Archives de catégorie : RESSOURCES

Conservation-restauration de l’art cinétique

Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Edited by Rachel Rivenc and Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières études et recherches sur l'art cinétique avec quinze essais et huit affiches. L'édition en ligne inclut des vidéos qui traduisent plus précisément les effets évoqués par les œuvres cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique ne comprend pas seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire l'effet souhaité et, par conséquent, pour réaliser pleinement la nature d'un objet en tant qu'oeuvre d'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une large gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique est apparu tout au long du vingtième siècle et a connu des développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers nord- et sud-américains, européens et océaniens se sont réunis pour discuter de problématiques liées à la préservation de l'art cinétique. Certaines des discussions étaient très techniques, mais des préoccupations plus vastes et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience en relation avec la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation.

Alors que la plupart des présentations provenaient d'une perspective de conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent une base théorique importante pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek expose dans son article trois stratégies principales pour la préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Consulter ici 

Paroles de conservateurs-restaurateurs

Voici l’avis de diffusion  du documentaire  ELOGE DU DOUTE par la réalisatrice Marie Poitevin qui sera diffusé le Lundi 16 avril à 23h40 sur FR3 Occitanie avant d’être accessible une semaine en replay sur le site internet de la chaîne.
« Avec Éloge du doute, Marie Poitevin nous invite dans les coulisses du musée Fabre à Montpellier, à la rencontre des femmes et des hommes qui œuvrent à la conservation de ses plus grands trésors.
Scientifiques, organisateurs et restaurateurs prennent la parole pour raconter leur travail, dans l’intimité des œuvres et de leur matière. »

 

 

Un traitement qui recourt aux nanotechnologies

Whaam de Roy Lichtenstein est l'une des œuvres les plus populaires de la collection de la Tate Gallery et a été exposée presque sans interruption depuis son acquisition en 1966. Les matériaux utilisés pour créer la peinture présentent des complications pour les conservateurs - restaurateurs, car ils ne réagissent pas bien aux méthodes de nettoyage traditionnelles. L'équipe des conservateurs-restaurateurs a passé des mois à tester et à évaluer différentes techniques de traitement. Enfin, un traitement innovant largement basé sur la nanotechnologie a permis de nettoyer l'œuvre de manière sûre et contrôlée, pour la toute première fois dans l'histoire de la peinture.

Ce succès est le résultat d'une collaboration entre la Tate Liverpool et l'équipe NANORESTART de la Tate. Ceui-ci s'est concrétisé  dans le traitement de la peinture emblématique de Lichtenstein et sa monstration dans l'exposition «Roy Lichtenstein in Focus» de l'artiste à la Tate Liverpool (jusqu'au 17 juin 2018).

Le traitement a été rendu possible grâce à un nouveau gel créé par les collaborateurs du projet NANORESTART au CSGI Florence. NANORESTART est un projet de recherche collaborative d'une durée de  trois ans et demi (2015-2018) consacré au développement de nanomatériaux pour assurer la protection et la sécurité à long terme du patrimoine culturel moderne et contemporain. Le projet est dirigé par le Centre de science des colloïdes et des surfaces - CSGI, Florence. [NANORESTART a reçu un financement du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne en vertu de la convention de subvention n ° 646063].

Une ancienne de l’ESAA à l’oeuvre au Musée Guimet

Pour l’exposition « Enquêtes vagabondes, le voyage illustré d’Émile Guimet en Asie », du 06.12.2017 au 12.03.2018, la contribution de plusieurs conservatrices -restauratrices a été sollicitée. Les fans d’ Emilie Blanc depuis l’époque de sa formation à Avignon (diplômée en 2007), la reverront non sans le plus grand plaisir en pleine action, loin de son atelier lyonnais notamment spécialisé pour les objets asiatiques.


La restauration du Mandala du Tôji

La restauration du Mandala du TôjiL'exposition Enquêtes vagabondes, le voyage illustré d'Émile Guimet en Asie est l'occasion de retrouver la réplique du mandala sculpté du Toji, commandée par Émile Guimet en 1876 après sa visite du temple du Toji à Kyoto.Découvrez quelques images de l'exceptionnelle restauration de cet ensemble de 23 statues, qui constitue le point d'orgue de l'exposition.

