demandons avec force que les compétences spécifiques et la nécessaire haute qualification (master) des restaurateurs des biens culturels soient pleinement reconnues et les conditions d’exercice de leur profession, modifiées. Alors que la restauration du patrimoine, qui n’est pas un métier de création, vient d’être autoritairement et contre toute logique incorporée aux métiers d’art par arrêté publié au JO du 31 janvier 2016, et qu’une loi relative à la création, à l’architecture et au patrimoine est sur le point d’être votée sans aucune référence à l’indispensable rôle des professionnels de la conservation- restauration dans la gestion du patrimoine, nous attendons des clarifications et des initiatives immédiates afin de sauver cette profession d’excellence sur laquelle reposent l’intégrité et la pérennité des œuvres et objets d’art. Nous demandons que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques.”

Premiers signataires :

Christian Boltanski, artiste

Daniel Buren, artiste,

Hervé di Rosa, artiste

Gérard Fromanger, artiste

Fabrice Hyber, artiste

Annette Messager, artiste

Ernest Pignon – Ernest, artiste

Pierre Soulages, artiste

Hervé Télémaque, artiste

Maria van Berge-Gerbaud, ancienne directrice de la Fondation Custodia

Ségolène Bergeon Langle, conservateur général du patrimoine honoraire, ancienne présidente de l’ICCROM (centre international pour la conservation/restauration des biens culturels)

Eric Blanchegorge, directeur des musées de Troyes

Jean – Pierre Cuzin, ancien directeur du département des Peintures du musée du Louvre

Françoise Guichon, conservatrice du patrimoine honoraire, ancienne directrice du CIRVA, Marseille

Fabrice Hergott, directeur du musée d’art moderne de la Ville de Paris

Michel Hilaire, directeur du Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole

Alfred Pacquement, ancien directeur du Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou

Joêlle Pijaudier – Cabot, conservatrice en chef du patrimoine

Florence Viguier, directrice du Musée Ingres, Montauban

Laurence Bertrand – Dorléac, professeure des universités

Giovanna Capitelli, professeure des universités

Pierre Encrevé, professeur des universités

Silvia Fabrizio Costa, professeure des universités

Roland Recht, membre de l’Institut

Jean Claude Schmitt, directeur d’études à l’EHESS, ancien président du conseil scientifique de l’INP

Federica Toniolo, professeure des universités, Padoue

Gennaro Toscano, historien de l’art, professeur des universités

David Cueco, ancien président de la Fédération Française des professionnels de la conservation–restauration

Pauline de La Grandière, restauratrice du patrimoine

Juliette Lévy, restauratrice du patrimoine, responsable de l’atelier Sculpture au département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine

Caterina Bon Valsassina, ancienne directrice de l’Istituto superiore per la conservazione ed il restauro, Rome, directrice générale Education et Recherche, ministère des biens culturels, Italie

Geneviève Gallot, ancienne directrice de l’Institut national du patrimoine (INP)

Eric Gross, ancien directeur de l’Institut national du patrimoine (INP)

… / …

Cette réaction très “institutionnelle” intervient en connaissance du processus de déliquescence de la profession de conservateur-restaurateur (ou de restaurateur du patrimoine  selon l’INP) et des conditions de son exercice en France. Trois remarques …
  • Il est symptomatique et atterrant que cette pétition n’émane pas  d’abord de la FFCR qui n’est que signataire tardive de la pétition. Du reste et sans vouloir tirer sur l’ambulance, quand cette instance en fut réduite (en 2009) pour l’amélioration de son train de vie à envisager l’adhésion d’étudiants des quatre formations “habilitées”, plus grand monde ne se fait guère d’illusion sur sa capacité de représentativité (plus de 75% des adhérents sont à Paris ou en sont proches) et de remise en question. Pourquoi diable ne pas encore avoir muté en un syndicat professionnel potentiellement attributaire de subventions publiques dédiées ? Où en est le projet émis depuis belle lurette, d’organisation avec les formations et toutes les associations professionnelles  satellites, des “états généraux de la conservation-restauration” ?
  • La bienveillance de cette pétition élitaire signée “prioritairement” par BORN TO CLEANpléthore d’acteurs “institutionnels” et de renom, mais elliptique de ses principaux intéressés, les mal nommés et approximatifs “professionnels” de la conservation-restauration (sauf quelques rares adoubés), est tout aussi révélatrice d’une profession en France qui demeure statutairement et économiquement précaire, de même qu’ invisible derrière les objets dont elle s’occupe. Si l’on compare avec la plupart des situations européennes semblables, elle est victime de son histoire et de sa tradition en étant étonnamment toujours sous tutelle scientifique et “paternaliste” d’autres professions installées et stabilisées dans les institutions muséales ou patrimoniales. 
  • Parallèlement à la déchéance  entamée depuis déjà longtemps, d’une activité que les pouvoirs publics n’auront jamais voulu ou  su sanctuariser à juste titre et à son juste titre , le niveau de financement des formations à la conservation-restauration de l’enseignement supérieur contrôlé, baisse inéluctablement et dangereusement jusqu’à laisser penser que  le seuil critique sera bientôt atteint . Faudra-t-il attendre la catastrophe pour réveiller les consciences décisionnaires, ou est-on en train de vivre un changement de paradigme du patrimoine, insidieux parce qu’ inavouable , et le début d’un abandon inéluctable de ses attachements  ?        

NB: les éléments soulignés du texte correspondent à des ajouts suite à des remarques ou des critiques reçues par l’auteur a posteriori.

        M. Maire, signataire (avec regret) de la pétition le 14.03.2016 à 17h13.

Lundi 14 Mars à 15h21: Réception en fichier joint .pdf du  texte pétitionnaire ci-dessus, anonyme mais dont on peut raisonnablement penser qu’il émane d’un ou plusieurs auteurs en lien avec l’INP.  David Cueco, vice-président de la FFCR y apparaît signataire à la 28 ème place.

Jeudi 17 Mars à 8h21: La liste des signataires diffusée encore  la veille à été “tripatouillée” *. David Cueco apparaît comme par enchantement dans le trio des auteurs de la pétition,  tandis que certaines candidatures à sa signature, dont la mienne envoyée le 14 Mars à 17h13, ont été “oubliées” … A quoi tout cela rime-t-il ?

Jeudi 17 Mars à 18h21: la pétition apparaît rouverte en ligne, avec plus de 450 noms dont beaucoup de “professionnels de la c-r”. Tout est rentré dans l’ordre …

* Tripatouiller = Apporter  à  quelque  chose  des  changements,  en particulier de manière illicite ou à l’insu de tous (Dictionnaire Larousse en ligne).

   La deuxième pétition en  cliquant ici    ______________________________________________

David CUECO,  ancien président de la FFCR a souhaité exercer un droit de réponse aux propos tenus à son égard.  (Le texte ci-dessous est extrait d’un courriel adressé à l’auteur de la tribune, le 18 Mars, hormis les éléments de communication de nature privée et hors sujet ).
Cher Marc.
Je suis effectivement co-auteur de ce texte peu amène et un rien décalé qui s’appelle aujourd’hui pétition, mais il est quand même assez juste et mobilisateur quant  à l’alerte et les soucis des collègues, surtout pour essayer de récupérer un rendez vous avec des décideurs … Pour la loi LCAP …  Avant qu’elle ne soit votée. Ça , c’est l’enjeu.
Notre contact à l’Assemblée nationale Sophie Dessus est morte il y a 15 jours. Cela a compté aussi. Et l’inscription dans la liste des métiers d’art ne semble pas te concerner ? Tu peux penser comme nous que la restauration du patrimoine ne nous concerne pas et que nous exerçons la conservation-restauration mais comme personne à part nous ne le comprend comme ça. Ni le législateur , ni les services qui l’ont décidé, ni le commun des mortels, si on ne leur fait pas d’abord une explication de dix minutes … Donc , nous sommes donc bien dans la liste des métiers d’art, sans avoir eu de réelles réponses du MCC et du Minefe sur les réelles implications pourtant redoutables; Du coup ce texte n’avait pas vocation à devenir une pétition mais à être une  lettre de soutien de quelques personnalités repérables par les politiques pour ouvrir une ou des portes de cabinet pour pouvoir discuter en urgence.
C’est l’initiative d’une collègue dont je ne pense pas qu’elle ait jamais été membre de la FFCR qui a mis le feu à une liste très courte par choix, en faisant circuler un appel par mail renvoyant chez Geneviève Gallot. Du coup cette liste a évolué en 4 jours pour gonfler de 30 personnalités à plus de 500 noms arrivés par mail un par un … dont les derniers n’ont même pas été versés dans l”envoi officiel  par manque de temps et pour déposer une version à Matignon, rue de Valois et à L’Elysée, hier le 15 mars. Et si j’apparais dans des positions changées et sous des titres différents, ce n’est pas mon choix ni de mon fait mais manifestement ça va encore aider quelque bien penseurs à me soupçonner de quelque malversation; ça me fatigue, et ce n’est pas correct de sous entendre n’importe quoi, s’il te plait ?
Alors maintenant que tu puisses penser que la FFCR ait un peu tardé est plus compliqué à éclaircir. Elle hésitait à prendre à son compte un texte qu’elle n’avait pas écrit elle même et dont l”initiative, si elle avait vocation à la servir, ne lui revenait pas.
Cela a fait débat 4 jours. Le gonflement de la liste heures après  heures a encore compliqué le choix alors que pour leurs 3 auteurs, il était clair que cela revenait à la FFCR d’aller discuter si l’occasion d’un rendez vous se présentait ? Et nous y comptons bien. Le fait que le chose soit devenue virale n’a pas été recherché, ou en tout cas, pas à ce moment là … mais faut il se plaindre qu’elle le soit devenue ? Il était donc normal que cela fasse débat, en interne au CA; Mais aussi que cela atterrisse clé une vraie pétition sur un site en ligne pour continuer à mobiliser professionnels et proches du milieu de la Culture pour faire de ce sujet une chose un peu plus visible, à un niveau que je ne me rappelle pas avoir beaucoup vu depuis que je milite. Pour autant les choses ne sont pas faites et le plus dur est encore devant. Nous espérons ton soutien pour avancer plutôt que cet esprit d’insatisfaction que l’on peut comprendre mais qui en ces heures d’urgence fait plus de mal que de bien.
Il est quand même intéressant que ces sujets soient à Nouveau sur les tables, non ? Les états généraux, idée travaillée l’an passé et très chère à Anne Elisabeth Rouault et à la FFCR, sont passées au second plan en 2015, vu le travail sur la lOi LCAP malheureusement inabouti jusque là….. Alors pour les états généraux, c’est une super idée de vouloir y contribuer mais encore faut il se servir du cadre associatif qui existe plutôt que tirer dedans en se drapant dans ce qu’il suffirait de faire. Bien à toi et à bientôt de t’entendre. (D.Cueco)

Jean-Pierre Cometti (1944 -2016)

Tout ce qui peut être en somme pensé, peut être clairement pensé. Tout ce qui se laisse exprimer, se laisse clairement exprimer.

Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus /4. 116

Avignon le 05.01.2016

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès brutal la nuit dernière de Jean-Pierre Cometti. La perte de notre ami affecte tous ceux qui ont eu la chance de le croiser, de recevoir son enseignement ou d’assister aux conférences qu’il avait données ces dernières années notamment à l’École Supérieure d’Art d’Avignon.

En ces circonstances, il nous importe de dire l’admiration et la dette que nous avons à son égard : un de ses livres doit prochainement paraître photo_JP_Comettichez Gallimard, sur l’analyse qu’il avait tirée de son expérience à l’École où il avait accepté de diriger la Recherche avant de catalyser un enseignement d’excellence dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Nous devons beaucoup à Jean-Pierre et au travail inlassable de réflexion critique, comme de clarification méthodologique et notionnelle qu’il a accompli au sein de l’École. Les étudiants et collègues qui l’ont côtoyé se souviendront de sa disponibilité humble, de la qualité de son d’écoute toujours bienveillante, de la puissance de ses analyses et de l’étendue de son savoir au service d’une pensée rigoureuse, ainsi que de son infini sens de l’humour.

Jean-Pierre avait auparavant dirigé l’enseignement de philosophie de l’université de Provence. Il était l’un des très grands philosophes spécialiste du pragmatisme et notamment de la pensée de John Dewey, l’un des plus importants philosophes de ce courant avec Charles S. Peirce et William James, dont Jean-Pierre avait fait traduire les œuvres en français. Il avait aussi traduit des ouvrages de Richard Rorty, Hilary Putnam, autres éminents représentants du pragmatisme et permis la publication et la diffusion de bien d’autres philosophes et écrivains importants (Robert Musil, Ludwig Wittgenstein, David Lewis, Nelson Goodman, etc.). Mais surtout, Jean-Pierre était lui-même un des piliers et des passeurs du pragmatisme.

Pédagogue sensible, attentif et exigeant, Jean-Pierre nous avait inspiré plusieurs projets autour notamment de la publication des travaux des élèves de Master, dont il disait apprécier la modestie autant que le sérieux, et qui ont atteint grâce à lui un niveau qu’on ne rencontre pas ailleurs. Nous sommes dévastés par la nouvelle de sa disparition et à l’idée que nous n’aurons plus l’occasion d’échanger avec lui alors que nous attendions tant d’éclaircissements de sa part. Par chance, l’œuvre ainsi que le souvenir qu’il laisse nous permettront encore longtemps d’apprendre et de nous inspirer, des paroles et des actes, de celui qui fut pour nous un collègue et qui demeurera un maître autant qu’un ami, aussi cher l’un que l’autre.

Pierre Lagrange, Marc Maire, Gaspard Salatko.

