Archives de catégorie : RESSOURCES

BEUYS, militant d’un art social

104 min,
Disponible sur Arte replay du 03/10/2018 au 09/10/2018

Portrait sensible du flamboyant Joseph Beuys, artiste et agitateur inlassable. Dans les années 1960 et 1970, ses oeuvres, ses installations, ses performances mais aussi ses idées, sa parole-fleuve et ses conférences infiltrèrent la société allemande et la scène internationale.

À quel moment de sa vie devint-il plus connu qu’Andy Warhol ? Joseph Heinrich Beuys fut l’agitateur le plus prolifique du monde culturel, faisant passer le souffle d’une subversion ironique à une époque où l’art avait encore un poids politique. Ses œuvres (dessins, sculptures, vidéos), ses installations, ses performances mais aussi ses idées, sa parole-fleuve et ses conférences infiltrèrent la société allemande et la scène internationale. Célèbre, Beuys fut une figure d’un art total, à la fois exigeant et populaire, mixant les disciplines et trouvant des connexions inédites entre institutionnel et alternatif. Celui qui s’était construit un personnage – chapeau-feutre vissé sur le crâne, sourire dévastateur et humour imparable – savait utiliser la puissance des médias et n’hésitait pas à leur donner du sensationnel, assurant que « la provocation apporte la vie« . « J’élargis tellement le concept de l’art qu’il ne reste plus rien », affirmait-il, souhaitant sortir l’art moderne de ses carcans.

Mouvement perpétuel
Comment tirer le portrait d’un tourbillon ? Dans Beuys, celui qui fut aussi un professeur aux méthodes libertaires apparaît comme un inlassable défenseur de la cause d’un art nouveau. Imperméable aux critiques ou aux pressions, répondant toujours aux sollicitations permanentes, Joseph Beuys, disparu en 1986, se « nourrissait en gaspillant de l’énergie« . Non sans paradoxe, Andres Veiel tire de cette matière vibrante un documentaire à l’humeur contemplative, prenant le temps, sans voix off et au plus près de nombreuses photos et archives inédites, de regarder l’homme, de l’écouter, pour en approcher le mystère. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Beuys, une vraie rencontre, d’où affleure une émotion permanente (Arte)

Réalisation :

Andres Veiel, Allemagne, 2015.

Sauvages, au coeur des zoos humains

92 min. Disponible en direct du 28/09/2018 au 27/11/2018

Ils se nomment Petite Capeline, Tambo, Moliko, Ota Benga, Marius Kaloïe et Jean Thiam. Fuégienne de Patagonie, Aborigène d’Australie, Kali’na de Guyane, Pygmée du Congo, Kanak de Nouvelle-Calédonie, ces six-là, comme 35 000 autres exhibés entre 1810 et 1940, ont été arrachés à leur terre lointaine pour répondre à la curiosité d’un public en mal d’exotisme, dans les grandes métropoles occidentales. Présentés comme des monstres de foire, voire comme des cannibales, exhibés dans de véritables zoos humains, ils ont été source de distraction pour plus d’un milliard et demi d’Européens et d’Américains, venus les découvrir en famille au cirque ou dans des villages indigènes reconstitués, lors des grandes expositions universelles et coloniales.

Racisme populaire
S’appuyant sur de riches archives (photos, films, journaux…) ainsi que sur le témoignage inédit des descendants de plusieurs de ces exhibés involontaires, Pascal Blanchard et Bruno Victor-Pujebet restituent le phénomène des exhibitions ethnographiques dans leur contexte historique, de l’émergence à l’essor des grands empires coloniaux. Ponctué d’éclairages de spécialistes et d’universitaires, parmi lesquels l’anthropologue Gilles Boëtsch (CNRS, Dakar) et les historiens Benjamin Stora, Sandrine Lemaire et Fanny Robles, leur passionnant récit permet d’appréhender la façon dont nos sociétés se sont construites en fabriquant, lors de grandes fêtes populaires, une représentation stéréotypée du « sauvage ». Et comment, succédant au racisme scientifique des débuts, a pu s’instituer un racisme populaire légitimant la domination des grandes puissances sur les autres peuples du monde (Arte)

Réalisation :

Bruno Victor-Pujeb et Pascal Blanchard, France, 2017.