Publié par Musée national des arts asiatiques – Guimet sur mardi 30 Janvier 2018

Une archive

Restoring Old Paintings (1958) – Hospital For Old Masters (1968)

Kültürümüzde usta-çırak ilişkisinin önemi çokça atasözüyle vurgulanmıştır. Videoda eski ustaları izlerken bu atasözlerini de hatırlamakta fayda olabilir.."Bakmakla usta olunsaydı kediler kasap olurdu" denir. Çünkü yapılmadan, yalnızca nasıl yapıldığı görülerek belki bilgi edinilebilir ama o iş öğrenilemez. "İşi ustasından öğrenmek gerekir" çünkü "Ustanın çekici bin altındır" denir. Alanında uzman olan bir kişi, bir sorunu kolayca çözümleyebilme becerisi gösteriyorsa bu, aynı işe yıllarca verilmiş emeklerin karşılığı olarak değerlendirilmelidir. Eğer ki çırak yetenekliyse, ustasından daha usta olur anlamında "Kabiliyetli çırak ustayı geçer" denir. Gerçek ustada olmaz, ama usta gibi görünenin egosu hep çırak görmek istediğinin kendisini geçmesini istemeyebilir. Herkesin kendi alanında hatırlaması gereken bir söz olarak da, "Usta yanında perende atılmaz" denir. Yani, bir konuda tam beceri kazanmamış olan kişi, o işin uzmanıyla kalkışacağı üstünlük yarışında yenilgiye uğrar..Bu sözler, yılların deneyimiyle boşa söylenmemiştir, ustalara saygı.. 🙂

Publié par Uğur Genç sur dimanche 30 avril 2017

Comblement de lacunes murales par le Lego

L’artiste allemand Jan Vormann qui vit à Berlin et travaille au célèbre  T10 Studios, fait l’objet de plus en plus d’articles ici et là (en France récemment encore dans  Télérama,  et cette semaine dans Le Monde en ligne). Né en 1983 à Bamberg, il entame d’abord en 2003 et 2004) des études d’histoire de l’art et de conservation des monuments à l’université de sa ville natale. Puis il se réoriente vers la création des arts visuels et notamment la sculpture en intégrant la Kunsthochschule de Berlin-Weißensee de 2004 à 2011, sous les auspices des professeurs Karin Sander, Inge Mahn and Berndt Wilde. Depuis 2013 il enseigne au New Media/Interaction Design department de la Berliner Technische Kunsthochschule (BTK).

En 2011, il décide de « réparer » des villes avec des Duplos. Dans le cadre de son projet Dispatchwork , au cours de ses voyages, il veut remédier aux blessures des murs avec des pansements multicolores. D’abord focalisé sur des métropoles touchées par la guerre, il a ensuite élargi le spectre de  ses réparations colorées à toute la planète. En France, c’est sur Toulouse qu’il s’est penché: on peut voir le résultat de son intervention  sur le site de l’’hôpital La Grave, place Lange, dans des lacunes de murs de brique rouge.

Son  site  ICI

Il répare des murs du monde entier avec des Lego colorés

En près de dix ans, à l'aide de Lego colorés, Jan Vormann a déjà comblé des fissures dans plusieurs dizaines de pays. Et il encourage les gens à l’imiter.

Publié par Le Monde sur lundi 23 octobre 2017

 

 

Sa démarche a fait des émules dans le monde entier, comme à Central Park, ou encore plus récemment à Beyrouth par exemple.

Depuis, cette initiative en a déclenché d’autres, comme celles qui nécessitent le recours à la technologie 3 D. L’artiste Greg Petchkovsky cherche à obtenir  des impressions aussi illusionnistes que possibles afin  qu’elles s’intègrentent parfaitement dans leur décor. Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir  comment à partir d’une roche lacunaire, prise en photo sous plusieurs angles selon la technique de scan en 3D,  il reconstitue la forme manquante non sans y apporter une touche humoristique en « greffant »  quelques briques de Lego. Ailleurs, il a réalisé une fausse brique imprimée en 3D avec un effet de coulures  en « réparation » d’un mur effrité.

Un petit film sur la préservation d’arts médiatiques basés sur le temps

 
Cildo Meireles ‘Babel’ 2001 © Cildo Meireles

Le changement des choses est un court documentaire qui traite des défis de la préservation de media basés sur le temps dans le contexte d’un musée. Les œuvres médiatiques basées sur le temps peuvent avoir comme médium du film , des diapositives, la vidéo, de l’audio, de la performance performance ou un logiciel;  elles peuvent être analogiques ou numériques et elles ont la dimension du temps.

Things Change is a short documentary that addresses the challenges of preserving time-based media art in the context of a museum. Time-based media artworks may have as their medium film, slides, video, audio, performance or software, they can be analogue or digital and they have the dimension of time.

Dans la vidéo, certains conservateurs-restaurateurs et techniciens de Tate nous racontent comment ils traitent des œuvres d’art qui sont performatives, multidimensionnelles et immersives. De Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971-2010, à Daria Martin Birds 2001, ou à John Gerrard Sow Farm 2009, la préservation de l’art médiatique basé sur le temps offre une occasion unique aux  départements de collaborer ensemble   et de poursuivre la recherche au sein du musée.