Jean-Pierre Cometti était professeur honoraire de philosophie à l’université de Provence (Aix-Marseille I). En 1989, il fonda la collection “Tiré à part” aux Éditions de l’Éclat dont il assurera la responsabilité jusqu’en 2009. Il y a publié des auteurs américains, ressortissants de la philosophie analytique, du pragmatisme et peu lus en France. On lui doit par ailleurs plusieurs ouvrages consacrés à Ludwig Wittgenstein, à Robert Musil, au pragmatisme américain et à des questions d’esthétique. Il avait aussi une activité de traducteur de l’anglais, de l’allemand et de l’italien, qui l’a conduit notamment à traduire en français John Dewey, Nelson Goodman, Robert Musil, Richard Rorty, Ludwig Wittgenstein, Hilary Putnam, David Lewis (De la pluralité des mondes, Éditions de L’Éclat, coll. “Tiré à part”, 2007 – en collaboration avec Marjorie Caveribère), Robert Brandom (L’Articulation des raisons. Introduction à l’inférentialisme, Éditions du Cerf, coll. “Passages”, 2009 – en collaboration avec Claudine Tiercelin). Il fut l’introducteur d’Aldo G. Gargani en France (L’Étonnement et le Hasard, Chemin de ronde/Éditions de L’Éclat, 1988). Son oeuvre compte : Robert Musil ou l’alternative romanesque, Presses universitaires de France, coll. “Perspectives critiques”, 1985 ; Philosopher avec Wittgenstein (Presses universitaires de France, coll. “l’Interrogation philosophique”, 1996 ; Farrago , 2001) ; L’Homme exact. Essai sur Robert Musil, Éditions du Seuil, coll. “Le Don des langues”, 1997 ; La Maison de Wittgenstein, Presses universitaires de France, coll. “Perspectives critiques”, 1998 ; L’Art sans qualités, Farrago, 1999 ; Questions d’esthétique, Presses universitaires de France, coll. “Premier Cycle”, 2000 (avec Jacques Morizot et Roger Pouivet) ; Art, modes d’emploi. Esquisses d’une philosophie de l’usage, La Lettre volée, 2001 ;Musil philosophe. L’utopie de l’essayisme, Éditions du Seuil, coll. “Le Don des langues”, 2002 ; Art, représentation, expression, Presses universitaires de France, coll. “Philosophies”, 2002 ; Wittgenstein et la philosophie de la psychologie, Presses universitaires de France, coll. “L’Interrogation philosophique”, 2004 ; Les Arts de masse en question (dir.), La Lettre volée, 2007, ainsi qu’une nouvelle édition deL’Homme sans qualités de Robert Musil, parue aux Éditions du Seuil (coll. “Le Don des langues”) en 2004. Dernières publications : La Force d’un malentendu. Essais sur l’art et la philosophie de l’art, Questions théoriques, coll. “Saggio Casino”, 2009, Qu’est-ce que le pragmatisme ?, Gallimard, coll. “Folio/Essais”, 2010, Qu’est-ce qu’une règle ?, Vrin, coll. “Chemins philosophiques, 2011 et Art et Facteurs d’art. Ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, coll. “Æsthetica”, 2012. Jean-Pierre Cometti avait récemment traduit pour le compte des éditions Questions théoriques, le classique de Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde (coll. “Saggio Casino”, 2013). Son dernier livre à paraître en février 2016 dans la collection “Essais” chez Gallimard viendra clore une intense oeuvre littéraire et philosophique. En ultime soutien à la formation de l’ESAA, Conserver / restaurer: l’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique fait figure de testament philosophique de sa dernière expérience d’enseignement supérieur.

With a deep sadness, we have just knew the rough death last night of Jean-Pierre Cometti. The loss of our friend affects all those who had the opportunity  to receive his teaching or to attend the conferences which he had given these last years in particular to the Avignon’ High School of Art. In these circumstances, it is important for us to say the admiration and the debt which we have towards him: one of its books soon has to appear at the Gallimard publications, on the analysis which he had pulled of his experience to the School where he had agreed to manage the Research before catalysing an excellent teaching in the field of the conservation(-restoration) of cultural Heritage. We owe to Jean-Pierre and to the indefatigable work of critical reflection a lot, as of methodological and notional clarification that he (achieved within the School. The students and the colleagues who were went alongside to him will remember his humble availability, the quality of sound of always friendly listening, the power of its analyses and the extent of its knowledge in the service of a rigorous thought.

Jean-Pierre Cometti has taught philosophy and aesthetics at Université de Provence and at Avignon’ School for High Studies in Art. As director of « Collection Tiré-à-part », at Éditions de l’Éclat, he has translated and published works by many american authors on analytical philosophy and pragmatism. Amongst other works, he is also the author of L’homme exact (1997), La maison de Wittgenstein (1998), L’Art sans qualités (1999), Questions d’esthétique (2000, with J. Morizot et R. Pouivet), Art, modes d’emplois : Esquisses d’une philosophie de l’usage (2001), Musil philosophe (2002), Art, représentation, expression (2002), Wittgenstein et la philosophie de la psychologie (2004), and more recently La force d’un malentendu (2009). 2011 and Art et facteurs d’art. Ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, coll. “Æsthetica”, on 2012. Jean-Pierre Cometti had recently translated for the editions  Questions théoriques, the classic of Peter Bürger, Theory of the Avant-garde (coll. “Saggio Casino”, on 2013). His last book to appear in February, 2016 in the collection “Essais” at Gallimard, will come to close plentiful one literary and philosophic work. In ultimate support for the training of the ESAA, Conserver / restaurer: l’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique makes figure of will of its last experience of higher education. MM

 

“Plains-toi !”

L’ambivalence du sexisme et en particulier de la “drague” : un terreau pour le déni des agressions sexuelles dans l’espace public.

par Ségolène Roy / juin 2014
(posté dans le blog du site Stopaudeni.com)
Pourquoi est-il si difficile de faire reconnaître la réalité du harcèlement sexuel dans les lieux publics, en particulier les transports et la rue ? Parce qu’on ne veut pas entendre la parole des femmes, qui représentent l’immense majorité des victimes (ou faudrait-il dire des proies ?), et finissent en conséquence par se taire, y compris sur les aspects les plus brutaux et les plus perturbants de ce phénomène ? Parce qu’en face la quasi-totalité des agresseurs sont des hommes, et que cette répartition des rôles soulève évidemment des questions dérangeantes sur les comportements que l’on valorise chez la gent masculine comme chez la gent féminine, et leurs conséquences ? Parce que cela révèle au grand jour à quel point la « séduction » ou la « drague » à la française est trop souvent un rapport essentiellement inégalitaire, dont le sous-texte équivoque rend compliquée la dénonciation de ses manifestations les plus agressives ? Parce que beaucoup d’entre nous préfèrent ne pas prendre toute la conscience de l’ambivalence fondamentale de cette « séduction », lieu d’expression d’un sexisme autrement plus large, qu’il s’agirait alors d’identifier, de dénoncer et de combattre ?
1. RECONNAISSANCE DE LA RÉALITÉ DU HARCÈLEMENT SEXUEL DANS L’ESPACE PUBLIC
Rappelons que ce qu’on appelle – depuis peu, et c’est une belle avancée que le phénomène porte un nom – « harcèlement de rue », est un ensemble d’attitudes, verbales ou non verbales, tenues dans l’espace public et à caractère sexuel, dont les hommes représentent la quasi-totalité des auteurs, et les femmes (surtout jeunes, et ça commence dès la puberté), la grande majorité des victimes. C’est vrai y compris quand elles sont en couple avec une femme, et les hommes présumés homosexuels par les harceleurs sont aussi la cible du harcèlement de rue, véritable manifestation de la police de genre.
Ces attitudes passent par tous les grades d’intrusion : des regards qui déshabillent et déshumanisent, des gestes obscènes, des compliments portant en général sur l’apparence de la victime, qui peuvent rapidement dégénérer en insultes en cas de refus de sa part de remercier leur auteur ou d’accéder à ses demandes, des commentaires désobligeants sur l’apparence, la démarche, le physique de la victime ou la manière dont elle est vêtue, des propositions obscènes, des insultes, le fait de la suivre. Il est la facette socialement acceptée (parce que niée en grande partie) d’un harcèlement qui peut aller jusqu’à l’agression sexuelle (le fait de se frotter contre la victime, exhibition, attouchements). Liste non exhaustive.
Ces comportement sont extrêmement dérangeants, et pourtant si fréquents que les femmes, en particulier dans les grandes villes, en ont intégré la réalité quotidienne : elles finissent par « s’adapter » (puisqu’il est trop souvent considéré comme de leur responsabilité de faire en sorte d’éviter de se faire agresser) en adoptant un comportement particulier dont elles espèrent qu’il leur épargnera toute forme d’intrusion et a fortiori d’agression (on connaît la valeur punitive du viol, comme l’utilisation de la violence à l’encontre de celles et ceux qui ne se soumettent pas aux injonctions hétérosexistes). Marcher vite, regarder par terre ou droit devant soi (mais dans tous les cas éviter de regarder les hommes dans les yeux), sourire ou remercier poliment en cas de compliment, se taire et poursuivre sa route l’air de rien en cas d’insulte ou de propos obscènes.Certaines se préparent à réagir à une agression. D’autres répliquent à leurs risques et périls.
Or, en cas d’agression physique, l’intériorisation de la responsabilité de l’agression, et donc de la culpabilité entretenue par notre société, est telle que la honte ou la peur du scandale qui éventuellement pourrait se retourner contre la victime, de la non-réaction des gens présents, du déni de l’agression qu’elle vient de vivre, l’empêche bien souvent de parler, de faire savoir ce qu’elle vient de vivre, y compris quand ça se passe dans la foule.
Il y a quelques années, le seul terme à notre disposition pour décrire ce phénomène était celui de « drague », qualifiée éventuellement de « lourde ». Rien de grave. Aujourd’hui le terme de « harcèlement » va de pair avec une description, une définition qui montrent bien à quel point la perception du phénomène relevait du déni de la réalité du sexisme et des violences quotidiennes qu’il inflige.
Pour lutter contre ce déni, quelques sites (commeHollaback ou Je connais un violeur) ont été créés, sur lesquels les femmes, en particulier, sont appelées à témoigner de ces violences, d’un extrême à l’autre du spectre de l’agression, rendant le phénomène plus visible à ceux à qui par définition il apparaît le moins – les hommes –, mais aussi à toutes les personnes qui préfèrent ne pas y croire, et à toutes celles qui y trouveront le réconfort de mesurer qu’elles sont bien face à un phénomène réel, et non à une vue de leur esprit paranoïaque.
Des campagnes de sensibilisation sont menées dans la rue, toujours le « fief des mâles » (le collectif Stop Harcèlement de rue crée des zones « antirelou »), comme les marches de nuit, lancées dans les années 1970, qui n’ont malheureusement pas perdu de leur actualité ni de leur pertinence.
Certain·e·s s’emploient à proposer des conseils sur différentes manières de réagir dans des situations de harcèlement, que l’on soit victime ou témoin, pour qu’elles ne soient plus une fatalité et que les agresseurs ne se sentent pas dans leur bon droit.
2. RÉPARTITION DES RÔLES
 