Conservation-restauration de l’art cinétique

Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Edited by Rachel Rivenc and Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières études et recherches sur l'art cinétique avec quinze essais et huit affiches. L'édition en ligne inclut des vidéos qui traduisent plus précisément les effets évoqués par les œuvres cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique ne comprend pas seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire l'effet souhaité et, par conséquent, pour réaliser pleinement la nature d'un objet en tant qu'oeuvre d'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une large gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique est apparu tout au long du vingtième siècle et a connu des développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers nord- et sud-américains, européens et océaniens se sont réunis pour discuter de problématiques liées à la préservation de l'art cinétique. Certaines des discussions étaient très techniques, mais des préoccupations plus vastes et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience en relation avec la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation.

Alors que la plupart des présentations provenaient d'une perspective de conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent une base théorique importante pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek expose dans son article trois stratégies principales pour la préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Consulter ici 

Paroles de conservateurs-restaurateurs

Voici l’avis de diffusion  du documentaire  ELOGE DU DOUTE par la réalisatrice Marie Poitevin qui sera diffusé le Lundi 16 avril à 23h40 sur FR3 Occitanie avant d’être accessible une semaine en replay sur le site internet de la chaîne.
« Avec Éloge du doute, Marie Poitevin nous invite dans les coulisses du musée Fabre à Montpellier, à la rencontre des femmes et des hommes qui œuvrent à la conservation de ses plus grands trésors.
Scientifiques, organisateurs et restaurateurs prennent la parole pour raconter leur travail, dans l’intimité des œuvres et de leur matière. »

 

 

Un traitement qui recourt aux nanotechnologies

Whaam de Roy Lichtenstein est l'une des œuvres les plus populaires de la collection de la Tate Gallery et a été exposée presque sans interruption depuis son acquisition en 1966. Les matériaux utilisés pour créer la peinture présentent des complications pour les conservateurs - restaurateurs, car ils ne réagissent pas bien aux méthodes de nettoyage traditionnelles. L'équipe des conservateurs-restaurateurs a passé des mois à tester et à évaluer différentes techniques de traitement. Enfin, un traitement innovant largement basé sur la nanotechnologie a permis de nettoyer l'œuvre de manière sûre et contrôlée, pour la toute première fois dans l'histoire de la peinture.

Ce succès est le résultat d'une collaboration entre la Tate Liverpool et l'équipe NANORESTART de la Tate. Ceui-ci s'est concrétisé  dans le traitement de la peinture emblématique de Lichtenstein et sa monstration dans l'exposition «Roy Lichtenstein in Focus» de l'artiste à la Tate Liverpool (jusqu'au 17 juin 2018).

Le traitement a été rendu possible grâce à un nouveau gel créé par les collaborateurs du projet NANORESTART au CSGI Florence. NANORESTART est un projet de recherche collaborative d'une durée de  trois ans et demi (2015-2018) consacré au développement de nanomatériaux pour assurer la protection et la sécurité à long terme du patrimoine culturel moderne et contemporain. Le projet est dirigé par le Centre de science des colloïdes et des surfaces - CSGI, Florence. [NANORESTART a reçu un financement du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne en vertu de la convention de subvention n ° 646063].

Une ancienne de l’ESAA à l’oeuvre au Musée Guimet

Pour l’exposition « Enquêtes vagabondes, le voyage illustré d’Émile Guimet en Asie », du 06.12.2017 au 12.03.2018, la contribution de plusieurs conservatrices -restauratrices a été sollicitée. Les fans d’ Emilie Blanc depuis l’époque de sa formation à Avignon (diplômée en 2007), la reverront non sans le plus grand plaisir en pleine action, loin de son atelier lyonnais notamment spécialisé pour les objets asiatiques.