In the video, some of Tate’s conservators and technicians tell us about how they deal with artworks that are performative, multi-dimensional and immersive. From Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971–2010, to Daria Martin Birds 2001, or to John Gerrard Sow Farm 2009, the preservation of time-based media art offers a unique opportunity to collaborate between departments and to push ahead the research within the museum.

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d’un projet de quatre ans, PERICLES,  qui a montré  les défis que constitue la surveillance de l’accessibilité et la compréhension d’un  contenu numérique. PERICLES a reçu un financement de l’ European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration, en vertu de l’ accord de subvention numéro 601138.

This video has been realised within the context of PERICLES, a four-year project addressing the challenges of ensuring that digital content remains accessible and understandable. PERICLES has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration under grant agreement no 601138. [source: INCCA, 26.09.17]

Video

 

Un nouveau blog belge dédié à la conservation-restauration

SHAKE  est une association à but non lucratif, née d’une volonté de mutualiser des compétences entre une poignée de professionnels titulaires d’un Master en conservation-restauration et   issus de tous les établissements d’enseignement supérieur belges, actifs dans les secteurs privé et public, de la recherche doctorale ou de l’éducation, et dans des domaines allant de l’archéologie à l’art contemporain. Leurs expériences d’étudiants et de professionnels ont alimenté un double désir de promouvoir leur profession et d’empêcher l’isolement des conservateurs-restaurateurs. Ils visent à la fois à stimuler l’entraide et à soutenir le développement professionnel en offrant des occasions de rencontre et de partage de connaissances et d’expériences.

Au moment où la revue CeROArt éprouve des difficultés financières pour se maintenir, ce site anglophone affirme vouloir « aider les conservateurs-restaurateurs à améliorer et prolonger leur réseau professionnel et contribuer à leur formation continue ». Selon ses dire, « SHAKE ambitionne de créer des liens à plusieurs niveaux: interdisciplinaires, inter-académiques, intergénérationnels, inter-communautaires. »  Si l’anglais a été choisi comme langue principale du site, c’est pour franchir le fossé qui sépare les usagers du flamand et du français. Bonne chance sur la toile !

 


Un résumé du livre de J.-P. Cometti « Conserver / restaurer »

Résumé du livre de Jean-Pierre Cometti, Conserver/Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2016, 320 p. ,

par André-Louis Paré.

Jean-Pierre Cometti, Conserver / Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2015, 320 p. Fra. Spécialiste de Robert Musil et de Ludwig Wittgenstein, auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’art contemporain, dont Art et facteurs d’art (Presses universitaires de Rennes, 2012) et La nouvelle Aura. Économies de l’art et de la culture (Éd. Questions Théoriques, 2015), Jean-Pierre Cometti (1944-2016) est décédé peu avant la parution de cet ouvrage qui sera donc parmi ses derniers. Un autre livre, consacré cette fois à la pensée de John Dewey, est paru chez le même éditeur en février 2016.