Dans l’immense majorité des cas, les femmes sont les victimes de ce harcèlement sexuel, et les hommes les auteurs. Qu’est-ce que cela nous dit de notre société et de la manière dont les unes et les autres sont éduqué·e·s, des comportements valorisés en fonction du sexe de la personne qui le manifeste ?
Les garçons apprennent très tôt qu’ils détiennent ce pouvoir d’autant plus efficace qu’il est ambivalent. Le pouvoir de désirer, d’exprimer son désir, de réduire une personne à son apparence, à l’identité d’objet de désir. Leur légitimité est d’autant plus forte dans ce domaine que ce comportement est valorisé comme indicateur de virilité (hétérosexuelle, il va sans dire), et largement diffusé dans la publicité et les médias de manière générale. Être un homme, selon l’idéologie sexiste, c’est agir, et, dans les relations amoureuses ou sexuelles, c’est désirer, faire connaître son désir, considérer son désir et le fait de le faire connaître, voire de l’imposer, comme légitimes. C’est multiplier les « conquêtes ».
Être une femme, toujours du point de vue sexiste, c’est voir son champ d’action se résumer au fait de chercher à ou d’espérer devenir l’objet du désir d’autrui (un homme dans notre société où l’hétérosexualité est considérée comme la norme), au lieu d’identifier le sien et éventuellement de l’exprimer (ce qui lui vaudrait des qualificatifs injurieux qui n’ont pas d’équivalent au masculin).  C’est voir son « pouvoir » réduit à la passivité, à la conformité aux normes sociales, au fait d’accéder ou non à des sollicitations, dont on a vu qu’elles pouvaient prendre des tournures très agressives et intimidantes.
Sortir de ce jeu de rôles pervers, c’est libérer les hommes et les femmes d’un rapport de domination aux effets particulièrement violents. C’est libérer les hommes du devoir de l’initiative, du devoir de désir et d’activité sexuels. C’est permettre aux femmes de libérer leur propre désir. C’est offrir à chacun·e les conditions d’une séduction égalitaire,libérée de la violence, entre sujets dont la partition n’est pas écrite.
Un des pires effets de cette répartition des rôles – très présent dans le déni du harcèlement et des agressions sexuelles –, est de laisser penser que le désir féminin est par nature inintelligible, et qu’il demande un décryptage de la part des hommes. C’est de laisser penser qu’il est confus. De fait ce « jeu » de rôles est de nature à entretenir la confusion dans la tête des jeunes filles puis des femmes, en empêchant l’affirmation de soi, en les objectivant, en ne les valorisant pas dans le rôle de sujets, en ne les incitant pas à identifier et encore moins à exprimer leur désir. Suite à quoi agresseurs et violeurs croient pouvoir se dédouaner de leur responsabilité en arguant du fait que leur victime était consentante (voire demandeuse !), même si elle n’a montré aucun désir. Même si elle a dit non.
Cette idée que l’interprétation de la réalité du désir ou du non-désir ressenti par une femme est entre les mains des hommes – pire, que la résistance serait une stratégie de séduction féminine – est malheureusement largement diffusée par le cinéma, la littérature, la télévision, etc., figeant les rôles dans des rapports de séduction hétérosexuels devenus rapports de pouvoir et de domination.
La valeur du désir est soumise à un double standard. Le désir masculin n’est pas seulement valorisé, il est considéré comme incontrôlable, alors que c’est son expression qui est encouragée à outrance, comme le signe d’une virilité qu’il participe à définir. Au XVIIe siècle, ce sont les femmes dont on disait que le désir sexuel était incontrôlable, mais c’était alors prétexte à les éloigner de toute possibilité d’exercer le pouvoir.
C’est en partie en revoyant l’éducation des garçons, mais aussi celle des filles, à l’origine de ces rôles, qu’on sortira de ce jeu pervers.
3. AMBIVALENCE DU SEXISME
C’est plus ou moins insidieusement que les personnes de sexe féminin sont renvoyées à une place bien spécifique : elles sont trop souvent des filles et des femmes avant d’être des personnes. Leur apparence, et l’avis des autres – en particulier celui des hommes sur celle-ci – serait primordiale pour leur confiance en elles. Toute parole flatteuse sur leur apparence serait de ce fait à considérer comme un compliment dont il leur incomberait de remercier l’auteur.
Qu’on se plaigne de se faire accoster dans la rue et on recevra des ricanements sous-entendant que plaire aux hommes est pour une femme… quoi, le grand accomplissement de sa vie ? Or, pour beaucoup de femmes, être ramenée à sa plastique et à son adéquation ou non avec les goûts de parfaits inconnus dont l’avis n’a aucunement été sollicité et est pourtant émis à haute voix et en public, n’a rien d’agréable, et elles peuvent même s’en sentir insultées et agressées, plus que complimentées.
Quand la peur de l’insulte, de l’agression sexuelle et du viol planent – et elle est très présente dans l’espace public –, les femmes s’adaptent, en adoptant des attitudes qu’elles apprennent très vite à s’approprier à leurs dépens, l’insulte tenant lieu d’intimidation pour exiger la soumission : si elles ne répondent pas au compliment de l’homme, il arrive bien souvent qu’il se charge de leur éducation en les insultant ou en leur réclamant son dû.
Ce type de réaction impose, dans l’interaction, la valorisation récurrente du regard de l’homme sur la femme, qui mène pourtant à… l’aliénation. Quelle femme n’a pas ressenti du plaisir à se voir complimentée, voire un manque à ne pas l’être, sans que s’évanouisse toutefois le sentiment d’être ramenée à son enveloppe corporelle et au jugement de celui qui a le pouvoir de l’émettre et de le faire respecter ?
Et voilà les femmes encore et toujours coincées par un sexisme qui fait mine de les valoriser pour mieux les maintenir à une place subalterne.
Ce peut être sous le prétexte d’exalter leur beauté ou leur condition d’objet de désir. Bien loin d’être une source de confiance en soi, les comportements et propos qui réduisent les femmes à leur apparence ont des conséquences tangibles et dramatiques en termes de confiance en soi, d’acceptation de son corps, de santé, d’affirmation dans la sphère professionnelle, etc., chez les filles, les adolescentes et les femmes. C’est ce qu’on appelle l’« objectivation » des femmes, le fait de les renvoyer au statut d’objet (de désir, dit-on, mais ce désir ne serait-il pas plutôt désir de dominer ?), que ce soit dans les médias, au travail, dans la sphère privée ou dans la rue. La bonne nouvelle, c’est qu’on a quelques idées sur la manière d’en sortir.
Ce peut être sous le prétexte de glorifier la maternité (au croisement du racisme et du sexisme), ou les prétendus douceurs et altruismes féminins, une bonne manière de les cantonner à des rôles sociaux bien particuliers et bien plus réduits, exclus des modalités de reconnaissance sociale que reçoivent les hommes (travail, salaire, statut…).
Ce peut être encore sous le prétexte de défendre leur libération sexuelle, dont Simone de Beauvoir évoque le renversement à l’avantage de la domination sexiste – car la domination masculine parvient à retourner même les conquêtes féministes contre les femmes – quand au lieu de respecter le désir des femmes, des hommes exigent d’elles qu’elles se montrent « libérées », c’est-à-dire qu’elles répondent à leurs exigences sexuelles à eux.
Les modalités même de cette prétendue valorisation sapent les bases d’une confiance en soi digne de ce nom, des conditions d’accession aux places que peuvent revendiquer les hommes avec beaucoup plus de légitimité et de crédibilité dans la société.
4. RESPONSABILITÉ COLLECTIVE
Refuser d’entendre ce que ressent une femme quand on la traite comme on traite les femmes dans notre société, c’est-à-dire trop souvent comme une catégorie de la population destinée à (com)plaire à une autre, c’est faire preuve de sexisme, et ce n’est certainement pas être ouvert·e à en entendre davantage, sous peine de voir s’effondrer une bonne dose d’évidences encore trop confortables.
Au-delà de la responsabilité écrasante des agresseurs, interrogeons-nous sur celle, plus insidieuse, des personnes qui se montrent incapables d’entendre la parole des femmes quand elles expriment leur malaise devant ce phénomène, et qui par là même protègent leurs auteurs. En ricanant quand une femme affirme ne plus supporter que des inconnus s’adressent à elle dans la rue, y compris pour la complimenter sur son physique, en minimisant son ressenti, elles dénigrent sa parole. Et s’interdisent d’en entendre plus. Parce qu’ayons-en bien conscience : peu de gens parlent de but en blanc des agressions les plus dérangeantes qu’ils ont subies. Cela suppose de se sentir en confiance. De se sentir écouté·e. Entendu·e. Reconnu·e. Soutenu·e.
Si l’interlocuteur ou l’interlocutrice ne peut entendre cette parole, alors, pour ces femmes, la confiance est rompue. Comment parler de tout le reste ? Des regards qui salissent, des attitudes qui font peur, des hommes qui les suivent, des gestes obscènes, des attouchements ? Quand on n’est pas entendu·e, on finit par se taire.
Question subsidiaire : quand bien même les victimes parleraient à profusion des pires agressions, ce type de témoignage change-t-il quelque chose à la compréhension de l’arrière-plan ? La dénonciation du sexisme gagne-t-elle à évoquer les sujets le plus graves, dans un contexte de déni massif ? Ne se sert-on pas du « pire » pour le circonscrire à des soi-disant monstres dont on ne veut en aucun cas croire qu’ils puissent être le produit de notre société sexiste ? Pour faire passerun fait de société pour un fait divers ?
Ce refus d’entendre est une belle preuve de la non-légitimité de la parole des femmes, pourtant la plus apte à dénoncer la domination que représente le sexisme.
Enfin, s’il est question de responsabilité collective au sens où nous constituons toutes et tous la société dans laquelle nous vivons, il est essentiel de ne pas perdre de vue que tout système de domination, qu’il s’appuie sur le sexe, la race, la classe, l’orientation sexuelle, etc., crée deux groupes sociaux : celui des bénéficiaires d’un côté, celui de ceux (en l’occurrence celles) qui en subissent les préjudices de l’autre. Or un rapport de domination ne peut perdurer sans la complicité de ses bénéficiaires – en l’espèce, ne pas le combattre, c’est le laisser perdurer, et continuer à en tirer profit.
En ce sens il est important que les hommes prennent conscience que leur responsabilité est engagée, en tant que classe sociale dominante dans le rapport de domination sexiste, dans la lutte contre la domination et les violences sexistes, dans la définition de la masculinité. Il leur revientd’interroger cette place de dominants qui est la leur, qu’ils le veuillent ou non : comment exercent-ils, individuellement, le pouvoir, comment participent-ils, concrètement, dans leurs actes, leurs paroles, leur comportement – ou au contraire leur absence –, à la domination ? Pour ce faire,faire preuve d’écoute et d’empathie vis-à-vis du vécu des femmes est essentiel.
5. OMNIPRÉSENCE DU SEXISME
Quiconque a essayé d’expliciter le lien, dans le domaine du non-respect des femmes, entre l’apparemment anodin (le commentaire d’un inconnu à une femme sur son physique) et le gravissime (l’agression sexuelle, le viol), pour en montrer l’arrière-plan commun, l’obstacle réel – le sexisme –, s’est heurté à des ricanements (« On t’a dit que tu étais belle, plains-toi ! » – ou le déni sous la forme de la minimisation), et à des cris d’orfraie censés témoigner de l’indignation face à ce que trop de personnes considèrent comme une horrible mise dans le même panier de tous les hommes avec des monstres (ou le déni sous la forme de l’indignation face un soi-disant sexisme inversé, alors qu’il est question de révéler un phénomène d’ordre social : 98 % des agresseurs sont des hommes, et la plupart des violeurs sont des « monsieur tout le monde ». Mais encore faut-il accepter, pour le mesurer et s’y attaquer, deregarder ce phénomène en face, et d’en déconstruire les mythes.
S’agit-il de simples malentendus ? Ou d’un refus farouche de prendre acte de la réalité des manifestations et des conséquences les plus graves et les plus sordides du sexisme, toujours au hit parade des discriminations les plus féroces, rendues anodines à grand renfort d’humour (plus souvent oppressif que libérateur)… et de déni. De l’insulte sexiste au viol, la différence n’est pas de nature, mais de degré.
Quand acceptera-t-on de voir que le sexisme est partout, qu’il peut prendre les formes les plus bienveillantes, toujours pernicieuses (la galanterie, la drague à sens unique, l’exaltation de la beauté, de la maternité, de la douceur « féminine »), comme les plus brutales (le viol, la violence conjugale) ou les plus institutionnalisées (l’orientation professionnelle limitée, la discrimination à l’embauche, la différence de salaires, de retraites, l’incroyable disproportion de la représentation des femmes – 52 % de la population française, faut-il le rappeler – dans les lieux de pouvoir, qu’il s’agisse de politique, d’économie, de culture, d’art, de religion, de sport, de sciences…).
Et le harcèlement de rue est sans doute exemplaire du caractère profondément ancré, trouble et insidieux du sexisme, qui, en se rendant socialement acceptable dans certaines situations, permet et fait admettre le pire par des mécanismes subtils et très puissants.
Adulation et discrimination, compliment et insulte, deux facettes de la même médaille : on valorise les femmes dans le rôle auquel on les limite.
Le sexisme est partout et il est – toujours, encore – temps d’arrêter de le nier, de refuser de le voir. Oui, cela demande un changement total de perspective, une remise à plat de beaucoup de nos évidences, une remise en question d’une bonne partie de nos comportements. Et puis d’agir et de réagir, chacun·e à sa mesure, dans la rue, dans le travail, auprès des enfants, au cours d’une conversation avec ses ami·e·s…
Cela demande, pour commencer, tout simplement, de l’information et de l’écoute.
Auteure : Ségolène Roy

RÉFÉRENCES

1. Reconnaissance de la réalité du harcèlement sexuel dans l’espace public
– Laure Salmona « Harcèlement sexuel “ordinaireˮ », campagne Stop au déni, 2014.
– Antisexisme, « L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – le regard masculin », 12 juillet 2014.
– Sébastien Hervieu, « En Afrique du Sud, les lesbiennes sont violées pour être guéries », Le Monde, 10 mai 2011.
– Elsa Dorlin, « Les violences de genre et la police de genre », L’Autre campagne, 2007.
– Renée Greusard, « Peur dans la ville : oui messieurs, si vous pouviez changer de trottoir… », Rue 89 / Le Nouvel Obs, 12 février 2014.
– Muriel Salmona, « La victime, c’est la coupable », blog Mediapart, 5 septembre 2011.
– Antisexisme, « Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles », 9 janvier 2013.
– Antisexisme, « Les mythes autour du viol et leurs conséquences », 4 décembre 2011.
– Chaotique neutre, ressources sur la culture du viol.
– Hollaback France http://france.ihollaback.org, déclinaison française du mouvement international Hollaback contre le harcèlement de rue.
– Je connais un violeur.
– Fanny Arlandis, « La rue, fief des mâles », Le Monde, 4 octobre 2012
– Rage de Nuit, à l’initiative de marches de nuit féministes, Les mots sont importants, 20 novembre 2010.
– Thomas Mathieu, Projet crocodiles.
– Irène Zeilinger, Non c’est non. Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire, Paris : éditions Zones, 2008. Disponible en ligne.
2. Répartition des rôles
– Les Questions composent, « La terreur du râteau », dernière partie : « Le pouvoir féminin », 25 février 2012.
– Florence Montreynaud, « La prétendue séduction à la française n’est que de la violence sexuelle », Le Monde, 28 août 2011.
– Maïa Mazaurette, « Laisse pas traîner tes fils », GQ Magazine, 2 août 2013.
– Alyssa Goldstein, « Quand les femmes avaient nettement plus besoin de sexe que les hommes. Et comment le stéréotype s’est inversé » (When women wanted sex much more than men. And how the stereotype flipped), trad. Audren Le Rioual, Les fesses de la crémière, 7 avril 2013.
– A contrario, « Lutter contre le viol ? Nos fils adolescents, violeurs potentiels. Notre refus de l’admettre, et de les élever autrement », 30 janvier 2014.
– Antisexisme, « Comment s’assurer qu’elle est consentante et désirante. Un guide pour les hommes qui ne veulent pas violer », 31 janvier 2014.
3. Ambivalence du sexisme
– Crêpe Georgette, « Le trottoirgate ou comment la peur vint aux femmes », 5 février 2014.
– Caroline Heldman, « The sexy lie », conférence TEDx Youth@sanDiego (en anglais).
– Antisexisme, « L’objectivation sexuelles des femmes : un puissant outil du partriarcat. Le regard masculin », 12 janvier 2014.
– Elsa Dorlin, « Généalogie du sexisme et du racisme : la construction des inégalités », conférence, 24 janvier 2013.
– Interview télévisée de Simone de Beauvoir, « Pourquoi je suis féministe », Le Questionnaire, 6 avril 1975.
4. Responsabilité collective
– Les questions composent, « Harcèlement de rue », 2 août 2012.
– Muriel Salmona, « Tuerie d’Isla Vista en Californie : c’est un crime sexiste, un féminicide, il faut le dire », Le Plus Nouvel Obs, 28 mai 2014.
– Audrey Guiller et Nolwenn Weiler, « Le viol dans les médias, un fait divers, Acrimed, 21 novembre 2011.
– Antisexisme, « Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et la parole », 8 juillet 2012.
– Jackson Katz, conférence TEDx « Violence againt women, it’s a men issue » (Violence envers les femmes : un problème d’hommes), en anglais sous-titré, novembre 2012.
– Préface de Christine Delphy au livre de John Stoltenberg, Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité, Entre les lignes, entre les mots, 19 mars 2013.
– Léo Thiers-Vidal, « De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive, article paru dans Nouvelles Questions Féministes, vol. 21, n° 3, p. 71-83, décembre 2002
5. Omniprésence du sexisme
– Muriel Salmona, « Le viol, crime absolu », site de l’association Mémoire traumatique, en particulier p. 6-7, article paru dans le dossier sur « Le traumatisme du viol » de la Revue de la santé mentale n° 176, mars 2013.
– Antisexisme, « Les mythes sur le viol », 4 décembre 2011.
– Myroie, « L’humour est une arme », site Égalitariste, 21 avril 2013.
– Ministère des droits des femmes, Chiffres-clefs de l’égalité entre les femmes et les hommes 2012.

Bratislava Declaration E.C.C.O. for French Conservators Federation

Definetly, some people who are at the highest level of the public representation ,  do not seem to trouble themselves by contradictions as for the status and for the fate of the Conservation of cultural Heritage in France…

On one side, the public money is paying for four Conservation trainings which award a Master II degree diploma  in respect  for international standards, authorizing besides a professional exercise to the public collections by which the tax authorities recognized the status of liberal profession.

Of other one and paradoxically, the National Assembly adopted on February 13th of this year, the amendment N° 100 concerning the legal recognition of the craftsmen sector of art professions within the framework of the  law Pinel, which lists the conservators among them. This amendment, which was proposed and drafted jointly by Ateliers d’Art de France within the framework of the missions of the UNMA (National Union of Art Craftsmen) and the APCMA (Permanent Assembly of the Craft Industry Chamber), arises in total ignorance of years of efforts to establish a full discipline in the crossing of humanities and objective sciences, which has been legitimized by the creation everywhere in Europe and besides the Atlantic Ocean of doctoral schools, excepted … in France!

Furthermore, this event demonstrates the weakness of the French conservators representation in front of the powerful and well organized Art Craftsmen’s lobby. To the point that ECCO (European Confederation of Conservators Organizations ) recently stepped up by wearing out its unfortunately only moral authority  to try to save conservators whose French Federation (FFCR which is a founder member  of ECCO) does not deign more than “conservation specialists”  to mention them.
Try and understand …

__________________________________________________________________________

“Under the revision of the « liste des Métiers d’Art », the profession of the Conservator-Restorer is to have the statutes governing this profession’s social and fiscal rules to come under the definition of « Métiers d’Arts » as declared in the Loi Pinel. The Loi Pinel relates to artisanal activities (craftsmen activities). By distinction, the profession of the Conservator-Restorer is more engaged with the status of a liberal profession, and is considered a discipline in its own right, having its own specific competences informed by a code of ethics. These competences are published and are based on a discrete education and training, where access to and exercise of the profession is set at Master’s degree equivalent to European Qualification Framework (EQF) level 7. This level of qualification is accepted throughout Europe and prescribed in the statutes of the European Network for Conservation-Restoration Education (ENCoRE). This is upheld by the European Confederation of Conservator-Restorers’ Organisations of which F.F.C.R. is a founding member. E.C.C.O. calls on the French Government to recognize the specificity of the profession of the Conservator-Restorer with its own discrete deontology authorizing engagement with the care and safeguarding of Cultural Heritage, which is in the public interest. This motion is unanimously adopted by the General Assembly of E.C.C.O. gathered in Bratislava 20th of April 2015 and supported by the Chairman of European Network for Conservation-Restoration Education (ENCoRE).”

Bratislava Declaration E.C.C.O. for FFCR 21.04.2015

__________________________________________________________________________

Décidément, d’aucuns ne semblent pas s’embarrasser beaucoup de contradictions au plus haut niveau de la représentation publique, quant au statut et au sort de la conservation-restauration des biens culturels en France…

D’un côté, l’argent public finance quatre formations à la conservation-restauration diplômantes au grade de Master II en respect de normes internationales, habilitant en outre un exercice professionnel envers le patrimoine public auquel l’administration fiscale a reconnu le statut de profession libérale.

De l’autre et paradoxalement, l’Assemblée Nationale a adopté le 13 Février dernier l’amendement n° 100 portant sur la reconnaissance légale du secteur artisanal des métiers d’art dans le cadre de la loi dite Pinel, qui recense les conservateurs-restaurateurs parmi eux. Cet amendement, proposé et rédigé conjointement par Ateliers d’Art de France dans le cadre des missions de l’UNMA (Union Nationale des métiers d’Art) et l’APCMA (Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat), survient en totale ignorance d’ années d’efforts pour établir une discipline à part entière au croisement de sciences humaines et objectives, légitimée par la création d’écoles doctorales partout en Europe et outre Atlantique sauf … en France !

De plus, cet événement démontre la faiblesse de la représentation française des conservateurs-restaurateurs face à un lobby des métiers d’art puissant et organisé. Au point que l’ECCO  (Confédération Européenne d’Organisations des Conservateurs-restaurateurs) est montée récemment au créneau en usant de son autorité hélas seulement morale pour tenter de sauver des conservateurs-restaurateurs dont la fédération française (la FFCR qui est membre fondatrice d’ECCO) ne daigne plus les désigner que comme des “spécialistes de la conservation-restauration”.

Allez comprendre …

” Selon la révision de la “liste des Métiers d’Art”, la profession de conservateur-restaurateur se voit conférer le statut professionnel déterminé par le régime social et fiscal conforme à la définition des ” Métiers d’Arts” telle qu’édictée dans la Loi Pinel. La Loi  Pinel concerne les activités artisanales (les activités des artisans).

Par distinction, a profession de conservateur-restaurateur correspond davantage au statut de profession libérale et consiste en une discipline à part entière ayant ses propres compétences spécifiques assujetties à un code de déontologie. Ces compétences ont été publiées et sont fondées sur un enseignement spécifique et une formation, desquels le niveau pour l’entame et l’exercice de la profession sont reconnus au grade de Master II équivalent à l’échelon 7 du Cadre Européen de Qualification  (EQF). Ce niveau de qualification est accepté partout en Europe et recommandé dans les prescriptions du Réseau Européen pour l’Enseignement de la Conservation-Restauration (ENCoRE, European Network for Conservation-Restoration Education). Celui-ci est soutenu par la Confédération Européenne d’Organisations des Conservateurs-restaurateurs (E.C.CO., European Confederation of Conservators Organizations)  de laquelle la F.F.C.R. (Fédération Française des Conservateurs-Restaurateurs ) est un membre fondateur.

E.C.C.O. enjoint  le gouvernement français à reconnaître la spécificité de la profession de conservateur-restaurateur qui relève de l’intérêt public, selon sa propre déontologie distincte habilitant son implication avec celles de préservation et de protection du patrimoine culturel. 

Cette motion est unanimement adoptée par l’Assemblée Générale d’E.C.C.O. réunie à Bratislava le 20 avril 2015, et agréée par le Président du Réseau Européen pour la Formation à la Conservation-Restauration (ENCoRE, European Network for Conservation-Restoration Education).”

Déclaration de Bratislava, E.C.C.O.  pour la FFCR, le 21.04.2015.

(trad. M.Maire)

L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité indifférenciable: la fin de l’unicité artistique ?

Des clones tridimensionnels de chefs d’oeuvre célèbres de Vincent Van Gogh exposés dans un palace de Dubaï.

La société FUJI a reçu l’autorisation du Musée Van Gogh d’Amsterdam, à coup sûr grassement monnayée,  pour effectuer une duplication en trois dimensions parfaitement illusionniste de neuf chefs d’oeuvre de l’artiste hollandais. Les reproductions à l’identique sont installées sous les feux des projecteurs depuis le 26 février jusqu’au 31 mars 2015 au Fairmont the palm de Dubaï. Le vernissage de l’exposition s’est déroulé en présence de l’arrière petit-neveu de l’artiste, Vincent Willem Van Gogh,  et du directeur du musée du même nom, Axel Rüger, venus apporter ainsi une caution morale – contre une autre sonnante et trébuchante celle-là – à l’initiative toujours plus osée.

Le procédé de copie par impression en ultra haute résolution après un scannage laser, développé par FUJI, est époustouflant au point de se casser le nez pour distinguer la copie de l’original: la moindre trace, le moindre relief, la moindre chiure de mouche sont reproduits à la perfection. Ce procédé est déjà utilisé par une société chinoise basée à Shenzen* (Chine), aussi spécialisée dans  l’impression de livres d’art de luxe pour des clients du monde entier. Elle possède une galerie d’exposition permanente que nous avions arpentée en 2011, où les cimaises supportent une série de tableaux jumeaux destinés à éprouver  sa capacité visuelle de différenciation par le client potentiel. Le prix de vente de la copie est indexé sur la valeur marchande de l’original. Ce produit de ladite société est susceptible d’intéresser tout “collectionneur”  de tableaux souscrivant déjà une coûteuse police d’assurance contre le vol. Ainsi, il peut désormais envisager de jouir à domicile en toute tranquillité de son investissement tant financier que social   et de s’en gargariser incognito auprès de ses invités pendant que les originaux dorment à l’abri dans un coffre de banque.

A Dubaï, après la monstration de cette collection baptisée Relievo, une vente prochaine en édition limitée offrira la possibilité à un collectionneur de posséder une copie parfaitement identique à la peinture originale. Les neuf orignaux de Van Gogh ont été reproduits 260 fois chacun et seront vendu à 25.000 euros pièce. Un événement en commémoration cynique du 125e anniversaire de  la mort tragique de l’artiste maudit qui fera date sans aucun doute et qui contribue à l’emprise toujours plus grande du Marché, à une marchandisation effrénée de l’art, et à l’érosion de la catégorie des oeuvres autographiques non reproductibles selon Nelson Goodman.

Après que l’oeuvre d’art fut parvenue à l’ère de sa reproductibilité technique altérant son aura – « l’unique apparition d’un lointain si proche soit-il » – , voici venu avec la production de clones indifférenciables, l’âge funèbre de son anéantissement et de la fin de son expérience esthétique hic et nunc .

Au même moment, dans des musées irakiens, on détruit à la masse des sculptures et d’autres vestiges de  cultures pré-islamiques vieux de plusieurs siècles avant JC pour en effacer la trace …

dafen

*  Shenzen est déjà considérée comme la capitale mondiale de la copie manuelle de tableaux: un quartier de la ville, Dafen    (大芬社区) au nord-est de la ville, dans le district de Longgang, est localement appelé Oil Painting Village.

La formation à la conservation-restauration de l’ESAA et sa critique diffuse.

Le  positionnement de la formation à la conservation-restauration de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, singulière dans le paysage français, comme ses modalités et objectifs dans le cadre des directives de son ministère de tutelle en conformité avec  la “réforme bolognaise”, manquent de visibilité et sont toujours l’objet de critiques récurrentes. Persistant sous formes de rumeurs ou rengaines négatives et nuisant d’abord aux jeunes diplômés en quête d’insertion professionnelle, elles émanent plus de professionnels diplômés de formations similaires pourtant non concurrentes que de responsables de collections, et sont formulées répétitivement par d’aucuns qui ne connaissent pas plus les contenus que les attendus du cursus avignonnais. C’est que ces derniers contrastent avec ceux des formations homologues, avant tout technicistes et plus traditionalistes, à une activité en outre  assujettie principalement à la discipline de l’histoire de l’art dont ses ressortissants une fois nommés conservateurs du patrimoine, endossent la tutelle et la responsabilité juridique de la restauration.
Alors pourquoi toujours les mêmes critiques, et ce depuis la création de la formation avignonnaise en 1981 ? L’ESAA paye certainement le tribut de son éloignement provincial des trois autres formations et du berceau historique parisien, haut lieu des musées comme de la la restauration du patrimoine.  Victimes collatérales de la baisse drastique des budgets publics alloués au patrimoine en période d’austérité économique, les détracteurs semblent assouvir ainsi quelque frustration causée par la dureté de leur exercice soumis à une concurrence effrénée sous la tutelle de commanditaires publics, sans même daigner s’appuyer sur quelque donnée avérée rendant compte de l’insertion professionnelles des diplômés de l’ESAA.
Pourquoi cette crainte d’un type différent de formation à la conservation-restauration qui ne remet pourtant pas en cause les autres modèles – au contraire, car leur différence de nature et de conditions d’exercice justifie aussi le positionnement avignonnais ? En l’absence d’instance publique de recherche et d’école doctorale dédiées à la conservation-restauration en tant que véritable discipline, celle-ci n’a-t-elle pas à gagner en diversité et prospective avec un enseignement qui souhaite résolument se nourrir d’autres approches de l’oeuvre d’art que seulement celle d’un “sacerdoce déontologique en blouse et gants blancs” , usant démesurément du positivisme scientifique voire de scientisme, à la fois pour se valoriser, se légitimer, s’auto-satisfaire, ou échapper à la critique ? Contrairement à l’affirmation de Jean-Luc Martinez , Président Directeur du Musée du Louvre dans une interview à propos de la restauration récente de la Victoire de Samothrace 1, la conservation-restauration n’est pas une science, et la démarche de restauration à proprement parler 2  concernant les oeuvres d’art, relève toujours de l’intersubjectivité. 

Lors de la dernière JERI tenue au MUCEM de Marseille en Octobre 2014, les orateurs présentant des travaux et des “recherches” étaient en grande majorité issus des formations parisiennes. L’assistance a pu constater les effets pervers et déplorables  de certaines postures matérialistes scientistes, comme ceux de traitements “hygiénistes” de rectification des objets et de leur usage  au nom du sempiternel et sacro-saint argument déontologique4 mais impensé, “pour une meilleure lisibilité” 3. Leur inflation contamine toujours un peu plus la conservation-restauration et ces approches se font au détriment du maintien de toute la potentialité sémantique des biens culturels et parfois de leur vitalité, comme l’avait notamment déjà relevé Gaël de Guichen 5 , fer de lance à l’ICCROM 6 .

En fait-on cas pour jeter l’opprobre sur ces formations ?

Pourquoi cette persistance à ne considérer le parti pris formateur avignonnais qu’ à l’aune de ses soit-disant manques ou pertes, sans jamais d’égard pour ses intérêt et profit ?  La formation à la conservation-restauration de l’ESAA, qui met résolument l’accent sur l’enquête et l’analyse à propos du fonctionnement, de l’usage et du devenir d’objets sémiophores, en faisant le pari aussi d’une véritable réflexion métacritique au contact de la création en train de se faire et des sciences humaines, en formant de surcroît à la capacité d’expression et de médiation individuelle de celles-ci, serait-elle si fautive ou si risquée ?
Allons bon ! Une telle défiance relève aujourd’hui du fantasme et du mauvais procès, tant il est vérifiable que les diplômés de l’ESAA ont fait et font leurs preuves dans le concert professionnel en France comme à l’étranger, en tout cas pas moins que ceux des autres formations, en se dotant d’une compétence déjà sur les bancs de l’ESAA, quoiqu’on en dise .
______________________________________________
 Notes:
1. ” Même si c’est une science, il y a une forme de subjectivité dans cette …  dans le fait de  restaurer, que j’assume parfaitement.”  https://www.facebook.com/video.php?v=10152760091244926
2. Cf. la définition de ce terme adoptée par l’ICOM lors de son assemblée générale à Shangaï en 2010 : ”  Restauration – L’ensemble des actions directement entreprises sur un bien culturel, singulier et en état stable, ayant pour objectif d’en améliorer l’appréciation, la compréhension, et l’usage. Ces actions ne sont mises en œuvre que lorsque le bien a perdu une part de sa signification ou de sa fonction du fait de détériorations ou de remaniements passés. Elles se fondent sur le respect des matériaux originaux. Le plus souvent, de telles actions modifient l’apparence du bien. Exemples d’actions de restauration : retoucher une peinture, assembler les fragments d’une sculpture brisée, remettre en forme une vannerie, combler les lacunes d’un vase de verre. “
3. Lire à ce sujet http://seminesaa.hypotheses.org/2059
4. Dont il n’est jamais expliqué au moyen de critères précis, comment sont déterminés ses seuils d’insuffisance avant restauration et de suffisance après restauration.
5. Lors de la journée d’étude organisée par  l’AGCCPF du 15 Octobre 2009 à l’auditorium du Musée d’Histoire de Marseille.
6. En Septembre 2013, l’ICCROM a lancé une enquête sur l’accès et l’utilisation des informations et des services scientifiques par les conservateurs-restaurateurs du monde entier.

Attentats parisiens: deux entretiens pour dépasser le choc

Patriot Art © 2015Face à la sidération provoquée notamment chez les jeunes, par les événements dramatiques récents survenus à Paris, il est de la responsabilité d’un établissement d’enseignement supérieur et d’éducation aussi, de ne pas laisser les étudiants démunis après un immense élan collectif national et international. Hélas, ce rassemblement de concorde très orchestré  par les pouvoirs publics dans un unanimisme bêlant à partir d’une réaction émotionnelle naïve convertie en gargarisme idéaliste,  orgiaque et ostentatoire,  est voué à se dégonfler très vite comme une baudruche. 

Alors quelle suite donner à cette ébriété bien pensante à peu de frais ? Le terrorisme n’a-t-il pas des racines et des causes, des financements et des encouragements dans les politiques et les alliances étatiques ? Comment éviter un réflexe de peur et de crispation communautaire irréfléchies ? Comment alimenter une prise de conscience critique et restaurer un espoir chez les étudiants déjà passablement anxieux par la situation “normale” actuelle ? 

Comment être acteur notamment au moyen de l’art, d’un changement nécessaire de vivre-ensemble  auquel tout un peuple a massivement et ostensiblement manifesté son aspiration ? Vu la gravité de l’enjeu sociétal révélé par une “catharsis” médiatique, telles sont des questions qu’on ne peut mettre sous le tapis sous prétexte que l’art n’aurait pas à s’en occuper.

“La religion en tant que folie est une folie de l’irréligiosité.” Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus.

Semin’R a donc d’ores et déjà choisi de relayer la publication de deux entretiens réalisés sous la houlette de Joseph Confavreux et Antoine Perraud, pour la justesse et la vertu pédagogique de leur contenu dépris de réactivité primaire et seulement émotionnelle.

——————————————————————————-

« Olivier Roy à propos de l’islam et du djihadisme »

Olivier Roy est professeur à l’Institut universitaire européen, où il dirige le Programme méditerranéen. Il est notamment l’auteur de L’Islam mondialisé (Le Seuil, 2002), La Sainte Ignorance (Le Seuil, 2008) et En quête de l’Orient perdu (Seuil 324 p., 21,00 €).

L’entretien.

 Vous refusez la comparaison entre les attentats de Paris et le 11-Septembre 2001 ?

Oui, en termes d’intensité, cela me semble quand même différent. New York, c’est 3 000 morts, une opération minutieusement préparée, dirigée de l’extérieur ; c’est le produit de lancement d’Al-Qaïda qui passe alors à la menace stratégique globale. Ici, en France, on a des crimes commis par trois petits branleurs qui ont appris à manier la kalachnikov au Yémen. L’impact symbolique et émotionnel est considérable, mais en termes de sécurité ou de géostratégie, on n’est pas dans la même dimension.

En outre, je suis un peu surpris de l’intensité de cet impact symbolique et émotionnel, alors qu’il n’y a pas beaucoup de différence avec les tueries perpétrées par Mohamed Merah, qui n’avaient pas eu la même résonance. Il y a là un débordement affectif qui me paraît révélateur d’une angoisse profonde.

La France a connu plusieurs attentats qui n’ont pas déclenché une telle panique, ni cet appel à l’unité nationale qui me semble être le reflet d’une fausse unanimité : s’il y a unité, pourquoi rejeter le FN de la manifestation, et s’il n’y a pas unité, pourquoi faire comme si les clivages ou les différences d’opinion avaient brutalement disparu ? Ces derniers reviendront avec d’autant plus de force qu’ils auront été artificiellement gommés sous le nouveau politiquement correct.  

L’hommage aux victimes est indispensable et la compassion nécessaire, mais je ne comprends pas pourquoi il n’y a quasiment aucun mot sur les victimes de Vincennes au regard d’une telle mobilisation pour Charlie Hebdo, qui était par excellence le journal insolent, contestataire, capable de rire de tout, abhorrant les unanimismes de façade…

Comme si à chaque attentat il y avait les « vraies » victimes et des victimes collatérales ; or, si Charlie Hebdo était bien visé en tant que tel, on peut supposer que Coulibaly n’est pas entré par hasard dans un établissement juif. Et puis, je ne peux m’empêcher de sentir une forme d’auto-apitoiement corporatiste d’une partie des médias qui me semble très éloigné de l’esprit de Charlie

L’antisémitisme est-il constitutif du djihad ? 

L’antisémitisme n’est pas constitutif de la stratégie des états-majors du djihad. Ni Ben Laden, ni Baghdadi n’ont fait des juifs leur cible principale. Pour eux, le conflit israélo-palestinien n’est pas la matrice de tous les conflits : l’ennemi c’est l’Occident pour le premier, et les « hérétiques » c’est-à-dire leschi’ites, pour le second. En revanche, chez les jeunes radicaux islamistes mobilisés en Occident, l’antisémitisme est une dimension fondamentale, mais qui fait partie d’une culture partagée avec bien d’autres.

En effet, cet antisémitisme latent n’est pas spécifique aux jeunes Beurs de banlieue. Il suffit de regarder le public de Soral ou Dieudonné. Sans référentiel musulman, ils distillent un antisémitisme qui a un impact sur une jeunesse qui se sent marginalisée, quelles que soient ses références religieuses. On fait de l’islam une ligne de clivage en France, sans voir tout ce qui se partage de part et d’autre, et tout ce qui est transversal dans ces formes de violence et dans cet antisémitisme, qui n’est pas spécifique aux jeunes musulmans. Il suffit de lire les commentaires des lecteurs dans les sites web des journaux et des blogs pour s’en rendre compte… 

Chérif Kouachi avait tenté de faire évader l’artificier des attentats de 1995. Existe-t-il un continuum djihadiste depuis les années 1990 ?

Oui, je ne crois pas à ces histoires de djihadistes de première, de deuxième ou de troisième génération. On invente une nouvelle génération dès qu’on ne comprend pas ce qui se passe. Il existe donc une continuité, dans la permanence de personnages comme Beghal ou dans la transmission, qui se fait notamment en prison. C’est comme dans le milieu des gangsters, il y a des figures mythiques, une transmission, une mythologisation des anciens, renforcée par le rôle pédagogique de la prison.

Cette continuité ne signifie pas qu’il n’y ait pas d’évolution. Je pense que cette évolution se situe moins sur le nombre de convertis qui, selon moi, est une constante que l’on perçoit seulement aujourd’hui – le groupe Beghal comportait déjà environ un tiers de convertis –, mais plutôt sur l’importance croissante prise par les femmes. Par conséquent, le djihad se fait désormais de plus en plus souvent en famille, entre frères, ou avec femmes et enfants, que ce soit en France ou au départ vers la Syrie…

Comment et pourquoi cette idéologie meurtrière séduit-elle de petits Parisiens ?

Ma thèse est que la raison principale de cette radicalisation est le croisement entre un référentiel musulman d’une part et d’autre part une culture de la violence, du ressentiment, de la fascination nihiliste pour un héroïsme malsain, négatif et suicidaire, celui des jeunes tueurs de Columbine qui massacrent les gens de leur école et se mettent en scène dans des vidéos en ligne avant de passer à l’action et de mourir, car la mort est toujours la fin de l’histoire (ce qui fut aussi le cas de la bande à Baader).

Le « djihad mondialisé » est pratiquement la seule idéologie globale disponible sur le marché aujourd’hui, comme la révolution était l’idéologie standard des jeunes en rupture dans les années 1970. En mettant l’accent principalement sur les éventuelles sources coraniques de la violence – un Coran que ces jeunes occidentalisés connaissent souvent d’autant plus mal qu’ils ne parlent pas ou pas bien l’arabe –, on ignore simplement la profonde continuité du terrorisme islamique avec cette culture jeune de la violence et du fantasme de toute-puissance, celle de l’effet Columbine aux États-Unis, celle qui explique le succès de films comme Scarface dans les banlieues, sans parler des jeux vidéo ou de Born to Kill.

Kalachnikov AK 47

Ce que je vais dire est à prendre avec des pincettes, mais je trouve l’exemple de Marseille intéressant. Marseille n’a jamais été partie prenante des radicalisations politiques. Dans les années 1970, la Gauche prolétarienne puis Action directe n’ont pas été représentées à Marseille. Et aujourd’hui, le radicalisme islamiste n’existe guère non plus. Alors que ces organisations de gauche radicale des années 1970 ou 1980 ont été, comme l’islamisme radical aujourd’hui, surreprésentées à Grenoble, Lyon, Lille ou Paris. Mon hypothèse est que Marseille et sa culture de violence locale et de banditisme offre des débouchés à cette culture de la violence, qui n’a alors pas besoin d’en passer par la radicalisation politique. Les jeunes gangsters de Marseille sont dans la même mise en scène de la violence spectaculaire, dans cette culture du surhomme, mais ne s’arrogent pas le droit de vie et de mort sur n’importe qui.

Mais quand on interroge les mères des gangsters ou les mères des djihadistes, on voit qu’elles sont toutes atterrées par la radicalisation religieuse ou délinquante de leurs enfants, qui ont quelque chose en commun (et d’ailleurs beaucoup de djihadistes sont d’anciens loubards). Elles ne comprennent pas pourquoi, quand elles disent à leurs fils qu’ils vont mourir, cela ne les arrête pas. Mais ces jeunes sont fascinés par la toute-puissance et le culte du surhomme. Ils savent qu’ils vont crever, mais s’en foutent. On est dans la même problématique que Mesrine, même si celui-ci n’était pas un tueur de masse. Et on est passé de la culture du révolver à la culture de la kalachnikov, qui fait plus de dégâts.

 Pourquoi ces attentats ont-ils lieu aujourd’hui ? 

Il me semble que le phénomène est plus sociologique, structurel, que géostratégique. On aurait pu penser que les tueurs de Charlie Hebdo et de la supérette cacher se réclameraient de l’État islamique, mais ils se réclament d’Al-Qaïda au Yémen, parce que c’est là qu’ils sont allés, parce que c’est leur histoire personnelle. Et leurs complices sont leurs copains, pas des militants qui les rejoindraient par conviction. Ce qui compte pour eux, c’est davantage leur itinéraire personnel que la géopolitique contemporaine.

Chérif Kouachi semble être passé par des groupes religieux fondamentalistes. Cela fragilise-t-il la distinction entre l’islam salafiste, qui peut être quiétiste, et l’islam radical porté vers le djihad ?

Beaucoup des jeunes djihadistes sont passés par des groupes fondamentalistes, tablighis ou surtout salafistes. Mais je crois qu’il faut plutôt comprendre cela comme une trajectoire de jeunes qui se cherchent, qui tâtent de la délinquance, du tabligh, du salafisme, pour enfin trouver leur « voie »…


Dans un vrai groupe tablighi ou salafiste, vous avez une discipline à laquelle ils ont souvent du mal à se plier, avec des levers à 5 heures du matin, de la prédication religieuse, le règlement interne du groupe. Les jeunes djihadistes font souvent des passages par des groupes fondamentalistes, mais n’y restent, la plupart du temps, pas longtemps. S’ils restent dans le groupe, ils vieillissent et se calment. On n’a quasiment pas d’exemples de personnes qui passent dix ans dans un groupe salafiste avant de passer au djihad.

De même, beaucoup de jeunes qui rejoignent un camp d’entraînement en reviennent vite parce qu’ils ne supportent pas la discipline. Il est clair que les frères Chouaki ont bénéficié d’un entraînement militaire, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient fait partie d’une unité armée structurée. La manière dont ils ont pris la fuite et le fait qu’ils abandonnent une pièce d’identité, comme une forme de lapsus freudien, de volonté de signer leur acte personnellement, ressemblent plus aux gestes d’individus radicalisés en vadrouille qu’à celui de militants professionnels et aguerris. 

Vous avez récemment écrit que cet acte terroriste transforme un débat intellectuel en question quasi existentielle : s’interroger sur le lien entre islam et violence conduit à s’interroger sur la place des musulmans en France. De quelle manière ?

Aujourd’hui, même des intellectuels antiracistes se demandent : est-ce qu’il n’y a pas quelque chose dans l’islam qui mène à ce genre de massacres ? Jusqu’ici, cette interrogation était réservée à certains pôles idéologiques : les populistes anti-immigration, la droite identitaire anti-islam et même une frange de la laïcité militante. Maintenant, cette idée est devenue un cliché et ce genre de parole s’est libéré, notamment depuis le débat sur l’identité nationale lancé par Sarkozy. C’est devenu le nouveau politiquement correct, même si des journaux comme Causeur continuent d’affirmer qu’ils brisent les tabous et le politiquement correct en posant ce type de questions. 

Or, tout ce discours essentialiste n’est fondé sur aucune réalité sociologique, mais valorise une lecture théologique qui n’est que l’addition de quelques clichés sur la nature de l’islam (« en islam il n’y a pas de séparation entre religion et politique ») empruntés justement soit aux fondamentalistes eux-mêmes, soit à un orientalisme désuet. On ne s’intéresse pas à l’islam réel, c’est-à-dire à la religiosité et à la pratique concrète des croyants, dans leur diversité.

Et puis comme d’habitude on mélange constamment « ethnicité » et « religion », tout en étant incapable de définir correctement l’un ou l’autre. La confusion est bien illustrée par le débat sur les « statistiques ethniques ». Au lieu qu’il s’agisse d’un débat disons « scientifique » (ce qu’il est quand même pour de vrais démographes), il est devenu idéologique et normatif. Entre ceux qui accusent les « progressistes » de refuser de voir les faits (par exemple la surreprésentation des jeunes d’origine musulmane dans les prisons), et ces mêmes progressistes qui mettent en garde contre la stigmatisation des populations d’origine immigrée, on a du mal à poser les « vraies » questions : qu’est-ce qui relève du « pur » religieux, du culturel, du social, et, le grand impensé du débat, du politique, ce même politique que nos hommes politiques dissimulent derrière la rhétorique et la fameuse « communication » qui fonctionne à plein dans la gestion du deuil des morts de Charlie Hebdo.

La France est bien plus mixte et bien moins communautarisée qu’on ne le dit. Quand le géographe Christophe Guilluy oppose les banlieues proches, peuplées de jeunes musulmans (les musulmans sont toujours jeunes, et réciproquement), et les « périphéries » pavillonnaires peuplées de petits Blancs, il oublie que ces dernières comptent nombre de familles d’origine musulmane qui ont joué l’ascension sociale et se retrouvent dans le ghetto de la zone pavillonnaire.

Cette cécité vient aussi du fait qu’on refuse de voir la présence des classes moyennes musulmanes dans notre société, en partie parce qu’elles ne veulent pas être vues. Mais la montée de ces classes moyennes est flagrante. On n’a pas besoin de statistiques ethniques pour prendre un annuaire et voir le nombre de médecins avec un nom arabe dans une ville moyenne, consulter la liste des professeurs d’un collège de province ou le nom des conseillers financiers d’une agence bancaire de la banlieue ouest parisienne.

Ces gens-là ne veulent pas être communautarisés et ne veulent pas parler au nom d’une communauté. Pourtant, on ne cesse de les renvoyer aux quartiers difficiles. Dans une ville comme Dreux, que je connais bien, les maires, de droite ou de gauche, ont longtemps systématiquement mis le conseiller municipal d’origine arabe adjoint aux sports ou aux quartiers (cela a changé) !

La machine à communautariser vient de la manière dont la République réduit ces classes moyennes musulmanes à des rôles de « grand frère », tout en maintenant à bout de bras des institutions soi-disant représentatives de l’islam de France, qui viennent de l’étranger et ne représentent pas cette classe moyenne intégrée et en ascension.

On va pêcher ici et là des « imams modérés » pour détourner les jeunes du djihad, lesquels imams parlent à peine le français, comme Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy. Alors que les jeunes djihadistes radicalisés qui parlent, eux, un meilleur français, sont peu susceptibles de suivre ce genre de sermons. On ignore aussi les « vrais » modérés qui vivent tranquillement sans chercher le micro inquisiteur qu’on tend à longueur de pseudo-reportages dans les banlieues.

Mais il n’existe pas de travail sérieux, ni politique, ni journalistique, ni sociologique sur les classes moyennes musulmanes. Les seuls représentants de ces classes moyennes qu’on aperçoit sont des femmes politiques, comme Vallaud-Belkacem, Bougrab ou Dati, dont on ne cesse de souligner qu’il s’agirait d’exceptions, parce que femmes.

Pourquoi écrivez-vous qu’il n’existe pas de « communauté musulmane » en France ?

C’est un fait. Il n’existe pas de communauté religieuse fondée sur l’islam, ni au niveau institutionnel, ni au niveau des écoles, ni en ce qui concerne les associations, et c’est plutôt une bonne nouvelle. Pourtant le gouvernement et les médias n’ont que ce mot à la bouche, tout en voulant lutter contre le communautarisme.

