Archives par mot-clé : recherche

ESA d’Avignon : état et modalités de la recherche en conservation-restauration

Telle que l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon décline son identité singulière dans le panorama français des formations homologues, c’est en fin de compte l’ontologie de l’artefact culturel pour sa transmission qui constitue le point focal et la finalité des recherches menées en II° cycle sous l’angle de la conservation-restauration, et qui converge nécessairement avec celui de la création-instauration, l’autre versant de la formation à l’ESAA. Bien que poursuivant des finalités propres, ces activités sont de nature à s’alimenter mutuellement et à communiquer dans une relation dialectique à propos d’interrogations communes.

 Les finalités de la recherche en conservation-restauration s’élaborent et se déterminent selon les modalités complémentaires des

investigations et rédaction individuelles,

directions individuelles de recherche,

stage en institution,

séminaire prospectif M2 C-R,

séminaire « art et artefactualité »,

projets collaboratifs,

publications.

1. Investigation et rédaction individuelles

La démarche de recherche en II° cycle CR se fixe pour objectif une tentative de résolution des problèmes de type théorique et technique posés par la nature, le genre, le statut et/ou la médiation d’un artefact culturel ou d’une collection, qui incombent au conservateur-restaurateur et nécessitent une reconsidération de type épistémologique, à la fois des attendus de sa discipline et de son enquête.

Elle doit se traduire dans un travail axé sur des problèmes et leurs enjeux clairement mis au jour, permettant de délimiter un champ d’investigation précis ainsi qu’une démarche susceptible d’être appréciée à la lumière d’une capacité d’argumentation propre et de résultats à même de proposer une clarification ou un éclairage nouveau des problèmes posés et leurs enjeux.

Sa valeur en sera principalement liée à la proposition d’intervention pour l’objet considéré, par la capacité de s’engager dans l’examen approfondi de sa situation et des questions qu’elle soulève, par la mise en oeuvre d’une démarche clairement définie, et enfin par le recours à des théories et concepts corrélatifs de ces questions, comme à un corpus idoine.

Le mémoire de recherche proprement dit consiste en un document écrit et imagé d’environ 30 pages comportant 2500 signes chacune, doté d’informations annexes dont un dossier d’examen comportant l’identification, le constat d’état et le diagnostic de l’objet ou la collection considérés.

L’évaluation du mémoire repose sur les 7 critères suivants:

clarté et précision dans la présentation de la problématique et de ses enjeux ;

clarté et pertinence de la démarche dans son ensemble ;

conscience de la portée des choix effectués ;

richesse des connaissances et des points de vue mobilisés (sur le plan artistique et théorique) ;

pertinence des arguments : originalité du propos et des idées, ainsi que de la proposition de traitement suggérée ;

qualité de la langue ;

pertinence/originalité des conclusions.

2. Directions individuelles de recherche

a. Direction de projet

Elle est impérativement assurée par l’un des conservateur-restaurateurs enseignants à l’ESAA ou en relation étroite de partenariat avec elle.

Son objectif principal est un accompagnement individualisé, en M1 CR de la quête d’un stage en institution au semestre 2, et en M2 CR, du processus d’élaboration déontologique d’une ou plusieurs propositions de traitements prévus et parfois réalisés à l’endroit de l’objet qui en est sujet, en concertation avec le maître d’ouvrage et qui satisfassent des attendus de résultats de qualité professionnelle.

b. Direction de mémoire

Dès l’année M1 CR, elle est prioritairement assurée par un enseignant théoricien de l’ESAA.

Son objectif principal est un accompagnement individualisé de l’élaboration et de la rédaction d’un mémoire qui rende compte de la recherche menée à partir de l’étude et de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection.

3. Stage en institution

Au semestre 2 du II° cycle, chaque étudiant de M1 CR est tenu d’effectuer un stage d’immersion d’au moins trois mois en institution, à la fois professionnel et prospectif, susceptible de contribuer à préciser un champ d’investigation déjà déterminé, et de rencontrer une pluralité d’ artefacts culturels propices à l’émergence de questions auxquelles il pourra se confronter.

Sous la houlette d’un maître de stage choisi à dessein, il trouve là une occasion privilégiée d’appréhender et expérimenter une réalité concrète et des situations de terrain.