Ayant pour thème la conservation et la restauration des oeuvres, cet essai a pour origine une expérience de cinq années au sein de l’École supérieure d’art d’Avignon. Son titre réfère à un célèbre texte de Walter Benjamin, publié en 1935, lequel réfléchissait sur l’apport de la photographie et du cinéma comme nouvelles techniques de reproduction. Mais de nos jours, la restauration et la conservation n’ont plus le même contexte ; la « valeur d’exposition » se développe sur de nouveaux territoires qui «mobilisent l’attention et les compétences du conservateur-restaurateur bien au-delà de sa vocation traditionnelle ». Dans le domaine culturel, la restauration et la conservation renvoient principalement à des oeuvres d’art. Pour un musée, restaurer un portrait de Rembrandt en vue de le préserver pour les générations futures va de soi. Il en serait de même pour la plupart des oeuvres déjà présentes dans nos musées. Toutefois, à partir des avant-gardes du siècle dernier, la notion d’oeuvre va subir un déplacement, de sorte que l’intérêt mis sur l’objet se tournera peu à peu vers le processus. Conséquemment, l’attention portée aux propriétés va muter vers une attention consacrée « au fonctionnement et aux conditions de fonctionnement. » Pour distinguer ces deux attitudes, Cometti réfère aux régimes autographique et allographique comme stipulés par Nelson Goodman. Dans cette dernière catégorie, ce sont les effets escomptés qui doivent être désormais pris en compte par le restaurateur d’une oeuvre. En s’éloignant ainsi du « paradigme de l’objet », les difficultés vont également concerner « le rôle primordial qu’y jouent les dispositifs techniques » au sein des oeuvres. Les cas de figure à ce propos sont multiples. Cependant, une chose est sûre, grâce à ces nouvelles avenues, le métier de restaurateur, qui présuppose des règles et une conception esthétique et philosophique des oeuvres, est bouleversé. Pour des oeuvres technologiquement complexes, des équipes de spécialistes doivent être envisagées. Les experts sont de plus en plus souvent invités à offrir leur soutien à la restauration d’une oeuvre qui exige des savoirs spécialisés. Mais il y a aussi autre chose : à l’ère de l’Internet et du numérique, notre rapport aux patrimoines est forcément bousculé. Pour Cometti, cette époque de la préservation technique invite à promouvoir une « philosophie de la restauration ». Philosophie qui débute par la prise en compte d’une réflexion sur les concepts d’oeuvre, d’identité, d’authenticité, d’intention, etc. ; d’autant que les moyens de diffusion, grâce « aux ressources offertes aujourd’hui par la numérisation », changent considérablement la donne. Il s’agit, en effet, d’une situation nouvelle qui implique forcément la question du patrimoine. Et qui dit patrimoine, dit également mémoire. Pour quoi, pour qui conserver les oeuvres produites aujourd’hui ? Si restaurer et conserver les oeuvres font appel à des questions se rapportant au temps, à la culture et à la mémoire, qui doit et peut en avoir la responsabilité ? Pour l’auteur, ces questions doivent être posées sous l’angle d’une ontologie des oeuvres d’art associée à un contexte juridique, politique et historique. Aussi, à l’ère de l’Internet, des impératifs économiques, de marché, et de la capitalisation d’une certaine culture, il y a péril en la demeure, celle qui a pour socle la transmission d’une mémoire collective.

Ce résumé a déjà été publié dans la revue Espace : Art actuel, Numéro 114, automne 2016, p. 108-109

Une bibliographie à propos des objets.

Du mode d’existence des objets techniques.

SIMONDON Gilbert, Du mode d’existence des objets techniques, Aubier,  {1958] 2012

Comment redonner à la technique le statut qui lui revient dans la culture et comprendre les vraies sources de l’aliénation dont on l’accuse d’être la cause ? Trop souvent, en effet, la réalité technique a été jugée selon l’opposition entre contemplation et action, théorie et pratique, loisir et travail. Ces oppositions ne sont pas adéquates, car l’objet technique ne se définit pas essentiellement par son caractère utilitaire, mais par son fonctionnement opératoire. Il faut attribuer à l’objet technique un statut ontologique à côté de celui de l’objet esthétique ou de l’être vivant, en comprenant le sens de sa genèse. Il est alors possible d’étudier les relations de l’homme avec la réalité technique, notamment du point de vue de l’éducation et de la culture. Mais c’est aussi la genèse de la technicité elle-même qu’il faut comprendre, par l’analyse de l’ensemble des relations fondamentales de l’homme au monde. Cet ouvrage d’une extrême originalité a modifié de façon profonde et durable la réflexion philosophique sur la technique et il est devenu depuis 1958 une référence incontournable de la pensée actuelle.

Le système des objets,

BAUDRILLARD Jean,  Le système des objets,  Gallimard « Tel », [1968] 1978

«Les objets en particulier n’épuisent pas leur sens dans leur matérialité et leur fonction pratique. Leur diffusion au gré des finalités de la production, la ventilation incohérente des besoins dans le monde des objets, leur sujétion aux consignes versatiles de la mode : tout cela, apparent, ne doit pas nous cacher que les objets tendent à se constituer en un système cohérent de signes, à partir duquel seulement peut s’élaborer un concept de la consommation. C’est la logique et la stratégie de ce système d’objets, où se noue une complicité profonde entre les investissements psychologiques et les impératifs sociaux de prestige, entre les mécanismes projectifs et le jeu complexe des modèles et des séries, qui sont analysées ici.» Jean Baudrillard.

La vie des objets: d’ustensiles banals à objets de collection,

BONNOT Thierry, La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 2002,

Peut-on retracer la biographie des objets ? L’ethnologue Thierry Bonnot, chercheur à l’écomusée du Creusot-Monceau, analyse en particulier le parcours de certaines céramiques de Saône-et-Loire : poteries en grès, bouteilles à encre, vases et cruchons à liqueur, etc. Il montre que l’épaisseur symbolique des objets, même les plus humbles d’apparence, est une construction sociale. Il n’y a pas d’objet strictement « utilitaire » ou qui se réduise à sa valeur commerciale. L’objet s’inscrit dans une trajectoire sociale, il passe de mains en mains : ancien ouvrier céramiste, amateur local, collectionneur, brocanteur, responsable de musée, etc.

Depuis la fabrication jusqu’à la conservation, la fonction, le mode d’appropriation et le statut de l’objet évoluent dans le temps et en fonction de celui qui le manipule.

L’attachement aux choses

BONNOT  Thierry, L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014.

L'attachement aux chosesLes sciences sociales ont souvent entretenu une vision strictement positiviste des objets, sorte d’échantillons de civilisation infaillibles et univoques. C’était la doctrine de l’objet-témoin. Passer d’une étude des objets en tant que sources d’un savoir sur les hommes en société à une étude des objets comme faits sociaux complexes, dans leur relation avec les hommes et dans leur influence sur les relations entre les hommes, tel est le pari de ce livre. En effectuant un tour d’horizon des travaux récents, l’auteur se propose de retracer l’évolution du traitement des objets par les sciences sociales et notamment par l’anthropologie. La méthode biographique met en évidence l’enchevêtrement des objets dans un réseau d’intérêts particuliers et d’enjeux collectifs, pour mieux saisir le devenir des objets par le jeu de leurs attachements aux acteurs sociaux. Un ensemble d’études de cas, issues d’enquêtes de terrain sur les objets en société, viendra illustrer cette démarche critique touchant à différents domaines de recherches traditionnellement distincts. Quelques propositions conceptuelles et méthodologiques complètent cet ouvrage, pensées comme des ouvertures de nouveaux chantiers et de zones d’échanges entre les savoirs. À l’heure d’un vaste remodelage du paysage muséal et de la dématérialisation annoncée du patrimoine comme de certaines pratiques quotidiennes, qu’en est-il des liens entre les hommes et les objets auxquels ils tiennent ?

Sémiotique des objets. La matière du temps,

BEYAERT-GESLIN Anne , Sémiotique des objets. La matière du temps, Presses Universitaires de Liège, 2015

Ce volume est une réflexion sur le temps représenté par les objets quotidiens. En sollicitant la phénoménologie, les sciences de l’information et de la communication et la sociologie, cette étude sémiotique montre comment une tasse ou une chaise saisissent le temps au passage, lui offrent un plan de manifestation, permettent de le penser et de le mesurer. L’ouvrage se décline en trois volets qui explicitent la relation que cette temporalité incarnée construit avec les usagers. Les objets nous ancrent dans le présent de l’expérience mais, lorsque nous les quittons, s’inscrivent aussi dans le passé de la mémoire où ils constituent des points de repère. Ils donnent alors accès au temps diachronique. Protagonistes de leur temps, ils viennent à nous sous la forme de la collection, du vintage, du kitsch ou du marqueur générationnel mais se dissolvent aussi dans ces ambiances du passé que nous aimons reconstituer. Ils élaborent ainsi un temps historique. Ils mesurent enfin le temps de l’expérience et, sollicitant le geste, dessinent des formes de vie. Ce temps du faire permet de distinguer, à partir de l’action, le statut des objets domestiques et artistiques. Cet ouvrage consacré à la temporalité incarnée poursuit une interrogation initiée avec Sémiotique du design, publié en 2012 aux Presses universitaires de France. Il accorde cependant aux objets domestiques une attention très spécifique qui, par la théorisation et les analyses, discute quelques concepts clés de la sémiotique actuelle, en premier lieu les valeurs. S’inscrivant lui-même à un moment précis de l’histoire des objets, le lendemain de la société de consommation, il accorde résolument son privilège aux valeurs de la passion.

La deuxième vie des objets. Recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines.

Dir. : ANSTETT Elisabeth , ORTAR Nathalie , La deuxième vie des objets. Recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines, Petra, 2015.

La deuxième vie des objetsLes crises économiques qui touchent les sociétés de consommation, les conséquences de la surexploitation des ressources naturelles, tout autant que l’émergence d’un impératif de développement durable ont partout favorisé l’apparition de pratiques de récupération et de réutilisation d’objets et de matériaux usagés. Malgré leur grand nombre et leur diversité, ces pratiques restent pourtant encore peu documentées et peu questionnées par les sciences humaines et sociales. Or les logiques qui président au tri, à la collecte et au réemploi de rebuts ou de matériaux déqualifiés, mettent en lumière la modification de rapports économiques ou sociaux tout autant que des changements de systèmes de valeurs. Elles amènent à se demander comment, où et quand l’on passe du déchet à l’objet ré-appropriable et selon quelles modalités notamment culturelles, sociales et sexuées s’effectuent ces transformations. Prenant appui sur des situations de recyclage observées en France, en Europe ou ailleurs dans le monde, cet ouvrage qui associe anthropologues, sociologues et géographes, propose de s’attacher à la « deuxième vie » des objets en montrant que ces pratiques de récupération et de réemploi sont révélatrices des transformations les plus récentes de nos sociétés.

