Une peinture pour le Festival

Voilà plusieurs années déjà que l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon a naturellement noué  des relations étroites avec le Festival d’Avignon qui entretient notamment une véritable dynamique de «laboratoire d’hybridation théâtrale ». Dès lors que le directoire du Festival a pris ses quartiers à Avignon depuis 2004, chaque édition  prévoit l’invitation d’un «artiste associé» qui contribue au dessin de contours, convie le public à de nouvelles expériences scéniques qui entremêlent  théâtre, poésie, arts plastiques, vidéo, cinéma, danse, art-performance, littérature et musique.

Fort de cet ancrage partenarial, l’ESAA a donc intégré dans son programme d’enseignement le rapport de l’art à la scène afin que les deux institutions puissent envisager et mener à bien des projets concrets reliant les arts plastiques et le spectacle vivant. Une coopération régulière s’articule particulièrement lors de rencontres avec les artistes associés et/ou invités du Festival, tout au long de l’année dans l’amphithéâtre de l’école.

En 2008, cette collaboration s’est traduite par la réalisation d’un décor peint sur toile d’après une aquarelle originale de Léon Bakst, pour une création d’Olivier Dubois.

 

 

 

 

La peur des représentations

GoodyUn taliban met le feu à une pellicule photographique, tout en permettant à un reporter de photographier la scène. Cette scène révèle la relation ambiguë que certaines civilisations entretiennent avec l’image. Cette haine affichée des images n’est pas seulement le fait des « fous de Dieu » destructeurs des bouddhas de Bahmian. Les exemples ne manquent pas en effet, dans l’histoire des sociétés, de condamnation des images et, d’une manière plus générale, des représentations : le rejet de la fiction et de l’imitation dans une partie de la tradition philosophique occidentale (Platon, Rousseau) fait écho à Calvin condamnant l’adoration des reliques, ou aux cisterciens qui considéraient les vitraux comme l’expression d’une luxure décadente. Les images occupent une place centrale dans la conscience et l’identité sociales, politiques et culturelles des sociétés humaines, qu’elles soient mimétiques, symboliques ou discursives. Dans ce livre, Jack Goody explore les rapports complexes et ambivalents qu’entretiennent les images avec la religion, la politique et la culture, dans les sociétés orales, comme dans celles de l’écrit. Il cherche à montrer ce qu’elles révèlent sur les sociétés dans lesquelles elles apparaissent ou disparaissent. À partir d’une analyse comparée des cultures orientale, occidentale et africaine depuis deux mille ans, il explore notamment l’irrégulière répartition géographique et temporelle des images dans les sociétés humaines. Empruntant ses exemples à un large contexte culturel (la sculpture africaine Mangbetu, le théâtre médiéval, l’art classique grec, les statues de Bouddha ou le roman anglais), il met en lumière ce qui se dissimule derrière leur absence ou leur suppression.

TABLE DES MATIERES

Préface à l’édition française (2003)Remerciements1. Représentations et contradictions cognitives – Absence – Objections – L’écrit et l’oral – Changement et dilemmes cognitifs – Puritanisme – Ambivalence – Note finale sur la représentation – 2. Icônes et iconoclasme en Afrique ? Absence et ambivalence – Doutes généraux sur les icônes – 3. Reliques et contradiction cognitive des dépouilles mortelles et des aspirations à l’immortalité – Pèlerinage – Miracles – Reliques, christianisme et continuité – Les reliques dans d’autres religions universelles – Les reliques dans les cultures orales – 4. Théâtre, rites et représentations de l’autre5. Mythe : réflexions sur les inégalités de distribution – Mythe et mythologie : récitation et savoir sacré – L’art verbal et ses genres – Des contes populaires comme fiction – Le Bagré comme savoir et comme récit « vrai » – L’illusion narrative ? – 6. Objections au roman7. Les représentations du sexe et leur déni – L’Inde – L’Afrique – L’Europe – La Chine – 8. Culture et cognition – Bibliographie.

(présentation de l’éditeur)

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration