Sons

Journées européennes du patrimoine

Avignon 2017

le 14 Septembre

à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de 9h à 17h30, : 3e Forum du Patrimoine – « Avignon, Jeunesse et Patrimoine ».

9h30 : ouverture du Forum par Mme le Maire..

Matinée : présentation des questions de liens entre les jeunes et les patrimoines, et exposés d’exemples réussis à Avignon et ailleurs.. Après-midi : deux ateliers participatifs. Atelier 1 : Pédagogie et médiations du patrimoine, présidé par Mme L. Abel Robert, Ajointe au Maire, Déléguée à la jeunesse, à l’Ecole et à l’Université. Atelier 2 : Les économies du patrimoine et la formation professionnelle, présidé par Mme I. Portefaix, Adjointe au Maire, Déléguée à la création d’emploi et d’activités économiques, à l’Economie sociale et solidaire, à la formation professionnelle.

les 16 & 17 septembre

Parmi les très nombreux lieux proposés à la visite, 5 suggestions de Semin’R :

L’Atelier Jean-Loup Bouvier, 9, rue du Ponant – 30133 Les Angles, 04 90 25 32 90 : Atelier de restauration de Monuments Historiques, sculpture statuaire et ornementale. Les 16 et 17/09 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 : Visite libre ou guidée, l’Atelier Jean-Loup Bouvier excelle dans différentes techniques de restauration, de sculpture, de gypserie et de moulage, touchant toutes les époques de notre patrimoine. Gratuit.

Le Musée Vouland, 17 rue Victor Hugo, 04 90 86 03 79, www.vouland.com : Collection d’arts décoratifs (XVII e -XVIII e s.) et de peinture provençale. Jardin traversé par le Canal de Vaucluse. Les 16 et 17/09 :  de 14h à 19h : visite de l’exposition Hortus 2.0, art des nouveaux média. Une trentaine d’installations contemporaines, matérielles ou immatérielles, interactives ou génératives sur le thème du jardin, des relations entre l’homme et la nature (jusqu’au 1er/10 2017).- à 14 h 30 : Nature ?,  visite ludique en famille pour tous à partir de 7 ans (musée, exposition et jardin).- à 16 h 30 : Imagine un jardin, atelier pour tous à partir de 7 ans. Visite ludique  et atelier sur réservation.Tarif unique 2€ / Gratuit – de 25 ans

Le Palais du Roure réouvre ses portes, 3 rue Collège du Roure, 04 13 60 50 01 :  Ancien hôtel des Baroncelli de Javon (XVe-XXe s). Musée d’arts et traditions populaires et Centre de documentation ethnographique, provençale et arhcéologique.
– de 10h à 18h : Visites des expositions « Le Palais des Baroncelli – entre Provence et Toscane », travaux périscolaires de 2014 à 2017 ; et visite libre du 1er étage du musée.– 16/09 :. à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange. Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite. . à 11h30 : conférence Les travaux des restaurations du Palais du Roure de 2013 à 2017. Orientations, choix, difficultés, découvertes, par D. Repellin ou T. Bricheux, architectes des Monuments Historiques. Lancement du livret d’accompagnement des visites pour les 5-9 ans.. à 16h : inauguration des expositions.. à 16h45 : concert surprise dans la cour.– 16 et 17/09 : . à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange.Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite.. à 11h30 : conférence L’histoire du Palais du Roure à travers son architecture, par la Conservation.. après-midi : jeu de l’oie sur le Palais ouvert aux enfants. Sans inscription. Gratuit.

© Monuments Historiques / Martine Audibert

Les Bains Pommer, 25 rue du Four de la Terre : Etablissement de bains publics au style art-déo, véritable institution avignonnaise du début du XXe s racheté récemment par la Ville. Fermé depuis 1972, ce centre d’hydrothérapie avait été créé en 1892 par Auguste Pommer qui y recevait la bourgeoisie avignonnaise. Son établissement fut même fréquenté par Frédéric Mistral. Il a été classé monument historique en 1992. Gratuit.

L’École d’Avignon, 6 rue Grivolas, 04 90 85 59 82, www.ecole-avignon.com : Centre de ressources sur le bâti ancien, installé depuis 1983 dans l’hôtel du Roi René , né d’une ambition de caractérisation des compétences pour intervenir sur le patrimoine architectural. Se reporter à son site internet pour plus d’informations. Gratuit.

De la conservation-restauration des peintures sur France Culture

La  première moitié de l’interview  de  Véronique Sorano – Stedman  dans le cadre de l’émission « secret professionnel » sur France culture, est  consacrée à  l’avènement de la discipline,  l’autre  au cas de la peinture « Il ne faut pas voir la réalité telle que je suis » de Max Ernst.