(Résumés fournis par les éditeurs)

et encore :

  • LEROI-GOURHAN, André. Évolution et technique, tome 1 L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, [1943] 1971, 367 p
  • LEROI-GOURHAN, André. Évolution et technique, Tome 2 Milieu et technique. Paris, Albin Michel, [1945] 1973, 475 p.
  • GLUCK. D. et VIRVILLE, M de. [et al.]. Système descriptif des objets domestiques français. Paris : MinisteÌre de la culture et de l’environnement. Editions des musées nationaux, c1977. 291p.
  • CHENHALL, Robert G. Nomenclature for Museum cataloging : a systeme for classifying man-made objects. Nashville, American Association for State and Local History, 1978, 512 p.
  • MARTINET, Chantal. « Objets de famille/objets de musée. Ethnologie ou muséologie » dans Ethnologie française, XII, 1982, 1. P. 62-71
  • VAN GIJSEGHEM, Hubert. La quête de l’objet : pour une psychologie du chercheur de trésor. LaSalle : Hurtubise HMH, 1985, 121p.
  • KOPYTOFF, Igor. « The Cultural Biography ou Things : commoditization as Process », dans Arjun APPADURAI (dir.), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 64-91.
  • POMIAN, Krzysztof. Collectionneurs, amateurs et curieux; Paris, Venise XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1987, 367 p.
  • CERTEAU, Michel de. L’invention du quotidien, Tome 1 : L’art de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1980),
  • CERTEAU, Michel de, Luce GIARD et Pierre MAYOL. L’invention du quotidien, Tome 2 : Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1990 (1980). 416 p.
  • APPADURAI, Arjun. The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, 329 p.
  • KOPYTOFF Igor, « The Cultural Biography of Things : commoditization as process », dans Arjun Appadurai, The Social Life of Things, CUP, 1986,
  • MATHIEU, Jacques et al. « L’objet et ses contextes », Bulletin d’histoire de la culture matérielle, vol. 26, automne 1987, p.7-18
  • DUFLOS-PRIOT, Marie-Thérèse. Système descriptif du costume traditionnel français, typologies du vêtement et du couvre-chef, matières, morphologie, décor, aspects culturels. Paris : Ministère de la culture, de la communication, des grands travaux et du bicentenaire : Editions de la Réunion des musées nationaux, c1988, 164p.
  • PEARCE, Susan M. Objects of Knowledge. New Research in Museum Studies. London : Athlone, 1990, 235p.
  • POMIAN, Krysztof. « Patrimoine et musée », dans JEUDY, Henri-Pierre (dir.). Patrimoine en folie. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1990. p. 176-198.
  • PEARCE, Susan M. Museum Studies in material culture. Leicester : Leicester University Press, 1991, 174p.
  • CHEVALIER, Sophie. « Nous, on a rien de spécial… », sous la direction de Martine Ségalen et Beatrix Le Wita. Chez soi. Objets et décors. Des créations familiales ?. Paris : Autrement, 1993, p.86-10
  • CSIKSZENTMIHALYI, Mihaly. « Why we need things », dans Steven D. Lubar et W.D. Kingery (dir), History from things : essays on material culture. Washington, D.C., Smithsonian Institution Press, 1993, p, 20-29
  • PELLEGRIN, Nicole. « Le vêtement comme fait social total ». dans Christophe CHARLES, Histoire sociale, histoire globale?. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1993, p. 82-94
  • BERGERON, Yves. « Les collections : La quête des objets », Bernard GENEST (dir.), Guide d’inventaire des objets mobiliers. [Québec], Gouvernement du Québec, ministère de la Culture et des Communications, 1994, p.28-47,
  • GAGNON, Louise. « L’objet : le monde des choses » dans Bernard GENEST (dir.), Guide d’inventaire des objets mobiliers. [Québec], Gouvernement du Québec, ministère de la Culture et des Communications, 1994, p.11-25.
  • GENEST, Bernard. Guide d’inventaire des objets mobiliers. Québec, Gouvernement du Québec, Ministère de la Culture et des Communications. 1994, 247p.
  • LAMONTAGNE, Sophie-Laurence et GENEST, Bernard (dir.). Le patrimoine immatériel : méthodologie d’inventaire pour les savoirs, les savoir-faire et les porteurs de traditions. Québec, Gouvernement du Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1994, 132p.