4. Séminaire prospectif M2 CR

Ce sont essentiellement les étudiants de M2 CR qui composent ce séminaire d’une séance mensuelle animée par deux enseignants de l’ESAA, l’un conservateur-restaurateur, l’autre titulaire d’un doctorat. Il s’agit d’un accompagnement des étudiants pour les aider à déterminer un positionnement réflexif depuis la discipline de la conservation-restauration et dans son champ d’application.

Ce séminaire ne concurrence ni ne se substitue pas à la relation de chaque étudiant avec ses directeurs de projet et de mémoire, mais vise à soutenir par un regard collectif, la conduite méthodologique d’une démarche descriptive, réflexive et analytique, entamée par un questionnement émergé de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection en vue de sa transmission.

Il convie donc à un exercice de réflexion et discussion collectives qui veut mettre à distance des savoirs reçus et des notions mobilisées sans discernement critique suffisant pour leur mise en perspective, à l’aune de théories et concepts de la philosophie de l’art, de l’esthétique, et d’autres sciences sociales.

Par l’expression orale tour à tour, chacun des participants expose l’état et les atermoiements de sa progression. Alors, des idées, explications, exemples tirés de l’expérience, réponses, références bibliographiques, questions nouvelles ou meilleures à creuser, lui sont proposés.

Equipe 2014:

Jean-Pierre Cometti , professeur (des universités HDR) de philosophie de l’art et d’esthétique à l’ESAA, au titre de la recherche en conservation-restauration,

Marc Maire , professeur (d’enseignement artistique) de conservation-restauration à l’ESAA.

Invités 2014:

Stéphanie Erlarbi, chef du service de conservation-restauration au Musée du Quai Branly,

Pierre LAGRANGE, professeur (PhD) de socio-anthropologie à l’ESAA.

5. Séminaire « art et artefactualité »

Ce séminaire s’attache à poursuivre, élargir et approfondir la réflexion entamée en 2012-2013. Son cycle animé par une équipe constituante, s’adresse non seulement aux étudiants de M1 et M2 CR, mais aussi à tous les autres et de tout cursus d’enseignement supérieur.

Des intervenants extérieurs à l’école sont susceptibles d’être invités en fonction des thèmes choisis et d’opportunités. Les questionnements visent notamment à interroger le champ d’intervention de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge.

Les facteurs qui entrent en jeu sont multiples, qu’il s’agisse d’objets d’art ou d’artefacts culturels ; ils réclament une attention particulière et déterminent pour une large part les approches et les hypothèses envisageables, autant que les exigences auxquelles le conservateur-restaurateur doit faire face.

Les différentes sessions à raison d’une par mois, se proposent d’aborder les principaux aspects de cette situation, avec le souci d’examiner, de réexaminer et éventuellement d’introduire, les notions qui sont au cœur des démarches actuelles du conservateur-restaurateur ; mais aussi des finalités qu’il poursuit et des problèmes qui s’y posent, en regard des perspectives et mutations qui se dessinent ainsi que des reconceptions qui s’avèrent nécessaires, dans l’état actuel des pratiques artistiques, muséographiques, d’expositions, et de la recherche théorique. La réception des œuvres, leurs conditions d’accessibilité, leur statut traditionnel et institutionnalisé appellent une réflexion qui en intègre les principaux aspects et les conséquences.

Les interrogations qui constitueront la trame du séminaire, communiquent avec une situation qui est aussi celle de l’art, caractérisée par les paradoxes qu’induisent la présence et le statut des objets au sein des démarches artistiques. Qu’ils interviennent dans des pratiques centrées sur l’action ou l’interaction, ou encore à la faveur des formes de déplacement et de migration qui brouillent les frontières de l’art et de la vie ordinaire, les « objets » et les différents artefacts culturels ont à nouveau investi le champ de l’art après l’avoir initialement déserté sous l’effet d’un processus de formalisation et d’abstraction caractéristique. Les analyses que réclame cette situation apparaissent à bien des égards comme une exigence commune au conservateur-restaurateur, à l’artiste et au critique.