Or, si 30 % des enfants juifs seraient scolarisés dans des écoles confessionnelles (selon L’Arche n° 555, mai 2004), le chiffre concernant les musulmans ne doit pas dépasser les 0,1 % vu qu’il n’existe pas plus de 10 écoles confessionnelles musulmanes en France, les parents préférant d’ailleurs envoyer leurs enfants dans les écoles catholiques.

Il n’y a pas, chez l’immense majorité des musulmans, de désir de communautarisation, et si le ramadan est le rite le plus respecté c’est parce qu’il remplit aussi une fonction conviviale dans des espaces en crise de convivialité ; dire que le ramadan est une pratique communautaire, c’est comme si on disait que Noël pour les chrétiens ou les festnoz pour les Bretons sont du communautarisme (il y en a qui le disent).

On ne sait même plus faire la fête, comme aurait dit Charlie

(Entretien Mediapart: “Olivier Roy à propos de l’Islam et du djihadisme”, 11.01.2015 par Joseph Confavreux.)

Les racines du mal.
Les racines du mal – officemanouche © 2014

« Il faut se battre pour la laïcité »

«Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique»

La philosophe Marie-José Mondzain, spécialiste de l’image, du regard et de la démesure, revient pour Mediapart sur les attentats de Paris. Avec, comme après le 11 septembre 2001, le souci de penser l’impensable…

Quand il s’agit de troquer le trauma pour le panorama, de passer de la sidération à la réflexion face aux images, il n’y a pas trente-six chemins : il y a la philosophe Marie-José Mondzain. Spécialiste de l’iconoclasme, Marie-José Mondzain s’investit dans les affaires de la cité, en dépit des frontières naturelles ou artificielles. De l’UEC (Union des étudiants communistes) dans les années 1960, à l’analyse du 11 septembre 2001, en passant par la défense de la liberté contre les nationalismes pendant la guerre en Yougoslavie, elle tente de faire face. Comme aujourd’hui, vingt morts après…

marie-jose-mondzain-sortirons-revolution-poli-L-5y3aau

Marie-José Mondzain, chez elle, à Paris, le 10 janvier 2015.

MEDIAPART : Comment avez-vous reçu les attentats de Paris ?

MARIE-JOSÉ MONDZAIN : Comme quelque chose de totalement éruptif et bouleversant, mais pressenti et loin d’être achevé.

Il y a bien sûr cette violence si particulière, qui touche au plus près : je connaissais certaines des victimes de Charlie Hebdo. Stupeur, chagrin, deuil. Mais si je me réfère à l’état commotionnel du 11 septembre 2001 – on ne s’y attendait alors pas du tout –, notre désarroi vient aujourd’hui de ce que nous y réfléchissions depuis des mois et des années, du fait de ce qui s’est passé en Irak, en Libye, en Syrie, ou au Mali. Le Proche et le Moyen-Orient, l’islamisme, l’intégration ou la non-intégration d’une certaine communauté musulmane en France, sont des questions qui n’ont cessé de se dresser et de se tresser sous nos yeux. Nous ne tombons pas des nues. « J’attendais ça », soupira la vendeuse d’un magasin de vêtements de la rue Saint-Antoine à Paris, où j’ai appris la nouvelle mercredi.

C’est comme la mort annoncée de quelqu’un : il y a toujours quelque chose d’irréductiblement surprenant. On nous dit que ce n’est pas fini. Quand cela recommencera, nous serons à nouveau commotionnés, envahis par le même chagrin et le même désespoir. Nous sommes donc pris dans ce double registre émotionnel, qui cumule l’attente et la surprise.

Comment y faire face, intellectuellement ?

La mort et le mal nous agressent et nous laissent sans réponse, tout en nous fécondant : il faut que l’impensable soit pensé et lui seul mérite finalement de l’être… Si nous nous unissons au nom de l’impensable, nous nous livrons aux mains de ceux qui pensent à notre place et qui prendront des décisions terribles sans que nous ayons pu exprimer nos doutes, nos interrogations, nos analyses. En tant que philosophe et citoyenne, je me dis : au travail ! Je l’avais tenté – et on m’en fit grand reproche –, au lendemain du 11-Septembre. C’était dans Le Monde, qui venait de publier son fameux éditorial : « Nous sommes tous américains. » Ma tribune avait pour titre : « Je ne me sens pas américaine. »

« Je ne suis pas Charlie Hebdo » est déjà confisqué, pas par la pensée de gauche, cette fois…

Quand j’ai vu surgir « Je suis Charlie », j’ai constaté, effectivement, une forme d’invariant dans le lexique des lendemains de catastrophe : cette signalisation de l’identification, empathique, compassionnelle, qui a sa valeur “fraternisante”. Mais attention ! Elle peut être très contre-productive. Ce « tous unis dans la terreur » induit une indistinction, une union de tous à tous les niveaux, dans toutes les classes sociales et dans tous les coins du monde : ce n’est pas vrai, c’est une fausse universalité qui opère comme slogan de communication massifiante.

Nous ne sommes pas tous pareils face à cet événement. Certains vont tenter d’en tirer parti politiquement ; d’autres le vivront d’une façon purement primaire et affective, haineuse parfois ; enfin une minorité, que je souhaite voir devenir majoritaire, entend donc réfléchir aux causes véritables et profondes de cette situation.

Un responsable du maintien de l’ordre l’a très bien dit lui-même, au soir du dénouement de ces attentats : nous continuerons à nous opposer par la force au terrorisme mais il faut réfléchir aux sources, nous ne sommes pas la solution. Voilà ce que cet homme a signalé au pouvoir et aux médias. C’est précisément quand nous avancerons dans l’analyse des causes que nous trouverons des désaccords.

Lesquels ?

Il faut demander des comptes à une grande partie des médias sur leur gestion de l’invisibilité ou même de l’effacement d’une jeunesse en déshérence, en désarroi, sans avenir, sans racines, ni culture, ni langue, ni mémoire : une jeunesse qui n’a jamais eu qu’une place réservée à la Star Academy ou dans certains sports, pour accéder à la visibilité et à l’illusion d’une intégration.

Après que la traque était terminée, que la tragédie s’était achevée dans le sang, qu’il n’y avait donc plus lieu de se lancer dans des appels à témoins, avez-vous remarqué comment BFMTV et bien d’autres n’ont cessé, vendredi 9 janvier, de 17 h 30 à minuit passé, d’afficher les visages des trois terroristes qui avaient donc été déjà reconnus, nommés, tués : un Noir et deux personnages « de type maghrébin », comme on dit, dont l’un avec un petit peu de barbe. Et ça revenait en boucle…

Pourquoi ? Pourquoi, puisqu’ils sont morts, sinon que ces médias étaient en train de fabriquer des effigies, des icônes de la terreur, avec une typologie sous-jacente et silencieuse. Les télévisions d’information en continu ont imprimé, dans la rétine de nos concitoyens, des vignettes propres à nous embarquer dans un face-à-face anthropométrique. La télévision a transformé des visages en faciès.

Faut-il renoncer à toute image ?

Là n’est pas la question : il faut des images ! Sont alors épinglées des personnes qui ont passé leur vie à se masquer et à voiler leurs femmes, qui ont donc de véritables stratégies d’invisibilité, de clandestinité, comme s’il fallait redoubler la disparition dont ils furent d’abord victimes, de par leur propre effacement initial dans la société française. Et ces personnes passent, tout à coup, dans un régime spectaculaire de héros meurtriers flamboyants. Au lieu d’enregistrer cet événement sous le mode respectueux dont doit bénéficier un être humain même condamné à mort – et de toute façon ils sont morts et ont payé pour leurs crimes –, nous entretenons les braises du faciès haïssable, de l’iconicité de l’homme à abattre. Ben Laden en fut un gestionnaire exemplaire.

Dans toute l’histoire – coloniale puis de l’immigration –, de tels visages ont été des visages de clandestins. Ils voyagent en se cachant. Ils ne sont découverts que morts. Ils ont été frappés par un continuel non-droit à l’image. Et tout cela s’inverse quarante-huit heures durant à la télévision : survalorisation effarante de la médiatisation par l’image. J’y vois le contrepoint direct des décapitations, des horreurs et des tortures balancées sur YouTube par Daesh : puisque nous vivons dans l’image, en voici ! Le clandestin maintenu dans l’invisibilité devient alors le deus ex machina du spectaculaire et de la mise en scène. Et il nous renvoie nos idoles, en un effet miroir.

© Etienne Davodeau.

En jouant sur la religion…

Ils viennent effectivement d’une culture marquée par la méfiance voire le refus à l’égard des images, mais ils deviennent les maîtres des images. Ils répondent, en veux-tu en voilà, à la demande des iconolâtres. Ils appellent au téléphone le moteur de la visibilité : BFM-TV, pas l’AFP. Ils médiatisent et théâtralisent. Stockhausen avait même parlé du 11-Septembre comme d’une « performance artistique », pour insister sur cette mise en spectacle pratiquée par les terroristes, ce qui avait choqué beaucoup de monde.

Treize ans plus tard, l’organisation pyramidale avec un chef charismatique, iconique et sacralisé (Ben Laden) a disparu, au profit d’instances disséminées. Voilà qui s’avère également en miroir avec ce que vivent les sociétés occidentales : nous n’avons plus guère de chef non plus, et surtout pas charismatiques, en France singulièrement ! Personne pour « défendre nos valeurs », comme on dit. Aucune figure rédemptrice à l’horizon quant à la République ou à la démocratie : avis de recherche généralisé… Les citoyens s’organisent alors pour ne plus penser en termes de politiciens providentiels, d’élections, ou de partis. Fini, les héros, pensons en termes de réseaux, d’associations, de forces microsismiques. Si nous pouvons changer ce monde, ce ne peut être qu’en travaillant la trame de la société de la façon la plus souterraine qui soit. Nous ne sommes pas loin de la dissémination clandestine.

Or c’est exactement la leçon tirée par Daesh, comme le dit Gilles Kepel : constituer, grâce à la dissémination, un tissu de plus en plus menaçant, qui va ronger de l’intérieur et de façon insidieuse la structure sociale et politique de l’ennemi désigné. Les islamistes se posent donc la question du pouvoir dans les mêmes termes que nous ! Avec un supplément : ils se sont saisis d’une idéologie religieuse. Elle leur sert de fil conducteur, à la fois ancestral et artificiel. L’islamisme est un islam trafiqué, qui trahit, nous dit-on, les véritables valeurs musulmanes, ce que je suis prête à croire – comme je suis prête à croire qu’il existe, au contraire, un islam parfaitement libéral, humaniste, apte à vivre dans la République française ou en Europe, dans la concitoyenneté la plus paisible.

Mais quand j’entends à la radio un responsable musulman français déclarer qu’il attend, au lendemain des attentats de Paris, que l’islam soit considéré comme une religion nationale, je regimbe. La question me semble plutôt de savoir si les musulmans, comme les chrétiens ou les juifs de France, s’accorderont pour vivre dans une société laïque.

Je suis sûre que les attentats de Paris n’ont rien à voir avec l’islam – ce n’est qu’une idéologie perverse de manipulation agitée par les recruteurs des terroristes –, mais il serait bon que la communauté musulmane condamne un jour publiquement, en France, l’exercice de la charia.

Une telle injonction n’est-elle pas, à cette heure, d’une grande violence suspicieuse à l’égard de tout citoyen français de confession musulmane ?

Je pense que la situation des femmes musulmanes doit partager les libertés et les acquis – culturels ou politiques – des femmes juives, chrétiennes, etc. Peut-être que j’ai tort d’en faire la demande – je n’en fais pas une condition et suis d’accord pour qu’il y ait, dans l’état des choses, une normalisation absolue de la religion musulmane à l’égale des autres confessions. Toutefois, en tant que femme, je souffre lorsque je vois la condition des musulmanes, citoyennes françaises, en France. Tout comme pour certaines femmes juives ultra orthodoxes, ajouterai-je. Sans oublier les fous furieux de la communauté chrétienne aperçus lors de “la Manif pour tous”. Il faut se battre pour la laïcité.

« Grimace disqualifiante virant à la nausée »

Une laïcité de tolérance ; pas forcément si sourcilleuse à l’endroit de l’ensemble d’une communauté ainsi montrée du doigt…

Sans doute faut-il procéder par étapes. Et sûrement pas au lendemain des attentats de Paris. Mais à plus ou moins long terme, il faudra en passer par là. J’ai de plus en plus de mal avec le voile intégral qui condamne les femmes à l’invisibilité – même si certaines prétendent ne pas se sentir effacées, mais se sentent protégées voire sacralisées et toutes-puissantes sous leur voile.

La place des femmes revenait dans le discours des assassins deCharlie Hebdo

Oui, avec aussi l’assertion « on n’a pas tué de civils ». La violence n’a donc pas été « aveugle » – un responsable musulman interrogé sur une radio l’a condamnée en ce terme –, mais ciblée. Le supermarché casher était bien en ligne de mire. Rien d’aveugle dans ce choix, tout au contraire.

De même que les serial killers ne tuent pas n’importe qui n’importe comment, les trois terroristes avaient leurs obsessions ritualisées. Le tueur en série se vit déjà lui-même dans la série : il n’existe pas, il est irrepérable et sérialisé. Il agit précisément depuis cet effacement dans la série. C’est un numéro : un non-sujet qui fait un “numéro”, c’est-à-dire une performance spectaculaire. Il sort  paradoxalement de l’anonymat par la destruction des autres et par sa propre destruction, sacralisée, idéalisée.

Avec dix-sept victimes en trois jours, trois terroristes tueurs en série se sont donné des cibles, tout comme Mohammed Merah voilà bientôt trois ans. À Toulouse, ce n’étaient pas des dessinateurs de presse mais des militaires et comme toujours des juifs. Cibler la création, c’est avouer sa propre haine de la vie et croire dans l’impossibilité de la liberté. Cela suppose un effondrement subjectif, dont les causes nous concernent au plus vif.

Qu’ont-elles en commun, ces cibles, à leurs yeux de terroristes ?

Elles incarnent l’objet d’un immense dégoût et d’un rejet radical qu’inspire l’Occident à l’islamisme fondamentaliste – et parfois, il faut bien le dire, à des tenants moins extrémistes de la religion musulmane. L’Occident néolibéral apparaît politiquement et moralement pornographique, idolâtre et profanateur de la transcendance.

La civilisation ou bien la démocratie occidentale ?

La civilisation capitaliste occidentale issue de l’impérialisme colonial et de la généralisation de la corruption.

La faiblesse que perçoivent les terroristes dans une démocratie délibérative, qui prétend accueillir autrui, n’est-elle pas à rapprocher de leur mépris envers la femme ?

Le dégoût, surtout dans une passion meurtrière, n’est pas une chose simple. Il y a sûrement un dégoût sexuel et politique se fixant sur la faiblesse, à laquelle s’oppose une exaltation de la force.