  • LESSARD, Michel. « De l’utilité des catalogues commerciaux en ethnohistoire au Québec. » dans Le Cahier des dix. No 49, 1994, p. 213-251.
  • LESSARD, Michel. Objets anciens du Québec. Montréal : Éditions de l’Homme, 1994. 2volumes,
  • LENCLUD, Gérard. « Ethnologie et paysage » dans Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1995, p. 3-17,
  • PEARCE, Susan M. On collecting : an investigation into collecting in the European tradition, Londres, Routledge, 1995, 440 p.
  • BAZIN, Jean.« Des clous dans la Joconde », Détours de l’objet. Paris/Montréal : L’Harmattan, 1996,
  • BAZIN, Jean, La description. Marseille : [Parenthèse], 1998, 160p.
  • BROMBERGER, Christian et Martine SEGALEN (dir.) Culture matérielle et modernité, Ethnologie française, vol. 26, no 1, 1996,
  • LE MÉNESTREL, Sara. « La collecte de l’objet contemporain: un défi posé au Musée de la civilisation à Québec », Ethnologie française, XXVI, 1, 1996, p. 74-91,
  • POCIUS, Gerald L. « La recherche en culture matérielle : Objets et valeurs esthétiques », dans Anne-Marie Desdouits et Laurier Turgeon (dir.), Ethnologies francophones de l’Amérique et d’ailleurs. Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval, 1997, p. 239-252.
  • ROCHE, Daniel. Histoire des choses banales. Naissance de la consommation XVIIe siècle, Paris Fayard, 1997.
  • MILLER, Daniel (dir.). Material cultures; Why somethings matter. Chicago, University of Chicago Press, 1998, 243 p
  • DANT, Tim. Material culture in the social world : values, activities, lifestyles. BuckinghamPhiladelphia, Open University Press, 1999, 227 p.
  • JULIEN, Marie-Pierre et Jean-Pierre WARNIER (dir.). L’approche de la culture matérielle : corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan; Montéral, L’Harmattan Inc., 1999, 143 p.
  • LESSARD, Michel. Meubles anciens du Québec. Montréal : Éditions de l’Homme, 1999, 543p.
  • TISSERON, Serge. Comment l’esprit vient aux objets, Paris, Aubier, 1999, 231 p.
  • WARNIER, Jean-Pierre. Construire la culture matérielle : l’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, Presses universitaires de France, 1999, 176 p.
  • DESJEUX Dominique et Isabelle GARABUAU-MOUSSAOUI (dir.). Objet social, objet banal, Paris, L’Harmattan; Montréal, L’Harmattan Inc, 2000, 256 p.
  • FRANÇOIS, Tine Vinje et DESJEUX, Dominique. « L’alchimie de la transmission sociale des objets : comment réchauffer, entretenir ou refroidir les objets affectifs en fonction des stratégies de transfert en générations » dans Isabelle Garabuau-Massaoui et Dominique Desjeux (dir.), Objet banal, objet social : Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales. Paris/Montréal : L’Harmattan, 2000, p.83-116.
  • MILLER, Daniel (dir.) Home possessions : material culture behind closed doors, Oxford ; New York, Berg, 2001, 234 p.
  • MYERS, Fred R. The empire of things : regimes of value and material culture, Santa Fe, N.M., School of American Research Press, 2001, 353 p.
  • VINCENT, Sandrine. « Le rôle du jouet dans la mémoire familiale ou comment les jouets finissent-ils leur vie? » dans Dialogue, 154, 2001, p.99-106.
  • BLANDIN, Bernard. La construction du social par les objets, Paris, Presses universitaires de France, 2002, 279 p.,
  • BONNOT, Thierry. La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2002, 246 p.,
  • LANGLOIS, Simon. « La société de consommation, avènement d’une nouvelle culture matérielle », dans LEMIEUX, Denise (éd.), Traité de la culture. Québec, Éditions de IQRC, 2002, p. 931-947.
  • LANGLOIS, Simon. « Nouvelles orientations en sociologie de la consommation » dans L’Année sociologique 2002/3, Vol. 52, p.83-103,
  • MATHIEU, Jocelyne. « À propos des manières d’habiter. Quelques réflexions sur le mobilier et la mentalité des Québécois » dans Les cahiers des dix, no 56, 2002, p. 297-315,
  • TURGEON, Laurier. Patrimoines métissés : contextes coloniaux et postcoloniaux. Paris/Québec :  Éditions de la Maison des Sciences de l’homme\Les Presses de l’Université Laval, 2003, 234p.
  • DEBARY, Octave et TELLIER, Arnaud. « Objets de peu. Les marchés de Réderis dans la Somme », L’Homme, 170, 2004, p.117-138.