Le propos est celui d’une des rarissimes professionnels intégrés en institution muséale, en l’occurrence le MNAM / Centre Pompidou. Faute de temps imparti, on entendra d’abord un récit aussi sommaire qu’ approximatif de l’avènement la « restauration ». On notera que l‘appellation « conservation-restauration » pourtant la plus  idoine et normalisée à l’échelle internationale de surcroît , n’est pas prononcée tout au long de l’émission. On se demande d’ailleurs bien pourquoi aujourd’hui encore par une professionnelle à un tel niveau de responsabilité en France. Ne faut-il pas y voir là, un signe de regain du modèle qui prévoit dans les musées une position de la restauration (activité technicienne, métier artisanal) subalterne de la conservation (profession libérale) ? Les développements en réponses aux questions posées et qui se veulent vulgarisateurs, laissent assez clairement transparaître la doxa française basée sur une esthétique des œuvres autant essentialiste qu’ intentionnaliste qui permettrait l’accès  à une signification univoque des œuvres. On perçoit aussi dans le discours, une conception de la restauration en tant qu’une approche assignée à la matière des  œuvres non dénuée d’un relent positiviste. C’est encore une fois l’idée du recours prédominant aux outils des sciences dures qui est propagée au détriment de l’évocation de ceux procurés par les sciences humaines et sociales — exceptée l’histoire de l’art, référence exclusive et tutelle scientifique — et qui supposent d’envisager a contrario une oeuvre contextualisée riche d’un faisceau de significations potentielles.

Le récit de l’origine du tableau de Max Ernst  qui sert d’exemple d’application de la restauration, raconte un défaut de conscience critique flagrant chez ceux qui commandèrent, réalisèrent et concédèrent dans les murs en plâtre de la maison à Eaubonne (près de Paris) jadis occupée par le trio conjugal formé par Ernst, Gala, Eluard, la découpe  aléatoire de « tableaux » et  leur  transposition dans  des   formats arbitraires sur toile tendue sur châssis. Car après le départ des trois occupants en 1932, c’est en effet le restaurateur Guillaumard qui, à partir de 1967 sur ordre de Cécile Eluard, la fille du poète avec l’aval de l’artiste dans un but de dispersion mercantile et de fructification d’un décor mural daté originellement de 1923 et attaché à la configuration d’un lieu (on pourrait dire site specific avant l’heure), a procédé à une opération de morcellement en règle et de conversion générique tous deux hérétiques et contraires à l’éthique en vigueur aujourd’hui. Même les portes peintes participant au décor furent prélevées et par le plus grand des hasards, j’eus la fortune de croiser l’une d’elles à mon grand étonnement dans un atelier du Landesmuseum de Hanovre   lors d’un stage de formation en 1977. Ce procédé de transposition (appelé aussi « transfert ») depuis le mur jusque sur la toile, de transmutation transgenre d’une peinture murale en peinture de chevalet, ne fut pas seulement en vigueur à partir du XIX ème siècle, mais bien avant et tout au long du XVIII ème siècle. En effet, cette technique dut sa mise au point et son perfectionnement notamment à l’engouement pour les fouilles archéologiques (sur le site d’Herculanum à partir de sa découverte en 1709 jusqu’à la fouille proprement dite en 1738, et sur celui de Pompéi fouillé à partir de 1748) et au trafic clandestin qu’elles générèrent dans toute l’Europe (cf. Noémie Etienne et Léonie Hénaut (dir.), L’histoire à l’atelier. Restaurer les œuvres d’art , XVIIIe-XXIe siècles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012, 418 p.,).

On est loin du portrait idéaliste  fait en introduction de l’émission, de ceux (aujourd’hui, il faudrait plus justement dire « celles » tant les femmes sont très majoritairement représentées dans la profession )  » … moins vaniteux et plus intelligents que tant de philosophes … » qui assurent la perpétuation des oeuvres de l’esprit contre leur propension à l’extinction naturelle, et de celui du visionnaire Toussaint-Hacquin qui, autour de 1730,  prônait déjà la prudence et la réversibilité en raison de la faillibilité humaine notamment par excès d’amour propre.

Aujourd’hui, à une carence de la recherche disciplinaire et au déclin budgétaire subi par la formation, s’ajoute la précarité économique endurée par bon nombre des professionnels privés. A l’aune de cette situation actuelle dramatique éludée par l’émission, la « restauration » française sera-t-elle en mesure d’évoluer  quant à sa capacité de remise en question de son modèle  idéologique et systémique en visée de conditions d’exercice plus en adéquation avec les chartes internationales de la conservation-restauration et plus dignes pour ses ressortissants ?