La situation coloniale permet de comprendre d’où vient ce genre de répulsion. Je suis née en Algérie en 1942. Adolescente, j’ai constaté le haut-le-cœur qu’inspirait le colonisé chez le colonisateur. Qu’il s’agît de son habillement, de son odeur, de sa cuisine, de sa culture, de sa langue, de sa famille : tout était l’objet d’une grimace disqualifiante virant à la nausée. Le colonisé était perçu et décrit comme un animal sans hygiène physique ni morale.

Le dégoût du terroriste actuel serait en miroir du dégoût du colon de jadis ?

Oui. Abdelwahab Meddeb avait analysé tous les registres de causalité de ce qu’il appelait La Maladie de l’islam : la colonisation n’était pas des moindres. De la Compagnie des Indes orientales en Afrique du Sud aux “boat people” de Lampedusa ou Gibraltar, il y a un fil rouge dont nous payons le prix aujourd’hui.

Mais il est essentiel, pour comprendre ce qui se passe sous nos yeux, de faire une analyse des enjeux financiers et de la duplicité de certains pays musulmans à l’égard du fondamentalisme. Les stratégies meurtrières que nous voyons opérer au Moyen-Orient, face à la passivité tout aussi stratégique de l’Europe, sont inséparables des intérêts pétroliers, ou des trafics d’armes et de drogue.  

C’est en réaction à une telle géopolitique, qui s’est pétrifiée avant de se putréfier comme en Syrie, que l’islam devient une force purificatrice menant à cet islamisme d’ange exterminateur, à même de parcourir une jeunesse désespérée, du Sud au Nord. Voilà comment certains éléments les plus enragés entendent devenir, à partir de leur invisibilité, la puissance la plus spectaculaire en tant que puissance de mort : c’est une sorte de « Viva la muerte ! ».

Comment est-ce réparable ?

En France, il y a une défaillance fondamentale dans la distribution du savoir et de l’égalité des chances. La société massifiée par le néolibéralisme est fondamentalement inégalitaire. Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique. Celle-ci n’a encore effleuré ni la médiocratie régnante, ni la domination néolibérale : privilégier l’éducation, séparer la culture de la communication, apprendre l’art du voisinage et le débat conflictuel non meurtrier. La réponse à ce qui se passe ne peut être que politique et doit passer par les énergies créatrices. Ce n’est pas un hasard si les victimes, mercredi, étaient des artistes. Si ce monde doit changer, pensons alors ce changement en termes de création, d’invention, d’imagination. Gide disait : « Les criminels manquent d’imagination. »

( Entretien Mediapart: “Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique”, 11.01.2015 par Antoine Perraud ).

Conseil d’état à propos d’Exhibit B: ordonnance du 11 décembre 2014, N° 386328

Décision contentieuse.
Le juge des référés du Conseil d’État rejette la requête d’associations qui demandaient l’interdiction du spectacle «Exhibit B », qui se tient actuellement au Centquatre-Paris.

Vu la requête, enregistrée le 10 décembre 2014 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentée par le Centre Dumas-Pouchkine des Diasporas et Cultures Africaines (CDPDCA), élisant domicile…, l’association Alliance Noire Citoyenne, élisant domicile…, l’association L’Amozaik, élisant domicile…, et Mme A…B…, demeurant … ; les requérants demandent au juge des référés du Conseil d’Etat :

1°) d’annuler l’ordonnance n° 1430123/9 du 9 décembre 2014 par laquelle le juge des référés du tribunal administratif de Paris, statuant sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, a rejeté leur demande tendant, d’une part, à la suspension de la tenue de la représentation « Exhibit B » programmée par l’établissement le Centquatre à Paris du 7 au 14 décembre 2014 et, d’autre part, à ce que soit mise à la charge de la ville de Paris la somme de 1 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2°) d’enjoindre au préfet de Paris et à l’établissement le Centquatre de mettre en œuvre toutes les diligences de nature à faire cesser tout trouble à l’ordre public dans le cadre de la manifestation « Exhibit B » ;

3°) de mettre à la charge de l’Etat et de l’établissement le Centquatre le versement d’une somme de 1 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

ils soutiennent que :

– la condition d’urgence, prévue par l’article L. 521-2 du code de justice administrative, est remplie dès lors que la représentation litigieuse n’est programmée par le Centquatre que jusqu’au 12 décembre 2014 ;

– le maintien de cette programmation constitue une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale ; qu’en effet, l’esclavage est un crime contre l’humanité ; que la prestation en cause, qui met en représentation dans des cages des hommes et des femmes noirs, à l’instar des « zoos humains » de l’époque coloniale, constitue une atteinte grave et manifestement illégale à la dignité de la personne humaine ; que cette atteinte justifie que soit apportée une limite à la liberté d’expression ;

Vu l’ordonnance attaquée ;

Vu les nouvelles pièces, enregistrées le 11 décembre 2014, présentées par le Centre Dumas-Pouchkine des Diasporas et Cultures Africaines et autres ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de justice administrative ;

1. Considérant qu’aux termes de l’article L. 521-2 du code de justice administrative : « Saisi d’une demande en ce sens justifiée par l’urgence, le juge des référés peut ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d’une liberté fondamentale à laquelle une personne morale de droit public ou un organisme de droit privé chargé de la gestion d’un service public aurait porté, dans l’exercice d’un de ses pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale. Le juge des référés se prononce dans un délai de quarante-huit heures » ; qu’en vertu de l’article L. 522-3 du même code, le juge des référés peut rejeter une requête par une ordonnance motivée, sans instruction contradictoire ni audience publique, lorsqu’il apparaît manifeste, au vu de la demande, que celle-ci ne relève pas de la compétence de la juridiction administrative, qu’elle est irrecevable ou qu’elle est mal fondée ; qu’à cet égard, il appartient au juge d’appel de prendre en considération les éléments recueillis par le juge du premier degré dans le cadre de la procédure écrite et orale qu’il a diligentée ;

2. Considérant qu’après avoir relevé qu’eu égard aux conditions dans lesquelles il était présenté aux spectateurs le spectacle « Exhibit B » avait pour objet de dénoncer les pratiques et traitements inhumains ayant eu cours lors de la période coloniale ainsi qu’en Afrique du Sud, au moment de l’apartheid, le premier juge en a déduit que l’absence d’interdiction, par l’autorité administrative, de cette manifestation, ne portait aucune atteinte grave et manifestement illégale à la dignité de la personne humaine ; qu’aucun moyen de la requête n’est de nature à remettre en cause ni ces constatations ni cette appréciation ;

3. Considérant qu’il résulte de ce qui précède qu’il est manifeste que l’appel du Centre Dumas-Pouchkine des diasporas et cultures africaines et autres ne peut être accueilli ; qu’ainsi la requête doit être rejetée, y compris ses conclusions tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative, selon la procédure prévue par l’article L. 522-3 de ce code ;

ORDONNE :

Article 1er : La requête du Centre Dumas-Pouchkine des diasporas et cultures africaines et autres est rejetée.

Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée au Centre Dumas-Pouchkine des diasporas et cultures africaines, à l’association Alliance noire citoyenne, à l’association L’Amozaik et à Mme A…B….

Copie en sera adressée pour information à la ville de Paris, au ministre de l’intérieur et au préfet de police.

Exit Exhibit B

Une performeuse lors d'Exhibit B au cloître des Célestins à Avignon en 2013
Une performeuse en situation lors de la présentation d’Exhibit B au Festival d’Avignon, Cloître des Célestins en Juillet 2013. Céleste Beryl Pieterson est assise à côté des attributs de la femme de ménage dans une sorte de cage à poules grillagée. Mulâtresse, elle a subi l’annulation du mariage de ses parents à l’avènement de l’apartheid. En bas à droite, un panneau de signalisation : « Les Noirs ont été nourris » …

Exhibit B de Brett Bailey a suscité une forte controverse et pris fin au 104 le 12 Décembre en laissant derrière elle des textes qu’elle a inspirés.

• Jean-Louis Amselle, “Exhibit B”: l’interdit racial de la représentation et ” Exhibit “: l’impossible rédemption de l’homme blanc

• Olivier Barlet et Pascal Blanchard, « Les zoos humains sont-il de retour ? »

• Alice Carré, “Au nom de la dignité humaine. Eclairer les zones d’ombres qui sous-tendent la censure”

• D’ de Kabal, “Exhibit D‘ “

• Jack Dion, “Exhibit B”: la cabale des censeurs

• Eric Fassin, « Exhibit B » : représentation du racisme et sous-représentation des minorités raciales

• Alain Foix, Exhibit B  : « censurer, c’est donner raison à toute censure »

• Camille Jourdan, La représentation des noirs aucoeur de la polémique d’Exhibit B

• Sandrine Lemaire, Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, “Ces zoos humains de la république coloniale”

• Marc Maire, “Exhibit B censurée à Paris au nom d’un antiracisme dénié à son auteur”

• Guillaume Mivekannin, Esclave dans « Exhibit B » : « Le voyeur n’est pas celui qu’on pense »

• Fleur Pellerin, Réaction 

• Claude Ribbe, “Et si Exhibit B était finalement autre chose qu’une oeuvre d’art ?”

 https://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4961773

 http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/021214/ce-que-dit-la-polemique-exhibit-b

 http://blog.mondediplo.net/2014-12-02-Exhibit-B-ne-pas-se-tromper-d-adversaires

Afficher l'image d'origine

Exhibit B censurée à Paris au nom d’un antiracisme dénié à son auteur.

Bailey en cage
Brett Bailey en cage. Crédits photo: Third World Theater
Exhibit B censurée à Paris au nom d’un antiracisme dénié à son auteur.
M. Maire / 28.11.2014
__________________________________________________________________________
Toutes les oeuvres d’art ne sont pas universelles, directement accessibles, encore moins  à tous. Elles nécessitent effectivement un temps de maturation de leur réception, de discussion et de partage d’émotions, de leur critique, de leur médiation, car elles peuvent toujours être interprétées dans un sens restrictif négatif, ce qui semble être le cas par le mouvement pour la censure d’Exhibit B. Or l’oeuvre d’art en général, est “ouverte” *, car elle porte en elle un potentiel  plus ou moins élargi de significations plus ou moins variées. Il n’est pas nouveau qu’une œuvre d’art ne s’adresse pas à toute la diversité sociétale: après tout, les concerts ne sont pas prévus pour les sourds, ni les expositions pour les aveugles, et cela ne choque pas grand monde. En l’occurrence, le tarif d’entrée ne permet pas l’accès à tous, mais ceci relève d’un élitisme de la culture (déjà pointé en son temps par Pierre Bourdieu dans son livre “L’amour de l’art”), dont l’oeuvre de Brett Bailey n’a pas à faire les frais. Alors pourquoi ce mouvement contre une oeuvre d’art dont les pouvoirs publics devraient assouvir l’indignation, en faire taire l’existence   ?
 
L’artiste antiraciste doit-il montrer “patte noire” ?
Exhibit  signifie à la fois pièces à conviction et exposition. C’est précisément cette ambivalence sémantique qui traduit le procédé artistique que Brett Bailey met en oeuvre  pour montrer et dénoncer aujourd’hui aux yeux des citoyens des anciennes puissances esclavagistes et/ou coloniales européennes, non seulement la barbarie de l’époque, mais aussi le racisme, la discrimination et la condition inhumaine des immigrés noirs, clandestins, contemporains. Le propre d’un artiste n’est pas de se justifier, ni de montrer “patte noire” en l’occurrence ! Il n’a pas à être son propre critique. Il crée et instaure une oeuvre pour la faire fonctionner selon des modalités pouvant être représentationnelles mais pas seulement, depuis que les modernes et les avant-gardes ont élargi le rôle de l’art.   Ensuite celle-ci finalement livrée en pâture à la critique de ses contemporains, existe selon le parti-pris de son producteur comme selon celui de chacun de ses récepteurs. C’est à chacun des utilisateurs de s’en faire une idée, en tout cas de l’expérimenter,  l’oeuvre n’appartenant plus à l’artiste et acquérant son propre fonctionnement . Eut-il fallu interdire des oeuvres telles que “Roots” ou “Kunta Kinté”  et accuser leurs auteurs de racisme parce qu’elles montrent la barbarie de l’esclavage, des corps noirs nus et fouettés, donc chosifiés ? Exhibit B existe depuis plusieurs années après Exhibit A, et a fait son chemin en suscitant déjà des réactions négatives telles que celles d’aujourd’hui, mais surtout et majoritairement des commentaires très positifs. Il est symptomatique que les critiques les plus vindicatives ont été géographiquement différentes. En Allemagne, c’est principalement un syndicat de défense des droits des comédiens qui avait allumé la mèche, en Grande Bretagne, ce sont des associations communautaristes noires.
Exhibit B ou la violence symbolique à l’œuvre.                     
La forme et les conditions de l’antiracisme de Brett Bailey ne sont-elles pas un privilège  de Blanc dont il n’est pas permis que l’artiste sud-africain en soit dupe, étant donné précisément le sujet qu’il traite ? C’est sa “blanchité” et de surcroit, l’identité afrikaan à laquelle on le renvoie qui le disqualifient de pratiquer l’antiracisme, du moins plus qu’elles ne le qualifient, aux yeux de militants de la minorité noire (et de Blancs qui les supportent !).  En effet celles-ci ne permettent pas d’avoir subi ni de faire l’expérience de la discrimination et du racisme. Produire Exhibit B à Paris avec de l’argent public dans la posture de l’artiste, c’est par le biais de l’art s’attaquer à un tabou , ouvrir une boîte de Pandore où est enfoui tout un pan de l’histoire sordide de France et d’Europe.  En France, les pouvoirs publics ont toujours voulu empêcher le fait de parler du passé colonial si peu glorieux en imposant une sorte de black-out. Si quelqu’un s’aventure sur ce terrain, aussitôt sont brandis et agités en guise de chiffons rouges les mots  “repentance”, “autoflagellation”, “communautarisme” pour couper court à tout examen de ce qui s’est passé avec populations noires.  
Mais n’est-ce pas non moins agir selon la figure du Blanc promoteur de zoos humains, et commettre ainsi de la violence symbolique étatique à l’encontre d’une minorité racisée en France ?  Un artiste allemand pourrait-il être financé par de l’argent public pour se permettre de dénoncer la période de l’occupation lors d’une installation – performance similaire à Paris, en enjoignant des performeurs français à composer 13 tableaux vivants représentant le pire des horreurs commises par les nazis ? Quand aujourd’hui encore (trop) peu d’artistes issus des minorités sont en mesure d’accéder aux mêmes moyens d’expression que ceux provenant de la majorité dominante, c’est accorder encore et toujours la légitimité et la compétence à celui qui en est déjà pourvu seulement parce qu’il est le dominant dans un rapport de domination, – même dans la lutte contre cette domination ! -, et confiner encore et toujours a priori le dominé dans un simple rôle de témoin ou de victime passifs.   Bailey est-il si peu conscient du rapport de domination des Blancs sur les Noirs,  qu’il n’aurait pas su renoncer au privilège de celui qui se bat contre une discrimination pour en tirer un bénéfice moral aux dépens de ses congénères blancs aveugles ?
Un performeur en situation lors de la présentation d'Exhibit B au Cloître des Célestins à Avignon en Juillet 2013.
Un performeur en situation lors de la présentation d’Exhibit B au Festival d’Avignon, Cloître des Célestins en Juillet 2013. 
Exhibit B n’est pas un zoo humain.
Contrairement à une affirmation de la contestation, et même si Bailey y fait référence dans ses interviews Exhibit B n’est pas un zoo humain ! Une exposition récente au Musée du Quai Branly dont le médiatique Lilian Thuram fut l’un des commissaires, a largement fait état de ce phénomène qui eut cours aux USA, au Japon, et jusqu’à très récemment en Europe. Plusieurs ouvrages érudits en ont également rendu compte, notamment par la plume de Pascal Blanchard, l’un des chercheurs les plus prolixes par ailleurs pour dénoncer  les méfaits de la Françafrique, comme pour expliquer pertinemment les causes du racisme et de son déni récurrent par l’Etat français. Les personnes plus ou moins dénudées qui sont visibles dans Exhibit B, sont toutes volontaires, sélectionnées de surcroît sur foi de leur engagement pour la révélation, la dénonciation ou la mise en accusation, entraînées et rémunérées en tant que performeurs par un travail de répétitions de plusieurs jours avec l’artiste et ses assistants. Il ne s’agit donc absolument pas d’une chosification réductrice de la personne noire, bien au contraire ! Ou alors, tout le cinéma, le théâtre et les genres littéraires qui utilisent la nudité et la violence pour représenter et dénoncer l’aliénation d’un groupe humain devraient être censurés. Au-delà d’une esthétique formelle alimentée par un plaisir visuel, lui-même procuré par le dispositif des tableaux vivants, celle piégeuse d’Exhibit B consiste bien plus en l’effet ravageur de nature psychique produit par une expérience individuelle désagréable à l’extrême et sous la contrainte; dans un sas d’entrée, chaque visiteur est isolé et se voit réduit à un numéro avant d’être autorisé à pénétrer dans l’oeuvre. Privée d’échappatoire par l’évitement du regard ou  la fuite, c’est une immersion forcée, un vis à vis contraint avec l’intime du soi, une confrontation brutale les yeux dans les yeux  avec l’état de sa propre relation du Nous à l’Autre pour tous les expérimentateurs, qu’ils soient noirs ou blancs, visiteurs ou performeurs. Hélas, les censeurs d’Exhibit B se sont engouffrés dans un contre-sens pour en produire des accusations complètement fallacieuses, incapables de se déprendre de la logique racialiste. Contrairement à l’accusation d’absence de volonté de débat par Bailey, celui-ci  a rencontré le public le 18 juillet 2013 entouré de quelques uns des performeurs au foyer su spectateur du Festival d’Avignon, spécialement dédié à l’interpellation des auteurs. (NB: J’ai parcouru, vu, subi, expérimenté cette oeuvre, in situ comme après coup, c’est le cas de le dire, et eu l’opportunité de discuter avec Bailey, plus longuement encore avec tout son casting). Pas un des douze performeurs n’est pas sorti grandi et fier de cette expérience, qui consistait pour chacun en un véritable engagement personnel et politique au sens premier du terme. Car Bailey effectue un travail préparatoire très particulier avec eux, basé sur l’immobilisme, le mutisme et l’exclusivité du soutien sans faille du regard fixe face à celui du visiteur, visant à un regain de confiance et d’estime de soi. 
 
La censure en réponse à un déni d’égalité.
Il est atterrant de constater les effets d’une prise de position unilatérale et très minoritaire au nom de la cause noire contre la monstration de cette oeuvre d’art, qui ont conduit à  des violences tant physiques que matérielles tout à fait lamentables. La demande d’annulation ne contribue-t-elle pas ainsi à l’autocensure de la liberté de critique par la société civile toute entière ? Non convaincants étaient déjà les éléments de l’argumentaire  déployé tous azimuts et en faisant feu de tout bois, pour tenter de faire interdire  par l’ autorité publique , une oeuvre d’art dont le statut permet précisément de faire au moins un travail cognitif éludé par l’histoire officielle et les manuels scolaires. Ne serait-ce que pour cette fonction, Exhibit B est une oeuvre de salut public, car un visiteur est renseigné par la narration écrite et visuellement illustrée d’événements qui pouvaient lui être complètement inconnus jusqu’alors. L’horreur de leur teneur ne peut que le stupéfier, par son degré de cruauté d’une part, et à cause de son ignorance d’autre part. Quelque soit l’image qu’il pouvait avoir du négro-africain avant d’avoir vu Exhibit B, il est absolument certain que ce visiteur ne pourra jamais oublier ce que l’Apartheid, le colonialisme doublé de racialisme et de racisme, l’esclavagisme historique et moderne ont produit, tel ” le poison instillé dans les veines de l’Europe” selon Aimé Césaire, ni le traitement actuel réservé aux clandestins sur le vieux continent. Ce qui est le plus choquant, c’est lorsque la couleur de peau et l’identité afrikaner de l’artiste sont stigmatisées pour en disqualifier l’oeuvre. En faisant de la sorte, c’est  la même pratique à l’inverse de ce qui est dénoncé et qui se retourne contre leurs auteurs: du racisme ! Sur ce processus, à consulter la lecture du psychiatre Franz Fanon qui a bien décrit cette réaction dans son lumineux “Peau noire, masque blanc”. Que d’aucuns reprochent à l’artiste, peut-être avec raison, un procédé de repentance ou de rachat d’une culpabilité qu’il porte certainement en lui, peu importe finalement, c’est son affaire. Ce qu’il faut retenir notamment d’Exhibit B, c’est son efficacité auprès des performeurs qui ressortent plus solides d’avoir vu dans le regard des visiteurs, gêne, honte, effroi et même sanglots, fragilité en somme, ce qui n’arrive jamais dans la vie courante. Ce qu’il faut retenir aussi et finalement, c’est le pouvoir informatif et interrogateur des consciences de tous ceux qui sont dans l’ignorance de ce passé si peu glorieux de l’esclavage, de la colonisation, et du racisme contemporain persistant à l’égard de l’Autre. De fait, les pires aliénations que met en lumière Bailey ne concernent pas  seulement des noirs, mais bien d’autres peuples aussi. Car les véritables raisons ne sont pas fondamentalement raciales et racistes, mais relèvent de l’économie capitaliste. 
Et il faut savoir faire fi du penchant  “cabot” de Bailey tellement répandu  dans le monde de l’art,  notamment quand il est en public, et de son identité sud-africaine blanche. A “jouer” avec la culpabilisation du regardeur, son oeuvre eut-elle été plus complète ou plus aboutie, selon un anti-raciste noir, si Bailey s’était lui-même exposé dans un tableau vivant de la série Exhibit (par exemple en représentant en situation un geôlier afrikaner conditionné par l’Apartheid) ? Si les performeurs étaient des blancs peints en noir, cela aurait-il évité à Bailey les accusations dont il est l’objet ?
 
L’antiracisme contre l’art
Face aux censeurs, une cohorte d’intellectuels, de personnalités de la culture et d’organisations syndicales et politiques, anti-racistes elles aussi, est montée en ligne de front pour sauver le soldat Bailey et son oeuvre, raidissant un conflit qui, si l’on n’y regarde pas de plus près, opposerait les nantis de culture blanche aux racisés incultes noirs, et dont on ne peut imaginer quel profit pourrait tirer l’un ou l’autre camp vainqueur, sans creuser un peu plus une fracture à la fois sociale et communautaire déjà profonde. A ce stade, il convient de proposer d’autres arguments que ceux qui participent à l’inflation d’un dialogue de sourds. Exhibit B est une oeuvre ultra-violente mais pourtant de salut-public ici bas. Il faut peut-être accepter d’en passer par cette extrême violence visuelle particulièrement au pays de la Françafrique, où le passé esclavagiste et colonial est complètement passé sous silence, refoulé dans l’arrière boutique de la vitrine des droits de l’homme. Exhibit B révèle brutalement la schizophrénie d’un civilisateur à la fois chantre d’un humanisme universel, et capable de la pire ignominie. On ne peut croire en une quelconque efficacité de la censure sociétale d’où qu’elle vienne, contre une oeuvre d’art pour résoudre les problèmes de reconnaissance identitaire, de discrimination, d’intégration et de racisme. Au contraire, initiée selon des arguments racialistes, elle apparaît comme le repli communautaire d’une identité fondée sur la couleur de peau noire et qui se trompe de cible. La taxonomie communautariste séparatiste qui distingue les européo-descendants des afro-descendants prête à sourire, car on se demande bien où elle range les métis mulâtres (ce terme racialiste n’a toujours pas été éliminé des dictionnaires). D’autre part et à l’insu de leurs pratiquants, elle fait le jeu des tenants de la stigmatisation et de la xénophobie, par un procédé d’exclusion de l’art pour ce qu’il n’a jamais eu l’intention de produire. S’il suscite une réaction aussi vive et insupportable au point que d’aucuns en réclament l’occultation , alors il faut plutôt en chercher l’origine et les causes au tréfonds de l’impensé. On le voit bien, le mouvement de contestation cristallise toutes les frustrations de victimes actuelles de l’ostracisme et du racisme, en faisant de l’oeuvre d’art Exhibit B un bouc émissaire. Mais il se trompe de coupable ! Cette oeuvre remplit parfaitement sa fonction selon sa vocation et à sa manière, en servant de révélateur d’une situation intenable dont elle ne peut être tenue pour complice ni pour responsable. Si elle résulte de l’imaginaire d’un blanc imprégné par le passé  de l’Apartheid puis aujourd’hui dépris, il est sûr que le parti-pris est propre à un imaginaire auctorial. Si l’artiste avait appartenu à la communauté lésée par la ségrégation sud-africaine, Exhibit X avec les mêmes procédés artistiques, aurait certainement produit des tableaux vivants différents montrant des blancs immobiles, et qui auraient aussi certainement suscité la critique de personnes “atteintes dans leur dignité humaine, en tant que descendants de personnes chosifiées”. En fin de compte, eut-il fallu  pour échapper à une vindicte communautaire, que l’artiste fut un métis mulâtre ? Ce raisonnement fait apparaître que selon  un  modèle racialiste, il ne surprendra personne qu’un artiste Blanc et qu’un artiste Noir ne peuvent pas traiter du racisme de la même manière, et qu’en toute logique, la réception de leur parti-pris par des publics communautarisés ne pourra  être univoque.  Mais ce n’est certainement pas par la censure de l’art que l’on pourra faire progresser la situation, parce que ses oeuvres ne peuvent jamais faire consensus des interprétations et des ressentis;  ce n’est pas pour autant qu’il faut les accuser d’ effets d’intention ou de complicité qui ne sont pas délibérées. “Ce sont les regardeurs qui font les tableaux ! ” a (bien) dit Marcel Duchamp !
Censurer la censure au nom de l’art ?
Exhibit B participe-t-elle d’une forme d’art marchand et unilatéralement  bien-pensant, dans la veine du discours “humanitariste” répandu ailleurs sous d’autres formes ? Le parti-pris de l’artiste est-il  beaucoup trop littéral en s’adonnant à une surenchère par un mélange trop violent de clichés et de pathos seulement racoleurs de bonne conscience bourgeoise blanche et de repentance judéo-chrétienne  pour dénoncer des évidences historiques et contemporaines oblitérées par les médias de masse et le système éducatif ? Le “monde de l’art” n’obéit-il pas à la logique marchande quand AREVA et TOTAL, sociétés bien connues pour leur exploitation pilleuse de pétrole et d’uranium africains, faisaient partie du mécénat qui a permis la diffusion d’Exhibit B en France en 2013 ? Qu’en est-il de son financement cette année ? Est ce seulement à ce prix que Brett Bailey peut faire valoir son oeuvre en France ? L’art et l’artiste peuvent-il se dédouaner d’une responsabilité quant à ces questions ? Ne doivent-ils pas plutôt concentrer leur focale plus particulièrement et “contemporainement” sur l’actualité des effets du colonialisme économique  persistant en Afrique qui ne dit pas son nom tout en se drapant dans les oripeaux de la Francophonie ou d’une “amitié préférentielle” suintant le paternalisme, et plombe notamment le développement de la zone CFA (Lire à ce sujet “Le Franc CFA et l’Euro contre l’Afrique” de Grégoire Biyogo) ? D’autre part, n’est-il pas choquant aux yeux de tous ceux qui n’ont pas accès à l’art pour cause d’élitisme et d’indigence de l’éducation artistique, de proposer au regard d’un public communautarisé peu féru ni adepte des expositions d’art contemporain, des individus noirs dénudés pour certains, pouvant être perçus a priori comme des personnes avilies ou même des objets ? Sait-on assez qu’au moins la plupart de ces derniers ont été stigmatisés ou racisés dans leur vie en France et acceptent le job parce qu’ils sont pauvres et/ou en situation périlleuse de séjour  ? Leur vie en sera-t-elle véritablement meilleure après l’exposition-performance, leur situation étant considérée comme un dommage collatéral de l’histoire et de la géopolitique mondiale ?
—————————————————————————-
Tous les gouvernements successifs s’évertuent à maintenir sous le boisseau, le colonialisme français historique et actuel. Exhibit B est une opportunité pour faire émerger une histoire passée ainsi qu’ une situation et des conditions actuelles ignorées, afin d’ en informer ses visiteurs et changer pas à pas les stéréotypes et les mentalités. Exhibit B n’est qu’une grenade offensive contre l’arme de destruction massive que représente la télévision déversant quotidiennement des reportages ineptes qui stigmatisent l’impossibilité d’intégration de l’Autre.
A la fin du parcours déambulatoire cathartique dans Exhibit B, l’artiste a pris soin d’aménager un temps et un espace de réconciliation, à la fois personnelle et du visiteur avec les performeurs, qui n’est pas sans rappeler une phase de processus psychanalytique: des portraits photographiques de chacun d’eux et un témoignage écrit de leur expérience de racisé-e sont affichés dans un “sas de décompression” qui précède la sortie de l’exposition. Chaque visiteur peut alors lui aussi faire part du sien sur un livre d’or.
Cette oeuvre certes brutale dont l’esthétique va jusqu’à user de la catharsis, et pour les performeurs , et pour les visiteurs, ne constitue certainement pas la meilleure manière de permettre en toute sérénité, l’ accalmie des tensions larvées ou exacerbées, ni la déconstruction des stéréotypes qui se sont échafaudés dans les esprits de part et d’autre en dépit de la cécité sociétale. Mais elle a le mérite  de transgresser l’omerta et de révéler une tâche aveugle par l’art de son auteur, en sa qualité singulière d’artiste sud-africain blanc de passage, ne pouvant être tenu pour responsable du sentiment d’un Apartheid latent et non dit en France.
________________________________
*“L’œuvre d’art est un message fondamentalement ambigu, une pluralité de signifiés qui coexistent en un seul signifiant.”
“Toute œuvre d’art alors même qu’elle est une forme achevée et close dans sa perfection d’organisme exactement calibré, est ouverte au moins en ce qu’elle peut être interprétée de différentes façons, sans que son irréductible singularité soit altérée. Jouir d’une œuvre d’art revient à en donner une interprétation, une exécution, à la faire revivre dans une perspective originale. ” (cf. Umberto Eco,)