  • KNELL, Simon J. (dir.). Museums and the future of collecting, Aldershot, Hampshire ; Burlington, Vt. , Ashgate, 2004, 266 p.
  • L’HOMME, numéro 170, Espèces d’objets , 2004
  • SCHAEFFER, Jean-Marie.« Objets esthétiques? » dans L’Homme, 2004/2, no 170 p.25-45.
  • FONTANILLE, Jacques et Alessandro ZINNA. Les objets au quotidien, Limoges, Presses de l’Université de Limoges, 2005, 203 p.
  • JULIEN, Marie-Pierre et Céline ROSSELIN. La culture matérielle, Paris, La découverte, 2005, 121 p.
  • PERROT, Martyne. Faire sien : emprunter, s’approprier, détourner. Paris : Seuil, 2005, 250p.
  • EDWARDS, Élisabeth et al. Sensible objects: colonialism, museums, and material culture, Oxford; New York, Berg. 2006 182p.
  • JULIEN, Marie-Pierre, ROSSELIN, Céline et WARNIER, Jean-Pierre. « Le corps : Matière à décrire. » dans Corps, 2006/1, no 1, p. 45-52
  • TREMBLAY, Nathalie. « L’objet domestique sacralisé », Thèse de maîtrise, Université Laval, 2006, 135 p.
  • DEBARY, Octave et Laurier TURGEON (dir.). Objets et mémoires, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme; Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2007, 249 p.
  • HENARE, Amiria, Martin HOLBRAAD et Sari WASTELL. Thinking throught things : therising artefacts ethnographically, Londres; New York, Routledge, 2007, 273 p.
  • LESSARD, Michel. La nouvelle encyclopédie des antiquités du Québec. Montréal : Éditions de l’Homme, 2007, 10103p.
  • PARROT, Fiona. Mais où a-t-on ranger ces souvenirs? » Dans Ethnologie française, 2007/2 (vol. 37)
  • ROUSTAN, Mélanie. Sous l’emprise des objets? Culture matérielle et autonomie, Paris, L’Harmattan, 2007, 241 p.
  • CHEVALLIER, Denis. « Collecter, exposer le contemporain au MUCEM » dans Ethnologie française, vol 38, 2008/4, p.631-637,
  • FOURNIER, Laurent Sébastien (dir.). Le « petit patrimoine » des Européens : objets et valeurs du quotidien, Paris, L’Harmattan, 2008, 300 p.
  • DASSIÉ, Véronique. « Les fils de l’intimité » dans Ethnologie française, 2009/1 (vol. 39),
  • JULIEN, Marie-Pierre et Céline ROSSELIN (dir.). Le sujet contre les objets…tout contre, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2009, 300 p.
  • SANTOS-GRANERO Fernando (éd.), The Occult Life of Things. Native Amazonian Theories of Materiality and Personhood. Tucson, The University of Arizona Press, 2009,
  • VANNINI, Phillip (dir.). Material Culture and Technology in Everyday Life, New York, Peter Lang, 2009, 253 p.
  • DASSIE Véronique, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime. Paris, Éditions du CTHS, 2010,
  • KING, Frances E., Material religion and popular culture, New York, Routledge, 2010, 182 p.
  • RENIER, Marie. « Classer, nommer, montrer. Histoire des collections canadiennes-françaises et amérindiennes (1933-1998) » dans Ethnologie française, 2010/3(vol. 40),
  • TURGEON, Laurier, « De matériel à l’immatériel. Nouveaux enjeux, nouveaux défis » dans Ethnologie française, XL, 2010, 3 p.289-399.
  • JOYCE Rosemary A. et Gillepsie Susan D. (eds), Things in Motion. Object Itineraries in Anthropological Practice, School for Advanced Research Press, Santa Fe, 2015.

L’argent, le pouvoir, l’art

L’art marchandisé dans toute sa splendeur et toute son horreur

Un film de Martina Müller.

Posséder des oeuvres d’art confère du prestige et garantit un bon rendement du capital investi. Dans les ventes aux enchères, il n’est pas rare de voir des peintures s’arracher à plus de 100 millions d’euros. Comment se fixent les prix ? Comment les collectionneurs gèrent-ils leurs trésors pour en faire grimper la valeur ? Qui achète et par quels circuits ? Quid des politiques d’acquisition des musées et des institutions publiques ? À l’occasion de l’édition 2016 de la Foire internationale d’art contemporain (Fiac) à Paris, un regard sans concession sur les rapports entre l’art et l’argent. Ce documentaire explore un marché qui n’a plus grand-chose à voir avec l’art, sur lequel règne un petit groupe d’initiés, tandis que de nombreux artistes et galeries luttent pour survivre.

En ligne du 19 octobre au 17 janvier