La restauration du Mandala du Tôji

La restauration du Mandala du TôjiL'exposition Enquêtes vagabondes, le voyage illustré d'Émile Guimet en Asie est l'occasion de retrouver la réplique du mandala sculpté du Toji, commandée par Émile Guimet en 1876 après sa visite du temple du Toji à Kyoto.Découvrez quelques images de l'exceptionnelle restauration de cet ensemble de 23 statues, qui constitue le point d'orgue de l'exposition.

Publié par Musée national des arts asiatiques – Guimet sur mardi 30 Janvier 2018

Une archive

Restoring Old Paintings (1958) – Hospital For Old Masters (1968)

Kültürümüzde usta-çırak ilişkisinin önemi çokça atasözüyle vurgulanmıştır. Videoda eski ustaları izlerken bu atasözlerini de hatırlamakta fayda olabilir.."Bakmakla usta olunsaydı kediler kasap olurdu" denir. Çünkü yapılmadan, yalnızca nasıl yapıldığı görülerek belki bilgi edinilebilir ama o iş öğrenilemez. "İşi ustasından öğrenmek gerekir" çünkü "Ustanın çekici bin altındır" denir. Alanında uzman olan bir kişi, bir sorunu kolayca çözümleyebilme becerisi gösteriyorsa bu, aynı işe yıllarca verilmiş emeklerin karşılığı olarak değerlendirilmelidir. Eğer ki çırak yetenekliyse, ustasından daha usta olur anlamında "Kabiliyetli çırak ustayı geçer" denir. Gerçek ustada olmaz, ama usta gibi görünenin egosu hep çırak görmek istediğinin kendisini geçmesini istemeyebilir. Herkesin kendi alanında hatırlaması gereken bir söz olarak da, "Usta yanında perende atılmaz" denir. Yani, bir konuda tam beceri kazanmamış olan kişi, o işin uzmanıyla kalkışacağı üstünlük yarışında yenilgiye uğrar..Bu sözler, yılların deneyimiyle boşa söylenmemiştir, ustalara saygı.. 🙂

Publié par Uğur Genç sur dimanche 30 avril 2017

Comblement de lacunes murales par le Lego

L’artiste allemand Jan Vormann qui vit à Berlin et travaille au célèbre  T10 Studios, fait l’objet de plus en plus d’articles ici et là (en France récemment encore dans  Télérama,  et cette semaine dans Le Monde en ligne). Né en 1983 à Bamberg, il entame d’abord en 2003 et 2004) des études d’histoire de l’art et de conservation des monuments à l’université de sa ville natale. Puis il se réoriente vers la création des arts visuels et notamment la sculpture en intégrant la Kunsthochschule de Berlin-Weißensee de 2004 à 2011, sous les auspices des professeurs Karin Sander, Inge Mahn and Berndt Wilde. Depuis 2013 il enseigne au New Media/Interaction Design department de la Berliner Technische Kunsthochschule (BTK).

En 2011, il décide de « réparer » des villes avec des Duplos. Dans le cadre de son projet Dispatchwork , au cours de ses voyages, il veut remédier aux blessures des murs avec des pansements multicolores. D’abord focalisé sur des métropoles touchées par la guerre, il a ensuite élargi le spectre de  ses réparations colorées à toute la planète. En France, c’est sur Toulouse qu’il s’est penché: on peut voir le résultat de son intervention  sur le site de l’’hôpital La Grave, place Lange, dans des lacunes de murs de brique rouge.

Son  site  ICI

Il répare des murs du monde entier avec des Lego colorés

En près de dix ans, à l'aide de Lego colorés, Jan Vormann a déjà comblé des fissures dans plusieurs dizaines de pays. Et il encourage les gens à l’imiter.

Publié par Le Monde sur lundi 23 octobre 2017

 

 

Sa démarche a fait des émules dans le monde entier, comme à Central Park, ou encore plus récemment à Beyrouth par exemple.

Depuis, cette initiative en a déclenché d’autres, comme celles qui nécessitent le recours à la technologie 3 D. L’artiste Greg Petchkovsky cherche à obtenir  des impressions aussi illusionnistes que possibles afin  qu’elles s’intègrentent parfaitement dans leur décor. Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir  comment à partir d’une roche lacunaire, prise en photo sous plusieurs angles selon la technique de scan en 3D,  il reconstitue la forme manquante non sans y apporter une touche humoristique en « greffant »  quelques briques de Lego. Ailleurs, il a réalisé une fausse brique imprimée en 3D avec un effet de coulures  en « réparation » d’un mur effrité.

Un petit film sur la préservation d’arts médiatiques basés sur le temps

 
Cildo Meireles ‘Babel’ 2001 © Cildo Meireles

Le changement des choses est un court documentaire qui traite des défis de la préservation de media basés sur le temps dans le contexte d’un musée. Les œuvres médiatiques basées sur le temps peuvent avoir comme médium du film , des diapositives, la vidéo, de l’audio, de la performance performance ou un logiciel;  elles peuvent être analogiques ou numériques et elles ont la dimension du temps.

Things Change is a short documentary that addresses the challenges of preserving time-based media art in the context of a museum. Time-based media artworks may have as their medium film, slides, video, audio, performance or software, they can be analogue or digital and they have the dimension of time.

Dans la vidéo, certains conservateurs-restaurateurs et techniciens de Tate nous racontent comment ils traitent des œuvres d’art qui sont performatives, multidimensionnelles et immersives. De Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971-2010, à Daria Martin Birds 2001, ou à John Gerrard Sow Farm 2009, la préservation de l’art médiatique basé sur le temps offre une occasion unique aux  départements de collaborer ensemble   et de poursuivre la recherche au sein du musée.

In the video, some of Tate’s conservators and technicians tell us about how they deal with artworks that are performative, multi-dimensional and immersive. From Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971–2010, to Daria Martin Birds 2001, or to John Gerrard Sow Farm 2009, the preservation of time-based media art offers a unique opportunity to collaborate between departments and to push ahead the research within the museum.

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d’un projet de quatre ans, PERICLES,  qui a montré  les défis que constitue la surveillance de l’accessibilité et la compréhension d’un  contenu numérique. PERICLES a reçu un financement de l’ European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration, en vertu de l’ accord de subvention numéro 601138.

This video has been realised within the context of PERICLES, a four-year project addressing the challenges of ensuring that digital content remains accessible and understandable. PERICLES has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration under grant agreement no 601138. [source: INCCA, 26.09.17]

Video

 

Un nouveau blog belge dédié à la conservation-restauration

SHAKE  est une association à but non lucratif, née d’une volonté de mutualiser des compétences entre une poignée de professionnels titulaires d’un Master en conservation-restauration et   issus de tous les établissements d’enseignement supérieur belges, actifs dans les secteurs privé et public, de la recherche doctorale ou de l’éducation, et dans des domaines allant de l’archéologie à l’art contemporain. Leurs expériences d’étudiants et de professionnels ont alimenté un double désir de promouvoir leur profession et d’empêcher l’isolement des conservateurs-restaurateurs. Ils visent à la fois à stimuler l’entraide et à soutenir le développement professionnel en offrant des occasions de rencontre et de partage de connaissances et d’expériences.

Au moment où la revue CeROArt éprouve des difficultés financières pour se maintenir, ce site anglophone affirme vouloir « aider les conservateurs-restaurateurs à améliorer et prolonger leur réseau professionnel et contribuer à leur formation continue ». Selon ses dire, « SHAKE ambitionne de créer des liens à plusieurs niveaux: interdisciplinaires, inter-académiques, intergénérationnels, inter-communautaires. »  Si l’anglais a été choisi comme langue principale du site, c’est pour franchir le fossé qui sépare les usagers du flamand et du français. Bonne chance sur la toile !

 


Un résumé du livre de J.-P. Cometti « Conserver / restaurer »

Résumé du livre de Jean-Pierre Cometti, Conserver/Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2016, 320 p. ,

par André-Louis Paré.