Par un travail de définition et de clarification, le séminaire envisage un cadre théorique et un outillage conceptuel, exigence d’une approche critique – tant des objets pris en charge que de la conservation-restauration elle-même- et source potentielle de son expression, toutes deux propres au conservateur-restaurateur.

Ceux-ci ne peuvent se définir qu’en relation avec les questions abordées autour de la problématique et de l’ontologie d’un objet concerné. C’est pourquoi, la réflexion est menée par référence à des objets ou à des oeuvres tenus pour significatifs des questions et problèmes examinés, spécifiquement choisis et présents lors de chaque séance.

Equipe 2014:

 Jean-Pierre Cometti,

Marc Maire.

Invités 2014:

Stéphanie Erlarbi, chef du service de conservation-restauration au Musée du Quai Branly,

Pierre LAGRANGE, professeur de socio-anthropologie à l’ESAA,

Gaspard SALATKO, docteur en socio-anthropologie, Centre Norbert Elias / Marseille,

Roger POUIVET, professeur de philosophie à l’université de Nancy, directeur des Archives Poincaré.

 6. Projet collaboratif © PERILS

Le Projet d‘Etude et de Recherche Interdisciplinaires pour le Lac de Saint-Chamand et sa Survivance a été initié en 2012 par deux enseignants de l’ESAA pour permettre aux étudiants des cursus conservation-restauration et création-instauration de collaborer au sein de différents ateliers pratiques et cours, en relation aussi avec les partenaires du projet à divers titres disciplinaires de l’ Institut Méditerranéen de Biodiversité (IMBE), composante de l’ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV).

L’objectif premier était de se pencher sur la situation, l’identité et l’état sanitaire d’un lac urbain en déshérence, bassin artificiel de résurgence et de rétention d’eau sur lequel une dynamique biologique a jeté son dévolu. Cet écosystème naturel résilient, devenu aussi culturel, est situé au cœur d’une zone de regroupement d’entreprises et à proximité d’un quartier populaire d’Avignon.

A partir du mois de Janvier 2013, l’ESAA a accueilli contractuellement pour six mois une stagiaire étudiante du Master II en Gestion des Eaux et des Milieux Aquatiques de l’Université d’Aix-Marseille, chargée d’entamer une étude scientifique et particulièrement de coordonner l’interdisciplinarité sur le terrain comme dans les réunions de travail.

Dans le cadre des formations en conservation-restauration et création-instauration de l’ ESAA, il s’agit donc d’« évaluer les fonctions naturelles et socio-culturelles d’un écosystème culturel urbain « entre parenthèses » que constitue aujourd’hui le Lac urbain de Saint-Chamand, puis concevoir par l’interdisciplinarité et la concertation avec la population usagère potentielle, toutes actions pouvant contribuer à maintenir et rétablir durablement ces fonctions, tout en proposant des fonctions de services compatibles par un biais artistique non invasif  ».

En Juillet 2013, le projet PERILS est agréé par la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA) du Ministère de la Culture en tant que projet de recherche de l’ESAA pour deux ans et bénéficie d’une dotation financière de 10. 000, – Euros.

7. Publication

Les séances de séminaire, ainsi que le travail de définition devant aboutir à un lexique, voudraient déboucher sur des publications, et le séminaire art et artefactualité donner lieu à l’édition de volumes thématiques. D’autres travaux tels que ceux de recherche des étudiants pourront être prochainement diffusés dans une nouvelle revue en ligne , publication semestrielle et intergénérationnelle consacrée à la recherche interdisciplinaire en  et sur  la conservation-restauration des artefacts culturels.

La revue spécialisée en ligne CeroArt (ceroart.revue.org) consacre chaque année un numéro spécial et international, aux travaux de recherches de jeunes diplômés parrainés par un professeur de leur cursus de formation, et a été le lieu de diffusion d’articles de plusieurs anciennes étudiantes de l’ESAA.

Enfin, l’ensemble des activités d’étude et de recherche fait désormais l’objet d’une information parcellaire, diffusée en ligne dans un champ spécifique du site de l’ESAA (http://www.esaavignon.fr) et sur le présent site (http://www.seminesaa.hypotheses.org). 

                                                                                                                                                  J.P. COMETTI / M. MAIRE, 2013-14