Jean-Pierre Cometti, Conserver / Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2015, 320 p. Fra. Spécialiste de Robert Musil et de Ludwig Wittgenstein, auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’art contemporain, dont Art et facteurs d’art (Presses universitaires de Rennes, 2012) et La nouvelle Aura. Économies de l’art et de la culture (Éd. Questions Théoriques, 2015), Jean-Pierre Cometti (1944-2016) est décédé peu avant la parution de cet ouvrage qui sera donc parmi ses derniers. Un autre livre, consacré cette fois à la pensée de John Dewey, est paru chez le même éditeur en février 2016.

Ayant pour thème la conservation et la restauration des oeuvres, cet essai a pour origine une expérience de cinq années au sein de l’École supérieure d’art d’Avignon. Son titre réfère à un célèbre texte de Walter Benjamin, publié en 1935, lequel réfléchissait sur l’apport de la photographie et du cinéma comme nouvelles techniques de reproduction. Mais de nos jours, la restauration et la conservation n’ont plus le même contexte ; la « valeur d’exposition » se développe sur de nouveaux territoires qui «mobilisent l’attention et les compétences du conservateur-restaurateur bien au-delà de sa vocation traditionnelle ». Dans le domaine culturel, la restauration et la conservation renvoient principalement à des oeuvres d’art. Pour un musée, restaurer un portrait de Rembrandt en vue de le préserver pour les générations futures va de soi. Il en serait de même pour la plupart des oeuvres déjà présentes dans nos musées. Toutefois, à partir des avant-gardes du siècle dernier, la notion d’oeuvre va subir un déplacement, de sorte que l’intérêt mis sur l’objet se tournera peu à peu vers le processus. Conséquemment, l’attention portée aux propriétés va muter vers une attention consacrée « au fonctionnement et aux conditions de fonctionnement. » Pour distinguer ces deux attitudes, Cometti réfère aux régimes autographique et allographique comme stipulés par Nelson Goodman. Dans cette dernière catégorie, ce sont les effets escomptés qui doivent être désormais pris en compte par le restaurateur d’une oeuvre. En s’éloignant ainsi du « paradigme de l’objet », les difficultés vont également concerner « le rôle primordial qu’y jouent les dispositifs techniques » au sein des oeuvres. Les cas de figure à ce propos sont multiples. Cependant, une chose est sûre, grâce à ces nouvelles avenues, le métier de restaurateur, qui présuppose des règles et une conception esthétique et philosophique des oeuvres, est bouleversé. Pour des oeuvres technologiquement complexes, des équipes de spécialistes doivent être envisagées. Les experts sont de plus en plus souvent invités à offrir leur soutien à la restauration d’une oeuvre qui exige des savoirs spécialisés. Mais il y a aussi autre chose : à l’ère de l’Internet et du numérique, notre rapport aux patrimoines est forcément bousculé. Pour Cometti, cette époque de la préservation technique invite à promouvoir une « philosophie de la restauration ». Philosophie qui débute par la prise en compte d’une réflexion sur les concepts d’oeuvre, d’identité, d’authenticité, d’intention, etc. ; d’autant que les moyens de diffusion, grâce « aux ressources offertes aujourd’hui par la numérisation », changent considérablement la donne. Il s’agit, en effet, d’une situation nouvelle qui implique forcément la question du patrimoine. Et qui dit patrimoine, dit également mémoire. Pour quoi, pour qui conserver les oeuvres produites aujourd’hui ? Si restaurer et conserver les oeuvres font appel à des questions se rapportant au temps, à la culture et à la mémoire, qui doit et peut en avoir la responsabilité ? Pour l’auteur, ces questions doivent être posées sous l’angle d’une ontologie des oeuvres d’art associée à un contexte juridique, politique et historique. Aussi, à l’ère de l’Internet, des impératifs économiques, de marché, et de la capitalisation d’une certaine culture, il y a péril en la demeure, celle qui a pour socle la transmission d’une mémoire collective.

Ce résumé a déjà été publié dans la revue Espace : Art actuel, Numéro 114, automne 2016, p. 108-109